free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/04/2021

WandaVision

ùarvel comics,univers marvel,univers cinématographique marvel,Wandavision,wanda maximoff,vision,scarlet witch,disney,disney+,Marvel Studios,Marvel Entertainment,streaming,avengers,vengeurs,jac schaefferComprendre d'abord la frénésie Disney/Marvel. Créé en 1939, Marvel Entertainment (l'éditeur des Marvel Comics) devient une filiale de la Walt Disney Company en 2009. Conséquence : Marvel Studios (qui appartient à Marvel Entertainment) est rattaché au Walt Disney Motion Pictures Group (tout en préservant sa liberté artistique). Après les productions distribuées par Paramount Pictures (les deux premiers Iron Man, Thor, Captain America: First Avenger, et Avengers) et Universal Studios (The Incredible Hulk, 2008), la suite des films consacrés aux personnages et à l'univers Marvel (Avengers, Gardians of the Galaxy) passe sous distribution Walt Disney Studios hormis le troisième renouveau de Spider-Man (le personnage appartient à Sony Pictures tout comme les X-Men).

univers marvel,univers cinématographique marvel,wandavision,wanda maximoff,vision,scarlet witch,disney,disney+,marvel studios,marvel entertainment,streaming,avengers,vengeurs,jac schaeffer,marvel comicsAfin de concurrencer les autres services de streaming (où Netflix a établi son hégémonie depuis un bon moment déjà), la Walt Disney Company lance le 12 novembre 2019 sa propre plateforme (Disney+) alors qu'Amazon l'a déjà établi en 2016 (Prime Video) et que vont suivre Apple TV+ (2019) et HBO Max (2020). Résultat : Disney va donc pouvoir s'en donner à coeur joie et faire le bonheur des aficionados de l'univers Marvel, en proposant notamment des suites narratives à cette saga terminée il y a deux ans (Captain America et Iron Man ne sont plus). Disney prend donc le relais d'ABC (Agents of S.H.I.E.L.D, Agent Carter, Inhumans) et Netflix (Daredevil, Jessica Jones, Luke Cage, Iron First, The Punisher et The Defenders) dont les séries produites l'étaient déjà en partenariat avec Marvel Television (la section TV de Marvel Entertainement), créée par Disney en 2010, intégrée à Marvel Studios en octobre 2019 mais finalement dissoute en décembre 2019. Wandavision n'est que le début. Est déja en cours The Falcon and the Winter Soldier (dernier épisode à paraître dans quelques jours), en attendant Loki (juin 2021), l'uchronie "What if..." (2021) puis She-Hulk et Hawkeye, tous deux prévus pour la fin de l'année.

marvel comics,univers marvel,univers cinématographique marvel,Wandavision,wanda maximoff,vision,scarlet witch,disney,disney+,Marvel Studios,Marvel Entertainment,streaming,avengers,vengeurs,jac schaefferQuant à la mini-série en soit, elle tourne bien entendu autour du couple le plus atypique et célèbre des Vengeurs, soit Scarlet Witch (La sorcière rouge - première apparition dans X-Men n°4, mars 1964) et Vision (Avengers n°57, octobre 1968). Fille de Magneto, Wanda Maximoff est capable de créer des poches d'énergie afin d'altérer la réalité. Créé par Ultron, l'ennemi robotique des Vengeurs, Vision est un synthozoïde (être synthétique au coeur humain) possédant une force et endurance surhumaine. Le joyau sur son front lance des décharges d'énergie solaire et il peut se matérialiser en partie à l'intérieur de quelqu'un, lui infligeant une douleur intense. La série est en fait un mélange entre le style classique des sitcoms et l'univers cinématrographique Marvel, où la gravité va progressivement prendre le dessus sur l'atmosphère insouciante des banlieues cossues américaines. C'est là où sont installés les deux protagonistes (dans la B.D,à Leonia, dans le New Jersey), constatant que dans cet espace idéalisé, les choses ne sont pas ce qu'elles paraissent être.

marvel comics,univers marvel,univers cinématographique marvel,Wandavision,wanda maximoff,vision,scarlet witch,disney,disney+,Marvel Studios,Marvel Entertainment,streaming,avengers,vengeurs,jac schaefferOriginale et atypique sont les premiers adjectifs qui ressortent pour qualifier WandaVision. Elle est beaucoup de choses à la fois : hommage à la sitcom oldschool et à l'âge d'or de la télévision, dosage réussi entre le drôle et le criseux, navigation entre les époques et bien entendu l'apport en matière d'épaisseur à des personnages qu'on a vu uniquement comme des seconds couteaux au cinéma. Difficile de faire original dans l'univers TV de Marvel. Avec notre coup de coeur Legion (2017-2019), produite par l'excellente FX (et Marvel Television), cette série étonnante est la seule à réussir cette prouesse. J N, M I

WandaVision

(9 épisodes de 29-49 min diffusées du 15 janvier au 9 janvier 2021)

Production : Disney+

Créateur : Jac Schaeffer

Cast : Elizabeth Olsen, Paul Bettany, Teyonah Parris, Kathryn Hahn, Selena Anduze, David Payton, Josh Stamberg

10/04/2021

Wu-Tang: An American Saga

hulu,hip-hop,wu-tang,wu-tang clan,bobby diggs,rza,robert diggs,new york,épidémie de crack,wu-tang: an american sagaFallait bien une fiction sur notre groupe de Hip Hop préféré, le Wu Tang Clan, considéré par le site About.com comme "le meilleur groupe de hip-hop de tous les temps" ou par le magazine musical britannique New Musical Express (NME) comme le groupe musical "le plus influent de ces dix dernières années".  Créé à New York en 1992, le groupe comprendra jusqu'à 10 membres (Ol' Dirty Bastard décèdera en 2004), tous originaires de Brooklyn et Staten Island. A l'origine de la formation de ce collectif, un homme (qui en deviendra également le producteur), Robert Diggs aka RZA. C'est lui qui choisira le nom du groupe, s'inspirant d'un film d'arts martiaux hongkongais de 1983 (Shaolin vs Wu Tang).

En pleine épidémie de crack à New York, "Bobby" Digs, DJ à ses heures, aspire à un avenir meilleur. Persévérant et visionnaire, il se bat sans relache afin de faire son trou dans le milieu difficile du hip hop newyorkais et va réussir à réunir une bande de lascars partagés entre la musique et le crime, et mettre en orbite la plus improbable "success story" musicale de tous les temps. Sans clichés, fan-service et autres ficelles narratives, le récit sur fond de constat social afro-américain désolant raconte lucidement la sortie du fond du sac de bonhommes voués à demeurer dans la misère socio-économique. Créateur de la déroutante The Handmaid's Tale, Hulu affectionne les drames sociaux (A Teacher, Mrs America, High Fidelity). Celui-ci en est un. Nous attendons avec impatience une saison 2 annoncée depuis janvier 2020. J N

Wu-Tang: An American Saga

(Saison 1 diffusée en sept-oct 2019)

Production : Hulu

Créateurs : RZA, Alex Tse

Cast : Ashton Sanders, Shameik Moore, Siddiq Saunderson, Julian Elijah Martinez, Marcus Callender, Erika Alexander, Zolee Griggs.

29/03/2021

Death Parade

download (1).jpgEn voilà une que nous avons apprécié et qui sort de l'ordinaire. Adaptée d'un court-métrage (Death Billiards, 2013, 25 min), l'histoire (12 épisodes) consiste en une succession de deux personnages qui se retrouvent dans un bar à l'atmosphère délétère et qui comprennent assez vite qu'elles sont là pour jouer à un jeu de bar (fléchettes, bowling...etc) qui s'avère être un jeu de survie. Aux commandes, le placide et dépourvu de toute émotion barman Decim et sa cynique d'assistante Chiyuki. C'est lui qui décidera si le joueur - psychanalisé à travers son comportement durant le jeu - mérite une nouvelle vie ou le néant. En effet, l'épreuve que subissent les joueurs les entraîne à extérioriser leurs sentiments, chose qu'ils ne feraient pas en temps normal.

download.jpgLe thème de la réflexion sur le sens de la vie n'est pas spécialement novateur. Plus intéressant est son adjonction à deux autres thématiques principales : la psychologie introspective et le Jugement dernier. A ce dosage réussi, s'ajoute une structure originale pour une série animée, l'anthologie (une histoire différente par épisode) et un character design de qualité (les personnages allongés et leurs mimiques collent très bien à l'ambiance glauque). Le tout fait de Death Parade une série de qualité, ce qui n'est point étonnant lorsqu'on connaît les chefs-d'oeuvres sortis du chapeau de Mad House. Pour ne citer que ceux-là : Monster, Death Note, Paranoia Agent, Texhnolyze, Gungrave, et notre coup de coeur de toujours, Claymore.

yuzuru tachikawa,anthologie,madhouse,decim,death parade,purgatoire,introspectionEnfin, un élève en Première - fan d'anime - nous a demandé pour quelle raison cet anime a subi les foudres du Vatican, information dont nous n'étions pas au courant et que nous n'avons pas trouvé. Mais si elle est exacte, la réponse est évidente puisque Death Parade traite de manichéisme (thématique on ne peut plus chrétienne), se déroule dans le purgatoire et surtout, questionne l'impartialité du Jugement dernier. Cette réflexion freestyle n'a pas du trop plaire du côté de l'Eglise catholique...  J N

Death Parade

(12 épisodes de 23 min diffusés du 9 janvier au 27 mars 2015)

Studio : Madhouse

Réalisateur et scénariste : Yuzuru Tachikawa

28/02/2021

Lupin

netflix,omar sy,arsène lupin,maurice leblancComme nous apprécions l'acteur et que la seule fois que nous avons vu sur (grand) écran le personnage fétiche de Maurice Leblanc correspond à 2004 et l'immonde Arsène Lupin (Jean-Paul Salomé), nous avions pensé qu'il serait peut-être intéressant de se pencher sur cette série dont 5 épisodes ont été diffusés le 8 janvier dernier (les 5 prochains de la première saison devraient suivre et une saison 2 est programmée). Mais c'était oublier que le producteur n'est autre que le désormais incontournable supermarché Netflix...

Il ne s'agit pas d'une transposition des romans de Leblanc en série ou encore d'un remake d'une série déjà effectuée en 1971-1974 (à laquelle il faut ajouter deux longs-métrages sortis respectivement en 1932 et 1957, et une série animée diffusée en 1996) mais d'une inspiration de l'univers et du personnage d'Arsène Lupin à travers les aventures contemporaines d'Assane Diop (Omar Sy). Comme dans les romans, un collier que le "gentleman cambrioleur" dérobe afin de nuire à la richissime famille Pellegrini qui fut jadis responsable de la mort de son père...

Ce que nous avons retenu est un ensemble de situations trop stéréotypées, un manque de traitement psychologique des personnages secondaires, un dosage sérieux/humour trop prononcé et finalement une atmosphère un peu trop légère. C'est se rappeler en fait que l'objectif est grand public et que le personnage est considéré accessible de tous. Nous n'avons quand même pas eu l'impression de retrouver l'ambiance des romans cultes de Leblanc, qui aurait été possible en dépit d'une adaptation contemporaine. Il paraît que la série a battu les records de visionnage et qu'elle sembe partie pour être le plus gros succès non-anglophone de Netflix. Supermarché on disait... J N

LUPIN

(5 épisodes diffusés le 8 janvier 2021)

Production : Netflix

Créateur : George Kay

Cast : Omar Sy, Ludivine Sagnier, Vincent Londez, Hervé Pierre.

08/01/2021

A Teacher

A Teacher.jpgAdaptant le film portant le même nom (Hannah Fidell, 2013) et produite par FX on Hulu (la chaîne de streaming proposant des séries produites par FX et/ou produites par celle-ci pour la chaîne Hulu), A Teacher raconte l'histoire d'une relation sentimentale entre une jeune enseignante (Claire) et son élève (Peter), soit une histoire de romance qui, tout simplement, n'a pas le droit d'exister. Le sujet n'est pas original (relation prof/élève) mais au-delà d'un scénario simple et d'une mise en scène qui oscille intelligemment entre lenteur et accélérations et où le jeu d'acteurs est plutôt solide, il invite d'une part à se poser une question pas si scandaleuse que cela, et d'autre part à comprendre les dégâts causés par ce type de relation interdite.

Le questionnement posé est le suivant : peut-on ne pas juger ce type de franchissement d'une ligne rouge de la part d'un adulte qui lui seul est responsable moralement? La réponse est non évidemment et pour deux raisons. La question légale d'abord : relation entre adulte et mineur mais ici le garçon a 18 ans, ce qui ne sauve pas pour autant la principale intéressée puisqu'après avoir été mise à pied, elle part avec lui qui "fugue", ce qui entraîne d'après la loi américaine un kidnapping. Bien plus grave aurait été la situation si l'adolescent était mineur. Ensuite, la question éthique : une relation professeur/enfant qui n'est pas censée dépasser ce cadre et qui pose la question de l'abus de pouvoir (ascendant naturel sur une personne "plus faible" mentalement et nécessairement immature et influencable). Mais le fait qu'on peut oser poser cette question réside dans le fait que ce genre d'histoire peut arriver à n'importe qui (un peu comme le film Mysterious Skin (Gregg Araki, 2004) avait osé - brillamment - porté à l'écran le thème de la pédophilie).

Quant aux dégâts, ils sont évidemment irrémédiables. L'enseignante en question devient une pestiférée (incapable par exemple de trouver du travail) et sa réputation est ternie à jamais. Le jeune homme est marqué psychologiquement (et pour un bon moment semble-t-il) et n'est plus capable d'avoir de relation sentimentale. La série se regarde sans déplaisir et les épisodes sont courts (30 min), ce qui est un avantage vu le thème "dérangeant". Mais dans le même temps, réside ici un bémol principal, le fait que le dénouement soit connu d'avance.  J N

A TEACHER

(10 épisodes diffusés du 10 novembre au 29 décembre)

Production : FX on Hulu

Créateur : Hannah Fidell

Cast : Kate Mara, Ashley Zuckermann, Nick Robinson, Marielle Scott

 

02/01/2021

The Flight Attendant

MV5BN2U5Y2NiMDgtNDg4NS00ZTU2LWFlMmQtMjA5YjBkNDg4NGQ5XkEyXkFqcGdeQXVyMDM2NDM2MQ@@._V1_UX182_CR0,0,182,268_AL_.jpgFace à la concurrence féroce du streaming (Netflix, Apple+, Primevideo), il a bien fallu que la culte HBO que nous avons cité ô combien de fois et qui est toujours dépositaire de la meilleure série de tous les temps (The Wire, 2002-2008) mais aussi d'autres productions incontournables (The Sopranos, Game of Thrones, Deadwood, Westworld pour ne citer que celles-ci), ne se lance dans la tendance actuelle (depuis le 27 mai 2020).

Après la science-fiction cérébrale et l'étonnante Raised by Wolves, place à l'humour noir et  The Flight Attendant, qui est la deuxième série originale proposée par la petite soeur d'HBO. La série fait parler d'elle car c'est le premier rôle principal de Kaley Cuoco, l'ex-actrice télé la mieux payée, qui connut la notoriété grâce à son interprétation de Penny dans la sitcom The Big Bang Theory.

Comme nous n'apprécions pas spécialement ni les comédies, ni les sitcoms et que nous ne n'avions jamais vu l'actrice/mannequin à l'écran, l'engouement n'était pas spécialement de mise. Mais la curiosité de découvrir ce que mijotent les concurrents de l'empire Netflix l'a emporté. L'histoire? Une hotesse de l'air un peu délurée qui se réveille - gueule de bois - dans un hotel de Bangkok près d'un cadavre avec qui elle avait passé la nuit à batifoler. Comme si de rien n'était, elle retourne à New York mais les ennuis commencent avec le FBI qui s'intéresse de près à elle...

Niveau scénario, du classique : enquête rocambolesque et interminable (normal, faut que l'histoire se poursuive), personnages malfaisants qui apparaissent au fur et à mesure que la trame se poursuit, situations complexes...etc et des flashbacks un peu trop nombreux. Mise en scène endiablée mais qui devient rapidement redondante. Sinon, il faut aimer le mix comédie/drame (pas vraiment notre sauce). Il y a une chose qui nous a extrêmement agacé : la mimique de la principale intéressée (c'est ce que ça donne logiquement quand on est hystérique, plutôt nympho et alcoolique), pleine de manières et de grimaces et qui n'est pas sans rappeler les bimbos écervelées de la série Beverly Hills 90210. L'actrice est née dans l'agglomération de Los Angeles. Ca explique... Les amateurs apprécieront (à leur plus grand bonheur, une saison 2 est prévue), pas nous. J N

The Flight Attendant

(8 épisodes diffusées du 18 novembre au 17 décembre)

Production : HBO Max

Créateur : Steve Yockey

Cast : Kaley Cuoco, Michiel Huisman, Zosia Mamet, Colin Woodell, Michelle Gomez, Griffin Mattews.

02/12/2020

The Undoing

the undoing,hbo,nicole kidman,hugh grant,edgar ramirez,donald sutherland,meurtreIl est vrai qu'on ne peut attendre de la culte HBO du très lourd chaque année, d'autant plus que ses séries cultes ont grandement écumé les années 2000-2010. Cette mini-série courte (6 épisodes) tourne autour du personnage de Grace Fraser. Psychologe renommée sur le point de publier son premier livre, elle est mariée à un oncologue tout aussi réputé et son fils est scolarisé dans une école privée et prestigieuse dans la ville de New York. Son père est également est riche et puissant. Tout va bien chez les riches mais comme souvent, un grain de sable va enrayer la machine. Et pas des moindres puisqu'il s'agit d'un meurtre, celui de la maîtresse du mari. Et tout semble indiquer que ce dernier est le coupable.

the undoing,hbo,nicole kidman,hugh grant,edgar ramirez,donald sutherland,meurtreRien de particulier à signaler au niveau scénario : un meutre chez les riches puissants, une histoire de cul/romance qui ne peut que tourner au désastre, l'amante jeune, latina, aux formes appétissantes et qui fait oublier l'épouse trop parfaite, un adolescent face à des réalités venues trop tôt, un père qui n'a jamais aimé son beau-fils, celui-ci qui ne parle pas à sa mère depuis belle lurette...etc. On demeure dans les clichés du polar psychologique de très bon niveau (ce qui est déjà pas mal). Les regards de plus en plus inquiétants des uns et des autres et les vérités malsaines qui resortent font monter inexorablement la tension jusqu'au bouquet final. Mais ça aussi c'est du déjà vu. Plus intéressante est l'approche psychologique de la principale protagoniste qui, toute psychologue éminente qu'elle soit, voit toute sa psychologie se prendre un camion dans la gueule et est contrainte de se redéfinir. Elle se retrouve dans une situation de démantèlement (d'où le nom de la série) à une vitesse éclair de sa vie et de création d'une nouvelle pour son fils et elle-même. Ce sont d'ailleurs les interprétations de Nicole Kidman (reconversion dans les séries réussie après Top of the Lake et Big little lies) et de Hugh Jackman qui font tenir la série. Deux grands acteurs qui ont su garder un souffle constant malgré les années qui passent.

J N

 

The Undoing

(6 épisodes d'une heure diffusés du 26 octobre au 29 novembre 2020)

Production : HBO

Création : David E. Kelley

Réalisation : Susanne Bier

Cast : Nicole Kidman, Hugh Jackman, Donald Sutherland, Edgar Ramirez, Noah Jupe, Noma Dumezweni, Matilda De Angelis.

21/11/2020

Raised by Wolves

raised by wolvesIl faut reconnaître qu'on ne s'attendait pas à grand chose d'une série de science-fiction liée à Ridley Scott (producteur exécutif et réalisateur des épisodes 1 et 2 tandis que son fils Luke a réalisé les épisodes 3, 4 et 10), vu que le réalisateur des cultes Alien et Blade Runner est sur le déclin depuis un bon moment déjà (vu ses 82 ans, c'est compréhensible) et que ses derniers opus SF n'étaient pas spécialement incisifs (Prometheus (2012), Alien: Covenant (2017). Mais au final, nous avons été agréablement surpris par cette série diffusée par le nouveau service de vidéo à la demande, affilié à HBO, HBO Max (il va bien falloir tenir la concurrence face à Netflix, Amazon, Apple+ et les autres).

XXIIème siècle. Tandis que la Terre a été détruite par la Grande guerre, deux androïdes - Mother and Father - élèvent des enfants sur la planète Kepler-22-b. Mais la colonie humaine débarque et son fanatisme religieux mortifère n'annonce rien de reluisant... Dans cette atmosphère minimaliste et aseptisée (des classiques de la SF), arride et hostile, l'angle d'attaque est osé mais plutôt réussi : soit la confrontation entre la dystopie humaine et l'utopie cybernétique. On retrouve ici la patte de Ridley "Blade Runner" Scott, où ces deux machines sont finalement plus attachantes que les envahisseurs humanoïdes, incapables de s'extirper de cet "opium des peuples" (ce qui explique peut-être que la psychologie des personnages est peu travaillée). La vision de l'avenir est sombre, fascinante et brutale, et nous y adhérons pleinement.

Petit bémol : après avoir couvert beaucoup de terrain durant les premiers épisodes, le scénario s'essoufle vers la fin. C'est dommage. Mais cela n'empêche pas ce récit complexe et cérébral d'apporter un vent de fraîcheur à l'univers de la science-fiction. Malgré ses imperfections, la série vaut largement le détour et nous attendons la suite avec curiosité. J N

 

Raised by Wolves

(10 épisodes diffusiés du 3 septembre au 1er octobre 2020)

Production : HBO Max

Création : Aaron Guzilowski

Cast : Travis Fimmel, Amanda Collin, Abubakar Salim, Winta McGrath, Niamh Algar, Jordan Loughran.