Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/05/2013

Festival de Cannes 2013

festival de cannes 2013,la vie d'adèle,abdellatif kechiche,festival de cannes,jia zhang-ke,frères coen,inside llewyn davis,a touch of sin,heliLa Palme d'or pour La vie d'Adèle

Primé en 2008 pour l'étonnant La graine et le mulet (Césars, Mostra de Venise), le réalisateur français Abdellatif Kechiche remporte la plus haute distinction au Festival de Cannes, avec La vie d'Adèle, récompense partagée (fait rarissime) par les deux actrices principales, Léa Seydoux et Adèle Exarchopoulos. Le Grand prix revient aux frères Coen, absents du festival et représentés par l'acteur Oscar Isaac. Lauréat du Lion d'or à la mostra de Venise en 2006 (pour Still Life) et régulièrement nominé pour la Palme d'or, le réalisateur chinois Jia Zhang-Ke repart avec le Prix du scénario.

Palmarès de la Cérémonie de clôture du 65ème Festival de Cannes, tenue le 26 mai 2013 :

Palme d'or : La vie d'Adèle (Abdellatif Kechich) ainsi que les deux actrices principales (Léa Seydoux, Adèle Exarchopoulos)

Grand prix : Inside Llewyn Davis (Ethan et Joel Coen).

Prix du scénario : A touch of sin (Jia Zhang-Ke).

Prix de la mise en scène : Heli (Amat Escalante).

Prix d'interprétation féminine : Bérénice Béjo (Le passé/Ashgar Farhadi).

Prix d'interprétation masculine : Bruce Dern (Nebraska/Alexander Payne).

Prix du Jury : Like father, like son (Hirokazu Kore-Eda).

Caméra d'or : Ilo Ilo (Anthony Chen).

26/04/2013

Oblivion

oblivion,joseph kosinski,tron legacy,tom cruise,olga kurylenko,andrea riseborough,morgan freeman,nikolaj coster-waldau,melissa leo,zoe bell,dystopie,science-fictionEntre deux Tron (réalisateur de Tron Legacy en 2010 et de sa future suite en 2014), Joseph Kosinski adapte ici son propre roman graphique (au titre éponyme), co-créé avec Arvid Nelson. En 2077, Jack Harper (Tom Cruise), vivant dans une station au dessus des nuages avec sa collègue et compagne Victoria (Andrea Riseborough), est chargé de l'entretien des drones disséminés sur terre pour extraire les matières premières nécessaires à la survie de l'homme. En effet, après des décennies de guerre entre extra-terrestres et humains, ces derniers sont contraints de quitter bientôt leur planète pour rejoindre Titan, une planète éloignée, nouvelle terre promise. Mais voilà qu'un jour, après avoir été témoin d'un crash d'une vaisseau spatial, il réalise que les choses ne sont pas ce qu'elles semblent être...

Parallèlement à la vague actuelle de films de super-héros (1), est donc en train de poindre celle de la science-fiction. Oblivion prend la suite de Tron Legacy (2010) et Promotheus (2012) avant d'être relayé bientôt par un raz-de-marée, soit World War Z (Marc Forster, 2013), Elysium (Neill Blomkamp, 2013), After Earth (M. Night Shyamalan, 2013), Star Trek into Darkness (J. J Abrams, 2013), All you need is kill (Doug Liman, 2014)... Tous ces longs métrages traitent d'ailleurs d'une même thématique - qui n'est pas nouvelle -, la peur d'une extinction de la race humaine. La question était donc de savoir si ce film allait sortir des sentier battus, au sein d'un genre largement exploité sur grand écran. Si l'étonnant District 9 (2009) avait réussi la prouesse de transcender le film de science-fiction (3), le constat ici est moins enthousiasmant. De l'apparition ultra-classique d'un vaisseau géant suspendu au dessus de la terre (Independence day, 1996 ; District 9), symbolique prise d'un roman phare d'Arthur C. Clarke (4), à la gestion de la planète par un ordinateur tout aussi gigantesque (5), en passant par les drones traqueurs d'humains (Matrix, 1999), autant de thèmes éculés. S'il y a une belle ampleur visuelle, sur fond d'univers aseptisé, le scénario, manquant cruellement de rythme et encombré de rebondissements prévisibles et de débordements sentimentaux convenus, demeure ultra-classique jusqu'au bout malgré la dimension (faussement) contemplative. En gros, le film ne renouvelle en rien le genre mais demeure une "bonne distraction SF".  Jihad Naoufal

 

Oblivion (Joseph Kosinski, USA, 2013, 124 min). Avec Tom Cruise, Olga Kurylenko, Andrea Riseborough, Morgan Freeman, Nikolaj Coster-Waldau, Melissa Leo, Zoe Bell.

 

(1) Voir le commentaire suivant : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/07/12/the-avengers.html

(2) Voir le commentaire sur ce film :

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/07/08/prometheus.html

(3) Voir le commentaire sur ce film : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2009/12/18/district-9.html

(4) Voir le commentaire sur ce livre : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2012/12/20/les-enfants-d-icare.html

(5) Voir le commentaire de science-fiction suivant : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2011/11/27/les-marteaux-de-vulcain.html

25/02/2013

Oscars 2013

oscars,oscars 2013Argo consacré à nouveau

Déja lauréat de deux Golden Globes en janvier dernier (meilleur film, meilleur réalisateur), Argo de Ben Affleck repart avec la statuette du meilleur film. Consécration pour le néo-réalisateur qui en est à son troisième film et qui avait déja remporté l'oscar (avec Matt Damon) du meilleur scénario original en 1997 (Good Will Hunting, Gus van Sant). Le thriller politique remporte également l'oscar du meilleur montage. Après la Palme d'or et le Golden Globe, Amour, chef-d'oeuvre de Michael Haneke, rafle de même l'oscar du meilleur film étranger.

 

Golden Globes confirmés

Cette 85ème cérémonie confirme d'ailleurs les récompenses des Golden Globes, considérés généralement comme l'anti-chambre des Oscars. A peu de choses près, ce fut le cas cette fois-ci. Rebelote donc pour Christoph Waltz (meilleur acteur dans un second rôle), Jennifer Lawrence (meilleure actrice), Argo (meilleur film), Amour (meilleur film étranger), Quentin Tarantino (meilleur scénario original), Adèle (meilleure chanson), Mychael Danna (meilleure musique), Daniel Daniel-Lewis...

oscars,oscars 2013Record pour Daniel Day-Lewis

En remportant son troisième oscar du meilleur acteur (après My left foot et There will be blood), l'acteur irlandais est le premier à réaliser une telle prouesse et surclasse désormais Jack Nicholson, Sean Penn, et Tom Hanks, lauréats de deux oscars dans cette catégorie. Dans la catégorie actrices, c'est Audrey Hepburn qui détient le record (4). Le film le plus récompensé est Life of Pi (Ang Lee) qui repart avec 4 oscars (dont celui de meilleur réalisateur). Nominé dans 12 catégories, Lincoln (Steven Spielberg) empoche ceux de meilleur acteur et meilleurs costumes. Enfin, le controversé Zero Dark Thirty (Katheryn Bigelow), film d'espionnage qui retrace la traque d'Oussama ben Laden ne remporte que l'oscar du meilleur montage sonore (pour 5 nominations). Fait assez rare, il partage cette récompense avec le dernier James Bond, Skyfall. Le dernier oscar "conjoint" remonte en effet à 1969 (Audrey Hepburn et Barbra Streisand, meilleures actrices). J.N


Palmarès de la 85ème cérémonie des Oscars, tenue le dimanche 24 février 2013 à Hollywood :

Meilleur film : Argo (Ben Affleck).

Meilleur réalisateur : Ang Lee (Life of Pi).

Meilleur acteur : Daniel Day-Lewis (Lincoln).

Meilleur acteur dans un second rôle : Christoph Waltz (Django Unchained).

Meilleure actrice : Jennifer Lawrence (Silver Linings Playbook).

Meilleure actrice dans un second rôle : Anne Hathaway (Les Misérables).

Meilleur scénario original : Quentin Tarantino (Django Unchained).

Meilleure photographie : Life of Pi.

Meilleur scénario adapté : Chris Terrio (Argo).

Meilleure montage : Argo (Ben Affleck).

Meilleur montage sonore : Skyfall, Zero Dark Thirty.

Meilleur mixage de son : Les Misérables.

Meilleur film étranger : Amour (Michael Haneke).

Meilleurs effets visuels : Life of Pi.

Meilleure musique originale : Mychael Danna (Life of Pi).

Meilleur chanson : Skyfall (Adèle) dans Skyfall.

Meilleur documentaire : Searching for sugar man (Malik Bendjelloul).

Meilleur film d'animation : Brave (Mark Andrews, Brenda Chapman).

Meilleurs costumes : Anna Karénine.

Meilleurs maquillages : Les Misérables.

Meilleurs décors : Lincoln.

15/02/2013

Django Unchained

django.jpgOn prend les mêmes et on recommence. Dans Inglorious Basterds, avant-dernier opus de Quentin Tarantino, une bande de soldats US s'en allait casser du nazi. Ici, deux chasseurs de primes s'en vont dégommer du blanc raciste. Rebelote également pour l'excellent Christoph Waltz (Golden Globe du meilleur acteur dans un second rôle) qui tourne dans son deuxième Tarantino de suite. Même dégaine et même dialogues, à la différence que si dans Inglorious, il incarnait le méchant capo nazi, là il joue les justiciers sympathiques. Inspiré de Django (Sergio Corbucci, 1966) (1), dans lequel le principal protagoniste (Franco Nero, qui fait ici une apparence) se retrouve au milieu d'une guerre entre le Ku Klux Klan et un gang mexicain, le nouveau Tarantino, Golden Globe 2013 du meilleur scénario, a le mérite de rassembler tout ce qui est bien chez le réalisateur : scènes de fusillades musclées, dialogues à tomber par terre, excellente direction artistique (tout comme la bande-son), fable politique... Et pour ne rien gâcher, Tarantino réalise pour la première fois son genre de prédilection, le western spaghetti. Revers de la médaille, Django Unchained ressemble par trop à une copie conforme d'Inglorious Basterds et pêche également par sa durée trop longue (02h45) et un dénouement qui n'en finit pas. Toutefois, les inconditionnels de cet univers ne s'arrêteront pas sur ces détails et se contenteront de ce trip jubilatoire.  Jihad Naoufal


Django Unchained (Quentin Tarantino, USA, 2012, 165 min).   Avec Christoph Waltz, Jamie Foxx, Leonardo DiCaprio, Kerry Washington, Samuel L. Jackson, Walton Goggins, David Steen, James Remar, Dennis Christopher.

- 5 nominations - Oscars 2013 *

- Meilleur scénario - Golden Globes 2013

- Meilleur acteur dans un second rôle (Christoph Waltz) - Golden Globes 2013

- Meilleur scénario - BAFTA Awards 2013

- Meilleur acteur dans un second rôle (Christoph Waltz) - BAFTA Awards 2013

- 3 nominations - BAFTA Awards 2013

- 3 nominations - Golden Globes 2013

- Meilleur scénariste de l'année (Quentin Tarantino) - Hollywood Film Festival 2012

 

 (1) Tout comme Inglorious Basterds le fut d'Inglorious Bastards (1978).

* Cérémonie le 24 février 2013.

01/02/2013

Zero Dark Thirty

zero dark thirty,kathryn bigelow,oussama ben laden,jessica chastain,jason clarke,reda kateb,jennifer ehle,kyle chandler,harold perrineau,j. j. kandel,james gandolfini,simon abkarian,joel edgerton,mark strong,jeff mash,fredric lehne,edgar ramirezDu nom de l’une des plusieurs appellations que l’on a attribuées à la célèbre opération qui a abattu Oussama Ben Laden le 2 mai 2011, Zero Dark Thirty, est la réalisation-surprise tant attendue de la fin de l’année 2012. A la différence de Seal Team Six (voir le commentaire ci-dessous sur ce film) qui relate uniquement l’opération des forces spéciales américaines au Pakistan, la version de Kathryn Bigelow offre un point de départ à la traque et une trame haletante sur près d’une décennie, à la recherche de l’homme le plus médiatisé de l’époque.

D’une très grande qualité dans la véracité du scénario et volontairement contraint par les seules informations connues qui ont mené à l’ancien leader d’Al-Qaïda, le film surprend également par l’immersion fidèle qu’il offre au sein des investigations dites «noires » de la CIA. Divisé en plusieurs chapitres d’une qualité inégale, le film offre une reconstitution scénique agréable, une fresque des différentes méthodes d’enquête connues des services secrets américains pour la lutte contre le terrorisme international, sans parler des fameux interrogatoires « poussés », dont la représentation au cinéma a révolté les sphères politiques américaines avant même la sortie du film (1). Adepte des poussées d’adrénaline en plein air, la réalisatrice de l’oscarisé The Hurt Locker (2008) remplit le scénario de quelques montées en tension proprement brillantes, permettant ainsi au spectateur de garder l’attention durant les deux heures trente de visionnage.

Froid, cynique, non dénué de quelques longueurs (volontaires ?), le scénario du film rappelle sans gloire combien cette traque reste nourrie de nombreux échecs, de trahisons, d’erreurs humaines,  puis d’une chance incroyable. Sans avoir misé sur des monstres traditionnels du cinéma hollywoodien, le film s’appuie sur un casting aussi éclectique que sympathique (James Gandolfini, Mark Strong, Edgar Ramirez, Harold Perrineau et le français Reda Kateb (3)) ; il avait par ailleurs été tourné fin 2011 dans le plus grand secret. La réalisation bénéficie de l’apport convaincant de l’actrice montante Jessica Chastain, qui incarne sans transcender le personnage de Maya, l’agente assez mal connue ayant mené la CIA jusqu’à Ben Laden. Comme toujours, les dernières minutes du scénario sont gâchées par une combinaison patriotique de mauvais goût, autour d’un plan fixe sur l’actrice principale, une fin de bande originale décevante, et un drapeau américain. Malgré quelques raccords passables, des images de synthèse ajoutées au montage, ainsi qu’une conversation improbable entre deux pakistanais qui communiquent en arabe (!), le crédit apporté par un tournage très critique sur la réussite et l’éthique des opérations fait vite oublier ces approximations.

Ne se risquant pas un seul instant à faire tomber le fil conducteur dans l’exagération ou l’indécence, Zero Dark Thirty propose, avec idéologie diront certains et avec réalisme diront d’autres, l’adaptation la plus solide qui puisse être conçue sur la plus tristement célèbre chasse à l’homme de l’histoire des Etats-Unis. Damien Charles


Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow, USA, 2012, 157 min).   Avec Jessica Chastain, Jason Clarke, Reda Kateb, Jennifer Ehle, Kyle Chandler, Harold Perrineau, J. J Kandel, James Gandolfini, Simon Abkarian, Joel Edgerton, Mark Strong, Jeff Mash, Fredric Lehne, Edgar Ramirez.

- 5 nominations – Oscars 2013 *

- Meilleure actrice (Jessica Chastain) – Golden Globes 2013

-  3 nominations – Golden Globes 2013

- 5 nominations – BAFTA Awards 2013 **


(1) http://www.washingtonpost.com/video/thefold/zero-day-thirty-heroines-real-life-inspiration/2012/12/11/66ad870a-43c4-11e2-8061-253bccfc7532_video.html

(2) http://www.rue89.com/rue89-culture/2012/12/20/film-sur-la-mort-de-ben-laden-la-lettre-de-protestation-des-senateurs

(3) Vu dans Un prophète (2009) de Jacques Audiard.

* Cérémonie le 24 février 2013.

** Cérémonie le 10 février 2013.

 

(

Seal Team Six

zero dark thirty,seal team sixDeux mois avant la sortie de Zero Dark Thirty (Kathryn Bigelow), Seal Team Six (du nom du groupe d'intervention de la Navy américaine), était produit pour la télé. Le scénario, hyper-classique, retrace la traque d'Oussama Ben Laden, de janvier 2011 jusqu'à l'opération Trident de Neptune du 2 mai de la même année. La première séquence (douteuse) se passe dans la prison de Guantanamo où un prisonnier interrogé révèle que Ahmad el Koweïti serait en contact au Pakistan avec Ben Laden. Ensuite, la CIA met en place (toujours au Pakistan) une filature grâce à deux agents pakistanais travaillant sur place pour elle. S'ensuit ensuite une séquence inutile où une patrouille US tombe dans une embuscade dans les montagnes d'Afghanistan (histoire de montrer que les Etats-Unis n'en peuvent plus et veulent à tout prix en finir avec le chef d'Al Qaïda ?). Début février 2011, les bodybuildés de la Seal Team sont mis au courant de la future opération. La suite sera les discussions à la CIA pour décider de quel type d'intervention il sera question puis le déroulement de celle-ci qui dura 40 minutes. Au niveau de la polémique, le film montre qu'il s'agissait d'une exécution (Ben Laden devait être pris mort ou vif), qu'au moment d'être abattu, "Géronimo" était armé (toujours douteux), et qu'aussi bien le gouvernement pakistanais que les services pakistanais de renseignements (ISI) n'étaient pas au courant de l'opération Trident de Neptune (encore plus douteux). A contrario du chef-d'oeuvre de Kathryn Bigelow qui ne prend aucun parti pris, montrant les choses froidement, ce film est donc on ne peut plus partisan et patriotique. Mais là où le bât blesse est que le scénario n'est effectué que sous l'angle du point de vue des pontes de la CIA et du commando, comme si cela était l'essentiel à retenir. Bref, un film pour la télé comme nous disions... Jihad Naoufal


Seal Team Six: The Raid on Osama bin Laden (John Stockwell, USA, 2012, 90 min).    Avec Cam Gigandet, Anson Mount, Xzibit, Freddy Rodriguez, Kathleen Robertson, Robert Knepper, Eddie Kaye Thomas, William Fichtner.

 

26/01/2013

Lincoln

abraham lincoln,peter mcrobbie,jared harris,bruce mcgill,james spader,jackie earle healy,hal holbrook,lincoln,steven spielberg,daniel day-lewis,joseph gordon-levitt,michael stuhlbarg,sally field,tommy lee jones,david strathairnDans ce qui est une sorte de suite d'Amistad (1997), le grand réalisateur américain Steven Spielberg adapte le roman de Doris Kearns Goodwin, Team of Rivals : The Political Genius of Abraham Lincoln (2005). L'histoire se situe environ 25 ans après celle de son précédent film qui porte sur le même thème. A l'époque du mandat du président démocrate Martin Van Buren (1837-1841), l'esclavage apparaissait déja comme véritable problème à résoudre. Là, il s'agit des quatre derniers mois de la vie du premier président républicain Abraham Lincoln (élu en 1861 puis réélu en 1864) qui coîncident avec son combat pour, d'une part, faire voter le 13ème amendement (abolissant l'esclavage), et d'autre part, mettre fin à la Guerre de sécession, deux objectifs a priori inconciliables selon son proche conseiller et Secrétaire d'Etat William Seward (David Strathairn). Mais c'est sans compter sur la détermination d'un président opiniatre, humaniste, grand orateur et surtout, fin stratège, qui parvient à rallier à sa cause la majorité du Congrès américain, nécessaire pour la validation de la loi qui allait mettre fin à l'esclavage. On retrouve donc le très rare et non moins brillant (le mot est faible) Daniel Day-Lewis qui habite carrément le personnage de Lincoln. L'acteur irlandais, un des rares à avoir déjà remporté deux oscars du meilleur acteur (avec Jack Nicholson, Tom Hanks et Sean Penn), vient de remporter le Golden Globe pour cette catégorie et est également nominé pour le rôle de meilleur acteur lors des prochains oscars. En cas de victoire, il serait le premier acteur à remporter 3 Oscars pour la dite catégorie. Quant au film, s'il est plus une pièce de théâtre - pas loin d'être shakespearienne - de par sa mise en scène, il demeure surtout, au delà du message humaniste et démocrate, thème de prédilection du réalisateur, une belle immersion, à coup de dialogues ciselés d'une main de maître, dans le monde des négociations politiques. Assurément l'un des meilleurs drames signés Spielberg. Jihad Naoufal

Lincoln (Steven Spielberg, USA, 2012, 150 in).   Avec Daniel Day-Lewis, Sally Field, Tommy Lee Jones, Joseph Gordon-Levitt, Michael Stuhlbarg, James Spader, David Strathairn, Jackie Earle Haley, Jared Harris, Bruce McGill, Hal Holbrook.

- 12 nominations - Oscars 2013

- Meilleur acteur dans un film dramatique (Daniel Day-Lewis) - Golden Globes 2013

- 6 nominations - Golden Globes 2013

- 10 nominations - BAFTA Awards 2013

........

25/01/2013

Savages

savages.jpgLes années se suivent et se ressemblent pour Oliver Stone. Après avoir longtemps suscité la controverse (ou la polémique) par son cinéma politique (Platoon, 86 ; Born in the 4th of July, 89; JFK, 91) ou dépeignant une amérique violente (U-turn, 97 ; Any given sunday, 99), l'ex-enfant terrible de Hollywood rentrait dans le rang. Après une sage épique moyenne (Alexander, 2004), il rendait hommage aux secouristes new-yorkais (World Trade Center, 2006), puis dépeignait un George W. Bush plutôt sympathique (W., 2008), avant d'effectuer une pseudo-satire divertissante sur le monde de la finance (Wall Street: Money Never Sleeps, 2010). Vu le titre évocateur, nous avions pensé qu'ici Stone retournait à un cinéma violent et sans concession. Mais dès les premières minutes et une voix-off franchement pathétique de la très belle Blake Lively (le genre de beauté qui hélas lui vaudra de continuer à jouer des rôles de nunuches (1)), nous avions compris qu'il ne s'agirait que d'une diverstissante récréation. L'histoire, un ménage à trois (2 gars, une femme) qui vit de ses plantations de marijuana et qui se retrouve malgré lui acoquiné à la pègre mexicaine, avait du potentiel. Le problème est que le dosage romance/violence est tout simplement raté (là ou le défunt Tony Scott excellait). L'adjonction à cela d'un scénario mal ryhtmé (ce n'est pas une série après tout) et d'un casting foireux où les acteurs secondaires (Benicio Del Toro, Salma Hayek) volent la vedette aux principaux protagonistes (Taylor Kitsch et Aaron Taylor-Johnson font peine à voir) transforme le tout en thriller superficiel. Oliver Stone entre désormais dans la catégorie des réalisateurs bien pensants tel Michael Bay ou Joel Schumacher. Jihad Naoufal

Savages (Oliver Stone, USA, 2012, 130 min).   Avec Blake Lively, Taylor Kitsch, Aaron Taylor-Johnson, Benicio Del Toro, John Travolta, Salma Hayek, Emile Hirsch.

 

(1) The Town (2010), Green Lantern (2011).

23/01/2013

About Cherry

about cherry,stephen elliott,heather graham,james franco,diane farr,ashley hinshawUne mère alcolique, une petite soeur malade, un copain toxico, un meilleur ami vraisemblablement amoureux d'elle, et pour clôturer, une vie miséreuse. Ca fait beaucoup pour Angelina qui décide de s'installer à San Fransisco et qui se voit propulsée dans le porno. En plus de mauvais acteurs, d'effets de caméra franchement hideux et d'un scénario (s'il en est un) complètement bancal, nous n'avons eu droit ni à un mélodrame ni à une plongée dans l'univers porno ni à une histoire d'amour et  encore moins à un hommage aux femmes qui en bavent. La seule chose à retenir est la superbe poitrine d'Ashley Hinshaw. A se demander se que fabriquent James Franco et Heather Graham dans ce navet monumental. J. N

About Cherry (Stephen Elliott, USA, 2012, 102 min).   Avec Ashley Hinshaw, James Franco, Heather Graham, Diane Farr, Dev Patel, Lili Taylor.

20/01/2013

Hitchcock

sacha gervasi,anthony hopkins,helen mirren,scarlett johansson,danny huston,toni collette,michael stuhlbarg,james d'arcy,jessica biel,alfred hitchcock,hitchcock,psycho,psychoseContrairement à ce que le nom du film aurait pu indiquer, ce n'est pas un biopic sur le "maître du suspense", Alfred Hitchcok (1899-1980), mais une virée dans les coulisses du tournage tumultueux de Psycho (1961), film culte et controversé du réalisateur britannique. L'histoire se focalise autour de la relation de Hitchcock (Anthony Hopkins) avec sa femme Alma (Helen Mirren) qui aura une influence grandissante sur son film (bien qu'elle n'ait jamais participé à aucun tournage), le financement improbable du projet (lâché par la Paramount), les soucis de Hitchcock avec la censure américaine (en raison de scènes de violence et de nudité), et surtout le combat d'un homme voulant prouver à tout le monde qu'il était encore au sommet de l'art. Au final, Psycho deviendra son film le plus célèbre... Outre une mise en scène et des décors soignés, nous retiendrons un film agréable et léger.  Dunia Achcar et Jihad Naoufal

Hitchcock (Sacha Gervasi, USA, 2012, 98 min)    Avec Anthony Hopkins, Helen Mirren, Scarlett Johansson, Danny Huston, Toni Collette, Michael Stuhlbarg, Jessica Biel, James D'Arcy, Michael Wincott.

 

- 1 nomination (Meilleure actrice - Helen Mirren) - Golden Globes 2013.

- 2 nominations - BAFTA Awards 2013 *

 

* Cérémonie le 10 février 2013.