free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

23/01/2022

Hitler's Circle of Evil - Ep. 5

seconde guerre mondiale,hitler's circle of evil,hitler,adolf hitler,allemagne,allemagne nazieThe Berghof Set

Alors que tout le monde semble se détester dans le cercle rapproché du Führer et que les inimitiés se poursuivent (Himmler/Goebbels, Himmler/Göring, Goebbels/Göring), un nouveau protagoniste entre dans les faveurs d'Adolf Hitler. Secrétaire personnel de Rudolf Hess depuis 1933 puis membre du Reichstag, Martin Bormann rachète "le nid d'aigle", une villa luxueuse, située à quelques kilomètres du Berghof (à Berchtesgaden, dans les Alpes bavaroises), la résidence d'été d'Hitler, et lui en fait cadeau pour son 50ème anniversaire le 30 avril 1939. Entretemps, Goebbels et Göring militent ardemment pour l’annexion des Sudètes, région se trouvant en Tchécoslovaquie mais peuplée majoritairement d’Allemands. Ce sera chose faite fin 1938 lorsque Hitler obtient gain de cause lors des infâmes Accords de Munich le 29 septembre 1938. R. H. / J. N.

10/01/2022

Hitler's Circle of Evil - Ep. 4

hitler's circle of evil,adolf hitler,hitler,allemagne,allemagne nazie,seconde guerre mondialeRise of Antisemitism

Tandis que des frictions apparaissent entre Goebbels et Göring, tous deux avides d'élever leur position au sein du parti et auprès du Führer, l'Allemagne nazie met en place ses projets d'expansionnisme, inspirés du concept de Lebensraum ("espace vital") que l'on doit aux géopoliticiens allemands du XIXème siècle (Ratzel, Haushofer). Cette politique guerrière se traduit en politique extérieure par l'annexion de l'Autriche ("Anschluss") en mars 1938 et sur le plan interne par la tristement célèbre Nuit de Cristal (9 et 10 novembre 1938), vaste pogrom contre les Juifs allemands, visant à les éliminer du tissu social. Considéré responsable des dérapages de cet événement et des dégâts économiques engendrés, Goebbels est dos au mur mais il parvient à s'en sortir avec cette phrase choc : "Ce sont les Juifs qui payeront". R. H. / J. N.

30/12/2021

Hitler's Circle of Evil

adolf hitler,hitler,hitler's circle of evil,allemagne nazie,nazis,seconde guerre mondialePour quelle raison aborde-t-on encore le thème du cercle rapproché d'Adolf Hitler ? Dans cette même veine d'ailleurs, l'historien Jean-Paul Bled, spécialiste de l'histoire de l'Allemagne et de l'Europe centrale, publiait, en 2015, un ouvrage intitulé Les hommes d'Hitler. La réponse à la question semble se résumer au fait qu'il s'agit du régime politique ayant causé le plus de morts dans l'histoire de l'humanité, et ce, de manière volontariste et assumée. Qui étaient donc ces hommes - qui plus est se détestaient pour la plupart - qui assistèrent de près celui qui deviendra l'émanation suprême du mal absolu ? 10 épisodes nous sont proposés dans cette docu-série afin de saisir le parcours de ces personnages avant et durant la Seconde Guerre mondiale. Le tour de force de cette série documentaire est d'avoir réussi à conjuguer efficacement biographie des hommes en question et chronologie des événements, ce qui n'est jamais un exercice aisé.

Nous proposerons des résumés des 10 épisodes en notes séparées. A suivre.

J. N., R. H.

 

Hitler's Circle of Evil

(10 épisodes diffusés le 22 février 2018)

Historiens : Guy Walters, Michael Lynch, Sönke Neitzel, Toby Thacker.

01/08/2020

De Gaulle

MV5BZTMzOWY1OTAtMWJkNi00ZGJmLTlhODktYmViMTBkODNjOTMwXkEyXkFqcGdeQXVyOTg0MTUyMzU@._V1_UY268_CR7,0,182,268_AL_.jpgIl y a certaines grandes figures politiques qui ne meurent jamais, semble-t-il, témoin les productions filmiques qu'on leur consacre encore. Il faut reconnaître ici la grandeur du personnage - qu'on apprécie ou pas le contenu de sa carrière politique post-Seconde guerre mondiale et sa gestion de la politique intérieure de la France -, sans qui la France aurait été synonyme uniquement d'infamie, de lâcheté et de déshonneur (la collaboration d'Etat était passée par là).

Contrairement donc à ce que le titre du film aurait pu indiquer, De Gaulle n'est pas un biopic mais un retour sur une période cruciale de la France (et de celui qui deviendra par la suite le premier président de la Vème République), à l'instar de Darkest Hour (2017) pour Winston Churchill. Il y a d'ailleurs de grandes similitudes entre les deux scénarios qui se situent de même à la même période - mai-juin 1940 -, marquée par la fin de la Drôle de guerre, les défaites militaires de la France et du Royaume-Uni (face à l'Allemagne nazie), et l'érosion des gouvernements de ces nations.

Tandis que Churchill, fraîchement nommé Premier ministre, lutte contre ses adversaires politiques (notamment Lord Halifax) afin d'imposer son projet politique, avec au passage une relation difficile avec le roi Georges VI, de Gaulle doit d'abord batailler contre la frange défaitiste du gouvernement de Paul Reynaud, notamment Philippe Pétain, puis fuir pour l'Angleterre où il doit convaincre ce même Chruchill (avec qui sa relation est tout aussi compliquée) de reconnaître la légitimité politique de la France libre.

A une différence près, De Gaulle alterne entre les missions du colonel puis général à Paris, Bordeaux et Londres, l'exode de sa femme Yvonne vers la Bretagne puis l'Angleterre, et des séquences de famille. C'est ce parallèle entre les péripéties dramatiques de deux êtres à la fois fragiles et solides mentalement, auquel est adjoint des scènes avec Anne, la fille du couple (atteinte de trisomie 21) qui constitue un dépassement subtil d'un biopic classique.

Très pertinent historiquement, ce long-métrage a l'intelligence de ne pas partir dans des longueurs inutiles et de cerner avec beaucoup d'humanisme et de délicatesse le moment le plus grave de la vie de Charles de Gaulle. Sur le point de perdre sa patrie et sa famille, celui-ci parvient dans l'adversité à faire front. Hormis un Lambert Wilson qui surjoue par moments (qui n'est pas sans rappeler Jean Dujardin interprétant le colonel Picquart dans J'accuse), l'interprétation impeccable des acteurs renforce l'intelligence émotionnelle du récit. Au final, nous regretterons quelque peu un traitement un peu lisse du principal protagoniste. Les grandes hommes politiques ne sont, en effet, jamais dépourvus d'une certaine complexité. J. N

De Gaulle (Gabriel Le Bomin, 2020, France, 108 min)

Cast : Lambert Wilson, Isabelle Carré, Olivier Gourmet, Tim Hudson, Gilles Cohen, Philippe Laudenbach.

21/07/2020

Greyhound

u-boat,etats-unis,allemagne nazie,allemagne,tom hanks,bataille de l'atlantique,stephen graham,seconde guerre mondiale,sous-marin,aaron schneiderNous sommes quelque peu étonnés de constater qu'en 2020, il y a encore des productions cinématographiques dépeignant à la fois l'armée américaine comme un parangon de l'ethique au combat et des règles de la guerre, et l'armée allemande (en l'occurence ici, la Kriegsmarine) comme l'émanation totale de satan (et autres repoussoirs). Greyhound devait initialement sortir en salles le 12 juillet 2020 mais cette date fut repoussée en raison de la pandémie de Covid-19. Entretemps, Apple rachetait les droits à Sony Pictures et diffusait le film le 10 juillet dernier sur son service de streaming Apple TV+. Bien s'en est fallu car ceux qui se seraient rendu au cinéma en auraient eu pour leur argent tant cette production annoncée prometteuse ne valait pas le détour. 

A la manoeuvre, Tom Hanks en capitaine de frégate. Décidément, l'acteur fétiche de Spielberg n'en finit plus de jouer les héros (Captain Philips, Bridge of Spies, Sully...etc), cette espèce tant convoitée par le public américain. Cette histoire fictive se déroule en 1942, soit au début de l'intervention américaine dans le second conflit mondial (1). Dans le contexte de la Bataille de l'Atlantique (2), l'USS Keeling (nom de code radio Greyhound), escortant un groupe de navires, doit rejoindre les côtes anglaises. Sur le chemin et en pleine tempête, il doit affronter les terribles U-Boot allemands, immortalisés par le film culte de Wolfgang Petersen (3) et dépeints en Occident comme d'affreuses créatures depuis le torpillage du Lusitania en 1916. Ce chassé-croisé mettra donc aux prises de braves et irréprochables soldats américains et des soldats allemands abjects ("nous vous tuerons tous ainsi que vos femmes", un loup menaçant dessiné sur un sous-marin allemand), avec pour résultats quatre sous-marins coulés par un destroyer dirigé par un novice (excusez du peu) et qui ne perdra que quelques hommes...

C'est ce scénario pauvre, archétype du cinéma américain bien-pensant, qui est venu s'intercaler entre deux prières du capitaine courage (autre célèbre cliché). L'ensemble se termine fort logiquement par un hommage aux 72200 "âmes perdues pour toujours"  dans la Bataille de l'Atlantique (3500 navires coulés). Qu'avons-nous donc appris ou découvert hormis des séquences technico-tactiques pertinentes et de beaux plans guerriers? Pas grand chose. J. N

Greyhound (Aaron Schneider, 2020, USA, 90 min)

Cast: Tom Hanks, Stephen Graham, Elisabeth Shue, Matt Helm, Craig Tate, Rob Morgan, Travis Quentin.

 

(1) L'attaque japonaise contre la base américaine de Pearl Harbor survient le 7 décembre 1941.

(2) L'expression dont on doit la parenté à Winston Churchill désigne l'ensemble des combats qui ont eu lieu dans l'Atalntique-nord durant la Seconde guerre mondiale, du 3 septembre 1939 au 8 mai 1945.

(3) Das Boot (1981).