Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

14/11/2010

La stratégie du choc

19228337.jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20100120_115210.jpgMichael Winterbottom adapte dans ce documentaire le fameux livre éponyme de la militante altermondialiste et écrivaine canadienne Naomi Klein. Le thème central est "la stratégie de choc" ou comment le libéralisme économique profite des crises politico-économiques pour s'incruster partout dans le monde, profitant aux plus riches et paupérisant des couches entières de la population de certains pays. Sous le choc d'une crise, une opinion publique se retrouve fragilisée et aisément manipulable. Les gouvernements profitent de cette situation (qu'ils ont probablement engendrés) pour mettre en oeuvre des réformes économiques néolibérales, impossibles à adopter en temps normal. Naomi Klein part d'exemples concrets pour étayer sa thèse : au Chili, Pinochet profite de la crise pour instaurer un régime autoritaire, en Angleterre, la victoire contre l'Argentine dans le conflit sur les Iles Malouines profite à Margaret Thatcher qui remonte dans les sondages de popularité et instaure une politique libérale imptoyable, idem avec Ronald Reagan aux Etats-Unis, Boris Eltsine en Russie...etc (1). Participant au documentaire (qui s'appuie sur des images d'archives) comme narratrice, Naomi Klein critique véhément l'économiste américain Milton Friedman (1912-2006) qui selon elle, a largement influencé certains gouvernements dans l'application de mesures d'exception. Bref, un véritable réquisitoire contre le capitalisme sauvage et cynique, coupable de dérégler l'économie de la planète. Nous n'apprenons rien de nouveau mais nous adhérons pleinement à ce propos. Il nous reste à lire l'ouvrage de Naomi Klein qui constitue un pavé de plus de 800 pages. J. N

The Shock Doctrine (Michael Winterbottom & Mat Whitecross, USA, 2009, 80 mins)

- Présenté - Festival de Berlin 2009.

- Présenté - Festival de Sundance 2010.

- Présenté - Festival de San Sebastian 2009.

 

(1) On retrouve ce même thème dans Zeitgeist (2007) de Peter Joseph, qui affirmait que la banque centrale américaine, de par ses liens présumés avec les cartels financiers, était le catalyseur de nombreux conflits du XXème siècle (Seconde guerre mondiale et autres) et que le Krach boursier de 1929 aurait été causé volontaiement par les puissants de la finance...

Les commentaires sont fermés.