Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

04/12/2014

Les chaînes de l'avenir

philip k. dick,panthropie,les chaînes de l'avenir,the world jones madeToujours Philip K. Dick. Les chaînes de l'avenir, écrit en 1956, est son second roman (1), correspondant du coup à sa première période d'écriture. Si durant celle-ci, il ne connut pas de succès (celui-ci intervient en 1962 avec Le maître du haut château, lauréat du prix Hugo un an plus tard), il allait tout de même y développer certains de ses thèmes fétiches. En effet, le thème du simulacre dont Philip K. Dick et Daniel F. Galouye sont les précurseurs, apparaît déjà dans L'oeil dans le ciel (Eye in the sky, 1957), avant d'être plus explicitement développé dans Le Temps désarticulé (Time out of joint, 1959) (3) et Simulacres (1960).

Dans un monde en proie au chaos et menacé par une invasion extraterrestre imminente, le salut (ou le coup de grâce ?) pourrait venir de Jones, capable de lire l'avenir avec un an d'avance. Le titre français du livre a permis l'écriture de la phrase suivante sur le quatrième de couverture de l'ancienne édition (Le Masque - Science-Fiction) : "Quel sera alors le destin de ce dictateur, prisonnier de sa faculté, prisonnier des chaînes de l'avenir ?" Mais Jones l'est-il vraiment ? Sachant qu'il sait quand et comment on tentera de l'assassiner ?

philip k. dick,panthropie,les chaînes de l'avenir,the world jones made,métaphysique,relativisme,prophète,dictatureS'il ne constitue pas une oeuvre phrare de Dick (la période 60-70 sera la plus intéressante), ce livre à la dimension dense préfigure toutefois ce qui allait venir par la suite : culte de la personnalité (l'allusion à Adolf Hitler est à peine voilée - Radio Free Albemuth développera également le thème du dictateur) et mythe du prophète absolu (4), monde pré/pro-apocalyptique, robots (thème brillamment développé dans Blade Runner), panthropie (5), relativisme...etc.

philip k. dick,panthropie,les chaînes de l'avenir,the world jones made,métaphysique,relativisme,prophète,dictatureAnalyse

L'histoire gravite autour de la notion métaphysique de la renaissance spirituelle et le désir de l'homme de transcender ses limitations. Philip K. Dick fait usage de nombreux parallélismes pour montrer les différentes tentatives des personnages de surmonter leur humanité par le biais d'antithèses. D'une part, l'épouse du principal protagoniste (Cussick) décide de le quitter en raison de la monotonie de sa vie quotidienne et finit par succomber à la décadence dans l'espoir de retrouver l'au-delà ; d'autre part, l'humanité tente de se reconstruire à travers des mutants envoyés sur Vénus et en se fiant aux visions pré-cognitives de Jones.  

C. A et J. N

 

Philip K. Dick, Les chaînes de l'avenir, Le Masque, Science-Fiction, 1976, 254 p. 

Paru pour la première fois en 1956 sous le titre original The World Jones made.

 

(1) Paru en 1955, Solar Lottery est le premier.

 

(2) Le film The Truman Show (Peter Weir, 1998) en sera largement inspiré.

(3) Thème développé dans Dune (1965) de Frank Herbert.

(4) Thème typique de science-fiction, la panthropie aborde le fait d'adapter génétiquement les humains afin de coloniser des planètes à l’environnement hostile. Dans son roman The Seedling Stars (Semailles humaines, 1957), James Blish (1921-1975) est le premier à en faire un thème central. Au cinéma, le thème est notamment développé dans Avatar (2009) de James Cameron.

Les commentaires sont fermés.