compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2008-04 | Page d'accueil | 2008-06 »

31/05/2008

Witch Hunter Robin

1437252609.jpgVoici une excellente série anime sur le thème du paranormal (c'est une tendance d'ailleurs , avec Ghost Hunt et Ghost Hound...). Une puissante organisation nommée Salomon traque les humains aux pouvoirs psychiques surélevés (les "Witch") et les élimine. Robin, jeune fille de 15 ans capable de contrôler le feu, débarque à la section japonaise de Salomon, la STN-J, pour remplacer un membre tué récemment. Elle va travailler en équipe et va vite susciter la méfiance du ténébreux Amon. Pourquoi est-elle envoyée par Salomon ? Qui est-elle réellement ? D'autres questions se poseront au fur et à mesure que les épisodes (26) vont se succéder. Pourquoi la STN-J contrairement à Salomon ne liquide pas les sorcières ? Voici une série intelligente et à l'atmosphère dark. On ne s'ennuie jamais même si le rythme ralentit par moments. Au moment de sa sortie, Witch Hunter Robin s'est démarqué par le fait notamment que la série n'est pas répétitive. Certaines histoires-épisodes sont indépendantes, tout en demeurant dans l'esprit d'une intrigue rondement menée (même si les 3 derniers épisodes sont légèrement accélérés) qui ne néglige pas le suspense et les retournements de situation, comme ce magnifique coup de théâtre opéré vers les épisodes 7 et 8. Série coup de coeur.

Witch Hunter Robin

(26 épisodes de 23 mins)

Année : 2002. 

Studio : Bandai.

Réalisateur : Shukô Murase.

Character Design : Kumino Takahashi.

Musique : Taku Iwasaki.

30/05/2008

Légitimité

1062820552.jpg"Toute royauté peut être bonne, quand elle est la seule forme possible de gouvernement ; pour légitime, elle ne l'est jamais. Ni l'hérédité, ni l'élection, ni le suffrage universel, ni l'excellence du souverrain, ni la consécration de la religion et du temps, ne font la royauté légitime. Sous quelque forme qu'elle se montre, monarchique, oligarchique, démocratique, la royauté, ou le gouvernement de l'homme par l'homme, est illégale et absurde."

    Pierre-Joseph Proudhon (1809-1865)

12:00 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : légitimité, proudhon

28/05/2008

Euro 2008 : liste des 23 appelés

1268404403.jpgDomenech l'a fait : Gomis retenu, Landreau écarté 

Comme pressenti dans notre note précédente, Batefimbi Gomis, auteur d'une performance fracassante mardi contre l'Equateur, a finalement été retenu par Raymond Domenech dans la liste des 23 pour l'Euro 2008. Il chipe donc la place de Djibril Cissé qui n'a plus joué de compétition majeure depuis la Coupe du monde 2002. Autre surprise, la sélection de Steve Mandanda, meilleur gardien de Ligue 1. La hiérarchie a donc été finalement bousculée au niveau des gardiens. Domenech a donc priviligié la forme du moment. Mandanda eclipse un Mickaël Landreau auteur d'une saison médiocre, à l'image de son club, le PSG. Après Chimbonda et Ribery en 2006, Domenech a concocté la surprise 2008.

En défense, Escudé et Mexès, blessés, ont naturellement été écartés. Si la blessure du premier (pubalgie) est confirmée, celle du second, blessé samedi dernier avec Rome en finale de Coupe d'Italie (victoire contre l'Inter), est considérée bénigne. Mais quand on sait que Domenech et Mexès n'ont jamais entretenu de bons rapports, on se dit que le sélectionneur n'a pas du hésiter. Dommage car les 2 bénéficiaires de ces forfaits, les lyonnais Boumsong et Squillaci, ne sont pas des assurances tout risque. Au poste de milieu récupérateur, il y avait de la place encore pour une doublure puisque Toulalan est indiscutable. C'est donc Lassana Diarra, auteur d'un très bon match contre l'Equateur, qui a été préféré à Alou Diarra et Mathieu Flamini. Il y avait également 1 nom à cocher pour compéter la liste des 4 milieux offensifs. Et c'est Nasri (exit Ben Arfa, auteur d'une prestation mitigée) qui accompagnera Ribery, Malouda et Govou.

La liste des 23 sélectionnés :

Gardiens : Grégory Coupet (Lyon), Sébastien Frey (Fiorentina), Steve Mandanda (Marseille).

Défenseurs : Eric Abidal (Barcelone), Lilian Thuram (Barcelone), Patrice Evra (Manchester United), Willy Sagnol (Bayern Munich), William Gallas (Arsenal), François Clerc (Lyon), Alain Boumsong (Lyon), Sébastien Squillaci (Lyon).

Milieux : Jérémy Toulalan (Lyon), Claude Makelele (Chelsea), Patrick Vieira (Inter Milan), Florent Malouda (Chelsea), Franck Ribery (Bayern Munich), Lassana Diarra (Portsmouth), Samir Nasri (Marseille), Sidney Govou (Lyon).

Attaquants : Thierry Henry (Barcelone), Karim Benzema (Lyon), Nicolas Anelka (Chelsea), Batefimbi Gomis (Saint-Etienne).

Décès de Sydney Pollack

1866685069.jpgLe réalisateur-acteur-producteur Sydney Pollack est décédé d'un cancer ce lundi 26 mai à l'âge 73 ans. Suite à sa maladie, il avait du abandonner en août 2007 le tournage d'un téléfilm ("Recount") sur l'élection présidentielle américaine controversée de 2000. En 1985, il obtint 2 oscars (meilleur film, meilleur réalisateur) pour "Out of Africa". Réalisateur engagé, il tourna une quinzaine de films pour le grand écran. Sa dernière réalisation en 2005 fut un documentaire (Esquisses de Frank Gehry, 2005). Comme acteur, il participa l'an passé à Michael Clayton de Tony Gilroy et cette année à Leatherheads ("Jeux de dupes") de George Clooney. Il était marié et père de trois enfants.

12:00 Publié dans Film | Lien permanent | Commentaires (1) | Tags : sydney pollack

France - Equateur 2-0

1151515656.jpgGomis au lieu de Cissé ? 

La France a entamé hier sa grosse préparation pour la phase finale de l'Euro 2008 qui débutera le 7 juin prochain. Au menu, 3 sélections sud-américaines dont l'Equateur hier (victoire 2-0), le Paraguay le 31 mai et la Colombie le 3 juin. Dans un match où on aura vu du bon et du moins bon, notamment une seconde mi-temps nettement meilleure que la première, c'est Batefimbi Gomis qui a marqué des points et 2 buts superbes pour sa première sélection. A se demander s'il n'aurait pas du être sélectionné plus tôt en équipe de France. Mais l'interrogation principale est la suivante : pourrait-il, à la surprise générale, être invité à l'Euro ? A la place par exemple d'un Djibril Cissé qui ne fut pas à son avantage ce soir ? Comme fut d'ailleurs ce dernier sélectionné pour la Coupe du monde 2002 sans avoir évolué précedemment en équipe de France ? Domenech a toutefois affirmé après la rencontre qu'"un jugement ne se fait pas sur 45 minutes"... Le suspense demeure. Au milieu, Lassana Diarra a également réalisé une très bonne prestation à la récupération (exit Flamini ?). On a également vu un très bon Samir Nasri à l'organisation du jeu, un Ben Arfa époustouflant par moments (des dribbles, une passe décisive, une superbe frappe) et décevant par d'autres (corners mal tirés, mauvais choix). Au niveau des gardiens, Frey et Mandanda se sont partagés les deux mi-temps et ont été très solides. Casse-tête : exit Landreau ou un des deux va partir ? Au sein de cette "équipe bis" qui a joué ce soir, certains se sont montrés, d'autres un peu moins. Et impossible de dire si cela sera décisif ou pas. Fin du suspense dans quelques heures. Les 30 pré-sélectionnés ne seront plus que 23.

Buts : Gomis (60e, 86e). 

France : Frey (Mandanda, 46e) - Sagnol (Clerc, 74e), Thuram, Escudé (Evra, 46e), Abidal - Nasri, L. Diarra, A. Diarra (Flamini, 46e), Ben Arfa (Malouda, 78e) - Cissé (Gomis, 46e), Anelka.

Equateur : Elizaga - De Jesus, Hurtado (cap.), Castro, Achilier - Valencia, Castillo, Ayovi, Saritama - Quiroz (Borja, 64e), Caicedo.

 

Autres matchs :

Allemagne - Biélorussie 2-2 : Klose (10e), Korytko (20e c.s.c) ; Bulyga (61e, 88e).

République Tchèque - Lituanie 2-0 : Koller (39e, 62e).

Monténégro - Kazakhstan 3-0 : Dalovic (15e, 45e), Drincic (21e).

Albanie - Pologne 0-1 : Zurawski (3e).

Autriche - Nigéria 1-1 : Kienast (12e) ; Uche (19e).

27/05/2008

L'avocat de la terreur

1070526614.jpgPlus qu'une biographie de Jacques Verges, ce documentaire explosif de Barbet Schroder est une histoire du terrorisme international qui épouse une période (années 50-80) particulièrement marquée par les bouillonements idéologiques. Fils d'un père réunionnais et d'une mère vietnamiène, Jacques Vergès est né "colonisé" comme le dira un journaliste dans ce documentaire. Le très controversé avocat français (et fort détesté par certains) est connu pour avoir "défendu des causes indéfendables". Son premier procès médiatisé débute en Algérie, encore colonisée par la France, lorsqu'il prend la défense de Djamilah Bouhired, condamnée à mort mais finalement graciée. Il défendra ensuite le FLN, Carlos, Magdalena Kopp, Anis Naccache... et bien d'autres (pour ne citer que ceux-là : Milosevic, Omar Bongo, Kieu Samphan, Tarek Aziz, Bernard Bonnet...) dont le tortionnaire nazi Klaus Barbie (décédé en prison en 1991). De 1970 à 1978, Verges disparaît et on ne sait toujours pas où il se trouvait : Cambodge ? (il était proche de Pol Pot), Chine ? Vietnam ? URSS ? Liban ? Difficile de savoir. Vergès entretient toujours le mystère. On sait que durant sa disparition, les mouvements palestiniens de libération (FPLP, FDLP) montent en puissance et Verges avait défendu des membres de ces organisations. L'avocat de la terreur est un documentaire-thriller puissant, riche en instructions et déroutant de par les connexions invraisemblables qu'il met en lumière. Minuscule défaut : le docu diverge par moments du sujet principal pour s'égarer dans des détails secondaires (comme par exemple lorsque le cas Wadi Haddad est abordé pendant 20 minutes). Mais l'essentiel est là. Schroeder distille à la fois une double reflexion sur un personnage énigmatique et complexe, et une époque riche en jalonnements politiques et idéologiques, à laquelle il est intimement lié. Un documentaire précieux, fort justement récompensé à la dernière cérémonie des Césars. J. N

L'avocat de la terreur (Barbet Schroeder, France, 2007, 145 mins).

- Sélection officielle - Un certain regard - Festival de Cannes 2007.

- Meilleur documentaire - Césars 2008.

- Meilleur documentaire - Etoiles d'or 2008.

- Présenté - Festival de Londres 2007.

- Présenté - Festival de Toronto 2007.

- Présenté - Festival de San Sebastian 2007.

- Présenté - Festival de Vancouver 2007.

- Présenté - Festival de Rotterdam 2008.

26/05/2008

Festival de Cannes 2008

124438054.jpgPalmarès de la Cérémonie de clôture du 61ème Festival de Cannes, tenue le 25 mai 2008. 

C'est un film français qui a reçu hier la plus prestigieuse distinction du Festival de Cannes 2008. Le réalisateur Laurent Cantet a reçu des mains de Robert de Niro la Palme d'or, décernée à l'unanimité par le Jury présidé par Sean Penn. Entre les murs succède à 4 mois, 3 semaines, 2 jours du réalisateur roumain Cristian Mungiu, lauréat l'an passé, et à Sous le soleil de Satan de Maurice Piallat, dernier lauréat français, en 1987. Le réalisateur italien Matteo Garrone a reçu des mains de Roman Polanski le Grand prix pour son 4ème film, Gomorra, qui traite de la Camora à Naples.

Palme d'or : Entre les murs (Laurent Cantet / France).

Grand prix : Gomorra (Matteo Garrone) / Italie).

Prix du scénario : Le silence de Lorna (Luc et Jean-Pierre Dardenne / Belgique).

Prix de la mise en scène : Three Monkeys (Nuri Bilge Ceylan / Turquie).

Prix d'interprétation féminine : Sandra Corveloni (Linha de passe de Walter Salles / Brésil).

Prix d'interprétation masculine : Benicio del Toro (Che de Steven Soderbergh / USA).

Prix du Jury : Il divo (Paolo Sorrentino / Italie).

Prix spécial du 61ème anniversaire : Catherine Deneuve (Un conte de noël) & Clint Eastwood (The exchange).

Caméra d'or : Hunger (Steve McQueen).

25/05/2008

Finale Coupe de France

948528597.jpgLyon s'impose à l'expérience

Face à une équipe parisienne combative et entreprenante et qui a effectué son meilleur match de l'année, Lyon s'est finalement imposé (1-0 a.p) grâce à l'une de ses rares occasions et Sidney Govou, son homme providentiel. Paris aurait pu l'emporter, tant il aura dominé les débats mais a manqué de réussite (une tête de Camara sur la barre et un tir de Pauleta repoussé sur la ligne par Reveillère, en première mi-temps). Si les Lyonnais ont semblé nettement en dessous de leur adversaire, ils ont encore prouvé qu'une occasion leur suffisait pour marquer. Quant au gardien de but Gregory Coupet, il tenait à fêter dignement son dernier match avec Lyon - qu'il va quitter après 12 saisons - et a effectué des parades décisives, contribuant à la victoire des siens. Pas de doublé donc pour le PSG qui se contentera de la Coupe de la ligue et va vite oublier une saison catastrophique en championnat (16ème) pour reconstruire en vue de la saison prochaine. Il est certain que la prestation affichée par les Parisiens devrait les encourager pour l'avenir. Doublé Coupe-Championnat par contre pour les Lyonnais. Le premier de leur histoire.

Quelques chiffres :

- 1er doublé Coupe-Championnat pour Lyon. La dernière équipe qui l'avait réalisé est Auxerre (1996). Saint-Etienne l'a réalisé 4 fois (record).

- Alain Perrin, entraîneur de Lyon, remporte la Coupe de France pour la 2ème année consécutive et avec un club différent. Il fut vainqueur l'an passé avec Sochaux.

- Ils n'étaient plus que 3 joueurs à avoir remporté tous les titres lyonnais depuis 2001, avec le départ du défenseur brésilien Caçapa en 2007. Avec le départ de Coupet (pour l'Angleterre probablement), il ne reste plus que Govou et Juninho.

- Lyon remporte sa 4ème Coupe de France après 1964, 1967 et 1973.

 

Olympique Lyonnais - Paris-Saint-Germain 1-0 a.p 

Buts : Govou (102e).

Avertissements : Réveillère (41e), Squillaci (45e), Keita (110e) ; Camara (40e), Rothen (65e), Mendy (113e).  

Lyon : Coupet - Reveillère, Squillaci, Boumsong, Grosso - Govou, Toulalan, Juninho (cap.) (Clerc, 117e), Kallström (Bodmer, 68e) - Fred (K. Keita, 73e), Benzema.   Entr : Alain Perrin.

Remplaçants : Vercoutre, Crosas, Delgado, Ben Arfa.

PSG : Alonzo - Ceara, Z. Camara, Yepes, Armand - Chantôme (B. Mendy, 83e), J. Clément, Bourillon (Souza, 105e), Rothen - Pauleta (cap.) (Luyindula, 80e), Diané.   Entr : Paul Le Guen.

Remplaçants : Edel, Sakho, Arnaud, Boli.

22/05/2008

Finale Champions League

1471819766.jpgMagique pour Manchester, cruel pour Chelsea 

Au terme d'un match fou et très engagé (un nez cassé, des crampes, une expulsion et 8 cartons jaunes), Manchester United a remporté face à Chesea (1-1 a.p - 6-5 t.a.b) sa 3ème finale de Ligue de Champions (en trois finales disputées) après celles de 1968 et 1999. Les joueurs de l'emblématique Alex Ferguson réalisent le doublé Championnat-Ligue des Champions comme en 1999 (ils avaient réalisé cette année le triplé Championnat-Coupe d'Angleterre-Ligue des champions). Une finale ne se gagne pas toujours aux points et comme en 1999 et l'incroyable retournement de situation contre le Bayern de Munich (Manchester s'imposait 2-1 dans les arrêts de jeu après que le Bayern eu mené 1-0 et touché deux fois la barre transversale), c'est avec les tripes et l'abnégation que Manchester s'est imposé. Car au vu de la physionomie de la rencontre, Chelsea méritait amplement de l'emporter. Mais voila, le foot est comme ça et il y a toujours un seul vainqueur au final. On pourra toutefois affirmer que c'est l'équipe qui a proposé le meilleur football cette année qui a été récompensée. Manchester avait pourtant assuré une première mi-temps très solide et ouvrait même le score grâce à Cristiano Ronaldo. Le portugais reprenait un centre superbe du toujours improbable Wes Brown pour tromper Ceh de la tête (26e). On connaît la solidité des Mancuniens lorsqu'ils ouvrent le score. Manchester gérait et Chelsea courait après la balle. En 2 minutes, le score faillit se transformer en 1-1 puis 2-0 car suite au superbe arrêt de Van der Sar sur une tête de Ballack (34e), Manchester partait en contre et Ceh stoppait les tentatives de Tevez et Carrick (35e). On oubliait que Chelsea était capable de marquer à tout moment et c'est contre le cours de jeu que Lampard reprenait une frappe déviée de Essien (1-1, 45e) 

Au vu de la seconde mi-temps mais aussi de la prolongation, largement dominées par les Blues, on ne voyait pas les Mancuniens résister, tant Chelsea était à deux doigts de marquer un second but. Malouda était crocheté par Ferdinand dans la surface sans que l'arbitre ne bronche (76e). On pourra d'ailleurs reprocher à Lubos Michel nombreuses décisions erronées en défaveur de Chelsea. Pourquoi avoir administré un carton jaune à Scholes et Makelele (22e) lorsque les deux joueurs se sont percutés ?

428099636.jpgTerry sauve Ronaldo

C'est ensuite Drogba qui expédiait de 25 mètres une frappe terrible sur le poteau (79e). Alors que la prolongation pointait, aucune équipe n'avait encore effectué de changements et on se demande toujours pourquoi, alors qu'un nombre incroyable de joueurs étaient cuits, Ferguson et Grant ont respectivement attendu les 87ème et 92ème minute pour opérer leur 1er changement. Sur un service de Ballack, Lampard trouvait la barre (94e). Manchester tenait bon et sur une de ses rares incursions, Evra centrait devant le but pour Giggs dont le tir était sauvé sur sa ligne par le capitaine courage John Terry. La tension montait et les nerfs lachaient. Une bagarre générale éclatait et coupable d'une "mini-gifle" sur Vidic, Drogba était expulsé (116e). Direction les tirs aux buts. Alors que Tevez (premier tireur) et Carrick pour Manchester et Ballack et Belletti pour Chelsea marquaient sans problème. La frappe de Cristiano Ronaldo, trop outrecuidant sur le coup, était repoussée par Ceh. On pensait le destin enfin du côté de Chelsea, surtout que Lampard et Ashley Cole ne tremblaient pas. En face, Hargreaves trouvait de justesse la lucarne et les nerfs de Nani ne craquaient pas pour l'égalisation à 4-4. Alors que C. Ronaldo était effondré suite à son ratage, le capitaine John Terry prenait ses responsabilités pour la balle de match. Mais sur une pelouse complètement détrempée, il glissait au moment de frapper et son tir heurtait le poteau. On remettait les compteurs à zéro et après les réussites de Anderson, Kalou et Giggs, Van der Sar repoussait la tentative du malheureux Nicolas Anelka. Cristiano Ronaldo se mettait à pleurer. Manchester jubilait. Chelsea était en enfer. Comme en championnat d'Angleterre (Chelsea a terminé second, à 2 points de Manchester), les Blues restaient derrière les Reds Devils.

Stade Loujniki de Moscou 

Score : 1-1 après prolongation (6-5 aux tirs aux buts)

Buts : Cristiano Ronaldo (26e) pour Manchester United ; Lampard (45e) pour Chelsea.

Tirs aux buts : Tevez, Carrick, Ronaldo (manqué), Hargreaves, Nani, Anderson, Giggs pour Manchester ; Ballack, Belletti, Lampard, A. Cole, Terry (manqué), Kalou, Anelka (manqué) pour Chelsea.

Avertissements : Scholes (22e), Ferdinand (43e), Vidic (111e), Tevez (116e) pour Manchester ; Makelele (21e), Carvalho (45e), Ballack (116e), Essien (117e) pour Chelsea.

Manchester United : Van der Sar - Brown (Anderson, 120e), Vidic, R. Ferdinand (cap.), Evra - Hargreaves, Scholes (Giggs, 87e), Carrick, C. Ronaldo - Rooney (Nani, 102e), Tevez.  Entr : Sir Alex Ferguson.

Remplaçants : Kuszczak, Silvestre, O'Shea, Fletcher.

Chelsea : Ceh - Essien, Carvalho, Terry (cap.), A. Cole - J. Cole (Anelka, 99e), Ballack, Makelele (Belletti, 120e), Lampard, Malouda (Kalou, 92e) - Drogba.  Entr : Avraham Grant.

Remplaçants : Cudicini, Alex Costa, Obi Mikel, Chevtchenko.

Quelques chiffres :

- Ryan Giggs a joué son 759ème match officiel avec Manchester United. Il bat l'ancien record de Bobby Charlton (758) et est désormais le joeur le plus capé du club mancunien.

- Cristiano Ronaldo termine meilleur buteur de la compétition avec 8 buts en 11 matchs.

- Owen Hargreaves remporte sa 2ème finale de ligue des champions mais avec un club différent. Il fut vainqueur en 2001 avec le Bayern de Munich.

21/05/2008

Ligue 1 : Bilan

338854529.jpgQuelques mots sur la Ligue 1 que nous n'avons pas eu le temps de commenter cette année. Cette 38ème et dernière journée qui clotura le championnat la semaine dernière (samedi 17 mai), a enregistré le record du plus grand nombre de buts marqués (43). Le précédent remonte à la saison 1992-1993. C'était également la dernière journée (il y avait 20 équipes également) qui avait marqué l'ancien record qui était de 41 buts. Lors de celle-ci, Bordeaux s'était imposé à Lyon (3-2). Le club rhodanien avait terminé 14ème du classement. Une autre époque. Un score fleuve avait marqué la rencontre Toulon-Monaco (4-5). Klinsman avait marqué 2 buts pour l'ASM. Relégués respectivement en National (par la DNCG) et en Ligue 2 après cet exercice, Toulon et Nîmes ne sont plus jamais remontés depuis à l'étage supérieur. Nîmes vient d'accéder à la Ligue 2. Quant à Toulon, il évolue aujourd'hui en CFA. Marseille avait été champion pour la 5ème fois consécutive mais son titre lui avait été retiré suite à l'affaire VA-OM liée au présumé trucage du match Valenciennes-Marseille (0-1 puis score annulé). Valenciennes était descendu en D2 à la fin de la saison puis relégué en National en 1994. Après être même passé par la 4ème division (relégué administrativement), le club est remonté de National en Ligue 2 en 2005 puis accéda à l'élite en 2006.

Saison 1992-1993 - 38ème journée (03 juin 1993) - 41 buts. 

Toulouse - Marseille 3-1

Valenciennes - Sochaux 1-0

Auxerre - Lens 1-1

Toulon - Monaco 4-5

Metz - Nantes 4-0

PSG - Saint-Etienne 3-1

Nîmes - Le Havre 0-2

Caen - Montpellier 2-3

Lille - Strasbourg 2-3

Lyon - Bordeaux 2-3

 

Saison 2007-2008 - 38ème journée (17 mai 2008) - 43 buts.

Auxerre - Lyon 1-3

Sochaux - PSG 1-2

Marseille - Strasbourg 4-3

Saint-Etienne - Monaco 4-0

Lorient - Lille 1-1

Toulouse - Valenciennes 2-1

Metz - Le Mans 4-3

Nancy - Rennes 2-3

Nice - Caen 3-1

Lens - Bordeaux 2-2

 

1011595702.jpgLyon toujours : Lyon est donc champion pour la 7ème fois consécutive (record). Karim Benzema a littéralement explosé cette saison (20 buts en 36 matchs). Le jeune attaquant (20 ans) termine meilleur buteur de la saison et a été désigné meilleur joueur (Trophée UNFP). Mais cette fois-ci, le titre a été dur à décrocher, pour 2 raisons : les Lyonnais ont été légèrement moins bon que par le passé et pour une fois, une équipe, Bordeaux, a constitué un sérieux dauphin. Les Girondins, après avoir réellement proposé des prestations régulières et solides (après la trêve), n'ont laissé personne s'approcher de leur deuxième place. Lyon a du attendre la dernière journée pour être champion et Bordeaux termine avec 4 points de retard "uniquement", 74 points soit un score de champion. C'est en toute logique que le "novice" Laurent Blanc (première saison en tant qu'entraîneur) a été désigné meilleur coach de Ligue 1 lors du Trophée UNFP. Pour sa deuxième saison à Bordeaux, l'attaquant argentin Fernando Cavenaghi a fait parler la poudre (15 buts en 23 matchs) et vient d'être appelé en sélection d'Argentine.

309460243.jpgLens en Ligue 2 : Après Nantes la saison dernière (les Canaris viennent de remonter en Ligue 1), c'est un autre club qui descend en Ligue 2 sans qu'on l'attende à ce niveau-là. Sans être un "grand club français", le Racing Club de Lens avait tout de même remporté le championnat en 1998 et la Coupe de la Ligue en 1999, la régularité de ses dernières saisons (au moins dans les dix premiers depuis 2001-2002) n'augurait pas une 18ème place cette année. Sur le papier, des joueurs talentueux comme Hilton, Dindane, Monterrubio, Kovacevic et consorts n'ont apparemment pas suffi. Quand on sait que le PSG fut à deux doigts également d'être relégué, on réalise que tout est possible dans ce championnat. D'autres clubs qui se sont sauvés in-extermis comme Toulouse, Auxerre et Sochaux (et Paris bien entendu) n'ont pas nécessairement pratiqué un meilleur football que les Lensois. Leur prochaine saison s'annonce donc compliquée dans un championnat qui sera sûrement aussi serré que cette année. Moins étonnantes ont paru les relégations de Metz et Strasbourg, un an après leur montée en Ligue 1. Metz n'a enregistré que 5 victoires et Strasbourg, parti il y a quelques mois pour demeurer au sein de l'élite, a terminé la saison avec 12 défaites consécutives (record). Plus haut dans le classement, Saint-Etienne termine 5ème et retrouve la Coupe d'Europe (les Verts évolueront en UEFA) 20 ans après son dernier match européen. L'un des artisans de la belle saison stéphanoise, Batefimbi Gomis (16 buts au compteur), a été appelé par Raymond Domenech dans la liste des 30 pré-sélectionnés pour l'Euro 2008.

Classement final du championnat 2007-2008 :

1.Lyon 79 points (+37) ; 2.Bordeaux 75 (+27) ; 3.Marseille 62 (+13) ; 4.Nancy 60 (+14) ; 5.Saint-Etienne 58 (+13) ; 6.Rennes 58 (+3) ; 7.Lille 57 (+13) ; 8.Nice 55 (+5) ; 9.Le Mans 53 (-3) ; 10.Lorient 52 (-3) ; 11.Caen 51 (-5) ; 12.Monaco 47 (-8) ; 13.Valenciennes 45 (+3) ; 14.Sochaux 44 (-9) ; 15.Auxerre 44 (-19) ; 16.PSG 43 (-8) ; 17.Toulouse 42 (-6) ; 18.Lens 40 (-9) ; 19.Strasbourg 35 (-21) ; 20.Metz 24 (-36).

Champion : Lyon ; Champions League : Bordeaux, Marseille (Tour préliminaire) ; UEFA : Nancy, Saint-Etienne, PSG (vainqueur de la Coupe de la Ligue).

Relégués : Metz, Strasbourg, Lens ; Promus en Ligue 1 : Le Havre, Nantes, Grenoble.

1487536756.jpgMeilleurs buteurs : Benzema (Lyon) 20 ; Niang (Marseille) 18 ; Cissé (Marseille), Gomis (Saint-Etienne) 16 ; Cavenaghi (Bordeaux) 15.

 

Equipe-type de la saison :

Mandanda (Marseille) - Bonnart (Marseille), Puygrenier (Nancy), Hilton (Lens), Taïwo (Marseille) - Valbuena (Marseille), Toulalan (Lyon), Be. Cheyrou (Marseille), Wendel (Bordeaux) - Niang (Marseille), Benzema (Lyon).