Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/05/2009

Finale Coupe de l'UEFA

f9e4203fdbe8a8a0edddb7e5d6beedbd.jpgPremier trophée pour le Shakhtior Donetsk

L'équipe ukrainienne du Shakhtior Donetsk vient de remporter l'édition 2009 de la Coupe de l'UEFA, en battant en finale le Werder Brême (2-1 a.p), rapportant ainsi à l'Ukraine son premier trophée européen post-URSS (le Dynamo Kiev avait remporté la Coupe des vainqueurs de coupe en 1975 et 1986). Après le CSKA Moscou (2005) et le Zenith Saint-Pétersbourg (2008), le football de l'est continue sa marche en avant.

La colonie brésilienne du Shakhtior (5 joueurs brésiliens titulaires) a encore fait la différence, marquant de son empreinte la rencontre grâce à la vitesse de ses attaquants et d'un jeu fluide fait de passes courtes millimétrées qui donna longtemps le tournis à la défense adverse. Côté Werder, l'absense du maître à jouer brésilien Diego (suspendu) mais également de deux autres joueurs-clés (Mertesacker, blessé ; Hugo Almeida, suspendu) se sera cruellement fait ressentir. Fébriles et brouillons, les Allemands n'ont jamais vraiment été capables de prendre le jeu à leur compte, hormis pendant la deuxième moitié de la seconde mi-temps, lorsque l'armada brésilienne commençait à montrer des signes de fatigue.

Lançé par le Roumain Rat, Luiz Adriano prenait de vitesse une charnière allemande peu inspirée et battait Wiese d'une brillante pichenette (1-0, 25e). Le mauvais alignement de cette même défense profitait au même Adriano dont le tir était trop enlevé (27e). On frôlait le 2-0 mais curieusement c'est le Werder qui égalisait contre le cours de jeu. Sur un coup-franc direct de 25 mètres, la puissante frappe du défenseur brésilien Naldo était repoussée dans ses filets par Pyatov (1-1, 35e). Vraisemblament marqué par cette bourde, celui-ci ratait ensuite sa sortie su une tête de Pizarro qui passait de peu à côté (40e).

newsmlmmd_d5ee6d237d1c2ace760322317a306e6c_8c10b.jpgMais l'égalisation n'ébranlait nullement les Ukrainiens qui repartaient à l'assaut. Sur un centre en retrait de Fernandinho, le Polonais Lewandowski envoyait un puissant tir des 20 mètres, joliment détourné en corner par Wiese (41e). Puis William (encore un Bréslien) semait la panique dans la surface mais le ballon était finalement dégagé par Fritz (45e+2).

Après 2 occasions ukrainiennes (coup-francs de Srna et Jadson, 50e, 53e), la deuxième mi-temps s'équilibrait grâce à un Werder de Brême plus entreprenant et surtout grâce à son joueur le plus remuant, le péruvien Pizarro. Sa superbe tête était renvoyée d'une claquette par Pyatov (78e). Le score ne bougeait plus et direction les prolongations. Le Shakhtior se reprenait et la frappe vicieuse de Srna était bien repoussée par Wiese (92e). Le capitaine remettait ça et son centre au cordeau trouvait Jadson au point de penalty dont la frappe plus ou moins anodine trompait toutefois Wiese qui captait mal le ballon, le laissant mourir dans le petit filet (97e, 2-1). Grosse erreur qui allait donner la victoire aux Ukrainiens. Car si le Werder réagissait instantanément, la superbe volée de Pizarro était détournée d'un arrêt réflexe par Pyatov (98e). Victoire méritée au final pour une équipe de Donetsk dont la moyenne d'âge des joueurs titularisés n'était que de 24 ans et demi ce soir ; et de bon augure pour l'Ukraine qui co-organisera l'Euro 2012.

 

Buts : Luiz Adriano (25e), Jadson (97e) pour Donetsk ; Naldo (35e) pour Brême.

Avertissements : Srna (57e), Lewandowski (77e), Ilsinho (86e) pour Donetsk ; Frings (45e), Fritz (81e), Tziolis (115e), Boenisch (120e) pour Brême.

Shakhtior Donetsk : Pyatov - Srna (cap.), Kucher, Chygrynskiy, Rat - Lewandowski, Jadson (Duljaj, 112e), Fernandinho - Ilsinho (Gai, 99e), Luiz Adriano (Gladkyi, 89e), William.

Werder Brême : Wiese - Fritz (Pasanen, 95e), Prödl, Naldo, Boenisch - Niemeyer (Tziolis, 102e), Frings, Baumann (cap.), Ozil - Pizarro, Rosenberg (Hunt, 78e).

Les commentaires sont fermés.