free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/08/2018

Gun X Sword

Gun_X_Sword.jpgL'histoire de Van, justicier désabusé et principal protagoniste qui ressemble à s'en méprendre au héros de Black Blood Brothers (à la différence près que son costume est noir et non pas rouge). Il cherche à mettre la main sur l'homme à la griffe de métal, celui-ci ayant tué sa fiancée le jour de son mariage. Dans sa quête, il est accompagné par la jeune Wendy et occasionnellement par Carmen 99 (le nombre est en rapport avec son tour de poitrine généreux). Il s'agit donc ici d'un anime classique où durant les premiers épisodes, nos deux héros, sillonnant des contrées, croisant des être malfaisants en quête de pouvoir absolu, que Van mettra au tapis, soit un mecha mode dr. Octopus de Marvel (ep. 3), 3 mechas écervelés (ep. 4), un mecha version Moyen-Age (ep. 7), un mecha-dragon (ep. 8), un mecha-requin (ep. 10)...etc. On l'a compris, il faut apprécier (énormément) les mecha (ce thème de science-fiction mettant en scène des personnages utilisant ou incarnant des armures robotisées) pour s'accrocher à "Gun Sword". Il faudra attendre les deux tiers de la série pour que la véritable intrigue se dévoile, soit les visées génocidaires d'une organisation à la tête de laquelle trône l'homme à la griffe de métal, sorte de Hitler du futur. Série lambda divertissante. Et comme nous l'avons dit, il faut aimer les histoires de robots sinon... J. N

téléchargement.jpgGUN x SWORD

(26 épisodes de 25 min)

Diffusion : juillet-décembre 2005

Studio : AIC

Réalisateur : Goro Taniguchi

Scénariste : Hideyuki Kurata

22/08/2018

Black Blood Brothers

images.jpgDurant ce qui a été appelé la Croisade de Hong Kong, Jiro Mochizuki, un vampire au sang ancien, a vaincu les Enfants de Kowloon (1) et leur roi. Dix ans plus tard, il se rend avec son jeune frère à Hong Kong, en espérant rejoindre la Zone spéciale, une ville secrète où les vampires prospèrent librement, à l'écart des humains. Jiro se rend compte que les Enfants de Kowloon sont toujours actifs et ont infiltré la Zone spéciale afin d'y semer le chaos. Celle-ci est administrée par "la Compagnie" dont les objectifs et agissements sont assez louches... Le constat ? Après un début prometteur, l'intrigue s’essouffle assez vite (étonnant pour une série de seulement 12 épisodes) et l'épilogue est un peu (trop) rapide. Et c'est un peu normal vu le thème traité. Un vampire au style vestimentaire "stylé", une mini-guerre civile entre vampires issus de lignées ancestrales différentes, quelques flashbacks trop courts, qui ne permettent pas vraiment de saisir la psychologie des personnages, une dose d'humour...etc. Difficile d'atteindre le niveau de Helsing (l'accoutrement de Jiro est d'ailleurs copié sur celui du Professeur Van Helsing), référence en la matière. Pour conclure, c'est très moyen mais ça se regarde. J. N

images (1).jpgBlack Blood Brothers

(12 épisodes de 24 min)

Diffusion : septembre-novembre 2006

Studio : Group TAC, Studio Live

Réalisateur : Hiroaki Yoshikawa

 

(1) Kowloon est la partie de Hong Kong, située sur le continent, au nord de l'île de Hong Kong et au sud de la partie continentale des Nouveaux Territoires.

17/08/2018

Basilisk

basilisk,gonzo,japon,japon féodal,roméo et julietteRetour aux affaires. L'été nous permet de visionner à nouveau des séries que nous n'avions pas eu le temps de voir précédemment. En l'an 1614, deux clans de ninjas rivaux - Iga et Koga - sont sommés d'envoyer chacun 10 membres devant s'affronter à mort, le dernier survivant devenant le prochain shogun et permettant à son clan de gouverner pour les 1000 prochaines années. Petit problème : Gennosuke du clan Koga et Oboro (Iga) sont follement amoureux... Alors que les premiers combats de cette série qui démarre en trombe pouvaient faire penser à une trame linéaire et à un scénario manichéen, nous avons eu l'agréable surprise de constater qu'il ne s'agissait pas de cela. En effet, point de bons et de mauvais ici mais des protagonistes cherchant simplement à sauvegarder leurs intérêts. Les membres des deux clans ont d'ailleurs pour dénominateur commun une perversion et un sadisme dans le combat inouïs et semblent véritablement jouir lorsqu'ils infligent la mort. Contrairement à ce qu'on voit souvent, les combats ne sont pas interminables et finissent même assez vite (très spectaculaires par ailleurs). Si ces combats rythment ce Romeo et Juliette version animation japonaise, les scénaristes ont toutefois pris la peine de travailler en profondeur des personnages complexes, à la moralité floue. Les nombreux flashbacks apportent également un plus, permettant de comprendre les enjeux de manière globale. Enfin, le character design est d'une grande qualité. Petit bémol : le dénouement est prévisible dès le départ (mais comment éviter cela ?). La série a eu droit à une suite, réalisée par le studio Seven Arcs Pictures et diffusée à partir de janvier 2018. J. N

basilisk,gonzo,japon,japon féodal,roméo et julietteBASILISK

(24 épisodes de 24 min)

Diffusion : avril-juin 2005

Studio : Gonzo

Réalisateur : Fuminori Kizaki

Scénariste : Yasayuki Mutô

11/03/2016

Psycho-pass

images.jpgEn surfant sur la page wikipedia concernant Philip K. Dick, notre auteur fétiche de science-fiction, nous sommes tombés dans la catégorie "Inspirations" sur la série d'animation japonaise Psycho-Pass. Nous avons donc décidé de la télécharger. Bien nous en a pris car elle vaut largement le détour. Déjà au nom du studio d'animation, Production I.G, producteur de la série culte Ghost in the shell (1), nous savions que le résultat serait au minimum solide. Quant à la référence à Dick, il s'agissait d'un personnage citant son oeuvre culte, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

download&.jpgDans un Japon futuriste, un système informatique hyper-sophistiqué permet de détecter chez les individus leur coefficient de criminalité, grâce à un dispositif électronique installé sur chacun d'eux et appelé Psycho-pass. Une unité spéciale de la Division des enquêtes criminelles du Bureau de la sécurité publique (le titre est long) est chargée de la besogne, appréhendant (et tuant si  nécessaire) les "psychopathes" en question.

images (1).jpgCes "Exécuteurs" sont munis d'une arme spéciale, le "Dominateur", qui ne peut tirer que si le coefficient est élevé. Ils traquent un tueur en série qui sème le chaos et qui, malheur pour eux, ne peut être atteint par l'engin spécialisé... Dystopie, reflexion sur les dangers et limites d'un monde dominé par l'informatique (2) sur fond d'enquête criminelle, pour une série dont le niveau de violence gore (rare dans les animes japonais) monte inexorablement en crescendo. Un pure plaisir.

Une seconde saison (que nous n'avons pas encore vu) de 11 épisodes fut diffusée en octobre-décembre 2014. J. N

 

Psycho-Pass (22 épisodes de 20 minutes)

Diffusion : octobre 2012 - mars 2013

Réalisation : Katsuyuki Motohiro, Naoyoshi Shiotani.

Scénario : Gen Urobochi.

 

(1) Mais également de l'excellente Blood et du film Sky Crawlers.

(2) Dans un domaine différent, cela nous rappelle que le meilleur joueur au monde du jeu japonais Go vient d'être battu deux fois de suite par un programme créé par Google.

02/02/2014

Le vent se lève

hayao miyazaki,le vent se lève,japonLe dernier de Miyazaki a beaucoup fait parler. Et pour cause, le maître es animation vient de tirer sa révérence après plus de trente ans de bons et loyaux services (l'expression est faible). Celui qui avait débuté en 1979 (déjà) avec Le château de Cagliostro considère qu'il est désormais trop âgé (72 ans) pour réaliser un long-métrage. En 1984, à une époque où les moyens techniques n'étaient pas ce qu'ils sont aujourd'hui, il réalisait Nausicaä, une fable écologique qui restera une référence en la matière. Cette sensibilisation à l'environnement sera agrémentée en 1997 d'une dimension épique avec le culte Princesse Mononoké, premier grand succès du studio Ghibli (15 millions de spectateurs au Japon). L'écologie et le non-recours à la guerre (Le château dans le ciel, 1986) seront d'ailleurs ses thèmes-clés (sa famille dû fuir les bombardements américains lors de la Seconde guerre mondiale), sans oublier bien entendu l'enfance, avec les magnifiques Mon voisin Totoro (1992) et Ponyo (2009), et un autre film culte, Le voyage de Chihiro (2001), première animation japonaise à recevoir un oscar, mais également première du genre à remporter l'Our d'or au Festival de Berlin.

hayao miyazaki,le vent se lève,japonEntre un numéro dédicace des Cahiers du cinéma (janvier 2014), un supplément de Studio Cinélive (décembre 2013), et d'autres publications et commentaires (un article dans les Inrocks), il a beaucoup été dit sur l'ultime bijou du maître à penser du studio Ghibli. Difficile donc d'ajouter quelque chose dix jours après la sortie du film. Certains se sont demandés s'il s'agirait d'un nouveau chef-d'oeuvre bouclant une oeuvre déjà foisonnante. Le débat n'a pas lieu en fait, tant il est difficile de faire mieux que Princesse Mononoké et Le voyage de Chihiro, les deux productions les plus abouties. L'intrigue tourne autour de Jiro, un grand admirateur des avions de guerre façonnés par l'ingénieur italien Caproni. Atteint de myopie, il ne pourra jamais piloter mais compensera ce rêve en devenant lui aussi ingénieur aéronautique, en passe de réaliser un modèle inégalable alors que le Japon va bientôt faire son entrée dans le Second conflit mondial aux côtés de l'Allemagne nazie.

hayao miyazaki,le vent se lève,japonOn retrouve donc l'univers grave de la guerre, cher à Miyazaki, mais aussi et surtout le thème des avions, qu'il avait déjà esquissé dans Porco Rosso (1992). L'amour et l'enfance sont eux aussi présents. Ce récit à plusieurs niveaux et thématiques, parfois éprouvant (tant les séquences sont étirées), est comme souvent façonné par des couleurs époustouflantes, dont seul Miyazaki a le secret. On notera au passage que l'affiche du film ressemble d'une certaine manière à La femme à l'ombrelle (voir ci-contre), une toile célèbre de Claude Monet (hommage à l'impressionnisme français ?). On s'attendait peut-être à ce que Miyazaki finisse sur une histoire joyeuse mais c'est oublier qu'il ne fait jamais la même chose deux fois de suite. Ponyo nous avait fait sourire, nous en avions gardé un sentiment de joie et d'apaisement. Ici, ce mélodrame classique ne nous a pas particulièrement ébranlé mais vient s'ajouter à la large panoplie d'un cinéaste à l'imagination débordante, qui manquera beaucoup au monde de l'animation et à qui nous tirons notre chapeau. Jihad Naoufal

 

Le vent se lève (Hayao Miyazaki, Japon, 2013, 126 min).   Voix : Hideaki Anno, Miori Takimoto, Hidetoshi Nishijima, Masahiko Nishimura, Stephen Alpert, Morio Kazama.

- 1 nomination (Meilleur film d'animation) - Oscars 2014 (1)

- 1 nomination (Meilleur film de langue étrangère) - Golden Globes 2014

- Meilleur film d'animation - National Board of Review 2013

- Meilleur film d'animation - Chicago Film Critics Association Awards 2013

- Meilleur film d'animation - Central Ohio Critics Association 2013

- 2 nominations - Awards of the Japanese Academy 2014

- 2 nominations - Blue Ribbon Awards 2013

- Meilleur film d'animation - Boston Society of Film Critics Awards 2013 

- En compétion (Lion d'or) - Mostra de Venise 2013

 

Filmographie de Hayao Miyazaki

2013 : Le vent se lève

2008 : Ponyo

2004 : Le château ambulant

2001 : Le voyage de Chihiro

1997 : Princesse Mononoké

1992 : Porco Rosso

1989 : Kiki, la petite sorcière

1988 : Mon voisin Totoro

1986 : Le château dans le ciel

1984 : Nausicaä

1979 : Le château de Cagliostro

 

(1) Cérémonie le 2 mars 2014.

21/01/2013

Heroic Age

heroic age,xebecDans un univers futuriste, le monde est régi par plusieurs tribus à la technologie ultra-avancée. Ayant quitté la galaxie, la Tribu d'Argent a légué ses dons aux autres groupes : la Tribu d'argent (des extra-terrestres), la Tribu des Héros, la Tribu de bronze (des insectoïdes géants) et la Tribu de fer (les humains). Afin d'éviter aux humains l'extinction, la princesse Deianaira part en expédition pour trouver le héros, le messie, celui qui les sauvera, le seul humain à avoir été elevé par le Tribu d'or. Sur une planète reculée, elle découvre Eiji, le seul habitant... Cette rencontre aura pour effet de générer une guerre inter-galactique de grande ampleur, pour le pire ou pour le meilleur. Dans cette fresque space opera, nous apprécierons surtout les moments de rupture contemplatifs qui hélas sont assez rares. La quasi-majorité de cette série répétitive et au scénario ultra-classique est faite de scènes de combats spectaculaires dans l'espace auxquelles est ajouté un peu de fan service (des héroïnes aux gros seins). L'appréciation dépend toutefois de ce que l'on attend. Ceux qui se contentent d'une guerre qui n'en finit pas et de ses héros (et un character design de qualité) seront ravis.  J.N.

heroic age,xebecHeroic Age

(26 épisodes de 24 minutes)

Année : 2007

Studio : Xebec

Réalisateur : Takashi Noto, Toshimasa Suzuki

Character Design : Hisashi Hirai

 

16:00 Publié dans Anime | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : heroic age, xebec

06/01/2013

Freedom

freedom,sunrise,katsuhiro otomo,animation japonaiseAlors que la civilisation s'est éteinte sur Terre, les derniers humains se sont réfugiés sur la Lune et y ont bâti une ville géante appellée "Eden". Takeru, Kazuma et les autres partagent leur vie entre courses endiablées de motos (un clin d'oeil au manga culte Akira, créé par Katsuhiro Otomo, également à l'origine de cette série) et travaux d'intérêts généraux. En effet, dans ce monde, faussement utopique, les loisirs ne sont pas nombreux et la matrice surveille tout le monde. Takeru découvre un jour une photo qui semble provenir de la Terre. Y aurait-il donc encore une vie sur celle-ci ? Aidé de ses amis, il est résolu à le découvrir, malgré des autorités politiques d'Eden peu enclines à briser le tabou. Cette mini-série de 7 épisodes (OVA), au character design soigné (toujours Otomo), est une belle ôde à la tolérance, et malgré sa prévisibilité, se regarde avec plaisir.  J. N.

Freedom

(6 épisodes de 22 min et 1 épisode de 45 min)

Année : 2006

Studio : Sunrise

Auteur original : Katsuhiro Otomo

Réalisateur : Shûhei Morita

Character Design : Katsuhiro Otomo

Direction de l'animation : Atsushi Irie, Hiroyuki Horiuchi, Kôichi Arai, Takao Maki

29/12/2012

Arrietty: Le petit monde des chapardeurs

MV5BMTAxNjk3OTYyODReQTJeQWpwZ15BbWU3MDgyODY2OTY@._V1._SY317_ (1).jpgAu Japon, en périphérie de Tokyo, vit sous le plancher d'une maison entourée d'un jardin, une famille d'êtres minuscules. La petite Arrietty connaît par coeur les règles : n'emprunter (en très petite quantité) que ce dont on a besoin, faire attention au chat qui rôde, et surtout, ne jamais se faire apercevoir par les humains, sous peine de devoir déménager. Pourtant, un jour, elle entre en contact - malgré elle - avec Sho, un jeune garçon malade placé sous repos dans la maison. Entre les deux, s'instaurera une amitié. Pour le meilleur ou pour le pire... Fidèle aux thèmes qu'il traite (1), le studio Ghibli, qu'on ne présente plus, nous conte une belle histoire de tolérance, d'amitié, et comme souvent, propose une ôde à l'enfance, qui n'est pas sans rappeller les magnifiques Mon voisin Totoro et Ponyo.

Arrietty (Hiromasa Yonebayashi, Japon, 2010, 94 min)

Studio : Ghibli

Scénario : Hayao Miyazaki.

Musique : Simon Caby.

Directeur de l'animation : Megumi Kagawa.

 

- Meilleur film d'animation - Awards of the Japanese Academy 2011.

 

(1) L'enfance (Mon voisin Totoro, 1988), l'écologie (Nausicaa, 1984 ; Princesse Mononoke, 1997), l'amour (Ponyo, 2007)...etc.

 

13:15 Publié dans Anime | Lien permanent | Commentaires (0)