Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

22/11/2006

Hommage à Altman

medium_12m.jpgLe cinéma a perdu, lundi 20 novembre, un grand réalisateur, Robert Altman, décédé à l'âge de 81 ans dans un hôpital de Los Angeles. Son dernier film, The last show, sortira en France le 6 décembre. On lui devait notamment Mash, Short Cuts, The player, The Gosford park...

Après un diplôme d'ingénieur obtenu à l'université du Missouri, il s'engage dans l'armée et participe à la 2ème guerre mondiale. Attiré par le cinéma, il s'installe à Hollywood où il effectue toutes sortes de petits boulots (même toilettiste pour chiens). Après avoir travaillé comme chauffeur dans une maison de production, il commence à réaliser des courts métrages. En 1955, il réalise son premier long métrage, The Delinquents. Ce succès lui permet de se lancer dans la réalisation de séries télévisées. En 1963, il crée sa propre maison de production, Lion's Gate Films, puis réalise Countdown (avec James Caan et Robert Duval). En 1970, M.A.S.H, comédie loufoque sur la guerre du Vietnam, le revèle au grand public et lui fait acquérir une certaine notoriété : Grand prix du Festival de Cannes, Oscar du meilleur scénario, meilleure photographie (Golden Globe)... Un grand réalisateur est né. Suivront Mc Cabe & Mrs. Miller (1971), Images (1972), The long good-bye (1973), Nashville (1975), 3 women (1977).

Une critique de la société, à tous les niveaux 

Après quelques ratés, il s'installe à New-York et retourneà la télévision. Ce n'est que partie remise. Il revient en 1992 avec The Player, une satyre sur le milieu hollywoodien. Nouvelle consécration : Meilleur réalisateur et meilleur acteur (Tim Robbins) au Festival de Cannes et 3 nominations aux oscars. Après Hollywood, il s'attaque à la société américaine (Short Cuts, 1993, Lion d'or à Venise), puis au monde de la mode (Prêt-à-porter, 1994). Dans Gosford Park (2001), il porte un regard moqueur sur l'aristocratie anglaise, à travers une intrigue policière.

En 2002, Robert Altman reçut au Festival de Berlin un Ours d'honneur pour l'ensemble de son oeuvre. C'est un très grand homme de cinéma qui vient de disparaître.

 

 

 

Commentaires

salut,

Je ne savais où placer un commentaire...
Il parait que tu vas assister à des films quebécois...
Je n'arrive pas à visualiser la liste des films diffusés...

Mais si il y a :

-Robert le page et toute sa filmographie, c est vraiment interréssant :
La face cachée de la lune;
Nô;
ou encore : Mondes possibles...

-Robert Morin :
Le Neg'
Que dieu benisse l'amerique.

denis Arcand :
Les invasions...
Le déclin de l'empire americain..

denis Villneuve :
-Maelstrom.

-André Turpin :
Un crabe dans la tête.

Enfin et j'en passe...mais voilà c'était un peu tout ce que j'avais en tête...
A bientôt et bonne nuit.

Écrit par : misschatterbox | 23/11/2006

ok je note ça, merci :) tu dois dormir là, 12h00 ici. Jte cite quelques films qui passent: La vie secrète des gens heureux (Stéphane Lapointe), Un dimanche à Kigali (Robert Favreau), Congorama (Philippe Falardeau), A force de rêves (Serge Giguère), Les Etats nordiques (Denis Côté), Kamataki (Claude Gagnon), La belle bête (Karim Hussain). Pour notre part, nous allons cet aprèm voir Maurice Richard (Charles Binamé), mon pote québecois est fan de hockey..

Écrit par : eklektik | 23/11/2006

Les commentaires sont fermés.