Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

05/02/2009

Canaris

H4-5657.jpgWilhelm Canaris fut le célèbre patron de l'Abwehr, les services de renseignements de la Wehrmacht, de 1935 à 1944. Contrairement à la plupart des hauts dirigeants du IIIème Reich, il n'a jamais vraiment été clair de quoi relevait ce personnage ambigü. Résistant ? Chevronné ? Omnipotent ? Anti-nazi ? Incompétent ? Ce qui est certain, comme l'affirme l'auteur dans cet ouvrage, c'est qu'il s'est bâti autour de lui une légende faisant de lui un opposant ardent du régime nazi, ce qui a conduit à sa chute à partir de l'année 1944. Or était-il un farouche résistant au régime d'Adolf Hitler se demande l'auteur ? Grâce à des documents d'archives inédits, Heinz Hohne a dressé un portrait plus nuancé et surtout, une biographie fleuve (plus de 500 pages), des premiers pas de Canaris dans la marine prussienne, en passant par son rôle central dans le financement nazi des troupes franquistes en Espagne, jusqu'à sa direction des services de l'Abwehr et sa mise au pas.

Sans être un nazi, Canaris était d'abord convaincu du bien-fondé du national-socialisme et un inconditionnel de Hitler. Mais ensuite, une rupture s'opère. Véritable militaire, royaliste et nostalgique de l'ordre prussien, Canaris voyait d'un mauvais oeil les purges opérées dans l'armée (que Hitler ne supportait pas). Il s'éloigne définitivement du nazisme et prend contact avec les puissances alliées mais sans jamais vraiment s'impliquer dans une quelconque action subversive. En 1944, il part en disgrace, en raison de son action inneficace au sein des services de renseignements. Puis vint le fameux attentat raté contre Hitler du 20 juillet 1944. Les enquêteurs ratissent large et une dénonciation le cite comme conspirateur. Alors qu'il n'a pas participé au complot (1), Canaris est pourtant convaincu de trahison (2). Le 9 avril 1945, il est pendu au camp de concentration de Flossenburg. Après avoir lu cette biographie très documentée, nous pouvons tirer le constat suivant : pas vraiment nazi ni véritable résistant, Canaris était avant tout fidèle à son pays et lorsqu'il s'est rendu à l'évidence que celui-ci était perdu, il s'est résolu à tenter prudemment de trouver une autre issue. Il avait des plans mais ne les a jamais vraiment amorcés. Nous ne saurons jamais vraiment si ce fut par manque de conviction, lacheté, prudence ou tout simplement faute de moyens.

En 1996, Wilhelm Canaris (ainsi que d'autres résistants au IIIème Reich) est réhabilité à titre posthume par la justice allemande.

Heinz Hohne, Canaris - La véritable histoire du chef des renseignemments militaires du IIIème Reich, Paris, Balland, 1981, 579 p.

(1) Tenu au courant du complot, Canaris ne voulait pas y participer, n'appréciant guère les instigateurs (les considérant comme des amateurs), notamment Stauffenberg qu'il jugeait trop "gauchisant". L'ironie fut que Canaris fut justement liquidé en raison d'une prétendue participation au complot.

(2) Des documents découverts dans son coffre-fort attestaient d'une activité plus ou moins subversive.

Les commentaires sont fermés.