free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/04/2020

The Cave

the cave,ghouta,syrie,firas fayyad,danemark,oscars 2020,gaz sarin,damas,amani ballourIl est sans aucun doute très noble - à l'heure du Covid-19 - de mettre en avant le travail très ingrat des soignants et de porter un hommage à ces personnes se trouvant en première ligne d'une très possible contamination. Mais il est également des places dans le monde où les soignant(e)s travaillent dans des conditions encore plus dures et auxquelles peu de gens s'intéressent (ou ne veulent s'intéresser) car c'est bien connu, pour le monde occidental, certains humains (ou morts) valent plus que d'autres... C'est à ces soignantes que s'est intéressé le réalisateur syrien Firas Fayyad en suivant plus particulièrement le docteur (et militante féministe) Amani Ballour qui dirige un hôpital de fortune dans les souterrains (d'où le titre du documentaire) de la partie est de la région de Ghouta, dans les faubourgs de Damas. C'est rappeler ici que la Ghouta, tenue alors par l'armée libre syrienne, avait subi le 21 août 2013 un bombardement chimique au gaz sarin de la part du gouvernement du syrien, et que s'est tenu de 2012 à 2018 la tristement célèbre Bataille de la Ghouta orientale (victoire des forces loyalistes ; 15.000 à 20.000 civils tués).

the cave,ghouta,syrie,firas fayyad,danemark,oscars 2020,gaz sarin,damas,amani ballourDéjà acclamé par la critique pour son précédent documentaire (Les derniers hommes d'Alep, 2017), Firas Fayyad a voulu montrer à travers son documentaire la guerre mais surtout ce que vivent les civils. "Le film devrait mettre les gens dans une position inconfortable pour regarder la terrible réalité qui nous entoure", a-t-il déclaré lors d'une interview. Rendons ici hommage à ces femmes qui risquent leur vie tous les jours mais qui plus est subissent sexisme et harcèlement de la part de l'entourage masculin tout azimut, dans une société arriérée.

A l'instar de Florent Marcie qui a filmé sous les bombes à Grozny, Fayyad et son équipe ont tourné à Ghouta sous une pluie régulière de bombes et alors que les victimes sont emmenées aux soins. Rien que pour cette prouesse mais aussi du fait que Fayyad risque continuellement sa vie (il a été torturé par les autorités syriennes pour ses précédents documentaires sur la Syrie), le documentaire aurait du recevoir l'oscar 2020 du meilleur documentaire. Mais force est de constater que cette récompense est (trop) souvent attribuée à un documentaire américain. En effet, sur les vingt dernières années (2001-2020), elle n'a échappé que trois fois aux Etats-Unis... J. N 

The Cave (Firas Fayyad, Syrie/Danemark, 2019, 107 min)

- 1 nomination (meilleur documentaire) - Oscars 2020

- Présenté - Festival international de Toronto 2019

- Meilleur documentaire - Danish Film Awards 2020

- Meilleur documentaire - Festival international de Cork 2019

- Meilleur documentaire - Festival international de Leeds 2019

- Meilleur documentaire - Festival international de Valladolid 2019

- Documentaire le plus dérangeant - Ramdam festival de Tournai 2020

.......

Commentaires

Comme ce post est intéressant! Dire que je n’ai jamais entendu parler de Firat Fayyad ni de ses documentaires... j’ai un peu honte maintenant. Je vais chercher vite fait. Merci à Eklektik !

Écrit par : Warman69 | 25/04/2020

Répondre à ce commentaire

Écrire un commentaire