Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

08/12/2013

Stalingrad

anthony beevor,stalingrad,seconde guerre mondiale,iiième riech,urss,allemagne nazie,wehrmachtLe 22 juin 1941, Adolf Hitler lançait la fameuse opération Barbarossa, le plan d'invasion de l'Union soviétique, ouvrant ainsi le front de l'Est qui allait devenir le principal et le plus sanglant théâtre d'affrontement de la seconde guerre mondiale (l'armée allemande y subira 80% de ses pertes). La plus grande concentration de soldats au sol dans l'histoire militaire mondiale (plus de trois millions de soldats du IIIème Reich) allait en fait sonner le glas d'une Wehrmacht allemande, qui en sortira anéantie, prélude à une invasion future de l'Allemagne par une Armée rouge plus que revancharde.

Historien spécialiste de la Seconde guerre mondiale (1) et ancien officier de l'armée britannique, Anthnoy Beevor retrace cet affontement atroce qui ne dura pas moins de deux ans. Pour cela, il eut accès aux archives soviétiques ouvertes en 1991 lors de l'effondrement de l'Union soviétique. Des premières victoires allemandes, en passant avec force détails par la fameuse Bataille de Stalingrad (17 juillet 1942 - 2 février 1943) - l'une des batailles les plus sanglantes de l'histoire (2) -, jusqu'à la réddition de la 6ème armée allemande, sacrifié par un Hitler incompétent en matière de stratégie militaire et peu regardant sur le sort de ses hommes, Beevor retrace à tous les niveaux (opérations militaires, quotidien des civils, relations entre les armées et le pouvoir politique..etc) cet affrontement apocalyptique, aidé en cela par des sources très variées. Il nous livre non seulement un document historique fondamental mais également une fresque passionnante et tragique à la fois. Jihad Naoufal


Anthony Beevor, Stalingrad, Le Livre de Poche, 2001, 600 p.

Paru pour la première fois en 1999.

 

(1) Il est également l'auteur d'un ouvrage référence sur la guerre d'Espagne (2006).

(2) http://www.aquadesign.be/actu/article-10578.php

16/03/2012

Tatarstan

tatarstan,russie,urss,drapeau tatarstan,kazanRépublique autonome de la Fédération de Russie, le Tatarstan (67.847 km²/ 3.778.500 habitants/ capitale : Kazan) tenta lors de l'effondrement de l'URSS en 1991 à prendre le chemin de la souveraineté nationale, suscitant l'ire de Moscou. Un compromis a finalement été trouvé entre les autorités politiques russes et tatars, le Tatarstan détenant finalement une autonomie plus large que celle des autres entités politiques faisant partie intégrante de la Russie. Le drapeau fut adopté le 29 novembre 1991 et fut conçu par Tawil Giniat Khaziakhmatev. La couleur verte, celle de l'Islam, représentent les Tatars, peuple musulman, tandis que le rouge représente les Russes. La ligne blanche est symbole de paix entre la majorité tatare et la population russe, deuxième groupe ethnique du pays (1). J. N

(1) Le Tatarstan est composé de 53.2% de Tatars, 39.7% de Russes, et 3.1% de Tchouvaches.

14/01/2012

Azerbaïdjan

azerbaïdjan,caucase,drapeau azerbaïdjanOn termine avec la dernière ex-république soviétique turcophone. Le drapeau fut d'abord utilisé entre 1918 et 1920, période de guerre civile dans l'Empire russe, suite à aux deux révolutions russes de février et octobre 1917. Il fut celui de l'éphémère Répblique de Transcaucasie. Le bleu renvoie renvoie aux racines turques du peuple azéri, le vert à ses racines musulmanes et le rouge au progrès et à la modernisation. La signification de ces couleurs fut exprimée par le leader nationaliste Ali Bey Hussein Zade. Le croissant de lune est également un symbole de l'islam et l'étoile à 8 branches renvoie officiellement aux 8 familles ethno-linguistiques de l'islam et ce qui est étonnant est que 7 branches uniquement sont cités ! C'est du moins l'information fournie par les différents sites spécialisés. Il s'agit des groupes suivants : Azéris d'Azerbaïdjan, Ottomans (turcs d'Anatolie), Chagataï (ou turkmènes), Kiptchaks (Kazakhs et Kirghizs), Seldjouks (Azéris d'Iran) et Turkomans (Turkmènes du Turkménistan)... Très étonnant. Il faut préciser qu'aujourd'hui cette classification n'a pas vraiment de valeur. Par ailleurs, opérer une classification des peuples turcs est très compliqué à réaliser, en raison des mélanges de populations (sans oublier l'influence perse sur l'Asie centrale) qui se sont fait tout au long de l'histoire de l'Asie centrale, des migrations est-ouest...etc. J. N

31/12/2011

Karatchaevo-Tcherkessie

drapeau à trois bandes horizontales égales,karatchaevo-tcherkessie,russie,caucase,adyguée,kabardino-balkarie,ingouchie,abkhazie,ossétie du sud,daghestan,arménie,haut-karabakh,azerbaïdjanLa République de Karatchaevo-Tcherkessie (14.100 km² ; 400.000 hab.) fait partie de la Fédération de Russie. A l'image du Caucase, elle est multi-ethnique. Il faut préciser qu'à la base les Tcherkesses se divisent traditionellement en Tcherkesses occidentaux et orienteaux mais le pouvoir soviétique, lors de la formation administrative du Caucase et dans un but de "diviser pour régner", en fait autrement durant les années 30. Les Tcherkesses orientaux ont été divisés en Kabardes - qui partagent la République de Kabardino-Balkarie avec les Balkars - et Tcherkesses. Quant aux Tchekesses occidentaux, ils ont été appelés Adygéens et composent donc la République Adyguée. Dans ces trois républiques où les Tcherkesses sont éparpillés, ces derniers ne sont pas majoritaires. En Karatchaevo-Tcherkessie, ils représentent 12% de la population (Karatchaï 41% ; Russes 31%). Toujours dans un esprit d'éteindre les velléités de séparatisme au Causase, Staline déporta en 1950 les Ingouches  et les Tchétchènes. En tout état de cause, la division administrative soviétique n'a pas suffi et a laissé des traces, témoin les guerres de Tchétchénie, les détachements récents de l'Abkhazie et de l'Ossétie du Sud situées en Géorgie, ou encore l'éternel conflit du Haut-Karabagh opposant les Etats azéri et arménien. Le drapeau comporte trois bandes horizontales égales. Le bleu symbolise la paix, les bonnes intentions, et la sérénité. Le vert renvoie à la nature, la fertilité, et la prospérité. Le rouge est symbole de chaleur et d'amitié entre les nations. Au milieu, dans un cercle, on aperçoit un soleil s'élevant au dessus des montagnes, il représente l'espoir des peuples du Caucase dans un avenir radieux. Le drapeau fut adopté en 1994. J. N

 

20/10/2011

Kabardino-Balkarie

caucase,kabardino-balkarie,russie,drapeau kabardino-balkarie,mont elbrouz,drapeau à trois bandes horizontales égales,karatchaïevo-tcherkessie,géorgie,ossétie du sud,ossétie du nord,ingouchie,daghestan,tchétchénieSituée dans le Caucase, la République de Kabardino-Balkarie est un sujet de la Fédération de Russie (Superficie : 12.000 km² ; Population : 900.000 habitants). Bien que Kabardes et Balkars forment les  deux groupes nationaux titulaires, les seconds cités ne sont pas majoritaire. Cela remonte aux années   30 et au découpage ethno-territorial opéré en Union soviétique par Staline. Dans le Caucase, véritable mosaïque ethnique, le découpage administratif a été fait selon la formule du "diviser pour régner", afin d'éteindre toute vélléité de séparatisme (1). Apparentés aux Karatchaïs, les Balkars se sont vus partager un territoire avec les Kabardes, apparentés aux Tcherkesses, Karatchaïs et Tcherkesses formant la République voisine de Karatchaïevo-Tcherkessie... Adopté le 21 juillet 1994, le drapeau comporte trois bandes horizontales égales. Le bleu représente le ciel, le vert les champs. Quant au blanc, il symbolise les montagnes du Caucase, entourées de neige. Au centre, figure la silhouette du mont Elbrouz, le plus haut sommet d'Europe (5642 mètres). J. N

(1) Ce qui n'a pas empêché les guerres de Tchétchénie (94-96 ; 1999-2000), la rébellion au Daghestan (1999), une violence chronique dans les républiques voisines d'Ossétie du Nord et d'Ingouchie, et le "détachement" de l'Ossétie du Sud et de l'Abkhazie, de la Géorgie (2008).

09/10/2011

Ouzbékistan

Uzbekistan.pngNous abordons la 5ème et dernière ex-république soviétique d'Asie centrale (les autres ont déja été traitées). Comme les autres, l'Ouzbékistan, fort d'une histoire politique fort complexe, a du, nous explique Olivier Roy, politologue français de renom et spécialiste de l'Asie centrale (1), se réinventer une histoire (2), afin de renforcer sa légitimité qui s'appuie désormais sur l'identité ethno-territoriale. Riche en hydrocarbures, l'Ouzbékistan est égaleemnt un des principaux pays producteurs de coton. D'une superfice de 447.400 km², il demeure sans façade maritime (si ce n'est une mer d'Aral en voie de disparition) et est entouré de 5 pays. Le pays est gouverné d'une main de fer par Islam Karimov, président depuis mars 1990... Adopté depuis le 18 novembre 1991, soir environ trois mois après la déclaration d'indépendance, le drapeau comporte 3 bandes horizontales égales, séparées de deux lisières rouges. Deux versions expliquent la symbolique des 12 étoiles (sur 3 niveaux), la plus pausible renvoie aux 12 districts administratifs de l'Ouzbékistan, la seconde renvoie aux 12 mois de l'ancien calendrier musulman. Si le croissant de lune est un symbole musulman (88% des Ouzbeks le sont), il est officiellement dit qu'il est symbole de la renaissance de la nation. Incertitude également au niveau des couleurs. Si le rouge fait unanimité (la force), le vert (nature / islam / hospitalité), le blanc (paix / justice) et le bleu (ciel / eau / bannière du conquérant Tamerlan (3)) font débat. Du moins, c'est la conclusion de nos recherches dans différents sites.

 

(1) La nouvelle Asie centrale, Paris, Seuil, 1996.

(2) Comme la Turquie, par exemple, dut le faire après la fin de l'Empire ottoman (1919) et la création de la République de Turquie par Mustafa Kemal "Atatürk".

(3) Fondateur d'un vaste empire (XIVème siècle) en Asie centrale qui comprenait entre autres le territoire de l'Ouzbékistan actuel.

02/10/2011

Volgograd

Volgograd_Oblast.pngUn drapeau avec la représentation d'une statue. Il s'agit de la monumentale "Mère-Patrie", érigée sur les hauteurs de la ville de Volgograd, théâtre d'une des batailles les plus sanglantes de la Seconde guerre mondiale (1), entre le IIIème Riech et l'Armée rouge. ''Rodina Mat'' (en russe) protège le pays contre les éventuels ennemis et son épée pointée vers le ciel affiche une défiance envers tous ceux qui viendraient s'attaquer aux enfants de la Mère-Patrie. Elle fut créée par le sculpteur Evgueni Voutchetitch (1904-1974) et érigée en 1967. Récompensé pour cette oeuvre de la médaille de Héros du travail socialiste, Voutchevitch est également à l'origine du mémorial soviétique du Treptower Park à Berlin (hommage aux soldats de l'Armée rouge), et de nombreuses statues de Lénine. La statue mesure 82 mètres (l'épée est haute de 33 mètres et pèse 14 tonnes!) (2), c'est la 8ème plus haute statue au monde (3). Le drapeau (adopté en juin 2000) est celui de l'oblast (territoire) de Volgograd (sujet de la Fédération de Russie), qui a pour capitale la ville qui porte le même nom (anciennement Stalingrad). D'une superficie de 114.100 km², ce territoire est peuplé de 2.700.000 habitants.  Les deux bandes bleues à gauche représentent les deux fleuves qui traversent la région : le Don (1950 km de long) et la Volga (3700 km de long). La couleur rouge symbolise probablement le communisme soviétique. J. N

 

(1) La bataille de Stalingrad (juillet 1942 - février 1943) a fait 450.000 morts côté allemand et 486.000 côté russe. Elle marque un tournant décisif dans le déroulement de la guerre, sur le front de l'est.

(2) La statue de la liberté à New-York fait 92 mètres de hauteur.

(3) Voir le classement des 20 statues les plus hautes au monde, sur la page du blog suivant : 

http://gregorymoine.com/20-statues-les-plus-grandes-du-mo...   

volgograd,stalingrad,seconde guerre mondiale,evgueni voutchevitch,drapeau de l'oblast de volgograd,bataille de stalingrad,rodina mat,mère-patrie,urss,russie

 

20/05/2011

Carélie - Daghestan

carélie,russie,urss,daghestan,fédération de russie,finlandeDeux drapeaux presque identiques mais dont les couleurs sont inversées. Le Daghestan (capitale : Makhatchkala) est une République de la Fédération de la Russie (dans le Sud-Caucase). D'une superficie de 50.270 km², elle comprend à peu près 3 millions d'habitants, représentant pas moins dune centaine d'ethnies distinctes et plus de 40 langues différentes... En 1999, une insurrection islamiste, venant de Tchétchénie et menée par le chef rebelle Chamil Bassaïev échoua et servit de prétexte à Moscou pour déclencher la deuxième guerre de Tchétchénie. La couleur verte représente l'Islam, le bleu représente la mer Caspienne (le Daghestan se trouve sur le flanc sud-ouest de cette mer intérieure) et le rouge est symbole de courage et de fidélité. Le drapeau fut adopté en 1994.

carélie,russie,urss,daghestan,fédération de russie,finlandeLa Carélie (2ème drapeau) est une région historique située à cheval entre la Finlande et la Russie. En 1920, elle était partagée entre les deux, la partie russe devenant la République de Carélie (et donc appartenant comme le Daghestan à la Fédération de la Russie), avec pour capitale Petrozavodsk. D'une superficie de 180.520 km², elle est peuplée de 3.8 millions d'habitants. Malgré l'attachement des Caréliens à la langue carélienne (proche du finnois), celle-ci ne bénéficie pas d'un statut de langue officielle (à peu près 10% des Caréliens pratiquent courament cette langue). La bande rouge est symbole de chaleur, d'unité et de coopération entre les peuples de Carélie, le bleu renvoie au lacs (la Carélie en comprend 60.000 dont les deux plus grands d'Europe, les lacs Ladoga et Onega) et le vert représente les forêts. Le drapeau fut adopté en 1993. J. N

11/11/2010

Turkménistan

Turkmenistan.svg.pngLe Turkménistan, ancienne république soviétique devenue indépendante le 27 octobre 1991, affole les classements relatifs à l'état démocratique des pays. 165ème (sur 167) au classement selon l'Indice démocratique, 176ème (sur 178) au classement de la liberté de presse et 172ème (sur 178) au classement selon l'Indice de corruption... En 2004, l'ONG Amnesty International dressait un tableau noir de la situation des droits de l'homme. De 1991 à 2006, le pays est dirigé d'une main de fer par Saparmyrat Nyazov (1) qui instaure un véritable culte de la personnalité. Se faisant appeler "Le Père des Turkmènes", il rédige un ouvrage sur les règles d'hygiène, le Rukhmana, que tous les citoyens doivent lire et appliquer. Adopté le 19 février 1992, le drapeau fut modifié en 1997 et 2001. A gauche, au bas, les 2 rameaux d'oliviers (qui rappellent le drapeau de l'ONU) symbolisent la nature pacifique du peuple turkmène mais aussi la statut neutre du pays. La bande rouge au dessus des rameaux comprends 5 motifs qui représentent les 5 tribus majeures ; de haut en bas : Tekke, Yomut, Arsary, Chowdur et Saryk. Pour les couleurs, demeure une incertitude. Pour certains, le vert et le rouge sont les couleurs historiques du peuple turkmène et sont synonymes d'abondance et richesse. D'autres sources renvoient la couleur rouge au passé communiste du pays. Et le vert (thèse la plus plausible) serait la couleur de l'Islam. Le croissant de lune symbolise en tout cas l'Islam (2) et les 5 étoiles représentent les 5 provinces du Turkménistan : Asgabat, Anew, Balkanabat, Dasoguz, Turkmenabat et Mary.

 

(1) Décédé le 21 décembre 2006, Nyazov était un ancien apparatchik, premier secrétaire du PC de Turkménistan (85-91) et président du Soviet Suprême (1990). Durant son mandat de président du Turkménistan, il cumulait les fonctions de chef de l'Etat, chef du gouvernement, commandant en chef de l'armée, président de l'unique parti politique autorisé.

(2) On retrouve le croissant de lune (tout comme la couleur verte) sur nombreux Etats à population musulmane, comme la Tunisie, la Turquie, le Pakistan...etc.

14/04/2009

Tadjikistan

800px-Flag_of_Tajikistan_svg.pngLe Tadjikistan (143.100 km² ; 7 millions d'habitants) est l'unique ancienne république soviétique d'Asie centrale à être persanophone et non turcophone. Cet Etat est devenu indépendant le 9 septembre 1991. En 1992, une  guerre civile éclate entre pro-russes et islamistes. Un accord de cessez-le feu entre en vigueur en 1997. Le drapeau (adopté en 1992) : la couleur blanche au milieu symbolise le coton (production agricole principale du pays) mais également la neige (93% du territoire tadjik est constitué de montagnes et en hiver la température est très basse, allant jusqu'à -20° C dans le Pamir).  Le rouge représenterait l'unité et la fraternité tandis que le vert ferait référence à la générosité de la nature et à la dimension spirituelle de l'islam. En ce qui concerne le demi-cercle de 7 étoiles, le doute subsiste. Certaines sources affirment que cela renvoie aux 7 districts administratifs qui composent le pays tandis que d'autres prétendent que dans la culture traditionnelle Tadjik, le chiffre 7 serait symbole de perfection, bonheur et virtue. De même, selon certains, les couleurs du drapeau s'inspireraient de celles du drapeau iranien. Quant à la couronne au centre, elle symbolise la souveraineté politique du Tadjikistan.