Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/11/2016

Sociabilité

1994289039.2.jpgLes coquins sont toujours sociables, et le principal signe auquel on reconnaît un homme ayant quelque noblesse de caractère est le menu plaisir qu'il prend dans la compagnie d'autrui.

      Arthur Schopenhauer (1788-1860)

18/11/2016

La vie des Huns

la vie des huns,huns,attila,histoire,steppesOn s'était toujours intéressé, en tant qu'historien de formation, aux Huns, ces fameuses tribus originaires d'Asie centrale et qui déferlèrent sur l'Europe, jouant au passage un rôle dans l'effondrement de l'Empire romain d'Occident en 476. Dans ce voyage intense qui nous fit visiter quatre pays, nous emmenant de Budapest à Athènes, on s'est vite rendu compte qu'on n'avait pas assez de livres sur nous pour remplir les temps que prendraient les trajets séparant les villes que nous avions visitées. Il fallait donc nous en procurer de nouveaux. C'est ce que nous avons fait en nous rendant à l'Institut français de Budapest, situé sur la rive ouest (Buda).

L'idée était de lire quelque chose sur la région. Entre Histoire de la Hongrie et La vie des Huns, préférence au second, pour la raison évoquée plus haut et également du fait qu'on a pas beaucoup aimé l'atmosphère historique révisionniste. Entre lire un gros pavé sur la Hongrie et un sur les Huns, le choix était clair. Le livre date (1931) mais vu l'ancienneté des événements, il ne perd rien de sa pertinence. Si le quatrième de couverture indique "Plus que l'histoire d'une peuple, la biographie d'un peuple vu comme un personnage", il s'agit en fait plus de l'histoire d'un peuple qui guerroya longtemps contre les dynasties chinoises avant d'envahir l'Europe.

La linéarité du récit est un atout car elle permet de comprendre un tant soit peu, et sans perdre le fil des événements , la généalogie complexe de certains peuples nomades (aucun véritable consensus sur l'origine des Huns) partis d'Asie centrale vers l'Ouest. Au passage, il y a démystification du personnage d'Attila qui loin d'être le père de la Hongrie actuelle (comme certains le pensent), ne réussit à fédérer les tribus hunniques que l'espace d'une année (l'historiographie hongroise ne le revendique d'ailleurs pas comme un des pères fondateurs de la Hongrie moderne). Le récit est passionnant et nous a permis de remplir en partie les douze heures passées dans le train allant de Belgrade à Sofia. J. N.

Marcel Brion, La vie des Huns, Paris, Perrin, Tempus, 2013 (1931), 312 p.

16/11/2016

Tokelau

tokelau,drapeau tokelauSitué à mi-chemin entre la Nouvelle-Zélande et Hawaï, l'archipel de Tokelau est composé de trois atolls polynésiens (Fakaofo, Nukunonu, Atafu) qui totalisent 10.2 km². Territoire néo-zélandais, Tokelau bénéficie toutefois d'un statut particulier. Sous protectorat britannique à partir de 1877, les îles passent formellement sous autorité néo-zélandaise en 1948 (Tokelau Act) mais ont évolué constamment vers plus d'autonomie (relation similaire à celle du Groenland et du Danemark. A noter qu'il n'y a ni capitale ni chef-lieu administratif, chaque atoll possédant son propre centre administratif.


tokelau,drapeau tokelauL'idée d'un drapeau propre fut lancée en 2004 mais le processus fut stoppé à la suite des échecs des référendums sur l'autodétermination (2006, 2007). Toutefois, l'idée est relancée par le parlement local en mai 2008 qui choisit un drapeau officiel le 7 septembre 2008. Celui-ci sera officiellement hissé sur les trois atolls le 19 octobre 2008 puis reconnu par Elizabeth II le 22 octobre. Il comporte une pirogue (vaka en polynésien), bateau traditionnel des habitants, entourée de l'océan (bleu). La pirogue symbolise le chemin vers la meilleure structure de gouvernance pour le peuple de Tokelau. La couleur jaune renvoie à une communauté joyeuse et en paix. A gauche, la croix du sud, comme sur les drapeaux de l'Australie et de la Nouvelle-Zélande (voir plus bas).

 

tokelau,drapeau tokelau

 

Australie

  

tokelau,drapeau tokelau 

Nouvelle-Zélande

14/11/2016

Doctor Strange

mads mikkelsen,chiwetel ejiofor,marvel,doctor strange,dormammu,benedict cumberbatch,tilda swinton,rachel mcadamsAprès les loosers Ant-Man (2015) et Deadpool (2016), Marvel renoue ici avec un super-héros millionnaire. Car c'est ce qu'était Stephen Strange, neurochirurgien brillant, avant de ne plus pouvoir exercer son métier suite à un grave accident de voiture. Afin de retrouver l'usage de ses mains, il entreprend un voyage au Tibet où il rencontre l'Ancien. Celui-ci (ou celle-ci, méconnaissable Tilda Swinton) l'initie aux pouvoirs mystiques et lui apprend que le danger Dormammu guette. On est tenté de dire que le scénario habituel (nos super-héros contre une entité désirant détruire le monde) est devenu franchement redondant. Mais comment le faire lorsqu'on sait que le bien contre le mal est la pierre angulaire de tout l'univers B.D de Marvel ? A la différence du dernier opus en date, soit X-Men contre les ambitions dévastatrices d'Apocalypse, la direction d'acteurs est excellente, notamment le principal intéressé - Benedict Cumberbatch - dans une version plus nerveuse que Sherlock Holmes. On retiendra essentiellement un bon dosage entre humour et gravité et un spectacle visuel époustouflant qui n'est pas sans rappeler Inception de Christopher Nolan. Ca n'en fait pas un Marvel novateur mais tout de même un Marvel au dessus de la moyenne, solide et divertissant. J. N, N. A

Doctor Strange (Scott Derrickson, USA, 2016, 115 min)

Cast : Benedict Cumberbatch, Rachel McAdams, Tilda Swinton, Chiwetel Ejiofor, Mads Mikkelsen, Benedict Wong, Michael Stuhlbarg.

Luke Cage

marvel,luke cage,daredevil,netflixAprès Daredevil (déjà deux saisons au compteur) et Jessica Jones (2015), Netflix montre qu'il sait y faire en matière de super-héros made in Marvel. Alors que Darevedil se déroulait dans le quartier chaud de Hell's Kitchen, Luke Cage a lieu dans un autre espace de haute criminalité, Harlem. Carl Lukas y a grandi et a passé son enfance à multiplier les larcins. Piégé par le criminel Stryker, il se retrouve en prison pour un acte qu'il n'a pas commis. Là-bas, il se porte volontaire pour tester un sérum expérimental en échange d'une réduction de peine. Mais l'expérience ne tourne pas comme prévu, pourvoyant tout de même Carl d'une force surhumaine.

Evadé et changeant d'identité notre anti-héros vit incognito et galère pour boucler ses fins de mois. Anti-héros jusqu'au jour où le meurtre d'un ami proche le pousse à entrer en guerre contre Cotton mouth, le caïd local. Violente, sans concession et sombre à l'instar de Daredevil, la série brille de même par sa réflexion sur la situation sociale de la communauté noire aux Etats-Unis. Impérial, le casting regroupe Mike Colter (aka Luke Cage), le trafiquand d'héroïne dans The Good Wife, Mahershala Ali (House of Cards), Theo Rossi (Sons of Anarchy) et Rosario Dawson. Rien que ça. Last but not least, les séries Marvel de Netflix constituent bien plus qu'une alternative aux longs-métrages formatés de Hollywood. Iron Fist est prévu pour le 17 mars 2071. J. N

LUKE CAGE

(saison 1 - 13 épisodes - 30 septembre 2016)

Site : Netflix

Création : Cheo Hodari Coker

Boulevard des banquises

banquise.jpgRomancière en mal de job, Sarah accepte tant bien que mal de réaliser le guide touristique de Gottherdäl, une île perdue - mais non moins habitée - dans l'océan arctique. Au fur et à mesure de ces pérégrinations dans ce lieu qui semble en dehors du temps, elle découvre qu'un lourd secret hante les habitants de l'île, et surtout, elle sombre irrémédiablement dans la folie.

A l'instar du Syndrome du scaphandrier, l'atmosphère est glauque et oppressante. La force du récit est moins dans l'écriture qui est linéaire (ça se lit vite même si c'est lent jusqu'au deux tiers) que dans la description très démonstrative des faits qu'on croirait presque y être (comme par exemple la description de la lingerie sado-maso). Idem pour notre vrai-fausse héroïne. On est tellement plongé dans sa démence qu'on en vient à s’apitoyer sur son sort et à vouloir lui trouver une solution. Il paraît que ce n'est pas le meilleur des Brussolo. On n'a pas d'avis là-dessus puisque c'est uniquement son second roman qu'on lit, et qu'importe, on a pris beaucoup de plaisir à être plongé dans ce décor fantasmagorique, typique du Philippe K. Dick de la littérature SF française. J. N

Serge Brussolo, Boulevard des banquises, FOLIO SF, 2005 (1990), 252 p.

01/11/2016

Hotel Terminus

MV5BMTc3MTYwNTIyN15BMl5BanBnXkFtZTcwMjk3MzgxMQ@@._V1_UX182_CR0,0,182,268_AL_.jpgOn doit reconnaître qu'on s'est senti bête lorsqu'on a découvert ce documentaire sur le tristement célèbre Klaus Barbie que récemment alors qu'on avait vu un autre documentaire sur le "boucher de Lyon", sorti plus récemment. Solide, Mon meilleur ennemi (2007) de Kevin Macdonald était toutefois controversé par l'argument principal qu'il mettait en avant. Pour mieux cerner le personnage de Barbie, il vaudrait mieux visionner ce documentaire à charge, plus détaillé (il fait plus de 4 heures) et mieux documenté (de très nombreux témoignages). Il dresse un portrait complet de l'ancien tortionnaire nazi, responsable de la mort de Jean Moulin : enfance, Gestapo, exil en Amérique du Sud, et procès à Paris. Brillant, le docu a reçu l'Oscar du meilleur documentaire.

Grand réalisateur, Marcel Ophüls avait déjà tourné en 1969 Le chagrin et la pitié, documentaire dépeignant la vie en France sous l'occupation, battant en brêche la théorie du résistancialisme, et constituant une première rupture dans le débat sur la France de Vichy, avant l'ouvrage phare de Robert Paxton. J. N.

Hôtel Terminus. Kalus Barbie, sa vie et son temps (Marcel Ophüls, Fr/All/USA, 1988, 267 min)

Avec Jeanne Moreau (narratrice), Marcel Ophüls, Johannes Schneider-Merck.

 

- Meilleur documentaire - Oscars 1989

- Peace award Film - Festival de Berlin 1989

- Prix Fipresci - Festival de Cannes 1988

- Prix spécial du Jury - Festival international d'Amsterdam 1988

31/10/2016

Malouines

Flag_of_the_Falkland_Islands.svg.pngLe différend entre l'Argentine et le Royaume-Uni quant à la souveraineté de ces îles situées à 480 km des côtes argentines n'est toujours pas réglé. En 1982, une guerre éclata, remportée par les Britanniques. Avant de procéder à l'explication du drapeau, rappel des tribulations de cet archipel qui continue de soulever les passions.

- Début du XVIe siècle : découverte par le navigateur florentin (au service du Portugal), Amerigo Vespucci.

- 1520 : Visitées par Esteban Gomez (Portugal).

- 1592 : Baptisées "Iles méridionales de Davis" par l'anglais Richard Davis.

- 1592 : Renommées "Hawkins's Maiden-Land" par l'anglais Richard Hawkins.

- 1600 : Renommées "Iles Sebald" par le hollandais Sebald Van Weert.

- 1690 : Nouvelle exploration britannique. John Strong les baptise "Falkland Islands" en hommage à son seigneur, Anthony Cary, cinquième vicomte de Falkland, petite ville du sud-est de l'Ecosse.

- 1764 : Après la Guerre de Sept ans et le traité de Paris (1763) qui font perdre à la France ses possessions coloniales d'Amérique du Nord, celle-ci s'oriente vers le sud de l'Amérique et occupe l'archipel, baptisé "Iles Malouines" par Louis Antoine de Bougainville dont l'expédition partait justement du port de Saint-Malo, en France.

- 1767 : L'archipel, proche de l'empire colonial de l'Espagne, est revendiqué par cette dernière, qui s'en empare sans conflit.

- 1770 : Première crise des Malouines, entre l'Espagne et le Royaume-Uni, reflet de leur lutte d'influence sur les mers. La crise est désamorcée mais le statut des îles n'est pas réglé pour autant.

- 1820 : L'Argentine (indépendante depuis 1816) prend possession des îles.

- 1833 : Rétablissement de la souveraineté britannique sur les Malouines.

- 1914 : Bataille des Falklands. Victoire du Royaume-Uni sur l'Empire allemand.

- 1982 : Guerre des Malouines. L'Argentine tente d'en reprendre possession en envahissant l'archipel mais elle est défaite.

- 1965 : Depuis cette date, l'ONU demande régulièrement à l'Argentine et au Royaume-Uni d'entamer des négociations sur le statut de l'île mais les Britanniques refusent catégoriquement.

- 2012 : L'Argentine annonce qu'elle va porter plainte devant l'ONU pour ce qu'elle considère une militarisation britannique du conflit.

- 2013 : Un référendum tenu en mars, 99.8 % des habitants votent en faveur de la souveraineté britannique.

150px-Coat_of_arms_of_the_Falkland_Islands.svg.pngLe drapeau : A gauche figure logiquement le Blue Ensign. A droite, les armoiries. Elles comportent le Desire, bateau avec lequel Richard Davis débarqua en 1592. Au centre se trouve une brebis (symbole de l'activité bergère) sur de l'herbe (symbole de la flore). Au bas, sur une ceinture de gueules, la devise officielle : Desire the Right (en référence au bateau). Le drapeau fut officiellement adopté le 29 septembre 1948 (et légèrement modifié en 1999).  J. N.

 

30/10/2016

Grizzly man

grizzly man,timothy treadwell,werner herzog,grizzlyDésireux de sensibiliser la société quant à la nécessité de protéger les ours sauvages, Timothy Treadwell a décidé d'aller vivre avec les grizzlys du Parc national de Katmai en Alaska. Durant treize années, il vivra à leurs côtés (avec des trêves hivernales). Lors du treizième séjour, Treadwell et sa compagne Huguenard sont attaqués et dévorés par un grizzly.

Le réalisateur allemand - qu'on ne présente plus - a tenté de dresser la personnalité complexe et controversée de cet écologiste radical, qui comme Christopher McCandless a payé de sa vie son rapprochement extrême de la nature. Composé de scènes extraites des prises de vue tournées par Treadwell (la caméra tournait lorsqu'il décédait mais ces extraits n'ont pas été montrés, à juste titre) et d'interviews de ses proches, ce récit poignant est d'une grande beauté. Film naturaliste sans être animalier, c'est surtout une plongée dans la névrose obsessionnelle de l'être humain. A méditer.  J. N, N. A.

Grizzly man (Werner Herzog, Etats-Unis, 2005, 103 min)

 

04/07/2016

Euro 2016 - demis : air de retrouvailles et première

554296145.jpgTandis qu'Allemagne - France, autre "finale" de l'Euro après Allemagne - Italie (en quart), mettra aux prises deux grands prétendants au titre qui se sont souvent croisés en match à élimination directe, la deuxième demi-finale, entre le Pays de Galles, surprise essentielle de cet Euro, et le Portugal de Ronaldo sera une première.

 

Pins-Portugal-Pays-de-Galles.jpgPortugal - Pays de Galles (mercredi 6 juillet)

Vainqueur avec brio de la Belgique en quart de finale (3-1), le Pays de Galles a prouvé qu'il n'était pas juste capable de défendre et de marquer en contre grâce à la vitesse de ses attaquants. Absents des grandes compétitions depuis 1958, les Dragons constituent sans contestation possible la grande surprise de cet Euro (d'autant plus que le parcours des Islandais s'est arrêté en quart).

En face, le parcours du Portugal est atypique. Les Lusitaniens se sont qualifiés pour les huitièmes après 3 matchs nuls (une première, en raison toutefois de la qualification des meilleurs 3èmes). Avec des victoires contre la Croatie en prolongation (1-0) et contre la Pologne aux tirs aux buts (1-1), respectivement en huitième et en quart, le constat est étonnant : ils accèdent à la demi-finale sans avoir gagné de match durant le temps réglementaire !

Ronaldo et compagnie n'ont jamais brillé mais n'ont jamais vraiment été mauvais non plus. Surtout, l'équipe défend très bien depuis le premier tour et n'a plus encaissé de but. Au vu de l'expérience et d'une chance qui semble l'accompagner, elle part légèrement favorite face au dernier petit poucet de la compétition qui plus est sera privé d'Aron Ramsey (4 passes décisives au compteur), suspendu et dont l'absence se fera certainement sentir.

Ce sera la première confrontation officielle entre ces deux, qui par ailleurs ne se sont plus croisés depuis 2000 (victoire portugaise 3-0). Les deux précédents amicaux remontent à 1949 et 1951.

 

Pins-Allemagne-France.jpgAllemagne - France (jeudi 7 juillet)

La logique voudrait que le vainqueur de ce match remporte ensuite l'Euro... Entre le champion du monde en titre et le pays hôte, les débats devraient être très âpres, d'autant plus que la France a une revanche à prendre, l'Allemagne l'ayant éliminé en quart de finale (1-0) du dernier mondial. Il est une habitude en France de rappeler le fameux Allemagne - France (3-3) du mondial 1982. C'est rappeler ici qu'en football la France nourrit un grand complexe vis-à-vis de l'Allemagne, qui lui a souvent fait la misère, en équipe nationale ou en coupes d'Europe (1). Les Tricolores n'ont plus battu la Mannschaft en match officiel depuis 1958 (voir plus bas). Pour accéder à la finale, il faudra donc vaincre le signe indien, comme les Allemands l'ont fait en quart contre l'Italie lors d'un match épique.

Match épique durant lequel ils ont laissé des plumes. Sont en effet blessés (euro terminé) Khedira et Gomez. Quant au défenseur Hummels, il sera suspendu pour un 2ème carton jaune reçu contre l'Italie. L'absence de 3 titulaires constitue un gros handicap face à des Tricolores qui affichent complets. A notre sens, ils partent légèrement favoris. Ce qui ne veux pas dire que la tâche sera facile face à une équipe très solide dont le collectif est mieux huilé et qui n'a encaissé aucun but dans le jeu (un penalty contre l'Italie) en 5 matchs. 

Force est de constater par ailleurs que la France n'a pas encore affronté d'adversaire "difficle", bénéficiant d'un tirage facile au premier tour (Albanie, Roumanie, Suisse) puis d'un parcours facile : Irlande (un des meilleurs 3èmes) puis Islande... L'Allemagne sera donc son premier véritable test. J. N

Confrontations officielles entre les deux équipes

France - Allemagne de l'Ouest 6 - 3 (match pour la 3ème place - coupe du monde 1958)

Allemagne de l'Ouest - France 3 - 3 a.p (4-3 t.à.b) (demi-finale - coupe du monde 1982)

France - Allemagne de l'Ouest 0 - 2 (demi-finale - coupe du monde 1986)

France - Allemagne 0 - 1 (quart de finale - coupe du monde 2014)

.................................................. 

Résultats des quarts de finale

Pologne - Portugal 1 - 1 a.p (3-5 t.à.b) : Lewandowsky (2e) ; Renato Sanches (33e).

Pays de Galles - Belgique 3 - 1 : Ashley Williams (30e), Robson-Kanu (55e), Vokes (86e) ; Nainggolan (13e).

Allemagne - Italie 1 - 1 a.p (6-5 t.à.b) : Ozil (65e) ; Bonucci (78e s.p).

France - Islande 5 - 2 : Giroud (12e, 59e), Pogba (20e), Payet (43e), Griezmann (45e) ; Sigthorsson (56e), Bjarnason (84e).

 

(1) Finale champions league : Bayern Munich - Saint-Etienne 1-0 (1976) ; finale Europa League : Bayern Munich - Bordeaux 2-0, 3-1 (1996) ; finale Coupe des coupes : Werder Brême - Monaco 2-0 (1992).

17:14 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0)