compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2017-05 | Page d'accueil

26/06/2017

Magnitogorsk

magnitogorsk,sujet fédéral de russieToujours dans la catégorie "villes industrielles russes", si Chouïa est dédiée au savon, la ville de Magnitogorsk (située dans l'Oblast de Tcheliabinsk, au nord du Kazakhstan et à 1200 km de Moscou) est consacréee à la sidérurgie, où est localisé le Combinat méttalurgique de Magnitogorsk, fondé en 1929 puis privatisé en 1992, à la suite de l'effondrement  de l'Union soviétique. En 1937, dans un climat de purges staliniennes, Magnitogorsk fut déclarée ville fermée. Pour cette raison, il n'y a pas d'informations fiables sur l'évolution de ce bassin industriel à partir de cette date et jusqu'en 1991 (date de l'abolition du statut de ville fermée). Concernant ce drapeau assez "dark" (c'est selon) l'habileté de ses créateurs à mettre en avant, de par sa structure simple (2 éléments : un triangle noir sur fond gris), plusieurs symboles. Tandis que les angles du triangle renvoient aux tentes des pionniers qui fondèrent la ville en 1743, celui-ci symbolise avec sa couleur noire la montagne Magnitnaïa (d'où est issu le fer) mais aussi la ville de Magnitogorsk comme centre industriel. Comme "triade équilatérale", le triangle est symbole de détermination, vigueur et quête de l'excellence. Quant aux couleurs, le noir renvoie à l'honnêteté, la sagesse, l'humilité et la vie éternelle, et le gris à la pureté, la noblesse (comme bonté), la justice et la générosité. Adopté officiellement le 28 janvier 2004, le drapeau (proportions 2:3) fut modifié en novembre 2010 puis en avril 2011. J. N, N. A.

22/06/2017

L'Empire romain

l'empire romain,pierre grimalA l'instar de Jacqueline de Romilly pour la civilisation grecque, Pierre Grimal (1912-1996) est un spécialiste éminent de la civilisation romaine. Dans cet ouvrage percutant, il propose une reflexion sur l'idée d'Empire, en analysant en premier lieu les sources du pouvoir (introduction) puis en abordant la transition République-Empire et l'avènement de l'Empire (chapitre 1 et 2). C'est ainsi que la structure du livre est thématique (sept chapitres au total dont le dernier traite logiquement de la Fin de l'Empire) et sa lecture nécessite par conséquent une grande concentration. Lire une grande quantité de pages en une seule traite est à conseiller (dans le cas contraire, perdre le fil des idées est une possibilité). D'une longueur de "seulement" 200 pages, cette réflexion n'en est pas moins incisive et permet d'acquérir une connaissance globale de ce que fut l'Empire romain. Indispensable aux amateurs d'antiquité romaine. J. N

 

Pierre Grimal, L'Empire romain, Paris, Le Livre de Poche, 2010, 221 p.

Paru pour la première fois en 1993.

19/06/2017

Chouïa

Shuya [Russie, Oblast Ivanovo].pngNous retournous ici à ce que nous considérons comme des drapeaux "étranges", ou du moins hors du commun. Il faut reconnaître que les sujets fédéraux de Russie, mais également les villes situées dans ces derniers, regorgent de symboles atypiques. Fondée en 1393 et possédant le statut de ville depuis 1778, la ville de Chouïa est la troisième plus grande ville de l'Oblast d'Ivanovo et se trouve à 262 km au nord-est de Moscou. Alors que nous pensions que cet objet au centre du drapeau représentait un cube de beurre, il s'avére en fait qu'il s'agit d'un pain de savon. En effet, la ville fut un important centre industriel de production de savon. La fabrication de celui-ci est attestée depuis 1629 et inspirera sa présence sur le drapeau, qui remonte à août 1781. Ce drapeau (proportions 2:3) est toutefois officiel depuis le 28 mai 2008 (la couleur rouge renvoie au courage, à la force, et à l'amour). Durant la période soviétique (1922-1991), nombreuses villes russes étaient spécialisées dans une industrie spécifique (avant de tomber en désuétude durant la période post-soviétique) d'où le symbole de leur produit phare, présent sur leur drapeau. Nous reviendrons par conséquent sur certains de ces drapeaux. En attendant, pour une raison qui nous échappe, nous apprécions celui-ci. J. N, N. A

17/06/2017

Caïmans

iles caïmans,las tortugas,christophe colomb,francis drake,paradis fiscal,pavillon de complaisance,blue ensign,territoire britannique d'outre-mer,royaume-uniOn connaît bien entendu les Iles Caïmans pour leur réputation de paradis fiscal et pour être classées comme pavillon de complaisance par la Fédération internationale des ouvriers du transport (ITF). Ce groupe de trois îles situées dans les Caraïbes, entre Cuba et la Jamaïque (260 km², 44.000 hab.) est un territoire britannique d'Outre-mer (capitale : George Town) depuis 1962. Les îles furent découvertes la première fois par Christophe Colomb le 10 mai 1503, lors de son quatrième et dernier voyage vers le Nouveau monde. Après que l'explorateur et corsaire anglais Francis Drake leur donna leur nom actuel en 1586, les îles passèrent sous domination espagnole avant d'être cédées à la Couronne anglaise lors du Traité de Madrid (1670) que cette dernière signa avec l'Espagne.

iles caïmans,las tortugas,christophe colomb,francis drake,paradis fiscal,pavillon de complaisance,blue ensign,territoire britannique d'outre-mer,royaume-uniLes Caïmans seront colonisées de manière permanente à partir de 1730 et seront administrées comme partie intégrante de la Jamaïque. Lorsque celle-ci prendra son indépendance en 1962, elles choisiront de demeurer dans le giron britannique et deviennent ainsi un Territoire d'Outre-mer. On s'était demandé pourquoi figurait sur le drapeau une tortue. Il s'agit tout simplement d'une tortue verte, très présente sur les plages. Christophe Colomb avait d'ailleurs appelé ces îles Las Tortugas. La tortue se trouve sur le blason du territoire (voir contre). Celui-ci comporte un lion et des vagues, représentant l'armoirial de la dynastie anglaise des Plantagenêt. Les trois étoiles symbolisent les trois îles (Grand Cayman, Little Cayman, et Little Brack). En dessous est inscrite la devise des îles : "He has founded it upon the seas" (il l'a fondée sur les mers), verset du Psaume 24 (Ancien Testament), rappelant à la fois Christophe Colomb et l'héritage chrétien. Quant au plan d'ananas, situé au-dessus de la tortue, il rappelle le lien avec la Jamaïque). Enfin, et fort logiquement, le Blue Ensign occupe un quart du drapeau (proportions 1:2) qui fut officiellement adopté le 13 janvier 1957. J. N

11/06/2017

Childhood's End

MV5BMTUxMjAyNTYyNV5BMl5BanBnXkFtZTgwMDAxMzk0NzE@._V1_UX182_CR0,0,182,268_AL_.jpgOn revient sur cette série qui n'est pas toute récente (diffusée en décembre 2015) car elle est l'adaptation d'un roman culte d'Arthur C. Clark (2001, L'Odyssée de l'espace ; Les fontaines du paradis, 1978).

Des extraterrestres à la technologie extrêmement avancée débarquent un jour sur terre, dans un but officiellement pacifique. Restant dans leurs vaisseaux suspendus au dessus de la planète (image reprise au cinéma dans Independence Day (1996), District 9 (2009), et récemment Arrival de Denis Villeneuve), ils n'interfèrent jamais dans les affaires humaines, apportant uniquement leur science au service du bien et à la pacification, celle-ci mettant fin aux conflits. Toutefois, des interrogations demeurent : pourquoi sont-ils vraiment là ? Quel est leur véritable objectif ? Et pourquoi n'est-il pas possible de les voir ? Car en effet, les "Suzerrains", comme on les appelle, ne communiquent que par l'intermédiaire de leur représentant, Karellen, "Superviseur de la Terre", celui-ci entrant en contact - par le biais d'un miroir sans teint - avec Stormgren, secrétaire général de l'ONU. Les Suzerrains promettent toutefois que dans 50 ans, ils se révéleront à l'humanité...

Le roman paraît dans un contexte (les années 1950), marqué aussi bien par la peur d'un conflit nucléaire (nous sommes au début de la guerre froide et les deux superpuissances - USA et URSS - possèdent l'arme atomique) que de celle d'une éventuelle invasion extraterrestre. Clark prend d'ailleurs le contrepieds d'ouvrages dépeignant les extraterrestres comme agressifs et colonisateurs, comme le fameux La guerre des mondes de H.G Wells, écrit en 1898 mais adapté au cinéma en 1953 (la même année où paraît Childhood's End), ou encore L'invasion des profanateurs, paru en 1955. A noter de même qu'en 1951, sortait le film, toujours culte, Le jour où la terre s'arrêta (Robert Wise), qui traite du même thème qu'Arthur C. Clark, qui s'en est peut-être inspiré.

Sur le thème des extraterrestres bienveillants, Childhood's End constitue la référence par excellence. Quant à cette mini-série (3 épisodes d'une heure et demi chacun), elle est très fidèle au matériau d'origine et malgré quelques petits défauts (certaines séquences probablement un peu trop longues) mérite amplement le détour. Force nous est de constater que la chaîne spécialisée es science-fiction, SyFyu, propose régulièrement des récits très solides.  J. N

CHILDHOOD'S END

(SyFy, 2015, 3 épisodes)

Scénario : Matthew Graham.

Cast : Mike Vogel, Osy Ikhile, Daisy Betts, Yael Stone, Charles Dance, Georgina Haig.

06/06/2017

Voïvodine - Gagaouzie

voïvodine,serbie,gagaouzie,moldavieDeux drapeaux étrangèrement similaires, où les divers éléments les composant (3 étoiles jaunes, 3 bandes horizontales bleu, blanc, rouge) sont disposés différemment. Province autonome serbe dont nous avons visité la capitale Novi Sad l'an passé (agréable ville et magnifiques galeries d'art), la Voïvodine (21.500 km², 2 millions d'âmes) est la seule entité politique de Serbie à ne pas s'être détachée de Belgrade, à contrario du Monténégro (2006) et du Kosovo (2008). Il n'y a d'ailleurs pas de désir d'accession à l'indépendance. La diversité ethnique de la région (13% de Hongrois ainsi que 25 autres groupes ethno-linguistiques ; six langues officielles...) est probablement un gage du maintien de l'équilibre politique. En 1989, le statut d'autonomie fut réduit afin d'éviter tout risque de sécession (risque mis en exergue par les soubressauts politiques au Kosovo) mais il fut restauré en 2010.

voïvodine,serbie,gagaouzie,moldavieD'une superficie de 1832 km², la Gagaouzie est également un Territoire autonome, situé au sud de la Moldavie. Comme la Transnistrie, autoproclamée indépendante en 1992 mais non reconnue internationalement, la Gagaouzie tenta au début des années 1990 de se détacher de la Moldavie mais sa situation économique (absence d'industrie, contrairement à la Transnistrie) et géopolitique (la région est enclavée et il n'y a pas de continuité territoriale entre les unités administratives qui la composent, voir plus bas) rendait ce projet irréalisable. Elle obtint toutefois le statut d'autonomie en décembre 1994 et celui-ci fut élargi en juillet 2003. Issus de soldats turcs envoyés dans les Balkans au XIIème siècle pour lutter contre les Slaves, les Gagaouzes ont ensuite été christianisés. Entre 1750 et 1846, ils émigrèrent des Balkans vers la Bessarabie (1). Parlant le gagaouze, un dialecte turc, ils sont chrétiens orthodoxes et sont environ 200.000 dont 150.000 en Gagaouzie. Ils sont également présents en Ukraine et Russie.

voïvodine,serbie,gagaouzie,moldavieDans les deux cas, les trois étoiles représentent les trois structures administratives composant le territoire en question, soit les régions de Backa, Banat, et Srem pour la Voïvodine, et celles de Comrat, Ceadîr-Lunga et Vulcânesti pour la Gagaouzie. Le drapeau de Voïvodine (proportions 1:2) fut officiellement adopté le 27 février 2004. Les couleurs bleu, blanc, rouge renvoient au drapeau de la Serbie. Celui de la Gagaouzie (proportions 1:2) fut adopté le 31 octobre 1995 mais il n'est pas officiel et il est autorisé pour les usages privés ou commerciaux.  J. N, N. A

 

(1) Jean-Christophe Tamisier (dir.), Dictionnaire des Peuples. Sociétés d'Afrique, d'Amérique, d'Asie et d'Océanie, Larousse, 2001, p. 101.