Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

26/02/2016

Apocalypse, Hitler

hitler,seconde guerre mondiale,iiième reich,allemagne nazieDans l'excellente série Apocalypse dont la première production concernait la Seconde guerre mondiale (1), le troisième volet fut dédié au tristement célèbre Adolf Hitler. Ce volet est lui-même divisé en deux segments, le premier ("la menace") relate la jeunesse de cet artiste raté qui fut caporal-estafette durant la Première guerre mondiale. Marqué par la défaite et l'humiliation allemande (le fameux diktat imposé à Versailles en 1919), le futur Führer, nourri par un nationalisme exacerbé et un antisémitisme maladif, devient durant les débuts de l'éphémère République de Weimar (2) "agitateur politique à temps plein", avant de rejoindre les rangs d'un groupuscule d'extrême-droite, le DAP (3).

Le putsh raté de la brasserie (4) lui vaudra quatre ans de prison mais il purgera moins du quart de la sentence. C'est durant ce séjour à la prison de Landsberg qu'il rédigera ce qui deviendra par la suite la bible des nazis, Mein Kampf (5), pamphlet antisémiste et xénophobe qui constituera la pierre angulaire de la politique qu'il élaborera dans son IIIème Reich (1933-1945).

hitler,seconde guerre mondiale,iiième reich,allemagne nazieLe second segment relate ce que le dramaturge allemand Bertold Brecht (1898-1956) appela "la résistible ascension d'Adolf Hitler". Dans une Allemagne saignée par la crise économique de 1929 et minée par l'instabilité politique, Hitler profitera de l'impossible coopération entre les deux partis politiques traditionnels, le DSP (socialiste) et le KPD (communiste) pour accentuer le chaos et gravir les marches du pouvoir. Aux élections législatives de novembre 1932, le parti nazi est en tête (33.1%) mais socialistes (20.4%) et communistes (16.9%) constituent encore une force non négligeable. En vain, l'incendie du Reichstag (février 1933) leur sera imputé et leur score sera annulé avant qu'ils ne soient envoyés au premier camp de concentration, Dachau, fondé en mars 1933.

Archives inédites, narration puissante, et montage impeccable font de ce documentaire court (cerner le plus grand tyran de tous les temps en moins de deux heures est un exercice délicat) une source vidéo inestimable. Le souci permanent d'objectivité permet de même au spectateur de comprendre avec acuité cette Allemagne foudroyée par Versailles et marchant vers l'Apocalypse.  J. N

 

Apocalypse, Hitler (2 épisodes de 55 minutes chacun)

Réalisation : Isabelle Clarke, Danielle Costelle.

Narration : Mathieu Kassowitz.

 

(1) Apocalypse, la Seconde guerre mondiale (6 épisodes, 2009, France 2) fut le premier volet de cette longue série. Il sera suivi d'Apocalypse, Hitler (2011, France 2), d'Apocalypse, la Première guerre mondiale (5 ep, 2014, co-production), puis d'Apocalypse, Staline (2015, 3 ep, France 2) et d'Apocalypse, Verdun (2016, 90 min, France 2).

(2) Nom donné au régime politique qui dura en Allemagne de 1918 à 1933.

(3) Fondé en janvier 1919 par Anton Drexler et Michael Lotter, le DAP (Parti ouvrier allemand) est l'ancêtre du NSDAP, le parti nazi.

(4) C'est à la brasserie Bürgerbräukeller, située à Munich et où se déroulaient les meetings du NSDAP, que débuta le putsch du 8 novembre 1923.

(5) Intitulé à la base "Quatre ans et demi de lutte contre les mensonges, la stupidité, et la couardise", Mein Kampf sera rédigé avec l'aide de Rudolf Hess, également protagoniste du putsch et futur bras droit d'Hitler.

 

20/07/2014

Toula

800px-Flag_of_Tula_Oblast.svg.pngCe drapeau singulier a attiré notre attention récemment. Une longue recherche a due être menée pour trouver une explication précise de ses symboles. Il s'agit de celui de l'Oblast (région) de Toula (25.700 km²), unité administrative de la Fédération de Russie. Sa capitale, qui porte le même nom et qui se trouve à 193 km de Moscou, reçut en 1976 le titre de Ville Héros, pour avoir résisté avec acharnement à l'occupant nazi lors de la Bataille de Moscou (1941), stoppant notamment l'assaut de la 2ème armée de Panzers du général Heinz Guderian. Il semblerait que les trois épées formant un astérisque soient là pour rappeler que Toula est un centre important d'artisanat et de construction d'armes. En 1712, Pierre le Grand fit construire dans la capitale une fabrique d'armes encore réputée de nos jours. Les deux marteaux constituent logiquement un hommage aux ouvriers et la couleur rouge est associée à plusieurs sens (souveraineté, puissance, sang versé pour la patrie). Le drapeau fut adopté le 24 novembre 2005. J. N

08/12/2013

Stalingrad

anthony beevor,stalingrad,seconde guerre mondiale,iiième riech,urss,allemagne nazie,wehrmachtLe 22 juin 1941, Adolf Hitler lançait la fameuse opération Barbarossa, le plan d'invasion de l'Union soviétique, ouvrant ainsi le front de l'Est qui allait devenir le principal et le plus sanglant théâtre d'affrontement de la seconde guerre mondiale (l'armée allemande y subira 80% de ses pertes). La plus grande concentration de soldats au sol dans l'histoire militaire mondiale (plus de trois millions de soldats du IIIème Reich) allait en fait sonner le glas d'une Wehrmacht allemande, qui en sortira anéantie, prélude à une invasion future de l'Allemagne par une Armée rouge plus que revancharde.

Historien spécialiste de la Seconde guerre mondiale (1) et ancien officier de l'armée britannique, Anthnoy Beevor retrace cet affontement atroce qui ne dura pas moins de deux ans. Pour cela, il eut accès aux archives soviétiques ouvertes en 1991 lors de l'effondrement de l'Union soviétique. Des premières victoires allemandes, en passant avec force détails par la fameuse Bataille de Stalingrad (17 juillet 1942 - 2 février 1943) - l'une des batailles les plus sanglantes de l'histoire (2) -, jusqu'à la réddition de la 6ème armée allemande, sacrifié par un Hitler incompétent en matière de stratégie militaire et peu regardant sur le sort de ses hommes, Beevor retrace à tous les niveaux (opérations militaires, quotidien des civils, relations entre les armées et le pouvoir politique..etc) cet affrontement apocalyptique, aidé en cela par des sources très variées. Il nous livre non seulement un document historique fondamental mais également une fresque passionnante et tragique à la fois. Jihad Naoufal


Anthony Beevor, Stalingrad, Le Livre de Poche, 2001, 600 p.

Paru pour la première fois en 1999.

 

(1) Il est également l'auteur d'un ouvrage référence sur la guerre d'Espagne (2006).

(2) http://www.aquadesign.be/actu/article-10578.php

01/12/2013

Les conflits les plus meurtriers

conflits les plus meurtiers,seconde guerre mondiale,première guerre mondiale,conflit,guerre,guerre civileIl s'agit d'abord de considérer une définition simple et opératoire d'un conflit. Il s'agit d'une situation de guerre entre Etats souverains ou d'une guerre civile au sein d'un Etat, ou pour être encore plus précis, "la guerre est le recours à la force armée pour dénouer une situation conflictuelle entre deux ou plusieurs collectivités organisées, clans, factions ou Etats" (Larousse, 2012). Il est toujours difficile d'établir un bilan humain précis des guerres. Mais des statistiques plutôt fiables sont bel et bien là et en recoupant plusieurs sources (1), nous obtenons les dix conflits suivants (voir ci-dessous), la palme revenant bien entendu à la seconde guerre mondiale et son bilan effroyable.

Difficile également d'établir des bilans précis pour les batailles, plus celles-ci sont anciennes et plus les chiffres seront approximatifs, sans oublier les propagandes effectuées par les Etats, minimisant ou exagérant les pertes humaines. Toutefois, les batailles du Dniepr (24 août 1943 - 23 décembre 1943) et de Stalingrad (17 juillet 1942 - 2 février 1943) (2), opposant la Whermacht (IIIème Reich) à l'Armée rouge (URSS) lors du second conflit mondial semblent figurer parmi les plus meurtrières. J. N

 

Les 10 conflits les plus meurtriers (estimation haute)

1.Seconde guerre mondiale : entre 70 et 80 millions de morts (dont 21 millions pour la seule URSS)

2.Première guerre mondiale : 65 millions.

3.Conquêtes mongoles (1207-1472) : 60 millions.

4.Révolte de An Lushan en Chine (755-763) : 36 millions.

5.Révolte Taiping en Chine (1851-1864) : 30 millions.

6.Chute de la dynastie Ming en Chine (1616-1662) : 25 millions.

7.Conquêtes de Tamerlan (1369-1405) : 20 millions.

8.Révolte des Dounguanes en Chine (1862-1877) : 12 millions.

9.Guerre civile russe (1918-1921) : 9 millions.

10.Seconde guerre civile du Congo (1998-2003) : 3.8 millions.

 

(1) Le numéro hors-série (Les Grands Dossiers n°1, février-mars 2011) du magazine Diplomatie propose un graphique p. 8.

(2) Cf. http://www.aquadesign.be/actu/article-10578.php

28/06/2013

La séparation

christopher priest,la séparation,uchronie,rudolf hess,seconde guerre mondiale,science-fictionDurant la Seconde guerre mondiale, deux officiers britanniques de l'armée de l'air - deux frères jumeaux -, Jacob et Joseph Sawyer, se retrouvent au coeur de "l'affaire Rudolf Hess". Ce dignitaire nazi, dauphin d'Adolf Hitler, s"était sans explication aucune envolé pour l'Angleterre le 10 mai 1941. Son avion fut abattu par la DCA. Arrêté et emprisonné jusqu'au procès à Nuremberg (1945-1946) qui le condamna à la prison à perpétuité, il avait déclaré aux autorités britanniques vouloir entamer par l'intermédiaire d'une médiation du duc de Hamilton des négociations de paix entre l'Allemagne et le Royaume-Uni.

Considéré comme l'un des auteurs britanniques de science-fiction les plus originaux du moment, Christopher Priest prend pour départ de son roman le fameux vol mystérieux du 10 mai 1941 (cet événement ne fut jamais véritablement élucidé) et en effectue une uchronie à travers un récit riche et complexe. Comme dans ses autres romans, on retrouve ici les thèmes de prédilection de Priest, la perception du réel et les mondes parallèles.

Christopher Priest, La séparation, Gallimard, Folio SF, 2008, 496 pages.

Paru pour la première fois en 2002 sous le titre orignial The Separation.

 

- Prix Arthur C. Clark - 2003

- Grand Prix de l'imaginaire - 2006

- British Science Fiction Award - 2002

 

 

02/10/2011

Volgograd

Volgograd_Oblast.pngUn drapeau avec la représentation d'une statue. Il s'agit de la monumentale "Mère-Patrie", érigée sur les hauteurs de la ville de Volgograd, théâtre d'une des batailles les plus sanglantes de la Seconde guerre mondiale (1), entre le IIIème Riech et l'Armée rouge. ''Rodina Mat'' (en russe) protège le pays contre les éventuels ennemis et son épée pointée vers le ciel affiche une défiance envers tous ceux qui viendraient s'attaquer aux enfants de la Mère-Patrie. Elle fut créée par le sculpteur Evgueni Voutchetitch (1904-1974) et érigée en 1967. Récompensé pour cette oeuvre de la médaille de Héros du travail socialiste, Voutchevitch est également à l'origine du mémorial soviétique du Treptower Park à Berlin (hommage aux soldats de l'Armée rouge), et de nombreuses statues de Lénine. La statue mesure 82 mètres (l'épée est haute de 33 mètres et pèse 14 tonnes!) (2), c'est la 8ème plus haute statue au monde (3). Le drapeau (adopté en juin 2000) est celui de l'oblast (territoire) de Volgograd (sujet de la Fédération de Russie), qui a pour capitale la ville qui porte le même nom (anciennement Stalingrad). D'une superficie de 114.100 km², ce territoire est peuplé de 2.700.000 habitants.  Les deux bandes bleues à gauche représentent les deux fleuves qui traversent la région : le Don (1950 km de long) et la Volga (3700 km de long). La couleur rouge symbolise probablement le communisme soviétique.

 

(1) La bataille de Stalingrad (juillet 1942 - février 1943) a fait 450.000 morts côté allemand et 486.000 côté russe. Elle marque un tournant décisif dans le déroulement de la guerre, sur le front de l'est.

(2) La statue de la liberté à New-York fait 92 mètres de hauteur.

(3) Voir le classement des 20 statues les plus hautes au monde, sur la page du blog suivant : 

http://gregorymoine.com/20-statues-les-plus-grandes-du-mo...   

volgograd,stalingrad,seconde guerre mondiale,evgueni voutchevitch,drapeau de l'oblast de volgograd,bataille de stalingrad,rodina mat,mère-patrie,urss,russie

 

19/11/2010

Stauffenberg

18928478_1287635.jpgMais qui était donc Claus Schenk von Stauffenberg, celui qui amorça le fameux attentat raté contre Adolf Hitler le 20 juillet 1944 ? Pourquoi le personnage est-il si peu connu en France ? Spécialiste en histoire contemporaine, Jean-Louis Thiérot affirme qu'il n'avait pas "le charme angélique de Sophie Scholl" (1), qu'il n'était pas "un prolétaire comme Georg Elser" (2) ou qu'il n'avait rien à voir non plus "avec les forces de progrès de l'Orchestre rouge" (3). Antibolchévique, antidémocratique, aristocrate, conservateur, admirateur de la Prusse, fervent catholique, voilà autant d'épithètes qui rendent le personnage peu sympathique et qui expliquent mal la conjuration qu'il mit en place contre le système national-socialiste. Pourtant, il est le seul qui fut à deux doigts de supprimer Adolf Hitler.

Dans cet ouvrage critique, l'auteur revient sur le parcours exemplaire d'une figure centrale de la résistance allemande au nazisme. Cette biographie pertinente et objective, basée sur une bibliographie solide, nous permet de cerner le personnage Stauffenberg et surtout de comprendre la volte-face d'un "soldat" que rien, a priori, ne devait pousser à se rebeller contre le système. Le livre a obtenu le prix Christophe Robert de l'Association des écrivains combattants.

Jean-Louis Thiérot, Stauffenberg, Perrin, 2009, 310 pages.

 

Stauffenberg au cinéma : 

- C'est arrivé le 20 juillet (Georg Wilhelm Pabst, 1955).

- La nuit des généraux (Anatoli Litvak, 1967).

- Opération Walkyrie (Joe Baier, 2004).

- Walkyrie (Bryan Singer, 2008).

 

(1) Membre du cercle résistant de la Rose Blanche, Sophie Scholl et son frère Hans, furent exécutés en 1943 pour avoir distribué des tracts subversifs à l'université de Munich. Ils avaient respectivement 21 et 23 ans.

(2) Ce petit horloger de Stuttgart avait fait exploser en 1939 une bombe dans une brasserie de Munich. Malheureusement, Hitler avait quitté la place 12 minutes plus tôt.

(3) Dirigé par Leopold Trepper et chapeauté par l'URSS, ce groupe de résistance communiste fut décimé par la répression policière allemande à la fin de 1943.

17/11/2010

Entre résistance et collaboration

4 films sur la barrière séparant résistance et collaboration ont retenu notre attention ces dernières années. Les 3 premiers traitent de l'occupation nazie durant la Seconde guerre mondiale dans 3 pays différents (Pays-Bas, France, Danemark). Le 4ème se concentre sur l'occupation japonaise de la Chine durant les années 30-40.

 

214,314_.jpgBlack Book (Paul Verhoeven, 2006, Bel/UK/ALL/P.B, 145 mins)

La Haye, 1944. Alors que sa famille vient de se faire massacrer par un commando SS, Rachel Stein (Carice van Houten), juive de confession, parvient à gagner la Hollande méridionale et rejoint la résistance. S'appelant désormais Ellis de Vries, elle parvient à infiltrer les Services de renseignements allemands en séduisant le colonel Müntze (Sebastian Koch)... Signant le retour de Paul Verhoeven (Basic Instinct, Total Recall) en Europe, le film a raflé les Oscars hollandais et fut en compétition pour le Lion d'or au Festival de Venise.

 

 

u92777vpqzj.jpgFlammen og Citronen (Ole Christian Madsen, 2008, Dan/ALL, 130 mins)

Copenhague, 1944. Flammen (Thure Lindhardt) et Citronen (Mads Mikkelsen) sont des résistants chevronnés, chargés d'éliminer ceux qui collaborent avec les autorités allemandes occupant le Danemark. Leur mission est simple, lutter contre l'occupant. Pourtant les choses sont plus complexes ; les ordres viennent d'en haut et les invraisemblables connexions politiques mettent à mal leur mission. Hommage à deux héros nationaux.

 

 

90424_032125.jpgL'armée du crime (Robert Guédiguian, 2009, France, 139 mins)

France, années 40. Ils sont français, roumains, polonais, hongrois, arméniens, espagnols, italiens. Sous l'impulsion de Missak Manouchian (Simon Abkarian), ils vont petit à petit former un cercle de résistance et malmener les autorités allemandes et leurs collabos français. Surnommés "L'armée du crime" par les autorités françaises, ils n'en sont pas moins de véritables héros de la France. Présenté au Festival de Cannes (2009), le film obtint en 2010 l'Etoile d'or de la meilleur musique (Alexandre Desplat).

 

 

u83636vm25v.jpgLust, Caustion (Ang Lee, 2007, Chine/Taïwan/USA/H.K, 158 mins)

Années 40. Une partie de la Chine est occupée par le Japon. La jeune étudiante Wong est chargée de séduire Mr Yee, figure centrale de la collaboration chinoise avec l'occupant. Leur relation va lentement prendre une tournure inattendue, qui mettra à mal la mission de Wong. Lauréat du Lion d'or à Venise (2007), le film du réalisateur de l'oscarisé Brokeback Mountain (2005) a également raflé les récompenses au Golden Horse Festival. 

19/09/2010

Samudaripen - Le génocide des Tsiganes

genere-miniature.aspx.gifSamudaripen en langue romani (celle des Roms) veut dire "génocide", celui des Roms durant la Seconde guerre mondiale. Entre 1939 et 1945, des centaines de milliers de Tsiganes furent exterminés par les nazis et leurs alliés. Or ce fait fut souvent oublié par l'historiographie et rares sont les ouvrages qui lui sont consacrés. Si le génocide des Juifs est reconnu, celui des Tsiganes ne l'a jamais été et si les premiers continuent de percevoir des réparations (symboliques, financières...), les Tsiganes n'ont jamais rien obtenu au titre de réparations.

Spécialiste des Tsiganes, Claire Auzias apporte un nouveau éclairage sur ce drame jamais reconnu. Et le constat est grave : les Tsiganes ont réellement été massacrés de manière organisée, comme groupe ethnique distinct. Le nombre de Roms exterminés durant la Seconde guerre mondiale est estimé à 200.000.

Claire Auzias, Samudaripen - Le génocide des Tsiganes, Paris, L'Esprit Frappeur, 1999, 204 p.

07/06/2009

Speer & Hitler

www.jpgCe documentaire consacré au personnage d'Albert Speer est très pertinent, notamment de par sa structure : mi-docu, avec des images d'époque, mi-fiction avec l'excellent acteur allemand Sebastian Koch dans le rôle de Speer (Koch joue souvent le rôle de dirigeants nazis, comme dans "Opération Valkyrie" ou "Black Book"). Le film est également parsemé en permanence d'interviews de proches de Speer, d'historiens allemands et de son biographe officiel, Joachim Fest (1). Tout cela apporte très certainement de l'authenticité à ce "film-documentaire", ce que n'aurait probablement pas réalisé par exemple une fiction librement adaptée sur le très controversé Speer. Coupable ? Repenti ? opportuniste ? manipulateur ? méritait-il ses 20 ans de prison ou devait-il être pendu comme la majorité des autres chefs nazis ? Il n'y a pas de vérité définitive et ce documentaire est une excellente piste de reflexion sur un Albert Speer qui plus de 25 ans après sa mort demeure un sujet à débattre. J. N

Speer & Hitler (Heinrich Breloer, Allemagne, 2005, 270 mins).    Avec Sebastian Koch, Tobias Moretti, Dagmar Manzel, Andre Hennicke, Axel Milberg.

- Meilleur acteur (Sebastian Koch) - Bavarian TV Awards 2005.

- Meilleur acteur dans une série télévisée (Sebastian Koch) - German Television Awards 2005.

- Best Biography & History program - Banff Television Festival 2006.

 

(1) Journaliste et historien allemand, Joachim Fest (1926-2006) est un spécialiste mondialement reconnu du IIIème Reich. En 1973, sa biographie consacrée à Adolf Hitler, Le Fuhrer, est traduite en 20 langues. En 2002, il décrit dans Les derniers jours de Hitler les derniers mois de la guerre (la seconde guerre mondiale), la chute de Berlin et le suicide de Hitler dans son Bunker. Ce livre inspirera le long-métrage allemand Der untergang ("La chute"), réalisé par Oliver Hirschbiegel.