compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2006-11 | Page d'accueil | 2007-01 »

30/12/2006

Imbéciles

"Quand un vrai génie apparaît en ce bas monde, on peut le reconnaître à ce signe que les imbéciles sont tous ligués contre lui."

   Jonathan Swift

27/12/2006

Le procès

medium_9782070378401.jpgUn matin, Joseph K. trouve deux policiers à son domicile. Il l'arrêtent sans sommation et sans explication aucune. Son crime ? il est coupable d'exister...

Toute l'impuissance de l'homme face a l'absurdité de l'existence...

Franz Kafka, Le procès, Gallimard, Folio Classique n° 1840, 384 p. Traduit de l'Allemand par Alexandre Vialatte. Préface de Claude David.

 

16:00 Publié dans Livre | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : franz kafka, le procès

26/12/2006

Indice de liberté de presse - 2006

medium_arton19318.jpgDepuis 2002, Reporters Sans Frontières publie son classement de liberté de la presse. L'affaire des caricatures sur Mahomet a fait chuter au classement le Danemark, ex-premier de la liste. Tous les critères sont liés aux jurnalistes évidemment (cas de journalistes tués, menacés, enlevés, disparus, perquisitions des médias...etc). Les 4 premiers ex-aequo du classement 2006 sont la Finlande, l'Irlande, l'Islande, et les Pays-Bas. Puis suivent la République tchèque (5ème), l'Estonie (6ème), Norvège (7ème), Slovaquie (8ème), Suisse (9ème), Hongrie (10ème). La France n'est que 37ème, le Japon 51ème, et les USA, prétendu pays de la liberté, 53ème !!

La Corée du Nord ferme ce classement de 168 pays, le Turkménistan est 167ème (la mort du "leader" Niazov pourra-t-elle changer quelque chose ?), l'Erythrée est 166ème, Cuba 165ème et Birmanie 164ème. Le classement complet est disponible sur le site de RSF, ainsi que tous les critères de sélection, les précédents classements, et un article lié au classement 2006.

http://www.rsf.org/article.php3?id_article=19318

22/12/2006

Erreurs

"Les erreurs sont les portes de la découverte"

  James Joyce

16:00 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : james joyce, erreurs

21/12/2006

DEJA VU

medium_18684934.jpgExtrait d'un dialogue du film, Jim Caviezel à Denzel Wahington : "You think you know what's coming ? You don't have a clue".  En effet, on a beau eu cherché, on a rien pu tirer de ce film. Le déja vu ? on n'a pas du tout entrevu ce phénomène dans ce nouveau "policier romantique" de Tony Scott. Ce qu'on remarque par contre c'est que Denzel Washington en héros sacrifié (à moitié seulement cette fois-ci) par le même Tony Scott, c'est du déja vu (Man on fire, 2004). Cette romance mêlée au tragique, très chère à Scott, c'est du déja vu (True romance, 1993, Domino, 2005). Un scénario mal fichu, un tas d'explications scientifiques aussi confuses qu'inutiles (porte spatio-temporelle, trou noir...) pour aboutir à quoi finalement ? A ce que Denzel (agent Doug Carlin) fasse un saut dans le passé, grâce à une machine très complexe et sophistiquée (ces propres créateurs ne semblaient pas capter son fonctionnement), pour sauver une nana dont il est tombé amoureux en examinant son cadavre au laboratoire d'autopsie.

Un suspense qui vous garde en haleine, à coup d'adrénaline ? d'accord, mais plus on avance et plus l'intrigue part en couilles, avec au final un happy end (presque) un peu trop tiré par les cheveux et flagrant d'incrédibilité. Prenez "Time Cop" (1995, avec Jean-Claude Van Damme), remplacez le réalisateur par Tony Scott, Van Damme par un meilleur acteur, en l'occurence D.Washington, ajoutez une meilleure photographie et des dialogues un peu plus constructifs (et encore, 15 mins pour expliquer que la machine peut remonter le temps) et vous aurez "Déja vu". Ne faites pas la même erreur que nous, n'allez pas le voir!

Déja vu (Tony Scott, USA, 2006, 126 mins).   Avec Denzel Washington, Val Kilmer, Paula Patton, Bruce Greenwood, Adam Goldberg, James Caviezel.

Connaissance

"Le plus grand ennemi de la connaissance n'est pas l'ignorance, c'est l'illusion de la connaissance."

       Stephen Hawking

19/12/2006

Démocratie

"Tous les discours tenus sur la démocratie n'ont pas la même capacité à mettre en lumière ses multiples dimensions, identifier les difficultés auxquelles elle se heurte, décrire les mécanismes de son fonctionnement effectif."

   Philippe Braud, La démocratie politique.

16/12/2006

THE HOST

medium_18684883.jpgA Séoul, Park-Hee Bong tient un snack avec sa famille, au bord de la rivière Han. Un jour, un monstre de nature inconnue (une sorte de réptile hybride) surgit de la rivière, attaque la foule et dévaste tout sur son passage. La petite fille de Park-Hee est enlevée par la bête. Toute la famille part en croisade pour la récupérer. Au-delà de cette histoire de monstre, Bong Joon-ho dénonce l'ingérence américaine en Corée du Sud et met en avant les familiales. Pour son deuxième film, le réalisateur coréen nous gratifie d'une nouvelle merveille dont seul l'ultra-créatif cinéma coréen a le secret. En 2004, son polar "Memories of Murder" (l'enquête policière réinventée) avait obtenu le Grand prix du Festival du film policier de Cognac ainsi que d'autres consécrations aussi bien à cette manifestation qu'à d'autres (Corée, Japon). A l'instar de Kim-Ki Duk et Im Kwon-Taek (déja confirmés), Bong Joon-ho se présente déja comme un grand réalisateur de son pays. Ceux qui veulent voir des films qui changent du mainstream hollywoodien, ne devraient pas hésiter et aller regarder les 2 films cités (s'ils aiment ce genre bien entendu).

THE HOST (Corée du Sud, Bong Joon-ho, 2006, 120 mins).   Avec Song Gang-ho, Byeon Heui-bong, Park Hae-il, Bae Du-na, Ko A-Sung.

19:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (0)

Avenir

"La source de la peur est dans l'avenir, et qui est libéré de l'avenir n'a rien à craindre"

     Milan Kundera, La lenteur.

16:30 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : milan kundera, avenir

15/12/2006

Affections

"Il est dangereux de creuser un abîme dans les affections humaines: non pas qu'elles bâillent grandes ouvertes pendant longtemps, mais au contraire parce qu'elles se referment si vite!"

      Nathaniel Hawthorne