compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-03 | Page d'accueil | 2008-05 »

29/04/2008

Mongol

845900414.jpgDifficile de traiter au cinéma le personnage de Genghis Khan, tant les informations sur le premier empereur mongol sont insuffisantes ou invérifiables. Certaines se contredisent et d'autres sont fondées sur des légendes répandues par les biographes de Genghis Khan. Sergei Bodrov (Prisonner of the mountains, 96) s'est basé ici sur les écrits controversés de l'historien russe Lev Goumilyov. Il n'a pas effectué de biopic classique. Son film est plutôt une réflexion sur un homme considéré à tort comme uniquement sanguinaire. Car Genghis Khan ne fut pas uniquement un conquérant assoiffé de pouvoir. Fin politicien, visionnaire, intelligent et posé, il est celui qui unifia les troupes mongoles à une époque où celles-ci s'entredéchiraient en permanence. Il érigea également un code politique et moral à une époque (nous sommes au XIIème siècle) où les lois civiques n'étaient pas de mise, bien avant de mettre en place le plus vaste empire au monde (voir la carte ci-dessous). Il ne faudra donc pas s'attendre à un film comme Alexandre (Oliver Stone, 04) en allant regarder Mongol. La réflexion de Bodrov s'articule autour de la période qui va façonner la personnalité du jeune conquérant, celle allant de son adolescence jusqu'à ses premiers pas au pouvoir. Surtout, le réalisateur russe apporte une lumière nouvelle sur des faits méconnus, notamment l'influence positive de Borte, épouse de Genghis Khan, sur son mari. Mêlant le mythe à la réalité sur fond de saga épique, Mongol s'avère être une nouvelle façon de traiter les personnages historiques. Et Sergei Bodrov a réussi le pari de joindre intelligemment le spectaculaire au sobre.

Mongol (Sergei Bodrov, Rus/Mong/Kaz/All, 2007, 126 mins).    Avec Tanadobu Asano, Sun Hong-Lei, Khulan Chuluun, Odnyam Odsuren.

- 1 nomination (Meilleur film étranger) - Oscars 2008.

- Meilleur acteur dans un second rôle (Sun Hong-Lei) - Asian Film Awards 2008.

- Meilleurs costumes, Meilleur montage sonore - Golden Eagle Awards (Russie) 2007.

- Meilleur film, Meilleur réalisateur, Meilleure mise en scène - Nika Awards (Russie) 2008. 

- Présenté - Festival de Toronto 2007.

- Présenté - Festival de Miami 2008.

- Présenté - Festival de Palm Springs 2008.

- Présenté - Festival de Santa Barbara 2008.

Extension maximale de l'Empire Mongol.

25/04/2008

Into the wild

428848745.jpgFraîchement diplômé d'une fac prestigieuse de Atlanta et promis à un avenir brillant, Christopher McCandless  (23 ans) en a pourtant marre de la société, de ses conventions et de son matérialisme. Laissant tout derrière lui (sa soeur et ses parents), se délestant de son argent et de sa voiture, il décide de partir à l'aventure, loin, très loin. Il va écumer l'Amérique (Dakota, Colorado, Californie...) jusqu'à arriver à son objectif ultime, l'Alaska, où il pourra se rapprocher de la nature. Pour son quatrième long-métrage, Sean Penn (qui sera le président du jury du prochain Festival de Cannes) nous offre une très belle ode à la nature sauvage et un hommage poignant à un être épris de liberté. Christopher McCandless (interprété par un Emile Hirsch qui ira certainement très loin) a véritablement existé. Le film s'inspire du livre du même nom ("Voyage au bout de la solitude" en français), écrit en 1996 par le journaliste américain Jon Krakauer, qui décrit le périple du jeune aventurier. La bande son rock complentative et de toute beauté a été réalisée par Eddie Vedder, le chanteur de Pearl Jam, qui a reçu pour le morceau "Guarenteed" le Golden Globe de la meilleure chanson.

Into the wild (Sean Penn, USA, 2007, 145 mins).    Avec Emile Hirsch, Marcia Gay Harden, Jena Malone, Hall Holbrook, Catherine Keener, William Hurt, Brian Dierker, Vince Vaughn.

- 2 nominations - Oscars 2008.

- Meilleure chanson (Eddie Vedder) - Golden Globe 2008.

- Meilleure performance (Emile Hirsch) - National Board of Review 2007.

- Premier prix (Sean Penn) - Festival international de Rome 2007.

- Meilleur réalisateur - Palm Springs International Film Festival 2008.

- Audience Award (Meilleur film étranger) - Sao Paulo International Film Festival 2007.

- Meilleur film - Gotham Awards 2007.

UEFA - Demi-finales

1417230156.jpgJeudi 24 avril :

Bayern Munich (All) - Zenith Saint-Pétersbourg (Rus) 1-1 : Ribery (17e s.p) ; Lucio (59e c.s.c).

Glasgow Rangers (Eco) - Fiorentina (Ita) 0-0

12:00 Publié dans Football | Lien permanent | Commentaires (0)

24/04/2008

Champions League - Demi-finales

1944018827.jpgMardi 22 avril :

Liverpool (Ang) - Chelsea (Ang) 1-1 : Kuyt (42e) ; Riise (90e+5 c.s.c).

Mercredi 23 avril :

Barcelone (Esp) - Manchester United (Ang) 0-0

 

Liverpool : Reina - Arbeloa, Carragher, Skrtel, Fabio Aurelio (Riise, 61e) - Xavi Alonso, Mascherano - Kuyt, Gerrard (cap.), Babel (Benayoun, 76e) - Fernando Torres.

Chelsea : Ceh - Paulo Ferreira, Ricardo Carvalho, Terry (cap.), A. Cole - J. Cole, Lampard, Makelele, Ballack (Anelka, 86e), Malouda - Drogba.

 

Barcelone : Victor Valdes - Zambrotta, Marquez, G. Milito, Abidal - Xavi (cap.), Deco (Henry, 77e), Yaya Touré - Messi (Bojan, 62e), Eto'o, Iniesta.

Manchester United : Van der Sar - Hargreaves, Ferdinand (cap.), Brown, Evra - Park, Scholes, Carrick - Cristiano Ronaldo, Tevez (Giggs, 85e), Rooney (Nani, 76e).

22/04/2008

3:10 to Yuma

124576278.jpgCe qui est intéressant avec James Mangold, est que quel que soit le genre de cinéma auquel il s'attaque, il parvient, sans révolutionner le thème, à mettre en place un film solide. Qu'il s'agisse de corruption au sein de la police (Cop Land, 1997), de thriller horrifique (Identity, 2003) ou de biopic (Walk the line, 2005). 03:10 to Yuma est en effet un très bon western, nerveux, violent et complexe, mettant aux prises Russell Crowe et Christian Bale. Le premier incarne Ben Wade, desperado terrifiant pourchassé par toutes les polices du coin. Le second, interprétant Dan Evans, ancien de la guerre de secession, fermier et père de famille, est chargé d'escorter Wade jusqu'à la ville de Contention (dans l'Arizona) puis de le faire monter à bord du train de 15h10 pour la ville de Yuma où il sera pendu. Le film est un remake de celui qui porte le même nom, réalisé en 1957 par Delmer Daves (avec Glenn Ford et Van Heflin dans les rôles des deux protagonistes).

3:10 to Yuma (James Mangold, USA, 2007, 117 mins).    Avec Russell Crowe, Christian Bale, Ben Foster, Peter Fonda, Gretchen Mol, Dallas Roberts.

- 2 nominations (Meilleur son et meilleure musique) - Oscars 2008.

- Prix Spécial (Christian Bale - Meilleure performance) - San Diego Film Critics Society Awards 2007.

- 2 nominations - Satellite Awards 2007.

19/04/2008

Guerre

249115222.jpg"De tout temps, les hommes, pour quelque morceau de terre de plus ou de moins, sont convenus entre eux de se dépouiller, se brûler, se tuer, s'égorger les uns les autres ; et pour le faire plus ingénieusement et avec plus de sûreté, ils ont inventé de belles règles qu'on appelle l'art militaire."

   Jean de La Bruyère (1645-1696)

17/04/2008

Coupe de France - Quarts de finale

2095676752.jpgParis passe l'obstacle Carquefou

2 équipes de Ligue 2 joueront les demi-finales de la Coupe de France cette saison. Amiens et Sedan. Les Ardennais ont sorti Bordeaux à Chaban-Delmas aux tirs aux buts. Lyon a logiquement sorti Metz (1-0), lanterne rouge de Ligue 1 déja reléguée à l'étage inférieur. A la Beaujoire, Paris a peiné pour sortir Carquefou (1-0), l'équipe surprise (pensionnaire de CFA2) qui avait sorti Nancy en 16èmes de finale et Marseille en 8èmes. Entré en jeu à la 70ème minute, Pauleta a marqué l'unique but de la rencontre 7 minutes plus tard. L'équipe parisienne, mal en point en championnat (18ème), respire un coup avant de se déplacer samedi à Caen pour le compte de la 34ème journée de Ligue 1. Les demi-finales qui se dérouleront le 6 et 7 mai opposeront Amiens et Paris au stade de la Licorne et Lyon et Sedan à Gerland.

Mardi 15 avril :

Amiens (L2) - Dijon (L2) 1-0 : Contout (87e).

Lyon (L1) - Metz (L1) 1-0 : Benzema (39e).

Mercredi 16 avril :

Bordeaux (L1) - Sedan (L2) 0-0 a.p (3-4 t.a.b).

Carquefou (CFA2) - PSG (L1) 0-1 : Pauleta (77e).

12/04/2008

Guerre

772533361.5.jpg"La première panacée d'une nation mal gouvernée est l'inflation monétaire ; la seconde, c'est la guerre. Toutes deux apportent une prospérité temporaire ; toutes deux apportent une ruine permanente. Mais toutes deux sont le refuge des opportunistes politiques et économiques."

   Ernest Hemingway (1899-1961)

11/04/2008

UEFA - Quarts

1897417212.jpgLe Bayern au bout du suspense 

3 équipes se sont inclinées à domicile lors des quarts de finale retour de la coupe de l'UEFA. Sans conséquence pour Saint-Pétersbourg, défait par Leverkusen (1-0) mais victorieux à l'aller (4-1). Par contre, le Sporting Portugal et le PSV Eindhoven ont mordu la poussière sur le même score (0-2) respectivement face aux Rangers et la Fiorentina, après avoir évité la défaite à l'aller. Accroché à domicile à l'aller (1-1) par l'insolente équipe de Getafe, le Bayern a frôlé le pire. Réduit à 10 dès la 5ème minute suite à l'expulsion de De la Red, Getafe ouvrait pourtant le score suite à un exploit personnel de Contra (44e). Ribery offrait aux siens une prolongation (89e) que Getafe débutait par 2 buts (92e, 93e) malgré son infériorité numérique. Contre toute attente, alors que son équipe semblait complètement abattue, Toni (déja buteur à l'aller) inscrivait le doublé au bout de la 2ème prolongation (115e, 119e), offrant au club bavarois une demi-finale inéspérée quelques instants plus tôt. Il faudra toutefois se méfier en demi-finale contre le Zenith de Saint-Pétersbourg. L'autre demi-finale opposera les Glasgow Rangers à la Fiorentina.

En gras les clubs qualifiés, entre parenthèses le score du match aller. 

Jeudi 10 avril :

Zenith Saint-Pétersbourg (Rus) - Bayer Leverkusen (All) 0-1 (4-1) : Bulykin (18e).

Sporting Portugal (Por) - Glasgow Rangers (Eco) 0-2 (0-0) : Darcheville (58e), Whittaker (90e+1).

Getafe (Esp) - Bayern Munich (All) 3-3 (1-1) : Contra (44e), Casquero (92e), Braulio (93e) ; Ribery (89e), Toni (115e, 119e).

PSV Eindhoven (P-B) - Fiorentina (Ita) 0-2 (1-1) : Mutu (38e, 53e).

10/04/2008

Mad detective

1872857252.jpgDécidément, rien n'arrête plus Johnny To. Election (2005), Exilé (2006), Triangle (2006) et place maintenant à Mad detective, co-réalisé avec Wai Ka-Fai. On retrouve ici le thème de l'arme à feu qui disparaît (PTU, 2005). Il s'agit de celle de l'inspecteur Wong (Lee Kwok Lun), lui aussi mystérieusement disparu alors qu'il traquait dans la forêt un suspect avec son collègue Chi-wai (Lam Ka-Tung). L'inspecteur Ho Ka-On (Andy On) est chargé de l'enquête. Il demande pour cela l'aide de son ancien mentor, le "mad detective" Bun. Inspecteur hors-pair, possédant un sixième sens infaillible, celui-ci s'est malheureusement avéré un peu timbré. Lors d'une fête organisée pour le départ d'un de ses supérieurs, il découpa son oreille et la lui offrit (la scène sera culte et a valu au film d'être interdit aux moins de 18 ans). Exit donc la police. Mais pour Ho Ka-On, Bun est indispensable, il "voit les démons dans les coeurs des gens". Et lui seul peut aider son ancien disciple à briser les incohérences de Chi-wai dont les agisements sont loin d'être rassurants. Mise en scène géniale et virtuosité savoureuse. Voici un polar sombre et psychologique comme seul sait le faire le cinéma d'Asie du Sud-est. Génial Johnny To qui maîtrise toujours aussi bien le thème policier sans jamais se répéter. Nouvelle touche ajoutée ici : la frontière entre le réel et l'irréel.

Mad detective (Johnny To, Wai Ka-Fai, Hong-Kong, 2007, 90 mins).    Avec Lau Ching-Wan, Andy On, Lam Ka-Tung, Kelly Lin.

- 1 nomination (Lion d'or) - Mostra de Venise 2007.

- Meilleur scénario - Hong Kong Film Critics Society Awards 2007.

- Présenté - Festival de Toronto 2007.

- Présenté - Festival de Tokyo 2007.

- Présenté - Festival de Vancouver 2007.

- 8 nominations - Hong Kong Film Awards 2007.