free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/04/2021

Alita

alita,robert rodriguezC'est un article envoyé par R. qui nous a fait découvrir cette adaptation d'un manga. Comme souvent, on en découvre sur le tard en dépit du fait qu'on soit de grands aficionados des manga/anime. L'article (et il y en a une floppée dans ce genre évidemment) listait les meilleures adaptations en live-action film (ici, un mélange entre prises de vues réelles et animation 3D) de mangas. L'article en question n'en citait que 5 (pour une liste exhaustive, consulter la liste de Sens Critique) dont celui-ci que nous nous sommes empressés d'aller regarder.

Il s'agit de l'adaptation du langa culte Gunnm, déjà adapté en film animé en sous le même nom en 1993 (Hiroshi Fukutomi). Oeuvre dystopique, le récit se situe en 2563, 300 ans après que la Terre ait connu une catastrophe appelée "l'effondrement", suite à une guerre contre Mars, et plus précisément dans la ville d'Iron City, haut lieu de la criminalité en tout genre. Elle sert de décharge géante à la ville céleste de Zalem (1), le graal que tout le monde voudrait rejoindre. C'est dans la décharge d'objets métalliques que le docteur Dyson Ido (Daisuke Ido dans l'oeuvre originale) trouve un cyborg quasiment détruit. Le ramenant à la vie, il le nomme Alita, du nom de sa fille défunte (Gally dans le manga). Elle est amnésique mais se découvre rapidement une force surhumaine et veut en savoir plus sur son origine. C'est là où elle rencontre Hugo - un revendeur de pièces biomécaniques - et surtout le malfaisant Vector, maître du jeu ultrapopulaire et non moins violent, le Motorball.

On a pu lire que l'accueil du film a été mitigé et c'est un peu normal vu l'histoire un peu fourre-tout. On regrettera la dimension un peu trop manichéenne des personnages mais aussi le côté bien-pensant made in USA. Comme souvent dans les adaptations américaines de manga, les effets visuels l'emportent largement sur un scénario conventionnel et ô combien de fois déjà vu (Ghost in the Shell en 2017 en est le parfait exemple). On retiendra par contre et surtout une fable de science-fiction réussie, l'idée de lutte perpetuelle entre la mécanique agressive et dévastatrice de cette jeune fille attendrissante et son esprit humaniste et altruiste. Au-delà du blockbuster (que nous n'apprécions guère), nous estimons qu'Alita: Battle Angel est un film de post-cyber punk plutôt réussi malgré ses défauts.  J N

Alita: Battle Angel (Robert Rodriguez, 2019, 122 min)

Cast : Rosa Salazar, Christoph Waltz, Jennifer Conne

- Meilleurs effets visuels - Satellite Awards 2019

- Meilleure performance animée (Rosa Salazar) - Hollywood Critics Association 2020

- Meilleurs effets visuels - Hawaii Film Critics Society 2020

- Meilleurs effets viseuls - Florida Film Critics Circle Awards 2019

 

(1) Thématique qu'on retrouve déjà dans l'oeuvre culte de Kurt Vonnegut, Le pianiste déchaîné (1952), où après une Troisième Guerre mondiale, l'humanité n'en mène pas large. La cité post-industrielle d'Ilium est divisée en deux parties distinctes par un fleuve. D'une part, la caste supérieure (fonctionnaires, administrateurs et ingénieurs) et d'autre part la populace travaillant dans les Corps de Reconstruction et de Récupération.

 

29/03/2021

Death Parade

download (1).jpgEn voilà une que nous avons apprécié et qui sort de l'ordinaire. Adaptée d'un court-métrage (Death Billiards, 2013, 25 min), l'histoire (12 épisodes) consiste en une succession de deux personnages qui se retrouvent dans un bar à l'atmosphère délétère et qui comprennent assez vite qu'elles sont là pour jouer à un jeu de bar (fléchettes, bowling...etc) qui s'avère être un jeu de survie. Aux commandes, le placide et dépourvu de toute émotion barman Decim et sa cynique d'assistante Chiyuki. C'est lui qui décidera si le joueur - psychanalisé à travers son comportement durant le jeu - mérite une nouvelle vie ou le néant. En effet, l'épreuve que subissent les joueurs les entraîne à extérioriser leurs sentiments, chose qu'ils ne feraient pas en temps normal.

download.jpgLe thème de la réflexion sur le sens de la vie n'est pas spécialement novateur. Plus intéressant est son adjonction à deux autres thématiques principales : la psychologie introspective et le Jugement dernier. A ce dosage réussi, s'ajoute une structure originale pour une série animée, l'anthologie (une histoire différente par épisode) et un character design de qualité (les personnages allongés et leurs mimiques collent très bien à l'ambiance glauque). Le tout fait de Death Parade une série de qualité, ce qui n'est point étonnant lorsqu'on connaît les chefs-d'oeuvres sortis du chapeau de Mad House. Pour ne citer que ceux-là : Monster, Death Note, Paranoia Agent, Texhnolyze, Gungrave, et notre coup de coeur de toujours, Claymore.

yuzuru tachikawa,anthologie,madhouse,decim,death parade,purgatoire,introspectionEnfin, un élève en Première - fan d'anime - nous a demandé pour quelle raison cet anime a subi les foudres du Vatican, information dont nous n'étions pas au courant et que nous n'avons pas trouvé. Mais si elle est exacte, la réponse est évidente puisque Death Parade traite de manichéisme (thématique on ne peut plus chrétienne), se déroule dans le purgatoire et surtout, questionne l'impartialité du Jugement dernier. Cette réflexion freestyle n'a pas du trop plaire du côté de l'Eglise catholique...  J N

Death Parade

(12 épisodes de 23 min diffusés du 9 janvier au 27 mars 2015)

Studio : Madhouse

Réalisateur et scénariste : Yuzuru Tachikawa

18/03/2021

Kiki...

Kiki.jpgOn ne se lasse jamais de revoir les oeuvres du maître incontesté de l'animation japonaise à qui nous portions un hommage après avoir regardé son dernier opus, Le vent se lève. Nous avions regardé la dernière fois Kiki la petite sorcière au printemps 2004 (au Gaumont Parnasse, à Paris). Celui-ci s'inscrit à la fois dans la période années 1980 de Miyazaki (comprenant notamment le culte Nausicaa), soit avant que les ordinateurs ne viennent "booster" l'animation, et dans le registre enfance de celui qui naquit en 1941 à Tokyo en pleins bombardements américains (ce qui entraîna l'exil de ses parents et inspira ses oeuvres anti-guerre).

ghibli,studio ghibli,kiki la petite sorcière,kiki's delivery service,hayao miyazaki,animation japonaise,animation,anime,miyazaki,adolescenceDans cette catégorie figurent les non moins attendrissant Mon voisin Totoro (1988), Ponyo sur la falaise (2008) et le génial Le voyage de Chihiro (2001), satire également de la société de consommation et seule animation ayant remporté l'Oscar du meilleur film étranger. A l'âge de 13 ans, une future sorcière doit partir faire son apprentissage dans une ville inconnue (une ville qui nous a fait penser à Prague ou Bratislava mais ça pourrait être n'importe où en Europe). C'est cette expérience que va vivre Kiki au caractère bien trempé en effectuant un boulot de livreuse chez la boulangère Osono.

ghibli,studio ghibli,kiki la petite sorcière,kiki's delivery service,hayao miyazaki,animation japonaise,animation,anime,miyazaki,adolescenceKiki va donc devoir puiser dans ses ressources afin de se fondre dans cette nouvelle communauté. Comme souvent chez Miyazaki - dont la marque de fabrique est le savant dosage entre récit personnel et discours universel - la symbiose entre le merveilleux et la simplicité est grandement réussie. Cette allégorie clairvoyante et généreuse de l'apprentissage de l'adolescence n'a pas pris une ride plus de trente ans plus tard. Tout simplement magnifique. Il y a plus de dix ans, nous affirmions à propos de Ponyo que l'animation de Miyazaki devrait être enseignée dans les écoles de cinéma. A l'heure du gavage scolaire, des ravages des réseaux sociaux (The Social Dilemma) et de la culture-poubelle Netflix, elle devrait être enseignée dans toutes les écoles. J N, R H

Kiki la petite sorcière (Hayao Miyazaki, 1989, 102 min)

- Prix du meilleur film d'animation - Festival du film Mainichi 1990

- Meilleur réalisateur - Japan Academy Prize 1990

- Meilleur film - Japan Academy Prize 1990

- Meilleur réalisateur - Kiname Junpo Awards 1990

14/12/2020

Miss Hokusai

hokusai,miss hokusai,keiichi haraIl fallait bien mettre un petit commentaire pour notre 200ème long-métrage de l'année. C'est avec retard que nous avons découvert celui-ci puisque sa diffusion publique remonte à 2015. Il s'agit donc du regard porté sur le maître japonais Katsushika Hokusai (1760-1849), spécialiste de l'ukiyo-e (1) par sa fille O-Ei

Au caractère bien trempé, elle vit dans l'ombre du père tout en contribuant à la légende de celui-ci, en dessinant avec lui dans leur atelier aux allures de dépotoir. Un récit simple, humain et touchant, où la sublime nature japonaise se mêle avec délicatesse aux manifestations surnaturelles un peu plus fougueuses. Ce voyage contemplatif et onirique d'une grande beauté visuelle nous promène dans les oeuvres du maître (à l'instar du magnifique Loving Vincent (2017) qui rendait hommage à Van Gogh) tout en rendant justice et hommage à cette grande dessinatrice, et en nous faisant découvrir la vie de tous les jours dans un village japonais du début du XIXème siècle. Magnifique tout simplement. R. H et J. N 

(1) Signifiant "image du monde flottant", c'est un mouvement artistique japonais de l'époque d'Edo (le nom de Tokyo entre 1603 et 1868) comprenant une peinture populaire et narrative originale mais surtout les estampes japonaises gravées sur bois. 

 

Miss Hokusai (Keiichi Hara, Japon, 93 min) 

- Meilleur film d'animation - Asia Pacific Screen Awards 2015

- Meilleur film d'animation - Fantasia Film Festival 2015

- 1 nomination (meilleur film d'animation) - Awards of the Japanese Academy 2016

- 1 nomination (meilleur film) - Festival d'animation d'Annecy 2015

- 1 nomination (meilleur film d'animation) - Annie Awards 2017

14/11/2020

Baccano!

baccano!,boucan,brain's brase,takahiro omori,fantasy,mafia italienne,new york,new york des années 1930En voilà une que nous recommandons particulièrement. Baccano! ("Boucan"), ses personnages occidentaux, plus déjantés les uns que les autres, ses différentes temporalités, sa violence "scorseseienne" (qui ne se souvient pas de The Good fellas?), sa musique jazz (The Cotton Club, 1984), et son atmosphère Once upon a time in America (Sergio Leone, 1984). En effet, l'histoire se passe dans le milieu mafieux new-yorkais des années 1930, avec un réalisme qui n'est pas sans rappeler les productions cinématographiques les plus emblématiques.

baccano!,boucan,brain's brase,takahiro omori,fantasy,mafia italienne,new york,new york des années 1930Mais le scénario est beaucoup plus dense puisqu'il inclut des histoires se déroulant en 1711, 1930, 1931 et 1931 (sans ordre chronologique). Cela ne change pas le fait que les principaux protagonistes sont liés entre eux, d'une manière ou d'un autre, avec pour dénominateur commun : l'immortalité. Celle-ci fut acquise lorsqu'en 1711, un groupe d'alchimistes, embarquant pour l'Amérique sur le navire Advena Avis, invoqua un démon qui leur procura un elixir les rendant invulnérables et immortels. Tout ce beau monde se retrouve deux siècles plus tard pour régler des comptes, avec notamment un véritable feu d'artifice (le climax de la série) à bord du train "Flying Pussyfoot" (...).

baccano!,boucan,brain's brase,takahiro omori,fantasy,mafia italienne,new york,new york des années 1930Nous avons beaucoup aimé ce foisonnement de personnages et le développement de leur psychologie malgré leur nombre élevé. Entre le chef de gang sans aucun crédit, le mafieux intrépide et élégant (mention spéciale à Firo), les psychopates nigauds (mention spéciale aux deux imbéciles heureux que sont Miria et Isaac) ou sanguinaires (notamment Ladd Russo) et bien d'autres, on ne s'ennnuie guère. Cette panoplie de personnages "cliniques" (pour reprendre la formule de N.) tend probablement à accentuer cette atmosphère criseuse qui part dans tous les sens. Enfin, le croisement entre fantasy et mafia italienne de New York (auxquels s'ajoute une teinte d'humour) semble réussie, appréciée du moins. J N

 

Baccano!

(13 épisodes de 23 min)

Diffusion : 26 juillet - 1er novembre 2007

Studio : Brain's Brase

Réalisateur : Takahiro Omori

08/11/2020

Ghost in the Shell SAC 2045

GiS.jpgIl fallait s'attendre à ce que Netlix, spécialiste de la récup' (entre autres) adapte la série animée japonaise culte Ghost in the Shell - Stand Alone Complex, adaptation elle-même du manga éponyme de Mamoru Oshii.

La première saison de Ghost in the Shell - SAC (2002-2003) se déroulait en 2030 dans la ville de Niihama-shi, nouvelle capitale d'un Japon post-Quatrième Guerre mondiale. Dans ce monde post-futuriste où quasiment toute personne porte des implants électro-mécaniques, la Section 9 - unité spéciale de la sécurité publique -, dirigée par l'éternelle Motoko Kusanagi, enquête sur toutes sortes de cybercrimes et traque Le Rieur (The Laughing Man), le maître du hacking.

Tandis que la structure de la saison 1 est constituée d'une intrigue générale tournant autour du Rieur (les épisodes appelés Complex) et de nombreux épisodes indépendants (appelés Stand Alone), la saison 2 ("2nd GIG", 2004-2005), plus sombre, traite d'un Etat japonais policier et plus précisément du problème de l'intrégation des réfugiés à Dejima (et de leur confrontation avec les autochtones) et de la récupération politique de cette question sociale.

motoko kusanagi,ghost in the shell,ghost in the shel sac 2045,mamoru oshii,section 9,ghost in the shell stand alone complex,le rieur,the laughing man,post-humainsEntre ces deux saisons, sortira en 2004 le long-métrage Ghost in the shell 2:Innocence, suite du premier opus adaptant le manga (Ghost in the Shell, 1995). Les deux films furent réalisés par Mamoru Oshii. En 2006, un film animé d'environ 2 heures (Ghost in the Shell: SAC Solid State Society) faisait suite à la série, en 2030. Tandis que Motoko avait quitté la Section 9 depuis deux ans, cette dernière - dirigée désormais par Togusa - enquête sur un étrange suicide collectif d'une secte (une scène marquante du début, qui devient culte) et découvre l'implication d'un autre maître du hacking, le Marionnetiste (The Puppet Master). Puis suivra en 2013-2014, Ghost in the Shell: Arise, une série de 5 OAV, reprenant l'histoire en 2027.

En 2017, le manga est adapté pour la première fois par les Américains, en l'occurence Dreamworks, avec Scarlett Johansson interprétant Motoko. Comme cela était prévisible, la forme l'a largement emporté sur la forme.

motoko kusanagi,ghost in the shell,ghost in the shel sac 2045,mamoru oshii,section 9,ghost in the shell stand alone complex,le rieur,the laughing man,post-humainsCa faisait déjà beaucoup mais comme déjà dit, le site de streaming le plus célèbre s'est emparé du projet en 2017 et a diffusé au printemps dernier la première saison de la série commentée ici. Nous sommes donc en 2045 dans un monde où, à la suite d'une catastrophe économique, toute forme de monnaie papier ou électronique a été détruite. Le "Big 4" (les 4 principales puissances) est engagé dans une guerre durable afin de préserver une certaine stabilité économique. Les membres de la section 9 travaillent désormais comme mercenaires sous le Groupe "GHOST", chargés d'éliminer des menaces terroristes. Mais la découverte par leur ancien chef, Aramaki, d'un complot politique et l'émergence de ce qu'on appelle les "Post-humains" entraîne la Section 9 à se reformer.

motoko kusanagi,ghost in the shell,ghost in the shel sac 2045,mamoru oshii,section 9,ghost in the shell stand alone complex,le rieur,the laughing man,post-humainsPremier constat désolant : le graphisme, différent et en 3D, est d'une laideur visuelle aberrante et on se croirait dans un jeu vidéo. On ne comprend pas d'ailleurs pourquoi Motoko ressemble à une sexdole. Mais le plus grave est la simplication du scénario (faut attirer un public large et américain...) : moins de réflexion et beaucoup d'action spectaculaire (scènes de combat réussies par ailleurs), des personnages peu travaillés et sans profondeur aucune, et des dialogues franchement pauvres. Etonnant, vu que Kenji Kamiyama, scénariste de la saison 2 de Ghost in the Shell - SAC, était également aux commandes ici. Mais la pression des producteurs US a du jouer... Le dernier tiers de cette première saison prend un peu d'épaisseur et pose quelques questionnements sociopolitiques. Mais cela ne change pas grand chose au constat général. Après avoir détruit le manga (et série animée) culte qu'est Death Note, Netflix a dénaturé une oeuvre cyberpunk majeure. Et dire qu'une saison 2 va suivre... 

J. N

GHOST IN THE SHELL - SAC 2045

(12 épisodes diffusés le 23 avril 2020)

Production : Netflix

Scénario : Kenji Kamiyama

Réalisation : Shinji Aramaki, Kenji Kamiyama

06/11/2020

SoltyRei

solty rei,anime,japon,dystopie,soltyrei,solty,roy revant,monde post-apocalyptiqueFutur proche. Monde (presque)post-apocalyptique. Après qu'un gigantesque cataclysme ait décimé de nombreuses vies douze ans auparavant, de nombreux humains vivent désormais avec des "Resemble", des prothèses remplaçant des parties du corps humain et qui se sont généralisées depuis le Blast. Dans ce contexte délétère, Roy Revant, un chasseur de primes bourru rencontre Solty. Lui est à la recherche de sa fille disparue lors du Blast, elle c'est Solty, prénom que lui a attribué lui-même vu qu'elle est amnésique et ne se souvient même pas de ses origines.

solty rei,anime,japon,dystopie,soltyrei,solty,roy revant,monde post-apocalyptiqueAlors que la série progresse lentement (peut-être même un peu trop), à coup d'épisodes indépendants traitant d'une enquête spécifique, on découvre progressivement les éléments faisant de ce récit une fable sociale non loin d'une dystopie à la Blade Runner : un ordinateur central, le R.U.C (Reestablishment Universe Committee), qui gère les activités journalières de la cité et qui possède une milice privée (ainsi que des mechas), une aurore polaire recouvrant la ville et dégageant des ondes électromagnétiques, Hilda, une sorte de vaisseau gigantesque constituant une arme de destruction massive, les "Proceed", nom donné aux jeunes filles génétiquement modifiées, une ville basse avec des citoyens non enregistrés...etc.

solty rei,anime,japon,dystopie,soltyrei,solty,roy revant,monde post-apocalyptiqueC'est probablement cette dimension "sociofuturiste" qu'on relèvera ici car le reste est somme toute assez classique (mais solide). Un personnage torturé et violent mais qui s'humanise doucement mais surement au contact de cette jeune fille innocente, et au fur et à mesure que le récit s'assombrit après des débuts un brin légers. Innocente? Pas tout à fait car Solty est en fait "Resemble" à 100% et possède une force surhumaine... On les aime bien ces personnages féminins atypiques made in anime, synonymes de douceur et de destruction léthale à la fois, à l'instar de Lucy (sans le côté schizophrénique) dans la déroutante Elfen Lied.

J. N

 

SoltyRei

(24 épisodes de 24 min)

Diffusion : octobre 2005 - mars 2006

Studio : Gonzo

Réalisateur : Yoshimasa Hiraike

Scénariste : Noboru Kimura

29/04/2020

Deadman Wonderland

d7fd2f38acac32fc0302891520bb572e1481934727_main.jpgIntéressant cet anime où nous retrouvons le thème bien connu d'un Japon ultra-moderne mais ultra-autoritaire aussi. L'histoire est centrée autour du personnage de Ganta Igarashi. Un jour, alors qu'il est en cours à l'école, un personnage étrange - une sorte de croque-mitaine - apparaît à la fenêtre puis massacre toute la classe sauf Ganta (on ne saura jamais pourquoi). Seul survivant, celui-ci est considéré comme le tueur et envoyé en détention à vie dans une prison de haute sécurité. Problème : dans celle-ci, on meurt à petit feu en raison d'une injection permanente de poison. Il est toutefois possible d'obtenir des bonbons qui neutralisent le poison mais pour cela, il faut cumuler des Cast Points que l'on peut obtenir aux jeux mortels de Deadman Wonderland.

Deadman_1__20694.1562456065.jpgLe jeune homme va d'abord subir la loi des caïds de la prison qui vont lui faire la misère mais à force de persévérance et aidée par une fille étrange, il va progressivement s'en sortir et même se découvrir des super-pouvoirs. La série - qui adapte les 21 premiers chapitres du manga éponyme - est intéressante de par les thèmes qu'elle brasse : Etat totalitaire, univers carcéral, David contre Goliath, failles du système judiciaire, dose de surnaturel, dépasser un passé douloureux...etc. Mais le thème le plus marquant est cette société attirée par le sordide comme l'étaient les Romains par les combats des gladiateurs et les jeux du cirque. En effet, les jeux mortels sont retransmis en live et sont payants pour les téléspectateurs, un thème déjà traité au cinéma et mettant à l'affiche Arnold Schwartzenneger (The Running Man, 1987) ou Jason Statham (Death Race, 2008).

deadman-wonderland-ganta-igarashi-youtube-anime-kiyomasa-senji-wonderland.jpgDe même, le thème du jeu mortel était déjà présent dans le manga culte Battle Royale, hélas jamais adapté en animation (mais transformé en film en 2000). Un scénario plutôt original et un character design de qualité font de Deadman Wonderland un anime solide. On reste toutefois sur notre faim car l'histoire n'est pas terminée (12 épisodes c'est un peu court) et une saison 2 n'a toujours pas été prévue. Il est également que le studio Manglobe, créé en 2002 et effectuant des séries de qualités (Samurai Champloo, Ergo Proxy, Michiko to Hatchin) a fait faillite en 2015... J. N

 

Deadman Wonderland

(12 épisodes de 25 min)

Diffusion : avril-juillet 2011

Studio : Manglobe

Réalisateur : Koichiro Hatsumi