compteur eklektik : Archives free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2020-11-06 | Page d'accueil | 2020-11-09 »

08/11/2020

Barbaren

empire romain,netflix,varus,germains,barbares,germanie,bataille de teutobourg,romainsDiffusée sur Netflix le 23 octobre dernier, Barbaren ("Barbares") recouvre en une première saison de 6 épisodes la Bataille de la forêt de Teutobourg (ou Bataille de Teutobourg) en l'an 9 de notre ère (1). Mettant aux prises six légions romaines et leurs auxilliaires) et une alliance de tribus germaniques, cet affrontement déboucha sur la victoire innatendue des Germains.

L'histoire tourne autour d'Arminius. Chérusque d'origine, il fut donné tout jeune à Rome comme otage, afin de préserver la paix entre Rome et sa tribu. Mais alors que les taxes imposées par l'Empire aux "barbares" sont de plus en plus astronomiques, la rebellion gronde et Arminius, officier de rang élevé dans l'armée romaine, est envoyé sur place afin de régler le conflit, par la force s'il le faut. Il n'a pas oublié ni ses origines ni ses proches et surtout, son dégoût des exactions romaines à l'encontre des peuples germains lui fait prendre conscience qu'il n'est peut-être pas dans le bon camp.

empire romain,netflix,varus,germains,barbares,germanie,bataille de teutobourg,romainsApprécier ou pas cette série dépend en fait du fait qu'on ait vu d'autres séries du genre. Si ce n'est pas le cas, elle sera appréciée, en raison de quelques critères simples : un scénario plutôt complexe et bien rythmé, une direction d'acteurs solide, et une reconstitution historique pertinente. A cela, il faut ajouter des sous-thèmes qui rendent le récit réaliste : personnages ambivalents à moralité floue, trahison, culpabilité, lacheté, bravoure, complexité des relations humaines, et un peu d'amour évidemment... Par contre, les dévoreurs de films/séries (nous en faisons partie) n'y verront peut-être qu'une énième production péplum, qu'il s'agisse des relations entre l'Empire romain et les populations périphériques (Centurion, 2010 ; The Eagle, 2011, la série Britannia (2016 -  )...etc) ou d'autres chocs civilisationnels (Game of Thrones, Vikings). La série souffre d'ailleurs d'une comparaison entre ces deux dernières séries citées et à ce niveau-là, difficile en effet d'affirmer qu'elle fait le poids en matière de comparaison. Si la noirceur du récit et la dimension démonstrative des scènes de violence n'ont pas grand chose à envier, la densité narrative des moments de rupture (la saison 1 ne comporte que 6 épisodes) et le charisme des personnages constituent un gros bémol. Et par conséquent, la série peut être perçue comme à la fois un condensé et une pâle copie des deux autres.

empire romain,netflix,varus,germains,barbares,germanie,bataille de teutobourg,romainsConscient qu'il ne peut égaler le niveau des chaînes phares produisant des séries (HBO, AMC et consorts) et visant l'hégémonie en terme de productions de série (du moins au niveau des sites de streaming), Netflix poursuit son exercice attitré du binge-watching, en proposant des récits combinant des éléments réalistes et les recettes typiques des séries streaming, qui attireront le grand public. En gros, c'est divertissant, instructif ici (l'histoire s'est rééllement passée) et ça se regarde vite. En ce qui nous concerne strictement (notre formation d'historien et notre métier d'enseignant en Histoire conjugués à notre grande appréciation des productions audiovisuelles pèsent dans la balance), nous relevons trois éléments qui rendent la série intéressante : 

- Le fait que les dialogues soient en Latin (les Romains) et en Allemand (les peuples germaniques), soit une dimension authentique et éviter au passage la langue anglaise (ou américaine) dont le coté grandiloquent (nécessaire dans les péplums..) aurait été immonde ici.

- Souligner la complexité entre l'Empire et les Barbares, pas souvent mise en avant même si elle était déjà en 98 après J. C par l'historien romain Tacite (De Origine et Situ Germanorum).

- Aborder une bataille méconnue du grand public mais considérée comme "la plus grande défaite de Rome" (2) et surtout comme "un point tournant dans l'histoire mondiale" (3). En effet, la victoire germanique à Teutobourg mettra un coup d'arrêt durable à l'expansion romaine en Germanie et déterminera la trajectoire historique, politique et économique de l'espace germain qui demeurera en dehors de la tutelle romaine.

J N

 

BARBAREN

(saison 1, 6 épisodes diffusés le 23 octobre 2020)

Production : Netflix

Créateurs : Andreas Heckmann, Arne Nolting, Jan Martin Scharf

 

(1) Elle s'est déroulée dans le comté d'Osnabrück (Basse-Saxe) dans l'Allemagne actuelle.

(2) Adrian Murdoch, Rome's Greatest Defeat: Massacre in the Teutobourg Forest (2012).

(3) Peter S. Wells, The Battle that stopped Rome: Emperor Augustus, Arminius, and the Slaughter of the legions in the Teutobourg Forest (2004).

Ghost in the Shell SAC 2045

GiS.jpgIl fallait s'attendre à ce que Netlix, spécialiste de la récup' (entre autres) adapte la série animée japonaise culte Ghost in the Shell - Stand Alone Complex, adaptation elle-même du manga éponyme de Mamoru Oshii.

La première saison de Ghost in the Shell - SAC (2002-2003) se déroulait en 2030 dans la ville de Niihama-shi, nouvelle capitale d'un Japon post-Quatrième Guerre mondiale. Dans ce monde post-futuriste où quasiment toute personne porte des implants électro-mécaniques, la Section 9 - unité spéciale de la sécurité publique -, dirigée par l'éternelle Motoko Kusanagi, enquête sur toutes sortes de cybercrimes et traque Le Rieur (The Laughing Man), le maître du hacking.

Tandis que la structure de la saison 1 est constituée d'une intrigue générale tournant autour du Rieur (les épisodes appelés Complex) et de nombreux épisodes indépendants (appelés Stand Alone), la saison 2 ("2nd GIG", 2004-2005), plus sombre, traite d'un Etat japonais policier et plus précisément du problème de l'intrégation des réfugiés à Dejima (et de leur confrontation avec les autochtones) et de la récupération politique de cette question sociale.

motoko kusanagi,ghost in the shell,ghost in the shel sac 2045,mamoru oshii,section 9,ghost in the shell stand alone complex,le rieur,the laughing man,post-humainsEntre ces deux saisons, sortira en 2004 le long-métrage Ghost in the shell 2:Innocence, suite du premier opus adaptant le manga (Ghost in the Shell, 1995). Les deux films furent réalisés par Mamoru Oshii. En 2006, un film animé d'environ 2 heures (Ghost in the Shell: SAC Solid State Society) faisait suite à la série, en 2030. Tandis que Motoko avait quitté la Section 9 depuis deux ans, cette dernière - dirigée désormais par Togusa - enquête sur un étrange suicide collectif d'une secte (une scène marquante du début, qui devient culte) et découvre l'implication d'un autre maître du hacking, le Marionnetiste (The Puppet Master). Puis suivra en 2013-2014, Ghost in the Shell: Arise, une série de 5 OAV, reprenant l'histoire en 2027.

En 2017, le manga est adapté pour la première fois par les Américains, en l'occurence Dreamworks, avec Scarlett Johansson interprétant Motoko. Comme cela était prévisible, la forme l'a largement emporté sur la forme.

motoko kusanagi,ghost in the shell,ghost in the shel sac 2045,mamoru oshii,section 9,ghost in the shell stand alone complex,le rieur,the laughing man,post-humainsCa faisait déjà beaucoup mais comme déjà dit, le site de streaming le plus célèbre s'est emparé du projet en 2017 et a diffusé au printemps dernier la première saison de la série commentée ici. Nous sommes donc en 2045 dans un monde où, à la suite d'une catastrophe économique, toute forme de monnaie papier ou électronique a été détruite. Le "Big 4" (les 4 principales puissances) est engagé dans une guerre durable afin de préserver une certaine stabilité économique. Les membres de la section 9 travaillent désormais comme mercenaires sous le Groupe "GHOST", chargés d'éliminer des menaces terroristes. Mais la découverte par leur ancien chef, Aramaki, d'un complot politique et l'émergence de ce qu'on appelle les "Post-humains" entraîne la Section 9 à se reformer.

motoko kusanagi,ghost in the shell,ghost in the shel sac 2045,mamoru oshii,section 9,ghost in the shell stand alone complex,le rieur,the laughing man,post-humainsPremier constat désolant : le graphisme, différent et en 3D, est d'une laideur visuelle aberrante et on se croirait dans un jeu vidéo. On ne comprend pas d'ailleurs pourquoi Motoko ressemble à une sexdole. Mais le plus grave est la simplication du scénario (faut attirer un public large et américain...) : moins de réflexion et beaucoup d'action spectaculaire (scènes de combat réussies par ailleurs), des personnages peu travaillés et sans profondeur aucune, et des dialogues franchement pauvres. Etonnant, vu que Kenji Kamiyama, scénariste de la saison 2 de Ghost in the Shell - SAC, était également aux commandes ici. Mais la pression des producteurs US a du jouer... Le dernier tiers de cette première saison prend un peu d'épaisseur et pose quelques questionnements sociopolitiques. Mais cela ne change pas grand chose au constat général. Après avoir détruit le manga (et série animée) culte qu'est Death Note, Netflix a dénaturé une oeuvre cyberpunk majeure. Et dire qu'une saison 2 va suivre... 

J. N

GHOST IN THE SHELL - SAC 2045

(12 épisodes diffusés le 23 avril 2020)

Production : Netflix

Scénario : Kenji Kamiyama

Réalisation : Shinji Aramaki, Kenji Kamiyama