Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

17/11/2008

Le massacre de Katyn

9782262026516.gifKatyn, 1940. Dans une forêt près de Smolensk en Biélorussie, plus de 4000 cadavres d'officiers polonais sont retrouvés, exécutés d'une balle dans la nuque. En tout, plus de 15.000 membres de l'intelligentsia polonaise seront exécutés par les autorités soviétiques qui devaient de se partager la Pologne avec l'Allemagne nazie. Celles-ci tentèrent d'imputer ce crime de guerre aux Nazis lors du procès de Nuremberg (1945) mais le dossier fut mis de côté car le réouvrir aurait conduit à dénoncer le pacte germano-soviétique de 1939. Ouvertes durant la perestroïka de Gorbatchev, les archives soviétiques permirent d'étayer la thèse selon laquelle le crime fut bien commis par le NKVD de Lavranti Béria. Simple crime de guerre (comme il furent nombreux) ? Pas du tout nous expliquera l'auteur. Le Massacre de Katyn faisait partie intégrante du nettoyage de classe opéré par le pouvoir soviétique afin d'asseoir une domination totale sur une malheureuse Pologne, rayée de la carte.. Son livre constitue la référence en matière de refléxion sur ce crime de l'histoire demeuré longtemps tabou historique.

Le massacre de Katyn vient d'être transposé au cinéma (Katyn, 2007), par le grand réalisateur polonais Andrzej Wajda, mais n'est pas encore sorti dans les salles françaises.

[...] "L'historiographie dans la seconde moitié du XXème siècle a souvent mené ses analyses sans s'arrêter sur le triste fait que les systèmes totalitaires de l'Axe avaient été détruits par une "alliance contre nature" entre les démocraties occidentales et un autre régime totalitaire, le régime stalinien. Cas emblématique de l'ambiguïté intrinsèque de cette approche, Katyn est un défi encore ouvert pour l'historiographie de la Seconde Guerre mondiale."

[...] "L'exécution des officiers polonais en avril 1940 ne peut être comprise que si on la considère comme un élément du processus général de "nettoyage de classe" auquel furent soumis les territoires polonais tombés sous la coupe soviétique."

"La documentation sur Katyn démontrait une rupture totale du parti-Etat soviétique avec une quelconque idée de droit, en particulier avec les principes du droit international, et la négation totale du concept de responsabilité subjective et de culpabilité individuelle."

Historien, Victor Zaslavsky est enseignant à Rome.

Victor Zaslavsky, Le massacre de Katyn, France, Perrin, 2007, 200 p. (Paru pour la première fois en 1998). Traduit de l'italien par Christine Vodovar.

 

Les commentaires sont fermés.