free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

29/04/2020

Deadman Wonderland

d7fd2f38acac32fc0302891520bb572e1481934727_main.jpgIntéressant cet anime où nous retrouvons le thème bien connu d'un Japon ultra-moderne mais ultra-autoritaire aussi. L'histoire est centrée autour du personnage de Ganta Igarashi. Un jour, alors qu'il est en cours à l'école, un personnage étrange - une sorte de croque-mitaine - apparaît à la fenêtre puis massacre toute la classe sauf Ganta (on ne saura jamais pourquoi). Seul survivant, celui-ci est considéré comme le tueur et envoyé en détention à vie dans une prison de haute sécurité. Problème : dans celle-ci, on meurt à petit feu en raison d'une injection permanente de poison. Il est toutefois possible d'obtenir des bonbons qui neutralisent le poison mais pour cela, il faut cumuler des Cast Points que l'on peut obtenir aux jeux mortels de Deadman Wonderland.

Deadman_1__20694.1562456065.jpgLe jeune homme va d'abord subir la loi des caïds de la prison qui vont lui faire la misère mais à force de persévérance et aidée par une fille étrange, il va progressivement s'en sortir et même se découvrir des super-pouvoirs. La série - qui adapte les 21 premiers chapitres du manga éponyme - est intéressante de par les thèmes qu'elle brasse : Etat totalitaire, univers carcéral, David contre Goliath, failles du système judiciaire, dose de surnaturel, dépasser un passé douloureux...etc. Mais le thème le plus marquant est cette société attirée par le sordide comme l'étaient les Romains par les combats des gladiateurs et les jeux du cirque. En effet, les jeux mortels sont retransmis en live et sont payants pour les téléspectateurs, un thème déjà traité au cinéma et mettant à l'affiche Arnold Schwartzenneger (The Running Man, 1987) ou Jason Statham (Death Race, 2008).

deadman-wonderland-ganta-igarashi-youtube-anime-kiyomasa-senji-wonderland.jpgDe même, le thème du jeu mortel était déjà présent dans le manga culte Battle Royale, hélas jamais adapté en animation (mais transformé en film en 2000). Un scénario plutôt original et un character design de qualité font de Deadman Wonderland un anime solide. On reste toutefois sur notre faim car l'histoire n'est pas terminée (12 épisodes c'est un peu court) et une saison 2 n'a toujours pas été prévue. Il est également que le studio Manglobe, créé en 2002 et effectuant des séries de qualités (Samurai Champloo, Ergo Proxy, Michiko to Hatchin) a fait faillite en 2015... J. N

 

Deadman Wonderland

(12 épisodes de 25 min)

Diffusion : avril-juillet 2011

Studio : Manglobe

Réalisateur : Koichiro Hatsumi

18/04/2020

Samurai 7

19120980.jpg-c_216_288_x-f_jpg-q_x-xxyxx.jpgUn beau périple que cette adaptation animée du film culte du réalisateur japonais Akira Kurosawa (1910-1998). Scénario identique : le village pauvre de Kanna est régulièrement pillé par une horde de sauvages qui deviennent de plus en plus exigeants en quantité de riz demandée mais qui commencent également à rafler femmes et enfants. La différence ici est que la horde en question est constituée de mechas surpuissants (soit des samouraïs mécanisés), faisant de cette adaptation une version néo-retro de l'histoire des 7 samouraïs (refaire quasiment la même chose aurait certainement constitué une simple répétition animée, synonyme d'ennui). Le sage du village envoie donc trois villageois recruter en ville sept mercenaires qui accepteraient de protéger le village. Le village ne pouvant payer qu'en riz, ceux qui voudraient bien accepter cette mission périlleuse seront certainement des samouraïs en rupture de ban.

samurai 7,anime,akira kurosawa,gonzo,toshifumi takizawaQuel constat? La série ne révolutionne pas le genre (à l'instar par exemple de Samurai Champloo) mais la fusion tradition/futurisme est réussie et c'est déjà pas mal. Des samouraïs attachants, avec des personnalités fort contrastées (chacun y trouvera son compte) et bien travaillées (là où par exemple le film The Magnificent Seven (2016), adaptation américaine du film de Kurosawa a cruellement péché), des décors justes, des effets visuels réussis, des scènes de combat spectaculaires, et finalement un scénario bien ficelé. Ne soyons pas trop exigeant, Samuraï 7 constitue un divertissement agréable et solide. J N.

 

Samurai 7

(26 épisodes de 23 min)

Diffusion : juin-décembre 2004

Studio : Gonzo

Réalisateur : Toshifumi Takizawa

22/08/2018

Black Blood Brothers

images.jpgDurant ce qui a été appelé la Croisade de Hong Kong, Jiro Mochizuki, un vampire au sang ancien, a vaincu les Enfants de Kowloon (1) et leur roi. Dix ans plus tard, il se rend avec son jeune frère à Hong Kong, en espérant rejoindre la Zone spéciale, une ville secrète où les vampires prospèrent librement, à l'écart des humains. Jiro se rend compte que les Enfants de Kowloon sont toujours actifs et ont infiltré la Zone spéciale afin d'y semer le chaos. Celle-ci est administrée par "la Compagnie" dont les objectifs et agissements sont assez louches... Le constat ? Après un début prometteur, l'intrigue s’essouffle assez vite (étonnant pour une série de seulement 12 épisodes) et l'épilogue est un peu (trop) rapide. Et c'est un peu normal vu le thème traité. Un vampire au style vestimentaire "stylé", une mini-guerre civile entre vampires issus de lignées ancestrales différentes, quelques flashbacks trop courts, qui ne permettent pas vraiment de saisir la psychologie des personnages, une dose d'humour...etc. Difficile d'atteindre le niveau de Helsing (l'accoutrement de Jiro est d'ailleurs copié sur celui du Professeur Van Helsing), référence en la matière. Pour conclure, c'est très moyen mais ça se regarde. J. N

images (1).jpgBlack Blood Brothers

(12 épisodes de 24 min)

Diffusion : septembre-novembre 2006

Studio : Group TAC, Studio Live

Réalisateur : Hiroaki Yoshikawa

 

(1) Kowloon est la partie de Hong Kong, située sur le continent, au nord de l'île de Hong Kong et au sud de la partie continentale des Nouveaux Territoires.

11/06/2011

Speed Grapher

speed grapher,gonzo,japon,kunisiha sugishima,gantz,last exile,full metal panicDans un Japon marqué par des inégalités sociales de plus en plus criantes et gangréné par la corruption, Saiga, un ancien reporter de guerre et photographe confirmé, est chargé par son agence d'enquêter sur une organisation secrète liée peut-être à l'assassinat de cinq politiciens opposés à une loi sur la pharmaceutique. S'infiltrant dans une assemblée de cette organisation où se déroule une sorte de culte menant au "plaisir ultime" (la scène est une copie conforme de Eyes wide Shut de Kubrick, lorsque Tom Cruise se rend à ce type de manifestation), Saiga est démasqué et assiste à l'arrivée de la "Déesse". Cette rencontre fera basculer son destin, désormais lié à cette jeune fille.

 

 

speed grapher,gonzo,japon,kunisiha sugishima,gantz,last exile,full metal panicRéputé pour la qualité de ses productions (1), le fameux studio Gonzo s'est raté quelque peu cette fois. Car si le chara-design est toujours aussi impeccable, le scénario reste à désirer. Après un démarrage en trombe qui emmène les principaux protagonistes dans un haletant road-movie, l'histoire s'essoufle assez vite et nous plonge dans l'ennui. Mais surtout, la multiplication de thèmes pêle-mêle (corruption, népotisme, monde au bord du précipice, manipulations transgéniques...etc.), aussi ambitieuse soit-elle, suscite difficilement l'adhésion. Et si le thème de la petite fille convoitée par tout le monde est incontournable dans l'animation japonaise, un questionnement demeure. Qu'avait de si spécial cette jeune fille ? Alors que sa capture (ou sa protection) est le fil conducteur de l'histoire, on n'a jamais eu une esquisse de réponse!

 

Speed Grapher

(24 épisodes de 24 min)

Studio : Gonzo.

Réalisateur : Kunihisa Sugishima.

Année : 2005.

 

(1) Gantz, Last Exile, Full Metal Panic

29/07/2010

Monster

images.jpgCette série longue de 74 épisodes est ce qui s'est fait de mieux ces dernières années. Déja culte selon certains, Monster devrait bientôt être adapté aux Etats-Unis. En effet, le studio New Line Cinema a acquis les droits pour en faire une version dont l'histoire devrait se dérouler aux Etats-Unis. L'histoire débute en Allemagne dans les années 80. Nous sommes à Dusseldorf, au Eisler Memorial Hospital. Le docteur Kenzo Tenma, neurochirurgien, est promis un avenir brillant. Mais un jour, il refuse de soigner le maire de la ville (qui décèdera de ses blessures) pour s'occuper d'un garçon blessé d'une balle à la tête et reçu au bloc opératoire avant le maire. Tenma est alors rétrogradé par le directeur de l'hôpital et Eva, la fille de ce dernier, le quitte. Peu de temps après, la garçon opéré et sauvé disparaît tandis que trois responsables de l'hôpital - dont le directeur - sont assassinés.

images2.jpg10 ans plus tard, Tenma découvre qu'un certain Johann sème la terreur un peu partout en Allemagne, ce même Johann qu'il avait jadis soigné. Sur les trousses de ce dernier, il se retrouve également traqué par un inspecteur de police obsessionnel et découvre que Johann aurait été un cobaye dans un orphelinat effectuant des pratiques eugénistes. Nous n'en dirons pas plus. Il suffit de regarder le premier épisode pour ne plus vouloir lâcher ce thriller psychologique digne d'un polar de James Ellroy. Sur fond de réunification allemande (après la chute du Mur) et de résurgence de groupuscules néo-nazis, cette intrigue noire et fort complexe (on pense au Dahlia noir) dont les ramifications s'étendent sur toute l'Allemagne (Dusseldorf, Munich, Heidelberg, Frankfort, Berlin-est) et même jusqu'à Prague, ne vous laissera pas indifférents. Elle est tout simplement brillante. J. N

vlcsnap-87787.jpgMonster

(74 épisodes de 23 mins)

Studio : Madhouse.

Réalisateur : Mazayuki Kojima.

Année : 2004.