compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2006-09 | Page d'accueil | 2006-11 »

28/10/2006

Friends with money

medium_18654098.jpgOn pourrait résumer cette comédie dramatique au slogan suivant : "les riches et leurs petits problèmes existentiels". Jane, Franny, Christine et Olivia sont quatre amies "à la vie à la mort". Considérée un peu comme la looser du groupe, Olivia (Jennifer Aniston) est la seule qui n'a pas "réussi sa vie" : elle n'est pas mariée et n'a pas d'emploi bien rémunéré. Elle doit au contraire courir toute la semaine, entre petits boulots mal payés, afin de joindre les deux bouts. Côté amour, chacune de ses rencontres est aussi éphémère que désastreuse... Mais ses copines aussi ont des problèmes car dans la vie il n'y a pas que les soucis financiers. Comme nombreux magazines l'ont fait remarquer, on peut voir dans ce film une sorte de mélange entre Desperate Housewives et Sex and the city. Plutôt drôle et intelligent (de bons dialogues et des vannes qui fusent), le film n'aborde pas cependant un thème original (vu et revu au cinéma par ailleurs). Moyen.

 

FRIENDS WITH MONEY (USA, Nicole Holofcener, 2005, 90 mins).  Avec Jennifer Aniston, Joan Cusack, Catherine Keener, Frances McDormand, Jason Isaacs.

- Présenté au Festival du film de Sundance - 2006

27/10/2006

The Forever War

medium_ff0060510862.01._SCTZZZZZZZ_.jpg1997, un astronef terrien est abattu par un vaisseau Tauran dans la constellation du Taureau. C'est le prélude d'une guerre totale. La Terre envoie un contingent d'élite pour combattre l'ennemi. Mais avant cela, les "surdoués" devront subir un entraînement  inhumain, auquel nombreux ne survivront pas. William Mandella fait partie des plus résistants, il va être de toutes les campagnes militaires, et survit à cette guerre qui n'en finit pas. Mais il n'est pas au bout de ses peines. Sans le savoir, il va franchir des portes de distortion spatio-temporelles, des centaines d'années s'écoulent...

Ce livre très bien écrit et passionnant (et un joli happy-end) est considéré comme l'une des oeuvres de science-fiction les plus réussies. Il obtint d'ailleurs le prix Hugo, en 1976 (Hugo Award ou Science Fiction Achievment Award), récompensant chaque année les meilleurs récits de science-fiction ou de fantasy publiés l'année précédente. Le nom de la récompense rend hommage à Hugo Gernsback, fondateur d'un des premiers magazines de science-fiction américain, Amazing Stories. Autre consécration : le prix Nebula (1975), décerné chaque année par la Science Fiction and Fantasy Writers of America à l'oeuvre de science-fiction jugée la plus novatrice.

L'auteur

A travers son roman, Joe Haldeman, un vétéran de la guerre, met en avant ses convictions : absurdité de la guerre, déshumanisation des soldats, manipulations psycho-mentales, comportement va-t-en guerre des politiques...

Né à Oklahoma City en 1943, il grandit dans plusieurs endroits (Nouvelle-Orléans, Washington D.C, Alaska...). Après des études d'astronomie, il part pour le Vietnam en 1967. A son retour il étudie les mathématiques et l'informatique de 1969 à 1970. Puis se coonsacre à l'écriture. Sa première nouvelle s'intitule War Year (1972). Puis on retrouve son expérience de guerre dans son roman, La guerre éternelle (1975), pour lequel il obtient un master en écriture de l'université  de l'Iowa. En 1977, il publie une anthologie, "La troisième guerre mondiale n'aura pas lieu" (Study war no more). En 1997, il donne une suite à "La guerre éternelle", La paix éternelle (Prix Hugo et Nebula), suivi de La liberté éternelle (1999). Cette trilogie sera adaptée en une bande dessinée de 3 volumes par Marvano (colorisée par Bruno Marchand sous le titre Libre à jamais, dans la collection FictionS, aux éditions Darguaud). En qui concerne La guerre éternelle, une série télévisée (USA) est en cours de production : The Forever War series. Le long-métrage Starship Troopers (Paul Verhoven, 1998) ressemble étrangement à l'histoire du roman de Haldeman, que l'on ne s'y trompe, c'est une adaptation du roman éponyme de Robert A. Heinlein, paru en 1959.

Joe Haldeman est également conseiller pour la National Space Society, membre du Space Studies Institue, et a été président de la Science Fiction and Fantasy Writers of America (1992-1994). Parmi ses autres romans connus : Pontesprit (Mindbridge, 1976), En mémoire de mes pêchés (All my sins remembered, 1977), Le vieil homme et son double (The Hewingway hoax, 1990), Camouflage (2004), War stories (2005)...

La guerre éternelle

Joe Haldeman, La guerre éternelle, J'ai Lu, SF, numéro 1769, 2001. (Le livre est paru pour la première fois en 1975). Titre original (en anglais) : THE FOREVER WAR.

Site officiel : http://www.home.earthlink.net/~haldeman/

Biblio en français : http://www.bdfi.net/auteurs/h/haldeman_joe.htm

25/10/2006

Spider

medium_9782070425693.gifPatrick McGrath nous entraîne dans le monde schizophrénique de Spider. Atmosphère glauque, ambiance morbide, brouillard permanent. De quoi déranger le lecteur et le scotcher en même temps à cette descente aux enfers.

Le livre est très bien écrit, les descriptions et les métaphores sont saisissantes. Extraits :

"Elle avait une certaine beauté, mais la vie et l'alcool auraient décoloré son visage, tué la lumière de son regard ; son teint était gris et cireux, son haleine fétide."

[...] " Il sirotait sa bière avec un sourire faux, cet homme aux gestes furtifs, cette fouine aux pattes sanglantes agitées de tremblements nerveux, cet animal nuisible, rusé, aux instincts lascifs et cruels."

[...] "Soudain, la masse houleuse se retourna maladroitement sur elle-même, comme une baleine athlétique, avec des rires rauques et des grognements étouffés. La tête blonde remonta. Tournée vers la fenêtre, elle se ballotait de haut en bas en gémissant comme si elle naviguait sur une mer agitée. Le vieux lit grinçait sous elle, comme les espars et les vergues d'un galion. Les grognements qu'elle poussait ressemblaient au sifflement du vent dans le hunier. Elle continuait son mouvement de balancier, le menton levé vers le plafond ou renfoncé sur sa poitrine, ses épais bras blancs la soutenant comme des colonnes" [...]

Eloge de la schizophrénie 

"Avec le temps, je mis au point mon système des deux têtes. J'utilisais le devant de mon cerveau dans mes rapports avec les autres habitants de la maison ; l'arrière quand j'étais seul. C'était là que logeait ma mère, pas devant. Je devins expert dans l'art de passer de l'avant à l'arrière et cela simplifia mon existence. Ma vraie vie se déroulait dans le compartiment arrière ; pour que tout y reste frais et vivace, il me fallait le cerveau avant comme protection, comme des tomates dans une serre. En bas, je parlais, mangeais, bougeais ; j'étais moi-même à leurs yeux. J'étais seul à savoir que ce "Je" n'était pas là, qu'ils ne voyaient que la serre. C'est derrière que j'étais, là où vivait Spider. Devant, j'étais Spider. La vie devint alors plus facile. Cela ne me gênait pas d'être un vilain garçon parce que je savais qu"il s'agissait en fait de Dennis. Quand mon père me faisait descendre à la cave à charbon, c'est Dennis qui appuyait sa tête contre la poutre et enroulait son petit doigt autour du clou rouillé. Spider, lui, était là-haut, dans sa chambre !"                                

Au cinéma, le roman a été adapaté en 2002 d'une main de maître par David Cronenberg (History of violence, Dead ringers, The fly, Crash, Existenz, The naked lunch...). L'excellent Ralph Fiennes y joue le rôle de Spider. Figurent également Gabriel Byrne (Miller's crossing) et Miranda Richardson.                              

Patrick McGrath, Spider, Gallimard, Folio n° 3772, 2002 (paru pour la première fois en 1990), 328 p.   Traduit de l'anglais par Martine Skopan.

24/10/2006

L'ignorance

medium_9782070306107.gifCe dernier livre en date de Milan Kundera (sorti en 2003) n'est pas son meilleur. Ca ne vaut pas par exemple L'immortalité ou L'insoutenable légèreté de l'être. Mais il y a au début un passage très intéressant, sur la notion de Nostalgie :

"Le retour, en grec, se dit nostos. Algos signifie souffrance. La nostalgie est donc la souffrance causé par le désir innasouvi de retourner. Pour cette notion fondamentale, la majorité des Européens peuvent utiliser un mot d'origine grecque (nostalgie, nostalgia) puis d'autres mots ayant leurs racines dans la langue nationale : anoranza, disent les Espagnols ; saudade disent les Portugais. Dans chaque langue, ces mots possèdent une nuance sémantique différente. Souvent, ils signifient seulement la tristesse causée par l'impossibilité de retour au pays. Mal du pays. Mal du chez-soi. Ce qui, en anglais, se dit : homesickness. Ou en allemand : Heinweh. En hollandais : heinwee. Mais c'est une réduction spatiale de cette grande notion. L'une des plus anciennes langues européennes, l'islandais, distingue bien deux termes : söknudur : nostalgie dans son sens général ; et heimfra : mal du pays. Les Tchèques, à côté du mot nostalgie pris du grec, ont pour cette notion leur propre substantif, stesk, et leur propre verbe ; la phrase d'amour tchèque la plus émouvante : styska se mi po tobe : j'ai la nostalgie de toi : je ne peux supporter la douleur de ton absence. En espagnol, anoranza vient du verbe anorar (avoir de la nostalgie) qui vient du catalan enyorar, dérivé, lui, du mot latin ignorare (ignorer).

Sous cet éclairage étymologique, la nostalgie apparaît comme la souffrance de l'ignorance. Tu es loin, et je sais pas ce que tu deviens. Mon pays est loin, et je ne sais pas ce qui s'y passe. Certaines langues ont quelques difficultés avec la nostalgie : les Français ne peuvent l'exprimer que par le substantif d'origine grecque et n'ont pas de verbe ; ils peuvent dire : je m'ennuye de toi mais le mot s'ennuyer est faible, froid, en tout cas trop léger pour un sentiment si grave. Les Allemands utilisent rarement le mot nostalgie dans sa forme grecque et préfèrent dire Sehnsucht : désir de ce qui est absent ; mais la Sehnsucht peut viser aussi bien ce qui a été que ce qui n'a jamais été (une nouvelle aventure) et elle n'implique donc pas nécessairement l'idée d'un nostos ; pour inclure dans la Sehnsucht l'obsession du retour, il faudrait ajouter un complément : Sehnsucht nach der Vergangenheit nach der verlorenen Kindheit, nach der ersten Liebe (désir du passé, de l'enfance perdue, du premier amour)."

Milan KUNDERA, L'ignorance, Folio, 2003, pp. 9-11.

22/10/2006

Women in struggle

medium_poster3.jpgCe documentaire palestinien a été diffusé ce vendredi 20 octobre, à la librairie Ishtar (10 rue du Cardinal Lemoine), à Paris. Le film est centré sur quatre femmes palestiniennes qui furent emprisonnées dans des geôles israëliennes, et sur leur témoignage concernant leurs conditions de détention. Dur... Mais le pire n'est pas la prison, affirment-elles, mais ce qui vient après : la difficulté de se ré-insérer dans la société, de reprendre une vie normale, la lente et dure reconstitution psychologique. Dix ans de prison, c'est long. Dix ans de "pauvreté" et de dénuement infimes, affirme une de ces ex-détenues politiques. Mais aussi, 10 ans jalonnés de torture régulière de la part de leurs tortionnaires. Si le spectateur est marqué par le témoignage concernant  les actes de tortures, que ressentaient donc ces femmes en racontant l'épouvantable expérience qu'elles endurèrent ?

Women in struggle a été projetté lors de nombreux festivals internationaux (Egypte, Qatar, Slovénie, Australie, Norvège, Canada, Belgique, Angleterre, Ecosse...). On notera donc son absence en France, sur grand écran, comme à la télé. La réalisatrice, Buthina Kanaan Khoury, qui était présente à la librairie Ishtar (pour un débat), expliquait que la raison d'une telle absence s'expliquait probablement par une forte pression exercée par le lobby juif sur les instances audiovisuelles et médiatiques. En effet, le film a un parti pris très clair (cela pourrait-il être autrement ?) et ne met pas sur un même pied d'égalité protagonistes palestiniens et israëliens. En gros, il ne serait pas objectif et cela déplaît... J. N

Women in struggle (Buthina Kanaan Khoury, 2005, Palestine, 56 mins).

Site officiel du film : http://www.womeninstruggle.com/

20/10/2006

Children of men

959854054.jpgA quoi cela sert-il exactement de mettre sur les affiches françaises du film : "Les fils de l'homme - Children of men" ? Un de ces 2 titres ne suffit-il pas ? L'expression les fils de l'homme n'ayant pas la même portée et la même nuance sémantique que children of men, les 2 ont été gardées. L'expression anglaise aurait suffi...

Novembre 2027. Le chaos règne partout sur terre. Paris, New York, Madrid, Amsterdam, Pékin, Shangaï, Berlin, Jakarta... Une seule ville a echappé à la crise, Londres, grâce à la mise en place d'un Etat policier, se traduisant par une limitation des libertés individuelles et d'une repression draconienne de l'immigration illégale. Les femmes de la planète entière souffrent d'infertilité, et on vient d'apprendre la mort de la plus jeune personne au monde (Diego Ricardo), âgée de 18 ans et 5 mois. La mort de "baby Diego" constitue un gros coup au moral. Mais les miracles arrivent, une jeune femme tombe enceinte, Leo (Clive Owen) est chargé de sa protection.

Le réalisateur Alfonso Cuaron (Great expectations, 1998, Y tu mama tambien, 2001, entre autres) adapte le roman éponyme de P.D James, sorti en 1993. Un film politiquement engagé, qui porte sur un thème très en vogue actuellement, la menace d'un monde totalitaire et d'un dépérissement de la "démocratie", et qui n'est pas sans rappeller des films comme 1984 (1984), Matrix (1998), Equilibrium (2002), Good night and good luck (2005), V for Vendetta (2002). Ce dernier, adapté de la bande-dessinée de Alan Moore et David Lloyd (sortie en 1981), est celui qui pourrait le plus être rapproché de Children of men, par l'histoire, et le style du film. Un sujet d'actualité, alors que la présence américaine en Iraq est de plus en plus critiquée (la guerre civile fait rage) et que, toujours aux USA, la loi Patriot Act, votée en 2002, a restreint les libertés publiques. En Angleterre et aux USA, les mesures de filtrage des étrangers qui viennent séjourner dans ces pays, sont de plus en plus sévères.  Le film porte surtout un regard sur les politiques européennes actuelles de lutte contre l'immigration légale ou illégale, à travers des scènes qui montrent le "traitement de faveur" auquel ont droit les immigrés : scènes humiliantes et dégradantes, passages à tabac, emprisonnement dans des camps, exécutions sommaires... Nous n'en sommes peut-être pas encore là mais comment ne pas penser à la politique menée en France par Nicolas Sarkozy ?

 

Un film intéressant et objectif mais qui n'échappe pas à certains clichés, comme cette scène qui se passe dans un camp d'immigrés, où éclate une rebellion. La foule, armée jusqu'aux dents, scande, à cors et à cris "Allah akbar". Peur des musulmans ou des islamistes ? On ne sait pas très bien, ici, si le réalisateur dénonce cette psychose née en Angleterre après les attentats survenus dans le métro londonien en juillet 2005, ou s'il participe de cette psychose. Certaines péripéties du film sont un peu confuses et non élucidées (peut-être que cela est intentionnel). Comme souvent, cela est compensé par une caméra impeccable. Nombreuses scènes mettant en oeuvre le personnage principal, halettantes, sont magistralement filmées  en plans-séquences. Le directeur de la photographie, Emmanuel Lubezki, a d'ailleur obtenu, à la 63ème Mostra de Venise, le prix de la meilleure contribution technique. Il affirme : "La caméra est ici un personnage à part entière. Un personnage inquisiteur, nerveux, qui vous jette au coeur de l'action et vous donne le sentiment de la vivre en direct."

CHILDREN OF MEN (Alfonso Cuaron, 110 mins, 2005, UK/USA).   Avec Clive Owen, Julianne Moore, Chiwetel Ejiofor, Charlie Hunnam, Michael Caine, Clare-Hope Ashitey.

Prix Osella de la meilleure contribution technique - Festival de Venise (Emmanuel Lubezki).

Prix de la lanterne magique - Festival de Venise (Alfonso Cuaron).

19/10/2006

American psycho

medium_9782020253802.gifBret Easton Ellis est né à Los Angeles en 1964. Après des études littéraires à Bennington College, il s'installe à New York. Ses deux premiers romans, Moins que zéro, et Les lois de l'attraction ont connu un franc succès. Mais c'est son troisième roman, American psycho, "la bombe", qui l'a fait connaître du public. Ce livre, paru aux States en 1991, a fait scandale autant que la sortie de Taxi Driver (le célèbre film de Martin Scorsese) en 1976, ou celle de Clockwork Orange en 1971 (Stanley Kubrick).

Ellis a été classé, comme David Leavitt et Jay McInerney, parmi les nouveaux minimalistes. Certains le considèrent comme nihiliste, alors que lui-même se considère comme moraliste. Son éditeur Simon & Schuster lui avait versé une avance de 300.000 dollars pour écrire son livre. Mais la mise en circulation d'extraits du roman a provoqué un gros scandale. L'éditeur s'est donc retiré, ce qui a permis à la maison Vintage de saisir l'occasion et de l'éditer. Ire de l'opinion publique et des féministes, menaces de mort, ceci n'a pas empêché le livre d'être vendu à des milliers d'exemplaires aux USA. Il rencontra encore plus de succès à l'étranger, où il fut traduit dans 24 pays.

Pourquoi un tel choc ? une violence inouïe bien entendu mais c'est surtout le fait que le héros et monstre à la fois, Patrick Bateman, psychopate et tueur en série, est un exemple éclatant de réussite. Qui plus est, il demeure impunis.

Pas de commentaires sur l'ouvrage, quelques extraits : "Evelyn se tient devant le plan de travail en bois blond ; elle porte un chemisier Krizia de soie crème, une jupe de tweed rouille, Krizia aussi, et les mêmes ballerines d'Orsay que Courtney. Elle a attaché ses longs cheveux blonds en arrière, en un petit chignon  couture assez sévère, et m'accueille sans lever les yeux du plat ovale en inox de chez Wilton sur lequel elle a artistiquement disposé le sushi."

[...] "Tandis que j'embrasse et lèche son cou, elle fixe un regard passionné sur le récepteur grand écran Panasonic à télécommande et baisse le son. Je relève ma chemise Armani et pose sa main sur mon torse."

La meilleure adaptation au grand écran d'un roman de Bret Easton Ellis est assurément celle de : Les lois de l'attraction (Rules of attraction, 2001, Roger Avary). Celle de American psycho (Mary Harron, 2000, avec Christian Bale, très bon) est assez médiocre.

La bibliographie de Ellis : Moins que zéro (1985), Les lois de l'attraction (1987), American psycho (1991), The informers (1994, Zombies en français), Glamorama (1999), Luna Park (2005).

American psycho - Bret Easton Ellis. Editions du Seuil, 1985, 513 pages. Traduit de l'anglais par Alain Defossé.

Blog en anglais sur Bret Easton Ellis : http://www.notanexit.net/

 

18/10/2006

Le monde selon Bush

18381487.jpgCet excellent documentaire, adapté de l'ouvrage d'Eric Laurent, "Le monde secret de Bush" (1), revient sur le début de la présidence de Georges Bush, des attentats du 11 septembre 2001 jusqu'à la deuxième guerre d'Iraq (2003). Nous constatons ici, avec acuité, l'influence des néo-conservateurs et de la droite évangéliste sur le processus décisionnel au sein de la Maison-Blanche mais également la collusion plus qe flagrante entre gens au pouvoir et grandes firmes. A travers des interviews fort révélatrices et très instructives, William Karel dresse un état des lieux de l'Amérique politique d'aujourd'hui. Si Fahreinheit 9/11 qui traite du même sujet mais pas de la même manière, a scandaleusement obtenu la Palme d'Or à Cannes (en 2004), ce documentaire là est bien plus intelligent, pondéré et rigoureux. J. N

Le monde selon Bush (William Karel, France, 2004, 90 mins).    Avec Robert Baer, Hans Blix, Frank Carlucci, James Robinson, David Corn, Stanley Hoffmann, Richard Perle, Michael Ledeen, David Frum.

- 1 nomination (Meilleur documentaire) - European Film Awards 2004.

 

(1) Publié en 2003. Eric Laurent est également auteur la même année de l'ouvrage "La guerre des Bush - Les secrets inavouables d'un conflit".

Bye bye Blackbird

f3863d9af954fc648ea2f9575b803f28.jpgLe premier long-métrage de Robinson Savary, fils du metteur en scène Jerôme Savary, et le premier gand rôle pour James Thiérée, petit-fils de Charlie Chaplin. Nous sommes à Londres, au début du XXème siècle, Josef, ouvrier sur un chantier, tombe amoureux de la belle trapéziste Alice. Les 2 vont préparer ensemble un numéro périlleux... L'histoire déchirante d'un amour impossible, située dans le monde magique du cirque. Mais à part ça ? Le film excelle bien plus dans sa forme : une photographie et un esthétisme impeccables, que dans son fond : un scénario un peu mal fichu. On ne comprend pas très bien, par ailleurs, à quoi rime tout ce "cirque". Tout cela est fort ennuyeux par moments. Mais ne soyons pas si sévères : un premier film avec beaucoup de défauts mais avec des qualités aussi.

Bye bye blackbird (Robinson Savary, UK, Lux, All, Aut, 2005, 100 mins).  Avec James Thiérrée, Derek Jacobi, Michael Londsale, Jodhi May, Izabella Miko.

 

12/10/2006

One day in september

18461306.jpg1972, Jeux olympiques de Munich. Pour la première fois, l'événement est retransmis par l'ensemble des télévisions du monde. Un groupe de 8 Palestiniens prend en otage l'équipe israélienne et réclame la libération de 200 prisonniers politiques palestiniens. La police munichoise, loin d'être préparée à ce type de crise, est rapidement dépassée par les évènements. 11 athlètes sont exécutés. 30 ans plus tard, des témoins de ce drame, dont le seul protagoniste palestinien encore vivant, apportent une nouvelle lumière sur cet événement sanglant qui défraya la chronique et marqua les esprits pour longtemps. J. N

 

One day in september (Kevin MacDonlad, USA, 1999, 90 mins).    Avec Michael Douglas (voix du narrateur), Gad Zahari, Ankie Spitzer, Jamal Al Gashey.

- Oscar du meilleur documentaire - 1999
- Meilleur montage (Justine Wright) - British Independent Film Awards 2000.
- Douglas Hickox Award (Kevin Macdonald) - British Independent Awards 2000.
- Golden Camera (Arthur Cohn) - Golden Camera (Germany) 2001.
- Présenté - Festival de Telluride - 2000
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - European Film Awards 2000.
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - International Documentary Association 2000.
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - Online Film Critics Society Awards 2001.
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - Satellite Awards 2001.