compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-04 | Page d'accueil | 2007-06 »

30/05/2007

Liste des milliardaires - 2006

medium_images.23.jpgUn petit passage par une autre liste connue, la liste des milliardaires, établie par le magazine économique américain Forbes (fondé en 1917, siège : New-York). La liste comprend pas moins de 946 personnes pour l'année 2006. Il y a 20 ans, Forbes recensait 140 milliardaires, en 2003 ils étaient 476 puis en 2004, 587... Par rapport à 2005, 178 personnes ont fait leur entrée sur la liste. Chaque année celle-ci s'accroît (alors qu'une bonne partie de la population de la planète continue de crever de faim).

Bill Gates qui a fait fortune, comme on le sait, avec Microsoft est toujours premier de la liste (depuis 13 ans déja) et ses 56 milliards de dollars (sa fortune avait atteint 90 milliards en 1999...). Vient ensuite Warren Buffet (USA, 52 milliards), possésseur de Berkshire Hathaway, une société d'investissement (textile, agroalimentaire, assurances, construction, énergie, médias... - il a aussi des parts dans Coca-Cola, American Express, Gilette et autres). 3ème : Carlos Slim, méxicain d'origine libanaise (49 milliards dont 19 gagnés en 2006). Il a créé America Movil, énorme compagnie de téléphone au Méxique. On descend ensuite à 33 milliards : Ingvar Kamprad & famille (Suède). Cet homme âgé de 80 ans voyage en classe économie et mange dans des restos "pas chers". Il ne possède rien moins que IKEA (présent dans 34 pays). 5ème : Lakshmi Mittal (Inde, 32 M$). Le plus riche résident du Royaume-Uni possède 44% de Arcelor-Mittal (qu'il dirige), numéro 1 mondial de la sidérurgie (330.000 employés dans plus de 60 pays). 6ème : Sheldon Adelson (USA, 26.5 M$). Né à Boston, fils d'un chauffeur de taxi, il emprunte 200 dollars à son oncle pour vendre des journaux à l'âge de 12 ans. En 1979, il crée le salon mondial de l'informatique, COMDEX, qu'il revend en 1995 à la Softbank Corporation (Japon) pour 862 millions de dollars. Il a principalement fait fortune dans les hôtels et les casinos. En 2006, il fait un don de 500 millions de dollars en faveur des Juifs du monde entier. Le premier français est 7ème du classement : Bernard Arnault (26 M$), qui dépasse Lilianne Bétancourt (12ème) au classement en 2005. En 1985, il rachète Christian Dior grâce à 15 millions de dollars qu'il prend de l'entreprise de travaux familiale Ferret-Savinel. En 1989, il s'empare de LVMH (OPA), son empire actuel. Comme d'autres, c'est un grand pote de Sarkozy (témoin de mariage). 8ème : Amancio Ortega (Espagne, 24 M$). Il a créé la marque de vêtements Zara (3000 magasins dans 64 pays).

medium_forbes.2.jpgOn ne citera pas tout le monde évidemment. Qui connaît-on ? Le créateur de la base de données Oracle, Lawrence Ellison, est 11ème (21.5 M$) ; Paul Allen, cofondateur de Microsoft avec Bill Gates, est 19ème (18 M$). Michael Dell, créteurs des ordinateurs du même nom est 30ème. Troisième fortune de France en 2006, François Pinault (Printemps, La Redoute..) est en 34ème posture. Le créateur de la X-Box, également PDG de Microsoft, Steven Ballmer, est 31ème. Avant d'être jetté en prison pour fraude fiscale et escroquerie, Mikhaïl Khodorkovski était 7ème de cette liste en 2003 (arrêté en octobre de cette année). Aujourd'hui, sa fortune ne vaut plus rien et son ex-empire Ioukos a été démantelé. La première fortune de Russie n'est autre que Roman Abramovitch, "Monsieur Chelsea", la quarantaine (et 5 enfants) et 18.7 M$ à son actif (16ème). Il s'enrichit au début des années 90 grâce aux privatisations en Russie. Il possède la compagnie pétrolière Sibneft, qu'il revendra à Boris Bereszovski avant de mettre les voiles et de s'installer à Londres, où il a racheté le quartier de Chelsea ainsi que le club du même nom. Il est également gouverneur de la région de Tchoukotka, en Russie (Extrême-Orient). Avec ses 18.8 M$, Stefan Persson (Suède) est 17ème. Il possède H&M.  Les 2 "génies", Sergei Brin et Larry Page sont 26èmes (tous deux ont 16.6 M$). Ils sont entrés dans cette liste il y a 2 ans et étaient à l'époque dans les 700èmes... Qu'ont-ils donc fait ? créé Google, rien que ça. La famille Walton, qui possède les supermarchés Walt-Mart et qui a hérité la fortune de Sam Walton, n'est plus dans le top 10 (ils sont 5 personnes de la 23ème à la 29ème place).

Avant son assassinat en 2005, l'ex-premier ministre libanais Rafic Hariri était 101ème en 2004. Sa femme et ses enfants ont donc hérité de sa fortune. Il est étonnant de voir qu'ils ne sont pas tous inscrits sur Forbes avec la même nationalité ; ils sont tous libanais mais possèdent d'autres nationalités : Saad, l'aîné (407ème, Arabie Saoudite), Bahaa (432ème, Suisse), Ayman (618, Arabie Saoudite), Fahd (618, Liban), Nazek, épouse (891, Liban).  Les Russes sont nombreux, on retrouve donc les fameux oligarques qui se sont enrichis durant les années 90 : Vladimir Lisin (36ème, possède Novolipetsk, le géant du métal), Vladimir Potanin  et Mikhail Prokhorov (38èmes tous les deux, 13.5 M$ chacun), possédent Norilsk Nickel, autre géant du métal, Oleg Deripaska (40ème), possède Rusal, premier producteur mondial d'aluminium - il n'a que 39 ans..., Mikhail Fridman (45ème) : TNK-BP et Alpha Group, un proche de Poutine ; Vagit Alekperov (48ème) : Loukoïl - bons rapports avec Poutine.

John Mars, créateur du chocolat du même nom, est 58ème (10.5 M$). Il possède aussi Twix, Snickers et M & M. Son concurrent en chocolat doit être Michelle Ferrero (Italie, 62ème) puisqu'elle possède Nutella et Kinder. "Bouffon attitré", Silvio Berlusconi est 51ème. Le "philanthrope" Georges Soros est 80ème. BMW c'est à Susanne Klatten (USA, 68ème, 9.6 M$), Nike à Philip Knight (USA, 69ème). On retrouve à la 538ème place, l'ancien président du Real Madrid (de 2000 à 2006 - il a notamment fait venir Zidane, Beckham, Ronaldo...), Florentino Perez (Esp, 1.9 M$). M. Kellogg (les cornflakes) est 664ème (1.9 M$). Quant à "l'ex-oligarque" Boris Berezovski, éxilé politique à Londres, il n'a plus "que" 1.1 M$ (840ème). On trouve

On remonte dans la "hiérarchie" et on retrouve le Grec Spiros Latsis (55ème). Il possède des acquis dans le pétrole, l'immobilier, les banques et la construction navale. Il a actuellement des problèmes avec la justice, en raison notamment de liens présumés avec la Commission européenne et de comptes en banques louches à Jersey, Monaco et Luxembourg. Le bien connu "magnat de la presse" Rupert Murdoch (il est anglo-australo-américain) est 73ème (9 M$). Ultra-conservateur et invétéré pro-américain, il possède l'empire médiatique News Corp (Fox et consorts notamment), et possède 175 journaux dans le monde (tous ont titré pour la guerre en Iraq en 2003). En juillet 2005, il rachète MySpace (créé deux ans plus tôt). Quant au créateur de Ebay et Skype, il se nomme Pierre Omidyar et se situe au 76ème rang (USA, 8.8 M$)

Qui d'autre à signaler ? Viacom (Paramount, MTV) et CBS sont dirigés par Summer Redstone, 86ème rang (USA, 8 M). Giorgio Armani et Martin Bouygues (lui aussi témoin de mariage de Sarkozy) sont tous deux 177èmes (5.5 M). Citons un politique : Michael Bloomberg, maire de New-York, 142ème (5.5 M). Nicolas Hayek, suisse d'origine libanaise et président de SWATCH (25% des ventes mondiales de montres) est 273ème. Le cinéaste Steven Spielberg est 287ème. Et la famille Benetton 323ème.  Pour finir,  l'écrivain Joanne K. Rowling a fait son entrée sur la liste en 2006, grâce au succès de sa série Harry Potter. Elle possède 1 milliard de dollars, au 891ème rang. Pas trace par contre sur la liste, d'Arnaud Lagardère.

Chiffres

Sur 946 milliardaires, 415 sont américains, soit 43.8% de la liste. New-York est évidemment la ville qui regroupe le plus de milliardaires. Vient ensuite, loin derrière, l'Allemagne (55 milliardaires), la Russie (53), l'Inde (36), le Royaume-Uni (29), la Turquie (25), et le Japon (24). Avec 6 autres pays, ces Etats constituent un groupe de 11 Etats, avec 326 personnes, soit 34.4% de la liste. La France a 15 milliardaires. Au total, 55 pays sont représentés. L'essor des oligarques permet à la Russie de rattrapper petit à petit l'Allemagne (2 nouveaux venus en 2006) : 53 - 55. Mais les fortunés russes totalisent 282 milliards tandis que les Allemands en totalisent 37. Avec 191 milliards, l'Inde dépasse désormais le Japon (64 milliards) pour la zone Asie. Font leur entrée sur la liste cette année, Chypre, Oman, la Roumanie et la Serbie.

Par rapport à la liste précédente (2005), 2/3 des milliardaires se sont enrichis, alors que seulement 17% sont plus pauvres (incluant ceux qui sont descendus en dessous du seuil du milliard). La somme totale de toutes ces fortunes est passée de 900 milliards à 3.5 trillions (...). Soit une moyenne de 3.6 milliard par personne. La moyenne d'âge est de 62 ans (2 ans de moins qu'en 2005). 60% des listés ont réalisés leur fortune à partir de rien.

Les chiffres mis en place par Forbes sont arrêtés au 9 février 2007. Ernest Gallo (co-fondateur de E & J Gallo Winery) est décédé le 6 mars 2007. Il est donc sur la liste (1.3 M$). Les chiffres ne prennent pas en compte la volatilité qui secoua les marchés de la bourse internationale 3 semaines plus tard (baisse de 3.7%).

La question

Pourquoi ne figure donc pas le sultan du Bruneï, monarque absolu de son pays, considéré en 1997 comme l'homme le plus riche au monde (il possédait environ 40 milliards de dollars mais a ensuite predu la moitié) ? Difficile "d'interpréter" les fortunes des milliardaires. Forbes n'inclut pas dans sa liste des biens qui n'appartiennent pas "en soi" aux personnes concernées. C'est ainsi que les possessions de la reine d'Angleterre au Buckingham Palace, appartiennent également à l'Etat britannique. La fortune du sultan du Bruneï est en grande partie composée des dividendes du pétrole et du gaz, très abondants au Bruneï, et monopoles de son gouvernement. Quant à la fortune du dictateur Fidel Castro, elle est calculée comme pourcentage du PNB cubain. Par conséquent, les fortunes de dirigeants politiques sont classées à part car elles ne représentent pas des cas de succès en capitalisme entreprenarial. Voici donc la liste des politiques les plus riches :

1.Hassanal Bolkiah (Sultan du Bruneï depuis 1967) : 20 milliards de dollars.

2.Sheikh  Khalifa bin Zayed Al Nahyan (président des Emirats arabes unis) : 19 milliards.

3.Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum (Premier ministre et vice-président des EAU) : 14 M$.

4.Hans-Adam II (Prince du Liechtenstein) : 4 M$.

5.Thaksin Shinawatra (Premier ministre de Thaïlande) : 1.9 M$.

6.Prince Albert II (Prince de Monaco) : 1 M$.

7.Fidel Castro (Président à vie de Cuba) : 900 millions de dollars.

8.Theodoro Obiang  Nguema  Mbasogo (Président de la Guinée Equatoriale depuis 1979) : 600 millions de dollars.

9.Elizabeth II (Reine du Royaume-Uni) : 500 millions de dollars.

10.Beatrix Wilhelmina Armgard (Reine des Pays-Bas) : 270 millions de dollars.

Infos et liste complète des milliardaires : http://www.forbes.com/lists/2007/10/07billionaires_The-Wo...

28/05/2007

Festival de Cannes 2007

4941abb308ea4f9565e748114814dbe0.jpgPalmarès de la 60ème édition du Festival de Cannes 2007 :

Palme d'or : 4 mois, 3 semaines, 2 jours (Christian Mungiu, Roumanie)

Grand prix : La forêt de Mogari (Naomi Kawase, Japon)

Prix du 60ème anniversaire : Gust van Sant (Paranoid Park, USA)

Prix du scénario : Fatih Akin (De l'autre côté, Turquie)

Prix de la mise en scène : Julian Schnabel (Le scaphandre et le papillon, France)

Prix d'interprétation féminine : Jeon Do-Yeon (Secret Sunshine, Corée du Sud)

Prix d'interprétation masculine : Konstantin Lovranenko (Le bannissement, Russie)

Prix du jury : Persepolis (Marjane Satrapi et Vincent Paronnaud), Lumière silencieuse (Carlos Reygadas, Méxique)

Ligue 1 - 38ème journée

14648409972403fb1d7cd3f3ba437ed0.jpgToulouse qualifié pour le tour préliminaire de la Champions league

Comme qui dirait, "que d'émotions" pour cette 38ème et dernière journée de Ligue 1. Unique enjeu : la 3ème place, synonyme de ticket pour le tour préliminaire de la Ligue des champions. 4 équipes pouvaient espérer accrocher le sésame : Lens (3ème), Bordeaux (4ème) , Rennes (5ème) et Toulouse (7ème). Vainqueur de Bordeaux (3-1), grâce à un hatrick du suédois Elmander, les Toulousains ont piqué la 3ème place à Lens, humilié à Troyes (3-0). Tant pis pour les Lensois, 3èmes avant cette journée et 26 fois sur le podium cette saison. Mais voilà, depuis sa victoire à Marseille (1-0) le 4 mars dernier (27ème journée), Lens s'est incliné à 6 reprises, ne prenant que 9 points sur 33 possibles (en 11 matchs). Résultat : une médiocre 5ème place, au vu de sa saison et une qualification pour... l'Intertoto. 

Lens hors course dès la mi-temps à Troyes (but de Danic et expulsion du défenseur Ramos), les 3 autres équipes citées, restaient en course. Toulouse (6ème) et Bordeaux (4ème) s'affontaient justement, au Stadium. Les Girondins ont espéré durant 20 minutes, du but de Wendel (17e, un coup-franc anodin qui surprenait Douchez) jusqu'à l'égalisation de Elmander (37e). Mais le Suédois était dans un grand jour et marquait 2 fois après la pause. Pendant ce temps, Rennes menait 1-0 à Lille et était seul 3ème. Mais une égalisation de Fauvergue dans les arrêts de jeu (une tête sur un coup-franc de Obraniak) ruinait les espoirs bretons. Toulouse peut donc remercier les supporters nantais qui avaient envahi le terrain lors de Nantes - Toulouse. Le match, arrêté à la 85ème journée (37ème journée) fut donné gagnant à Toulouse (sur tapis vert). Il y a deux semaines, Toulouse ne se voyait pas accrocher la 3ème place, même dans ses rêves les plus fous.

Lyon termine tranquilement (3-1 contre Nantes, déja relégué). Idem pour Marseille contre un autre relégué, Sedan (1-0), grâce à un joli but de Nasri (frappe à l'entrée de la surface après avoir crocheté 2 fois un défenseur). Dans cette rencontre, le défenseur argentin Civelli a été expulsé pour un tacle assassin sur Amalfitano. Pujol, côté sedanais, l'a également rejoint aux vestiaires pour avoir provoqué un début de bagarre après son geste. Auteurs d'une bonne deuxième partie de championnat, Auxerre (8ème) et Monaco (9ème) sont passés dans la première partie du classement. L'équipe de la principauté gagne 4 places, symbole d'un championnat qui aura été incertain jusqu'au bout et où les écarts auront toujours été serrés : c'est ainsi que de Toulouse, 3ème (58 points) à Paris, 15ème (48 points), il n'y a que 10 points, alors que dans le ventre mou du classement, 4 équipes (Saint-Etienne, Le Mans, Nancy, Lorient) possèdent le même nombre de points (49). Dans le haut du classement, 4 autres clubs (Rennes, Lens, Bordeaux, Sochaux) possèdent également le même nombre de points (57). Des chiffres qui en disent long sur le faible niveau de la Ligue 1. En Italie et en Allemagne (championnat à 34 journées), les 4 premiers du classement possèdent plus de 60 points. En Espagne, 4 équipes sont dans la même situation alors qu'il reste deux journées de championnat. En Angleterre, les 5 premiers sont au dessus de la barre des 60 points. En France, le 3ème, Toulouse, possède 58 points. Si la Ligue 1 n'est pas un championnat à deux vitesses, il n'empêche que son nivellement continue à s'opérer par le bas et non par le haut, témoin les performances des clubs français en coupes d'Europe...

Samedi 26 mai :

Lyon (1) - Nantes (20) 3-1 : Malouda (21e, 66e), Benzema (84e) ; Diallo (51e).

Marseille (2) - Sedan (19) 1-0 : Nasri (60e).

Troyes (18) - Lens (3) 3-0 : Danic (8e), Matuidi (55e), Lachuer (57e).

Toulouse (6) - Bordeaux (4) 3-1 : Elmander (37e, 49e, 71e) ; Wendel (17e).

Lille (10) - Rennes (5) 1-1 : Fauvergue (90e+5) ; Utaka (74e).

Sochaux (7) - Saint-Etienne (9) 1-0 : Le Tallec (18e).

Valenciennes (16) - Auxerre (8) 1-3 : Bratu (80e) ; Niculae (18e), Kahlenberg (20e), Lejeune (90e+5).

Monaco (13) - Nancy (11) 2-0 : Koller (9e), Piquionne (57e).

Lorient (12) - PSG (15) 0-1 : Pauleta (55e)

Nice (17) - Le Mans (14) 3-3 : Bellion (33e s.p, 54e), Vahirua (44e) ; Romaric (35e), Is. Bangoura (60e), Matsui (65e).

Classement : 1.Lyon 81 ; 2.Marseille 64 ; 3.Toulouse 58 ; 4.Rennes 57 (+8) ; 5.Lens 57 (+6) ; 6.Bordeaux 57 (+4) ; 7.Sochaux 57 (-2) ; 8.Auxerre 54 ; 9.Monaco 51 ; 10.Lille 50 ; 11.Saint-Etienne 49 (+2) ; 12.Le Mans 49 (-1) ; 13.Nancy 49 (-7) ; 14.Lorient 49 (-7) ; 15.PSG 48 ; 16.Nice 43 (-6) ; 17.Valenciennes 43 (-12) ; 18.Troyes 39 ; 19.Sedan 35 ; 20.Nantes 34.

Buteurs : 1.Pauleta (PSG) 15 buts ; 2.Savidan (Valenciennes) 13 ; 3.Niang (Marseille), Grafite (Le Mans), Is. Bangoura (Le Mans) 12 ; 6.Fred (Lyon), Elmander (Toulouse), Dindane (Lens), Utaka (Rennes) 11 ; 10.Juninho (Lyon), Malouda (Lyon), Gomis (Saint-Etienne), Pujol (Sedan), Se. Keita (Lens), Jelen (Auxerre) 10.

 

26/05/2007

Culture à la masse

[...] "On se souvient que Nicolas Sarkozy présidait le fiasco d'Indigènes. Trop intello, trop ambitieux. Le film enregistra, au box-office, presque 2 millions d'entrées. Gageons cependant qu'Astérix III, IV ou V fera davantage. Merveilleuse époque qui nous fait passer de la culture populaire à la culture de masse, puis de la culture de masse à la culture à la masse."

   Joseph Macé-Scaron, Marianne, n° 524.

24/05/2007

Finale Champions League

101c332a5121343367ca16ccb2707629.jpg

Milan a sa revanche 

Pour sa 11ème finale de Champions League, Milan a remporté sa 7ème couronne, en battant logiquement Liverpool (2-1). Comme prévu, les Milanais ont pris leur revanche contre l'équipe qui les avait battu lors de la finale de 2005. Le douloureux souvenir est à moitié effacé : Liverpool était mené 3-0 à la pause, avant de revenir contre toute attente à 3-3 puis de s'imposer aux tirs aux buts. Mais ce soir, Milan, fort de son expérience et de son inamovible puissance au milieu de terrain (Seedorf, Gattuso, Pirlo, pour ne citer qu'eux) a eu raison d'un adversaire qu'il a très largement dominé sur le plan physique, la clé du match. Une défense ultra-robuste a complètement asphyxié les velléités offensives adverses sur les côtés, où les "masses" Jankulovski (à gauche) et Oddo (à droite) n'ont jamais laissé passer Zenden et Pennant. Si Seedorf n'a pas affiché son rendement habituel (plus ou moins transparent), c'est l'excellent Pirlo qui a fait une première fois la différence. Son coup-franc direct était dévié de la poitrine par le renard des surfaces, Inzaghi (préféré à Gilardino). Coup au moral pour Liverpool, qui encaissait ce but juste avant la pause. En seconde mi-temps, les hommes de Raphael Benitez assiégaient le camp adverse mais la domination était stérile. Toutefois, Gerrard profitait d'un contre-favorable sur Nesta pour venir défier Dida d'un tir croisé, mais le gardien brésilien effectuait un arrêt décisif, synonyme de tournant du match (63e). Car sur contre-attaque, Kaka' lançait au millimètre Inzaghi, qui effacait d'un crochet Reina avant de marquer dans le but vide (82e). K.O pour Liverpool qui revenait quand même dans la partie grâce à Kuyt. L'attaquant batave marquait de la tête sur corner, profitant d'une rare inadvertance de la défense lombarde. Mais on jouait la dernière minute et ce but ressemblait plus à un baroud d'honneur. Milan pouvait savourer sa victoire, la 5ème pour Paolo Maldini en finale de Ligue des Champions (sur 8 finales disputées...).

AC MILAN - LIVERPOOL FC 2-1 

Stade Spyros Louys - 63.500 spectateurs

Buts : Inzaghi (45e, 82e) ; Kuyt (88e).

Avertissements : Gattuso (40e), Jankulovski (54e) pour Milan ; Mascherano (58e), Carragher (60e) pour Liverpool.

AC Milan : Dida - Oddo, Nesta, Maldini (cap.), Jankulovski (Kaladze, 79e) - Gattuso, Ambrosini, Pirlo - Seedorf (Favalli, (90e+1), Kaka' - Inzaghi (Gilardino, 88e).

Liverpool FC : Reina - Finnan (Arbeloa, 87e), Carragher, Agger, Riise - Pennant, Alonso, Gerrard (cap.), Mascherano (Crouch, 77e), Zenden (Kewell, 58e) - Kuyt.

22/05/2007

Dictionnaire du parfait cynique

medium_9782843044069.gif"Traités de charlatans ou de prestidigitateurs, les auteurs d'aphorismes, surtout lorsqu'ils sont cyniques, irritent ; on leur reproche leur légèreté, leur désinvolture, leur laconisme ; on les accuse de sacrifier la vérité à l'élégance du style, de cultiver le paradoxe, de ne reculer devant aucune contradiction, de chercher à surprendre plutôt qu'à édifier. Bref, on tient rigueur à ces moralistes d'être si peu moraux.

La forme discontinue dans laquelle ils s'expriment est une forme aristocratique ; elle apparaît en France au XVIème siècle, en même temps que s'essoufflent la théologie et la scolastique. Le moraliste est le plus souvent un homme d'action ; il méprise le professeur, ce docte, ce roturier. Mondain, il analyse l'homme tel qu'il l'a connu. Sa démarche est aux antipodes de celle du philosophe ; il se méfie de ce qui n'est pas concret ; le concept "homme" l'intéresse moins que les hommes réels, avec leurs qualités, leurs vices, leurs arrière-mondes.'' [...]      Roland Jaccard

De Chamfort à Oscar Wild, en passant par Cioran, Jules Renard, Schopenhauer, Shaw (et bien d'autres), des citations aussi drôles que cyniques, mais aussi, instructives!!

Roland Jaccard, Dictionnaire du parfait cynique, Zulma, 2007, 159 p.

21/05/2007

Ligue 1 - 37ème journée

medium_marseille_-_ste.2.jpg

Marseille accroche la Champions league 

Principale info de la soirée, Marseille sera en Champions league la saison prochaine. L'OM est parvenu donc à ce qu'il n'avait pas été capable de réaliser les 2 dernières saisons. Après la déception de la finale de Coupe de France perdue la semaine dernière contre Sochaux, une interrogation persistait, concernant l'état de motivation des troupes. Ribery, Nasri et les autres ont donc relévé la tête, en s'imposant à Saint-Etienne (2-1), où ils n'avaient plus gagné depuis la saison 92-93 (2-0, buts de Völler et Desailly). Efficace ces derniers temps, Cissé avait ouvert le score d'une frappe splendide des 18 mètres dans la lucarne opposée. En face, Feindouno répondait presque de la même manière. Frappe des 18 m., mais dans l'autre lucarne. L'OM la veut cette Champions league - sa magnifique fin de saison en atteste - et Pagis offrait au remplaçant Valbuena son premier but en Ligue 1. Cette victoire, conjuguée aux matchs nuls de Bordeaux (au Mans) et Lens (contre Nice) est donc synonyme de qualification directe (4 points séparent Marseille des poursuivants). Samedi prochain, contre Sedan, les Olympiens se contenteront de faire plaisir à leur public.

Un autre finaliste de la Coupe de France (vainqueur celui-ci), Sochaux, était quant à lui bel et bien démobilisé. Les Doubistes ont pris 5 buts à Nancy (5-2) qui remonte au classement depuis plusieurs journées et peut espérer accrocher l'Intertoto. Rennes finit fort également et grâce à sa nette victoire contre Lorient (4-1), n'est plus qu'à 1 point de Lens et Bordeaux (56 points). La lutte pour le tour préliminaire de la Champions league sera très chaude lors de la dernière journée. Avec ces 3 équipes citées, Toulouse peut également postuler à cette place. Si les 3 points sur tapis vert nantais sont lui étaient attribués (la décision sera prise jeudi), les joueursd'Elie Baup auraient 55 points. A Nantes justement, le match était sans enjeu pour les locaux, déja relégués. On pouvait voir dans les tribunes des banderoles affichant "Dassault [actionnaire principal du club] dégage". Alors que les score était 0-0 et qu'il restait 5 minutes à jouer, les supporters ont envahi la pelouse. La victoire devrait être donc attribuée dans les prochains jours à Toulouse (sur tapis vert, 0-3). Côté nantais, la saison aura été une totale désilusion jusqu'au bout.  La défaite de Troyes à Paris (1-2), conjuguée aux matchs nuls de Valenciennes et Nice, envoie officiellement les Aubois en Ligue 2. Grâce à un nouveau but décisif du jeune polonais Jelen (10 buts cette saison, il devrait exploser l'an prochain), Auxerre a eu raison de Lille (2-1) et remonte à la 8ème place. L'emblématique Fabien Cool a fait ses adieux au public de l'Abbé-Deschamps. Il raccrochera les crampons au terme de cette saison. Lyon, sacré depuis longtemps, s'est incliné à Monaco (1-0).

Dimanche, lors de la soirée de la remise des Oscars du football, le lyonnais Florent Malouda a été élu meilleur joueur de la saison. il succède à son coéquipier Juninho. La perle marseillaise Samir Nasri remporte la palme de meilleur espoir. Gérard Houllier a été élu meilleur entraîneur. Par ailleurs, l'équipe-type de la saison est la suivante : Teddy Richert (Sochaux, meilleur gardien) - Bakary Sagna (Auxerre), Hilton (Lens), Cris (Lyon), Abidal (Lyon) - K. Keita (Lille), Nasri (Marseille), Sey. Keita (Lens), Malouda (Lyon) - Savidan (Valenciennes), Elmander (Toulouse).

Samedi 19 mai :

Monaco - Lyon 1-0 : Menez (58e).

Nancy - Sochaux 5-2 : Fortuné (20e, 80e), Puygrenier (32e), B. Gavanon (68e), Sauget (90e+1) ; Birsa (45e), Dagano (89e).

Nantes - Toulouse 0-0 : le match a été arrêté à la 85ème minute (envahissement de la pelouse) et devrait être donné gagné à Toulouse sur tapis vert.

Saint-Etienne - Marseille 1-2 : Feindouno (69e) ; D. Cissé (55e), Valbuena (86e).

Sedan - Valenciennes 1-1 : Hassli (49e) ; Job (63e).

PSG - Troyes 2-1 : Pauleta (70e s.p, 77e) ; Nivet (23e).

Lens - Nice 0-0

Le Mans - Bordeaux 1-1 : Grafite (59e) ; Perea (68e).

Auxerre - Lille 2-1 : Kahlenberg (15e), Jelen (79e) ; K. Keita (29e).

Rennes - Lorient 4-1 : Melchiot (2e), Br. Cheyrou (51e), Utaka (78e), Jeunechamp (88e) ; Ewolo (23e).

Classement : 1.Lyon 78 ; 2.Marseille 61 ; 3.Lens 57 (+9) ; 4.Bordeaux 57 (+6) ; 5.Rennes 56 ; 6.Sochaux 54 ; 7.Toulouse 52* ; 8.Auxerre 51 ; 9.Saint-Etienne 49 (+3) ; 10.Lille 49 (+2) ; 11.Nancy 49 (-5) ; 12.Lorient 49 (-6) ; 13.Monaco 48 (+5) ; 14.Le Mans 48 (-1) ; 15.PSG 45 ; 16.Valenciennes 43 ; 17.Nice 42 ; 18.Troyes 36 ; 19.Sedan 35 ; 20.Nantes 34*.

Buteurs : Pauleta (PSG) 14 buts ; Savidan (Valenciennes) 13 ; Niang (Marseille), Grafite (Le Mans) 12.

18/05/2007

Pire

"Quand le pire a été évité, c'est nécessairement faux quelque part."

   Bram Van Velde

12:00 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0)

17/05/2007

Finale Coupe de l'UEFA

medium_070516220904.rfdjvozi0b.jpg

Séville conserve son titre

Dans cette finale 100% espagnole, Séville a donc preservé son titre, en venant à bout de l'Espanol Barcelone lors de la séance des tirs aux buts. Les Andalous réalisent un exploit rare puisque c'est la deuxième fois dans l'histoire du football qu'une équipe remporte deux années de suite la Coupe de l'UEFA. Le Real Madrid est la seule équipe qui l'avait réalisé (1985, 1986). Cette finale qui opposait 2 équipes ultra-offensives a tenu ses promesses : 4 buts marqués et un suspense intense puisque l'Espanol, impressionnant de courage et de combativité, égalisait à 5 minutes de la fin de la seconde prolongation, face à une équipe sévillane qui évoluait à 11 contre 10 depuis l'expulsion du milieu catalan Moises à la 68ème minute (2 avertissements), et qui aurait pu (dû) inscrire un 3ème but et enfoncer le clou lors de la 2ème prolongation. Mais trop de suffisance de la part des attaquants  et un brin d'arrogance, rappelaient qu'un match de football n'est terminé qu'au coup de sifflet final. Un dernier et désespéré rush de l'Espanol permettait au brésilien Jonatas (entré en cours de jeu) de tromper Palop d'une frappe chirurgicale des 20 mètres. A la combativité, l'Espanol l'emportait largement, mais pas aux tirs aux buts. Palop, qui avait déja sauvé son équipe en 2ème mi-temps sur des frappes de Riera et Tamudo mais également en 8ème de finale contre le Shakhtior Donetsk (il égalise pour son équipe dans les arrêts de jeu, en marquant de la tête sur corner), stoppait 3 tentatives adverses et permettrait à son équipe de conserver la Coupe, qu'elle n'aura a priori pas à défendre l'année prochaine (à moins de finir 3ème des poules de qualification de la champions league), puisque Séville va se qualifier pour la Champions League.

Que s'était-il passé auparavant ? L'Espanol, jouait mieux, plus entreprenant et plus incisif. En face, Séville manquait de fraîcheur, et son jeu de limpidité. Mais sur un contre assassin, Adriano, lancé par le gardien Palop suite à un corner de l'Espanol, parcourait 50 mètres avant de venir tromper Iraizoz de l'intérieur de pied droit (il est gaucher). Piqué au vif, l'Espanol réagissait et revenait grâce à un autre gaucher qui marquait du pied droit. L'ancien bordelais Riera trompait Palop des 18 mètres d'une frappe déviée par Daniel Alves. On aura pas beaucoup vu ce soir le feu follet brésilien, bien pris dans son couloir par Riera justement. La deuxième mi-temps était catalane jusqu'à l'expulsion de Moises. La roue tournait et Jesus Navas offrait un caviar à Kanoute qui pensait donner la victoire à son équipe. Mais l'Espanol, qui méritait mieux que ça, égalisait contre toute attente. Hélas, ses joueurs étaient cuits et les tirs aux buts leurs étaient fatals. Coup de chapeau au FC Séville (l'exploit est rare). Les coéquipiers de Julien Escudé (suspendu pour cette finale) peuvent encore remporter la Liga (ils sont à 2 points du Real et de Barcelone, à 4 journées de la fin) et la Coupe d'Espagne (finale le 21 juin contre Getafe). C'est la seule équipe européenne qui peut encore remporter 3 trophés cette saison.

FC Séville (Esp) - Espanol Barcelone (Esp) 2-2 a.p (3-1 t.a.b)

Buts : Adriano (18e), Kanoute (105e) ; Riera (27e), Jonatas (115e).

Tirs aux buts : Kanoute, Dragutinovic, Alves (manqué), Puerta ; Luis Garcia (manqué), Pandiani, Jonatas (manqué), Torrejon (manqué).

Avertissements : Fabiano (63e), Kanoute (82e) pour Séville ; Moises (12e, 68e) pour Espanol. 

Expulsion : Moises (68e) pour Espanol.

Séville : Palop - Daniel Alves, Javi Navarro (cap.), Dragutinovic, Puerta - Marti, Poulsen, Adriano (Renato, 76e) - Maresca (Jesus Navas, 46e) - Kanoute, Fabiano (Kerzhakov, 64e).

Espanol : Iraizoz - Zabaleta, Jarque, Torrejon, David Garcia - Rufete (Pandiani, 56e), Moises, Riera - De la Pena (Jonatas, 87e) - Tamudo (cap.) (Lacruz, 72e), Luis Garcia.

Palmarès : 2006 : FC Séville (4-0 contre Middlesbrough) ; 2005 : CSKA Moscou (3-1, Sporting Lisbonne) ;  2004 : Valence (2-0, Marseille) ; 2003 : FC Porto (3-2 a.p, Celtic Glasgow) ; 2002 : Feyenoord Rotterdam (3-2, Borussia Dortmund) ; 2001 : Liverpool (5-4 a.p, Alaves) ; 2000 : Galatassaray (0-0, t.a.b, Arsenal).

13/05/2007

Finale Coupe de France

medium_754939225.jpg

 70 ans après son dernier et unique sacre en Coupe de France, Sochaux remporte sa 2ème Coupe, en réalisant l'exploit de battre Marseille, plus fort sur le papier, lors d'une rencontre intense en rebondissements. Les Doubistes, vaillants, sont deux fois revenus au score, après deux buts de la tête marqués par Djibril Cissé. Très citiqué, celui-ci a fait taire ses détracteurs mais cela n'a pas suffi à donner la victoire à son équipe. Une revanche pour Alain Perrin, l'entraîneur sochalien, ancien coach de l'OM (2002-2004). Sochaux a également remporté en lever de rideau de ce match, la finale de la Coupe Gambardella (contre Auxerre) sur le même score d'ailleurs (2-2 puis 5-4 aux tirs aux buts). Une seule équipe avait jusqu'ici remporté ces deux coupes la même année, Saint-Etienne en 1970. Comme en 2004, où Sochaux avait battu Nantes aux tirs aux buts en finale de Coupe de la ligue, Teddy Richert a une nouvelle fois été décisif, en stoppant les tirs de Maoulida et Zubar. En face, Carrasso n'a pu "que stopper la tentative de Jeremy Bréchet". Sochaux est donc qualifié pour la coupe de l'UEFA. Marseille va probablement se qualifier pour la Champions league. Au pire, l'OM sera également en UEFA.

Marseille - Sochaux 2-2 (4-5 t.a.b)

Buts : D. Cissé (5e, 98e) ; Dagano (67e), Le Tallec (115e).

Tirs aux buts : Taïwo, Maoulida (manqué), Cana, Cissé, Nasri, Zubar (manqué) ; Ziani, Birsa, Le Tallec, Leroy, Bréchet (manqué), Brunel.

Marseille : Carrasso - Beye (cap.), Zubar, J. Rodriguez, Taïwo - Cana, M'Bami (Maoulida, 74e) - Ribery, Nasri, Niang (Oruma, 74e) - D. Cissé. Entr : Albert Emon.

Sochaux : Richert - Pichot, Afolabi, Bréchet (cap.), Tosic - K. Ziani, Pitau (Brunel, 106e), Ndaw, J. Leroy - Grax (Birsa, 74e), Dagano (Le Tallec, 104e). Entr : Alain Perrin.

Palmares : 2006 : Paris (2-1 contre Marseille) ; 2005 : Auxerre (2-1, Sedan) ; 2004 : Paris (1-0, Chateauroux) ; 2003 : Auxerre (2-1, Paris) ; 2002 : Lorient (1-0, Bastia) ; 2001 : Strasbourg (0-0, t.a.b, Amiens) ; 2000 : Nantes (2-1, Calais).