Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/06/2016

Euro 2016 : les 8èmes en question

download.jpgPour ce premier Euro à 24 équipes, se tiendront des huitièmes de finale, soit 8 matchs dont 2 affiches (déjà) et un derby britannique. Mise au point concernant les duels en question ainsi que l'historique des confrontations.

 

Pins-Suisse-Pologne.jpgSUISSE - POLOGNE (samedi 25 juin)

La Nati et les Bialo-czerwoni ("blanc et rouge") ne se sont croisés que 9 fois. Et pour cause, leur nombre de participations à une Coupe du monde ou un Euro est assez faible. La Pologne a participé à 7 coupes du monde (3ème en 1974 et 1982, l'âge d'or) et seulement 3 Euros (les 3 derniers dont celui-ci). Les Helvétiques font légèrement mieux : 10 coupes du monde (organisation en 1954) et 4 Euros (coorganisation avec l'Autriche en 2008).

En match officiel, les deux équipes se sont affrontées 2 fois, en éliminatoires de l'Euro 1980, pour deux victoires polonaises. En amical, la Pologne l'a remporté également une fois, pour une victoire suisse et 4 matchs nuls. A noter que 22 ans séparent les 3 derniers matchs : 1979, 1984 et 2001. Ces deux équipes "moyennes" se retrouvent donc pour la première fois depuis 15 ans.

Elles ont eu pour mérite d'accrocher (0-0) les favoris de leur groupe (l'Allemagne pour la Pologne, la France pour la Suisse) et de ne pas avoir perdu. Le collectif suisse est assez désordonné et les attaquants pêchent énormément dans le dernier geste. La Pologne, pour sa part, n'a pas encore encaissé de but et affiche un bloc très solide. Surtout, elle possède en la personne de Robert Lewandowski un attaquant de classe mondiale, meilleur buteur de la sélection (32) à seulement 27 ans. Léger avantage donc pour la Pologne.

Pins-Pays-de-Galles-Irlande-du-Nord.jpgPAYS DE GALLES - IRLANDE DU NORD  (samedi 25 juin)

On n'attendait pas nécessairement ces deux-là à ce stade de la compétition. Pour sa première participation à une grande compétition, le Pays de Galles a réussi l'exploit de finir premier de son groupe devant l'Angleterre contre qui il s'est incliné. Il faut dire qu'il possède dans ses rangs "son Ronaldo", Gareth Bale, plus gros transfert de l'histoire et déjà auteur de 3 buts (dont 2 coup-francs). Les nords-irlandais participent de même à leur premier Euro mais ils furent présents à 3 coupes du monde (1958, 1982, 1986).

En 8 confrontations (dont 6 officielles), le Pays de Galles l'a emporté 3 fois (pour 1 défaite et 4 nuls), la dernière victoire en date remontant à 2011 (Nations Cup, 2-0). Il part favori face à une Irlande du Nord limitée techniquement et tactiquement mais qui joue avec le coeur.

images.jpgCROATIE - PORTUGAL (samedi 25 juin)

Etrangement, ces deux équipes ne se sont rencontrées que deux fois dont une en match officiel, lors de l'Euro 1996. Au premier tour, face à une équipe croate déjà qualifiée pour les quarts et démobilisée, le Portugal de Joao Pinto l'avait largement emporté (3-0). Toujours la même année, les Lusitaniens s'étaient également imposé en amical (2-0).

Difficile d'évaluer cette équipe portugaise, capable du pire comme du meilleur à l'image d'un Ronaldo qui rate un penalty contre l'Islande mais qui inscrit une "majder" contre la Hongrie. Les hommes de Fernando Santos n'ont gagné aucun match face à des adversaires largement à leur portée : Islande (1-1), Autriche (0-0), et Hongrie (3-3). Ils finissent même 3èmes de leur groupe... Très technique, la Seleccao possède toutefois en Cristiano Ronaldo et Nani (2 buts chacun) des gachettes capables de faire la différence.

L'équipe au damier, pour sa part, a proposé le meilleur football jusqu'ici. Très propre techniquement et toujours portée vers l'avant, elle a fait tomber l'Espagne (2-1), tenante du titre, après avoir pourtant été menée au score. S'il est dans un bon jour, son quatuor offensif (Rakitic, Perisic, Mandzukic, Modric) risque de faire très mal. Sur le papier, avantage pour la Croatie, pour cette belle affiche.

Pins-France-Irlande.jpgFRANCE - IRLANDE (dimanche 26 juin)

On se souvient bien entendu de la polémique engendrée par la main de Thierry Henry... Fin 2009, les deux équipes se retrouvent en barrage qualificatif pour le mondial africain. Les Français s'imposent à Dublin (1-0) mais s'inclinent dans le temps réglementaire au retour. En prolongation, l'ex-attaquant français contrôle de la main avant d'offir l'égalisation à Gallas (1-1 a.p). L'arbitre ne voit rien. Les Irlandais crient au scandale et les deux nations ne se reverront plus.

Sur 15 rencontres disputées, 12 furent officielles, les 12 concernant des éliminatoires de Coupe du monde (1954, 1974, 1978, 1982, 2006, 2010). La France s'imposa 6 fois pour 3 défaites (3 nuls). Miraculée du 1er tour (elle est la dernière équipe à se qualifier pour les 8èmes après une victoire innatendue contre l'Italie, 1-0), l'Eire voudra certainement prendre sa revanche. Mais comme sa consoeur du Nord, elle est très limitée techniquement et gage essentiellement sur la combativité. Largement supérieure, la France possède également l'avantage du terrain (quoique la présence des supporters irlandais, très bruyants, brouille la notion de match à domicile...) et part favorite.


Pins-Slovaquie-Allemagne.jpgALLEMAGNE - SLOVAQUIE
(dimanche 26 juin)

Les champions du monde en titre partent logiquement favoris. Si la fluidité de leur football n'a pas toujours été au rendez-vous, ils ont toutefois largement dominé leurs adversaires du premier tour, n'encaissant aucun but au passage. La Slovaquie peut s'estimer chanceuse d'avoir terminé avec 4 points (dont un nul chanceux contre l'Angleterre). Assez laide à voir jouer, la Narodny tim devrait à nouveau jouer à 10 derrière, ce qui a priori ne devrait pas suffire pour contrecarrer les plans de la section offensive adverse.

En éliminatoires de l'Euro 2008, l'Allemagne l'avait emporté 2 fois (4-1, 2-1). Six autres rencontres amicales débouchèrent sur 4 victoires allemandes et 2 slovaques. La Mannschaft est largement favorite.


euro 2016,euro 2016 8èmes de finale,france - irlande,croatie - portugal,allemagne - slovaquie,angleterre - islande,hongrie - belgique,pays de galles - irlande du nord,suisse - pologne,espagne - italieHONGRIE - BELGIQUE
(dimanche 26 juin)

Grosse surprise de cet Euro, la Hongrie, que l'on n'avait plus vue dans une grande compétition depuis la Coupe du monde 1986 (sa dernière participation à l'Euro remonte à 1972), a fini première de son groupe, devant le Portugal et l'Autriche. Défensive, elle a également montré qu'elle était capable de faire le jeu (contre le Portugal et l'Islande) et de marquer (6 buts, meilleure attaque). Les Belges ont alterné le bon et le moins bon. Comme pour le Portugal, il est difficile de les évaluer. Le potentiel offensif est là mais l'animation collective souvent chaotique. Mais après s'être cassé les dents contre l'Italie (0-2), elle a affiché une grande solidité défensive.

Au vu de l'inexpérience des Magyars dans les grands rendez-vous, les Belges partent tout de même favoris, surtout lorsqu'on voit le nombre de joueurs évoluant dans les grosses cylindrées de Premier League.

En match officiel, les deux s'étaient affrontés pour la 3ème place lors de l'Euro 1972 (victoire belge 2-1) puis lors du premier tour de la Coupe du monde 1982 (1-1). En amical, les Belges l'ont emporté 8 fois (pour 2 défaites).

Pins-Italie-Espagne.jpgITALIE - ESPAGNE (lundi 27 juin)

Retrouvailles entre deux équipes qui se connaissent très bien et qui se sont croisées pas moins de 12 fois en match officiel (Jeux olympiques, Coupe du monde, Euro). Jusqu'en 1994 et une victoire 2-1 en quart de finale du mondial américain, l'avantage était pour les Transalpins. Mais depuis, la Roja s'est imposée 3 fois pour 1 match nul. Si ses victoires en quart de finale de l'Euro 2008 et en demi-finale de la Coupe des confédérations 2013 se sont faites aux tirs aux buts, elle a toutefois humilié son adversaire en finale de l'Euro 2012 (4-0) après que les deux équipes se soient déjà croisées au premier tour (1-1).

Leur parcours actuel est quasi-similaire. Après deux victoires probantes sans encaisser de but, elles se sont inclinés lors du 3ème match. L'Espagne s'est faite renverser par la Croatie dans les derniers instants (1-2) et l'Italie (largement remaniée car assurée de finir première) s'est faite surprendre par l'Irlande (0-1), également en fin de match.

Entre une équipe espagnole brillante de par son jeu court et une défense italienne en béton , les débats devraient être très serrés, comme l'atteste l'historique de leurs 34 confrontations (officielles et amicales) : 10 victoires chacune pour 14 matchs nuls. Ce sera donc du 50-50.

Pins-Angleterre-Islande.jpgANGLETERRE - ISLANDE (lundi 27 juin)

Pour sa première compétition majeure (elle fut barragiste lors des éliminatoires de la dernière Coupe du monde), l'Islande a réussi à finir 2ème de son groupe après 2 nuls (Portugal, Hongrie) et une victoire (Autriche), déjouant tous les pronostics. Combative et très disciplinée, elle devrait à nouveau jouer très regroupée face à la Three Lions et ses stars évoluant dans les grosses écuries anglaises. Face à d'autres équipes ayant joué très bas, celle-ci n'a pu forcer que le verrou gallois (2-1) pour deux nuls contre la Russie et la Slovaquie. Au vu du niveau technique et de l'expérience, elle part toutefois largement favorite.

J. N

Les commentaires sont fermés.