compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-06 | Page d'accueil | 2008-08 »

18/07/2008

Last exile

last exile.jpgDans un monde néo-retro, Klaus et Lavie, amis d'enfance et orphelins, sont des aviateurs-messagers de Vanship, un mini-avion très spécial. Un jour, ils s'échouent sur le Silverna, un redoutable vaisseau de guerre, et se retrouvent au milieu d'une guerre entre les nations Anathory et Dithis. Une guerre régie par la "Guilde" et la terrible Maestro Delphine. Que trame cette dernière ? Et quelle est la véritable quête du mystérieux capitaine du Silverna, Alex Row (un sosie de Albator) ? Last Exile est sorti à l'occasion de l'anniversaire des dix ans de l'excellent studio Gonzo (Full Metal Panic!, Chrno Cruisade). Voici une divertissante série blockbuster, sorte de transposition de Stars Wars à l'animation japonaise. Saga épique et chevaleresque, Last Exile propose également un excellent traitement des personnages (dont la fragilité transparait en permanence) et des graphiques impresionnants (assistance ordi constante) et traite des caractéristiques humaines essentielles (confiance en soi, amitié, bravoure, ambition, lacheté...). Série phare. On en redemande.    

Last exile

(26 épisodes de 23 mins)

Année : 2003

Studio : Gonzo Digimation.

Réalisateur : Koichi Chigira.

Character Design : Osamu Horiuchi, Minoru Muroa.

Musique : Hitomi Kiriochi.

 

04/07/2008

Paprika

paprika.jpgUn groupe de scientifiques vient de créer un appareil, le DC mini, qui permet de rentrer dans les rêves des gens. Ainsi, il serait possible d'atteindre l'inconscient de patients malades et de les guérir. Encore en phase d'essai, l'appareil est volé, ce qui sème la panique au sein des scientifiques car utilisé à mauvais escient, la machine pourrait produire des résultats catastrophiques. Le Dr. Atsuko Chiba, sous l'apparence de "Paprika" décide de s'aventurer dans le monde des rêves afin de démasquer le voler. Satoshi Kon, à qui l'on doit également Perfect Blue (1997), Millenium Actress (2001) et Tokyo Godfathers (2003) nous entraîne dans un trip hallucinatoire, à la frontière entre le réel et le virtuel, où le surréalisme est de mise. Magnifiques visuellement, les images sont aussi fascinantes que fatiguantes. En tout cas, elles valent très largement la peine d'y passer une heure et demi. Avec ce quatrième long-métrage, Satoshi Kon s'impose désormais comme un très grand réalisateur d'animation.       

Paprika (Satoshi Kon, Japon, 2006, 90 mins).

- Présenté - Festival de Venise 2006.

- Présenté - Festival de New York 2006.

- Prix de la critique - Fantasporto 2007.

- Prix du public - Festival de Montréal du nouveau cinéma 2006.

- Présenté - Festival de Rotterdam 2007.

- Présenté - Festival de San Fransisco 2007.

- Meilleurs effets visuels - Chlotrudis Awards 2008.

10:00 Publié dans Anime | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : paprika, satoshi kon

01/07/2008

La conjuration des imbéciles

9782264034885.gifDéprimé en raison de l'impossibilité de faire publier ce qu'il considérait comme un chef-d'oeuvre, l'auteur de ce livre se suicida en 1969 à l'âge de 32 ans. En 1976, sa mère, munie du manuscrit, parvint à coincer Walker Percy, écrivain et professeur d'université, et à lui faire lire le bouquin. Celui-ci, abasourdi par le génie de John Kennedy Toole, réussit à convaincre un éditeur de publier le chef-d'oeuvre. En 1981, celui-ci reçut le prestigieux Prix Pulitzer ! L'ironie dans tout ça est que le même univers qui rejetta Toole (l'édition), est celui qui le récompensa de la plus prestigieuse des récompenses. C'est donc hélas à titre posthume que l'écrivain remporta sa victoire contre les imbéciles, soulignée par cette citation de Jonathan Switch placée au début de son ouvrage : "Quant un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui."

La conjuration des imbéciles est une description humoristique de l'atmosphère particulière de la Nouvelle-Orléans, de ces bas fonds, de son franc-parler très spécial... Le livre est considéré aujourd'hui comme essentiel parmi la littérature portant sur les Etats du Sud des Etats-Unis. Brillant.

John Kennedy Toole, La conjuration des imbéciles, 10/18, 2002, 478 p. Traduit de l'américain par Jean-Pierre Carasso. (Paru en 1980 sous le titre original A confederacy of dunces).