Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2013

The purge

the purge,ethan hawke,lena headey,adelaide kane,max burkholder,edwin hodge,james demonaco,anticipation,dystopieDans une Amérique gangrenée par la violence, le gouvernement autorise une fois par an une période de douze heures (la nuit évidemment) durant laquelle tous les crimes sont autorisés, y compris les meurtres. Pour parachever le tout, la police ne répond à aucun appel et les hopitaux ne sont pas fonctionnels. L'objectif de cette loi "morbide" est de permettre à la société américaine de se "réguler" en assouvissant ses pulsions violentes... Pour James Sandin (Ethan Hawke) et son épouse (Lena Headey, la reine Cersei dans la série culte Game of Thrones), grands fervents de cette loi qui leur a permis de faire fortune (Sandin est spécialiste en systèmes de sécurité), il s'agit d'une nuit comme les autres. Barricadés dans leur demeure cossue et ultraprotégée, ils ne risquent rien, jusqu'au moment ou leur fils laisse entrer à l'intérieur un homme en perdition... Les allégories sur une Amérique violente, on connaît (1) ; les invasions de maisons (Funny Games, 1997) ou d'espaces fortifiés (Safe House, 2012 ; The numbers Station, 2013), on connaît aussi. Ajoutons à cela une mise en scène affreuse (le réalisateur use de tous les artifices hollywoodiens afin de concocter un vrai-faux suspense), et pour terminer, un message brumeux... Bref, passons.   Jihad Naoufal.

The purge (James DeMonaco, USA, 2013, 100 min).   Avec Ethan Hawke, Lena Headeay, Adelaide Kane, Max Burkholder, Edwin Hodge.

 

(1) Dans le genre, Looper (2012) fut plus efficace.

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/11/04/looper.html

16/09/2010

Brooklyn's Finest

MV5BMTUyMTI5MTY5MV5BMl5BanBnXkFtZTcwNzAyOTMwMw@@._V1._SX94_SY140_.jpgAprès Training Day (2001), Antoine Fuqua renoue avec le film de flics ripoux. On l'avait deviné, le titre est ironique. Nous sommes donc à Brooklyn dans les quartiers chauds. Soit le quotidien de trois flics aux destins opposés. Eddie Dugan (Richard Gere) est alcoolo et file bientôt à la retraite, Clarence Butler (Don Cheadle) est infiltré dans un gang de trafiquants de drogue, et Sal Procida (Ethan Hawke) est un flic véreux aux méthodes limites. Ils ne le savent pas mais leur destin va se croiser.. Ni innovante, ni mauvaise, cette fiction se situe dans la lignée des Street Kings (David Ayer, 2008), Pride and glory (Gavin O'Connor, 2008) ou encore l'excellent Narc (Joe Carnaghan, 2002). Moins efficace que Training day, le film présente toutefois une excellente direction d'acteurs et un scénario solide. Et toujours le même constat. Mieux vaut ne pas se frotter aux flics américains...

Brooklyn's Finest (Antoine Fuqua, USA, 2010, 127 min).  Avec Richard Gere, Don Cheadle, Ethan Hawke, Wesley Snipes, Ellen Barkin, Will Patton, Lili Taylor, Vincent D'Onofrio, Brian F. O'Byrne.

02/03/2010

Daybreakers

19230049_jpg-r_160_214-b_1_CFD7E1-f_jpg-q_x-20100121_050301.jpgAprès le "revival" du thème des morts-vivants il y a quelques années (Dawn of the dead, 28 weeks laters, I am legend, Diary of the dead...), c'est actuellement celui des vampires qui est remis en valeur. Un thème qui apparemment ne s'épuise jamais, témoin les succès de la série américaine True Blood (de l'excellent studio HBO) et du best-seller Twilight. Dans un futur pas si lointain que cela, les vampires dominent la terre alors que la race humaine est en voie d'extinction (il ne reste plus que 5% d'humains). Edward Dalton, un (vampire)hématologue renommé travaille pour une puissante compagnie qui tente de trouver un substitut au sang humain qui est voie de disparition. Car les vampires en manque de sang, se transforment en monstres... Charles Bromley (Sam Neill), l'omnipotent président de la compagnie en question, a compris quels bénéfices ilpourrait tirer du commerce de sang. Le problème est que son chercheur le plus brillant croise la route d'un groupe humain de résistance, dirigé par Elvis (Willem Dafoe), un ex-vampire devenu humain. Et si la race humaine pouvait être sauvée ?

Si le concept et l'atmosphère "dark" sont intéressants, le reste l'est un peu moins. Dommage que le scénario, archi-prévisible, s'essouffle assez vite. On s'était habitué au côté sexy des vampires (on ne se délecte jamais assez de True Blood). A la place, nous avons eu droit à une société vampire ultra-militarisée. Dommage.

Daybreakers (Michael Spierig, Peter Spierig, Australie/USA, 2009, 98 mins).   Avec Ethan Hawke, Sam Neill, Willem Dafoe, Claudia Karvan.

- Présenté - Festival de Toronto 2009.

16/10/2007

7h58...

40dc21f1cef8fd69337b7ca2d390e7bc.jpgComme le titre original américain est "Before the devil knows you're dead", et qu'il constitue un dicton intraduisible en français, le titre français justement a donné ceci : "07h58 ce samedi-là", rien à voir donc avec le dicton irlandais : "May you be in heaven before the devil knows you're dead". Du coup, la substance et la nuance sémantique du titre sont bafouées, comme ce fut le cas pour le dernier film de Ken Loach. "The wind that shakes the barley" (également un dicton irlandais) s'était transformé en "Le vent se lève"... (no comment). Pourquoi 07h58 ? car c'est le début de la fin pour les frères Hanson. L'échec de leur tentative de cambrioler la boutique familiale (normal, ils ne sont pas pros) va ouvrir la boîte de Pandore et mener à des dérapages incontrôlables. En grand frère paternaliste mais dépressif, Philip Seymour Hoffman (Oscarisé meilleur acteur dans Capote, 05) est déroutant, passant d'un état de calme paisible à celui de colère inextinguible avec une maîtrise impressionnante. Quant à Ethan Hawke, il excelle toujours dans ces rôles où il incarne le manque d'assurance et l'angoisse à fleur de peau (Training day, 01, Taking lives, 04, Assault on Precinct 13, 05). Enfin, à 83 ans et une cinquantaine de films au compteur, Sidney Lumet prouve qu'il maîtrise toujours aussi bien son sujet.

Before the devil knows you're dead (Sidney Lumet, USA, 2007, 116 mins).   Avec Philip Seymour Hoffman, Ethan Hawke, Marisa Tomei, Albert Finney, Rosemary Harris.

- Présenté - Festival de Toronto 2007.

- Présenté - Festival de Deauville 2007.