compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2012-02 | Page d'accueil | 2012-05 »

20/03/2012

Macédoine

macédoine,grèce,yougoslavie,drapeau macédoineLe drapeau de l'Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM, appellation officielle ; 25.713 km²) est issu d'un différend entre celle-ci et sa voisine, la Grèce. Issue en septembre 1991 de l'éclatement de la Yougoslavie, la Macédoine adopte dans un premier temps un drapeau comprenant le soleil de Vergina (second drapeau ci-dessous). Découvert en 1977 à Aigéai (près de Vergina, au nord de la Grèce) par l'archéologue grec Manolis Andronikos dans une tombe royale macédonienne attribuée à Philippe II de Macédoine (382 - 336 avant J.C), ce symbole serait un emblème de la dynastie des Argéades qui régna sur le Royaume de Macédoine de -700 à -309 (cette interprétation ne fait toutefois pas l'unanimité. Le soleil de Vergina étant un symbole du Royaume de Macédoine (Vergina en fut la première capitale) qui fut à l'origine de l'expansion - sous Alexandre le Grand - de l’hellénisme en Asie vers la fin du IVème siècle avant Jésus Christ, l'Etat grec a contesté avec véhémence sa présence sur ce drapeau, le considérant comme faisant partie exclusivement de son héritage historique et culturel. La Grèce a également demandé à ce que le nom Macédoine ne figure pas dans l’appellation officielle de la nouvelle république. Celle-ci fut admise à l'ONU le 8 avril 1993 sous le nom officiel Ancienne République Yougoslave de Macédoine.

macédoine,grèce,yougoslavie,drapeau macédoineLe problème est que le Royaume antique de Macédoine est aujourd'hui à cheval entre la Grèce (50%), l'ARYM (38%), la Bulgarie et l'Albanie (12% à eux deux). La Grèce estime toutefois qu'elle seule peut revendiquer l'héritage hellénique et s'en sert ici pour mettre en avant une continuité historique entre Macédoine antique et Macédoine grecque actuelle. Elle obtint gain de cause (le conflit avec la Macédoine mena à la suspension du commerce entre les deux pays) le 2 octobre 1995 lorsque le drapeau fut modifié. Si la couleur rouge, symbolique de la région, fut préservée, le soleil de Vergina à 16 étoiles céda la place à un autre, non connoté, à 8 étoiles. Concernant le nom, le conflit est toujours en cours mais se trouve actuellement dans une situation de statu-quo. La République de Macédoine devint l'Ancienne République Yougoslave de Macédoine. Mais ce compromis ne satisfait pas pour autant la Grèce qui revendique la suppression en bonne et due forme du nom Macédoine. En novembre et décembre 2007, des négociations entre les deux parties eurent lieu, sans solution. En avril 2008, le gouvernement grec bloqua l'adhésion de la Macédoine à l'OTAN mais cette décision fût jugée illégale par la Cour Internationale de Justice (CIJ). Depuis 2012, 123 pays reconnaissent le nom République de Macédoine et 17 celui d'ARYM. Le reste des Etats n'a pas encore adopté de position claire. J. N

macédoine,grèce,yougoslavie,drapeau macédoine,macédoine grecque,macédoine antique,soleil de vergina,alexandre le grand,philippe ii de macédoine,arym,fyrom,argéates,manolis andronikos,aigéai,royaume de macédoine,hellénisme,ancienne république yougoslave de macédoine,république de macédoine,bulgarie,albanie

 

République socialiste de Macédoine (1945-1991)

 

18/03/2012

Festival du Film turc à Beyrouth

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicDu 5 au 11 mars, s'est tenu à Beyrouth (Liban) le deuxième festival de films turcs (après celui de 2011). Nous avons eu le privilège d'en voir quelques uns. Fort logiquement, était diffusé en avant-première (puis une seconde fois), le bijou de Nuri Bilge Ceylan, Il était une fois en Anatolie (Bir zamanlar Anadolu'da, 2011), que l'on recommande vivement. Densité narrative hallucinante, personnages complexes et fouillés, mise en scène somptueuse pour un long de 02h30... Le réalisateur d'Uzak (2004) (1) et de Trois singes (2008) (2) a été récompensé du Grand prix du Jury (et fut également en compétition pour la Palme d'or) au dernier Festival de Cannes.

 

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unalNous avons beaucoup apprécié de même Shadows and faces (Gölgeler ve suretler, 2010) de Dervis Zaim, dont l'acteur principal (Osman Alkas) était présent pour un débat autour du film. L'histoire tourne autour des prémisses du conflit chypriote (l'île est toujours divisée en deux souverainetés, chypre et turque, et le conflit n'est toujours pas résolu). Sans parti pris et plutôt que de retracer les jalonenments politiques qui menèrent à la partition de l'île, le réalisateur s'est focalisé sur le quotidien des civils. Alors que les habitants vivent dans une harmonie relative (les villages sont mixtes), il suffit que les politiques et militaires les manipulent pour que les premiers soubresauts d'une guerre civile apparaissent. Zaim a brillament montré qu'il suffise que quelques abrutis, sans trop réfléchir, soient épris d'une soudaine animosité pour leurs voisins, pour que la violence se propage, prélude à un engrenage irréversible (3). Un film précieux.

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicMajority (Çoğunluk) de Seren Yüce est aussi une belle surprise. Primé à la Mostra de Venise en 2010 (Prix Luigi de Laurentiis pour le réalisateur) et lauréat de nombreux prix (Festivals d'Ankara d'Antalya et d'Angers), ce film retrace le quotidien de Mertkan, jeune homme oisif, fils d'un grand entrepreneur. Rencontrant une charmante kurde, Mertkan a l'occasion de sortir du schéma classique turc. Mais le père, nationaliste et islamisant, est intransigeant car "ces gens veulent diviser notre pays et nous sommes tous turcs et musulmans". Mertkan est invité à rentrer dans le rang et rejoindre la "majorité". Pour ceux qui ne connaissent pas, un portrait de cette couche sociale turque, libérale sur le plan économique, conservatrice au niveau des moeurs, et nationaliste (constituant donc le vote AKP).

 

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicUn peu trop lent et contemplatif, Hair de Tayfun Pirselimoğlu (Şaç, 2010), se concentre pour sa part sur les Turcs qui galèrent, soit la basse-moyenne classe et le quotidien miséreux d'un vendeur de perruques, bizarrement attirée par une femme au quotidien de vie encore plus insipide. Tourné en huis clos et à la frontière entre le réel et le surnaturel, l'étonnant Pomegranate (Nar, Umit Unal, 2011) est une confrontation entre la modernité et la tradition, sujets qui travaillent constamment la société turque. Quant à Zephyr (Belma Bas, 2010), c'est une belle ode à l'enfance et à la nature.

Le festival comprenait par ailleurs un mini-cycle Fatih Akin (le réalisateur turco-allemand qu'on ne présente plus) avec 3 films et un documentaire (4). Onze films au total pour un excellent aperçu sur le cinéma turc indépendant et la société turque.

Jihad Naoufal

 

(1) Prix du meilleur film étranger de l'année au Festival de Cannes 2004 ainsi qu'une rimbambelle d'autres récompenses.

(2) Grand Prix au Festival de Cannes 2008.

(3) Sur le thème de la guerre en Bosnie, Cirkus Columbia de Dannis Tanovis présente la même structure. Cf. la note sur ce film : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/10/10/cirkus-columbia.html

(4) In july (2000), Solino (2002), Head-On (2004), Crossing the bridge (2005).


17/03/2012

Le cauchemar de Darwin

le cauchemar de darwin,tanzanie,perche du nil,hubert sauper,lac victoria"Les rives du grand lac tropical du monde, considéré comme le berceau de l'humanité, sont aujourd'hui le théâtre du pire cauchemar de la mondialisation." Dans les années 60, suite à une expérience scientifique, la Perche du Nil, un poisson prédateur, fut introduite dans les eaux du lac Victoria. Nous sommes en Tanzanie. L'extinction de toutes les espèces de poissons vivantes dans le lac est non seulement la cause d'une catastrophe écologique et d'une misère sociale (exit les petits pêcheurs) mais plus grave encore, elle s'accompagne d'un marché ô combien fructueux. En effet, exportés en occident, les filets de perche rapportent gros aux quelques riches tandis que (encore pire) les carcasses sont laissés aux habitants locaux. Cette nourriture rapidement avariée (car séchée au soleil) entraîne des maladies. Dans le même temps, les femmes se prostituent pour survivre, en se vendant pour une bouchée de pain aux entrepreneurs étrangers et le sida se propage... Construit comme un système de cause à effets constituant un cercle vicieux indémantelable, ce documentaire poignant, acclamé par la critique en 2005, est une reflexion brillante sur les dilemmes de la mondialisation économique. J. N

Le cauchemar de Darwin (Hubert Sauper, Fr/Bel/Aut, 2004, 107 mins)

- Meilleur premier film (Hubert Sauper) - Césars 2006.

- 1 nomination (meilleur documentaire) - Oscars 2006.

- Meilleur documentaire - European Film Awards 2004.

- Prix Label Europa Cinemas (Hubert Sauper) - Festival de Venise 2004.

- Présenté - Festival de Toronto 2004.

- Meilleur documentaire - National Society of Film Critics 2005.

....................

16/03/2012

Tatarstan

tatarstan,russie,urss,drapeau tatarstan,kazanRépublique autonome de la Fédération de Russie, le Tatarstan (67.847 km²/ 3.778.500 habitants/ capitale : Kazan) tenta lors de l'effondrement de l'URSS en 1991 à prendre le chemin de la souveraineté nationale, suscitant l'ire de Moscou. Un compromis a finalement été trouvé entre les autorités politiques russes et tatars, le Tatarstan détenant finalement une autonomie plus large que celle des autres entités politiques faisant partie intégrante de la Russie. Le drapeau fut adopté le 29 novembre 1991 et fut conçu par Tawil Giniat Khaziakhmatev. La couleur verte, celle de l'Islam, représentent les Tatars, peuple musulman, tandis que le rouge représente les Russes. La ligne blanche est symbole de paix entre la majorité tatare et la population russe, deuxième groupe ethnique du pays (1). J. N

(1) Le Tatarstan est composé de 53.2% de Tatars, 39.7% de Russes, et 3.1% de Tchouvaches.

A dangerous method

a dangerous method,david cronenberg,sigmund freud,viggo mortensen,michael fassbender,kiera knightley,vincent casselSouffrant d'hystérie, Sabina Spielrein (Kiera Knightley) est soignée par le psychanaliste Carl Jung (Michael Fassbender) dont elle devient la maîtresse. Lorsqu'elle entre en contact avec un autre fameux psychanaliste, Sigmund Freud (Viggo Mortensen), leur relation se complique et entraîne également une brouille entre les deux pionniers de la psychanalise, prélude à une rupture définitive. Avec A History of violence (2005) et Eastern promises (2007), on pensait le très spécial réalisateur canadien - qu'on ne présente plus - parti sur un nouveau cycle axé sur le thème de la propagation insidieuse de la violence (après phase de sexualité "sombre"). Il n'en est rien en fait, A dangerous method est en rupture avec les deux précédents opus. Mais le point de départ est stable. Tout chez Cronenberg est intimement lié au corps humain et son corrolaire, le contact physique. D'une lenteur rare chez Cronenberg, intellectualisé à souhait et densément narratif, ce dernier opus ne déroge pas à la rêve, catégorie mise en scène lêchée. David Cronenberg a surtout réussi la prouesse de condenser brillament en une heure quarante l'enjeu - la psychanalise - de tout un siècle.

A dangerous method (David Cronenberg, USA, 2011, 110 mins).   Avec Michael Fassbender, Viggo Mortensen, Kiera Knightley, Vincent Cassel.

- 1 nomination - Golden Globe 2012.

- En compétition (Lion d'or) - Festival de Venise 2011.

- Meilleur acteur (Michael Fassbender) - London Critics Film Awards 2012.

- Meilleur acteur (Michael Fassbender) - National Board of Review 2011.

- 1 nomination - Satellite Awards 2011.

- Présenté - Festival de Londres 2011.

- Présenté - Festival de Toronto 2011.