compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2017-07 | Page d'accueil

09/08/2017

Comprendre le génocide des arméniens

génocide des arméniens,turquie,hamit bozarslan,révisionnisme,raymond h. kévorkian,vincent duclert,arménie,arméniensA l'heure où le génocide des arméniens ne peut plus être nié mais n'est toujours pas reconnu par la Turquie (où prévaut un révisionnisme d'Etat criseux) mais également par un grand nombre d'Etats (parmi eux les Etats-Unis et... Israël), cet ouvrage jette une lueur crue, un siècle plus tard, sur le premier génocide du XXème siècle.

Première synthèse de grande envergure sur ce massacre qui fit 1.2-1.5 millions de morts, l'ouvrage est divisé en 3 parties thématiques. La première (Raymond H. Kévorkian) retrace le processus complexe des massacres et les contextualise, rappelant qu'ils ne surviennent pas ex-nihilo mais s'inscrivent dans le sillage de la politique du sultan ottoman Abbülhamid II. La communauté arménienne de l'Empire ottoman subissait déjà des repressions de grande ampleur en 1894-1895 puis en 1909. L'arrivée des Jeunes-Turcs au pouvoir (1908) ne change pas la donne. Les révolutionnaires du Comité Union et Progrès (CUP) veulent sauver un empire aux abois et décident de le nettoyer de ses communautés chrétiennes - notamment arménienne - considérées comme "ennemis de l'intérieur" et prises pour boucs émissaires dans la perte de territoires que doit céder l'Empire ottoman aux puissances européennes.

La deuxième partie (Hamit Bozarslan), démontrant au passage la continuité entre l'absolutisme hamidien et la politique des Jeunes-Turcs, analyse les fondements idéologiques du génocide des arméniens. Cette politique d'extermination est marquée par le darwinisme social qui est également au coeur de la politique nazie d'extermination des juifs d'Europe (le parallèle effectué entre les génocides des arméniens et des juifs est édifiant). Enfin, la troisième partie (Vincent Duclert) montre comment les puissances européennes portent une certaine responsabilité dans ce génocide, en le laissant se dissoudre dans les traités de paix des années 1920, et s'interroge aussi sur la responsabilité des chercheurs et des hommes politiques dans la question de la reconnaissance de ce génocide (qui ne se pose réellement qu'à partir de 1965) mais également sur les défis que pose ce génocide aux sciences sociales.

Parmi la longue littérature du génocide des arméniens, cet ouvrage pourvu d'une documentation impressionnante (notamment les archives ottomanes et allemandes de l'époque), précis et intelligent, ne laisse pas la moindre zone d'ombre sur la nature génocidaire du massacre des arméniens de 1915. Poursuivre le déni de ce génocide - qui n'a toujours pas donné lieu à une compensation financière pour les arméniens - équivaut tout simplement à de la myopie intellectuelle.  J. N

Hamit Bozarslan, Vincent Duclert, Raymond H. Kévorkian, Comprendre le génocide des arméniens. 1915 à nos jours, Paris, Tallandier, 2015, 494 p.

02/08/2017

Tcheliabinsk

tcheliabinsk,oblast de tcheliabinsk,russie,chameau de drapeau tcheliabinsk,bactriane,sujet fédéral de russieSi nombreux drapeaux de territoires affichent un animal, celui de l'Oblast de Tcheliabinsk, sujet fédéral russe faisant partie du district fédéral de l'Oural (frontière nord du Kazakhstan), a la particularité d'être le seul à arborer au centre un chameau. Celui-ci est plus précisément le chameau de Bactriane (région historique se trouvant à cheval sur le Tadjikistan, l'Ouzbékistan et l'Afghanistan) dont l'aire de répartition aujourd'hui couvre la région de Tcheliabinsk mais également le Kazakhstan, le Turkménistan, le Kirghizstan, l'Ouzbékistan, la Mongolie, la Chine ainsi que d'autres territoires adjacents (voir ci-dessous). Sur le chameau se trouve un chargement d'or qui symbolise les montagnes de l'Oural. Tandis que la bande orange symbolise le courage, la force, et la santé mais également la métallurgie, la bande jaune renverrait également aux montagnes de l'Oural comme passerelle entre l'ouest et l'est. La couleur blanc du chameau représente pour sa part la noblesse (comme bonté), la pureté, la justice et la générosité. Le drapeau (proportions 2:3) fut officiellement adopté le 27 décembre 2001.  J. N

tcheliabinsk,oblast de tcheliabinsk,russie,chameau de drapeau tcheliabinsk,bactriane,sujet fédéral de russie