free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/01/2020

The Great Hack

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandale"Toutes mes interactions, l'utilisation de ma carte de crédit, mes recherches, ma position, ce que j'aime, tout est récupéré en temps réel puis associé à mon identité. Les acheteurs ont donc un accès direct à mon pouls émotionnel. Grâce à ces informations, ils se battent pour mon attention. Ils me gavent d'un flux constant de contenu conçu sur mesure pour moi et que je suis le seul à voir (...). Mes peurs, ce que j'aime, mes intérêts, mes limites et jusqu'où aller pour les franchir."

C'est avec ces mots que débute, en voix off, ce documentaire constituant une alerte concernant les dérives d'internet, et plus précisément l'utilisation à mauvais escient des données personnelles.

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleEn mai 2018, la société de publication stratégique Cambridge Analytica (Etats-Unis) était au cœur d'un scandale mondial de vol d'informations. En effet, dans le but d'effectuer du ciblage politique favorable - en 2016 - au Brexit (Royaume-Uni) et à l'élection à la présidence américaine de Donald Trump, CA a utilisé les données personnelles de plusieurs dizaines de millions d'utilisateurs de facebook. Ces informations ont servi ensuite à influencer les intentions de vote d'électeurs indécis, via ce qu'on appelle dans la sphère internet le "targetting messaging".

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleForce donc est de constater que, ni plus ni moins, cet accès illégal à des informations a engendré deux véritables tremblements de terre politiques. L'affaire est d'autant plus désolante que les deux scrutins en question furent serrés (aux Etats-Unis, cela s'est joué - à peu de choses près - dans trois Etats). Le scandale Facebook-Cambridge Analytica (qu'on peut considérer comme le plus grand scandale de vols d'informations via internet) remet également à l'ordre du jour le problème de traque à grande échelle - via des systèmes électroniques hyper-sophistiqués - de données privées permettant de cerner les univers (sociaux, économiques, politiques, psychologiques...etc) des individus. Dans ce domaine-là, ce scandale constitue ainsi un second coup de tonnerre après l'Affaire Edward Snowden (2013). A l'heure où l'intensité du lien social est de plus en plus faible un peu partout et où fake news, complotisme et désinformation pullulent sur le web, cette affaire met également en exergue les dérives engendrées par le web social et plus particulièrement les réseaux sociaux.

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleDécryptant comment Cambridge Analytica a opéré dans le cadre des deux élections citées, le documentaire se concentre sur Britanny Kaiser, ancienne directrice au développement des affaires chez CA et lanceuse d'alerte (après qu'un premier lanceur d'alerte - Christopher Willie, également analyste chez CA - ait révélé l'affaire) et fournit les témoignages  de David Carrol (professeur de design multimedia, ayant poursuivi CA en justice) et Carole Cadwalladr (journaliste d'investigation travaillant pour The Guardian et The Observer) qui - prenant le relais des lanceurs d'alerte - a révélé au grand public les activités louches du tandem Cambridge Analytica/Facebook.

cambridge analytica,internet,vol d'informations,facebook,alexander nix,netflix,ciblage politique,etats-unis,royaume-uni,donald trump,brexit,scandaleScandales financiers (notamment les tristement célèbres Panama Papers) et vols d'informations constituent désormais, à la fois, le nœud gordien et la pierre angulaire du fonctionnement politico-économique de notre planète. Triste réalité quand on sait que ces pratiques ne vont pas cesser (comment le pourraient-elles?). Dans l’œil du cyclone et en faillite, Cambridge Analytica disparaît le 2 mai 2018 mais dirigeants (dont l'ancien directeur général, Alexander Nix) et algorithmes se retrouvent dans une autre société spécialisée dans l'analyse de données (et créée par la société mère de CA...), Emerdata Limited. Sanctionné par la justice américaine, Facebook a du payer en juillet 2019 (au moment où ce documentaire était diffusé) une amende de 5 milliards de dollars, somme que le réseau social le plus populaire n'aura probablement pas de problème à refaire assez rapidement.

Engagé politiquement (et nommé comme meilleur documentaire lors de la prochaine cérémonie des BAFTA Awards), ce documentaire diffusé le 24 juillet 2019 sur Netflix constitue un plaidoyer pour une plus ample protection des données personnelles, gage d'une véritable gouvernance démocratique. Un combat vain?

J. N

 

The Great Hack (Karim Amer, Jehane Noujaim, USA, 2019, 114 min)

13/01/2020

Unseen Enemy

unseen enemy,épidémié,pandémie,ebola,zika,fièvre,h1n1,janet tobias,petite vérole,variole,inégalités,sécurité biologiqueAlors que nombreuses fictions ont été dédiées à la propagation spectaculaire d'un virus, ce documentaire constitue un avertissement aux humains quant à la possibilité de futures épidémies. En effet, depuis 30 ans, trente nouvelles maladies sont apparues, ayant le potentiel de se transformer en pandémies. Cette potentialité est renforcée par des mobilités humaine de plus en plus accrues (mondialisation oblige), des métropoles surpeuplées et une croissance démographique mondiale toujours en augmentation. En décembre 2013, le virus Ebola, apparu en Guinée, avait ensuite touché le Liberia et la Sierra Leone mais également (dans une moindre mesure) le Mali, le Sénégal, le Nigéria, les Etats-Unis, l'Espagne, l'Italie, et le Royaume-Uni. Cette maladie est transmissible par la salive, l'urine, le sang ainsi que les matières fécales.

La réalisatrice Janet Tobias a rencontré des scientifiques (médecins et chercheurs) qui ont fait face à des pandémies, notamment le virus H1N1 (2009, 1.4 milliard d'individus touchés), le virus Zika (Brésil, 2016), l'Ebola, mais également la petite vérole (ou variole), éradiquée en 1977 et qui aurait causé 500 millions de morts au XXème siècle (chiffre à vérifier). Soutenant que nous faisions face précédemment à des déclenchements (essentiellement) de virus et qu'il y a désormais un grand risque de gigantesques épidémies, le documentaire explique au grand public, à travers les trois premiers cas mentionnés, comment il est possible de lutter ensemble afin de réduire au minimum le risque d'épidémie, tandis que la fièvre touche chaque année 5 millions d'individus et en tue 200.000.

Hélas, comme nous le savons, dans un monde de plus en plus globalisé et écrasé par l'utralibéralisme économique, les inégalités ne cessent de se creuser et c'est justement dans les pays marqués par une grande pauvreté et dotés de moyens très insuffisants que les virus apparaissent. Dans le même temps, le budget mondial alloué à la sécurité militaire et policière est équivaut à dix fois celui de la sécurité biologique, ce qui en dit long sur la possibilité d'amélioration des conditions sanitaires. Assez désolant comme statistique (les humains ne changent pas), ce fait n'anéantit pas pour autant tout espoir. Car comme le rappelle, à la fin, ce documentaire, de simples réflexes quotidiens contribuent grandement à limiter (voire contrecarrer) le déclenchement d'un virus. Instructif.

J. N

Unseen Enemy (Janet Tobias, 2017, USA, 97 min)

09/01/2020

A Good American

friedrich moser,william binney,attentats du 11 septembre 2001,nsa,thin thread,trailblazer,espionnage,etats-unis,lanceur d'alerte,edward snowden,edward loomis,j. kirk wiebe,a good americanOn apprend ici que le travail de William Binney à la NSA (où il a travaillé durant 30 ans) aurait pu faire éviter les attentats du 11 septembre 2001 mais qu'il fut court-circuité par de hauts responsables de la célèbre agence de renseignement américaine.

Démissionnaire le 31 octobre 2001, William Binney avait en septembre 2002 (avec deux autres lanceurs d'alerte - Edward Loomis et J. Kirk Wiebe) demandé à l'inspection générale du Département américain de la Défense d'enquêter sur les activités de la NSA, celle-ci ayant "dépensé des millions et des millions" sur le projet de surveillance Trailblazer (qui s'est révélé inefficace) qui remplaça ThinThread, projet mis en place par Binney et Loomis, s'avérant plutôt efficace (Binney était parvenu à prévoir les événements en Tchécoslovaquie de 1968 et l'invasion soviétique de l'Afghanistan en 1979) et qui coûtait beaucoup moins cher.

friedrich moser,william binney,attentats du 11 septembre 2001,nsa,thin thread,trailblazer,espionnage,etats-unis,lanceur d'alerte,edward snowden,edward loomis,j. kirk wiebe,a good americanStoppé trois semaines avant les attentats du 11 septembre 2001, ThinThread aurait permis d'éviter le plus gros attentat terroriste survenu sur le territoire des Etats-Unis, avance le documentaire, éléments à l'appui. Cette assertion (ainsi que le travail de Binney) permet de confirmer définitivement le fait que les autorités américaines auraient pu (du?) éviter les attentats des tours jumelles de New York (et du Pentagone). Vue sous un autre angle, elle amènerait à considérer que la première puissance mondiale a délibérément laissé faire, pour quelque raison obscure, ce qui entend que cet attentat constituait une machination américaine. Mais verser, du coup, dans la théorie du complot est un pas que nous ne franchirons pas. Hormis les nombreuses raisons qui ne poussent pas à adopter cette posture (notamment la faiblesse intellectuelle de la théorie du complot), nous pourrions estimer que les croisements d'intérêts économiques et politiques qui expliquent souvent ce type de situation (l'abandon du projet ThinThread) ne mènent pas nécessairement à laisser faire un attentat de grande amplitude. Mais bien entendu, cette histoire n'aide pas (et même accentue) à résoudre les zones d'ombre entourant les attentats du 11 septembre 2001...

friedrich moser,william binney,attentats du 11 septembre 2001,nsa,thin thread,trailblazer,espionnage,etats-unis,lanceur d'alerte,edward snowden,edward loomis,j. kirk wiebe,a good americanCritiquant durement l'administration Bush (et dans le viseur du FBI), William Binney a poursuivi durant le mandat de Barack Obama (2008-2012) sa dénonciation des activités de la NSA, affirmant que celle-ci effectuait une surveillance de masse, allant même jusqu'à témoigner que celle-ci violait délibérément la constitution des Etats-Unis. Préfiguration d'Edward Snowden, le plus célèbre des lanceurs d'alerte, Binney affirma à propos de ce dernier qu'il avait "rendu un grand service au monde entier". J. N

A Good American (Friedrich Moser, Autriche, 100 min)

05/01/2020

The Kleptocrats

the kleptocratsA l'instar du documentaire The Panama Papers décryptant le scandale portant le même nom, The Kleptocrats effectue la même chose concernant le "Scandale 1MDB" (IMDB Scandal ou 1 Malysia Development Berhad Scandal). 1MDB est une compagnie stratégique de développement créée en 2009 et pilotée directement par le ministère malaisien des finances. Établie dans le but de mener des stratégies de développement économique à long terme, la compagnie est impliquée dans les secteurs de l'énergie, de l'immobilier, du tourisme et de l'agrobusiness. A partir de 2015, éclate le Scandale 1MDB. Explication (succincte).

the kleptocratsEn mars 2014, 1MDB est endetté de 10 milliards de dollars. En janvier 2015, les médias britanniques Sarawak Report et The Sunday Times, et l'américain The Wall Street Journal reçoivent d'un lanceur d'alerte (le banquier suisse Xavier Justo) 227.000 documents provenant de 1MDB et dévoilant fraude fiscale et blanchiment d'argent massifs. En juin et juillet, des enquêtes sont lancées par la Banque centrale de Malaisie et par la Commission malaisienne anti-corruption. Dans le même temps, le Wall Street Journal révèle que 700 millions de dollars (provenant de 1MDB) ont été transférés vers des comptes en banque appartenant au premier ministre malaisien Najib Razak. Le même journal révèle en mars 2017 que Razak aurait acheté à sa femme - avec les fonds détournés de 1MDB - un une bague en diamant d'une valeur de 27 millions de dollars (l'équivalent en Malaisie des salaires annuels de plus de 3300 enseignants, explique une personne interviewée dans le documentaire).

Finalement, après avoir perdu les élections législatives malaisiennes de mai 2018 (une première), Najib Razak est arrêté en juillet 2018 et son procès débute le 3 avril 2019. Il est inculpé pour 42 chefs d'accusation (dont blanchiment d'argent, corruption, fraude fiscale, abus de pouvoir, et abus de confiance).

the kleptocratsAu total, c'est plusieurs milliards de dollars qui ont été détournés du fonds 1MDB. L'affaire a des ramifications (comptes en banques, sociétés, opérations financières...etc) à Singapour, aux Iles Vierges britanniques, aux Emirats Arabes Unis, en Arabie Saoudite, en Suisse, en Australie, au Luxembourg, aux Etats-Unis, et aux Seychelles. Au centre de ce gigantesque scandale financier, un homme-clé, le businessman malaisien Jho Low. Toujours en cavale (recherché par les autorités malaisienne et américaine et traqué par Interpol), celui-ci a détourné 457 millions de dollars du fonds 1MDB dont 160 millions ont servi au financement du film The Wolf of Wall Street (Martin Scorsese, 2013) - notamment le cachet de 25 millions de dollars payé à l'acteur principal Leonardo DiCaprio - via la société de production Red Granite Pictures (cofondée par Riza Aziz, beau-fils de Najib razak...). Ironie du sort, ce film décryptant des magouilles financières s'est fait financer par les mêmes procédés. Quant aux producteurs, ils s'en sont sortis en remboursant à la justice américaine 60 millions de dollars... J. N

The Kleptocrats (Sam Hobkinson, Havana Marking, USA, 2018, 115 min)

03/01/2020

The Panama Papers

scandale financier,the panama papers,the laundromat,consortium international des journalistes d'investigation,alex winter,bastian obermayer,süddeutsche zeitung,panama papers,mossack fonsecaComme le titre l'indique, ce documentaire traite des Panama Papers, soit le plus grand scandale financier de tous les temps, auquel le réalisateur américain Steven Soderbergh a également accordé récemment une fiction (The Laundromat, 2019). "Plus grand" car il s'agit d'une fuite de plus de 11.5 millions de documents provenant de la firme d'avocats Mossack Fonseca (basée au Panama), détaillant des informations sur plus de 214.000 sociétés offshore ainsi que les noms des actionnaires de ces sociétés. Fournies par un lanceur d'alerte anonyme (appelé John Doe), les données concernent des activités s'étalant de 1970 à 2015 et constituent un volume informatique de 2.6 téraoctets.

scandale financier,the panama papers,the laundromat,consortium international des journalistes d'investigation,alex winter,bastian obermayer,süddeutsche zeitung,panama papers,mossack fonsecaEnvoyées d'abord, en 2015, au journaliste Bastian Obermayer du quotidien allemand de centre-gauche,  Süddeutsche Zeitung, les données sont ensuite partagées avec les rédactions de médias de plus de 80 pays par l'intermédiaire du Consortium international des journalistes d'investigation (fondé en 1997 et basé à Washington). Désormais spécialiste des scandales financiers (LuxLeaks, Offshore Leaks, Paradise Papers...etc), ce dernier a également révélé en 2018 un scandale sanitaire mondial concernant plusieurs types d'implants médicaux ("Implant Files"), et en novembre 2019 le fonctionnement des camps d'internement de la population ouïgour dans la province chinoise du Xinjiang ("China Cables").

the panama papers,the laundromat,consortium international des journalistes d'investigation,alex winter,bastian obermayer,süddeutsche zeitung,panama papers,mossack fonseca,scandale financierLes premiers articles (accompagnés de 149 documents) sont publiés le 3 avril 2016 (suivront d'autres). Le tout dévoile des identités et montre comment le cabinet d'avocats panaméen a aidé à créer des sociétés écran qui permettent ensuite l'évasion fiscale et le blanchiment d'argent, véritables fléaux mondiaux. C'est sur cela que revient ce documentaire qui décrypte de même comment les journalistes ont opéré dans l'analyse des données et leur révélation publique. Il n'aborde cependant pas avec détails le mode de fonctionnement des opérations financières, aspect très technique, ce qui lui permet de s'adresser à un public large.

the panama papers,the laundromat,consortium international des journalistes d'investigation,alex winter,bastian obermayer,süddeutsche zeitung,panama papers,mossack fonseca,scandale financierIl serait futile de dresser une liste des personnes citées dans les Panama Papers, tellement celle-ci est longue. Elle comprend de nombreux hommes politiques de premier plan, des hommes d'affaires connus, des collectionneurs d'art, acteurs et réalisateurs de cinéma, footballeurs...etc. Le scandale entraîne la démission du premier ministre islandais, l'inculpation du premier ministre pakistanais, la démission d'un ministre espagnol, et la destitution au Brésil de la présidente Dilma Roussef. Mais hormis, ceux-là, des personnalités d'envergure politique, citées dans les Panama Papers (les présidents d'Ukraine et d'Argentine, le roi d'Arabie Saoudite, et des ministres et députés d'une trentaine d'Etats) ne sont pas inquiétées, comme c'est souvent le cas dans ce type de scandale.

the panama papers,the laundromat,consortium international des journalistes d'investigation,alex winter,bastian obermayer,süddeutsche zeitung,panama papers,mossack fonseca,scandale financierS'il n'est pas tout à fait un réquisitoire contre la financiarisation de l'économie mondiale (comme le fut l'excellent Noire Finance), The Panama Papers constitue toutefois un plaidoyer pour plus de démocratie économique et un appel à lutter davantage contre les combines financières permises par l'existence des paradis fiscaux. Ces derniers constituent probablement le problème économique le plus grave puisqu'ils contribuent amplement au creusement des inégalités socio-économiques. Le documentaire apporte à ce sujet des statistiques ahurissantes : depuis 2015, les 1% les plus riches de la planète ont plus d'argent que les 99% restant tandis qu'entre 1988 et 2011, les revenus des 10% les plus pauvres ont augmenté de moins de 3%. Or, tout cet argent caché (représentant des milliards de dollars) sert à construire routes, écoles, hôpitaux, infrastructures...etc. Hélas, rien ne semble vraiment changer à ce niveau-là lorsqu'on connaît la collusion inévitable et systématique entre élites politiques et économiques. Les scandales se poursuivent et les sanctions (lorsqu'il y en a) demeurent dérisoires. J. N

The Panama Papers (Alex Winter, 2018, USA, 100 min)

28/10/2019

The Trial of Ratko Mladic

MV5BNDA4ZTJhNjItMWM2Yy00ZTdmLTljMWYtNjI0MmM2MTQzYTVmXkEyXkFqcGdeQXVyNTk2OTQxOTY@._V1_SY1000_CR0,0,699,1000_AL_.jpgLe 22 novembre 2017, Ratko Mladic était condamné à la prison à perpétuité par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Institué le 25 mai 1993 par la résolution 827 du Conseil de sécurité de l'ONU, ce dernier avait pour charge de juger les personnes s'étant rendues coupables de violations graves du droit international humanitaire sur le territoire de l'ex-Yougoslavie, à partir du 1er janvier 1991 (1). Traqué durant 15 ans et arrêté en mai 2011 par la police serbe en Vojvodine (république autonome de Serbie), Mladic - surnommé "le boucher des Balkans" - fut la dernière personne jugée par le TPIY (2) et cette instance basée à La Haye (siège de la Cour pénal internationale) sera dissoute le 31 décembre 2017.

250px-Evstafiev-ratko-mladic-1993-w.jpgL'occasion était donc de revenir sur ce procès très médiatisé. Le documentaire explique comment l'accusation a procédé pour démontrer que Mladic - commandant de l'Armée de la République serbe de Bosnie-Herzégovine de 1992 à 1996) a commis des actes de génocide, nettoyage ethnique et crime contre l'humanité. Il sera finalement reconnu coupable de 10 chefs d'accusation sur 11 (1 de génocide, 5 de crime contre l'humanité et 4 de crime de guerres). Il est notamment responsable des tristement célèbres siège de Sarajevo (3) et massacre de Srebrenica (4).

Evstafiev-mladic-sarajevo1993w.jpgSans véritable analyse ni esprit critique, il a été question ici de démontrer la culpabilité de Mladic. Point de problème à ce niveau-là, les vidéos d'archive (scènes de guerre et déclarations officielles de Mladic notamment) sont convaincantes et indiquent que Ratko Mladic a en effet entrepris des crimes atroces. Toutefois, cela masque les nombreuses critiques pertinentes faites à l'encontre de ce tribunal et remettant à jour le problème de la justice internationale, ce qui nous amène à considérer ce documentaire comme propagandiste (justifier la bonne action de ce tribunal) et inutile... Quant aux critiques, nous pouvons les résumer aux points suivants : 

La légitimité

Pour quelles raisons une justice pénale internationale est appliquée à certains conflits (Ex-Yougoslavie, Rwanda) et pas à d'autres, très nombreux depuis la fin de la guerre froide ? (5) Force est de constater qu'aucun soldat américain n'a été jugé pour des crimes de guerre commis par l'armée américaine en Afghanistan et en Irak. La question de la légitimité met donc en exergue une justice internationale sélective et épargnant les pays occidentaux.

La crédibilité

En 2011, Ante Gotovina (un général croate) est condamné par le TPIY à 24 ans de prison pour crimes contre l'humanité à l'encontre des populations serbes. Faisant appel, il est acquitté en 2012. Poursuivi pour crimes de guerre durant la Guerre du Kosovo (1998-1999), Ramush Haradinaj (actuel premier ministre du Kosovo), chef paramilitaire est acquitté par le TPIY en novembre 2012, après que tous les témoins devant comparaître contre lui aient été assassinés (ou décédés dans des circonstances non élucidées). Ces deux cas ont écorné la crédibilité du TPIY.

La compétence

La question de la compétence du Conseil de sécurité de l'ONU à créer un tribunal international a été posée. Autorisé par le chapitre VII de la Charte de l'ONU à intervenir en cas de menace à la paix et à la sécurité internationales, le Conseil de sécurité peut d'après l'article 29 "créer des organes subsidiaires qu'il juge nécessaires à l'exercice de ses fonctions". Le TPIY devait donc être un organe du Conseil de sécurité alors qu'il est officiellement une juridiction indépendante...

L'indépendance

Cette indépendance théorique ne l'est justement pas dans les faits puisque le TPIY était financé par l'OTAN, ce qui soulève la question de la collusion entre ces deux instances et les pressions exercées par l'OTAN, organisation occidentale, au sein de laquelle, les Etats-Unis sont très influents.

En tout état de cause, ces quatre "problèmes" s'emboîtent et constituent un même problème général, celui de la sélectivité de la justice pénale internationale, non épargnée par la question des intérêts (raison d'Etat et autres) des grandes puissances. J. N

 

The Trial of Ratko Mladic (Robert Miller, Henry Singer, 2018, UK, 100 min)

 

(1) Soit les guerres de Yougoslavie (mars 1991-novembre 2001).

(2) Goran Hadzic (président de la République de Krajina durant la Guerre de Croatie - 1990-1995) fut arrêté après Mladic (juillet 2011) mais il fut libéré en 2015 pour raisons médicales et décéda en 2016.

(3) Le siège de la capitale bosniaque (1992-1995) fut effectué par les forces serbes de Bosnie dont le bombardement et les tirs de snipers menèrent au décès de 5000 civils.

(4) Ce massacre de 8000 hommes et adolescents bosniens dans cette ville musulmane de Bosnie fut perpétré par l'armée serbe de Bosnie, appuyée par les Scorpions, un groupe paramilitaire serbe, actif en Serbie et en Bosnie.

(5) De 1945 (Procès de Nuremberg) aux années 1990, la justice internationale est inexistante. Cela s'explique par la structure bipolaire du système international.

24/10/2019

Marina Abramovic: The Artist is Present

marina abramovic: the artist is present,marina abramovic,moma,art corporel,serbieDire que l'art de Marina Abramovic (née à Belgrade en 1946) est "bizarre" serait sans doute un euphémisme. Du moins pour les profanes en art contemporain que nous sommes. Appartenant au courant artistique de l'art corporel, Abramovic a systématiquement repoussé les limites (autoflagellation et autres...), invitant même le spectateur à faire partie de son oeuvre. C'est là où elle rappelle qu'elle entend, à travers l'art, faire ressortir la nature humaine, au-delà de ses limites, et qu'elle ne conçoit pas cet art sans interactivité. Ce documentaire revient sur les coulisses de la rétrospective, puis la rétrospective elle-même, de l'artiste serbe au Museum of Modern Art à New York en 2012. Loin d'embrasser avec exhaustivité la nature de l'art d'Abramovic, il a le mérite d'en cerner les contours. Qu'on en ressorte choqué ou dérangé n'a pas grande importance. On ne peut qu'être instruit, et fasciné par ce radicalisme extrême. J. N

Marina Abramovic: The Artist is Present (Matthew Akers, Jeff Dupre, 2012, USA, 96 min)

 

- 1 nomination (meilleur documentaire) - Independent Spirit Awards 2013

- Panorama Audience Award - Festival International de Berlin 2012

- 1 nomination (Grand prix du Jury) - Festival de Sundance 2012

- Meilleur film - Festival de Sarajevo 2012

- Meilleur documentaire - Dublin Film Critics Circle Awards 2012

....

 

03/08/2018

Hot girls wanted

pornographie,etats-unisPrésenté au Festival de Sundance et produit par Netflix, Hot girls wanted s'intéresse aux trajectoires de jeunes femmes âgées pour la plupart d'entre elles de 18 ou 19 ans, entrées dans l'industrie du porno amateur. L'idée de base était de comprendre ce qui a poussé ces filles (la plupart sont des adolescentes) à faire ce choix de carrière, devenu très rapidement une désillusion. Désillusion car la plupart de ces personnes à la recherche d'argent facile se rendent compte très vite qu'elles ne pourront percer au-delà du porno amateur. Dans ce sens, un producteur porno interviewé explique que leur longévité ne dure que quelques mois. En effet, si elles ne réalisent pas un carton en mode amateur, elles sont impitoyablement éjectées du monde de la pornographie vidéo.

Certains critiques ont regretté que "ce documentaire n'évoque qu'un segment du porno sur le web". Mais c'est justement l'objectif ici, qui est de cerner plus ou moins la question du porno amateur, censé être l'anti-chambre du porno professionnel, le tremplin vers l'eldorado. Cerner tout l'univers du porno reviendrait à effectuer plusieurs longs documentaires...

Plusieurs enseignements : le contenu sobre du documentaire n'empêche nullement de saisir les mécanismes du porno amateur. Ensuite, la galère des filles en question devrait faire réfléchir à deux fois celles qui seraient amenées à les imiter. Enfin, les consommateurs de porno amateur comprennent ce qu'ils sont en train de cautionner implicitement. Finalement c'est un documentaire qui aborde honnêtement, sans jugement de valeur ni complaisance un sujet qui demeure tabou. Intéressant.  J. N

Hot girls wanted (Jill Bauer, Ronna Gradus, USA, 84 min)

- 1 nomination (Grand prix du Jury) - Festival de Sundance 2015