Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

12/07/2012

Contraband

david o'hara,caleb landry jones,lukas haas,contraband,mark wahlberg,kate beckinsale,giovanni ribisi,robert wahlbergAncien criminel, Chris Faraday (Mark Wahlberg) s'est désormais constuit une vie paisible avec sa femme Kate (Kate Beckinsale) et ses deux gamins. Mais le jour où son beau-frère Andy se retrouve embarqué dans un coup foireux avec le caïd local Tim Briggs (Giovanni Ribisi), Chris se voit contraint de reprendre du métier afin que Briggs ne s'en prenne pas à sa famille. Avec d'anciens acolytes, il s'embarque pour le Panama, pour ce qui devrait être un simple aller-retour mais une opération à gros risque : faire passer ni plus ni moins une somme colossale de faux-billets aux Etats-Unis. Mais comme les choses ne se passent jamais comme prévu dans ce type d'opération, notre héros se voit contraint de tremper davantage dans l'illégal, soit participer au braquage d'un blindé et une scène de fusillade hallucinante qui n'est pas sans rappeler le fameux Heat (1996) de Michael Mann. D'impasse en impasse, Chris doit sans cesse renouveller son imagination débordante dans un contexte changeant à la minute. Au final, entre Snatch (2000), Heat (1996), The italian job (2003) et The Town (2010), un film d'action qui ne réinvente pas le genre mais qui est solide et efficace.

Contraband (Baltasar Kormakur, 2012, 111 min).    Avec Mark Wahlberg, Kate Beckinsale, Giovanni Ribisi, David O'Hara, Robert Wahlberg, Caleb Landry Jones, Ben Foster, Lukas Haas.

08/07/2012

Prometheus

american gangster,body of lies,robin hood,ridley scott,prometheus,alien,michael fassbender,charlize theron,idris elba,noomi rapace,logan marshall-green,guy pearce,sean harris,rafe spallPour les fans invétérés de la saga Alien, le dernier opus de l'infatigable Ridley Scott, annoncé comme un préquel à la quadrilogie, était logiquement attendu avec impatience. Avant Alien donc, deux scientifiques obsédés par les origines de l'humanité (un thème très à la mode), découvrent un indice qui les entrainera vers une planète très lointaine. Le groupe d'explorateurs se retrouve dès lors dans un lieu hostile où malheur pour lui, il va ouvrir la boîte de Pandore qui ne demandait que ça... Avec les derniers longs (American Gangster, Body of Lies, Robin Hood...), nous affirmions que le réalisateur prolixe, à défaut de ne plus être novateur (Blade Runner, Thelma and Louise...), demeurait un excellent conteur d'histoires. Avec Prometheus, nous avons eu la preuve qu'il n'en était plus grand chose. Si l'atmosphère "film de science-fiction angoissant" est plutôt réussie et que les décors sont époustouflants (merci Giger), le scénario (mais aussi les personnages) manque cruellement d'épaisseur. Exit la reflexion qui fit la notoriété de Scott (Blade Runner, Alien) pour une SF horrifique mais sympatoche. Bref, une grosse déception.

Prometheus (Ridley Scott, USA, 2012, 120 min).   Avec Michael Fassbender, Charlize Theron, Idris Elba, Noomi Rapace, Logan Marshall-Green, Guy Pearce, Sean Harris, Rafe Spall.

28/05/2012

Festival de Cannes 2012

festival de cannes,festival de cannes 2012Le réalisateur autrichien Michael Haneke, a obtenu sa deuxième Palme d'or (après celle reçue pour Le ruban blanc en 2009), pour son long-métrage Amour, lors du 65ème Festival de Cannes, tenu du 16 au 27 mai. Il rejoint le club très fermé des réalisateurs ayant réalisé cette prouesse (Coppola, les frères Dardenne, Kusturica, August, et Imamura). Après Gomorra en 2008, Matteo Garrone récidive avec Reality. Quant à Ken Loach, lauréat de la Palme d'or en 2006, il repart avec le Prix du Jury (dejà reçu en 1990 et 1993) pour La part des anges.

Palmarès de la Cérémonie de clôture du 65ème Festival de Cannes, tenue le 27 mai 2012:

Palme d'or : Amour (Michael Haneke).

Grand prix : Reality (Matteo Garrone).

Prix du scénario : Au-delà des collines (Cristian Mungiu).

Prix de la mise en scène : Post Tenebras Lux (Carlos Reygadas).

Prix d'interprétation féminine : Cosmina Stratan et Cristina Flutur (Au-delà des collines/Cristian Mungiu).

Prix d'interprétation masculine : Mads Mikkelsen (La chasse/Thomas Vinterberg).

Prix du Jury : La part des anges (Ken Loach).

Caméra d'or : Beasts of the southern wild (Benh Zeitlin).

18/03/2012

Festival du Film turc à Beyrouth

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicDu 5 au 11 mars, s'est tenu à Beyrouth (Liban) le deuxième festival de films turcs (après celui de 2011). Nous avons eu le privilège d'en voir quelques uns. Fort logiquement, était diffusé en avant-première (puis une seconde fois), le bijou de Nuri Bilge Ceylan, Il était une fois en Anatolie (Bir zamanlar Anadolu'da, 2011), que l'on recommande vivement. Densité narrative hallucinante, personnages complexes et fouillés, mise en scène somptueuse pour un long de 02h30... Le réalisateur d'Uzak (2004) (1) et de Trois singes (2008) (2) a été récompensé du Grand prix du Jury (et fut également en compétition pour la Palme d'or) au dernier Festival de Cannes.

 

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unalNous avons beaucoup apprécié de même Shadows and faces (Gölgeler ve suretler, 2010) de Dervis Zaim, dont l'acteur principal (Osman Alkas) était présent pour un débat autour du film. L'histoire tourne autour des prémisses du conflit chypriote (l'île est toujours divisée en deux souverainetés, chypre et turque, et le conflit n'est toujours pas résolu). Sans parti pris et plutôt que de retracer les jalonenments politiques qui menèrent à la partition de l'île, le réalisateur s'est focalisé sur le quotidien des civils. Alors que les habitants vivent dans une harmonie relative (les villages sont mixtes), il suffit que les politiques et militaires les manipulent pour que les premiers soubresauts d'une guerre civile apparaissent. Zaim a brillament montré qu'il suffise que quelques abrutis, sans trop réfléchir, soient épris d'une soudaine animosité pour leurs voisins, pour que la violence se propage, prélude à un engrenage irréversible (3). Un film précieux.

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicMajority (Çoğunluk) de Seren Yüce est aussi une belle surprise. Primé à la Mostra de Venise en 2010 (Prix Luigi de Laurentiis pour le réalisateur) et lauréat de nombreux prix (Festivals d'Ankara d'Antalya et d'Angers), ce film retrace le quotidien de Mertkan, jeune homme oisif, fils d'un grand entrepreneur. Rencontrant une charmante kurde, Mertkan a l'occasion de sortir du schéma classique turc. Mais le père, nationaliste et islamisant, est intransigeant car "ces gens veulent diviser notre pays et nous sommes tous turcs et musulmans". Mertkan est invité à rentrer dans le rang et rejoindre la "majorité". Pour ceux qui ne connaissent pas, un portrait de cette couche sociale turque, libérale sur le plan économique, conservatrice au niveau des moeurs, et nationaliste (constituant donc le vote AKP).

 

beyrouth,films turcs,festival du film turc à beyrouth,fatih akin,nuri bilge ceylan,liban,shadows and faces,pomegranate,zephyr,majority,once upon a time in anatolia,hair,belma bas,umit unal,cirkus columbia,dannis tanovicUn peu trop lent et contemplatif, Hair de Tayfun Pirselimoğlu (Şaç, 2010), se concentre pour sa part sur les Turcs qui galèrent, soit la basse-moyenne classe et le quotidien miséreux d'un vendeur de perruques, bizarrement attirée par une femme au quotidien de vie encore plus insipide. Tourné en huis clos et à la frontière entre le réel et le surnaturel, l'étonnant Pomegranate (Nar, Umit Unal, 2011) est une confrontation entre la modernité et la tradition, sujets qui travaillent constamment la société turque. Quant à Zephyr (Belma Bas, 2010), c'est une belle ode à l'enfance et à la nature.

Le festival comprenait par ailleurs un mini-cycle Fatih Akin (le réalisateur turco-allemand qu'on ne présente plus) avec 3 films et un documentaire (4). Onze films au total pour un excellent aperçu sur le cinéma turc indépendant et la société turque.

Jihad Naoufal

 

(1) Prix du meilleur film étranger de l'année au Festival de Cannes 2004 ainsi qu'une rimbambelle d'autres récompenses.

(2) Grand Prix au Festival de Cannes 2008.

(3) Sur le thème de la guerre en Bosnie, Cirkus Columbia de Dannis Tanovis présente la même structure. Cf. la note sur ce film : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/10/10/cirkus-columbia.html

(4) In july (2000), Solino (2002), Head-On (2004), Crossing the bridge (2005).


16/03/2012

A dangerous method

a dangerous method,david cronenberg,sigmund freud,viggo mortensen,michael fassbender,kiera knightley,vincent casselSouffrant d'hystérie, Sabina Spielrein (Kiera Knightley) est soignée par le psychanaliste Carl Jung (Michael Fassbender) dont elle devient la maîtresse. Lorsqu'elle entre en contact avec un autre fameux psychanaliste, Sigmund Freud (Viggo Mortensen), leur relation se complique et entraîne également une brouille entre les deux pionniers de la psychanalise, prélude à une rupture définitive. Avec A History of violence (2005) et Eastern promises (2007), on pensait le très spécial réalisateur canadien - qu'on ne présente plus - parti sur un nouveau cycle axé sur le thème de la propagation insidieuse de la violence (après phase de sexualité "sombre"). Il n'en est rien en fait, A dangerous method est en rupture avec les deux précédents opus. Mais le point de départ est stable. Tout chez Cronenberg est intimement lié au corps humain et son corrolaire, le contact physique. D'une lenteur rare chez Cronenberg, intellectualisé à souhait et densément narratif, ce dernier opus ne déroge pas à la rêve, catégorie mise en scène lêchée. David Cronenberg a surtout réussi la prouesse de condenser brillament en une heure quarante l'enjeu - la psychanalise - de tout un siècle.

A dangerous method (David Cronenberg, USA, 2011, 110 mins).   Avec Michael Fassbender, Viggo Mortensen, Kiera Knightley, Vincent Cassel.

- 1 nomination - Golden Globe 2012.

- En compétition (Lion d'or) - Festival de Venise 2011.

- Meilleur acteur (Michael Fassbender) - London Critics Film Awards 2012.

- Meilleur acteur (Michael Fassbender) - National Board of Review 2011.

- 1 nomination - Satellite Awards 2011.

- Présenté - Festival de Londres 2011.

- Présenté - Festival de Toronto 2011.

27/02/2012

Oscars 2012

oscars,oscars 2012,the artist,jean dujardin,michel hazanavicius,meryl streep,christopher plummer,hugo,woody allen,martin scorsese,ashgar farhadi,une séparation,golden globeThe Artist sur un nuage

Après les Golden Globe et les Césars, The Artist poursuit sa razzia en remportant pas moins de quatre oscars dont les deux plus prestigieux (meilleur film, meilleur réalisateur). Meilleur acteur aux Golden Globe (l'anti-chambre des oscars) mais pas aux Césars, Jean Dujardin poursuit son rêve et rafle la mise au nez et à la barbe de superstars tel George Clooney et Brad Pitt. Le bijou de Michel Hazanavicius remporte également les statuettes consacrant la meilleur musique et les meilleurs costumes. Hugo de Martin Scorsese repart quand à lui avec 5 oscars dont 3 "techniques". Enfin, Meryl Streep qu'on ne présente plus, remporte pour la deuxième fois de sa carrière l'oscar de la meilleure actrice pour son interprétation de Margaret Thatcher dans The Iron Lady de Phyllida Lloyd.

Palmarès de la 84ème cérémonie des Oscars, tenue le dimanche 27 février 2012 à Hollywood :

Meilleur film : The Artist (Michel Hazanavicius).

Meilleur réalisateur : Michel Hazanavicius (The Artist).

Meilleur acteur : Jean Dujardin (The Artist).

Meilleur acteur dans un second rôle : Christopher Plummer (Beginners).

Meilleure actrice : Meryl Streep (The Iron Lady).

Meilleure actrice dans un second rôle : Octavia Spencer (The Help).

Meilleur scénario original : Woody Allen (Midnight in Paris).

Meilleure photographie : Robert Richardson (Hugo).

Meilleur scénario adapté : Alexander Payne et Nat Faxon & Jim Rash (The Descendants).

Meilleure montage : Kirk Baxter et Angus Wall (Millenium).

Meilleur montage sonore : Philip Stockton et Eugene Gearty (Hugo).

Meilleur mixage de son : Tom Fleischman et John Midgley (Hugo).

Meilleur film étranger : Une séparation (Ashgar Farhadi).

Meilleurs effets visuels : Rob Legato, Joss Williams, Ben Grossman et Alex Henning (Hugo).

Meilleure musique originale : Ludovic Bourse (The Artist).

Meilleurs direction artistique : Dante Ferretti et Francesca Lo Schiavo (Hugo).

Meilleur documentaire : Undefeated (Daniel Lindsay et T. J. Martin).

Meilleur film d'animation : Rango (Gore Verbinski).

Meilleurs costumes : Mark Bridges (The Artist).

Meilleurs maquillages : Mark Coulier et J. Roy Helland (The Iron Lady).

16/01/2012

Golden Globes 2012

theartist_062813.jpgPalmarès de la 69ème cérémonie des Golden Globe Awards 2012, tenue le dimanche 15 janvier 2012 : 

 

 

Meilleur film dramatique : The Descendants (Alexander Payne).

Meilleur réalisateur : Martin Scorsese (Hugo).

Meilleure actrice dans un film dramatique : Meryl Streep (The Iron Lady).

Meilleur acteur dans un film dramatique : George Clooney (The Descendants).

Meilleur film comique ou musical : The Artist (Michel Hazanavicius).

Meilleure actrice - comédie/musical : Michelle Williams (My week with Marilyn).

Meilleur acteur - comédie/musical : Jean Dujardin (The Artist).

Meilleure actrice dans un second rôle : Octavia Spencer (The Help).

Meilleur acteur dans un second rôle : Christopher Plummer (Beginners).

Meilleur scénario : Woody Allen (Midnight in Paris).

Meilleur film etranger : Une séparation (Asghar Farhadi).

Meilleure musique : Ludovic Bourse (The Artist).

Meilleure mini-série ou meilleur mini-film : Downtown Abbey.

Meilleure série télévisée dramatique : Homeland.

Meilleure actrice dans une sérié télévisée dramatique : Claire Danes (Homeland).

Meilleur acteur dans une série télévisée dramatique : Kelsey Grammer (Boss).

Meilleure actrice dans une mini-série : Kate Winslet (Mildred Pierce).

Meilleur acteur dans une mini-série : Idriss Elba (Luther).

Meilleur acteur dans un second rôle (série, mini-série ou TV) : Peter Dinklage (Game of Thrones).

Meilleure actrice dans un second rôle (série, mini-série ou TV) : Jessica Lange (American Horror Story).

29/12/2011

The devil's double

the devil's double,lee tamahori,dominic cooper,ludivine sagnier,raad rawi,philip quast,saddam hussein,irak,guerre en irak,oudaïAprès l'excellente mini-série House of Saddam, co-produite par HBO et BBC et retraçant l'apogée et le déclin de Saddam Hussein et son entourage (1), la ribambelle de fictions sur la guerre en Irak (2), ou encore une autre mini-série signée HBO, Generation Kill (3), place à un nouveau film sur le régime baasiste ou plus précisément l'histoire incroyable de Latif Yahia, officier de l'armée contraint par les dignitaires au pouvoir de jouer les doublures d'Oudaï, fils aîné complètement timbré de Saddam, dont il représente quasiment le sosie. Là où on s'attendait à une saga solide, style apogée puis descente aux enfers mais surtout à un accent mis sur un dédoublement de personnalité où le personnage qui joue à quelqu'un d'autre, le fait tellement bien qu'il en devient malade (comme dans The Departed de Martin Scorsese), on a eu finalement droit à un film d'action stupide, constitué de dialogues ineptes et d'acteurs ridicules. Surtout, on aura jamais vraiment vu Latif Yahia dans son rôle de doublure puisqu'il fut presque tout le temps aux côtés d'Oudaï... C'est se rappeler que Lee Tamahori avait déja pondu il y a quatre ans Next (4), un navet mémorable...

The devil's double (Lee Tamahori, USA, 2011, 118 min).   Avec Dominic Cooper, Ludivine Sagnier, Raad Rawi, Philip Quast, Mem Ferda.

 

(1) Cf. la note suivante sur cette série dans ce blog : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/04/06/house-o...

(2) Cf. notre article dans ce blog sur les nombreux films qui traitent de la guerre en Irak : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2010/07/25/green-z...

(3) Créée par David Simon, à l'origine également de la série culte The Wire (toujours HBO), cette série comporte 7 épisodes et fut diffusée aux Etats-Unis en juillet-août 2008.

(4) Cf. notre critique de ce film dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2007/04/26/next.html

In time

in time,andrew niccol,justin timberlake,cillian murphy,amanda seyfried,olivia wildeImaginez un monde où on ne paye plus en argent mais en temps... Génétiquement modifiée, la race humaine a cessé de vieillir à partir de l'âge de 25 ans. Mais tout n'est pas aussi reluisant qu'on le pense. A partir de cet âge-là, il faut "gagner du temps" pour survivre. Tandis que les riches accumulent les siècles, les pauvres ont bien du mal à grapiller des heures, voire des minutes... Traqué à tort pour un meurtre qu'il n'a pas commis, Will Salas (Justin Timberlake) se retrouve tout d'un coup en secteur chic, avec sur le dos une gosse de milliardaire (Amanda Seyfried). Voici donc un film qui rejoint cette catégorie de longs métrages portant sur une société complètement déshumanisée, qu'il s'agisse de monde totalitaire où les sentiments sont proscrits (Equilibrium, 2002), de clones fabriqués puis exterminés (The Island, 2005), d'une société ou les humains, remplacés par leurs clones (toujours), n'ont plus besoin de sortir de chez eux (Surrogates, 2010), ou encore d'organes artificiels greffés puis retirés en cas de non-paiement (Repo Men, 2010). Dans un monde actuel régi par l'argent et marqué par une crise financière de grande ampleur, la perspective s'avérait alléchante, surtout lorsqu'on connaît le talent du réalisateur Andrew Niccol (1). Le problème est qu'à fur et à mesure que l'intrigue prend forme, le scénario s'embourbe complètement, laissant la place à un banal film de cavalcade où même les acteurs (une Amanda Seyfried insipide et un Cillian Murphy effacé) sont incapables de relever le niveau. C'est bien dommage car cette allégorie futuriste sur la lutte des classes avait du potentiel.

In time (Andrew Niccol, USA, 2011, 101 min).   Avec Justin Timberlake, Cillian Murphy, Amanda Seyfried, Johnny Galecki, Olivia Wilde.

 

(1) Gattaca (1997), Lord of War (2005).

26/11/2011

Drive

drive,ryan gosling,carrie,mulligan,oscar isaac,christina hendricks,ron perlmanJeune homme solitaire et détaché, The "Driver" (impeccable Ryan Gosling), est cascadeur le jour et chauffeur la nuit pour des malfrats. Mais voilà que malgré lui, il se retrouve embarqué dans une affaire louche dont le dérapage incontrôlé bouleversera son existence... Film d'action urbain, mêlant scène d'actions ultraviolentes et moments lyriques de toute beauté, Drive est le cinquième long-métrage de Nicholas Wending Refn (1). Dans la lignée du contemplatif Valhalla Rising (2010) et du très atypique Bronson (2009) (2), le réalisateur danois poursuit son exploration sans concession des recoins les plus sombres de l'esprit humain. Exercice de style réussi, auréolé d'une bande-son techno 80s savoureuse et d'une mise en scène brillante (primée fort justement à Cannes), Drive est ce qui s'est fait de mieux cet été. Ajoutons à cela un Ryan Gosling qui monte définitivement en puissance (3) et une Carey Mulligan bouleversante de sensibilité et tous les éléments sont réunis pour que le déplacement en vaille la peine. Quant à Refn, il confirme tout son talent et reste à surveiller de très près.

Drive (Nicholas Wending Refn, USA, 2011, 100 min).    Avec Ryan Gosling, Carey Mulligan, Bryan Cranston, Albert Brooks, Ron Perlman, Oscar Isaac, Christina Hendricks.

- Prix de la mise en scène - Festival de Cannes 2011.

- En compétition (Palme d'or) - Festival de Cannes 2011.

- Présenté - Festival de Toronto - 2011.

- Meilleur actrice dans un second rôle (Carey Mulligan) - Hollywood Film Festival 2011.

 

(1) Réalisateur également de la trilogie Pusher (1996-2005).

(2) Voir notre critique pour ce film dans la note suivante : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2009/09/20/6aee293...

(3) Brillant également dans The ides of march (2011), réalisé par George Clooney.