Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/12/2013

Armadillo

MV5BMTg3NzcwNTQ1MV5BMl5BanBnXkFtZTcwNDA0NDY5NQ@@._V1_SY317_CR4,0,214,317_.jpgSi les productions relatives à la guerre en Irak sont désormais légion (1), ce n'est pas le cas pour l'Afghanistan (2). Étrange lorsqu'on le sait que cet Etat est en guerre depuis plus de trente ans : guerre soviéto-afghane (1979-1989), guerres civiles (1989-1996), coalition internationale et guerre de guérilla (2001 -    )...etc. Qui plus est, l'Afghanistan des Talibans acquérait une dimension internationale avec les attentats du 11 septembre 2001 et son implication présumée dans cette attaque terroriste de grande ampleur, dirigée contre les Etats-Unis d'Amérique.

Le réalisateur Janus Metz (3) a accompagné le Régiment danois des Grands Hussards, intégré à la Force Internationale d'Assistance et de sécurité (ISAF), opérant en Afghanistan à partir de 2001 sous l'égide de l'OTAN. Basés à Helmand (province du sud-ouest), dans la base militaire d'Armadillo, les soldats danois sont là pour pacifier la zone de leur juridiction, c'est-à-dire traquer les Talibans et apporter dans la mesure du possible une aide aux locaux dont le niveau de vie ne dépasse guère la misère. Mais face à un ennemi presque invisible qui harcèle sans cesse depuis plus de 10 ans les troupes d'occupation, la tâche s'avère rude, surtout lorsqu'on est pas préparé à mener une guerre de guérilla (4). Le cynisme prend dès lors très vite le pas sur les bons sentiments. Le tour de force du réalisateur est tout d'abord, d'avoir tourné un documentaire "en live", puisqu'il a accompagné sur les lieux ce régiment militaire (point de témoignages, juste filmer ce qu'il se passe), ensuite d'avoir du coup risqué sa vie (il dut rédiger son testament en cas de décès), et enfin, de nous immerger pleinement dans l'esprit d'un soldat alors qu'il s'agit d'un documentaire et non d'une fiction. Pour faire court, un docu choc et précieux. Jihad Naoufal

Armadillo (Janus Metz Pedersen, Danemark, 2010, 105 min)

- Grand prix - Semaine de la critique - Festival de Cannes 2011

- Meilleur documentaire international - Festival de Zurich 2010

- Meilleur documentaire - Bodil Awards 2011 

- Présenté - Festival de Londres 2011

- Présenté - Festival de Toronto 2010

 

(1) http://www.imdb.com/list/wdffC9srXWo/

(2) Signalons le documentaire américain Restrepo (2010), réalisé par Tim Hetherington et Sebastian Junger.

(3) Le Danemark présentait pour la première fois à Cannes un documentaire.

(4) L'armée israélienne l'avait appris à ces dépens lors de la guerre qu'elle mena contre le Hezbollah en 2006. Idem pour l'armée américaine dans les rues de Mogadiscio en octobre 1993.

Les commentaires sont fermés.