Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

20/12/2012

Killing them softly

killing them sofly,cogan,andrew dominik,brad pitt,richard jenkins,scoot mcnairy,james gandolfini,ray liotta,ben mendelsohnUne mafia sur le déclin qui embauche un tueur compliqué (Brad Pitt) qui lui-même engage un autre tueur, désabusé celui-ci (James Gandolfini), pour éliminer deux braqueurs amateurs. Le tout sur fond de discours dithyrambiques de Georges W. Bush et Barak Obama. Après son contemplatif The assassination of Jesse James by the coward Robert Ford (1), Andrew Dominik s'adonne au film de gangsters. S'il ne parvient à transcender le genre - là où justement le détonant Drive (2) avait réussi à le faire l'an passé -, reprenant au niveau de la mise en scène des formules éculées (Quentin Tarantino, Martin Scorsese), il réussit toutefois un film solide et nous conte une histoire intéressante, allégorie d'une Amérique violente et complètement déboussolée, qui n'est pas sans rappeler No country for old men (3) des frères Coen. Et on se délecte de cette séquence finale où Brad Pitt déclare à son interlocuteur "America is not a country, it's just business. Now pay me my fuckin money".  J. N

Killing them soflty (Andrew Dominik, USA, 2012, 97 mins).  Avec Brad Pitt, Richard Jenkins, Scoot McNairy, James Gandolfini, Ben Mendelsohn, Vincent Curatola, Ray Liotta.

 

(1) Voir le commentaire sur ce film dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2007/10/15/the-assassination-of-jesse-james.html

(2) Voir le commentaire sur ce film dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2011/09/30/drive.html

(3) Voir le commentaire sur ce film dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2008/03/11/no-country-for-old-men.html

Les commentaires sont fermés.