free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

31/07/2020

Kusama Infinity

kusama infinity,japon,kusama,yayoi kusamaAprès Erwin Blumenfeld, un autre documentaire court permettant de cerner l'oeuvre (et la personnalité) d'une grande artiste, en l'occurence la japonaise Yayoi Kusama. Peintre, sculptrice et écrivaine, celle-ci intégrera les mouvements art abstrait et pop art, à la suite de son installation à New York durant les années 1960. Son départ pour l'Amérique était d'ailleurs inéluctable vu qu'il était très rare dans un Japon traditionnel qu'une femme entame une carrière artistique. Sans entrer dans un long récit sur cette artiste hors-norme et active plus d'un demi-siècle, nous retiendrons deux éléments qui ont grandement influencé son parcours et l'essence de son oeuvre. C'est d'abord le poids du carcan familial et d'une société patriarcale qui pousse l'artiste à exprimer à travers son oeuvre un message anti-machiste et subversif. Kusama affirma: 

"Au beau milieu d’une famille aussi toxique que celle-ci, la seule chose pour laquelle je vivais était mon art. Et comme je manquais de sens commun dans mon rapport aux gens et à la société, les conflits avec mon entourage se sont aggravés plus encore. La pression mentale et mon anxiété naturelle se faisaient de plus en plus présentes à mesure que les critiques me visaient, et l’avenir commença à me paraître sombre et répugnant".

Ensuite, Kusama est "victime" d'hallucinations dès l'âge de dix ans. Sa production artistique constituera par conséquent une sorte de catharsis, l'ensemble de ses productions lui servant d'exutoire, et lui permettant de sortir de sa névrose, de ses angoisses. Dans ce sens, elle affirmera qu'elle fait de "l'art psychosomatique". Son concept central qui transparaît à travers ses productions est celui de la "self-obliteration", soit la perte d'individualité des êtres humains (qui se rapproche, à notre sens, des thèmes littéraires développés par Franz Kafka). Kusama affirme dans ce sens que "nous sommes plus que des misérables insectes dans un univers incroyablement vaste".

Il serait sans doute judicieux de se replonger dans l'oeuvre de Kusama (consacrée par des restrospectives durant les années 2010 en Angleterre, aux Etats-Unis et en France), à l'heure où les humains sont de plus en plus désemparés dans un monde cruel, injuste et qui va très (trop?) vite. J. N

Kusama: Infinity (Heather Lenz, 2018, USA, 76 min)

30/04/2020

Honeyland

honeyland,macédoine du nord,hatidze muratova,abeilles,environnement,destruction de l'environnement,consumérisme,écosystème,système économique néolibéralUn très beau documentaire qui fut nommé aux oscars en début d'année. Il suit Hatidze Muratova, une des dernières personnes à récolter le miel de manière traditionnelle, dans les montagnes désertiques de Macédoine du Nord (elle habite le village minuscule de Bekirlija dans le centre du pays). D'un grand coeur, Hatidze récolte le miel juste de quoi survivre et maintenir sa mère malade en vie. Elle fait toujours en sorte de laisser du miel aux abeilles. Mais voilà qu'une famille de nomades vient s'installer tout près de sa maison et met en péril - sans aucun scrupule - aussi bien sa survie que celle des abeilles.

Mis à part une très belle photographie (magnifiques paysages) et une mise en scène/scénario singuliers (la structure narrative - appelée "fly on the wall" et n'utilisant pas les interviews et la voix off - donne l'impression qu'il s'agit d'une fiction), le traitement de la question des abeilles (traité spécifiquement dans le documentaire More than Honey, 2012) est intéressant dans le sens où il s'élargit de manière subtile à de plus amples questionnements. Le souci de Hatidze de préserver ces abeilles avec qui elle entretient une relation spéciale et a contrario les méthodes maladroites, sans connaissance aucune, et rapaces de ses voisins indélicats invitent à réfléchir sérieusement à la destruction de l'environnement et à la lente disparition de biodiversité.

Comment trouver un équilibre entre préservation de l'écosystème (Hatidze) et consumérisme (les voisins nomades) ? C'est toute la question qui se pose. Hélas, dans un monde régi par le néolibéralisme économique, l'exploitation outrancière des ressources naturelles et le thème sacro-saint de la croissance, c'est la seconde tendance qui l'emporte. A moins que la crise socio-économique actuelle engendrée par la pandémie du Coronavirus-Covid-19 (qui au moment où nous écrivons ces lignes a déjà causé 3.2 millions de contaminations dont plus de 228.000 morts) ne poussent les dirigeants de cette planète à revoir notre manière de vivre mais là encore, rien n'est sûr... Un documentaire magnifique à voir absolument.

Honeyland (Tamara Kotevska, Ljubomir Stefanov, Macédoine du Nord, 2019, 89 min)

- 2 nominations (meilleur documentaire et meilleur film international) - Oscars 2020

- Meilleur documentaire - Festival d'Athènes 2020

- Meilleur documentaire - Boston Society of Film Critics Awards 2019

- Meilleur documentaire - DocsBarcelona 2019

- Meilleur documentaire - Festival de Sao Paulo 2019

- Prix de la cinématographie, prix spécial du Jury et Grand prix du Jury - Festival de Sundance 2019

- Meilleur documentaire - Vancouver Film Critics Circle - 2019

27/04/2020

Going clear: Scientology and the Prison of Belief

going clear,alex gibney,lawrence wright,going clear:scientology,hollywood and the prison of belief,john travolta,tom cruise,scientologie,eglise de la scientologieIl fallait bien que quelqu'un se lance dans un film documentaire sur la scientologie. C'est ce qu'a effectué en 2015 Alex Gibney. Le spécialiste des affaires louches et/ou illicites, entre attaque cybernétique américo-israélienne contre l'Iran, le scandale Volkswagen (le premier épisode de la série documentaire Dirty Money), Lance Armstrong et le dopage, Wikileaks, les abus de l'armée américaine en Afghanistan (1) et bien d'autres (2), a donc osé raconter et critiquer la puissante et secrète Eglise de scientologie, affirmant qu'il s'est intéressé à la scientologie car au-delà de la fascination qu'elle exerçait, "elle faisait faire à des gens des choses qu'elles n'auraient jamais faites si elles n'avaient pas adhéré au mouvement".

going clear,alex gibney,lawrence wright,going clear:scientology,hollywood and the prison of belief,john travolta,tom cruise,scientologie,eglise de la scientologieLe documentaire est une adaptation du livre de Lawrence Wright, Going Clear: Scientology, Hollywood and the Prison of Belief (2013). Si les titres diffèrent, c'est probablement du au fait que dans le documentaire, il n'y a pas d'accent mis sur les relations entre la scientologie et certaines stars notoires de Hollywood, même si celles-ci sont abordées rapidement (John Travolta, Tom Cruise). Deux dimensions sont abordées ici : une genèse rapide et claire de la scientologie, à laquelle est - logiquement - greffée une biographie de son fondateur L. Ron Hubbard (1911-1986), et de nombreux témoignages d'anciens membres de la scientologie, narrant leurs sessions de travail ainsi que l'exploitation psychologique et financière dont ils furent victimes.

going clear,alex gibney,lawrence wright,going clear:scientology,hollywood and the prison of belief,john travolta,tom cruise,scientologie,eglise de la scientologieAu vu de la réputation (et de l'historique) de harcèlement et de secret quasi-absolu qui entoure la scientologie, il faut donc saluer ce travail qui nous éclaire quelque peu sur ce mouvement religieux classé comme secte (3) et imperméable à toute forme de critique. Gibney a d'ailleurs essuyé le refus de nombreux réseaux de télévision quant à une participation à la production, ces derniers voulant éviter des démêlés judiciaires avec la scientologie. Principal producteur, la chaîne HBO s'était d'ailleurs entourée d'une armée d'avocats comme anticipation d'une éventuelle bataille judiciaire. La scientologie a en fait riposté par une campagne de dénigrement du documentaire via la presse traditionnelle (New York Times et Los Angeles Times) et internet. Les producteurs et témoins du films ont également reçu des menaces physiques et morales.

Largement salué par la critique, Going Clear est considéré par Slate comme un "brillant exposé sur une organisation et une religion qui a trop longtemps été enveloppée de mystère", tandis que le Hollywood Reporter estime qu'il représente "une intervention courageuse et opportune dans les débats sur cette organisation qui couvent depuis un certain temps". S'il avance les côté positifs, le très sérieux The Guardian regrette en même temps le manque de participation de la secte, ce qui rend le documentaire "un peu partial".

going clear,alex gibney,lawrence wright,going clear:scientology,hollywood and the prison of belief,john travolta,tom cruise,scientologie,eglise de la scientologie,hbo,l. ron hubbard,hubbardIl est vrai que l'absence de prise de parole de membres actuels (Gibney l'a tenté mais on lui a refusé de parler aux personnes en question lui proposant d'autres membres dont les témoignages n'auraient - semble-t-il - pas apporté grand chose) constitue un bémol puisqu'il ne permet pas d'avoir une vision globale de ce qu'est la scientologie. Mais en même temps, ce fait stigmatise, à notre sens, son essence-même : une supercherie (à moins de considérer que toutes les religions le sont mais cela constitue un autre débat).

L'essentiel est là : on comprend qu'à la base, la scientologie n'est pas une religion (Hubbard l'a enregistré comme tel afin d'éviter les impôts et on constate, d'une part, que les abus qu'a commis la scientologie sont graves (elle a presque détruit la vie de certaines personnes), et d'autre part, à quel point le lavage de cerveau (contre rémunération) est facile. J. N

 

Going Clear: Scientology and the Prison of Belief (Alex Gibney, 2015, 120 min)

- Présenté - Festival de Sundance 2015

- Meilleur documentaire - Primetime Emmy Awards 2015

- Meilleur réalisateur - Primetime Emmy Awards 2015

- Meilleure écriture - Primetime Emmy Awards 2015

- Meilleur documentaire - Las Vegas Film Critics Society Awards 2015

- Meilleure production - Peabody Awards 2016

- Meilleur scénario de documentaire - Writers Guild of America - 2016

.......

(1) Relatant la torture et mort d'un prisonnier dans la prison militaire de Bagram, tenue par l'armée américaine, le documentaire Taxi for the Dark Side (2007) a obtenu l'oscar du meilleur documentaire.

(2) Il est le réalisateur, tout récemment, de la série The Innocent Files (Netflix).

(3) Une secte est considérée comme un groupe ou organisation, souvent à caractère religieux, dont les croyances ou les comportements sont jugés obscurs, inquiétants ou nocifs par le reste de la société.

25/04/2020

The Cave

the cave,ghouta,syrie,firas fayyad,danemark,oscars 2020,gaz sarin,damas,amani ballourIl est sans aucun doute très noble - à l'heure du Covid-19 - de mettre en avant le travail très ingrat des soignants et de porter un hommage à ces personnes se trouvant en première ligne d'une très possible contamination. Mais il est également des places dans le monde où les soignant(e)s travaillent dans des conditions encore plus dures et auxquelles peu de gens s'intéressent (ou ne veulent s'intéresser) car c'est bien connu, pour le monde occidental, certains humains (ou morts) valent plus que d'autres... C'est à ces soignantes que s'est intéressé le réalisateur syrien Firas Fayyad en suivant plus particulièrement le docteur (et militante féministe) Amani Ballour qui dirige un hôpital de fortune dans les souterrains (d'où le titre du documentaire) de la partie est de la région de Ghouta, dans les faubourgs de Damas. C'est rappeler ici que la Ghouta, tenue alors par l'armée libre syrienne, avait subi le 21 août 2013 un bombardement chimique au gaz sarin de la part du gouvernement du syrien, et que s'est tenu de 2012 à 2018 la tristement célèbre Bataille de la Ghouta orientale (victoire des forces loyalistes ; 15.000 à 20.000 civils tués).

the cave,ghouta,syrie,firas fayyad,danemark,oscars 2020,gaz sarin,damas,amani ballourDéjà acclamé par la critique pour son précédent documentaire (Les derniers hommes d'Alep, 2017), Firas Fayyad a voulu montrer à travers son documentaire la guerre mais surtout ce que vivent les civils. "Le film devrait mettre les gens dans une position inconfortable pour regarder la terrible réalité qui nous entoure", a-t-il déclaré lors d'une interview. Rendons ici hommage à ces femmes qui risquent leur vie tous les jours mais qui plus est subissent sexisme et harcèlement de la part de l'entourage masculin tout azimut, dans une société arriérée.

A l'instar de Florent Marcie qui a filmé sous les bombes à Grozny, Fayyad et son équipe ont tourné à Ghouta sous une pluie régulière de bombes et alors que les victimes sont emmenées aux soins. Rien que pour cette prouesse mais aussi du fait que Fayyad risque continuellement sa vie (il a été torturé par les autorités syriennes pour ses précédents documentaires sur la Syrie), le documentaire aurait du recevoir l'oscar 2020 du meilleur documentaire. Mais force est de constater que cette récompense est (trop) souvent attribuée à un documentaire américain. En effet, sur les vingt dernières années (2001-2020), elle n'a échappé que trois fois aux Etats-Unis... J. N 

The Cave (Firas Fayyad, Syrie/Danemark, 2019, 107 min)

- 1 nomination (meilleur documentaire) - Oscars 2020

- Présenté - Festival international de Toronto 2019

- Meilleur documentaire - Danish Film Awards 2020

- Meilleur documentaire - Festival international de Cork 2019

- Meilleur documentaire - Festival international de Leeds 2019

- Meilleur documentaire - Festival international de Valladolid 2019

- Documentaire le plus dérangeant - Ramdam festival de Tournai 2020

.......

21/04/2020

The Man Who Shot Beautiful Women

the man who shot beautiful women,bbc4,bbc 4,nick watson,erwin blumenfeld,photographie,jeu de paume,dadaïsmeNous apprécions particulièrement tomber sur des documentaires d'une durée d'une heure (le temps manque pour regarder films/documentaires de deux heures) qui permettent de comprendre les grandes lignes d'un sujet ou de saisir un personnage, d'autant plus qu'il s'agit de domaines que nous ne connaissons que très peu. Il s'agit ici de celui de la photographie. Ce documentaire de BBC4 est un biopic rapide d'Erwin Blumenfeld (Berlin, 1897 - Rome, 1969), photographe associé au mouvement dadaïste.

the man who shot beautiful women,bbc4,bbc 4,nick watson,erwin blumenfeld,photographie,jeu de paume,dadaïsmeNous noterons le parcours tortueux et fascinant d'un artiste avant-gardiste (notamment ses célèbres photographies de femmes nues à une époque - les années 1930 - encore très conservatrice à ce niveau) qui aura réussi l'exploit d'avoir survécu aux deux guerres mondiales. Durant la première, il était ambulancier à la frontière germano-française. Durant la seconde, vivant en France (il émigre des Pays-bas où il lui était impossible de vivre de son travail et de se faire un nom), il est emprisonné au début de la guerre, étant citoyen allemand. Lorsque la France est vassalisée par l'Allemagne (régime de Vichy), il est contraint de fuir l'Europe (étant de confession juive) et parvient à rallier les Etats-Unis. C'est là où il acquier la notoriété, réalisant de nombreuses couvertures pour les magazines Harper's Bazaar (1941-1944) et Vogue (1944-1955), notamment sa célèbre photo de 1949, L’œil de biche (ci-contre).

the man who shot beautiful women,bbc4,bbc 4,nick watson,erwin blumenfeld,photographie,jeu de paume,dadaïsmeBlumenfled effectuera également des commandes publicitaires très bien rémunérées pour l'industrie cosmétique. Et c'est probablement l'élément le plus intéressant qui ressort de sa vie : ce tiraillement constant entre réaliser de la photographie artistique et faire ce qui rapporte de l'argent. Ce documentaire coïncide avec une exposition consacrée à Blumenfeld au Jeu de Paume (octobre 2013 - janvier 2014). Lors de celle-ci, le commissaire Ute Eskildsen affirma :  "son  travail éditorial était radical, expérimental, comme s'il cherchait sans arrêt à repousser les limites de la photographie en couleur". J. N

The Man Who Shot Beautiful Women (Nick Watson, Royaume-Uni, 2013, 59 min)

29/03/2020

Lanceurs d'alerte au cinéma

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueC'est en pleine pandémie de coronavirus (avec un chiffre alarmant de plus de 660.000 personnes atteintes dont 30.000 décédées) que nous publions finalement cette note sur les lanceurs d'alerte. Le virus dévastateur, apparu dans la ville chinoise de Wuhan, a également son lot de lanceurs d'alerte, qui, comme souvent dans ces situations-là, n'ont pas été écoutés par des autorités supérieures incompétentes. Parmi eux, un médecin français qui sonne l'alerte dès 2015, Li Wenliang, premier médecin chinois à tenter de lancer l'alerte sur l'irruption du coronavirus mais censuré par le pouvoir chinois (il décède du virus le 7 février dernier et a été réhabilité à titre posthume par une commission d'enquête), et la médecin Ai Fen, l'"autre lanceuse d'alerte de Wuhan", également court-circuitée par les autorités chinoises mais toujours en vie. Ces personnages (notamment les deux derniers cités) auront peut-être leur histoire portée un jour à l'écran.

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueCes derniers années, les films sur les lanceurs d'alerte se sont multipliés. Rien de plus logique puisque les actions des lanceurs d'alerte se sont également multipliées depuis le début des années 2000. Passage en revue des films de ce genre devenu à part.

Un lanceur d'alerte (whistleblower) est un individu ou groupes d'individus qui révèle des comportements illicites et/ou dangereux pouvant constituer une menace pour l'homme (Scandale du Mediator - La fille de Brest, 2015), l'économie (Panama Papers - The Laundromat, 2019), la société (espionnage de la NSA - Snowden, 2016) et l'environnement (pollution de l'eau potable en Californie - Erin Brockovich, 2000). Il est évident de même que ces situations peuvent se croiser.

Médias et pouvoir politique

the insider,RAND Corporation,russell crowe,CBS,60 minutes,matthew rhys,daniel ellsberg,the post,new york times,washington post,jeffrey wigandwhistleblower,la fille de brest,mediator,panama papers,the laundromat,nsa,snowden,erin brockovich,steven soderbergh,oliver stonelanceur d'alerte,edward snowden,pentagon papers,irène frachon,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the reportAnimé de bonnes intentions et désintéressé, le lanceur d'alerte porte les éléments qu'il a découvert à la connaissance, le plus souvent, des médias (première puissance de diffusion de la vérité), soit la presse écrite (ancien analyste de la RAND Corporation, Daniel Ellsberg (interprété par Matthew Rhys) transmet en 1971 une étude secrète du ministère américain de la Défense au New York Times et au Washington Post qui révèlent le scandale des Pentagon Papers - The Post, 2017), ou la télévision : en 1995, Jeffrey Wigand (Russell Crowe) dénonce dans l'émission 60 minutes de CBS l'utilisation de substances addictives par l'industrie du tabac qui l'employait. Celle-ci a dû payer 246 millions de dollars de dommages et intérêts pour atteinte à la santé publique (The Insider, 1999).

richard nixon,scandale du watergate,watergate,liam neeson,mark felt,bob woodward,carl bernstein,fbi,all the president's men,alan j. pakula,joseph mccarthy,good night and good luck,edward r. murrow,david strathairn,george clooney,the insider,rand corporation,russell crowe,cbs,60 minutes,matthew rhys,daniel ellsberg,the post,new york times,washington post,jeffrey wigandwhistleblower,la fille de brest,mediator,panama papers,the laundromat,nsa,snowden,erin brockovich,steven soderbergh,oliver stonelanceur d'alerte,edward snowden,pentagon papers,irène frachon,steven spielberg,spotlight,boston globe,jeffrey wigand,ciaAprès le scandale des Pentagon Papers, le président américain Richard Nixon n'était pas au bout de ses peines. Un an plus tard, 5 hommes étaient arrêtés pour être entrés par infraction dans les locaux du Parti démocrate. Alors que l'affaire était présentée comme un fait divers, les journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein, décident de creuser et sont tuyautés par un informateur secret appelé "gorge profonde" (Liam Neeson). Celui-ci ne révélera son identité qu'en 2005, en la personne de Mark Felt, n° 2 du FBI (Mark Felt: The Man Who Brought down the White House, 2017). Le scandale du Watergate  mènera à un complit ourdi par les hautes sphères du pouvoir et entraînera la première et seule démission d'un président des Etats-Unis (All the President's Men, 1976). C'est également la presse US qui contribua durant les années 1950 à la chute du sénateur Joseph McCarthy (et sa tristement célèbre "chasse aux sorcières" des années 1950-1954), en l’occurrence le journaliste Edward R. Murrow (David Strathairn) et son producteur, Fred Friendly (George Clooney), par le biais du journal télévisé de CBS (Good Night, and Good Luck, 2005).

A qui s'adresser

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyS'adresser directement aux autorités officielles peut également être une (unique) option. C'est ainsi que Daniel J. Jones (Adam Driver), directeur d'une enquête de la Commission spéciale du Sénat américain sur le programme de détention et d'interrogation de la CIA à la suite des attentats du 11 septembre 2011 (The Report, 2019), découvre les méthodes brutales et sadiques de cette dernière, ou ce qui a été appelé "technique d'interrogatoire renforcée". Menant la plus grande enquête jamais effectuée par la Commission du Sénat, Jones ne peut présenter ses résultats qu'à son supérieur, la sénatrice Dianne Feinstein (2014). Cette affaire mènera en 2015 à l'amendement McCain-Feinstein, mettant fin au programme en question. Mais aucun membre de la CIA ne sera poursuivi... Dans The Informant! (2009), c'est la CIA qui collecte les informations de Mark Whitacre (Matt Damon) qui rapporte les pratiques illégales du groupe alimentaire pour lequel il travaillait. Sauf qu'ici le lanceur d'alerte use de sa position pour s'enrichir illégalement, comme quoi certaines situations peuvent être ambiguës. 

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyUne autorité officielle peut être la justice. C'est dont se saisit Lois Jenson (Charlize Theron) durant les années 1990, menant le premier recours collectif pour harcèlement sexuel aux Etats-Unis (date assez tardive pour un pays vantant sa "démocratie") et entre dans l'histoire de ce pays en faisant condamner pour cette accusation la mine qui l'employait dans l'Etat du Minnesota (North Country, 2005). Dans l'Affaire Harvey Weinstein - l'un des scandales sexuels les plus retentissants - pas moins de 93 femmes ont affirmé avoir été agressées sexuellement par l'ex-producteur vedette de Hollywood. Celui-ci a écope le 24 février dernier de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viols. Il ne serait pas étonnant qu'une fiction sur cette affaire voit le jour, centrée à la fois sur les victimes et la vie du prédateur sexuel (en mode "ascension et chute"). Enfin, un lanceur d'alerte peut s'adresser à une association. Découvrant la chasse aux dauphins à Taiji (Japon), Ric O'Barry, ancien dresseur de dauphins devenu activiste, s'adresse à Louie Psihoyos (ancien photographe du National Geographic) qui avec l'aide de l'ONG qu'il dirige (Oceanic Preservation Society) met en place une équipe qui parvient à filmer ce forfait caché par les autorités japonaises et à en faire un documentaire (The Cove, oscarisé en 2009).

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyA noter de même qu'un média peut être lui-même le lanceur d'alerte. Ce sont des journalistes d'investigation du Boston Globe qui dévoilent au début des années 2000 (obtenant le Prix Pulitzer en 2003) le Scandale d'abus sexuels dans l'archidiocèse de Boston. Entraînant une crise de l'Eglise catholique aux Etats-Unis, cette affaire mènera, notamment, à la démission de l'archevêque de Boston, Bernard Law en 2003 (Spotlight, 2015).

Lanceurs d'alerte et cinéma

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyLa multiplication des lancements d'alerte constituent un filon intarissable pour le cinéma, notamment Hollywood, toujours à l'affût d'un bon coup. Ce thème très à la mode désormais permet, en effet, de renouveler celui - plus général - du héros, bassiné à toutes les sauces au cinéma et à la télévision, et depuis belle lurette. A ce thème réactualisé viennent se greffer trois dimensions attrayantes : la réalité des faits (les personnages ont existé), un plaidoyer pour la justice et la transparence, et le combat de David contre Goliath. Ces deux dernières caractéristiques se combinent parfaitement puisque dans un monde où la justice sociale n'a jamais existé, les dominés réclament justement un partage équitable des ressources, des pratiques économiques transparentes et une justice impartiale. On s'identifie au lanceur d'alerte, celui-ci étant souvent de la classe moyenne et menant une vie ordinaire. Force d'ailleurs est de constater que les films dévoilant des scandales et centrés sur le protagoniste principal présentent des structures narratives similaires.

Une action périlleuse

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleySi les actions des lanceurs d'alerte entraînent un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation sociale, elles mènent de même à une mise en danger du protagoniste. Wigand (The Insider) fut menacé de mort. Le même sort fut réservé à Robert Bilott (Mark Ruffalo) en 2016. Cet avocat d'un grand cabinet partit en guerre contre l'entreprise de produits chimiques DuPont, responsable de l'empoisonnement à petit feu des habitants et des animaux de la localité de Parkersburg (Virginie occidentale). Sa dénonciation médiatique mit en péril sa carrière et sa famille (Dark Waters, 2019). Fondateur de Wikileaks, Julian Assange (interprété par Benedict Cumberbatch dans The Fifth Estate, 2013) est actuellement en prison, à Londres. Quant à Edward Snowden (Joseph Gordon-Levitt), véritable porte-drapeau de cet univers, immortalisé d'abord dans un documentaire oscarisé (Citizenfour, 2014) puis fictivement par Oliver Stone (Snowden, 2016), il est poursuivi par la justice américaine pour espionnage mais a obtenu l'asile politique temporaire en Russie.

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyEn 2004, Dan Rather, journaliste vedette et sa productrice Mary Maples diffusent sur CBS un reportage racontant comment George W. Bush aurait essayé d'échapper à ses obligations militaires entre 1968 et 1974 - grâce à ses connections familiales et politiques - afin d'éviter de participer à la guerre du Vietnam. Les deux audacieux perdront leur emploi (Truth, 2015). Toujours dans le domaine politique (mais dans une dimension plus choquante), le journaliste Gary Webb (Jeremy Renner) du San José Mercury News, perdra la vie pour avoir osé défier la CIA et le gouvernement américain, révélant au grand public en 1996 que ces deux instances avaient monté et orchestré une opération secrète durant les années 1980, consistant à inonder les quartiers afro-américains de Los Angeles de crack en provenance du Nicaragua et à armer en contrepartie la rébellion contra dans sa guerre contre le gouvernement sandiniste (Kill the Messenger, 2014).

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyL'organisation des nations unies, supposé porte-flamme de la paix et de l'éthique, n'échappe pas non plus aux scandales. Les crimes sexuels commis ces dernières années par des casques bleus sur des mineures en Centrafrique (et dénoncés en 2016 par l'ONG CodeBlue) rappellent l'histoire de Kathryn Bolkovac (Rachel Weisz). Cette policière travaillant pour la compagnie privée américaine DynCorp dans le cadre d'un contrat dépendant de l'ONU, démantèle un réseau de prostitution impliquant des officiels de l'instance internationale en Bosnie-Herzégovine (années 1990). Vu les enjeux financiers (l'ONU a payé 15 millions de dollars à DynCorp) et les possibles retombées politiques, elle faillit y perdre la vie et ne travailla plus jamais pour la justice internationale. Des officiels onusiens durent démissionner mais aucun ne fut poursuivi en raison de leur immunité diplomatique (The Whistleblower, 2010).

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyDans le domaine du sport, le neurologue pathologiste d'origine nigériane Bennet I. Omalu (Will Smith) révolutionne en 2002 le monde de la neurologie en découvrant des cas d'encéphalopathie traumatique chronique au sein de la National Football League. Dénonçant les dangers du sport le plus populaire aux Etats-Unis, il se fait vilipender par la NFL (vu les millions de dollars que brasse ce sport) qui tente de ruiner sa carrière (Concussion, 2015).

Lanceurs d'alerte et Guerre d'Irak (2003)

afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,niger,etats-unis,royaume-uni,fair game,doug liman,irak,joseph wilson,cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,citizen four,edward snowden,kille the messenger,jeremy renner,san josé mercury news,truth,dan rather,mary maples,scandale abus sexuels dans l'archidiocèse de boston,spotlight,bernard law,pultiwer,nicaragua,kathryn bolkovac,bosnie,onu,casques bleus,rachel weisz,codeblue,the fifth estateDans le sillage de la guerre d'Irak de 2003, l'agente de la CIA, Valerie Plame (Naomi Watts), parvient à prouver avec l'aide de son époux (l'ambassadeur Joseph Wilson) que l'Irak ne s'est pas fourni en uranium auprès du Niger, argument qu'utilise le président américain George W. Bush pour justifier une invasion US de l'Irak. Mais les conclusions de son rapport sont ignorées par l'administration Bush... Wilson publie donc le rapport dans le New York Times. Conséquence : des membres de l'administration US dévoilent via la presse l'identité de Valerie Plame, grillant sa couverture (et mettant en danger ses contacts à l'étranger) et la discréditant (Fair Game, 2010).

afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,niger,etats-unis,royaume-uni,fair game,doug liman,irak,joseph wilson,cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,citizen four,edward snowden,kille the messenger,jeremy renner,san josé mercury news,truth,dan rather,mary maples,scandale abus sexuels dans l'archidiocèse de boston,spotlight,bernard law,pultiwer,nicaragua,kathryn bolkovac,bosnie,onu,casques bleus,rachel weisz,codeblue,the fifth estateA la même époque, Katharine Gun (Kiera Knightley) - agente des renseignements britanniques - transmet au quotidien The Observer un document transmis par la NSA et attestant d'un plan américain visant à soudoyer des membres non-permanents du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'obtenir leur vote en vue d'une invasion de l'Irak. Gun sera poursuivie par la justice mais finalement acquittée car d'après la justice britannique, la condamner aurait entraîné la justice britannique à reconnaître l'illégalité d'une agression contre l'Irak (Official Secrets, 2019).

cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,the great hack,netflix,the kleptocrats,malaisie,1mdb scandal,scandale 1mbd,inégalités socio-économiques,fraude fiscale,blanchiment d'argent,évasion fiscale,détournement de fonds,national bird,alex gibney,taxi to the dark side,the guardian,panama papersToujours en 2003, l'armée américaine et la CIA sont empêtrés dans le Scandale d'Abou Ghraib. Dans cette prison située à 32 km de Bagdad, des membres des deux institutions infligeaient aux prisonniers irakiens des sévices dépassant l'entendement. C'est l'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International qui dévoilait le scandale, relayée ensuite par les médias américains (Standard Operating Procedure, 2008). Le même scandale touchera une autre prison d'un pays occupé par l'armée américaine, celle de Bagram en Afghanistan, sauf que dans ce cas-là, la torture volontaire mènera au meurtre prémédité de deux prisonniers (Taxi to the Dark Side, 2007). Pays très pauvre (le mot est faible), en guerre sans discontinuité depuis 1989 et foyer de l'islamisme radical, l'Afghanistan sera au cœur du programme secret de drones du gouvernement américain, révélé par The Guardian grâce aux informations de trois lanceurs d'alerte (National Bird, 2015).

cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internetLe trident Maison-Blanche/CIA/NSA est d'ailleurs systématiquement dans les mauvais coups. En 2010, c'est grâce, notamment, aux révélations d'anciens employés de la NSA qu'est dévoilée une opération secrète conjointe (renseignements américains, britanniques et israéliens) - appelée "Olympic Games" - visant à détériorer le fonctionnement du programme nucléaire iranien via une cyber-attaque (Zero days, 2016). Cette même NSA aurait pu, semble-t-il, éviter à la première puissance mondiale le plus grand attentat terroriste survenu sur son territoire, d'après les révélations d'un de ses anciens analystes (A Good American, 2015). La CIA et le FBI avaient également les moyens d'arrêter cela mais leur compétition couplée aux manigances de la CIA et à l'incompétence de l'administration Georges W. Bush n'a pas permis de contrecarrer les plans de la nébuleuse Al Qaïda (l'histoire est racontée dans la série The Looming Tower de la chaîne Hulu - 2018).

Récemment : les arnaques du siècle

panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,the grat hack,netflix,taxi to the dark side,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,niger,etats-unis,royaume-uni,fair game,doug liman,irak,joseph wilson,cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,citizen four,edward snowden,kille the messenger,jeremy renner,san josé mercury news,truth,dan rather,mary maples,scandale abus sexuels dans l'archidiocèse de boston,spotlight,bernard law,pultiwer,nicaragua,kathryn bolkovac,bosnie,onu,casques bleus,rachel weisz,codeblueLe temps passe et les dimensions scandaleuses des affaires s'amplifient. Deux scandales récents et survenus à deux années d'intervalle constituent tout simplement le summum en termes de volume d'informations, de sommes d'argent brassées et d'impact politique ou financier. Le scandale des Panama Papers (2016), impliquant fraude fiscale, évasion fiscale et blanchiment d'argent démarre avec une fuite de plus de 10 millions de documents (2.6 téraoctets de données) attestant de plusieurs milliards de dollars volés (The Panama Papers, 2018). Quant au scandale Facebook-Cambridge Analytica (2018), il révèle l'utilisation illégale de données de 87 millions de personnes (toujours The Guardian) et le rôle fondamental d'une société de stratégie politique dans deux événements politiques majeurs (The Great Hack, 2019).

 

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueQuant aux facteurs expliquant la multiplication des lancements d'alerte, ils sont sans aucun doute multiples et nous pouvons mettre en avant parmi ceux-là l'impact des nouvelles technologies (internet et réseaux sociaux). Tout est traçable désormais et rien ne peut être longtemps caché. Nous pouvons ajouter à cela un phénomène mondial de creusement des inégalités socio-économiques et de paupérisation massive des classes moyennes et pauvres. C'est ce facteur - induit par un phénomène de mondialisation ultra-libérale contrôlée par les plus riches - qui explique les crises sociales, économiques ou politiques (souvent les trois à la fois) de 2019 dans de nombreux pays (Chili, Liban, Honduras, Haïti, Iran, Colombie, Venezuela, Irak...etc).

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueOr, ces inégalités sont essentiellement causées par des combines financières illicites : fraude fiscale et évasion fiscale lorsqu'il s'agit du secteur privé (mais les politiques usent largement de ces pratiques), détournement de fonds (et autres) lorsqu'il s'agit de fonctionnaires de l'Etat. Cette deuxième tendance donne lieu à ce qu'on appelle une kleptocratie, soit le "gouvernement des voleurs" (kleptos = vol ; kratos = gouverner), un terme que l'on peut appliquer à la Russie de Poutine, la Libye de Kaddhafi, la Tunisie de Ben Ali, le Liban depuis belle lurette et bien d'autres... C'est d'ailleurs le titre d'un documentaire décryptant le Scandale 1MDB, démarrant en Malaisie et ayant des ramifications mondiales (The Kleptocrats, 2018). C'est ainsi que la possibilité pour des spécialistes de tracer tout et n'importe quoi via internet et la poursuite (le monde ne change pas) en parallèle de pratiques financières illégales mènent au dévoilement régulier de scandales : Offshore Leaks (2013), LuxLeaks (2014), SwissLeaks (2015), Panama Papers (2016), Football Leaks (2016), Bahamas Leaks (2016), Paradise Papers (2017), Football Leaks 2 (2018), Mauritius Leaks (2019), Luanda Leaks (2020)... La liste est longue (pour des scandales récents de tout genre, voir la série-documentaire Dirty Money (2018 -  ) de Netflix) et devrait continuer à constituer un filon intarissable pour le cinéma ou la télévision. 

J. N

Fictions/documentaires liés au dévoilement de comportements illicites (liste non-exhaustive).

- Official Secrets (Gavin Hood, 2019)

- Dark Waters (Todd Haynes, 2019)

- The Great Hack (Karim Amer, Jehane Noujaim, 2019) - documentaire

- XY Chelsea (Tim Travers Hawkins, 2019) - documentaire

- The Report (Scott Z. Burns, 2019) 

- The Laundromat (Steven Soderbergh, 2019)

- The Kleptocrats (Sam Hobkinson, Havana Marking, 2018) - documentaire

- The Panama Papers (Alex Winter, 2018) - documentaire

- The Post (Steven Spielberg, 2017) 

- Mark Felt: The Man who Brought Down the White House (Peter Landesman, 2017)

- Snowden (Oliver Stone, 2016)

- Zero Days (Alex Gibney, 2016) 

- National Bird (Sonia Kennebeck, 2016) - documentaire

- La fille de Brest (Emmanuelle Bercot, 2016) 

- Concussion (Peter Landesman, 2015)

- Spotlight (Tom McCarthy, 2015)

- Truth (James Vanderbilt, 2015)

- A Good American (Friedrich Moser, 2015) - documentaire

- L'enquête (Vincent Garenq, 2014)

- Citizenfour (Laura Poitras, 2014) - documentaire

- The Fifth Estate (Bill Condon, 2013)

- We Steal Secrets: the Story of Wikileaks (Alex Gibney, 2013) - documentaire

- The Whistleblower (Larysa Kondracki, 2010) 

- Fair Game (Doug Liman, 2010) 

- The Informant! (Steven Soderbergh, 2009)

- The Cove (Louie Psihoyos, 2009) - documentaire

- Standard Operating Procedure (Erroll Morris, 2008) - documentaire

- Taxi to the Dark Side (Alex Gibney, 2007) - documentaire

- North County (Niki Caro, 2005)

- Good Night, and Good Luck (George Clooney, 2005) 

- Erin Brockovich (Steven Soderbergh, 2000)

- The Insider (Michael Mann, 1999)

- Silkwood (Mike Nichols, 1983)  

- All the President's Men (Alan J. Pakula, 1976)

23/02/2020

Zero Days

programme nucléaire iranien,iran,israël,nsa,cia,etats-unis,royaume-uniAprès le visionnage de quelques documentaires réalisés par l'américain Alex Gibney, on a pu cerner ce qui intéresse ce réalisateur prolixe, considéré en 2010 par le magazine Esquire comme un des documentaristes les plus importants du moment, dans un article relevant le fait qu'il était "le biographe des hommes mauvais".

Il est évident que le natif de New York s'intéresse essentiellement à des actes illicites commis par les humains, soit le fameux scandale financier Enron (Enron: The Smartest Guys in the Room, 2005), l'arnaque Lance Armastrong (The Armstrong Lie, 2013), la torture effectuée par l'armée américaine dans une prison en Afghanistan et menant à l'assassinant de deux détenus (Taxi to the Dark Side, oscar du meilleur documentaire en 2008), le décorticage du fonctionnement de l'Eglise scientologue aux Etats-Unis (Going Clear: Scientology and the Prison of Belief, 2015), la fraude massive effectuée par un laboratoire pharmaceutique (The Inventor: Out for Blood in Silicon Valley, 2019), etc...

Zero Days raconte la découverte en 2010 d'un programme informatique appelé Stuxnet,  conçu par la NSA et faisant partie d'une opération appelée "Olympic Games" et visant à déstabiliser voire détruire le programme nucléaire de la République islamique d'Iran. A travers de nombreux entretiens dont des lanceurs d'alerte anonymes ayant travaillé pour la NSA mais également des personnalités politiques de premier plan (notamment des anciens directeurs de la CIA et de la NSA), on apprend qu'il s'agissait d'une opération conjointe impliquant la NSA, la CIA, le commandement de l'armée américaine et les services de renseignements britanniques et israéliens. Le virus Stuxnet attaqua en juin 2009 le site nucléaire iranien de Natanz, provoquant une dégradation de l'uranium enrichi par les centrifugeuses.

On apprend ici que comme souvent les autorités israéliennes voulurent aller plus loin que leurs homologues américaines et mirent en place (sans les consulter) une attaque plus agressive, ce qui permit la révélation de ce programme top secret. Que les Etats - notamment les Etats-Unis - commettent des actes peu moraux afin de déstabiliser des Etats déclarés déviants ou tout simplement ennemis n'a rien de nouveau ou d'étonnant. Le documentaire permet en fait de confirmer deux tendances se mettant progressivement en place depuis plusieurs années : l'autonomie (voire l'indépendance) d'Israël vis-à-vis des Etats-Unis dans la conduite de sa politique étrangère (officielle/officieuse) et la place de plus en plus importante au XXIème siècle de la cybercriminalité dans les conflits inter-étatiques. J. N

Zero Days (Alex Gibney, USA, 2016, 113 min)

- Sélection officielle - Festival de Berlin 2016

26/01/2020

The Great Hack

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandale"Toutes mes interactions, l'utilisation de ma carte de crédit, mes recherches, ma position, ce que j'aime, tout est récupéré en temps réel puis associé à mon identité. Les acheteurs ont donc un accès direct à mon pouls émotionnel. Grâce à ces informations, ils se battent pour mon attention. Ils me gavent d'un flux constant de contenu conçu sur mesure pour moi et que je suis le seul à voir (...). Mes peurs, ce que j'aime, mes intérêts, mes limites et jusqu'où aller pour les franchir."

C'est avec ces mots que débute, en voix off, ce documentaire constituant une alerte concernant les dérives d'internet, et plus précisément l'utilisation à mauvais escient des données personnelles.

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleEn mai 2018, la société de publication stratégique Cambridge Analytica (Etats-Unis) était au cœur d'un scandale mondial de vol d'informations. En effet, dans le but d'effectuer du ciblage politique favorable - en 2016 - au Brexit (Royaume-Uni) et à l'élection à la présidence américaine de Donald Trump, CA a utilisé les données personnelles de plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs de facebook. Ces informations ont servi ensuite à influencer les intentions de vote d'électeurs indécis, via ce qu'on appelle dans la sphère internet le "targetting messaging".

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleForce donc est de constater que, ni plus ni moins, cet accès illégal à des informations a engendré deux véritables tremblements de terre politiques. L'affaire est d'autant plus désolante que les deux scrutins en question furent serrés (aux Etats-Unis, cela s'est joué - à peu de choses près - dans trois Etats). Le scandale Facebook-Cambridge Analytica (qu'on peut considérer comme le plus grand scandale de vols d'informations via internet) remet également à l'ordre du jour le problème de traque à grande échelle - via des systèmes électroniques hyper-sophistiqués - de données privées permettant de cerner les univers (sociaux, économiques, politiques, psychologiques...etc) des individus. Dans ce domaine-là, ce scandale constitue ainsi un second coup de tonnerre après l'Affaire Edward Snowden (2013). A l'heure où l'intensité du lien social est de plus en plus faible un peu partout et où fake news, complotisme et désinformation pullulent sur le web, cette affaire met également en exergue les dérives engendrées par le web social et plus particulièrement les réseaux sociaux.

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleDécryptant comment Cambridge Analytica a opéré dans le cadre des deux élections citées, le documentaire se concentre sur Britanny Kaiser, ancienne directrice au développement des affaires chez CA et lanceuse d'alerte (après qu'un premier lanceur d'alerte - Christopher Willie, également analyste chez CA - ait révélé l'affaire) et fournit les témoignages  de David Carrol (professeur de design multimedia, ayant poursuivi CA en justice) et Carole Cadwalladr (journaliste d'investigation travaillant pour The Guardian et The Observer) qui - prenant le relais des lanceurs d'alerte - a révélé au grand public les activités louches du tandem Cambridge Analytica/Facebook.

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleScandales financiers (notamment les tristement célèbres Panama Papers) et vols d'informations constituent désormais, à la fois, le nœud gordien et la pierre angulaire du fonctionnement politico-économique de notre planète. Triste réalité quand on sait que ces pratiques ne vont pas cesser (comment le pourraient-elles?). Dans l’œil du cyclone et en faillite, Cambridge Analytica disparaît le 2 mai 2018 mais dirigeants (dont l'ancien directeur général, Alexander Nix) et algorithmes se retrouvent dans une autre société spécialisée dans l'analyse de données (et créée par la société mère de CA...), Emerdata Limited. Sanctionné par la justice américaine, Facebook a du payer en juillet 2019 (au moment où ce documentaire était diffusé) une amende de 5 milliards de dollars, somme que le réseau social le plus populaire n'aura probablement pas de problème à refaire assez rapidement.

Engagé politiquement (et nommé comme meilleur documentaire lors de la prochaine cérémonie des BAFTA Awards), ce documentaire diffusé le 24 juillet 2019 sur Netflix constitue un plaidoyer pour une plus ample protection des données personnelles, gage d'une véritable gouvernance démocratique. Un combat vain?

J. N

 

The Great Hack (Karim Amer, Jehane Noujaim, USA, 2019, 114 min)