free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/06/2018

Les meilleurs buteurs brésiliens en Coupe du monde

Après le 7-1 encaissé par le Brésil contre l'Allemagne lors de la Coupe du monde 2014, nous avions promis à un  ami fan du Brésil d'écrire une note sur les meilleurs buteurs brésiliens en Coupe du monde. C'est donc finalisé 4 ans plus tard. La Seleçao affiche 5 joueurs ayant terminé meilleur buteur de la compétition mondiale : Leônidas (1938), Ademir (1950), Garrincha et Vava (1962), et Ronaldo (2002). Aucun pays n'a fait mieux. Voici donc la liste des 19 meilleurs buteurs brésiliens en Coupe du monde.   J. N

 

ronaldo.jpgRonaldo : 15 (4 en 1998, 8 en 2002, 3 en 2006). Sans ses nombreuses blessures dont une très grave en 2000 (rupture du tendon rotulien) qui le tint éloigné des terrains pendant plus d'un an, "Il phenomeno", considéré comme le meilleur attaquant de pointe brésilien depuis les années 1990 aurait connu une carrière bien plus longue. Il n'y a qu'à regarder ses statistiques affolantes : 58 buts en 60 matchs avec Cruzeiro, le club de ses débuts (1993-1994), 54 en 57 matchs avec le PSV Eindhoven (1994-1996), 47 en 49 matchs avec Barcelone, 59 en 99 matchs avec l'Inter Milan (1997-2002, l'ère où débutent les grosses blessures), 104 en 177 matchs avec le Real Madrid. En 1994, il est retenu pour le mondial américain à seulement 17 ans. Il est sacré champion mais ne participe à aucun match. En 1998, il se rate lors de la finale perdue contre la France mais se rattrape 4 ans plus tard en finissant meilleur buteur de la compétition et en inscrivant un doublé en finale contre l'Allemagne (2-0).

98 sélections (62 buts) 

pele.jpgPelé : 12 (6 en 1958, 1 en 1962, 1 en 1966, 4 en 1970). Le meilleur joueur brésilien de tous les temps est le seul à avoir remporté 3 coupes du monde (1958, 1962, 1970), et l'un des très rares à avoir marqué lors de 4 Coupes du monde (avec les allemands Uwe Seeler et Miroslav Klose), et à avoir marqué lors de deux finales (avec son compatriote Vava, l'Allemand Paul Breitner, et le français Zinedine Zidane).

92 sélections (77 buts)

jairzinho.jpgJairzinho : 9 (7 en 1970, 2 en 1974). Il est le seul joueur à avoir inscrit au moins un but lors de tous les matchs d'une Coupe du monde.

81 sélections (33 buts)

 

 

brésil,coupe du monde,vava,didi,ronaldo,zico,socrates,romario,bebeto,ademir,leônidas,neymar,roberto dinamiteVava (1934-2002) : 9 (5 en 1958, 4 en 1966). Avec Pelé, il fait partie des quatre joueurs ayant marqué lors de deux finales de Coupe du monde (2 en 1958, 1 en 1962). Co-meilleur buteur de l'épreuve de 62 (avec 5 autres joueurs), il fit les beaux jours de Vasco de Gama (1951-1958).

20 sélections (15 buts)

ademir.jpgAdemir (1922-1996) : (1950) : Comme Vava, cet attaquant doté d'une frappe du droit terrible a gagné de nombreux titres avec Vasco de Gama durant les années 40-50. Lors de la première Coupe du monde au Brésil, en 1950, il inscrit un fabuleux quadruplé contre la Suède (7-1) lors de la poule finale que le Brésil ne remporte finalement pas, s'inclinant lors du dernier match contre l'Uruguay, champion (2-1). Ayant marqué 4 autres buts durant la compétition, Ademir termine meilleur buteur du tournoi. Il fut également brillant en Copa America, y inscrivant 12 buts en quatre participations (1945, 1946, 1949, 1953).

39 sélections (32 buts)

téléchargement.jpgLeônidas (1913-2004) : 8 (1 en 1934, 7 en 1938) : Surnommé le "Diamant noir", ce technicien hors-pair est célèbre pour avoir popularisé le ciseau retourné. Le 5 juin 1938, il devient l'idole de tout un peuple en inscrivant 3 buts lors du huitième de finale dantesque Brésil - Pologne (6-5 a.p). Il qualifie ensuite son équipe pour les demis en marquant trois buts lors du quart de finale joué deux fois contre la Tchécoslovaquie (1-1 a.p ; 2-1). Probablement présomptueux, son coach le laisse sur le banc pour la demi-finale, afin de le ménager pour la finale. Le Brésil s'incline contre l'Italie (1-2). Il remportera le match de la troisième place face à la Suède (4-2), avec deux nouveaux buts de son joyau qui termine meilleur buteur avec 7 réalisations. Il est le premier joueur brésilien à réussir cette performance. Il inscrira au total 21 buts en 19 sélections nationales, soit une moyenne de plus d'un par match.

19 sélections (21 buts)

téléchargement (1).jpgRivaldo : 8 (3 en 1998, 5 en 2002) : Formé au Santa Cruz FC, il débarque en Europe en 1996. Après une saison réussie au Deportivo La Corogne, il remplace Ronaldo (parti à l'Inter Milan) au FC Barcelone où il atteindra la consécration mondiale (Ballon d'or 1999). En cinq ans passés en Catalogne, il inscrira 130 buts en 253 matchs, devenant le 5ème meilleur buteur du club de tous les temps. Finaliste de la Coupe du monde 1998, il remporte la suivante face à l'Allemagne (2-0). Si la vedette lui est volée par Ronaldo (8 buts), avec qui il formait un redoutable duo d'attaque épaulé par Ronaldinho, il inscrit toutefois 5 buts dont deux déterminants en huitième et en quart de finale.

74 sélections (35 buts)

téléchargement (2).jpgCareca : 7 (5 en 1986, 2 en 1990) : Star brésilienne des années 80, Antonio de Oliveira Filho est un des meilleurs joueurs du mondial 86 et termine deuxième meilleur buteur du tournoi derrière l'Anglais Gary Lineker. Buteur prolifique, il est formé au Guarani FC, avant de rejoindre le FC Sao Paulo (1983-1987), avant de migrer en Europe, à Naples (73 buts en 164 matchs).

60 sélections (29 buts)

images.jpgBebeto : 6 (3 en 1994, 3 en 1998) : Après neuf années passées au Brésil (Flamengo, 83-89, Vasco de Gama, 89-92), celui qui forma avec Romario un redoutable duo d'attaque dans les années 90, rejoignit le Deportivo la Corogne pour qui il inscrivit 86 buts en 131 matchs (1992-1996). Après la désillusion de 1990 (le Brésil est éliminé en huitième par l'Argentine), il est champion en 1994 puis finaliste en 1998.

75 sélections (39 buts)

téléchargement.jpgRivelino : 6 (3 en 1970, 3 en 1974) : L'inventeur du geste technique du flip-flap (repris par Ronaldinho) est un des meilleurs joueurs brésiliens de tous les temps. Joueur complet, doté d'une excellente vision de jeu, il fut le joueur brésilien le plus régulier lors du sacre de 1970. Participant à trois Coupes du monde (70, 74, 78), il connut deux clubs brésiliens dans sa carrière, Corinthians (471 matchs, 141 buts) et Fluminense (159 matchs, 57 buts).

92 sélections (26 buts)

220px-Garrincha_1962.jpgGarrincha (1933-1983) : 5 (4 en 1962, 1 en 1966). Considéré à son poste d'ailier-droit comme l'un des meilleurs footballeurs brésiliens de tous les temps mais aussi comme l'un des meilleurs dribbleurs, Garrincha est le grand artisan de la victoire brésilienne lors de la Coupe du monde 1962 (durant laquelle Pelé se blessa lors du premier tour). Il remporta également le mondial de 1958 et lors de la finale (5-2 contre la Suède) délivra deux passes décisives à Vava.

50 sélections (12 buts)

romario.jpgRomario : 5 (1994). Artisan de la première victoire brésilienne en coupe du monde depuis 24 ans (en 1994), aussi génial en tant que footballeur qu'insupportable en tant qu'humain, Romàrio de Souza Faria a fait les beaux jours de Flamengo, Vasco de Gama, le PSV Eindhoven et Barcelone. Il est l'un des buteurs les plus prolifiques de l'histoire du football, inscrivant plus de 700 buts.

70 sélections (55 buts)

zico.jpgZico : 5 (1 en 1978, 4 en 1982). Meneur de jeu et formidable tireur de coup-franc, Zico fit également les beaux jours de Flamengo (411 buts en 592 matchs). Il fait partie de cette brillante génération brésilienne du début des années 1980 qui ne parvint pas à remporter une coupe du monde.

72 sélections (52 buts)

téléchargement.jpgSocrates (1954-2011) : 4 (2 en 1982, 2 en 1986). Docteur en médecine et militant politique pour la démocratie, il était doté d'une grande technique et d'une parfaite vision du jeu. Il effectua l'essentiel de sa carrière à Botafogo (101 buts en 269 matchs) et chez les Corinthians (172 buts en 297 matchs).

60 sélections (22 buts)

1982-paraguay-wm-spain-1-brazil.JPGLa sélection de 1982 : Annoncée comme favorite pour la victoire finale, cette génération brillante s'inclina au deuxième tour (qui donnait accès aux demi-finales) face à l'Italie (2-3), subissant la loi d'un certain Paolo Rossi (3 buts). Considérée par certains experts comme la troisième meilleure équipe brésilienne de tous les temps (après celles de 1970 et 1958), elle ne fut jamais consacrée en Coupe du monde et ne gagna quasiment rien (finaliste de la Copa America 1983). Elle comprenait dans ses rangs les génies que furent Zico (1 but en 78, 4 en 82), Socrates (2 en 82, 2 en 86) et Falcao (3 en 1982) et demeure le symbole d'une équipe très spectaculaire (meilleure attaque en 1982 avec 15 buts).

chico.jpgChico (1922-1997) : 4 (1950). Francisco Aramburu fut également de la triste campagne de 1950 lors de laquelle il inscrivit 4 buts. Il effectua l'essentiel de sa carrière à Vasco de Gama avec qui il remporta 5 championnats.

 19 sélections (8 buts)

 

neymar.jpgNeymar : 4 (2014). Un des rares brésiliens à son avantage lors du mondial brésilien de 2014. Remportant à lui seul deux matchs du premier tour (contre la Croatie et le Cameroun), inscrivant à chaque fois un doublé, il est agressivement blessé par un joueur colombien en quart de finale et ne participe pas à l'hécatombe brésilienne en demi (1-7 contre l'Allemagne). Le meilleur attaquant brésilien actuel sera attendu en Russie. S'il fait mieux, au niveau comptable, qu'en 2014, il intégrerait le TOP 5 des buteurs brésiliens en coupe du monde. A noter également qu'à 26 ans seulement, Neymar est déjà le 3ème meilleur buteur en sélection, à 7 buts "seulement" de Ronaldo (62) et à 22 de Pelé (77). S'il maintient son niveau et ses stats dans les années à venir, il devrait logiquement dépasser le triple champion du monde.

85 sélections (55 buts)

Didi.jpgDidi (1929-2001) : 3 (2 en 1954, 1 en 1958) : Considéré comme l'un des meilleurs milieux de terrains brésiliens du XXème siècle, cet excellent passeur est l'inventeur du coup-franc tiré en "feuille morte" (folha seca). Il fut des campagnes de 1954, 1958 (désigné meilleur joueur du tournoi) et 1962, participant donc aux deux premiers sacres brésiliens.

68 sélections (20 buts)

roberto dinamite.jpgRoberto Dinamite : 3 (1978). Buteur-maison du côté de Vasco de Gama, Carlos Roberto de Oliveira a inscrit plus de 200 buts en première division brésilienne, et 20 buts en 38 sélections nationales dont 3 lors du mondial 1978 (le Brésil termine troisième).

38 sélections (20 buts)

 

tostao.jpgTostao : 3 (1 en 1966, 2 en 1970) : Evoluant principalement à Cruzeiro (1964-1971), cet attaquant de petit gabarit (1m 72) fut de l'épopée de 1970 et forma avec Pelé un formidable duo d'attaque. Meilleur joueur sud-américain de l'année (1971), il possède un excellent ratio matchs/buts (voir plus bas) mais dut stopper prématurément sa carrière, à l'âge de 26 ans, en raison d'un problème de décollement de la rétine.

53 sélections (32 buts)

 

LES 10 MEILLEURS BUTEURS EN SÉLECTION

- Pelé 77 buts (92 sélections) : seul joueur brésilien à avoir marqué lors de 4 Coupes du monde (1958, 1962, 1966, 1970), à avoir marqué lors de deux finale (1958, 1970), et plus jeune buteur en Coupe du monde (17 ans, 1958).

- Ronaldo 62 (98 sélections)

- Neymar 55 (85)

- Romario 55 (70)

- Zico 48 (71)

- Bebeto 39 (75)

- Rivaldo 35 (74)

- Ronaldinho 35 (102)

- Jairzinho 33 (81)

- Ademir 32 (39)

04/06/2018

Coupe du monde 2018 : les 23 allemands

allemagne,coupe du monde 2018Il est une mode, souvent, de comparer les 23 de l'équipe championne du monde en titre aux 23 de quatre ans plus tôt. On se prêtera donc à ce jeu, même s'il est évident et peu étonnant qu'un effectif évolue sensiblement en quatre ans... Dans les cages, Weindenfeller et Zieler sont désormais remplacés par Marc-André Ter Stegen et Kevin Trapp. Grosskreutz, Durm, Kramer, Schürrle et Götze ne sont plus sélectionnables, (pas pour le moment en tout cas)... En défense, les solides défenseurs Höwedes (Juventus) et Mustafi (Arsenal) paient pour le premier une blessure qui le tint longtemps éloigné des terrains cette saison et pour le second une saison compliquée avec Arsenal qui ne finit que 6ème de Premier league. Cinq autres joueurs ont pris leur retraite internationale : Lahm, Mertesacker et Klose suite au sacre de 2014, Schweinsteiger après l'Euro 2016 et Podolski en mars 2017. Cela fait donc 14 joueurs.

Concernant les 23 qui iront en Russie, le sélectionneur allemand Joachim Löw avait annoncé il y a deux semaines une pré-liste de 27 joueurs. Celle-ci a été ramené ce lundi 4 juin (date limite pour remettre les listes définitives à la FIFA) à 23 joueurs. A notre surprise Leroy Sané, auteur d'une grosse saison avec Manchester City, n'a pas été retenu. Il paie très certainement ses mauvaises prestations en équipe nationale. La présence du gardien Trapp est également une surprise vu qu'il n'est pas titulaire au PSG. Löw a du tout simplement le juger meilleur que Leno, avec qui il était en balance. A ces deux joueurs, il faut ajouter le défenseur central Jonathan Tah et l'attaquant Nils Petersen (sans surprise pour ces deux-là). Les 4 joueurs recalés sont barrés (voir ci-dessous).

Enfin, on notera la présence dans les 23 des "maudits" Marco Reus (Dortmund) et Ilkay Gündoğan (Manchester City), qui avaient raté pour cause de blessure aussi bien la Coupe du monde 2014 que l'Euro 2016.  J. N

 

Gardiens : Ter Stegen (Barcelone), Leno (Monchengladbach), Neuer (Bayern Munich), Trapp (PSG).

Défenseurs : Hummels (Bayern Munich), Boateng (Bayern Munich), Süle (Bayern Munich), Kimmich (Bayern Munich), Hector (Cologne), Rüdiger (Chelsea), Tah (Leverkusen), Plattenhardt (Hertha Berlin), Ginter (Mönchengladbach).

Milieux : Özil (Arsenal), Khedira (Juventus), Kroos (Real Madrid), Draxler (PSG), Göretzka (Schalke), Rudy (Bayern Munich), Gündoğan (Manchester City).

Attaquants : Reus (Dortmund), Werner (Leipzig), Müller (Bayern Munich), Sané (Manchester City), Gomez (Stuttgart), Petersen (Fribourg), Brandt (Leverkusen).

 

Potentiellement sélectionnables : Emre Can (Liverpool), Gnabri (Hoffenheim), Wagner (Bayern Munich), Max Meyer (Schalke), Mustafi (Arsenal), Sané (Manchester City), Weigl (Borussia Dortmund).

 

22/05/2018

Coupe du monde 2018 : les 23 argentins

110px-Flag_of_Argentina.svg.pngAprès avoir annoncé la semaine passée une pré-liste de 35 joueurs, le sélectionneur Jorge Sampaoli a réduit celle-ci ce lundi 21 mai à 23 joueurs. Comme pressenti, l'attaquant de l'Inter Milan, Mauro Icardi (co-meilleur buteur de Série A cette saison avec 29 buts) est finalement écarté. Il faut rappeler ici qu'il avait déjà été écarté de la sélection, nombreux joueurs de celle-ci ne voulant pas de sa présence. La cause ? Avoir chipé en 2014 à Maxi Lopez, ancien international argentin et coéquipier d'Icardi à la Sampdoria en 2012-2013, sa femme avec qui il est actuellement marié... Reste à savoir pourquoi il a été sélectionné dans une première liste (masquer la raison de sa non-sélection ?). Car sur le plan sportif, Icardi vaut au moins autant qu'Higuain ou Dybala.

Au milieu, les parisiens Lo Celso et Di Maria, pas titulaires à part entière en club, sont bel et bien présents, récompensés de leurs très bonnes prestations avec le PSG. Les joueurs écartés de la seconde liste sont rayés (voir ci-dessous).

 

Gardiens : Romero (Manchester United), Guzman (Tigres UANL), Caballero (Chelsea), Armani (River Plate).

Défenseurs : Mercado (Séville), Otamendi (Manchester City), Mascherano (Hebei China Fortune), Rojo (Manchester United), Salvio (Benfica), Fazio (Roma), Tagliafico (Ajax Amsterdam), Acuna (Sporting Portugal), Funes Mori (Everton), Pezella (Fiorentina), Ansaldi (Torino).

Milieux : Biglia (AC Milan), Banega (Séville), Lo Celso (PSG), Lanzini (West Ham), Pavon (Boca Juniors), Enzo Perez (River Plate), Meza (Independiente), Pablo Perez (Boca Juniors), Paredes (Zenith Saint-Pétersbourg), Pizarro (Séville), Battaglia (Sporting Portugal), Perotti (Roma), Di Maria (PSG), Centurion (Racing Club).

Attaquants : Messi (Barcelone), Higuain (Juventus), Dybala (Juventus), Icardi (Inter Milan), Agüero (Manchester City), Lautaro Martinez (Racing Club).

21/05/2018

Coupe du monde 2018 : les 23 espagnols

110px-Flag_of_Spain.svg.pngPremière constatation, l'ossature de l'équipe d'Espagne est encore constituée de joueurs du Real Madrid et de Barcelone, soit 10 joueurs (6 pour le Real, 4 pour Barcelone). En défense centrale, la paire Ramos-Piqué devrait être reconduite. Toute la défense est d'ailleurs "barcelo-madrilène" puisque sur les côtés figurent des références à leur poste (Carvajal - Alba). Si le sélectionneur Julen Lopetegui a fait du classique en défense (doublage des 4 postes), force est de constater qu'il a également choisi des joueurs polyvalents, comme Azpilicueta, capable d'évoluer à 3 postes, et Ordiozola, à l'aise aussi bien en arrière-droit qu'en ailier droit. L'Atletico Madrid se joint au duo Madrid-Barcelone avec 3 joueurs (Koke, Saul, Diego Costa) et c'est fort logique. L'autre club de Madrid termine 2ème du championnat d'Espagne cette année et a remporté l'Europa Ligue.

Idem pour le milieu de terrain où hormis l'increvable Busquets qui n'évolue qu'en sentinelle, les cinq autres sont tous très complets. En attaque, trois joueurs (Isco, Asensio et Lucas Vasquez) sont également polyvalents (et Isco est à la base un milieu). Les nouveaux visages que sont Aspas (Celta Vigo) et Rodrigo (Valence) sont récompensés de leur très bonne saison, inscrivant respectivement 22 et 16 buts en Liga.

Deuxième constatation, l'Espagne constitue encore et toujours un énorme vivier de talents (rappelons que la Roja a remporté les Euro 2008 et 2012 mais également la Coupe du monde 2010). Les places coûtent cher et on ne reverra pas cette fois-ci Fabregas, Morata et Pedro, peu en verve cette saison avec Chelsea, ou encore Javi Martinez, très bon avec le Bayern Munich mais qui subit une concurrence "effrayante" dans l’entre-jeu. En défense, Marcos Alonso (Chelsea également) avait sa place à notre sens mais son implication en 2011 dans un accident de voiture qui causa la mort d'une personne a peut-être pesé dans le choix du sélectionneur. J. N, M. K

 

Gardiens : De Gea (Manchester United), Reina (Naples), Kepa (Athletic Bilbao).

Défenseurs : Sergio Ramos (Real Madrid), Piqué (Barcelone), Nacho Fernandez (Real Madrid), Azpilicueta (Chelsea), Carvajal (Real Madrid), Alba (Barcelone), Ordiozola (Real Sociedad), Monreal (Arsenal).

Milieux : David Silva (Manchester City), Iniesta (Barcelone), Busquets (Barcelone), Koke (Atletico Madrid), Saul Niguez (Atletico Madrid), Thiago Alcantara (Bayern Munich).

Attaquants : Diego Costa (Atletico Madrid), Aspas (Celta Vigo), Lucas Vasquez (Real Madrid), Ascensio (Real Madrid), Isco (Real Madrid), Rodrigo Moreno (Valence).

 

Potentiellement sélectionnables : Fabregas (Chelsea), Marcos Alonso (Chelsea), Javi Martinez (Bayern Munich), Suso (AC Milan), Vitolo (Atletico Madrid), Morata (Chelsea), Pedro (Chelsea), Sergi Roberto (Barcelone), Raul Albiol (Naples), Bellerin (Arsenal).

Coupe du monde 2018 : les 23(+5) belges

110px-Flag_of_Belgium_(civil).svg.pngOn a du mal honnêtement à comprendre la liste des 23+5 publiée ce lundi 21 mai par le sélectionneur espagnol de la Belgique, Roberto Martinez. En effet, celui-ci a décidé de se passer "pour raisons tactiques" de Radja Nainggolan, l'excellent milieu de terrain à tout faire (doté également d'une frappe de balle monstrueuse), titulaire à l'AS Rome depuis 4 ans, qui ne figure donc même pas dans une liste élargie!. Celle-ci sera ramenée à 23 après le match amical contre le Portugal le 2 juin. Déjà furieux en 2014 lorsqu'il ne fut pas convoqué pour le mondial brésilien (mais il le fut par contre pour l'Euro 2016), Nainggolan vient d'annoncer qu'il mettait fin à sa carrière internationale.

Autre bizarrerie dans la liste des 28 Belges, la présence de Marouane Fellaini, pas titulaire à Manchester United (16 apparitions en Premier League cette saison) et médiocre depuis plusieurs saisons, et celle de joueurs évoluant en Chine et aux Etats-Unis. A croire qu'il n'y a pas de joueurs de leur niveau évoluant dans des championnats plus relevés... J. N, M. K

Gardiens : Courtois (Chelsea), Kasteels (Wolsburg), Sels (Anderlecht), Mignolet (Liverpool).

Défenseurs : Alderweireld (Tottenham), Vertonghen (Tottenham), J. Lukaku (Lazio), Ciman (Los Angeles FC), Boyata (Celtic Glasgow), Meunier (PSG), Kompany (Manchester City), Vermaelen (Barcelone), Kabasele (Watford).

Milieux : Fellaini (Manchester United), Witsel (Tianjin Quianjan), Dendoncker (Anderlecht), Tielemans (Monaco), Moussa Dembelé (Tottenham), Chadli (West Bronwich Albion), Mertens (Naples), Januzaj (Real Sociedad), Torgun Hazard (Borussia Mönchengladbach), Carrasco (Dalian Yfang), De Bruyne (Manchester City).

Attaquants : Benteke (Cristal Palace), R. Lukaku (Manchester United), Eden Hazard (Chelsea), Batshuayi (Borussia Dortmund). 

17/05/2018

Coupe du monde 2018 : les 23 français

football,équipe de france,didier deschamps,koscielnyPas de grosse surprise concernant la liste des 23 appelés pour le mondial en Russie, annoncée ce 17 mai par Didier Deschamps. Il est connu de toute façon que le sélectionneur actuel n'est pas un adepte des surprises. Du classique en défense puisque les quatre postes sont doublés soit 8 défenseurs. Blessé il y a quelques temps, Koscielny manquera à la charnière où le duo titulaire devrait être Varane-Umtiti. La sélection de Lucas Hernandez est une demi-surprise car le jeune défenseur joue de plus en plus avec l'Atletico Madrid et a effectué hier en finale de Ligue Europa un match très solide. A droite, le jeune Pavard (titulaire à Stuttgart) est préféré à Debuchy, très bon avec Saint-Etienne et choisi dans la liste des suppléants.

Du classique au milieu de terrain où Dimitri Payet devait figurer. Mais le feu follet marseillais s'est blessé de nouveau à la cuisse, hier en finale de Ligue Europa. N'Zonzi consitute "objectivement" une surprise mais la sentinelle de Séville est titulaire à ce poste depuis plusieurs saisons, position justement pas très pourvue en équipe de France et où il est préféré au parisien Rabiot, pas franchement rassurant à ce poste. Autre demi-surprise à notre sens : Ousmane Dembélé. L'aillier de Barcelone a effectué une saison en dents de scie mais il est capable de faire basculer un match.

Les places coûtent cher et la concurrence est rude (voir également plus bas la liste des sélectionnables potentiels). C'est ainsi que la liste des 11 suppléants (qui seraient appelés en cas de blessure parmi les 23) comporte des talents sûrs dont certains (Lacazette, Martial, Sissoko, Coman, Digne, Ben Yedder) sont peu ou pas toujours titulaires en club. Zouma (Stoke City) et Sakho (Cristal Palace) ont effectué une saison très solide mais ils sont encore loin dans la hiérarchie des défenseurs centraux.

Notons par rapport à la liste de 2016 que l'équipe de France a ostensiblement évolué en l'espace de deux nas. En effet, pas moins de 15 joueurs convoqués pour l'Euro - où la France fut finaliste - font leur sortie. C'est en défense que les places ont largement évolué. Costil (Rennes) est remplacé par Areola (PSG) et 7 défenseurs (sur 8) s'en vont. Koscielny (blessé), Sagna (Benevento), Jallet (Nice), Evra (West Ham) et Mathieu (Sporting Portugal), tous largement trentenaires ne reverront plus l'équipe de France. Mangala et Digne tentent actuellement de redémarrer leur carrière... Au milieu, Cabaye et Lassana Diarra ne sont plus sélectionnables et Sissoko, comme nous l'avons dit, paye son temps de jeu faible à Tottenham. En attaque, Gignac n'est plus sélectionnable, Payet est blessé, et les deux ailiers Martial et Coman payent également leur manque de temps de jeu (ou des blessures) dans leurs clubs respectifs. J. N

Gardiens : Lloris (Tottenham), Mandanda (Marseille), Areola (PSG).

Défenseurs : Varane (Real Madrid), Umtiti (Barcelone), Kimpembe (PSG), Benjamin Mendy (Manchester City), Lucas Hernandez (Atletico Madrid), Sidibé (Monaco), Pavard (Stuttgart), Rami (Marseille).

Milieux : Pogba (Manchester United), Kanté (Chelsea), Matuidi (Juventus), Tolisso (Bayern Munich), Lemar (Monaco), N'Zonzi (Séville).

Attaquants : Giroud (Chelsea), Griezmann (Atletico Madrid), Thauvin (Marseille), Fekir (Lyon), Mbappé (PSG), O. Dembélé (Barcelone).

 

Suppléants : Lacazette (Arsenal), Sakho (Cristal Palace), Debuchy (Saint-Etienne), Rabiot (PSG), Digne (Barcelone), Zouma (Stoke City), M. Sissoko (Tottenham), Coman (Bayern Munich), Ben Yedder (Séville), Martial (Manchester United), Costil (Bordeaux).

Blessés : Koscielny (Arsenal), Payet (Marseille).

Potentiellement sélectionnables : Kurzawa (PSG), Bakayoko (Chelsea), Bouna Sarr (Marseille), Mangala (Everton), Lenglet (Séville), Moussa Dembélé (Celtic Glasgow), N'Dombelé (Lyon), Benzema (Real Madrid), Kondogbia (Valence), Théo Hernandez (Real Madrid), Laporte (Manchester City).

16/05/2018

Coupe du monde 2018 : les 23 anglais

800px-Flag_of_England.svg.pngTout le monde le sait, l'Angleterre a un gros problème depuis de nombreuses années. En effet, les titulaires en sélection nationale manquent cruellement d'expérience. Et pour cause, il y a très peu de joueurs anglais titulaires dans les grands clubs européens. C'est ainsi que dans la liste des 23 annoncée par le sélectionneur Gareth Southgate, plusieurs joueurs ne sont pas (ou peu) titulaires en club : Cahill (Chelsea), Loftus-Cheek (Chelsea) et Welbeck (Arsenal).

Ashley Young et Delph ne sont pas toujours titulaires en club mais lorsqu'ils jouent, leur prestation a toujours été solide. Toujours en défense, le prometteur Alexander-Arnold est récompensé pour son excellent parcours en Champions League avec Liverpool. Prenant la place de Clyne (l'habituel arrière-droit, revenant d'une longue blessure) à Liverpool, il lui chipe également sa place en sélection. Force est de constater que la liste ne comporte que 4 attaquants (lié au problème cité plus haut) mais la présence des milieux offensifs polyvalents (Sterling, Lingard) devraient régler ce problème.

J. N, M. K

 

Gardiens : Butland (Stoke City), Pickford (Everton), Pope (Burnley).

Défenseurs : Walker (Manchester City), Stones (Manchester City), Ashley Young (Manchester United), Jones (Manchester United), Alexander-Arnold (Liverpool), Rose (Tottenham), Maguire (Leicester City), Cahill (Chelsea), Trippier (Tottenham).

Milieux : Alli (Tottenham), Dier (Tottenham), Henderson (Liverpool), Lingard (Manchester United), Sterling (Manchester City), Loftus-Cheek (Chelsea), Delph (Manchester City).

Attaquants : Kane (Tottenham), Rashford (Manchester United), Vardy (Leicester), Welbeck (Arsenal).

20:42 Publié dans Football, Liste | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : angleterre

14/05/2018

Coupe du monde 2018 : les 23 brésiliens

720px-Flag_of_Brazil.svg.pngLà où d'autres sélections nationales ont annoncé des listes élargies (32 joueurs pour la Croatie, 28 pour le Mexique, 35 pour le Panama...etc.), le sélectionneur brésilien Tite a déjà dévoilé ce lundi 14 mai une liste définitive de 23 joueurs qui seront du voyage en Russie. Il faut rappeler que Tite avait déjà annoncé en février une liste de 15 joueurs certains d'être au mondial (voir plus bas les joueurs en caractère bleu).

Le grand absent de cette liste est sans contestation Daniel Alves, indiscutable au poste d'arrière-droit malgré ses 35 ans, et blessé lors de la finale de la Coupe de France mercredi dernier (indisponibilité de 6 mois). On s'étonnera peut-être de l'absence en défense de l'arrière-gauche de la Juventus Alex Sandro. Mais il n'est pas un titulaire indiscutable en club. Comme doublure de l’indétrônable Marcelo (Real Madrid), lui a été préféré l'expérimenté Filipe Luis (Atletico Madrid). Deux autres joueurs méritaient également à notre sens de figurer dans les 23. Il s'agit d'abord de Fabinho, excellent avec Monaco depuis plusieurs saisons et qui a l'avantage de pouvoir jouer arrière-droit et milieu défensif mais Tite ne semble pas avoir privilégié la polyvalence. En effet, les 4 postes défensifs sont doublés soit 8 défenseurs de métier.

Par contre, il est étonnant de ne pas retrouver dans cette liste Luiz Gustavo, auteur d'une saison pleine avec Marseille, alors que sur les 7 milieux sélectionnés, il n'y a que 3 défensifs (Fernandinho, Casemiro, Paulinho) et que parmi les 4 offensifs, un évolue en Chine...

J. N, M. K

 

Gardiens : Alisson (Roma), Ederson (Manchester City), Cassio (Corinthians).

Défenseurs : Marcelo (Real Madrid), Marquinhos (PSG), Luis Filipe (Atletico Madrid), Danilo (Manchester City), Fagner (Corinthians), Miranda (Inter Milan), Thiago Silva (PSG), Geromel (Gremio).

Milieux : Fernandinho (Manchester City), Casemiro (Real Madrid), Renato Augusto (Beijing Guoan), Coutinho (Barcelone), Paulinho (Barcelone), Fred (Chakhtior Donetsk), Willian (Chelsea).

Attaquants : Gabriel Jesus (Manchester City), Neymar (PSG), Roberto Firmino (Liverpool), Douglas Costa (Juventus), Taison (Chakhtior Donetsk).

25/05/2017

Finale Europa League : Ajax Amsterdam - Manchester United 0-2

5828384fd6438209009543997df5c39b.jpgManu sauve sa saison

Si l'Europa League n'a pas le même prestige que sa soeur aînée, la Champions League, la remporter par contre peut rapporter gros. En effet, depuis la saison 2015-2016, son vainqueur est qualifié automatiquement pour la Champions League (soit directement en phase de poule si les deux finalistes de la champions League sont directement qualifiés pour la phase finale de la LC via leur championnat, soit en barrage). Cette même année 2016, le FC Séville en a profité puisqu'il avait fini 5ème de la Ligue espagnole.

A ce jeu-là, Manchester United avait beaucoup plus à perdre que l'Ajax Amsterdam, déjà qualifié pour les barrages de la prochaine Champions League (en terminant 2ème du championnat des Pays-Bas). Finissant 6ème de Premier League cette année, Manu était dans l'obligation de l'emporter, histoire de sauver une saison à demi ratée où il fut distancé par Chelsea, Tottenham, Manchester City, Liverpool, et Arsenal, soit les 5 autres membres du désormais Big 6.

Chose réussie puisque les joueurs de José Mourinho, sans être particulièrement flamboyants, ont maîtrisé leur sujet, de la tête et des épaules. Dans ce genre de match, l'expérience compte souvent et ça a été le cas ce soir. Affichant une moyenne d'âge de 22 ans (record pour une finale de Coupe d'Europe), les Hollandais n'ont jamais été capable de développer leur jeu face à une équipe rugueuse qui ne leur a pas laissé d'espaces. Froide de réalisme, l'équipe mancunienne a d'abord marqué sur une frappe de Pogba déviée et ne laissant aucune chance au gardien (18e). Elle a ensuite fait le break sur corner, juste après la pause (48e). Un but heureux, un autre à un moment crucial et l'Ajax était assomé.

Avant cette finale, Manchester n'avait remporté cette saison que la Coupe de la Ligue anglaise. A l'issue de ce match, le bilan est de deux trophées et une qualification directe pour la phase de poules de la prochaine Champions League. La saison est donc réussie. Au passage, Manu, avec cette première C 3, devient le 5ème club européen à remporter les 4 Coupes (C1, C2, C3 et super coupe d'Europe), après le Bayern Munich, Chelsea, l'Ajax Amsterdam, et la Juventus. Quant à José Mourinho, il devient le premier entraîneur à gagner 2 fois la C1 (2004, 2010) et 2 fois la C3 (2003, 2017). En nombre de coupes européennes, il n'est devancé que par Giovanni Trapattoni (1 C1, 1 C2, 3 C3). J. N.

 

Ajax Amsterdam : Onana - Veltman, Sanchez, De Ligt, Riedewald (F. De Jong, 81e) - Klaassen (cap.), Schöne (Van De Beek, 70e), Ziyech - B. Traoré, Dolberg (David Neres, 62e), Younes.

Manchester United : Romero - Valencia (cap.), Smalling, Blind, Darmian - Fellaini, A. Herrera, Pogba - Mata (Rooney, 90e, cap.), Rashford (Martial, 84e), Mkhitaryan (Lingard, 74e).

Buts : Pogba (18e), Mkhitaryan (48e).

23/05/2017

Abécédaire Ligue 1 - 2016/2017

Ligue_1_Logo.svg.pngAbsent depuis plusieurs années, notre abécédaire de la Ligue 1 version 2016-2017 revient - J. N.

 

 

 

A comme affluence parisienne, la meilleure de la saison (45.160 spectateurs de moyenne). 

B comme 991 buts inscrits lors de cet exercice (soit une moyenne de 2.61 buts/match), meilleur total depuis la saison 1982-1983.

C comme Edison Cavani (PSG), élu meilleur joueur de la saison. L'Uruguayen termine meilleur buteur (35).

D comme défense parisienne, la plus imperméable (27 buts encaissés).

E comme équipe-type de la saison. Votée lors des trophées UNFP, elle est la suivante : Subasic (Monaco) - Sidibé (Monaco), Thiago Silva (PSG), Glick (Monaco), B. Mendy (Monaco) - Seri (Nice), Verratti (PSG), B. Silva (Monaco) - Lacazette (Lyon), Cavani (PSG), MBappé (Monaco).

F comme flops parisiens en les personnes de Jesé, Ben Harfa, et Krychowiak. Le mercato estival parisien est vraisemblablement raté et participe de la perte du titre.

comme les gardiens Yohann Pelé (Marseille) et Benoît Costil (Rennes), les deux seuls joueurs à avoir disputé l'intégralité des 38 matchs de championnat, soit 3420 minutes.

H comme Vitorino Hilton. L'infatigable défenseur de Montpellier est le plus vieux buteur de la saison, à 39 ans et 4 mois (1-2 contre Monaco le 17 février 2017).

I comme invincibilité parisienne. L'équipe de la capitale est la seule invaincue à domicile.

J comme Leonardo Jardim, élu meilleur entraîneur de la saison.

K comme Billy Ketkeophomphone, l'attaquant angevin qui possède tout simplement le nom le plus long de la Ligue 1.

comme Alexandre Lacazette qui a marqué lors de son dernier match avec Lyon (3-3 contre Nice, doublé) son 100ème but en Ligue 1.

M comme Kylian Mbappé, élu meilleur espoir de la saison. La pépite monégasque (18 ans), désormais courtisée par les plus grands clubs d'Europe, a littéralement explosé à partir de février, inscrivant au total 15 buts en 29 matchs.

N comme Nice qui réalise sa meilleure saison depuis 1976 (second). Leader jusqu'à la trêve, le Gym termine 3ème, seulement derrière les deux cadors (Monaco, PSG) et enregistre son plus grand nombre de points (78) depuis son dernier titre (56 points équivalant à 80 en victoire à 3 points), conquis en 1959.

comme omniprésence du niçois Jean-Michael Seri qui a touché 184 ballons lors de Nice-Angers (14 mai), record pour un joueur de Ligue 1 sur les 10 dernières saisons. Annoncé sur les tablettes des grands d'Europe, Seri a également distillé 10 passes décisives.

P comme plus beau but de la saison (trophée UNFP) marqué par le Lyonnais Memphis Maupay lors de la 29ème journée (4-0 contre Toulouse).

comme quatre cartons rouges récoltés par le Bastiais Yannick Cahuzac. Triste statistique qui égale le record de David Jemmali (Bordeaux), établi lors de l'exercice 2002-2003.

R comme relégation en Ligue 2 de Bastia et Nancy. Lorient (18ème) est barragiste.

S comme Morgan Sanson (Montpellier/Marseille), meilleur passeur (12).

T comme 10 triplés réalisés cette saison, auxquels il faut ajouter le quadruplé de Cavani contre Caen (6-0 le 16 septembre).

U comme ultime match de l'exemplaire Maxwell (PSG). Le défenseur brésilien a raccroché les crampons et est pressenti pour intégrer le staff parisien.

V comme Valentin Vada (Bordeaux) qui a marqué contre Toulouse (21 janvier) le but le plus rapide de la saison (14 secondes).

W comme western à Bastia le 16 avril 2017 lors de la réception de Lyon. Envahissement du terrain par les supporters bastiais, agression de joueurs lyonnais par des supporters, un stadier, et même le chef de la sécurité du club... Des événements qui ne sont pas une première pour le club corse et qui sont symptomatiques d'une saison catastrophique. Bastia a écopé de 14 cartons rouges (record) et finit dernier du classement, synonyme de rélégation.

X comme XXL la saison de Monaco, champion pour la première fois depuis 2000. Détrônant le PSG, l'équipe de la Principauté a également battu des records sur une saison : plus grand nombre de victoires (30, à égalité avec Paris), record de points à domicile (52), record de victoires consécutives (12), record de matchs consécutifs en marquant au moins 1 but (32). Les coéquipiers de Falcao ont également battu le record de buts marqués du PSG version 2015-2016 en inscrivant 107 buts, soit le 3ème meilleur total après le RC Paris (118) et Reims (109), records établis lors de la saison 1959-1960.

Y comme Y a-t-il passation de pouvoir? Si Monaco a mis un coup d'arrêt à 4 années d'hégémonie parisienne, le PSG va certainement mettre de gros moyens lors du mercato estival afin de récupérer son bien. La question reste donc ouverte.

Z comme zéro buts encaissés par le PSG lors de 21 matchs, une stat qui ne bat pas un record détenu par... le PSG (23 en 2012-2013).

12:36 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0)