free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/10/2019

Prix Nobel de la paix

alfred nobel,prix nobel de la paixEn comptant 2019, 100 années ont vu un Prix Nobel de la paix décerné. D'une grande symbolique politique (1), ce prix récompensant "la personnalité ou la communauté ayant le plus ou le mieux contribué au rapprochement des peuples, à la suppression ou la réduction des armées permanentes, à la réunion et à la propagation des progrès pour la paix" (d'après le testament d'Alfred Nobel), a été attribué à 107 personnes et 24 organisations (plusieurs personnes et/ou organisations peuvent être récompensées la même année). Il ne le fut pas durant les Première et Seconde guerres mondiales (en 1914, 1915, 1916, 1918, 1939 à 1943) et lorsqu'aucun candidat ne fit l'unanimité (19 fois). Deux lauréats ont reçu le prix à plusieurs reprises : le Comité International de la Croix Rouge, 3 fois (1917, 1944 et 1963) et le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (1954 et 1981). Ces chiffres portent le nombre total de prix décernés à 134 (131 + les 3 prix supplémentaires pour les deux organismes cités).

barack obama,jimmy carter,al gore,etats-unis,nobel,france,royaume-uni,theodor roosevelt,henry kissinger,alfred nobel,prix nobel de la paix,norvège,suède,abiy ahmed,ethoipie,erythréeA l'instar du Nobel de littérature - que Jean-Paul Sartre refusa en 1964 - ce prix fut longtemps occidentalo-centré. En effet, de 1901 à 1971, 51 des 53 prix décernés représentaient un pays occidental, soit 96.2% du total. Les années 1970 marquent les débuts de la généralisation du Nobel de la paix à l'ensemble de la paix, avec des lauréats représentant le Japon, le Vietnam, l'URSS, l'Egypte et l'Albanie. La tendance se poursuivra par la suite, avec 24 lauréats "hors-occident" dont 7 durant les années 2010. En 2019, c'est le Premier ministre éthiopien Abiy Ahmed (photo ci-contre) qui est consacré pour ses actions ayant conduit à la réconciliation entre son pays et l’Érythrée (2).

barack obama,jimmy carter,al gore,etats-unis,nobel,france,royaume-uni,theodor roosevelt,henry kissinger,alfred nobel,prix nobel de la paix,norvège,suède,abiy ahmed,ethoipie,erythréeAvec désormais 31 lauréats hors-occident (sur les 107 "personnes"), la liste de tous les lauréats dénote un écart plus raisonnable (70% pour le monde occidental). A cette première critique, s'ajoutent trois autres. La plus importante étant l'octroi très contestable de certains prix. S'il est évident que certains allaient l'être (il est toujours compliqué de faire l'unanimité puisqu'il s'agit d'un prix "non-scientifique", et politique de surcroît), il est tout de même pertinent de se poser des questions lorsqu'un prix concernant la paix est attribué à des personnalités "militaristes" (notamment les américains Theodore Roosevelt et Henry Kissinger, et les israéliens Shimon Peres et Yitzhak Rabin). Ces controverses ont amené le Comité Nobel norvégien (3) à annoncer en 2005 que le prix ne reviendrait plus qu'à des personnes, groupes ou organismes qui auront engagé leur existence au service des droits de l'homme, de la promotion de la démocratie, et de la défense des voies de la diplomatie.

Par ailleurs, on relèvera la présence imposante des Etats-Unis, un pays fortement engagé militairement hors de ses frontières depuis le début du XXème siècle. Le cas le plus flagrant étant la consécration durant les années 2000 (présence militaire US en Irak et en Afghanistan) d'un ex-président (Jimmy Carter), d'un ex-vice-président (Al Gore) et d'un président en exercice (Barack Obama, 9 mois après le début de son premier mandat...). La première puissance mondiale totalise pas moins de 23 prix (le Royaume-Uni est second avec 13...)... A ces trois "anomalies" remettant en cause la légitimité de ce prix, s'ajoute également la question de son efficacité en termes d'impact politique sur la paix. J. N

 

CLASSEMENT PAR CONTINENTS (134 prix)

1. Europe 64 (47.8%)

2. Amérique 30 (22.4%)

3. Asie 18 (13.4%)

4. Afrique 13 (9.7%)

5. Organisations internationales 9 (6.7%)

CLASSEMENT PAR PAYS (134 prix)

1. Etats-Unis 23 (17.1%)

2. Royaume-Uni 13 (9.7%)

3. France 11 (8.2%)

4. Suisse 9

5. Allemagne, Suède 5

 

(1) Et accompagné d'un chèque d'environ 1 million d'euros.

(2) Après la guerre entre l'Ethiopie et l’Érythrée (1998-2000) concernant le tracé de leur frontière commune, de fortes tensions ont persisté entre ces deux Etats.

(3) Le lauréat du Prix Nobel de la paix est choisi par un comité nommé par le parlement de Norvège tandis que les autres Prix Nobel sont décernés par l'Institution académique suédoise.

10/08/2019

Pays autorisant le mariage homosexuel

pologne,serbie,lettonie,lituanie,monténégro,bulgarie,afrique du sud,groenland,iles féroé,massachussets,irlande du nord,costa rica,pérou,suisse,république tchèque,cuba,chili,népal,panama,venezuela,mariage homosexuel,france,royaume-uni,norvège,suède,islande,finlande,pays-bas,belgique,espagne,portugal,argentine,mexique,mexico,canada,etats-unis,luxembourg,autriche,allemagne,taïwan,brésil,querétaro,loi fédérale,mariage gay,danemarkUne tendance qui s'accélère?

Par rapport à août 2013, le nombre d'Etats autorisant le mariage homosexuel passe de 15 à 27, soit une augmentation de 80%. Si le pourcentage de ces pays par rapport aux 193 membres de l'ONU demeure faible (13.9%), il est toutefois en augmentation puisqu'en août 2010, ils n'étaient que 10. En comptant Taïwan (qui n'est pas membre de l'ONU, en raison du litige avec la Chine), cela fait 28 pays, soit une augmentation de 86.67% par rapport à 2013. Si ces chiffres sont élevés en raison du nombre de départ qui est faible, il convient de considérer que la tendance se poursuit, l'évolution entre 2010 et 2019 étant de 180%. Il y a 20 ans seulement, aucun pays n'autorisait le mariage gay.

pologne,serbie,lettonie,lituanie,monténégro,bulgarie,afrique du sud,groenland,iles féroé,massachussets,irlande du nord,costa rica,pérou,suisse,république tchèque,cuba,chili,népal,panama,venezuela,mariage homosexuel,france,royaume-uni,norvège,suède,islande,finlande,pays-bas,belgique,espagne,portugal,argentine,mexique,mexico,canada,etats-unis,luxembourg,autriche,allemagne,taïwan,brésil,querétaro,loi fédérale,mariage gay,danemarkDe même, ce fait devrait survenir prochainement en Irlande du Nord, et est à l'étude au Costa Rica, au Pérou, en Suisse, République Tchèque, Cuba, Chili, Népal, Panama et Venezuela. Sur ces 28 Etats adoptant déjà le mariage gay, 2 ne l'appliquent pas encore sur l'ensemble de leur territoire. Au Mexique, il est autorisé dans le District fédéral de Mexico, dans l'intégralité de 18 Etats (sur 32) et dans certaines municipalités de l'Etat de Querétaro. D'autres Etats fédéraux (Etats-Unis, Brésil, Canada) l'ont également adopté progressivement (par Etat) avant que la loi ne devienne fédérale. C'est l'Etat du Massachusetts (17 mai 2004) qui ouvrit la voie aux Etats-Unis. Au Royaume-Uni, manque donc à l'appel l'Irlande du Nord (application aux autres nations ainsi qu'à la plupart des Territoires britanniques d'Outre-Mer). Le Brésil adopta la loi dans certains Etats à partir de janvier 2012 puis celle-ci devint fédérale en mai 2013. Au Danemark (2012), le Groenland (avril 2016) et les Iles Féroé (juillet 2017) - provinces autonomes - rejoignirent la tendance quelques années plus tard.

pologne,serbie,lettonie,lituanie,monténégro,bulgarie,afrique du sud,groenland,iles féroé,massachussets,irlande du nord,costa rica,pérou,suisse,république tchèque,cuba,chili,népal,panama,venezuela,mariage homosexuel,france,royaume-uni,norvège,suède,islande,finlande,pays-bas,belgique,espagne,portugal,argentine,mexique,mexico,canada,etats-unis,luxembourg,autriche,allemagne,taïwan,brésil,querétaro,loi fédérale,mariage gay,danemarkAttention toutefois à l'appréciation de ces chiffres car s'il y a en effet une évolution nette ces dernières années, force est de constater que le phénomène touche essentiellement des pays occidentaux qui représentent 71.4% du total. Parmi ceux-là, 57.1% sont en Europe où la situation est assez disparate. Si 11 Etats autorisent une forme d'union civile, 18 autres n'en reconnaissent aucune, dont 6 interdisent explicitement le mariage homosexuel dans leurs textes constitutionnels (Bulgarie, Lettonie, Lituanie, Monténégro, Pologne et Serbie). Si le phénomène devrait s'amplifier en Amérique Latine (21.4% du total actuel), il ne devrait pas par contre évoluer sur le continent asiatique, représenté uniquement par Taïwan. Difficile de l'imaginer par exemple au Moyen-Orient où ultra-conservatisme et homophobie sont des phénomènes socialement ancrés et évoluant très lentement (peine de mort pour l'homosexualité en Iran, en Arabie Saoudite et au Yémen). Même constat pour le continent africain où l'Afrique du Sud fait figure d'intrus et où l'homosexualité constitue encore un crime dans de nombreux Etats (et passible de la prison à vie ou de la peine de mort dans certains).

Enfin, à une époque où conservatisme, intolérance et comportements rétrogrades reviennent en force (ou se maintiennent vaille que vaille) dans nombreuses parties du monde, nous pouvons estimer que 28 Etats c'est déjà pas mal.

J. N

 

Pays autorisant le mariage homosexuel (par ordre chronologique)

- Pays-Bas (avril 2001)

- Belgique (juin 2003)

- Espagne (juillet 2005)

- Canada (juillet 2005)

- Afrique du Sud (novembre 2006)

- Norvège (janvier 2009)

- Suède (avril 2009)

- Mexique (mars 2010-2019)

- Portugal (mai 2010)

- Islande (juin 2010)

- Argentine (juillet 2010)

- Danemark (juin 2012)

- Brésil (mai 2013)

- France (mai 2013)

- Uruguay (août 2013)

- Nouvelle-Zélande (août 2013)

- Royaume-Uni (mars 2014)

- Luxembourg (janvier 2015)

- Etats-Unis (juin 2015)

- Irlande (novembre 2015)

- Colombie (avril 2016)

- Finlande (mars 2017)

- Malte (septembre 2017)

- Allemagne (octobre 2017)

- Australie (décembre 2017)

- Autriche (janvier 2019)

- Taïwan (mai 2019)

- Equateur (juillet 2019)

 

10/05/2015

Classement selon la situation des mères - 2015

3297695551.jpgLa Norvège succède à la Finlande

L'ONG de défense des droits de l'enfant, Save the Children, a publié la semaine passée son classement annuel. Après la Finlande en 2014, c'est, sans surprise, un autre pays scandinave qui s'arroge le meilleur classement selon la situation des mères.

 

Par rapport au classement de 2014 (1), qui comprenait 178 pays, celui-ci en comporte 179 (2). C'est sans surprise que les pays scandinaves - modèles de genre - tiennent le haut du pavé (3). Le "groupe des 5" (Norvège, Suède, Danemark, Islande, Finlande) constitue même le Top 5. Cette année, Norvège (1e) et Finlande (2e) ont échangé de place.

Basée à Londres et oeuvrant dans environ 120 pays, Save the Children prend en compte dans son palmarès annuel des critères précis (santé, éducation, statut politique des femmes, etc.) et "s'est notamment appuyée sur le risque de décès maternel dans chaque pays en prenant en compte la proportion entre les grossesses et les décès, l'espacement des naissances ou encore les conditions dans lesquelles se trouvent les mères de famille après avoir donné la vie" (4).

Mis à part les Etats scandinaves le top 10 (voir ci-dessous) comprend quatre autres pays européens, ainsi que l'Australie qui fait donc figure d'exception dans ce "top 10 européen". Les Etats-Unis ne sont "que 33èmes", devancées niveau Amérique par le Canada (20e), et par un régime dur comme le Belarus (25e). L'Argentine se classe première au niveau des pays latino-américains (36e), devançant Cuba (40e) et le Costa Rica (45e).

Au sein du monde arabe, c'est l'Arabie Saoudite (38e) qui se classe en première position (fait qui peut paraître étonnant). Viennent ensuite les Emirats Arabes Unis (47e), Bahrain (49e), et la Libye (50e). Le Liban est 73ème.

Le bas du classement est logiquement composé de pays d'Afrique. Les dix derniers (voir ci-dessous) sont les mêmes que l'an passé, à l'exception de la Gambie qui prend cette année la place du Nigéria. Comme nous pouvons le constater, il s'agit souvent d'Etats en proie à une guerre civile ou un conflit larvé.  J. N 

 

TOP 10

1.Norvège

2.Finlande

3.Islande

4.Danemark

5.Suède

6.Pays-Bas

7.Espagne

8.Allemagne

9.Australie

10.Belgique

 

BOTTOM 10

179.Somalie

178.République Démocratique du Congo

177.Centrafrique

176.Mali

175.Niger

174.Gambie

173.Côte d'Ivoire

172.Tchad

171.Guinée-Bissau

170.Sierra Leone 

Classement complet : 

http://www.savethechildren.org/atf/cf/%7B9def2ebe-10ae-432c-9bd0-df91d2eba74a%7D/SOWM_2015.PDF

 

(1) http://eklektik.hautetfort.com/archive/2014/05/10/classement-selon-la-situation-des-meres-5366471.html

(2) Quatorze Etats - membres de l'ONU - manquent donc : Monaco (vraisemblablement inclus dans la France), Saint-Marin (idem, pour l'Italie), la Corée du Nord (données certainement inaccessibles), les Iles Marshall, Palaos, Andorre, Antigua et Barbuda, Dominique, les Seychelles, Saint-Christophe-et-Niévès, le Liechtenstein, le sultanat du Brunei, premier Etat d'Asie du Sud-Est à instaurer la charia (en 2013), ainsi que les micro-Etats de Nauru (21 km²) et Tuvalu (26 km²).

(3) La Finlande est première dans le classement relatif à la liberté de la presse (effectué par Reporters sans Frontières), et le Danemark est le mieux classé selon l'Indice de corruption, classement effectué par l'ONG allemande Transparency International.

(4) http://www.lemonde.fr/europe/article/2015/05/05/la-norvege-meilleur-pays-au-monde-pour-etre-maman_4627386_3214.html

16/12/2014

Norvège

drapeau norvège,norvègeSimilaire aux autres drapeaux scandinaves, le drapeau de la Norvège fut officiellement adopté, dans sa forme actuelle, le 13 juillet 1821, après avoir été proposé par Frederik Meltzer, un membre du Parlement. Toutefois, il changea au gré des développements politiques. C'est ainsi que durant "l'union" entre le Danemark et la Norvège (Royaume du Danemark et de Norvège - domination danoise), s'étalant de 1523 à 1814, c'est le drapeau danois actuel qui fut utilisé (voir plus-bas). Le 14 janvier 1814, le Traité de Kiel transfère le Royaume de Norvège à la Suède. Le drapeau du Danemark est préservé mais le loin de Norvège y est ajouté dans le coin supérieur gauche (côté mât), jusqu'en 1821, date d'adoption du drapeau norvégien actuel.

A celui-ci , fut ajouté en 1844 un emblème commun, rappelant l'Union avec la Suède mais fort impopulaire, il fut retiré en 1898, soit avant la séparation de la Suède qui sera officialisée en 1905. Suivant la tradition des pays scandinaves (dans sa définition large, la Scandinavie comprend la Norvège, la Suède, le Danemark, l'Islande, la Finlande mais également les Iles Féroés et le Groenland - territoires autonomes danois -, ainsi qu'Aland, territoire autonome finlandais), le drapeau comporte la croix nordique, symbolisant le christianisme. Les branches de cette ces croix sont égales mais celle se situant sur la partie flottante des drapeaux scandinaves fut allongée afin d'éviter un effet d'optique qui la ferait paraître plus courte (puisque c'est celle qui flotte le plus au vent).

drapeau norvège,norvège,danemark,suède,traité de kiel,fredrik meltzer,scandinavie,croix nordiqueLes couleurs bleu et rouge symbolisent la démocratie. Meltzer tenait à ce que le futur drapeau soit distinct de ceux du Danemark et de la Suède. Il considéra que l'adoption des trois couleurs bleu-blanc-rouge constituait un choix adéquat puisque certaines démocraties de l'époque (France, Etats-Unis, Pays-Bas) les avaient également choisis. Quant au lion de Norvège, figurant sur les armoiries nationales depuis le règne de Magnus VI (1238 - (1263-1280)), il fut présent sur un drapeau antérieur à l'Union avec le Danemark (voir le drapeau ci-contre) et courant de 1318 jusqu'au XVIIIème siècle. La hache portée par le lion devint progressivement une hallebarde (voir le 2ème drapeau ci-dessous). J. N

  

 1536 - 1814 (Royaume du Danemark et de Norvège)drapeau norvège,norvège

 

 

 

 

 

 1814 - 1821 (Royaumes Unis de Suède et de Norvège)drapeau norvège,norvège

 

 

 

 

 

drapeau norvège,norvège

1821 - 1844 (Royaumes Unis de Suède et de Norvège)

 

 

 

 

drapeau norvège,norvège

1844 - 1898 (Royaumes Unis de Suède et de Norvège)

 

 

12/12/2014

Indice de liberté de presse - 2014

téléchargement (1).jpgPour la quatrième année consécutive, la Finlande - archétype d'un système démocratique abouti - est le pays respectant le plus la liberté de presse, d'après les critères retenus par Reporters sans Frontières. Son classement annuel comprend 180 Etats (179 l'an passé, 178 en 2012). Les Pays-Bas sont seconds et la Norvège troisième.

Les pays scandinaves (dans la définition large du terme 'Scandinavie') sont d'ailleurs tous présents dans le Top 10 qui est également inchangé par rapport à l'année passée, à la différence près que d'une part le Liechtenstein (6e) et le Danemark (7e) et que d'autre part l'Islande (8e) et la Nouvelle-Zélande (9e) échangent de place.

Liberté de presse et niveau de corruption sont tous deux des indicateurs de démocratie. Par conséquent, il est fort logique que parmi les 10 premiers, 7 Etats figurent aussi dans le TOP 10 du classement selon l'Indice de corruption, effectué par l'ONG allemande Transparency International (voir notre note à ce propos).

En bas de classement, l'Erythrée est dernière à son habitude, suivie de la Corée du Nord et du Turkménistan, 3 Etats que l'on peut qualifier sans ambiguïté de "prisons à ciel ouvert". Ce top 10 des bonnets d'âne par rapport à l'an passé, à la différence que le Laos (171e) prend la place de Cuba (170e).

La France et les Etats-Unis sont respectivement 40ème et 46ème, la Russie 148ème. Au sein du continent africain, la Namibie est première (22e), suivie du Ghana (27e). Il faut descendre jusqu'au 91ème rang pour retrouver un pays arabe, le Koweit. Vient ensuite le Liban (106e).

Au niveau progression/régression, le Panama (87e) et l'Equateur (95e) font un bon de 24 places, suivis de l'Abanie (85e) qui en gagne 16. A contrario, la République centrafricaine (109e) enregistre la pire chute (-44). Le conflit en cours n'y est certainement pas étranger. Guerre et absence de liberté sont d'ailleurs intimement liés. Le Guatemala (125e ; -30), le Mali (122e ; -23), et la Zambie (93e ; -21) suivent. Mais il faut surtout noter la forte régression des Etats-Unis, autoproclamés pays de la liberté (-14). Enfin, la Grèce (99e) marque la plus mauvaise régression en Europe (-15) tandis que la Serbie (54e) y accomplit la meilleure progression (+9).  J. N

 

Les 10 premiers

1.Finlande

2.Pays-Bas

3.Norvège

4.Luxembourg

5.Andorre

6.Liechtenstein (+1)

7.Danemark (-1)

8.Islande (+1)

9.Nouvelle-Zélande (-1)

10.Suède

Les 10 derniers

180.Erythrée (-1)

179.Corée du Nord (-1)

178.Turkménistan (-1)

177.Syrie (-1)

176.Somalie (-1)

175.Chine (-2)

174.Vietnam (-2)

173.Iran (+1)

172.Soudan (-2)

171.Laos (-3)

Classement complet

http://rsf.org/index2014/fr-index2014.php 

11/12/2014

Indice de corruption - 2014

téléchargement.jpgLa très respectée ONG allemande Transparency International a publié la semaine passée son classement annuel des pays selon l'indice de corruption. Basée à Berlin, cette organisation définit la corruption comme "l'abus d'une fonction publique à des fins d'enrichissement personnel".

Le classement 2014 comprend 175 Etats tandis que ceux de 2013 et 2012 en comportaient respectivement 177 (1) et 176 (2). Modèles de démocratie et d'Etat de droit, les pays scandinaves sont comme chaque année représentés dans le haut du classement, soit les Etats les moins corrompus. En effet, la classification est en ordre croissant et les pays sont classés selon une échelle allant de 100 (corruption extrêmement faible) à 0 (corruption extrême).

Ex-aequo avec la Finlande en 2012 et avec la Nouvelle-Zélande en 2013, le Danemark est cette fois-ci seul premier. Avec un indice de 92, il dépasse la Nouvelle-Zélande, deuxième (91). Viennent ensuite la Finlande (89), la Suède (87), et la Norvège (86). Autre pays nordique, l'Islande est 12ème (79).

Peu de changement également en bas de classement. En 2013, Somalie, Corée du Nord et Afghanistan étaient derniers ex-aequo. Cette fois-ci, les deux premiers cités sont toujours derniers (indice de 8), tandis que l'Afghanistan (172ème) "gagne une place" au profit du Soudan (173ème). Dernier pays indépendant, le Sud-Soudan est 171ème. Hormis la Corée du Nord, les deux autres Etats les plus "totalitaires", l'Erythrée et le Turkménistan, sont respectivement 166ème et 169ème.

Les Etats-Unis sont 17èmes tandis que la France est 26ème. Le pays des droits de l'homme partage cette place avec le Qatar, pays arabe le mieux représenté (viennent ensuite le Bahrain et la Jordanie, 55èmes ex-aequo). En Afrique, le Botswana est comme d'habitude le meilleur élève en la matière (31ème), suivi du Cap-Vert (42e) et des Seychelles (43e). J. N

Les 10 premiers

1.Danemark

2.Nouvelle-Zélande

3.Finlande

4.Suède

5.Norvège

 .Suisse

7.Singapour

8.Pays-Bas

9.Luxembourg

10.Canada

Les 10 derniers

175.Somalie

     .Corée du Nord

173.Soudan

172.Afghanistan

171.Sud-Soudan

170.Irak

169.Turkménistan

166.Ouzbékistan

     .Libye

     .Erythrée

Classement complet : 

http://www.transparency.org/cpi2014/results

 

(1) Voir le classement 2013 : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/12/03/indice-de-corruption-2013-5237095.html 

(2) 182 en 2011, 178 en 2010.

26/12/2013

Failed States Index - 2013

fund for peace,etat failli,etat effondré,quasi-etat,etat fragile,william zartman,robert jackson,somalie,soudan,sud-soudan,yémen,zimbabwe,république démocratique du congo,finlande,suisse,suède,norvège,islande,nouvelle-zélande,luxembourg,tchad,afghanistan,haïti,centrafriqueLe think tank américain Fund for Peace (1) publie chaque année depuis 2005 son classement des "Etats faillis" (Failed States). Flou et controversé, le concept définit généralement un Etat failli comme étant incapable aussi bien de maintenir un contrôle sur l'ensemble de son territoire (et d'avoir le monopole de la violence légitime, une idée chère à Max Weber), d'exercer une autorité légitime afin de prendre des décisions collectives, de procurer des services publics, et inapte à interagir avec la communauté internationale comme membre à part entière de cette dernière.

fund for peace,etat failli,etat effondré,quasi-etat,etat fragile,william zartman,robert jackson,somalie,soudan,sud-soudan,yémen,zimbabwe,république démocratique du congo,finlande,suisse,suède,norvège,islande,nouvelle-zélande,luxembourg,tchad,afghanistan,haïti,centrafriqueSouvent utilisée par les journalistes et commentateurs politiques pour décrire un Etat qui ne remplit pas les critères objectifs de souveraineté (2), cette notion fut critiquée par le linguiste et philosophe américain Noam Chomsky qui, dans son ouvrage Failed States : The Abuse of Power and the Assault on Democracy (2007), souligne l'ambigüité du concept, applicable selon lui aux Etats-Unis d'Amérique qui représenteraient une menace pour la sécurité internationale.

En théorie des Relations Internationales, cette notion fait suite à d'autres théories convergentes sur le dysfonctionnement de l'Etat. L'américain Robert Jackson parle en 1993 (3) de "quasi-Etat". Tout en détenant une personnalité juridique, cet Etat est privé de prérogatives essentielles (monopole de la violence, ressources économiques), et ne survit que grâce à la bienveillance de la communauté internationale. En 1995, un autre académicien américain, William Zartman, exposait sa théorie de l'"Etat effondré" (collapsed State) (4). Incapable de générer de la cohésion sociale, cet Etat est marqué par le patrimonialisme et la corruption. Les instances officielles sont dès lors concurrencées par des sources de pouvoir alternatives qui remettent en cause sa légitimité (Zartman appliqua ce concept à la Somalie, le Libéria, et l'ex-Yougoslavie). Quatre éléments montrent le caractère effondré de l'Etat : 

fund for peace,etat failli,etat effondré,quasi-etat,etat fragile,william zartman,robert jackson,somalie,soudan,sud-soudan,yémen,zimbabwe,république démocratique du congo,finlande,suisse,suède,norvège,islande,nouvelle-zélande,luxembourg,tchad,afghanistan,haïti,centrafrique- Il ne fonctionne plus comme centre de décision, perd sa légitimité, perd le droit de dicter les droits et les finalités collectives de la société.

- Il n'est plus le symbole de l'identité nationale. Il ne peut plus donner un nom à ces habitants et une signification à leurs actions sociales.

- L'organisation politique centrale n'exerce plus son autorité sur l'ensemble du territoire.

- L'Etat, en tant qu'acteur économique, ne dispose plus de capacités extractives  et redistributives.

En 2005, est apparue la notion d'"Etat fragile". Elle présente une différence ostensible avec les autres. "Son émergence provient spécifiquement de l'initiative d'organisations : elle n'est pas le fruit de recherches politologiques mais d'une production institutionnelles de normes" (5).

Ainsi, au-delà des nuances existantes, ces quelques notions, sensiblement proches finalement, ont pour dénominateur commun d'évaluer (ou de stigmatiser) l'ampleur de dysfonctionnement d'un Etat reconnu par l'ensemble de la communauté internationale.

fund for peace,etat failli,etat effondré,quasi-etat,etat fragile,william zartman,robert jackson,somalie,soudan,sud-soudan,yémen,zimbabwe,république démocratique du congo,finlande,suisse,suède,norvège,islande,nouvelle-zélande,luxembourg,tchad,afghanistan,haïti,centrafriquePortant sur 178 Etats, le classement de Fund for Peace qualifie d'Etat le plus failli en 2013 la Somalie (1e), suivie de la République Démocratique du Congo (ou Congo-Kinshasa) (2e) et du Soudan (3e). Les Etats les plus faillis de la planète sont fort logiquement des territoires pauvres ou marqués par des conflits militaires (présents ou passés). On retrouve chez les moins faillis les Etats scandinaves, toujours bien placés dans les classements "politiques" d'Etats. La Finlande est "première" (178e), suivie de la Suède (177e) et de la Norvège (176e). Jihad Naoufal


Les 10 Etats les plus faillis

1.Somalie

2.Congo-Kinshasa

3.Soudan

4.Sud-Soudan

5.Tchad

6.Yémen

7.Afghanistan

8.Haïti

9.Centrafrique

10.Zimbabwe

Les 10 Etats les moins faillis

178.Finlande

177.Suède

176.Norvège

175.Suisse

174.Danemark

173.Nouvelle-Zélande

172.Luxembourg

171.Islande

170.Irlande

169.Australie

Classement complet : 

http://ffp.statesindex.org/rankings-2013-sortable

 

(1) Fund for Peace fut fondé en 1957. Basé à Washington D.C, son objectif principal est de prévenir les conflits.

(2) Pour une reflexion sur la souveraineté de l'Etat, Cf. Bertrand Badie, "De la souveraineté à la capacité de l'Etat", in Marie-Claude Smouts, Les nouvelles relations internationales - Pratiques et théories, 1998.

(3) Robert H. Jackson, Quasi-States : sovereignty, international relations and the third world.

(4) William H. Zartman, Collapsed States : The Desintegration and Restoration of Legitimate Authority.

(5) Jean-Marc Chataigner, Hervé Magro, Etats et sociétés fragiles: entre conflits, reconstruction et développement, 2007.

15/12/2013

Indice de liberté de presse - 2013

images (2).jpgPar rapport au classement 2011-2012, il n'y a pas de changement aux niveaux des pays où la liberté de presse est le plus respectée, et des trois derniers. Comme l'an passé, ce classement comprend 179 Etats (un de plus par rapport au classement 2010).

images (1).jpgExemple de démocratie aboutie, la Finlande est classée première pour la troisième année consécutive. Cela coïncide également avec sa troisième place dans le classement effectué selon l'indice de corruption (établi par l'ONG allemande Transparency International) (1). Egalement 1ère l'an passé, la Norvège rétrograde très légèrement (3ème). Troisièmes l'an passé, les Pays-Bas remontent cette année à la seconde place. Par contre, l'Estonie, également première l'an passé, perd 8 places (11e). En quatrième et cinquième place, on retrouve respectivement le Luxembourg et Andorre.

Comme souvent, les pays nordiques - certainement les plus modernes de la planète - sont bien représentés puisque le Danemark est 6ème, l'Islande 9ème, et la Suède 10ème. Le Danemark est également 1er dans le classement décroissant de la corruption (cité plus haut).

images (3).jpgChristophe Deloire, secrétaire général de Reporters Sans Frontières [diffuseur de ce classement] affirme que ce classement "ne tient pas compte directement de la nature des régimes politiques. Néanmoins, il apparaît clairement que les démocraties protègent mieux la liberté de la production et de la diffusion des informations factuelles que les pays dans lesquels les autres droits humains sont méprisés" (2). C'est donc logiquement dans le bas du classement que l'on retrouve les régimes les plus durs. Les trois bonnets d'ânes conservent leur position de l'an passé : le Turkménistan (177e), la Corée du Nord (178e), et l'Erythrée (179e), ainsi que la Syrie (176e). L'Iran (174e) et la Chine (173e) "gagnent" une place alors que la Somalie, Etat le plus corrompu au monde, en perd onze (175e).

images.jpgProgression / Régression

Le Malawi enregistre le meilleur bond en avant en gagnant 71 places (75e). L'année passée, il s'agissait du Niger (+75). La Côte d'Ivoire post Gbagbo//Ouattara marque quand à elle une progression de 63 places (96e). Progrès également du côté de Myanmar, dus certainement à l'ouverture politique sans précédent. La Birmanie est 155ème (+18). Niveau régression, le Mali subit le contre-coup de la crise de 2012 et enregistre la pire chute (99e, - 74). La Tanzanie perd quant à elle 36 places (70e).

Par région, le Costa-Rica (18e) est premier en Amérique Latine, la Namibie l'est également pour l'Afrique, suivie du Cap-Vert (25e) et du Ghana (30e). Ces Etats se classent d'ailleurs mieux que la France (37e) et les Etats-Unis (32e). Le Koweït est le mieux représenté au Moyen-Orient, suivi du Liban (101e). J.N

 

Les 10 premiers

1.Finlande

2.Pays-Bas (+1)

3.Norvège (-2)

4.Luxembourg (+2)

5.Andorre

6.Danemark (+4)

7.Liechtenstein

8.Nouvelle-Zélande (+5)

9.Islande (-5)

10.Suède (+2)

Les 10 derniers

179.Erythrée

178.Corée du Nord

177.Turkménistan

176.Syrie

175.Somalie

174.Iran (+1)

173.Chine (+1)

172.Vietnam

171.Cuba (-4)

170.Soudan

 

(1) Voir notre note sur ce classement : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2013/12/03/indice-de-corruption-2013-5237095.html

(2) http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2013,1054.html