free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/08/2020

Homme

homme,horreurs,nikola tesla"Vous vivrez pour voir des horreurs créées par l'homme qui iront au-delà de votre compréhension".

     Nikola Tesla (1856-1943)

24/08/2020

Finale Champions League : le Bayern brise le rêve parisien

download.jpgVisant sa première victoire en Champions League et disputant sa première finale, le Paris Saint Germain a quelque peu raté son match et s’incline sur la plus petite des marques (1-0) face au Bayern Munich qui remporte son 6ème trophée continental.

L’équation n’est pas compliquée en fait. Quand on joue une finale de Champions League contre une grosse cylindrée et qu’on ne concrétise pas ses occasions de but, on finit par encaisser un but. C’est ce qui était arrivé à Lyon en demi-finale contre le Bayern Munich (0-3). Après deux grosses occasions en première mi-temps, Lyon avait encaissé un but foudroyant (slalom de Gnabry puis frappe dans la lucarne). Le Bayern avait ensuite déroulé.

Paris était donc prévenu mais n’a pas su concrétiser ses occasions de buts lors d’une première mi-temps équilibrée. Si Neymar était tombé sur un Manuel Neuer, auteur d’un double arrêt exceptionnel (18e), Di Maria manquait de près le cadre (23e) tandis que Mbappé se ratait complètement alors que la cage lui était grande ouverte (45e). En face, le Bayern n’était pas en reste, avec un poteau de son attaquant vedette Lewandowski (22e) et une superbe parade de Navas sur une tête de ce même Lewandowski (31e).

Entrés tambour battant dans le second acte, les Bavarois ont profité de ce temps fort et d’un flottement de la défense adverse pour marquer le seul but de la rencontre. Oublié au marquage par Kehrer, Kingsley Coman marquait d’une tête piquée imparable (0-1, 59e). Cruel pour les parisiens quand on sait que l’ailier avait débuté sa carrière au PSG.

Les parisiens ont bien tenté de revenir mais hormis un nouvel arrêt énorme de Neuer (sur une frappe de Marquinhos, 72e), ils ont cruellement manqué de tranchant à l’image du trident offensif qui n’a jamais vraiment su prendre le meilleur sur la défense adverse, et surtout en raison du match complètement raté de sa star brésilienne Neymar, en pleurs après la rencontre. On attendait beaucoup plus du joueur le plus cher au monde (222 millions d’euros). Décevant.

Fort de son expérience (champion d’Allemagne depuis 2013, 4ème finale de Champions League disputée depuis 2010), l’ogre allemand a tenu bon. Remportant sa 6ème Coupe, le Bayern passe devant Barcelone (5) et devient le troisième club le plus titré, derrière l’AC Milan (7)  et l’intouchable Real Madrid (13).

Au vu des sommes astronomiques dépensées par les Qataris afin de remporter la Champions League, on pourrait se dire que le PSG devrait déjà avoir remporté la Champions League. Mais celui-ci peut se consoler en se disant que Chelsea l’a gagnée 9 ans après l’achat du club par le milliardaire Roman Abramovitch et que Manchester City ne l’a toujours pas remportée malgré la possession du club à hauteur de 78% par le Abou Dhabi United Group depuis 2008. De même, les parisiens peuvent se dire que Marseille l’a emporté en 1993 après avoir été défait en 1991. J. N

 

But : Coman (59e).

Avertissements : Paredes (52e), Neymar (81e), Thiago Silva (83e), Kurzawa (85e) ; A. Davies (28e), Gnabry (52e), Süle (56e), T. Müller (90e+4).

PSG : Navas – Kehrer, Thiago Silva (cap.), Kimpembe, Bernat (Kurzawa, 80e) – A. Herrera (Draxler, 72e), Marquinhos, Paredes (Verratti, 65e) – Di Maria (Choupo-Moting, 80e), Neymar, Mbappé.

Bayern Munich : Neuer (cap.) – Kimmich – J. Boateng (Süle, 25e), Alaba, A. Davies – Goretzka, Alcantara (Tolisso, 86e) – Gnabry (Coutinho, 68e), T. Müller, Coman (Perisic, 68e) – Lewandowski.

 

Stats

  • Le Bayern Munich est sacré champion d’Europe pour la 6ème fois (après 1974, 1975, 1976, 2001 et 2013).
  • Le PSG est le 5ème club français à s’incliner en finale après Reims (1956, 1959), Saint-Etienne (1976), Marseille (1991) et Monaco (2004).
  • 5 joueurs bavarois sont des rescapés de la finale gagnée en 2013 (Javi Martinez, Alaba, Boateng, Müller et Neuer) et remportent ainsi leur seconde Ligue des Champions 7 ans plus tard.

 

23/08/2020

The Last Czars

the last czars,les derniers tsars,nicolas ii,netflix,romanov,révolution d'octobre,russie,ekaterinbourgSi le géant du streaming, Netflix, produit de très nombreuses séries moyennes (c'est ce qui arrive quand on privilégie la quantité à la qualité), force est de constater toutefois que les séries historiques produites tiennent la route, pour deux raisons essentielles : la pertinence historique du récit et le format (mini-série de quelques épisodes). En bref, c'est sérieux et court, donc efficace.

En novembre 2019, la série documentaire Greatest Events of WWII in Colour éclipsait ce qui était considéré jusque-là comme la série documentaire de référence sur la Seconde guerre mondiale, Apocalypse: la Seconde guerre mondiale (2009). Comme cette dernière, Greatest Events présentait des images d'archives coloriées mais en lieu et place d'un seul narrateur, les 10 épisodes (6 pour Apocalypse) retraçant des moments-clés du conflit le plus meurtrier étaient accompagnés d'éclairages apportés par des historiens.

the last czars,les derniers tsars,nicolas ii,netflix,romanov,révolution d'octobre,russie,ekaterinbourgRetraçant les dernières années de la dynastie des Romanov (1), du sacre de Nicolas II  (1894) jusqu'à l'exécution de la famille entière à Ekaterinbourg (juillet 1918), The Last Czars (ou "la saga des Romanov") - diffusée en 2019 avant la série précédemment citée - fait encore mieux coté novateur puisqu'il s'agit d'une série de docufiction, le scénario fictif étant jalonné d'expertises apportées par des historiens britanniques, américains et russes. Adressée à un grand public, la série permet donc de cerner en 6 épisodes de 45 minutes chacun et avec plus ou moins d'acuité ce qu'était le dernier tsar de Russie (2), ce qu'était le moine guérisseur Raspoutine et quelle fut sa relation à la famille royale, et la montée du mécontentement populaire qui mènera à deux révolutions en 1917 (puis à la mise en place du premier Etat communiste au monde, sujet non traité ici). Efficace comme nous le disions.

Enfin, la famille royale a-t-elle vraiment été assassinée dans le sous-sol de la maison Ipatiev à Ekaterinbourg? Y-a-t-il eu des survivants? Au vu des réserves de certains historiens (3), la fameuse question n'est pas complètement tranchée, même si personnellement nous penchons vers l'affirmatif. Concernant cela, nous recommandons l'épisode 8 de la saison 2 de la série documentaire française L'ombre d'un doute (2011-2015), qui consacre pas moins d'une heure et demi à cette question : "Les Romanov, enquête sur la mort du tsar et de sa famille" (4).

J. N

 

The last czars (Netflix, 3 juillet 2019) - 6 épisodes

Réalisation : Adrian McDowall, Gareth Tunley

Cast : Robert Jack, Susanna Herbert, Ben Cartwright, Oliver Dimsdale, Bernice Stegers.

 

(1) Celle-ci débute avec Michel 1er le 21 février 1613.

(2) Nicolas II est considéré comme le dernier tsar russe mais "techniquement", c'est son frère Michel II qui le fut, succédant à ce dernier après son abdication mais tsar durant seulement 24 heures (15-16 mars 1917).

(3) Comme par exemple l'éminent historien français (spécialiste de la Russie et de l'URSS), Marc Ferro, qui dans son ouvrage La vérité sur la tragédie des Romanov (2012), il considère, documentation à l'appui, que la tsarine et les grandes duchesses n'auraient pas été assassinées et furent exfiltrées en Allemagne.

(4) Episode diffusé pour la première fois le 30 janvier 2013 sur France 3.

22/08/2020

Finale Ligue Europa : Séville (encore plus) dans l'histoire

33d2ce802ad822e9cdc47a5602c21aa8.jpgDéjà détenteur du record de victoires en Ligue Europa, le FC Séville a davantage marqué de son empreinte cette compétition, en gagnant sa 6ème finale, venant à bout de l’Inter Milan lors d’un match haletant (3-2).

Dans un match âpre et passionnant, où les fautes furent nombreuses et l’agressivité assez prononcée, c’est le FC Séville qui a finalement pris le dessus sur le 2ème du dernier championnat d’Italie. En dépit du jeu ouvert et d’un pressing constant de part et d’autre, ce sont finalement les coups de pied arrêtés (l’arme fatale comme on dit) qui ont décidé de cette rencontre.

Menant rapidement au score par Lukaku sur penalty (0-1, 5e), on pensait l’Inter bien parti vu son armada offensive (4 buts du duo Lukaku – Martinez en demi-finale).

Mais c’était oublier la combattivité d’une équipe andalouse qui ne baisse jamais les bras et qui avait renversé Manchester United en demi-finale (2-1). C’est Luke de Jong, l’homme en forme du moment qui égalisait d’une jolie tête plongeante sur un centre du capitaine Navas (1-1, 12e). L’attaquant batave remettait ça de la tête sur un coup-franc de Banega en lobant magnifiquement le gardien adverse (2-1, 33e). Mais manquant de concentration, les Sévillans se faisaient rejoindre illico sur une tête imparable de Godin , sur un coup-franc parfaitement enroulé de Brozovic (2-2, 35e).

La deuxième mi-temps baissait logiquement en intensité, les déchets techniques et les fautes prenant le pas sur le jeu. Alors que Lukaku, côté interiste, ratait la balle de match (65e) – pour ce qui allait devenir le tournant du match – c’est l’improbable Diego Carlos qui marquait – toujours sur coup de pied arrêté – d’un retourné acrobatique détourné au fond des filets par… Lukaku (3-2, 74e).

En quelques instants, le héros changeait de camp.. Portant son équipe tout au long de son parcours et inscrivant un but au moins lors de 11 matchs d’affilée de cette coupe (record), Lukaku condamnait les siens en deux gestes. En face, causant un penalty – après avoir causé un en demi-finale et en quart de finale (triste record) – et au marquage du buteur sur le second but italien, il envoyait les siens au paradis en effectuant un geste d’attaquant. Soirée différemment contrastée pour les deux buteurs.

Avec ses statistiques en Ligue Europa (voir plus bas), Séville confirme définitivement son statut de spécialiste absolu de cette compétition. Inégalable.

Buts : Luke de Jong (12e, 33e), Diego Carlos (74e) ; Lukaku (5e), Godin (35e).

Avertissements : Diego Carlos (4e), Banega (45e) ; Barella (41e), Bastoni (55e), Gagliardini (73e).

FC Séville : Bounou – Jésus Navas (cap.), Koundé, Diego Carlos (Gudelj, 86e), Reguilon – Joan Jordàn, Fernando, Banega – Suso (F. Vasquez, 77e), Luke de Jong (En-Nesyri, 85e), Ocampos (El Haddadi, 71e).

Inter Milan : Handanovic (cap.) – Godin (Candreva, 90e), de Vrij, Bastoni – D’Ambrosio (Moses, 78e), Barella, Brozovic, Gagliardini (Eriksen, 78e), Ashley Young – Lukaku, Lautaro Martinez (Alexis Sanchez, 78e).

 

Stats

  • Le FC Séville remporte sa 6ème victoire en Ligue Europa, la 6ème en 6 finales disputées et en l’espace de 15 ans. Triple record.
  • Après Giuseppe Bergomi (Inter Milan, 91, 94, 98), Jesus Navas (2006, 2007, 2020) et Ever Banega (2015, 2016, 2020) rejoignent le club très fermé des joueurs ayant remporté l’épreuve 3 fois. L’Espagnol José Antonio Reyes détient le record avec 5 victoires (Atletico Madrid, 2010, 2012 ; FC Séville 2014, 2015, 2016).
  • Romelu Lukaku est le premier joueur à inscrire dans l’épreuve au moins 1 but lors de 11 matchs consécutifs.
  • Le buteur belge entre également dans l'histoire de l'Inter Milan, en marquant son 34ème but (en 51 matchs) en une saison, égalant le record de l'attaquant brésilien Ronaldo, auteur de la même performance lors de la saison 1997-1998.

Palmarès par club

1. FC Séville 6 victoires

2. Inter Milan 3

   Juventus 3

   Liverpool 3

   Atletico Madrid 3

20/08/2020

Etoile centrée

somalie,maroc,vietnam,guerre du vietnam,drapeau vietnam,drapeau somalie,drapeau maroc,dynastie alaouite,parti communiste,etat communiste,pentagramme,sceau de salomon,suleiman,france,protectoratNous avons retrouvé trois drapeaux d'Etats indépendants (et reconnus par l'ONU) présentant une étoile centrée sur fond à plage de couleur unique. Le premier (drapeau ci-contre) des trois à avoir obtenu l'indépendance (de la France le 2 septembre 1945), le Vietnam, a connu juste après une période très mouvementée, soit deux conflits particulièrement meurtriers, la Guerre d'Indochine (1946-1954 et la débâcle française de Dien Bien Phu) et la Guerre du Vietnam (1959-1975 et l'intervention militaire américaine à partir du début des années 1960), le second constituant encore un traumatisme pour les américains (au vu des productions cinématographiques et télévisées qui se poursuivent...). A l'instar de la Chine, le Vietnam est un Etat communiste à parti unique et par conséquent l'étoile représente l'unité du pays et le parti communiste. Les cinq branches représentent les paysans, les ouvriers, les soldats, les intellectuels et la jeunesse travaillant ensemble dans la construction du socialisme. Le rouge renvoie au sang versé pour l'indépendance. Le drapeau (proportion 2:3) fut adopté le 29 septembre 1945.

somalie,maroc,vietnam,guerre du vietnam,drapeau vietnam,drapeau somalie,drapeau maroc,dynastie alaouite,parti communiste,etat communiste,pentagramme,sceau de salomon,suleiman,france,protectoratEgalement ancienne colonie française, le Maroc (446.550 km² hors Sahara occidental) acquit son indépendance en 1955 mais son drapeau actuel (proportion 2:3) lui servit d’emblème à partir de 1915, soit trois ans après la mise en place du protectorat français. Le rouge, emblème historique de la dynastie alaouite (au pouvoir dans ce Royaume depuis 1631) était déjà arboré ante-occupation française. Afin de distinguer le drapeau des couleurs utilisées par la marine française, un pentagramme fut ajouté le 17 novembre 1915. De couleur verte (couleur de l'islam), celui-ci représente le Sceau de Salomon (Suleiman en langue arabe). Dans les légendes médiévales juives, chrétiennes et islamiques, cet objet était un anneau magique censé avoir été porté par le roi d'Israël Salomon et qui lui donnait le pouvoir de commander les démons, les éfrits et les djinns, ou de parler aux animaux. Central dans le récit du Testament de Salomon, le Sceau est cité dans le Coran mais également dans un Conte des Milles et unes nuits. Plus récemment, "l'anneau de Salomon" est cité par Voltaire dans son conte Le Crocheteur borgne (écrite en 1715 et paru en 1775).

testament de salomon,anneau de salomon,voltaire,le crocheteur borgne,ONU,somaliland,djibouti,ogaden,mohammed awali liban,somalie,maroc,vietnam,guerre du vietnam,drapeau vietnam,drapeau somalie,drapeau maroc,dynastie alaouite,parti communiste,etat communiste,pentagramme,sceau de salomon,suleiman,france,protectorat,drapeau avec étoile centrée,chabab,harakat al-chabab al-moudjahidinEnfin, la Somalie, ancienne colonie également, accède à l'indépendance formelle le 1er juillet 1960 lorsque la Somalie italienne (territoire sous tutelle accordé par l'ONU en 1949) fusionna avec la Somalie britannique (devenue indépendante le 25 juin 1960) pour former la République fédérale de Somalie. Cet Etat extrêmement pauvre (637.657 km² ; capitale : Mogadiscio) et foyer connu d'opérations de piraterie cumule les handicaps. Considérée comme le pays le plus corrompu au monde par l'ONG Transparency International, la Somalie est également considérée dans le champ des sciences politiques comme un Etat "failli" et "effondré". Dans ce sens, le gouvernement central ne contrôle pas le Somaliland (Etat non reconnu) mais également des parties du territoire contrôlées par la groupe islamiste Harakat al-Chabab al-Moudjahidin. Désigné par l'universitaire et homme politique Mohammed Awali Liban, le drapeau (proportion 2:3) fut adopté le 12 octobre 1954. Les cinq branches symbolisent les cinq zones où vivent les Somalis : la Somalie britannique (Somaliland), la Somalie italienne (la bande allant du nord au sud), la Somalie française (Djibouti), l'Ogaden (Ethiopie) et nord du Kenya. La couleur bleue a été choisie en hommage à l'ONU qui aida le pays dans l'accession à l'indépendance.

J. N

01/08/2020

De Gaulle

MV5BZTMzOWY1OTAtMWJkNi00ZGJmLTlhODktYmViMTBkODNjOTMwXkEyXkFqcGdeQXVyOTg0MTUyMzU@._V1_UY268_CR7,0,182,268_AL_.jpgIl y a certaines grandes figures politiques qui ne meurent jamais, semble-t-il, témoin les productions filmiques qu'on leur consacre encore. Il faut reconnaître ici la grandeur du personnage - qu'on apprécie ou pas le contenu de sa carrière politique post-Seconde guerre mondiale et sa gestion de la politique intérieure de la France -, sans qui la France aurait été synonyme uniquement d'infamie, de lâcheté et de déshonneur (la collaboration d'Etat était passée par là).

Contrairement donc à ce que le titre du film aurait pu indiquer, De Gaulle n'est pas un biopic mais un retour sur une période cruciale de la France (et de celui qui deviendra par la suite le premier président de la Vème République), à l'instar de Darkest Hour (2017) pour Winston Churchill. Il y a d'ailleurs de grandes similitudes entre les deux scénarios qui se situent de même à la même période - mai-juin 1940 -, marquée par la fin de la Drôle de guerre, les défaites militaires de la France et du Royaume-Uni (face à l'Allemagne nazie), et l'érosion des gouvernements de ces nations.

Tandis que Churchill, fraîchement nommé Premier ministre, lutte contre ses adversaires politiques (notamment Lord Halifax) afin d'imposer son projet politique, avec au passage une relation difficile avec le roi Georges VI, de Gaulle doit d'abord batailler contre la frange défaitiste du gouvernement de Paul Reynaud, notamment Philippe Pétain, puis fuir pour l'Angleterre où il doit convaincre ce même Chruchill (avec qui sa relation est tout aussi compliquée) de reconnaître la légitimité politique de la France libre.

A une différence près, De Gaulle alterne entre les missions du colonel puis général à Paris, Bordeaux et Londres, l'exode de sa femme Yvonne vers la Bretagne puis l'Angleterre, et des séquences de famille. C'est ce parallèle entre les péripéties dramatiques de deux êtres à la fois fragiles et solides mentalement, auquel est adjoint des scènes avec Anne, la fille du couple (atteinte de trisomie 21) qui constitue un dépassement subtil d'un biopic classique.

Très pertinent historiquement, ce long-métrage a l'intelligence de ne pas partir dans des longueurs inutiles et de cerner avec beaucoup d'humanisme et de délicatesse le moment le plus grave de la vie de Charles de Gaulle. Sur le point de perdre sa patrie et sa famille, celui-ci parvient dans l'adversité à faire front. Hormis un Lambert Wilson qui surjoue par moments (qui n'est pas sans rappeler Jean Dujardin interprétant le colonel Picquart dans J'accuse), l'interprétation impeccable des acteurs renforce l'intelligence émotionnelle du récit. Au final, nous regretterons quelque peu un traitement un peu lisse du principal protagoniste. Les grandes hommes politiques ne sont, en effet, jamais dépourvus d'une certaine complexité. J. N

De Gaulle (Gabriel Le Bomin, 2020, France, 108 min)

Cast : Lambert Wilson, Isabelle Carré, Olivier Gourmet, Tim Hudson, Gilles Cohen, Philippe Laudenbach.

31/07/2020

Kusama Infinity

kusama infinity,japon,kusama,yayoi kusamaAprès Erwin Blumenfeld, un autre documentaire court permettant de cerner l'oeuvre (et la personnalité) d'une grande artiste, en l'occurence la japonaise Yayoi Kusama. Peintre, sculptrice et écrivaine, celle-ci intégrera les mouvements art abstrait et pop art, à la suite de son installation à New York durant les années 1960. Son départ pour l'Amérique était d'ailleurs inéluctable vu qu'il était très rare dans un Japon traditionnel qu'une femme entame une carrière artistique. Sans entrer dans un long récit sur cette artiste hors-norme et active plus d'un demi-siècle, nous retiendrons deux éléments qui ont grandement influencé son parcours et l'essence de son oeuvre. C'est d'abord le poids du carcan familial et d'une société patriarcale qui pousse l'artiste à exprimer à travers son oeuvre un message anti-machiste et subversif. Kusama affirma: 

"Au beau milieu d’une famille aussi toxique que celle-ci, la seule chose pour laquelle je vivais était mon art. Et comme je manquais de sens commun dans mon rapport aux gens et à la société, les conflits avec mon entourage se sont aggravés plus encore. La pression mentale et mon anxiété naturelle se faisaient de plus en plus présentes à mesure que les critiques me visaient, et l’avenir commença à me paraître sombre et répugnant".

Ensuite, Kusama est "victime" d'hallucinations dès l'âge de dix ans. Sa production artistique constituera par conséquent une sorte de catharsis, l'ensemble de ses productions lui servant d'exutoire, et lui permettant de sortir de sa névrose, de ses angoisses. Dans ce sens, elle affirmera qu'elle fait de "l'art psychosomatique". Son concept central qui transparaît à travers ses productions est celui de la "self-obliteration", soit la perte d'individualité des êtres humains (qui se rapproche, à notre sens, des thèmes littéraires développés par Franz Kafka). Kusama affirme dans ce sens que "nous sommes plus que des misérables insectes dans un univers incroyablement vaste".

Il serait sans doute judicieux de se replonger dans l'oeuvre de Kusama (consacrée par des restrospectives durant les années 2010 en Angleterre, aux Etats-Unis et en France), à l'heure où les humains sont de plus en plus désemparés dans un monde cruel, injuste et qui va très (trop?) vite. J. N

Kusama: Infinity (Heather Lenz, 2018, USA, 76 min)

26/07/2020

Etre soi-même

220px-RWEmerson.jpg"Etre soi-même dans un monde qui tente constamment de te changer est le plus grand accomplissement".

     Ralph Waldo Emerson (1803-1882)