Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/10/2006

Children of men

959854054.jpgA quoi cela sert-il exactement de mettre sur les affiches françaises du film : "Les fils de l'homme - Children of men" ? Un de ces 2 titres ne suffit-il pas ? L'expression les fils de l'homme n'ayant pas la même portée et la même nuance sémantique que children of men, les 2 ont été gardées. L'expression anglaise aurait suffi...

Novembre 2027. Le chaos règne partout sur terre. Paris, New York, Madrid, Amsterdam, Pékin, Shangaï, Berlin, Jakarta... Une seule ville a echappé à la crise, Londres, grâce à la mise en place d'un Etat policier, se traduisant par une limitation des libertés individuelles et d'une repression draconienne de l'immigration illégale. Les femmes de la planète entière souffrent d'infertilité, et on vient d'apprendre la mort de la plus jeune personne au monde (Diego Ricardo), âgée de 18 ans et 5 mois. La mort de "baby Diego" constitue un gros coup au moral. Mais les miracles arrivent, une jeune femme tombe enceinte, Leo (Clive Owen) est chargé de sa protection.

Le réalisateur Alfonso Cuaron (Great expectations, 1998, Y tu mama tambien, 2001, entre autres) adapte le roman éponyme de P.D James, sorti en 1993. Un film politiquement engagé, qui porte sur un thème très en vogue actuellement, la menace d'un monde totalitaire et d'un dépérissement de la "démocratie", et qui n'est pas sans rappeller des films comme 1984 (1984), Matrix (1998), Equilibrium (2002), Good night and good luck (2005), V for Vendetta (2002). Ce dernier, adapté de la bande-dessinée de Alan Moore et David Lloyd (sortie en 1981), est celui qui pourrait le plus être rapproché de Children of men, par l'histoire, et le style du film. Un sujet d'actualité, alors que la présence américaine en Iraq est de plus en plus critiquée (la guerre civile fait rage) et que, toujours aux USA, la loi Patriot Act, votée en 2002, a restreint les libertés publiques. En Angleterre et aux USA, les mesures de filtrage des étrangers qui viennent séjourner dans ces pays, sont de plus en plus sévères.  Le film porte surtout un regard sur les politiques européennes actuelles de lutte contre l'immigration légale ou illégale, à travers des scènes qui montrent le "traitement de faveur" auquel ont droit les immigrés : scènes humiliantes et dégradantes, passages à tabac, emprisonnement dans des camps, exécutions sommaires... Nous n'en sommes peut-être pas encore là mais comment ne pas penser à la politique menée en France par Nicolas Sarkozy ?

 

Un film intéressant et objectif mais qui n'échappe pas à certains clichés, comme cette scène qui se passe dans un camp d'immigrés, où éclate une rebellion. La foule, armée jusqu'aux dents, scande, à cors et à cris "Allah akbar". Peur des musulmans ou des islamistes ? On ne sait pas très bien, ici, si le réalisateur dénonce cette psychose née en Angleterre après les attentats survenus dans le métro londonien en juillet 2005, ou s'il participe de cette psychose. Certaines péripéties du film sont un peu confuses et non élucidées (peut-être que cela est intentionnel). Comme souvent, cela est compensé par une caméra impeccable. Nombreuses scènes mettant en oeuvre le personnage principal, halettantes, sont magistralement filmées  en plans-séquences. Le directeur de la photographie, Emmanuel Lubezki, a d'ailleur obtenu, à la 63ème Mostra de Venise, le prix de la meilleure contribution technique. Il affirme : "La caméra est ici un personnage à part entière. Un personnage inquisiteur, nerveux, qui vous jette au coeur de l'action et vous donne le sentiment de la vivre en direct."

CHILDREN OF MEN (Alfonso Cuaron, 110 mins, 2005, UK/USA).   Avec Clive Owen, Julianne Moore, Chiwetel Ejiofor, Charlie Hunnam, Michael Caine, Clare-Hope Ashitey.

Prix Osella de la meilleure contribution technique - Festival de Venise (Emmanuel Lubezki).

Prix de la lanterne magique - Festival de Venise (Alfonso Cuaron).

Les commentaires sont fermés.