free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/03/2020

Lanceurs d'alerte au cinéma

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueC'est en pleine pandémie de coronavirus (avec un chiffre alarmant de plus de 660.000 personnes atteintes dont 30.000 décédées) que nous publions finalement cette note sur les lanceurs d'alerte. Le virus dévastateur, apparu dans la ville chinoise de Wuhan, a également son lot de lanceurs d'alerte, qui, comme souvent dans ces situations-là, n'ont pas été écoutés par des autorités supérieures incompétentes. Parmi eux, un médecin français qui sonne l'alerte dès 2015, Li Wenliang, premier médecin chinois à tenter de lancer l'alerte sur l'irruption du coronavirus mais censuré par le pouvoir chinois (il décède du virus le 7 février dernier et a été réhabilité à titre posthume par une commission d'enquête), et la médecin Ai Fen, l'"autre lanceuse d'alerte de Wuhan", également court-circuitée par les autorités chinoises mais toujours en vie. Ces personnages (notamment les deux derniers cités) auront peut-être leur histoire portée un jour à l'écran.

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueCes derniers années, les films sur les lanceurs d'alerte se sont multipliés. Rien de plus logique puisque les actions des lanceurs d'alerte se sont également multipliées depuis le début des années 2000. Passage en revue des films de ce genre devenu à part.

Un lanceur d'alerte (whistleblower) est un individu ou groupes d'individus qui révèle des comportements illicites et/ou dangereux pouvant constituer une menace pour l'homme (Scandale du Mediator - La fille de Brest, 2015), l'économie (Panama Papers - The Laundromat, 2019), la société (espionnage de la NSA - Snowden, 2016) et l'environnement (pollution de l'eau potable en Californie - Erin Brockovich, 2000). Il est évident de même que ces situations peuvent se croiser.

Médias et pouvoir politique

the insider,RAND Corporation,russell crowe,CBS,60 minutes,matthew rhys,daniel ellsberg,the post,new york times,washington post,jeffrey wigandwhistleblower,la fille de brest,mediator,panama papers,the laundromat,nsa,snowden,erin brockovich,steven soderbergh,oliver stonelanceur d'alerte,edward snowden,pentagon papers,irène frachon,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the reportAnimé de bonnes intentions et désintéressé, le lanceur d'alerte porte les éléments qu'il a découvert à la connaissance, le plus souvent, des médias (première puissance de diffusion de la vérité), soit la presse écrite (ancien analyste de la RAND Corporation, Daniel Ellsberg (interprété par Matthew Rhys) transmet en 1971 une étude secrète du ministère américain de la Défense au New York Times et au Washington Post qui révèlent le scandale des Pentagon Papers - The Post, 2017), ou la télévision : en 1995, Jeffrey Wigand (Russell Crowe) dénonce dans l'émission 60 minutes de CBS l'utilisation de substances addictives par l'industrie du tabac qui l'employait. Celle-ci a dû payer 246 millions de dollars de dommages et intérêts pour atteinte à la santé publique (The Insider, 1999).

richard nixon,scandale du watergate,watergate,liam neeson,mark felt,bob woodward,carl bernstein,fbi,all the president's men,alan j. pakula,joseph mccarthy,good night and good luck,edward r. murrow,david strathairn,george clooney,the insider,rand corporation,russell crowe,cbs,60 minutes,matthew rhys,daniel ellsberg,the post,new york times,washington post,jeffrey wigandwhistleblower,la fille de brest,mediator,panama papers,the laundromat,nsa,snowden,erin brockovich,steven soderbergh,oliver stonelanceur d'alerte,edward snowden,pentagon papers,irène frachon,steven spielberg,spotlight,boston globe,jeffrey wigand,ciaAprès le scandale des Pentagon Papers, le président américain Richard Nixon n'était pas au bout de ses peines. Un an plus tard, 5 hommes étaient arrêtés pour être entrés par infraction dans les locaux du Parti démocrate. Alors que l'affaire était présentée comme un fait divers, les journalistes du Washington Post, Bob Woodward et Carl Bernstein, décident de creuser et sont tuyautés par un informateur secret appelé "gorge profonde" (Liam Neeson). Celui-ci ne révélera son identité qu'en 2005, en la personne de Mark Felt, n° 2 du FBI (Mark Felt: The Man Who Brought down the White House, 2017). Le scandale du Watergate  mènera à un complit ourdi par les hautes sphères du pouvoir et entraînera la première et seule démission d'un président des Etats-Unis (All the President's Men, 1976). C'est également la presse US qui contribua durant les années 1950 à la chute du sénateur Joseph McCarthy (et sa tristement célèbre "chasse aux sorcières" des années 1950-1954), en l’occurrence le journaliste Edward R. Murrow (David Strathairn) et son producteur, Fred Friendly (George Clooney), par le biais du journal télévisé de CBS (Good Night, and Good Luck, 2005).

A qui s'adresser

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyS'adresser directement aux autorités officielles peut également être une (unique) option. C'est ainsi que Daniel J. Jones (Adam Driver), directeur d'une enquête de la Commission spéciale du Sénat américain sur le programme de détention et d'interrogation de la CIA à la suite des attentats du 11 septembre 2011 (The Report, 2019), découvre les méthodes brutales et sadiques de cette dernière, ou ce qui a été appelé "technique d'interrogatoire renforcée". Menant la plus grande enquête jamais effectuée par la Commission du Sénat, Jones ne peut présenter ses résultats qu'à son supérieur, la sénatrice Dianne Feinstein (2014). Cette affaire mènera en 2015 à l'amendement McCain-Feinstein, mettant fin au programme en question. Mais aucun membre de la CIA ne sera poursuivi... Dans The Informant! (2009), c'est la CIA qui collecte les informations de Mark Whitacre (Matt Damon) qui rapporte les pratiques illégales du groupe alimentaire pour lequel il travaillait. Sauf qu'ici le lanceur d'alerte use de sa position pour s'enrichir illégalement, comme quoi certaines situations peuvent être ambiguës. 

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyUne autorité officielle peut être la justice. C'est dont se saisit Lois Jenson (Charlize Theron) durant les années 1990, menant le premier recours collectif pour harcèlement sexuel aux Etats-Unis (date assez tardive pour un pays vantant sa "démocratie") et entre dans l'histoire de ce pays en faisant condamner pour cette accusation la mine qui l'employait dans l'Etat du Minnesota (North Country, 2005). Dans l'Affaire Harvey Weinstein - l'un des scandales sexuels les plus retentissants - pas moins de 93 femmes ont affirmé avoir été agressées sexuellement par l'ex-producteur vedette de Hollywood. Celui-ci a écope le 24 février dernier de 23 ans de prison pour agressions sexuelles et viols. Il ne serait pas étonnant qu'une fiction sur cette affaire voit le jour, centrée à la fois sur les victimes et la vie du prédateur sexuel (en mode "ascension et chute"). Enfin, un lanceur d'alerte peut s'adresser à une association. Découvrant la chasse aux dauphins à Taiji (Japon), Ric O'Barry, ancien dresseur de dauphins devenu activiste, s'adresse à Louie Psihoyos (ancien photographe du National Geographic) qui avec l'aide de l'ONG qu'il dirige (Oceanic Preservation Society) met en place une équipe qui parvient à filmer ce forfait caché par les autorités japonaises et à en faire un documentaire (The Cove, oscarisé en 2009).

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyA noter de même qu'un média peut être lui-même le lanceur d'alerte. Ce sont des journalistes d'investigation du Boston Globe qui dévoilent au début des années 2000 (obtenant le Prix Pulitzer en 2003) le Scandale d'abus sexuels dans l'archidiocèse de Boston. Entraînant une crise de l'Eglise catholique aux Etats-Unis, cette affaire mènera, notamment, à la démission de l'archevêque de Boston, Bernard Law en 2003 (Spotlight, 2015).

Lanceurs d'alerte et cinéma

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyLa multiplication des lancements d'alerte constituent un filon intarissable pour le cinéma, notamment Hollywood, toujours à l'affût d'un bon coup. Ce thème très à la mode désormais permet, en effet, de renouveler celui - plus général - du héros, bassiné à toutes les sauces au cinéma et à la télévision, et depuis belle lurette. A ce thème réactualisé viennent se greffer trois dimensions attrayantes : la réalité des faits (les personnages ont existé), un plaidoyer pour la justice et la transparence, et le combat de David contre Goliath. Ces deux dernières caractéristiques se combinent parfaitement puisque dans un monde où la justice sociale n'a jamais existé, les dominés réclament justement un partage équitable des ressources, des pratiques économiques transparentes et une justice impartiale. On s'identifie au lanceur d'alerte, celui-ci étant souvent de la classe moyenne et menant une vie ordinaire. Force d'ailleurs est de constater que les films dévoilant des scandales et centrés sur le protagoniste principal présentent des structures narratives similaires.

Une action périlleuse

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleySi les actions des lanceurs d'alerte entraînent un processus de régulation, de controverse ou de mobilisation sociale, elles mènent de même à une mise en danger du protagoniste. Wigand (The Insider) fut menacé de mort. Le même sort fut réservé à Robert Bilott (Mark Ruffalo) en 2016. Cet avocat d'un grand cabinet partit en guerre contre l'entreprise de produits chimiques DuPont, responsable de l'empoisonnement à petit feu des habitants et des animaux de la localité de Parkersburg (Virginie occidentale). Sa dénonciation médiatique mit en péril sa carrière et sa famille (Dark Waters, 2019). Fondateur de Wikileaks, Julian Assange (interprété par Benedict Cumberbatch dans The Fifth Estate, 2013) est actuellement en prison, à Londres. Quant à Edward Snowden (Joseph Gordon-Levitt), véritable porte-drapeau de cet univers, immortalisé d'abord dans un documentaire oscarisé (Citizenfour, 2014) puis fictivement par Oliver Stone (Snowden, 2016), il est poursuivi par la justice américaine pour espionnage mais a obtenu l'asile politique temporaire en Russie.

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyEn 2004, Dan Rather, journaliste vedette et sa productrice Mary Maples diffusent sur CBS un reportage racontant comment George W. Bush aurait essayé d'échapper à ses obligations militaires entre 1968 et 1974 - grâce à ses connections familiales et politiques - afin d'éviter de participer à la guerre du Vietnam. Les deux audacieux perdront leur emploi (Truth, 2015). Toujours dans le domaine politique (mais dans une dimension plus choquante), le journaliste Gary Webb (Jeremy Renner) du San José Mercury News, perdra la vie pour avoir osé défier la CIA et le gouvernement américain, révélant au grand public en 1996 que ces deux instances avaient monté et orchestré une opération secrète durant les années 1980, consistant à inonder les quartiers afro-américains de Los Angeles de crack en provenance du Nicaragua et à armer en contrepartie la rébellion contra dans sa guerre contre le gouvernement sandiniste (Kill the Messenger, 2014).

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyL'organisation des nations unies, supposé porte-flamme de la paix et de l'éthique, n'échappe pas non plus aux scandales. Les crimes sexuels commis ces dernières années par des casques bleus sur des mineures en Centrafrique (et dénoncés en 2016 par l'ONG CodeBlue) rappellent l'histoire de Kathryn Bolkovac (Rachel Weisz). Cette policière travaillant pour la compagnie privée américaine DynCorp dans le cadre d'un contrat dépendant de l'ONU, démantèle un réseau de prostitution impliquant des officiels de l'instance internationale en Bosnie-Herzégovine (années 1990). Vu les enjeux financiers (l'ONU a payé 15 millions de dollars à DynCorp) et les possibles retombées politiques, elle faillit y perdre la vie et ne travailla plus jamais pour la justice internationale. Des officiels onusiens durent démissionner mais aucun ne fut poursuivi en raison de leur immunité diplomatique (The Whistleblower, 2010).

lanceur d'alerte,edward snowden,snowden,pentagon papers,whistleblower,the laundromat,mediator,la fille de brest,irène frachon,erin brockovich,steven soderbergh,steven spielberg,the post,spotlight,boston globe,new york times,washington post,rand corporation,60 minutes,the insider,jeffrey wigand,cbs,nsa,cia,michael mann,all the president's men,bob woodward,carl bernstein,watergate,richard nixon,scandale du watergate,david strathairn,george clooney,edward r. murrow,joseph mccarthy,chasse aux sorcières,daniel ellsberg,matt damon,the informant!,adam driver,the report,official secrets,kiera knightleyDans le domaine du sport, le neurologue pathologiste d'origine nigériane Bennet I. Omalu (Will Smith) révolutionne en 2002 le monde de la neurologie en découvrant des cas d'encéphalopathie traumatique chronique au sein de la National Football League. Dénonçant les dangers du sport le plus populaire aux Etats-Unis, il se fait vilipender par la NFL (vu les millions de dollars que brasse ce sport) qui tente de ruiner sa carrière (Concussion, 2015).

Lanceurs d'alerte et Guerre d'Irak (2003)

afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,niger,etats-unis,royaume-uni,fair game,doug liman,irak,joseph wilson,cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,citizen four,edward snowden,kille the messenger,jeremy renner,san josé mercury news,truth,dan rather,mary maples,scandale abus sexuels dans l'archidiocèse de boston,spotlight,bernard law,pultiwer,nicaragua,kathryn bolkovac,bosnie,onu,casques bleus,rachel weisz,codeblue,the fifth estateDans le sillage de la guerre d'Irak de 2003, l'agente de la CIA, Valerie Plame (Naomi Watts), parvient à prouver avec l'aide de son époux (l'ambassadeur Joseph Wilson) que l'Irak ne s'est pas fourni en uranium auprès du Niger, argument qu'utilise le président américain George W. Bush pour justifier une invasion US de l'Irak. Mais les conclusions de son rapport sont ignorées par l'administration Bush... Wilson publie donc le rapport dans le New York Times. Conséquence : des membres de l'administration US dévoilent via la presse l'identité de Valerie Plame, grillant sa couverture (et mettant en danger ses contacts à l'étranger) et la discréditant (Fair Game, 2010).

afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,niger,etats-unis,royaume-uni,fair game,doug liman,irak,joseph wilson,cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,citizen four,edward snowden,kille the messenger,jeremy renner,san josé mercury news,truth,dan rather,mary maples,scandale abus sexuels dans l'archidiocèse de boston,spotlight,bernard law,pultiwer,nicaragua,kathryn bolkovac,bosnie,onu,casques bleus,rachel weisz,codeblue,the fifth estateA la même époque, Katharine Gun (Kiera Knightley) - agente des renseignements britanniques - transmet au quotidien The Observer un document transmis par la NSA et attestant d'un plan américain visant à soudoyer des membres non-permanents du Conseil de sécurité de l'ONU afin d'obtenir leur vote en vue d'une invasion de l'Irak. Gun sera poursuivie par la justice mais finalement acquittée car d'après la justice britannique, la condamner aurait entraîné la justice britannique à reconnaître l'illégalité d'une agression contre l'Irak (Official Secrets, 2019).

cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,the great hack,netflix,the kleptocrats,malaisie,1mdb scandal,scandale 1mbd,inégalités socio-économiques,fraude fiscale,blanchiment d'argent,évasion fiscale,détournement de fonds,national bird,alex gibney,taxi to the dark side,the guardian,panama papersToujours en 2003, l'armée américaine et la CIA sont empêtrés dans le Scandale d'Abou Ghraib. Dans cette prison située à 32 km de Bagdad, des membres des deux institutions infligeaient aux prisonniers irakiens des sévices dépassant l'entendement. C'est l'ONG de défense des droits de l'homme Amnesty International qui dévoilait le scandale, relayée ensuite par les médias américains (Standard Operating Procedure, 2008). Le même scandale touchera une autre prison d'un pays occupé par l'armée américaine, celle de Bagram en Afghanistan, sauf que dans ce cas-là, la torture volontaire mènera au meurtre prémédité de deux prisonniers (Taxi to the Dark Side, 2007). Pays très pauvre (le mot est faible), en guerre sans discontinuité depuis 1989 et foyer de l'islamisme radical, l'Afghanistan sera au cœur du programme secret de drones du gouvernement américain, révélé par The Guardian grâce aux informations de trois lanceurs d'alerte (National Bird, 2015).

cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internetLe trident Maison-Blanche/CIA/NSA est d'ailleurs systématiquement dans les mauvais coups. En 2010, c'est grâce, notamment, aux révélations d'anciens employés de la NSA qu'est dévoilée une opération secrète conjointe (renseignements américains, britanniques et israéliens) - appelée "Olympic Games" - visant à détériorer le fonctionnement du programme nucléaire iranien via une cyber-attaque (Zero days, 2016). Cette même NSA aurait pu, semble-t-il, éviter à la première puissance mondiale le plus grand attentat terroriste survenu sur son territoire, d'après les révélations d'un de ses anciens analystes (A Good American, 2015). La CIA et le FBI avaient également les moyens d'arrêter cela mais leur compétition couplée aux manigances de la CIA et à l'incompétence de l'administration Georges W. Bush n'a pas permis de contrecarrer les plans de la nébuleuse Al Qaïda (l'histoire est racontée dans la série The Looming Tower de la chaîne Hulu - 2018).

Récemment : les arnaques du siècle

panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,the grat hack,netflix,taxi to the dark side,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,niger,etats-unis,royaume-uni,fair game,doug liman,irak,joseph wilson,cia,the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,citizen four,edward snowden,kille the messenger,jeremy renner,san josé mercury news,truth,dan rather,mary maples,scandale abus sexuels dans l'archidiocèse de boston,spotlight,bernard law,pultiwer,nicaragua,kathryn bolkovac,bosnie,onu,casques bleus,rachel weisz,codeblueLe temps passe et les dimensions scandaleuses des affaires s'amplifient. Deux scandales récents et survenus à deux années d'intervalle constituent tout simplement le summum en termes de volume d'informations, de sommes d'argent brassées et d'impact politique ou financier. Le scandale des Panama Papers (2016), impliquant fraude fiscale, évasion fiscale et blanchiment d'argent démarre avec une fuite de plus de 10 millions de documents (2.6 téraoctets de données) attestant de plusieurs milliards de dollars volés (The Panama Papers, 2018). Quant au scandale Facebook-Cambridge Analytica (2018), il révèle l'utilisation illégale de données de 87 millions de personnes (toujours The Guardian) et le rôle fondamental d'une société de stratégie politique dans deux événements politiques majeurs (The Great Hack, 2019).

 

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueQuant aux facteurs expliquant la multiplication des lancements d'alerte, ils sont sans aucun doute multiples et nous pouvons mettre en avant parmi ceux-là l'impact des nouvelles technologies (internet et réseaux sociaux). Tout est traçable désormais et rien ne peut être longtemps caché. Nous pouvons ajouter à cela un phénomène mondial de creusement des inégalités socio-économiques et de paupérisation massive des classes moyennes et pauvres. C'est ce facteur - induit par un phénomène de mondialisation ultra-libérale contrôlée par les plus riches - qui explique les crises sociales, économiques ou politiques (souvent les trois à la fois) de 2019 dans de nombreux pays (Chili, Liban, Honduras, Haïti, Iran, Colombie, Venezuela, Irak...etc).

the report,adam driver,dianne feinstein,lois jenson,charlize theron,north country,oceanic preservation society,boston globe,louie psihoyos,ric o'barry,the cove,daniel j. jones,benedict cumberbatch,irak,joseph wilson,niger,fair game,doug liman,afghanistan,bagram,prison de bagram,standard operating procedure,scandale d'abou ghraib,amnesty international,katharine gun,kiera knightley,official secrets,etats-unis,royaume-uni,taxi to the dark side,panama papers,alex gibney,facebook-cambrdige analytica,facebook,cambridge analytica,scandale financier,vol de données,internet,cyber-attaqueOr, ces inégalités sont essentiellement causées par des combines financières illicites : fraude fiscale et évasion fiscale lorsqu'il s'agit du secteur privé (mais les politiques usent largement de ces pratiques), détournement de fonds (et autres) lorsqu'il s'agit de fonctionnaires de l'Etat. Cette deuxième tendance donne lieu à ce qu'on appelle une kleptocratie, soit le "gouvernement des voleurs" (kleptos = vol ; kratos = gouverner), un terme que l'on peut appliquer à la Russie de Poutine, la Libye de Kaddhafi, la Tunisie de Ben Ali, le Liban depuis belle lurette et bien d'autres... C'est d'ailleurs le titre d'un documentaire décryptant le Scandale 1MDB, démarrant en Malaisie et ayant des ramifications mondiales (The Kleptocrats, 2018). C'est ainsi que la possibilité pour des spécialistes de tracer tout et n'importe quoi via internet et la poursuite (le monde ne change pas) en parallèle de pratiques financières illégales mènent au dévoilement régulier de scandales : Offshore Leaks (2013), LuxLeaks (2014), SwissLeaks (2015), Panama Papers (2016), Football Leaks (2016), Bahamas Leaks (2016), Paradise Papers (2017), Football Leaks 2 (2018), Mauritius Leaks (2019), Luanda Leaks (2020)... La liste est longue (pour des scandales récents de tout genre, voir la série-documentaire Dirty Money (2018 -  ) de Netflix) et devrait continuer à constituer un filon intarissable pour le cinéma ou la télévision. 

J. N

Fictions/documentaires liés au dévoilement de comportements illicites (liste non-exhaustive).

- Official Secrets (Gavin Hood, 2019)

- Dark Waters (Todd Haynes, 2019)

- The Great Hack (Karim Amer, Jehane Noujaim, 2019) - documentaire

- XY Chelsea (Tim Travers Hawkins, 2019) - documentaire

- The Report (Scott Z. Burns, 2019) 

- The Laundromat (Steven Soderbergh, 2019)

- The Kleptocrats (Sam Hobkinson, Havana Marking, 2018) - documentaire

- The Panama Papers (Alex Winter, 2018) - documentaire

- The Post (Steven Spielberg, 2017) 

- Mark Felt: The Man who Brought Down the White House (Peter Landesman, 2017)

- Snowden (Oliver Stone, 2016)

- Zero Days (Alex Gibney, 2016) 

- National Bird (Sonia Kennebeck, 2016) - documentaire

- La fille de Brest (Emmanuelle Bercot, 2016) 

- Concussion (Peter Landesman, 2015)

- Spotlight (Tom McCarthy, 2015)

- Truth (James Vanderbilt, 2015)

- A Good American (Friedrich Moser, 2015) - documentaire

- L'enquête (Vincent Garenq, 2014)

- Citizenfour (Laura Poitras, 2014) - documentaire

- The Fifth Estate (Bill Condon, 2013)

- We Steal Secrets: the Story of Wikileaks (Alex Gibney, 2013) - documentaire

- The Whistleblower (Larysa Kondracki, 2010) 

- Fair Game (Doug Liman, 2010) 

- The Informant! (Steven Soderbergh, 2009)

- The Cove (Louie Psihoyos, 2009) - documentaire

- Standard Operating Procedure (Erroll Morris, 2008) - documentaire

- Taxi to the Dark Side (Alex Gibney, 2007) - documentaire

- North County (Niki Caro, 2005)

- Good Night, and Good Luck (George Clooney, 2005) 

- Erin Brockovich (Steven Soderbergh, 2000)

- The Insider (Michael Mann, 1999)

- Silkwood (Mike Nichols, 1983)  

- All the President's Men (Alan J. Pakula, 1976)

15/01/2020

1917

première guerre mondiale,tranchée,guerre des tranchées,guerre de position,brutalisation des combattants,sam mendes,1917,royaume-uniFrance, 1917. Deux soldats britanniques se voient assigner une mission quasi-impossible. Ils doivent traverser le no man's land puis les lignes ennemies afin de délivrer un message de première importance qui permettrait d'empêcher un régiment de tomber dans un piège tendu par l'armée allemande.

Mais on se rend compte très vite que là n'est pas l'essentiel. Que les deux soldats accomplissent ou pas leur mission n'est pas vraiment important ici. Ce qui est marquant est leur découverte intime et progressive de la vraie noirceur humaine. Des supérieurs cyniques et blasés, des conditions de vie atroces dans une tranchée où il est fort compliqué de se déplacer, des chevaux morts, un cadavre encastré dans un barbelé, une tranchée piégée et infestée de rats, un avion sorti de l'enfer, une brutalisation des combattants, des coreligionnaires indifférents, des snipers, des soldats ivrognes, une hiérarchie inconsciente, une jeunesse sacrifiée et finalement une boucherie inutile... Le tout filmé en deux plans séquences magistraux, où le spectateur n'a jamais été aussi près de la mort.

Au milieu de tout ça, une femme et sa fille... soit une lueur d'espoir (et la femme avenir de l'homme?) et une leçon d'humanité dans un monde de monstres. Allégorie d'une humanité incapable de communiquer (un soldat sauvé mais agresseur, une absence de télécommunications, un exercice pathétique de l'autorité), 1917 excelle essentiellement à trois niveaux. Il parvient d'abord à transmettre tout ce qu'il faut comprendre sur la tristement célèbre guerre des tranchées de 14-18 (à projeter dans les lycées). Ensuite, il réactive, plus de soixante ans plus tard, ce qui est considéré comme la meilleure fiction sur cette guerre de position, Paths of Glory (Stanley Kubrick, 1957), en adjoignant au côté "absurdité de la guerre" de celle-ci l'idée du chaos incertain d'une réalité horrifique.

Enfin, plus un tour de force qu'un chef-d'oeuvre en soi, 1917 a surtout réussi la prouesse de condenser en deux heures la problématique fondamentale (la violence humaine) de tout un siècle.

J. N, R. H

 

1917 (Sam Mendes, 2019, UK, 119 min)

Cast : Dean-Charles Chapman, George MacKay, Daniel Mays, Mark Strong, Colin Firth, Benedict Cumberbatch, Andrew Scott.

- Meilleur film dramatique - Golden Globe 2018

- Meilleur réalisateur - Golden Globe 2018

- 10 nominations - Oscars 2020 (cérémonie le 9 février)

- 9 nominations - BAFTA Awards 2020 (cérémonie le 2 février)

21/10/2019

Ad Astra

MV5BZTllZTdlOGEtZTBmMi00MGQ5LWFjN2MtOGEyZTliNGY1MzFiXkEyXkFqcGdeQXVyODk4OTc3MTY@._V1_UX182_CR0,0,182,268_AL_.jpgC'est avec retard que nous commentons ce film de science-fiction sorti il y a quelques semaines. Devenu un grand classique de la SF depuis 2001, A Space Odyssey (Stanley Kubrick, 1968), le thème des voyages dans l'espace se divise généralement en deux catégories : missions à haut risque (Apollo 13, 1995 ; Event Horizon, 1997 ; Gravity, 2013 ; The Martian, 2015) et sauver la Terre (Deep Impact, 1997 ; Armageddon, 1998 ; Red Planet, 2000 ; Sunshine, 2007 ; Moon, 2009 ; Interstellar, 2014). Les deux catégories peuvent, fort logiquement, se croiser ; et dans cette liste récente et loin d'être exhaustive, le traitement du thème (horrifique, esthétique, mainstream...etc) est très varié. Ad Astra (locution latine signifiant "vers les étoiles") se situe dans la seconde catégorie.

Astronaute de la NASA, Roy McBride (Brad Pitt) est responsable du maintien d'une antenne géante. Lorsque celle-ci est détruite par des surcharges électriques provenant de Neptune et mettant en péril la Terre, il est chargé de se rendre sur Neptune même, où son père - scientifique brillant mais fort controversé - semble se trouver, 16 ans après son dernier contact avec la Terre... Pour arriver à destination, le principal protagoniste effectuera un long périple, passant d'abord par la Lune et Mars. Dans un style élégant et sobre (magnifique course-poursuite sur la Lune) et teinté de mélancolie, James Gray nous livre le périple d'un homme qui doit se rendre au fin fond du système solaire pour renouer avec un père qu'il n'a jamais vraiment connu. Référence en terme de sang-froid (c'est sans gros souci qu'il échappe à des pirates de l'espace et qu'il se débarrasse d'un singe féroce et de tout un équipage), McBride se découvre des émotions au fur et à mesure que sa rencontre avec son père approche. Simple en apparence, le scénario est en fait un emboîtement de trois thèmes traités avec grande intelligence émotionnelle : la quête de soi, l'amour filial et le voyage interplanétaire. Une belle odyssée (rendant au passage hommage à Kubrick), apportant une fraîcheur certaine à l'univers intersidéral. J. N

Ad Astra (James Gray, USA, 2019, 120 min)

Cast : Brad Pitt, Tommy Lee Jones, Donald Sutherland, Ruth Negga, Kimberly Elise.

 

- 1 nomination (Lion d'or) - Mostra de Venise 2019

 

08/01/2018

Golden Globe 2018

7791732032_elisabeth-olsen-the-handmaid-s-tale-acceptant-son-golden-globe.jpgPalmarès de la 75ème cérémonie des Golden Globe, tenue le dimanche 7 janvier 2018 : 

 

 

CINEMA

Meilleur film dramatique :  Three billboards outside Ebbing, Missouri (Martin McDonagh).

Meilleur réalisateur : Guillermo del Toro (The Shape of Water).

Meilleure actrice dans un film dramatique : Frances McDormand (Three billboards outside Ebbing, Missouri).

Meilleur acteur dans un film dramatique : Gary Oldman (Darkest Hour).

Meilleur film comique ou musical : Lady Bird (Greta Gerwig).

Meilleure actrice - comédie/musical : Saoirse Ronan (Lady Bird).

Meilleur acteur - comédie/musical : James Franco (The Disaster Artist).

Meilleure actrice dans un second rôle : Allison Janney (I, Tonya).

Meilleur acteur dans un second rôle : Sam Rockwell (Three billboards outside Ebbing, Missouri).

Meilleur scénario : Martin McDonagh (Three billboards outside Ebbing, Missouri).

Meilleur film etranger : In the Fade (Fatih Akin).

Meilleure musique : Alexandre Desplat (The Shape of Water).

Meilleure chanson : This is me (The Greatest Showman).

Meilleure film d'animation : Coco (Lee Unkrich, Adrian Molina).

TELEVISION

Meilleure mini-série ou meilleur mini-film : Big Little Lies (HBO).

Meilleure série télévisée dramatique : The Handmaid's Tale (Hulu).

Meilleure série musicale/comique : The Marvelous Mrs. Maisel (Amazon)

Meilleure actrice dans une sérié dramatique : Elisabeth Moss (The Handmaid's Tale).

Meilleur acteur dans une série dramatique : Sterling K. Brown (This is Us).

Meilleure actrice dans une série musicale/comique : Rachel Brosnahan (The Marvelous Mrs. Maisel).

Meilleur acteur dans une série musicale/comique : Aziz Ansari (Master of None).

Meilleure actrice dans une mini-série : Nicole Kidman (Big Little Lies).

Meilleur acteur dans une mini-série : Ewan McGregor (Fargo).

Meilleur acteur dans un second rôle (série, mini-série ou TV) : Alexander Skarsgard (Big Little Lies).

Meilleure actrice dans un second rôle (série, mini-série ou TV) : Laura Dern (Big Little Lies).

14/11/2016

Doctor Strange

mads mikkelsen,chiwetel ejiofor,marvel,doctor strange,dormammu,benedict cumberbatch,tilda swinton,rachel mcadamsAprès les loosers Ant-Man (2015) et Deadpool (2016), Marvel renoue ici avec un super-héros millionnaire. Car c'est ce qu'était Stephen Strange, neurochirurgien brillant, avant de ne plus pouvoir exercer son métier suite à un grave accident de voiture. Afin de retrouver l'usage de ses mains, il entreprend un voyage au Tibet où il rencontre l'Ancien. Celui-ci (ou celle-ci, méconnaissable Tilda Swinton) l'initie aux pouvoirs mystiques et lui apprend que le danger Dormammu guette. On est tenté de dire que le scénario habituel (nos super-héros contre une entité désirant détruire le monde) est devenu franchement redondant. Mais comment le faire lorsqu'on sait que le bien contre le mal est la pierre angulaire de tout l'univers B.D de Marvel ? A la différence du dernier opus en date, soit X-Men contre les ambitions dévastatrices d'Apocalypse, la direction d'acteurs est excellente, notamment le principal intéressé - Benedict Cumberbatch - dans une version plus nerveuse que Sherlock Holmes. On retiendra essentiellement un bon dosage entre humour et gravité et un spectacle visuel époustouflant qui n'est pas sans rappeler Inception de Christopher Nolan. Ca n'en fait pas un Marvel novateur mais tout de même un Marvel au dessus de la moyenne, solide et divertissant. J. N, N. A

Doctor Strange (Scott Derrickson, USA, 2016, 115 min)

Cast : Benedict Cumberbatch, Rachel McAdams, Tilda Swinton, Chiwetel Ejiofor, Mads Mikkelsen, Benedict Wong, Michael Stuhlbarg.

25/05/2016

X-Men : Apocalypse

james macavoy,jennifer lawrence,nicolas hoult,oscar isaac,rose byrne,evan peters,sophie turner,olivia munn,x-men : apocalypse,x-men,marvel,hugh jackman,michael fassbenderC'est bien connu, dans les trilogies à trois volets (1), le troisième épisode fait souvent moins bien que les deux précédents, ou du moins que le second (la trilogie Batman de Christopher Nolan en a fait les frais). X-Men: Apocalypse ne fait pas exception à la règle. La raison est simple : après un X-Men First Class encourageant (2011) et un X-Men : Days of Future Past (2013) brillant de par son scénario très sombre et la densification de l'intrigue (on jongle entre les années 1960 et le futur proche), il était difficile de placer haut la barre.

Pire, cette aventure placée dans les années 1980 (en pleine Guerre fraîche) se limite à un scénario ultra-classique, soit sauver la planète des velléités de destruction d'un méchant, comme dans Avengers 2 récemment. Né il y a 5000 ans en Egypte ancienne, Apocalypse est l'un des plus anciens mutants connus. Laissé pour mort, il est recueilli par un chef de bandits qui l'a baptisé En Sabah Nur ("le Premier"),  et lui a enseigné sa philosophie, lui affirmant que sa mission était de conquérir le monde. Il parcourt le monde durant des milliers d'années, dressant les nations les unes contre les autres, et les asservissant. Au XXIème siècle, sa mission reste intacte. Sur son chemin : le professeur Xavier et ses surdoués.

La suite on la connaît. Monde au bord du précipice (à coups de destructions spectaculaires) avant que le dénouement ne soit heureux. Au milieu de tout ça, nous aurons même droit à une incompréhensible apparition éphémère d'un Wolverine au bout du rouleau (sans doute un cadeau pour Hugh Jackman recordman des apparitions en tant que tel et annoncé sur le départ). Par ailleurs, l'apparition de nouveaux super-héros (Archangel, Cyclope, Diablo, Psylocke) ne sauve pas la mise, loin de là. Bref, avec ce volet décevant, blockbuster classique, la franchise refait du surplace. J. N.

X-Men : Apocalypse (Bryan Singer, 2016, USA, 145 min)

Cast : James McAvoy, Michael Fassbender, Jennifer Lawrence, Nicolas Hoult, Oscar Isaac, rose Byrne, Evan Peters, Sophie Turner, Josh Helman, Hugh Jackman, Olivia Munn.

 

(1) Nous considérons ici que les trois derniers X-Men (2011, 2013, 2016) constituent une trilogie en soi en raison de l'écart temporel avec les trois précédents (2000, 2003, 2006). Il ne s'agit toutefois pas de reboot.

29/02/2016

Oscars 2016

download.jpgDiCaprio (enfin) consacré

La performance était tellement époustouflante que l'acteur californien partait grand favori. Après 3 nominations pour la catégorie, celui qui se fit connaître par le grand public via cette horreur que fut Titanic (1998), après avoir été révélé par Basketball Diaries (1995) remporte l'oscar du meilleur acteur pour son interprétation d'un trappeur en quête de vengeance.

Sa période "minet" sera marquée par des films moyens ou franchement mauvais (Total Eclipse, 1995 ; Romeo + Juliet et Marvin's Room, 1996 ; The man in the iron mask, 1998 ; The Beach, 2000), avant qu'elle ne prenne une tout autre trajectoire durant la décennie 2000. Cette période marque justement les débuts de sa collaboration fructueuse avec Martin Scorsese dont il deviendra l'acteur fétiche, prenant le relais de Robert de Niro.

images (1).jpgA partir de l'éprouvant Gangs of New York (2002), il enchaîne les rôles de personnage torturé dont le plus abouti est celui de flic infiltré dans le nerveux The Departed (2006). Les grands réalisateurs se l'arrachent également : Spielberg (Catch me if you can, 2002), Ridley Scott (Body of Lies, 2008) et Sam Mendes (Revolutionnary Road, 2008). Retrouvant Scorsese pour le schizophrénique Shutter Island (2010), on le retrouve ensuite dans l'étonnant Inception (2010) de Christopher Nolan, chez Clint Eastwood (J. Edgar, 2011) et même chez Tarantino (Django Unchained, 2012). Rien que ça. Sa consécration, à 41 ans, est l'aboutissement logique d'une carrière arrivée à maturité.  J. N.

 

Palmarès de la 88ème cérémonie des Oscars, tenue le dimanche 28 février 2016 à Hollywood :

 

Meilleur film : Spotlight (ensemble des producteurs).

Meilleur réalisateur : Alejandro Gonzalez Innaritu (The Revenant).

Meilleur acteur : Leonardo Dicaprio (The Revenant).

Meilleur acteur dans un second rôle : Mark Rylance (Bridge of spies).

Meilleure actrice : Brie Larson (Room).

Meilleure actrice dans un second rôle : Alicia Vikander (The Danish girl).

Meilleur scénario original : Spotlight (Josh Singer, Tom McCarthy).

Meilleure photographie : The Revenant (Emmanuel Lubezki)

Meilleur scénario adapté : The Big Short (Charles Randolph, Adam McKay).

Meilleure montage : Mad Max: Fury.

Meilleur montage sonore : Mad Max: Fury.

Meilleur mixage de son : Mad Max: Fury.

Meilleur film étranger : Saul Fia (Laszlo Nemes / Hongrie).

Meilleurs effets visuels : Ex Machina.

Meilleure musique originale : Ennio Morricone (The Hateful eight).

Meilleur chanson : Writing's on the Wall (Spectre 007).

Meilleur documentaire : Amy (Asif Kapadia).

Meilleurs costumes : Mad Max: Fury.

Meilleurs maquillages : Mad Max: Fury.

Meilleurs décors : Mad Max: Fury.

23/02/2016

Deadpool

MV5BMjQyODg5Njc4N15BMl5BanBnXkFtZTgwMzExMjE3NzE@._V1_UY268_CR1,0,182,268_AL_.jpgUn film de super-héros marvel qui nous change du classique habituel, on attendait ça depuis un bail. Point de romantisme gnangnan (Spider-Man en est l'archétype parfait) ou de discours grandiloquents (Thor dans Avengers 2 nous a littéralement fait pleurer) mais des scènes de combat bien démonstratives et des dialogues cul (très) crus. Ajoutez à cela des références cinématographiques exquises (qui ne sont pas sans rappeler celles du fameux Sawyer dans la série Lost) et vous aurez une idée de l'univers de Deadpool, l'un des personnages les plus atypiques de Marvel.

images (1).jpgComplexe à l'instar de Punisher ou Wolverine, le "mi-héros mi-vilain" est sentimental, vulgaire, blagueur, violent, grossier, excentrique... C'est beaucoup de choses qui font cet écorché vif. Apprenant qu'il souffre d'un cancer en phase terminale, Wade Wilson autorise les scientifiques de l'organisation secrète canadienne Weapon X (créatrice de Wolverine) à l'utiliser pour reproduire le pouvoir de guérison de Logan. L'intervention est un succès mais utilisé en fait comme cobaye, Wilson est laissé pour mort. Parvenant à s'évader, il n'a plus qu'un objectif : se venger de ses anciens tortionnaires.

images.jpgIl est très rare qu'une production respecte à ce point l'univers graphique du personnage en question. Pour son premier long-métrage, Tim Miller réussit l'exploit de briser les codes du genre. Tout aussi trépidant (mais lorgnant plutôt sur l'autodérision), Ant-man fut également une réussite il y a un peu moins d'un an. En attendant les prochains opus dédiés à des personnages (Doctor Strange, novembre 2016 ; Gambit, 2017), force est de constater qu'il règne actuellement un vent de fraîcheur à Marvel Studios.

Deadpool (Tim Miller, 2016, USA, 118 min)

Cast : Ryan Reynolds, Ed Skrein, Brianna Hildebrand, Stefan Kapicic, Morena Baccarin.