Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

21/07/2017

American Crime Story

MV5BMTc4Mzg0MzMwMF5BMl5BanBnXkFtZTgwNzQ3NTY3NzE@._V1_UX182_CR0,0,182,268_AL_.jpgAprès American Horror Story (2011-   ), FX (Sons of Anarchy, The Americans, Fargo) s'adonne à une nouvelle anthologie, chaque saison traitant une affaire judiciaire importante. Et la première affaire n'est pas des moindres puisqu'il s'agit du procès O.J. Simpson ("The People of the Sate of California v. Orenthal James Simpson") qui défraya la chronique durant les années 1990 et qui constitue à ce jour la procédure pénale la plus controversée de toute l'histoire des Etats-Unis. La série adapte le livre de Jeffrey Toobin, The Run of his Life: The People v. O.J. Simpson (1997).

200px-Mug_shot_of_O.J._Simpson.jpgAlors que des preuves accablantes condamnaient Simpson, ancienne star de football américain, pour le meurtre de son ex-épouse Nicole Brown Simpson et de son compagnon Ronald Goldman retrouvés morts le 12 juin 1994, il sera finalement reconnu non-coupable des faits après un procès qui dura 11 mois et qui fut retransmis en direct à la télévision, dans son intégralité (une première). Défendu par une armée d'avocats brillants, Simpson profite d'abord du contexte social américain. Dans le sillage des émeutes de Los Angeles (1992), survenues à la suite du passage à tabac par des policiers blancs (tous acquittés) de Rodney King, la défense parvient à présenter le procès comme un énième cas de racisme anti-noir et à prouver que Mark Fuhrman, premier policier arrivé sur les lieux du crime, est raciste. Dans le même temps, la une du magazine Times, affichant une photographie de Simpson où sa peau est noircie (son numéro de prisonnier a également été intégré à l'image) faisait polémique et constituait du pain béni pour la défense. Autres faits marquants (et ils seront nombreux) stigmatisant un procès "irrégulier" : un jury à majorité afro-américaine (majorité qui considéra Simpson non-coupable) et le juge Lance Ito en plein conflit d'intérêt et qui aurait du se désister de l'affaire.

the people v. o.j. simpson,o.j. simpson,fx,american crime story,ségrégation racial,système judiciaire américain,sarah paulson,bruce greenwood,cuba gooding jr.,courtney b. vance,john travolta,kenneth choi,sterling k. brownEtrange Amérique, encore une fois, où l'on peut commettre un double meurtre et s'en sortir mais aussi ne rien commetre du tout et prendre 30 ans de prison ou pire. Dans ce cas, Simpson a vraisemblablement bénéficié (une fois n'est pas coutume) de toutes ces affaires envoyant des Afro-américains innocents en prison ou à la chaise électrique (sans oublier ceux qui sont abattus sans raison valable par des policiers blancs). Là où le bât blesse c'est que tous ces dysfonctionnements de la justice américaine (l'affaire O.J Simpson n'est pas la première du genre et nombreux longs métrages traitent de cas similaires) ne fait toujours pas évoluer le fonctionnement de cette justice.

the people v. o.j. simpson,o.j. simpson,fx,american crime story,ségrégation racial,système judiciaire américain,sarah paulson,bruce greenwood,cuba gooding jr.,courtney b. vance,john travolta,kenneth choi,sterling k. brownPassionnante, cette saison 1 est la première "série-procès". Très bien documentée, elle retrace sur 10 épisodes le déroulement exact du procès, auquel sont adjoints des événements connexes. Hormis le système judiciaire américain, elle effectue une nécessaire plongée dans le thème de la ségrégation raciale aux Etats-Unis. Il faut de même saluer une direction d'acteurs étincellante, où ces derniers habitent littéralement les personnages qu'ils incarnent. La saison 2, prévue pour 2018, traitera du meutre en 1997 du couturier italien Gianni Versace.

the people v. o.j. simpson,o.j. simpson,fx,american crime story,ségrégation racial,système judiciaire américain,sarah paulson,bruce greenwood,cuba gooding jr.,courtney b. vance,john travolta,kenneth choi,sterling k. brownEnfin, "karma is a bitch", dit-on en anglais (l'expression est difficile à traduire en français). En 2008, O.J. Simpson écopera de 33 ans de prison (peine minimale de 9 ans) pour avoir braqué avec un groupe d'hommes un casino. Mais une nouvelle fois, il s'en sort à bon compte. Il vient d'être libéré ce 20 juillet 2017 pour bonne conduite et aura donc effectué moins du tiers de sa peine. J.N, N.A

AMERICAN CRIME STORY

Saison 1 : The People v. O.J. Simpson

(FX - 10 épisodes - 2 février-5 avril 2016)

Créateurs : Scott Alexander, Larry Karaszewski.

Cast : Cuba Gooding Jr., Sarah Paulson, Courtney B. Vance, Sterling K. Brown, John Travolta, Kenneth Choi, Bruce Greenwood.

 

- Meilleure série - Golden Globes 2017

- Meilleure actrice dans une série ou film (Sarah Paulson) - Golden Globes 2017

- Meilleur scénario adapté - Writers Guild of America 2017

- Meilleure série ou téléfilm - Producers Guild of America 2017

................

25/01/2013

Savages

savages.jpgLes années se suivent et se ressemblent pour Oliver Stone. Après avoir longtemps suscité la controverse (ou la polémique) par son cinéma politique (Platoon, 86 ; Born in the 4th of July, 89; JFK, 91) ou dépeignant une amérique violente (U-turn, 97 ; Any given sunday, 99), l'ex-enfant terrible de Hollywood rentrait dans le rang. Après une sage épique moyenne (Alexander, 2004), il rendait hommage aux secouristes new-yorkais (World Trade Center, 2006), puis dépeignait un George W. Bush plutôt sympathique (W., 2008), avant d'effectuer une pseudo-satire divertissante sur le monde de la finance (Wall Street: Money Never Sleeps, 2010). Vu le titre évocateur, nous avions pensé qu'ici Stone retournait à un cinéma violent et sans concession. Mais dès les premières minutes et une voix-off franchement pathétique de la très belle Blake Lively (le genre de beauté qui hélas lui vaudra de continuer à jouer des rôles de nunuches (1)), nous avions compris qu'il ne s'agirait que d'une diverstissante récréation. L'histoire, un ménage à trois (2 gars, une femme) qui vit de ses plantations de marijuana et qui se retrouve malgré lui acoquiné à la pègre mexicaine, avait du potentiel. Le problème est que le dosage romance/violence est tout simplement raté (là ou le défunt Tony Scott excellait). L'adjonction à cela d'un scénario mal ryhtmé (ce n'est pas une série après tout) et d'un casting foireux où les acteurs secondaires (Benicio Del Toro, Salma Hayek) volent la vedette aux principaux protagonistes (Taylor Kitsch et Aaron Taylor-Johnson font peine à voir) transforme le tout en thriller superficiel. Oliver Stone entre désormais dans la catégorie des réalisateurs bien pensants tel Michael Bay ou Joel Schumacher. Jihad Naoufal

Savages (Oliver Stone, USA, 2012, 130 min).   Avec Blake Lively, Taylor Kitsch, Aaron Taylor-Johnson, Benicio Del Toro, John Travolta, Salma Hayek, Emile Hirsch.

 

(1) The Town (2010), Green Lantern (2011).

28/09/2006

A Love Song From Bobby Long

medium_t55932oovmx.2.jpgSorti dans les salles françaises il y a quelques semaines, ce film (titre français : "Love song") est paru aux Etats-Unis en 2004. C'est l'adaptation du roman de Ronald Everett Capps, intitulé "Off Magazine Street" (2002). L'histoire se passe à la Nouvelle-Orléans. Après la mort de sa mère qu'elle n'a pas vu depuis longtemps, Pursy (Scarlett Johansson) retourne à la maison familiale. Elle y découvre 2 amis de sa mère, Bobby Long (Travolta) ancien prof de littérature, et Lawson Pines, son acolyte. Les 2 sont plutôt aigris et boivent beaucoup (le premier bien plus que le second). L'arrivée de Pursy semble troubler leur petite vie, loin de vouloir décamper, ils préfèreraient que ce soit elle qui débarasse le plancher. Pour vivre en harmonie, chacun devra apprendre à cohabiter et à écouter l'autre.

On retrouve donc John Travolta, excellent dans ce rôle, à contre-courant, d'écorché de la vie, alcolo, dépravé... un rôle qu'il joue à merveille. Il faut reconnaître qu'on l'a rarement vu dans un rôle (ou un film) intéressant ces dernières années : Be cool (2005), The punisher (2004), Basic (2003), Swordfish (2001), Battlefield Earth (2000), pour ne citer que ceux-là... S. Johansson est toujours resplendissante. Quant à Gabriel Macht (dans le rôle de Lawson Pines), il a débuté sa carrière d'acteur à la fin des années 90. On le retrouvera dans The good shepherd de Robert De Niro (2006) avec entre autres, Matt Damon, Angelina Jolie, John Turturro..

 

A Love Song From Bobby Long (Shainee Gabel, USA, 2004, 120 mins).  Avec John Travolta, Scarlett Johansson, Gabriel Macht, Deborah Kara Unger, Dane Rhodes.

- Présenté au Festival de Venise - 2004.