Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

11/03/2016

Psycho-pass

images.jpgEn surfant sur la page wikipedia concernant Philip K. Dick, notre auteur fétiche de science-fiction, nous sommes tombés dans la catégorie "Inspirations" sur la série d'animation japonaise Psycho-Pass. Nous avons donc décidé de la télécharger. Bien nous en a pris car elle vaut largement le détour. Déjà au nom du studio d'animation, Production I.G, producteur de la série culte Ghost in the shell (1), nous savions que le résultat serait au minimum solide. Quant à la référence à Dick, il s'agissait d'un personnage citant son oeuvre culte, Les androïdes rêvent-ils de moutons électriques ?

download&.jpgDans un Japon futuriste, un système informatique hyper-sophistiqué permet de détecter chez les individus leur coefficient de criminalité, grâce à un dispositif électronique installé sur chacun d'eux et appelé Psycho-pass. Une unité spéciale de la Division des enquêtes criminelles du Bureau de la sécurité publique (le titre est long) est chargée de la besogne, appréhendant (et tuant si  nécessaire) les "psychopathes" en question.

images (1).jpgCes "Exécuteurs" sont munis d'une arme spéciale, le "Dominateur", qui ne peut tirer que si le coefficient est élevé. Ils traquent un tueur en série qui sème le chaos et qui, malheur pour eux, ne peut être atteint par l'engin spécialisé... Dystopie, reflexion sur les dangers et limites d'un monde dominé par l'informatique (2) sur fond d'enquête criminelle, pour une série dont le niveau de violence gore (rare dans les animes japonais) monte inexorablement en crescendo. Un pure plaisir.

Une seconde saison (que nous n'avons pas encore vu) de 11 épisodes fut diffusée en octobre-décembre 2014. J. N

 

Psycho-Pass (22 épisodes de 20 minutes)

Diffusion : octobre 2012 - mars 2013

Réalisation : Katsuyuki Motohiro, Naoyoshi Shiotani.

Scénario : Gen Urobochi.

 

(1) Mais également de l'excellente Blood + et du film Sky Crawlers.

(2) Dans un domaine différent, cela nous rappelle que le meilleur joueur au monde du jeu japonais Go vient d'être battu deux fois de suite par un programme créé par Google.

02/02/2014

Le vent se lève

hayao miyazaki,le vent se lève,japonLe dernier de Miyazaki a beaucoup fait parler. Et pour cause, le maître es animation vient de tirer sa révérence après plus de trente ans de bons et loyaux services (l'expression est faible). Celui qui avait débuté en 1979 (déjà) avec Le château de Cagliostro considère qu'il est désormais trop âgé (72 ans) pour réaliser un long-métrage. En 1984, à une époque où les moyens techniques n'étaient pas ce qu'ils sont aujourd'hui, il réalisait Nausicaä, une fable écologique qui restera une référence en la matière. Cette sensibilisation à l'environnement sera agrémentée en 1997 d'une dimension épique avec le culte Princesse Mononoké, premier grand succès du studio Ghibli (15 millions de spectateurs au Japon). L'écologie et le non-recours à la guerre (Le château dans le ciel, 1986) seront d'ailleurs ses thèmes-clés (sa famille dû fuir les bombardements américains lors de la Seconde guerre mondiale), sans oublier bien entendu l'enfance, avec les magnifiques Mon voisin Totoro (1992) et Ponyo (2009), et un autre film culte, Le voyage de Chihiro (2001), première animation japonaise à recevoir un oscar, mais également première du genre à remporter l'Our d'or au Festival de Berlin.

hayao miyazaki,le vent se lève,japonEntre un numéro dédicace des Cahiers du cinéma (janvier 2014), un supplément de Studio Cinélive (décembre 2013), et d'autres publications et commentaires (un article dans les Inrocks), il a beaucoup été dit sur l'ultime bijou du maître à penser du studio Ghibli. Difficile donc d'ajouter quelque chose dix jours après la sortie du film. Certains se sont demandés s'il s'agirait d'un nouveau chef-d'oeuvre bouclant une oeuvre déjà foisonnante. Le débat n'a pas lieu en fait, tant il est difficile de faire mieux que Princesse Mononoké et Le voyage de Chihiro, les deux productions les plus abouties. L'intrigue tourne autour de Jiro, un grand admirateur des avions de guerre façonnés par l'ingénieur italien Caproni. Atteint de myopie, il ne pourra jamais piloter mais compensera ce rêve en devenant lui aussi ingénieur aéronautique, en passe de réaliser un modèle inégalable alors que le Japon va bientôt faire son entrée dans le Second conflit mondial aux côtés de l'Allemagne nazie.

hayao miyazaki,le vent se lève,japonOn retrouve donc l'univers grave de la guerre, cher à Miyazaki, mais aussi et surtout le thème des avions, qu'il avait déjà esquissé dans Porco Rosso (1992). L'amour et l'enfance sont eux aussi présents. Ce récit à plusieurs niveaux et thématiques, parfois éprouvant (tant les séquences sont étirées), est comme souvent façonné par des couleurs époustouflantes, dont seul Miyazaki a le secret. On notera au passage que l'affiche du film ressemble d'une certaine manière à La femme à l'ombrelle (voir ci-contre), une toile célèbre de Claude Monet (hommage à l'impressionnisme français ?). On s'attendait peut-être à ce que Miyazaki finisse sur une histoire joyeuse mais c'est oublier qu'il ne fait jamais la même chose deux fois de suite. Ponyo nous avait fait sourire, nous en avions gardé un sentiment de joie et d'apaisement. Ici, ce mélodrame classique ne nous a pas particulièrement ébranlé mais vient s'ajouter à la large panoplie d'un cinéaste à l'imagination débordante, qui manquera beaucoup au monde de l'animation et à qui nous tirons notre chapeau. Jihad Naoufal

 

Le vent se lève (Hayao Miyazaki, Japon, 2013, 126 min).   Voix : Hideaki Anno, Miori Takimoto, Hidetoshi Nishijima, Masahiko Nishimura, Stephen Alpert, Morio Kazama.

- 1 nomination (Meilleur film d'animation) - Oscars 2014 (1)

- 1 nomination (Meilleur film de langue étrangère) - Golden Globes 2014

- Meilleur film d'animation - National Board of Review 2013

- Meilleur film d'animation - Chicago Film Critics Association Awards 2013

- Meilleur film d'animation - Central Ohio Critics Association 2013

- 2 nominations - Awards of the Japanese Academy 2014

- 2 nominations - Blue Ribbon Awards 2013

- Meilleur film d'animation - Boston Society of Film Critics Awards 2013 

- En compétion (Lion d'or) - Mostra de Venise 2013

 

Filmographie de Hayao Miyazaki

2013 : Le vent se lève

2008 : Ponyo

2004 : Le château ambulant

2001 : Le voyage de Chihiro

1997 : Princesse Mononoké

1992 : Porco Rosso

1989 : Kiki, la petite sorcière

1988 : Mon voisin Totoro

1986 : Le château dans le ciel

1984 : Nausicaä

1979 : Le château de Cagliostro

 

(1) Cérémonie le 2 mars 2014.

21/01/2013

Heroic Age

heroic age,xebecDans un univers futuriste, le monde est régi par plusieurs tribus à la technologie ultra-avancée. Ayant quitté la galaxie, la Tribu d'Argent a légué ses dons aux autres groupes : la Tribu d'argent (des extra-terrestres), la Tribu des Héros, la Tribu de bronze (des insectoïdes géants) et la Tribu de fer (les humains). Afin d'éviter aux humains l'extinction, la princesse Deianaira part en expédition pour trouver le héros, le messie, celui qui les sauvera, le seul humain à avoir été elevé par le Tribu d'or. Sur une planète reculée, elle découvre Eiji, le seul habitant... Cette rencontre aura pour effet de générer une guerre inter-galactique de grande ampleur, pour le pire ou pour le meilleur. Dans cette fresque space opera, nous apprécierons surtout les moments de rupture contemplatifs qui hélas sont assez rares. La quasi-majorité de cette série répétitive et au scénario ultra-classique est faite de scènes de combats spectaculaires dans l'espace auxquelles est ajouté un peu de fan service (des héroïnes aux gros seins). L'appréciation dépend toutefois de ce que l'on attend. Ceux qui se contentent d'une guerre qui n'en finit pas et de ses héros (et un character design de qualité) seront ravis.  J.N.

heroic age,xebecHeroic Age

(26 épisodes de 24 minutes)

Année : 2007

Studio : Xebec

Réalisateur : Takashi Noto, Toshimasa Suzuki

Character Design : Hisashi Hirai

 

16:00 Publié dans Anime | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : heroic age, xebec

06/01/2013

Freedom

freedom,sunrise,katsuhiro otomo,animation japonaiseAlors que la civilisation s'est éteinte sur Terre, les derniers humains se sont réfugiés sur la Lune et y ont bâti une ville géante appellée "Eden". Takeru, Kazuma et les autres partagent leur vie entre courses endiablées de motos (un clin d'oeil au manga culte Akira, créé par Katsuhiro Otomo, également à l'origine de cette série) et travaux d'intérêts généraux. En effet, dans ce monde, faussement utopique, les loisirs ne sont pas nombreux et la matrice surveille tout le monde. Takeru découvre un jour une photo qui semble provenir de la Terre. Y aurait-il donc encore une vie sur celle-ci ? Aidé de ses amis, il est résolu à le découvrir, malgré des autorités politiques d'Eden peu enclines à briser le tabou. Cette mini-série de 7 épisodes (OVA), au character design soigné (toujours Otomo), est une belle ôde à la tolérance, et malgré sa prévisibilité, se regarde avec plaisir.  J. N.

Freedom

(6 épisodes de 22 min et 1 épisode de 45 min)

Année : 2006

Studio : Sunrise

Auteur original : Katsuhiro Otomo

Réalisateur : Shûhei Morita

Character Design : Katsuhiro Otomo

Direction de l'animation : Atsushi Irie, Hiroyuki Horiuchi, Kôichi Arai, Takao Maki

29/12/2012

Arrietty: Le petit monde des chapardeurs

MV5BMTAxNjk3OTYyODReQTJeQWpwZ15BbWU3MDgyODY2OTY@._V1._SY317_ (1).jpgAu Japon, en périphérie de Tokyo, vit sous le plancher d'une maison entourée d'un jardin, une famille d'êtres minuscules. La petite Arrietty connaît par coeur les règles : n'emprunter (en très petite quantité) que ce dont on a besoin, faire attention au chat qui rôde, et surtout, ne jamais se faire apercevoir par les humains, sous peine de devoir déménager. Pourtant, un jour, elle entre en contact - malgré elle - avec Sho, un jeune garçon malade placé sous repos dans la maison. Entre les deux, s'instaurera une amitié. Pour le meilleur ou pour le pire... Fidèle aux thèmes qu'il traite (1), le studio Ghibli, qu'on ne présente plus, nous conte une belle histoire de tolérance, d'amitié, et comme souvent, propose une ôde à l'enfance, qui n'est pas sans rappeller les magnifiques Mon voisin Totoro et Ponyo.

Arrietty (Hiromasa Yonebayashi, Japon, 2010, 94 min)

Studio : Ghibli

Scénario : Hayao Miyazaki.

Musique : Simon Caby.

Directeur de l'animation : Megumi Kagawa.

 

- Meilleur film d'animation - Awards of the Japanese Academy 2011.

 

(1) L'enfance (Mon voisin Totoro, 1988), l'écologie (Nausicaa, 1984 ; Princesse Mononoke, 1997), l'amour (Ponyo, 2007)...etc.

 

13:15 Publié dans Anime | Lien permanent | Commentaires (0)

01/06/2012

Blood +

blood,blood+,saya,production i.gEn 2000, l'anime Blood:The Last Vampire, réalisé par Hiroyuki Kitakubo et produit par Production I.G (1) était encensé par la critique (2) pour l'originalité de son scénario (Mamoru Oshii qu'on ne présente plus, en fut également le directeur artistique), malgré une durée de temps considérée un peu courte. L'histoire se déroule dans les années 60, Saya, jeune fille appartenant à une organisation secrète (affiliée au gouvernement américain) combattant des monstres (en anglais, les "chiroptans"), est infiltrée dans une école, pour y chasser du monstre...

 

blood,blood+,saya,production i.gDix ans plus tard, l'anime était adapté façon hollywood. Le remake au titre éponyme était réalisé par Chris Nahon. Rien de particulier à noter. Mis à part une jolie chorégraphie des combats, le scénario était plutôt bidon et les dialogues indigents. Un petit divertissement qui ne resta pas dans les annales.

 

blood,blood+,saya,production i.gMais entretemps, l'anime avait été adaptée en série animée, toujours par Production I.G, pour 50 épisodes de pur bonheur (scénario hypersolide, character design soigné) où notre héroïne, le "dernier vampire", puisqu'apparemment elle possède certaines capacités non-humaines (3), aidée de son fidèle compagnon Hagi, va effectuer un véritable road-trip (Vietnam, Japon, Russie, France, Royaume-Uni, USA, rien que ça...) afin d'abattre le Groupe des Cinq Flèches, l'organisation qui chapeaute les chiroptères. Blood a donc sa série qui fait bien plus que combler la frustation engendrée par le long-métrage initial. Brillant.

 

Blood +

(50 épisodes de 23 minutes)

Année : 2005

Studio : Production I.G

Réalisateur : Junichi Fujisaku

Character Design : Chizu Hashii

Directeur de l'animation : Akiharu Ishii 

 

(1) Ghost in the shell, Ghost Hound, The sky crawlers...

(2) Mainichi Film Concours (meilleur film, 2001), World Animation Celebration (meilleur film, 2001), Fant-Asia Film Festival (2ème meilleur film, 2000).

(3) Ce qui n'est pas sans rappeler Claymore et ses guerrières mi-humaines mi-démones.

 

11/06/2011

Speed Grapher

speed grapher,gonzo,japon,kunisiha sugishima,gantz,last exile,full metal panicDans un Japon marqué par des inégalités sociales de plus en plus criantes et gangréné par la corruption, Saiga, un ancien reporter de guerre et photographe confirmé, est chargé par son agence d'enquêter sur une organisation secrète liée peut-être à l'assassinat de cinq politiciens opposés à une loi sur la pharmaceutique. S'infiltrant dans une assemblée de cette organisation où se déroule une sorte de culte menant au "plaisir ultime" (la scène est une copie conforme de Eyes wide Shut de Kubrick, lorsque Tom Cruise se rend à ce type de manifestation), Saiga est démasqué et assiste à l'arrivée de la "Déesse". Cette rencontre fera basculer son destin, désormais lié à cette jeune fille.

 

 

speed grapher,gonzo,japon,kunisiha sugishima,gantz,last exile,full metal panicRéputé pour la qualité de ses productions (1), le fameux studio Gonzo s'est raté quelque peu cette fois. Car si le chara-design est toujours aussi impeccable, le scénario reste à désirer. Après un démarrage en trombe qui emmène les principaux protagonistes dans un haletant road-movie, l'histoire s'essoufle assez vite et nous plonge dans l'ennui. Mais surtout, la multiplication de thèmes pêle-mêle (corruption, népotisme, monde au bord du précipice, manipulations transgéniques...etc.), aussi ambitieuse soit-elle, suscite difficilement l'adhésion. Et si le thème de la petite fille convoitée par tout le monde est incontournable dans l'animation japonaise, un questionnement demeure. Qu'avait de si spécial cette jeune fille ? Alors que sa capture (ou sa protection) est le fil conducteur de l'histoire, on n'a jamais eu une esquisse de réponse!

 

Speed Grapher

(24 épisodes de 24 min)

Studio : Gonzo.

Réalisateur : Kunihisa Sugishima.

Année : 2005.

 

(1) Gantz, Last Exile, Full Metal Panic

29/07/2010

Monster

images.jpgCette série longue de 74 épisodes est ce qui s'est fait de mieux ces dernières années. Déja culte selon certains, Monster devrait bientôt être adapté aux Etats-Unis. En effet, le studio New Line Cinema a acquis les droits pour en faire une version dont l'histoire devrait se dérouler aux Etats-Unis. L'histoire débute en Allemagne dans les années 80. Nous sommes à Dusseldorf, au Eisler Memorial Hospital. Le docteur Kenzo Tenma, neurochirurgien, est promis un avenir brillant. Mais un jour, il refuse de soigner le maire de la ville (qui décèdera de ses blessures) pour s'occuper d'un garçon blessé d'une balle à la tête et reçu au bloc opératoire avant le maire. Tenma est alors rétrogradé par le directeur de l'hôpital et Eva, la fille de ce dernier, le quitte. Peu de temps après, la garçon opéré et sauvé disparaît tandis que trois responsables de l'hôpital - dont le directeur - sont assassinés.

images2.jpg10 ans plus tard, Tenma découvre qu'un certain Johann sème la terreur un peu partout en Allemagne, ce même Johann qu'il avait jadis soigné. Sur les trousses de ce dernier, il se retrouve également traqué par un inspecteur de police obsessionnel et découvre que Johann aurait été un cobaye dans un orphelinat effectuant des pratiques eugénistes. Nous n'en dirons pas plus. Il suffit de regarder le premier épisode pour ne plus vouloir lâcher ce thriller psychologique digne d'un polar de James Ellroy. Sur fond de réunification allemande (après la chute du Mur) et de résurgence de groupuscules néo-nazis, cette intrigue noire et fort complexe (on pense au Dahlia noir) dont les ramifications s'étendent sur toute l'Allemagne (Dusseldorf, Munich, Heidelberg, Frankfort, Berlin-est) et même jusqu'à Prague, ne vous laissera pas indifférents. Elle est tout simplement brillante. J. N

vlcsnap-87787.jpgMonster

(74 épisodes de 23 mins)

Studio : Madhouse.

Réalisateur : Mazayuki Kojima.

Année : 2004.

06/04/2010

Sekirei

9561.jpgTokyo, 2020. Minato Sahashi frise le statut de looser. Persécuté par sa mère et sa petite soeur, il est incapable de parler aux femmes. Et pour ne rien gâcher, il vient d'échouer pour la seconde fois au concours d'entrée à l'université de Shindong. Mais voilà qu'un jour, il rencontre Musubi, une fille au seins énormes, littéralement tombée du ciel. Minato apprend qu'elle est une Sekirei et lui, son Ashikabi, un humain avec des gênes spéciaux permettant de donner des «ailes» aux Sekirei. Cela les met en symbiose et permet à la Sekirei d'utiliser entièrement ses pouvoirs dans des combats contre d'autres Sekirei. Composée de jolie filles, toutes plus mignonnes les unes que les autres, les Sekirei combattent dans une violente compétition appelée «le jeu» ou «le projet sekirei», organisée par Minaka Hiroto, président et fondateur de la mystérieuse et puissante «Corporation MBI». Minato découvre dès lors qu' être le partenaire d'une Sekirei n'est pas de tout repos et qu'il s'est embarqué dans une aventure interminable, surtout quand il découvre qu'un Ashikabi peut avoir plusieurs Sekirei... "Tu te prends pour qui ? Moi aussi j'ai des gros seins", dira une Sekirei à Musubi. Humour décalé, combats sanglants mais aussi et surtout jupes courtes et seins plantureux à gogo. Voici ce que l'on appele un "manga ptites culottes". Les amateurs se régaleront, en attendant la saison 2 pour juillet 2010.

Sekirei

(12 épisodes de 23 mins)

Studio : Seven Arcs.

Réalisateur : Keizo Kusakawa.

Scénario : Takao Yoshioka.

 

04/12/2009

Gantz

images.jpgIl faut reconnaitre qu'en matière de créativité, l'excellent studio Gonzo (Last Exile, Rosario+Vampire, Basilisk, Vandread, Full Metal Panic!...) continue de produire des merveilles. (1)

Alors qu'il s'apprêtent à prendre le métro, Kurono et Kato, deux amis d'enfance, descendent sur la voie aider un sans-abri qui venait de s'y écrouler. Ce sauvetage ne se passe pas comme prévu. Si le sans-abri est sauvé, nos deux compères sont happés par la rame. Sont-ils morts ? Pas tout à fait. Ils se retrouvent en fait téléportés dans une chambre où se trouvent d'autres personnes "mortes". Au milieu de cette pièce, une étrange sphère noire nommée "Gantz" les attend. Sur l'écran de celle-ci, des missions leurs sont attribuées. Ils vont bientôt être téléportés dans le vrai monde (où les humains ne peuvent les voir) et doivent annihiler des "extra-terrestres". A la fin de chaque mission terminée, une nouvelle  est attribuée aux survivants (et oui, comme quoi, on peut mourir une seconde fois). Et chaque nouvel exercice est plus corsé que le précédent. La minuterie affichée sur l'écran de la sphère indique à chaque fois 1 heure pile mais les "aliens" sont de plus en plus redoutables et les règles ne sont pas toujours claires. Comment s'achèvera donc ce jeu cruel ? Il faudra pour le savoir regarder les 26 épisodes qui, s'ils nous gardent en haleine tout au long de ce thriller glauquissime, nous laissent sur notre faim, au bout du suspense. Normal, la série anime est bien plus courte que le manga qui n'est pas encore terminé. La série anime se termine au bout de 3 missions... On espère donc une suite à ces 2 séries de 13 épisodes...

Gantz 

(26 épisodes de 23 minutes)

Studio : Gonzo.

Réalisateur : Ichiro Tano.

(1) N'enlevons cependant pas de crédit aux autres studios japonais qui excellent dans l'originalité des scénarios. Citons entre autres Madhouse avec l'incontournable Death Note et des séries comme Texhnolyze et Claymore.

20:34 Publié dans Anime, Series | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : gantz, gonzo, ichiro tano