compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2012-07 | Page d'accueil | 2012-10 »

29/08/2012

Saint-Martin

sint maarten,saint-martin,drapeau saint-martin,antilles néerlandaises,petites antilles,philipsburg,pays-bas,francePour le 100ème drapeau de cette catégorie, nous avons opté pour l'île de Saint-Martin (93 km² ; 75.000 habitants) dans les petites Antilles. Celle-ci est partagée entre la France et les Pays-Bas. La partie hollandaise (34 km² ; capitale : Philipsburg ; drapeau ci-contre) - Sint Maarten - était jusqu'au 10 octobre 2010 intégrée dans la Fédération des Antilles néerlandaises, et depuis cette date est un territoire autonome des Pays-Bas (1). De par sa forme, le drapeau rappele ceux des Philippines et de la République Tchèque (voir ci-dessus). Les trois couleurs (bleu, blanc, rouge) sont celles du drapeau néerlandais. Le rouge renvoie à la solidarité et au courage, le bleu outre-mer (à ne pas confondre avec le bleu ciel, figurant sur le drapeau du Luxembourg, proche de celui des Pays-bas) représente l'environnement (ciel et mer), et le blanc symbolise la paix et l'amitié.

sint maarten,saint-martin,drapeau saint-martin,antilles néerlandaises,petites antilles,philipsburg,pays-bas,franceDans le triangle à gauche, figure les armoiries de l'île. A l'intérieur de l'écusson, est représenté le Palais de Justice de la capitale Philipsburg, accompagné en haut, à sa droite, du monument de l'amitié franco-néerlandaise, et en haut à gauche d'un bouquet de lantanier, la fleur nationale. Au dessus de l'écusson, un pélican vole devant un coucher de soleil, en dessous figure sur un ruban jaune la devise de l'île, Semper Progrediens ("Toujours en marche"). Le drapeau fut adopté le 13 juin 1985. J. N

(1) La partie française est une collectivité d'Outre-mer.

 

 

sint maarten,saint-martin,drapeau saint-martin,antilles néerlandaises,petites antilles,philipsburg,pays-bas,france

 

Philippines

 

 

sint maarten,saint-martin,drapeau saint-martin,antilles néerlandaises,petites antilles,philipsburg,pays-bas,france

 

République Tchèque

28/08/2012

5 days of war

5 days of war,andy garcia,géorgie,russie,abkhazieDécidément, les films portant sur les conflits récents font souvent preuve de manque de profondeur et de myopie intellectuelle. Celui-ci porte sur "la guerre de 5 jours", soit l'invasion russe de la Géorgie en août 2008. Un groupe de journalistes occidentaux sillonne la région séparatiste d'Ossétie du sud (où ont eu lieu les combats) afin de recueillir des informations sur les conditions de vie des habitants et de témoigner des exactions commises par les troupes russes. Comme souvent, nos "bons" journalistes se retrouvent piégés entre les populations des villages isolés et les soldats russes avides de répandre la terreur. On retrouve ici le même scénario que dans un autre film médiocre, Darfour (1), portant sur la guerre qui porte le même nom, soit des journalistes américains qui décident, au péril de leur vies, de porter secours à un village qui est sur le point d'être décimé par les escadrons de la mort Janjawids (2). Et la même reflexion prévaut : que le realisateur et consorts aient décidé d'aborder le conflit d'un point de vue humanitaire plutôt que politique voire géopolitique n'a rien de répréhensible. Par contre, ce cinéma hollywoodien bien pensant et moralisateur, proposant une vision schématique de la guerre, où les "mauvais" entendent anéantir les "bons", secourus de journalistes qui ne font que leur boulot à la base mais dont l'examen de conscience prend soudain le pas sur l'instinct de survie, commence très sérieusement à nous agacer. Il est grand temps que le cinéma occidental arrête de produire des films portant sur des conflits qu'il n'est pas en mesure de comprendre. Et celui de 2008, est à la fois local (Géorgie - Ossétie du sud), régional (au Caucase, véritable poudrière où les velléités séparatistes menacent les équilibres politiques), et international (sur une ligne de conflits allant des Balkans au Caucase, la guerre froide entre les Etats-Unis et la Russie se poursuit). Bref, un film qui n'a pas lieu d'être. D'ailleurs, ce dernier a mal été reçu par les critiques et même Human Rights Watch a affirmé que le film était dangereux et simpliste car dépeignant Russes et Ossètes comme des barbares, et les Géorgiens comme des anges.   J. N

5 days of war (Renny Harlin, USA, 2011, 113 min).   Avec Rupert Friend, Emmanuelle Chriqui, Richard Coyle, Andy Garcia, Val Kilmer.

 

(1) http://eklektik.hautetfort.com/tag/darfour

(2) Les milices arabes.

The Amazing Spider-Man

the amazing spider-man,mark webb,andrew garfield,spider-man,emma stone,martin sheenAprès X-Men First class (Matthew Vaughn, 2011), et en attendant Les 4 fantastiques (2014 ?), voici le premier reboot de Spider-Man (1), l'un des super-héros les plus populaires de l'univers Marvel. Suite à la déception engendrée par les trois précédents opus, il s'agissait donc de fixer la barre plus haut tout en composant un blockbuster mainstream. Exit donc Sam Raimi (son troisième film représente la plus grosse production cinématographique), Toby Maguire, Kirsten Dunst et compagnie, et modification légère de l'histoire. On retourne certes à l'origine des pouvoirs de l'Homme-Araignée mais on se fait plus fidèle à la bande-dessinée : plus de Mary Jane mais plutôt Gwen Stacy, premier amour de Peter Parker, plus de Bouffon Vert (2), remplacé par le Lézard (3), le premier ennemi juré du Tisseur. De toute manière, il fallait modifier la trame précédente pour obtenir un film plus ou moins crédible. Le résultat est quant à lui mitigé car si le scénario (l'histoire est moins "mielleuse") et la direction d'acteurs (Andrew Garfield efface complètement Tobey Maguire) sont bien plus solides que les précédents, ce "Spider-Man revisité" ne révolutionne en rien le genre. A se demander donc si une telle production n'aurait pu être concrétisée précédemment. Le tout reste tout de même efficace, mais sans plus. Et reste à savoir si la suite sera un cran au dessus.  J. N

The Amazing Spider-Man (Mark Webb, USA, 2012, 136 min).  Avec Andrew Garfield, Emma Stone, Denis Leary, Rhys Ifans, Martin Sheen, Sally Field.

 

(1) Le second est prévu pour mai 2014.

(2) http://marvel.com/characters/bio/1010929/green_goblin_ultimate

(3) http://marvel.com/characters/bio/1009404/lizard