free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/03/2021

Petrograd, Shanghai

download.pngNous avons toujours énormément apprécié Alain Badiou dont nous commentions un ouvrage il y a plus de dix ans. Le philosophe d'inspiration marxiste, considéré actuellement comme l'une des figures les plus éminentes de la philosophie française. Dans ce court essai paru dans La Fabrique que nous apprécions beaucoup également, il refait - à contre-courant des analyses classiques - à la fois une mise au point et une réflexion sur les deux révolutions majeures du XXème siècle,, la Révolution d'Octobre 1917 (Russie) et la Révolution culturelle en Chine (1966). Une analyse fine et pointue, et qui montre que malgré leurs échecs ultérieurs ces deux mouvements révolutionnaires sont plein d'enseignements "pour tous ceux qui croient en l'avenir du communisme" (quatrième de couverture). Un passage aura particulièrement retenu notre attention, lorsque l'auteur rappelle en début d'ouvrage comment les événements et plus préciséments les moments révolutionnaires et leurs protagonistes sont déformés,avec pour résultat une image péjorative associée à des processus nés à la base de mouvements intellectuels oeuvrant pour le progrès humain et la fin des inégalités socio-économiques. Brillant.  J N

"Il est vrai que pour rendre possible la mort d'un événement révolutionnaire dans la mémoire des hommes, il faut en changer le réel, en faire une fable sanguinaire et sinistre. La mort d'une révolution s'obtient par une calomnie savante. En parler, en organiser le centenaire, oui! Mais à condition de d'être donné les savants moyens de conclure : plus jamais ça!

Là encore, ce fut déjà le cas de la Révolution française. Les héros de cette révolution, Robespierre, Saint-Just, Couthon, furent présentés pendant des décennies comme des tyrans, des gens aigris et ambitieux, des assassins costumés. Même Michelet, un partisan affiché de la Révolution française, a voulu faire de Robespierre une figure de dictateur. Notons au passage qu'il a fait là une invention dont il aurait dû déposer le brevet, car elle a fait fortune. Aujourd'hui, le seul mot de "dictateur" est un couperet qui remplace toute discussion. Qui sont, après Robespierre, Lénine, Mao, Castro, et même Chavez au Venezuela, ou Aristide à Haîti? Des dictateurs. La question est réglée." [...]

Alain Badiou, Petrograd, Shanghai. Les deux révolutions du XXe siècle, Paris, La Fabrique éditions, 2018, 114 p.

Écrire un commentaire