Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/05/2010

Finale Champions League

83d5baba6a53a6a99e333285f1ee0d80.jpgL'Inter au sommet du monde

Après le FC Barcelone de Pepe Guardiola l'an passé, l'Inter Milan réussit à son tour un triplé historique, en remportant la finale de la Champions League 2010, après avoir décroché le Scudetto mais aussi la Coupe d'Italie. Enorme et rarissime. L'équipe interiste, entraînée par le génie Mourinho (en partance pour le Real Madrid), a pris le meilleur sur le Bayern Munich de Louis van Gaal (2-0). A noter au passage que l'équipe bavaroise aurait pu, elle aussi, remporter un triplé historique (Bundesliga et coupe d'Allemagne remportés cette saison). Dominateur (63% de possession de balle sur l'ensemble du match), le Bayern n'a jamais été capable de rééllement inquiéter le bloc défensif mis en place par le technicien portugais. L'Inter était pourtant privé de Thiago Motta (exclu en demi-finale), une des pièces maitresses de l'entre-jeu avec Cambiasso et Sneijder. Conséquence de quoi, l'inoxydable Javier Zanetti a été replacé à sa place (Chivu prenant son poste d'arrière-gauche) et le macédonien Pandev (transfuge de la Lazio au dernier mercato hivernal) a été associé en attaque aux inamovibles Eto'o et Milito. Choix tactique judicieux puisque le gaucher a énormément gêné les montées de Lahm sur le flanc droit du Bayern.

milito.jpgEn face, le Bayern Munich était privé quant à lui de Ribéry (exclu contre Lyon en demi), son maître à jouer. L'animation offensive basée sur les chevauchées de Robben, s'en ai cruellement faite ressentir. L'improbable Altintop n'est incontestablement pas Ribéry... En panne d'inspiration, le Bayern n'a jamais été capable de revenir au score après l'ouverture du score brillante de Milito. Sur un long dégagement de Julio César, l'argentin déviait de la tête pour Sneijder qui lui redonnait le ballon entre deux défenseurs. Après une subtile feinte de tir, il crucifiait Butt d'un tir en hauteur (0-1, 34e). En deuxième mi-temps, l'Inter tenait bien face aux assauts du Bayern (deux occasions franches pour Robben et Muller) plus que jamais dépendant de la forme d'Arjen Robben. Diaboliquement efficace, l'Inter inscrivait un deuxième but sur un contre éclair. Dans la surface de réparation, Milito, encore lui, mystifiait Van Buyten (trop peu mobile sur le coup) d'un crochet dévastateur avant de battre Butt d'un tir du plat du pied (0-2, 70e). Deux buts plein de sang-froid et une très grande performance qui pourrait compter pour la Coupe du monde. En effet, l'Argentin n'est pas titulaire en sélection argentine...

mourrr.jpgComme Barcelone l'an passé (victoire 2-0 contre Manchester United, 1 but par mi-temps), l'Inter a su frapper fort au bon moment et rappelle au passage que dominer n'est pas marquer. Quant à José Mourinho, il entre dans le carré très fermé des entraîneurs ayant remporté la Champions League avec 2 clubs différents. Un carré formé en fait de 3 entraîneurs. Ernst Happel (Feyenoord, 1970, Hambourg, 1983) et Ottmar Hitzfeld (Dortmund, 1997, Bayern Munich, 2001) avaient réussi cette prouesse. Quant à Louis van Gaal, dont Mourinho fut l'adjoint au FC Barcelone (le maître bat l'élève), il avait remporté la C1 en 1995 avec l'Ajax Amsterdam (victoire 1-0 contre l'AC Milan). Quant à Samuel Eto'o, transféré l'été passé du FC Barcelone, il accède également au Panthéon : il est le premier joueur à remporter deux ligues des champions d'affilée avec deux clubs différents (il décroche deux C1 avec Barcelone, en 2006 et 2009).

 

Bayern Munich - Inter Milan 0-2

Stade : Santiago Bernabeu (Madrid).

Buts : Diego Milito (35e, 70e).

Bayern Munich : Butt - Lahm, Van Buyten, Demichelis, Badstuber - Van Bommel (cap.), Schweinsteiger - Robben, Altintop (Klose, 63e) - Muller - Olic (Gomez, 74e).

Inter Milan : Julio Cesar - Maicon, Lucio, Samuel, Chivu (Stankovic, 68e) - Zanetti (cap.), Sneijder, Cambiasso - Eto'o, Milito (Materazzi, 90e), Pandev (Muntari, 79e).

Les commentaires sont fermés.