free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/01/2018

Godless

MV5BMTY0NzkxNDcxNF5BMl5BanBnXkFtZTgwOTI5ODM5MzI@._V1_UX182_CR0,0,182,268_AL_.jpgOn s'était justement étonné qu'un thème aussi popularisé au cinéma que le western l'ait été si peu sur le petit écran version séries modernes. En effet, mis à part les excellents Deadwood (HBO, 2004-2006), Hell on Wheels (AMC, 2011-2016) et Westworld (également HBO, en cours depuis fin 2016), rien à se mettre sous la dent alors qu'au cinéma, le thème est déjà saturé (1). C'est chose fait avec le déjà célèbre Netflix qui prend un malin plaisir à réinventer, copier ou reformuler (c'est selon) les thèmes/recettes développées par des chaînes de TV US, voire à fusionner les structures de série de ces différentes chaînes (notamment HBO, AMC, Showtime et Starz) puis à balancer le Jour J l'intégralité des épisodes de la série en question (2).

Soit le Far West fin XIXème siècle et un certain Frank Griffin (excellent Jeff Daniels), desperado sans pitié traquant sans merci son ex-associé Roy Good. Celui-ci se retrouve par hasard à La Belle, un patelin géré exclusivement par des femmes... Il y a bientôt dix ans, nous affirmions dans nos commentaires sur Appaloosa (2008) et 3:10 to Yuma (2007) qu'il n'est pas absolument nécessaire d'innover pour faire un bon western. C'est ce que réussit Godless avec son atmosphère délétère, son scénario bien ficelé et ses personnages complexes. Produite par Steven Soderbergh, créée et réalisée par Scott Frank, Godless réalise tout de même une touche d'innovation en proposant une mini-série western d'un point de vue féministe, là où l'ouest américain était régi par la gente masculine. La série se regarde d'une traite (7 épisodes ça passe vite) avec plaisir. J. N

GODLESS (Neflix, 7 épisodes diffusés le 22 novembre 2017)

- Création : Scott Frank

- Cast : Jeff Daniels, Jack O'Connell, Michelle Dockery, Scoot McNairy, Merritt Wever, Thomas Brodie-Sangster.

 

(1) Notons les sorties récentes de The Magnificent Seven (Antoine Fuqua, 2016) et de Hostiles (Scott Cooper, 2017).

(2) Nous pouvons considérer que House of Cards (2013 -  ) reprend la formule (en moins brutal) de Boss (Starz, 2011-2012), que Ozark (2017 - ) reprend l'idée de Breaking Bad (AMC, 2008-2013), que Sense8 (2015 -  ) brasse les thèmes de la SF, que Narcos (2015 -  ) reprend le thème de la mafia (Boardwalk Empire, HBO ; Peaky Blinders, BBC), que Orange is the New Black (2013 -  ) est une version soft de OZ (HBO, 2002-2006)...etc.

14/11/2016

Luke Cage

marvel,luke cage,daredevil,netflixAprès Daredevil (déjà deux saisons au compteur) et Jessica Jones (2015), Netflix montre qu'il sait y faire en matière de super-héros made in Marvel. Alors que Darevedil se déroulait dans le quartier chaud de Hell's Kitchen, Luke Cage a lieu dans un autre espace de haute criminalité, Harlem. Carl Lukas y a grandi et a passé son enfance à multiplier les larcins. Piégé par le criminel Stryker, il se retrouve en prison pour un acte qu'il n'a pas commis. Là-bas, il se porte volontaire pour tester un sérum expérimental en échange d'une réduction de peine. Mais l'expérience ne tourne pas comme prévu, pourvoyant tout de même Carl d'une force surhumaine.

Evadé et changeant d'identité notre anti-héros vit incognito et galère pour boucler ses fins de mois. Anti-héros jusqu'au jour où le meurtre d'un ami proche le pousse à entrer en guerre contre Cotton mouth, le caïd local. Violente, sans concession et sombre à l'instar de Daredevil, la série brille de même par sa réflexion sur la situation sociale de la communauté noire aux Etats-Unis. Impérial, le casting regroupe Mike Colter (aka Luke Cage), le trafiquand d'héroïne dans The Good Wife, Mahershala Ali (House of Cards), Theo Rossi (Sons of Anarchy) et Rosario Dawson. Rien que ça. Last but not least, les séries Marvel de Netflix constituent bien plus qu'une alternative aux longs-métrages formatés de Hollywood. Iron Fist est prévu pour le 17 mars 2071. J. N

LUKE CAGE

(saison 1 - 13 épisodes - 30 septembre 2016)

Site : Netflix

Création : Cheo Hodari Coker

06/12/2013

Les meilleures séries 2013 selon Time

MV5BMTUzNzY3NjA4NF5BMl5BanBnXkFtZTcwNTA5MTY2Ng@@._V1_SX214_.jpgLe magazine américain Time vient de publier son top 10 des dix meilleures séries TV américaines pour l'année 2013. Souvent et à très juste titre acclamée pour ses nombreuses séries de qualité, la chaîne HBO est représentée en TOP 1 par Enlightened (que nous n'avons pas encore vu) (1). Suivent en 2ème position la série déja culte Breaking Bad (5ème et dernière saison en 2013) de AMC, et Orange is the new black, une autre production étonnante du réseau Netflix (2). En 4ème position, pointe Games of Thrones (toujours HBO) qu'on ne présente plus et dont on attend avec impatience la diffusion de la saison 4 (premier épisode le 14 mars 2014).

La liste prend en compte bien entendu des séries en cours en 2013 (ou terminées cette année là). Nous avons manqué pour notre part 4 titres (mis à part Enlightened, Rectify, Bob's Burgers, et Orphan Black). Si Mad Men (2014 marquera la 7ème et dernière saison) affiche toujours une étonnante égalité au niveau de la qualité du scénario, nous nous étonnons de retrouver en 5ème position The Good Wife, que nous apprécions certes mais qui demeure à notre sens trop "conventionnelle". A ce jeu là, peut-être aurait-il fallu ajouter Sons of Anarchy (FX), toujours aussi solide et qui devrait être reconduite pour une 7ème saison (3). Toujours chez FX, The Bridge, adaptation de la série suédo-danoise Bron (Tunnel en est également l'adaptation franco-britannique), aurait (toujours à notre sens) mérité de figurer dans un TOP 10 américain, rien que pour le constat social qu'il dresse (4). FX est toutefois représenté ici par The Americans (5). Last but not least, il est tout de même très étonnant de ne pas retrouver en lieu et place de Orange is the new black, House of Cards, la série politique de David Fincher (6), pourtant louée tout au long de cette année par un très large éventail de critiques, aux Etats-Unis, mais également en Europe.

2014 sera également une année intéressante. Sont attendus les reprises de nombreuses séries phares (Game of Thrones, Mad Men, la partie 2 de la 4ème saison de The Walking Dead), mais également des nouveautés comme True Detective et The Money (HBO), Intelligence (CBS), Black Sails et Outlander (Starz), Fargo et Salem (FX). J. N.

 

TOP 10 selon Time (7)

1.Enlightened (HBO)

2.Breaking Bad (AMC)

3.Orange is the new black (Netflix)

4.Games of Thrones (HBO)

5.The Good Wife (CBS)

6.Bob's Burgers (Fox)

7.Rectify (Sundance)

8.The Americans (FX)

9.Mad Men (AMC)

10.Orphan Black (BBC America)

 

(1) Golden Globe pour Laura Dern (meilleure actrice dans une série comique), 2 nominations aux Emmy Awards 2013.

(2) Producteur de House of Cards et Hemlock Grove.

(3) http://www.critictoo.com/news/fx-commande-encore-plus-de-sons-of-anarchy/

(4) Voir notre commentaire sur cette série : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/10/10/series-us-fins-et-nouveautes-2-5193314.html

(5) Voir notre commentaire sur cette série : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/10/10/series-us-fins-et-nouveautes-2-5193314.html

(6) Voir notre commentaire sur cette série : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/04/06/house-of-cards.html

(7) Voir l'article : 

http://entertainment.time.com/2013/12/04/arts-and-enterta...

31/08/2013

House of Cards

kristen connolly,sakina jaffrey,michael gill,netflix,house of cards,david fincher,kevin spacey,robin wright,kate mara,corey stoll,michael kellyLa série dont on a beaucoup parlé cette année (légèrement moins que Game of thrones et Breaking Bad tout de même) nous vient de David Fincher. Adaptée de la série britannique qui porte le même nom (1990), elle-même adaptation du roman au titre éponyme de Michael Dobbs, et diffusée gratuitement sur le site internet Netflix, House of cards (1) est centrée autour de Frank Underwood (Kevin Spacey), membre démocrate du Congrès et whip (2) à la Chambre des représentants (3).

Pour avoir aidé Garrett Walker à accéder à l'investiture suprême, Underwood devait être nommé Secrétaire d'Etat, comme promis. Mais finalement cette promesse n'est pas tenue, Underwood étant trop précieux dans ses fonctions actuelles. Furieux de cette "trahison", il décide de se venger de ceux qui l'ont trahis. Pour cela, il va mettre en place un échiquier, centré autour de deux pions principaux, le député de Pensylvanie, Peter Russo (Corey Stoll), et une jeune journaliste ambitieuse, Zoe Barnes (Kate Mara) ; et va s'évertuer ainsi à faire tomber les cartes l'une après l'autre...

House of Cards s'inscrit donc dans cette catégorie de séries US politiques. Il faut souligner dans cette optique que si le pouvoir exécutif a longtemps tenu le haut de l'affiche (comme par exemple l'excellente The West Wing de NBC), les autres formes de pouvoir ont pris le dessus depuis une dizaine d'années. Si The Wire (2002-2008), Boss (Starz, 2011-2012), et The Killing (AMC, 2011 -   ), traitaient du pouvoir au niveau municipal (4), la première série d'un Fincher poursuivant son oeuvre désenchantée sur la société contemporaine (5), décortique les jeux de pouvoir au niveau du pouvoir législatif. Entre manipulation, compromis et compromissions, abus de pouvoir, et coups bas, cette réflexion politique n'est pas très loin d'égaler les modèles du genre, entre autres The Wire et Rome (tous deux produits par HBO). On attend la suite.  J. N

House of Cards

(Netflix, 2013 - saison 1, 13 épisodes)

Avec Kevin Spacey, Robin Wright, Michael Kelly, Kate Mara, Kristen Conolly, Sakina Jeffrey, Corey Stoll, Michael Gill, Sandrine Holt.

 

(1) Première série en ligne à obtenir des nominations aux Emmy Awardx (dont la cérémonie sera tenue le 22 septembre prochain à Los Angeles).

(2) Le whip est un membre du parti, élu au Parlement, et chargé de donner des consignes aux membres du Parti.

(3) Le Congrès américain est composé du Sénat et de la Chambre des représentants.

(4) En l’occurrence et respectivement, les villes de Baltimore, Chicago, et Seattle.

(5) Seven (1995), The Game (1997), Fight Club (1999), Zodiac (2007), Millenium (2011)...etc.