free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

03/04/2007

Itchkéri Kenti

medium_18709583.jpgLorsque l'Union soviétique s'effondre en 1991, la petite République de Tchétchénie (15.500 km², capitale : Grozny) profite du chaos et proclame son indépendance. Entre 1991 et 1994, ce petit pays montagneux bénéficie d'une indépendance de facto, durant laquelle illégalité et banditisme sont de mise. Moscou intervient finalement en décembre 1994, officiellement pour "restaurer l'ordre". S'ensuit une guerre violente entre indépendantistes tchétchènes et troupes russes. Moscou est incapable de remporter cette guerre d'usure (les montagnes tchétchènes sont imprenables) et se voit contrainte de négocier un accord (à Khassaviourt, au Daghestan) en août 1996, arrangé par le général Alexandre Lebed. Les clauses de l'accord sont floues mais une élection a quand même lieu en Tchétchénie en 1997 (supervisiée par l'OSCE). Aslan Maskhadov est élu président. La période 1997-1999 est marquée par le chaos politique, les dissenssions, et les kidnappings d'étrangers. En 1999, sous prétexte que la Tchétchénie est responsable d'attentats survenus dans plusieurs villes de Russie, Moscou intervient une seconde fois, sous la férule de Vladimir Poutine. En 2002, la situation est officiellement normalisée. Un gouvernement tchétchène pro-russe est mis en place. La guerilla continue depuis, contre les troupes russes mais elle est beaucoup moins organisée et coordonnée, en raison notamment du décès des leaders Aslan Maskhdov (mars 2005) et Chamil Bassaïev (juillet 2006).  Un petit résumé rapide pour re-situer cet excellent documentaire filmé durant le premier conflit (1994-1996). L'auteur a monté son documentaire dix ans après l'avoir filmé dans des conditions difficiles. Difficiles car il l'a vécu aux cotés de civils tchétchènes, partageant leur quotidien, leurs douleurs et leurs angoisses. C'est ce qu'il faut retenir. L'auteur a risqué sa vie en réalisant un documentaire essentiel. Pas de discours anti-russe. Juste témoigner du quotidien misérable de gens qui n'ont rien à voir avec la politique. Essentiel mais aussi précieux car c'est le seul jusqu'ici qui a décrit la situation de la population locale, dans une région très fermée au monde extérieur, et surtout aux journalistes. D'autres ont payé un prix très élevé pour avoir mis les pieds en Tchétchénie...  Itchkérie signifie en tchétchène "Tchétchénie". C'était son appelation avant la conquête tsariste au 18ème siècle. Aujourd'hui, les indépendantistes continuent de l'appeler ainsi. "Kent" signifie jeune homme valeureux. "Les fils de l'Itchkérie". J. N

Itchkéri Kenti (Florent Marcie, France, 2006, 145 mins).

25/01/2007

S 21

18372960.jpgCe documentaire coup de poing revient sur une période sombre du Cambodge, celle qui vient après la prise du pouvoir par les Khmers rouges (ils d'emparent de la capitale Phnom Penh en 1975). D'anciens prisonniers, d'une part, et d'anciens tortionnaires d'autre part, témoignent ; les premiers de ce qu'ils vécurent dans les geôles khmères, les seconds, avec un réalisme terrifiant, du traitement inhumain qu'ils administrèrent aux détenus. A vous glacer de terreur... J. N

S 21 - La machine de mort Khmer rouge (Rithy Panh, Thaïlande, 2002, 100 mins).    Avec Vann Nath, Chum Mey, Kim Houy, Prak Khan, Sours Thi, Nhiem Ein, Khieu Ches.

- Prix François Chalais - Festival de Cannes 2003
- Meilleur documentaire - Chicago International Film Festival 2003.
- Prix spécial du Jury (Rithy Panh) - Copenhagen International Film Festival 2003.
- Human Rights Award (Rithy Panh) - Buenos Aires International Festival of Independent Cinema 2004.
- Meilleur documentaire - European Film Awards 2003.
- Humanitarian Award (Rithy Panh) - Hong Kong International Film Festival 2004.
- Prix Albert Londres (Rithy Panh) 2004.
- Prix FIPRESCI (Rithy Panh) - Leipzig DOK Festival 2003.
- Prix Italia 2003.
- Meilleur documentaire - Valladolid International Film Festival 2003.
- Présenté - New York Film Festival 2003.
- Présenté - Toronto International Film Festival 2003.

20:45 Publié dans Documentaire | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : s 21

30/11/2006

Fast Food Nation

medium_18685717.jpg

Le dernier opus de Richard Linklater (Tape, School of rock, Before sunrise, Waking life, A scanner darkly), mi-fiction, mi-documentaire est l'adaptation du livre éponyme de Eric Schlosser, vendu à 1.4 million d'exemplaires dans le monde (disponible actuellement en France aux éditions Autrement au prix de 19 euros).

"I'm telling you that there is shit in the meat."

Un directeur marketing de Mickey's Burger (l'équivalent de Burger King, Mac Do, Quick et autres) découvre par l'intermédiaire de son supérieur hiérarchique que la présence de coliformes fécaux dans les burgers est attestée. Sidéré, il va remonter la chaîne jusqu'aux élevages de bovins et les abattoirs, découvrant les pratiques illicites du monde de l'industrie agro-alimentaire... Dans les usines, la chaîne étant trop rapide, les travailleurs n'ont pas le temps de bien "traiter la viande", ce qui fait qu'à tous les coups (tous les jours pratiquement), de la bouse de vache est mélangée à la viande qui sera ensuite mangée par les consommateurs. En gros, nous mangeons de la merde depuis belle lurette. Vous l'avez donc compris, un film qui vous donne envie de ne plus mettre les pieds au Mac Do (et chez les autres aussi). Soit dit en passant, on savait déja que le Fast food c'est de la très mauvaise nourriture non ?

Mais il n'y a pas que ça, le film dénonce également les divers dégâts collatéraux engendrés par l'univers impitoyable des grosses entreprises agroalimentaires : appel à des travailleurs immigrés (méxicains car ils coûtent moins cher que les autochtones), surexploitation de ces gens-là, conditions de travail dégoûtantes (à l'abattoir, on peut facilement perdre un bras ou une jambe). Richard Linklater : "Nous voulions des personnages représentant l'intégralité de l'industrie du fast food : les enfants qui travaillent, les ouvriers qui sont employés dans les usines de conditionnement de la viande, la communauté des ranchs... [...] Nous dénonçons les dégâts occasionnés, à tous les niveaux par les lobbies de l'agroalimentaire, autant sur la santé des gens que sur l'environnement."  Les nombreuses péripéties du film montrent que tout est relié : les travailleurs méxicains sont des immigrés clandestins, ils ne peuvent pas passer la frontière sans l'aide d'un passeur aussi impitoyable que les lobbiyistes des firmes multinationales, celles-ci, pour faire encore plus de bénéfices et supporter la concurrence des autres, achètent toutes les terres possibles, n'hésitant pas à chasser les propriétaires par le biais de procès qu'elles seront sûres de remporter, impossible par ailleurs de les stopper car comme toujours il y a collusion entre elles et les politiques. Dans le même registre que des films comme Traffic et Thank you for smoking, ce "semi-documentaire" stigmatise la bassesse et l'hypocrisie du business-marketing et porte un regard noir (non sans humour) sur l'état de ce qu'est devenu l'humanité. Un monde cupide, où tout est bon pour faire de l'argent. Car tout ceci après tout est le produit de l'esprit des hommes. J. N

 

Fast Food Nation (Richard Linklater, 2006, USA, 105 mins).   Avec Greg Kinnear, Catalina Sandino Moreno, Wilmer Valderrama, Luiz Guzman, Ana  Claudia Talancon, Kris Kristofferson, Bruce Willis, Ashley Johnsson, Ethan Hawk, Patricia Arquette, Avril Lavigne.

 - Festival de Cannes - 2006 - En compétition.

 - Festival de Londres - 2006 - Présenté.

22/10/2006

Women in struggle

medium_poster3.jpgCe documentaire palestinien a été diffusé ce vendredi 20 octobre, à la librairie Ishtar (10 rue du Cardinal Lemoine), à Paris. Le film est centré sur quatre femmes palestiniennes qui furent emprisonnées dans des geôles israëliennes, et sur leur témoignage concernant leurs conditions de détention. Dur... Mais le pire n'est pas la prison, affirment-elles, mais ce qui vient après : la difficulté de se ré-insérer dans la société, de reprendre une vie normale, la lente et dure reconstitution psychologique. Dix ans de prison, c'est long. Dix ans de "pauvreté" et de dénuement infimes, affirme une de ces ex-détenues politiques. Mais aussi, 10 ans jalonnés de torture régulière de la part de leurs tortionnaires. Si le spectateur est marqué par le témoignage concernant  les actes de tortures, que ressentaient donc ces femmes en racontant l'épouvantable expérience qu'elles endurèrent ?

Women in struggle a été projetté lors de nombreux festivals internationaux (Egypte, Qatar, Slovénie, Australie, Norvège, Canada, Belgique, Angleterre, Ecosse...). On notera donc son absence en France, sur grand écran, comme à la télé. La réalisatrice, Buthina Kanaan Khoury, qui était présente à la librairie Ishtar (pour un débat), expliquait que la raison d'une telle absence s'expliquait probablement par une forte pression exercée par le lobby juif sur les instances audiovisuelles et médiatiques. En effet, le film a un parti pris très clair (cela pourrait-il être autrement ?) et ne met pas sur un même pied d'égalité protagonistes palestiniens et israëliens. En gros, il ne serait pas objectif et cela déplaît... J. N

Women in struggle (Buthina Kanaan Khoury, 2005, Palestine, 56 mins).

Site officiel du film : http://www.womeninstruggle.com/

18/10/2006

Le monde selon Bush

18381487.jpgCet excellent documentaire, adapté de l'ouvrage d'Eric Laurent, "Le monde secret de Bush" (1), revient sur le début de la présidence de Georges Bush, des attentats du 11 septembre 2001 jusqu'à la deuxième guerre d'Iraq (2003). Nous constatons ici, avec acuité, l'influence des néo-conservateurs et de la droite évangéliste sur le processus décisionnel au sein de la Maison-Blanche mais également la collusion plus qe flagrante entre gens au pouvoir et grandes firmes. A travers des interviews fort révélatrices et très instructives, William Karel dresse un état des lieux de l'Amérique politique d'aujourd'hui. Si Fahreinheit 9/11 qui traite du même sujet mais pas de la même manière, a scandaleusement obtenu la Palme d'Or à Cannes (en 2004), ce documentaire là est bien plus intelligent, pondéré et rigoureux. J. N

Le monde selon Bush (William Karel, France, 2004, 90 mins).    Avec Robert Baer, Hans Blix, Frank Carlucci, James Robinson, David Corn, Stanley Hoffmann, Richard Perle, Michael Ledeen, David Frum.

- 1 nomination (Meilleur documentaire) - European Film Awards 2004.

 

(1) Publié en 2003. Eric Laurent est également auteur la même année de l'ouvrage "La guerre des Bush - Les secrets inavouables d'un conflit".

12/10/2006

One day in september

18461306.jpg1972, Jeux olympiques de Munich. Pour la première fois, l'événement est retransmis par l'ensemble des télévisions du monde. Un groupe de 8 Palestiniens prend en otage l'équipe israélienne et réclame la libération de 200 prisonniers politiques palestiniens. La police munichoise, loin d'être préparée à ce type de crise, est rapidement dépassée par les évènements. 11 athlètes sont exécutés. 30 ans plus tard, des témoins de ce drame, dont le seul protagoniste palestinien encore vivant, apportent une nouvelle lumière sur cet événement sanglant qui défraya la chronique et marqua les esprits pour longtemps. J. N

 

One day in september (Kevin MacDonlad, USA, 1999, 90 mins).    Avec Michael Douglas (voix du narrateur), Gad Zahari, Ankie Spitzer, Jamal Al Gashey.

- Oscar du meilleur documentaire - 1999
- Meilleur montage (Justine Wright) - British Independent Film Awards 2000.
- Douglas Hickox Award (Kevin Macdonald) - British Independent Awards 2000.
- Golden Camera (Arthur Cohn) - Golden Camera (Germany) 2001.
- Présenté - Festival de Telluride - 2000
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - European Film Awards 2000.
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - International Documentary Association 2000.
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - Online Film Critics Society Awards 2001.
- 1 nomination (Meilleur documentaire) - Satellite Awards 2001.

 

04/09/2006

Bowling for Columbine

bowling.jpgOn se souvient de Michael Moore, brandissant son trophée à la cérémonie des Oscars et s'écriant "Shame on you Mr. Bush". Il enquête ici sur les armes à feu aux Etats-Unis et leurs conséquences, à tous les niveaux de la société. Son point de départ est le lycée de Columbine, dans le Colorado. En 1999, deux adolescents tirent sur leurs camarades et font une vingtaine de morts. Sans verser dans le discours moralisateur, Michael Moore nous donne une excellente leçon ainsi qu'une démonstration brillante sur le problème des armes à feu et de la violence aux USA. J. N

Bowling for Columbine (Michael Moore, USA, 2002, 123 min).    Avec Michael Moore, Charlton Heston, Marilyn Manson, Dick Clark, Barry Glassner, Richard Castaldo.

- Oscar du meilleur documentaire - 2003
- Meilleur film étranger - Césars 2003.
- Prix du Jury - Festival de Cannes 2002.
- En compétition (Palme d'or) - Festival de Cannes 2002.
- Meilleur montage pour un documentaire (Kurt Engfehr) - American Cinema Editors 2003.
- Audience Award - Amsterdam International Documentary Film Festival 2002.
- Audience Award - Atlantic Film Festival 2002.
- Audience Award - Bergen International Film Festival 2002.
- Meilleur film américain - Bodil Awards 2004.
- Critics Coice Award (Meilleur documentaire) - Broadcast Film Critics Association Awards 2003.
- Meilleur documentaire -Toronto Film Critics Association Awards 2002.
- Meilleur documentaire -Chicago Film Critics Association Awards 2003.
- Meilleur documentaire - Independent Spirit Awards 2003.
- Meilleur documentaire - Golden Trailer Awards 2003.
- Meilleur documentaire - National Board of Review 2002.
- Audience Award - San Sebastian International Film Festival 2002.
- Meilleur documentaire - Phoenix Film Critics Society Awards 2003.
- Meilleur documentaire - Online Film Critics Society Awards 2003.
- Meilleur scénario (Michael Moore) - Writers Guild of America 2003.
- Most Popular Film - Vancouver International Film Festival 2002.
- Meilleur film étranger - Turia Awards 2004.
- Audience Award - Sao Paulo International Film Festival 2002.
- Audience Award - Sudbury Cinéfest 2002.
- Meilleur documentaire - Southeastern Film Critics Association Awards 2002.
- Meilleur documentaire - Las Vegas Film Critics Society Awards 2003.
- Meilleur réalisateur pour film de langue étrangère - Kinema Junpo Awards 2004.
- Meilleur documentaire - Kansas City Film Critics Circle Awards 2003.
- Meilleur documentaire - Dallas-Fort Worth Film Critics Association Awards 2003.
- Meilleur documentaire - Florida Film Critics Circle Awards 2003.
- Meilleur documentaire - Central Ohio Film Critics Association 2003.