Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/10/2008

Syria's terrorist war on Lebanon

41QfWWpADuL__SL500_AA240_.jpgComme l'affirme l'auteur dans l'introduction, il démontre dans son ouvrage que le rôle de la Syrie dans le processus de paix israélo-arabe a consisté depuis 1974 en une guerre contre toutes les tentatives de résolution pacifique du conflit. Le régime de Assad (père, mais également fis aujourd'hui ?) n'avait nullement l'intention de faire la paix avec Israël car perpétuer le conflit au nom du nationalisme arabe légitimait le régime syrien et le maintenait en position de force. En enrayant le processus de paix (attentats à la bombe, provocations à la frontière israélienne, instrumentalisation des acteurs sur le terrain), la Syrie pouvait des lors se permettre de demeurer au Liban et s'affirmer comme un acteur politique-clé au Moyen-Orient, demeurant quoi que l'on dise, incontournable.

Dommage par contre que le titre de l'ouvrage soit très subjectif et plus ou moins racolleur. Car l'analyse de la politique arabe de la Syrie dans la période 1976 (entrée des troupes au Liban) - 2000 (retrait d'Israël du Liban) est très pertinente. Divisée en plusieurs chapitres traitant chacun de périodes spécifiques, elle explique comment Hafez el-Assad, machiavélique et brillant stratège, manoeuvrait habilement, permettant à la Syrie d'être toujours aux premières loges.

Spécialiste du Moyen-Orient et de l'Islam, Marius Deeb est professeur à l'Université John Hopkins.

Marius Deeb, Syria's terrorist war on Lebanon and the peace process, New York, Palgrave Macmilan, 2003, 285 p.

Les commentaires sont fermés.