Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/02/2016

Mozambique

Flag_of_Mozambique.svg.pngC'est le seul Etat à arborer sur son drapeau une kalachnikov AK-47. Ancienne colonie portugaise (1498-1974), le Mozambique entama une lutte d'indépendance, initiée par le Front de Libération du Mozambique (FRELIMO) qui mena une guerre de guerilla contre l'occupant portugais. Elle se solde par un cessez-le feu le 8 septembre 1974 puis par la déclaration d'indépendance le 25 septembre 1975. La victoire fut précipitée par le renversement de la dictature portugaise en 1974.

800px-Flag_of_Mozambique_(1975-1983).svg.pngCette lutte pour l'autodétermination fut logiquement soutenue - dans un climat de Guerre froide et de conflits périphériques associés aux blocs de l'est et de l'ouest - par l'URSS, la Chine et Cuba qui fournirent armes et conseillers militaires. D'orientation communiste, le FRELIMO sera le parti unique au pouvoir durant le régime de la République populaire du Mozambique (1975-1990). La fin de la Guerre froide entraînera la fin du régime communiste et un processus de démocratisation politique.

Mz_frelimo1962-1993.pngAdopté le 1er mai 1983, le drapeau actuel (proportions 2:3) reprend celui du FRELIMO (ci-contre) mais avec des symboles ajoutés en 1975 et figurant dans le triangle (second drapeau) : le fusil symbolise les combats du peuple pour l'indépendance ; la houe les paysans ; le livre l'éducation ; et l'étoile la solidarité et la fidélité aux principes socialistes. Les couleurs : noir (Afrique), rouge (sang versé pour l'indépendance), blanc (paix), jaune (richesses minérales), vert (richesses agricoles).

A noter que le Guatemala est l'autre Etat à arborer un fusil sur son drapeau. Mais il s'agit d'une arme d'une autre époque. J. N

17/03/2012

Le cauchemar de Darwin

le cauchemar de darwin,tanzanie,perche du nil,hubert sauper,lac victoria"Les rives du grand lac tropical du monde, considéré comme le berceau de l'humanité, sont aujourd'hui le théâtre du pire cauchemar de la mondialisation." Dans les années 60, suite à une expérience scientifique, la Perche du Nil, un poisson prédateur, fut introduite dans les eaux du lac Victoria. Nous sommes en Tanzanie. L'extinction de toutes les espèces de poissons vivantes dans le lac est non seulement la cause d'une catastrophe écologique et d'une misère sociale (exit les petits pêcheurs) mais plus grave encore, elle s'accompagne d'un marché ô combien fructueux. En effet, exportés en occident, les filets de perche rapportent gros aux quelques riches tandis que (encore pire) les carcasses sont laissés aux habitants locaux. Cette nourriture rapidement avariée (car séchée au soleil) entraîne des maladies. Dans le même temps, les femmes se prostituent pour survivre, en se vendant pour une bouchée de pain aux entrepreneurs étrangers et le sida se propage... Construit comme un système de cause à effets constituant un cercle vicieux indémantelable, ce documentaire poignant, acclamé par la critique en 2005, est une reflexion brillante sur les dilemmes de la mondialisation économique. J. N

Le cauchemar de Darwin (Hubert Sauper, Fr/Bel/Aut, 2004, 107 mins)

- Meilleur premier film (Hubert Sauper) - Césars 2006.

- 1 nomination (meilleur documentaire) - Oscars 2006.

- Meilleur documentaire - European Film Awards 2004.

- Prix Label Europa Cinemas (Hubert Sauper) - Festival de Venise 2004.

- Présenté - Festival de Toronto 2004.

- Meilleur documentaire - National Society of Film Critics 2005.

....................

23/01/2011

Indice de pauvreté multidimensionnel

ox_brand3_pos.gifSi l'IDH (Indice de développement humain) mesure le niveau de développement des Etats du monde selon 3 critères (PIB, espérance de vie, taux d'alphabétisation), le Multidimensional Powerty Index (MPI) est un indice qui mesure la pauvreté dans les pays en développement. Il a été créé en 2010 par un département de l'université d'Oxford et utilisé par le PNUD.

Cet indice est multidimensionnel car il prend en compte 10 indicateurs (donc pas seulement le seuil de pauvreté qui est de 1.25$ par jour) qui sont les suivants : 

- mortalité infantile

- malnutrition

- années de scolarité (si aucun membre de la famille n'a fait 5 ans à l'école)

- sortie de l'école (si un des enfants a quitté l'école avant 8 ans)

- électricité

- eau potable

- le sol de l'habitat (si boue, sable ou fumier existants)

- le combustible utilisé pour cuisiner (charbon, bouse, bois)

- les biens mobiliers (si pas plus d'un parmi : télévision, radio, téléphone, vélo, moto)

 

C'est donc fort logiquement l'Afrique qui est le premier continent représenté, avec les 22 premiers pays du classement et 28 pays parmi les 30 premiers. Le Népal est 23ème (Asie) et Haïti est 28ème. Concernant l'entité la plus pauvre des Caraïbes, il faut malheureusement supposer qu'elle a grimpé dans le classement après le tremblement de terre de janvier 2010 (ce classement remonte à 2007). L'étude recouvre 104 pays en développement, représentant 5.2 milliards d'habitants, soit 78% de la population mondiale. La répartition par région du monde est la suivante : 

- Afrique subsaharienne (37 pays) : 458 millions de pauvres (64.5% de la population).

- Monde arabe (11) : 38.9 millions (17.9%).

- Europe et CEI (24) : 12.2 millions (3%).

- Asie orientale/Pacifique (9) : 255 millions (13.7%).

- Asie du Sud (5) : 843.8 millions (54.7%).

- Amérique latine et Caraïbes (18) : 51 millions (10.4%).

 

CLASSEMENT (2007)

1. Niger 0.64 (6.6 millions de pauvres, 84.5% de la population)

2. Ethiopie 0.58 (70.7 millions, 90%)

3. Mali 0.56 (87.1%)

4. Burkina-Faso 0.54 (82.6%)

5. Burundi 0.53 (84.5%)

6. Somalie (81.2%)

7. Centrafrique (86.4%)

8. Guinée (82.4%)

9. Sierra Leone (81.5%)

10. Liberia (83.9%)

11. Mozambique

12. Angola

13. Rwanda

14. Madagascar

15. Bénin

 

Site officiel : http://www.ophi.org.uk/policy/multidimensional-poverty-in...

07/03/2007

The last king of Scotland

69d2e2cad2715644dddd3380c642f307.jpgRien que pour la performance brillante de Forest Whitaker (Oscar du meilleur acteur), le film mérite d'être vu. Whitaker (The crying game, Species, GhostdogPanic room) incarne avec brio le tristement célèbre dictateur ougandais Idi Amin Dada (décédé en exil en Arabie Saoudite en 2003). Le film reste toutefois moyen, comme la plupart d'ailleurs des longs métrages consacrés à une figure politique. Le profil psychologique de Dada est bien réalisé (paranoïa, mégalomanie, obsession du pouvoir...) mais on ne l'aperçoit qu'au compte-gouttes, c'est dommage. On ne s'est pas trop si le film se concentre sur lui ou sur le jeune docteur Nicholas Garrigan qui devient petit à petit (malgré lui) son médecin personnel puis son conseiller. On a droit évidemment à une histoire de cul, le jeune Garrigan est épris de sa collègue mariée, puis se tape une des nombreuses femmes de Amin Dada, blasphème suprême. Toutefois, si le film s'inspire de faits réels, il est normal que l'on ait eu droit à cela. Et l'idée était peut-être justement de profiler Amin Dada à travers l'incroyable histoire du docteur...

The last king of Scotland (Kevin MacDonald, UK/All, 2006, 125 mins).    Avec Forest Whitaker, James McAvoy, Gillian Anderson, Kerry Washington, David Oyelowo.

- Oscar du meilleur acteur (Forest Whitaker) - 2006.

- Meilleur acteur (Forest Whitaker) - Golden Globe 2006.

- Présenté - Festival de Londres 2006.

- Présenté - Festival de Telluride 2006.

- Présenté - Festival de Toronto 2006.

- Meilleur acteur (Forest Whitaker) - Boston Society of Film Critics 2006.

- Meilleur acteur (Forest Whitaker) - British Academy Awards 2006.

- Meilleur scénario adapté (Peter Morgan) - British Academy Awards 2006.

- Meilleur film britannique - British Academy Awards 2006.

- Meilleur acteur (Forest Whitaker) - Chicago Film Critics Circle ; Dallas-Ft. Worth  Film Critics Awards ; Kansas City Film Critics Awards ; L.A Film Critics Association ; Las Veagas Film Critics Circle ; London Film Critics Circle ; National Society of Film Critics ; National Board of Review ; New York Film Critics Society ; Sattelite Awards - 2006.

......

 

16/02/2007

Blood diamond

medium_18711786.jpgBlood diamond s'inscrit dans cette nouvelle mode, hollywoodienne ou autre, qui tend à dénoncer d'une manière ou d'une autre, explicitement ou implicitement (et de près ou de loin), le désastre africain : misère économique, loi de la jungle, guerres civiles, impunité générale, magouilles occidentales, juntes militaires au pouvoir...). Après Lord of war (2005 : trafic d'armes), The constant gardener (2005 : industrie pharmaceutique), Hotel Rwanda (2005 : génocide rwandais), Shooting dogs (2005 : génocide rwandais), "Blood Diamond" s'attaque aux fameux diamants qui servent à financer la guerre dans l'Afrique des Grands Lacs. L'action se situe au Sierra Leone, où éclata la guerre en 1999. C'est à la fois un film d'action et un réquisitoire tendant à fustiger les nombreuses pratiques qui sévissent dans la poudrière africaine (mais ailleurs aussi) : blanchiment d'argent, cupidité des investisseurs étrangers, barbarie généralisée, règne de la terreur pratiqué par les barons locaux..etc.. Le dernier long-métrage d'Edward Zwick s'inscrit dans ce registre à la fois grand public et semi-documentaire (comme pour Lord of war et The constant gardener). Une formule qui semble bien fonctionner. Même si en gros, personne n'en a rien à cirer de ce qui se passe en Afrique (disons-le), il est important que des films en parlent, afin que l'on voit et enregistre toute l'horreur qui y sévit, très vite oubliée après être passée aux infos.

Au niveau des acteurs, on remarquera, dans la continuité de The departed, la performance fracassante de Leonardo Di Caprio, bien nerveux, qui prend de plus en plus de consistance. Djimon Hounsou (Amistad, 1997 ; Gladiator, 2000 ; The island, 2005) est tout aussi génial. Jennifer Connelly qu'on ne présente pas, toujours à son niveau.

Blood diamond (Edward Zwick, USA, 2006, 143 mins).    Avec Leonardo Di Caprio, Djimon Hounsou, Jenniffer Connelly, Kagiso Kuypers, Arnold Vosloo.

 - 5 nominations aux Oscars - 2007.

 - Nomination comme meilleur acteur - Leonardo Di Caprio - Golden Globe 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - National Board of Review 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - Festival de Washington 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - Women Film Critic Circle 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - Las Vegas Film Critics Circle.