Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

25/06/2014

Coupe du monde : bilan Groupe F

coupe du monde 2014,coupe du monde,argentine,iran,bosnie,nigeria(Argentine, Bosnie, Nigéria, Iran)

L'Argentine déjà qualifiée, la 2ème place se jouait à distance entre le Nigeria et l'Iran. Mais si les Super Eagles se sont inclinés contre l'Albiceleste (3-2), la Bosnie s'est imposé contre l'Iran (3-1), remportant au passage sa première victoire en Coupe du monde. 

 

coupe du monde 2014,coupe du monde,argentine,iran,bosnie,nigeriaMessi encore

Dans ce qui ne fut pas le groupe le plus excitant, il aura fallu attendre les derniers matchs pour se mettre quelque chose sous la dent. Débridée, la rencontre Nigeria - Argentine nous a offert un joli chassé-croisé (3-2). Messi, encore lui, ouvrait le score en renard des surfaces dès la 3ème minute. Mais Musa lui répondait dans la minute suivante d'une jolie frappe enroulée. La Pulga marquait juste avant la pause un superbe coup-franc qui laissait Enyeama sans réaction (45e+1). Loin d'être assomé, le Nigeria revenait juste après la pause, toujours par Musa (47e). La délivrance argentine arrivait finalement de l'arrière gauche du Sporting Portugal, Rojo, qui marquait du genou à la réception d'un corner lobant la défense adverse (50e).

coupe du monde 2014,coupe du monde,argentine,iran,bosnie,nigeriaCritiquée lors des matchs précédents pour son manque de rythme et d'efficacité, l'Argentine s'est lâché cette fois-ci. Mais comme contre la Bosnie et l'Iran, elle dut s'en remettre à son génie, auteur contre ces équipes de deux exploits individuels (dont le but de la victoire contre l'Iran, marqué dans les arrêts de jeu). S'il ne marque pas le but décisif ce soir, il est néanmoins le grand artisan du bon match réalisé par son équipe, avec un doublé à la clé. La Messi dépendance pourrait coûter cher aux Albicelestes, le prodige du Barca ne les sauvera pas à tous les coups.

coupe du monde 2014,coupe du monde,argentine,iran,bosnie,nigeriaLa Bosnie repart avec les honneurs

La défaite d'un Nigeria passablement bon sur l'ensemble de ses trois matchs aurait pu profiter à l'Iran. Mais celui-ci devait s'imposer face à la Bosnie. Mais il s'est raté (1-3) et ce sont les joueurs de Safet Susic qui repartent la tête haute avec ce premier succès en Coupe du monde. Vaillants mais malheureux contre l'Argentine (ils inscrivent un but contre leur camp en tout début de match et encaissent un second sur un exploit de Messi), injustement battus par le Nigeria (un but de Dzeko refusé pour un hors-jeu imaginaire, suivi du but nigérian), ils ont finalement pu mettre en avant leurs qualités lors de l'ultime match, inscrivant trois buts. Néophyte en Coupe du monde, la Bosnie a payé son inexpérience à ce niveau. L'Iran n'a pas été particulièrement mauvais mais sa frilosité et son niveau de jeu assez faible furent rédhibitoires. En marquant en fin de match, il repart avec un but marqué. L'honneur est (presque) sauf.   J. N

 

Les matchs

Argentine - Bosnie 2-1 : Kolasinac (3e c.s.c), Messi (65e) ; Ibisevic (85e).

Iran - Nigeria 0-0

Argentine - Iran 1-0 : Messi (90e+1)

Nigeria - Bosnie 1-0 : Odemwingie (29e).

Nigeria - Argentine 2-3 : Musa (4e, 47e) ; Messi (3e, 45e+1), Rojo (50e). 

Bosnie - Iran 3-1 : Dzeko (23e), Pjanic (59e), Vrsajevic (83e) ; Ghoochanneijhad (82e).

Classement

1.Argentine 9 points (+3)

2.Nigeria 4 (0)

3.Bosnie 3 (0)

4.Iran 1 (-3)

 

Chiffres

- L'attaquant Vedad Ibisevic, évoluant à Sttutgart en Bundesliga, a inscrit contre l'Argentine (1-2) le premier but bosnien en Coupe du monde.

- Ahmed Musa est le premier nigerian à inscrire un doublé en Coupe du monde.

- En marquant déjà 4 buts, Lionel Messi fait quatre fois mieux que lors des deux dernières coupes du monde, sur l'ensemble desquelles il n'avait inscrit qu'un seul but (en 2006, contre la Serbie-Monténégro). 

- La Bosnie signe conte l'Iran sa première victoire en Coupe du monde.

13/10/2011

Euro 2012 - barrages

euro 2012,barrages euro 2012,turquie,bosnie,république tchèque,portugal,eire,estonie,irlande,bosnie,monténégroLe tirage au sort des rencontres opposant les barragistes des qualification de l'Euro 2012, vient d'être effectué cet après-midi. Les têtes d'affiches - Portugal, République Tchèque, Irlande et Croatie - se sont vu attribués chacune une des quatre autres équipes, à savoir la Turquie, la Bosnie l'Estonie, et le Monténégro. Ces deux dernières équipes joueront leur premier barrage de leur jeune histoire (1).

4244683307-le-portugal-sera-en-danger.jpgBosnie-Portugal et Turquie-Croatie constitueront les 2 grosses affiches. Le Portugal de Cristiano Ronaldo, décevant en éliminatoires (2) est supérieur sur le papier mais devra se méfier contre des Bosniens très joueurs et en progression constante depuis plusieurs années. Les Lusitaniens auront de même fort à faire face à l'attaquant vedette Edin Dzeko. Les 2 équipes s'étaient déja affrontées en barrages de la Coupe du monde 2010 où le Portugal l'avait remporté par deux fois sur un score étriqué (1-0, 1-0).

Turquie-Croatie sera un match très relevé également, les Croates auront l'avantage de jouer le match retour à domicile et auront à coeur de se venger d'une équipe turque qui les avait éliminé en quart de finale de l'Euro 2008 (aux tirs aux buts), alors qu'ils avaient dominé les débats. Estonie-Eire devrait être, sauf accident, à l'avantage des Irlandais. Le petit poucet balte, invité surprise de ces barrages, part avec le désavantge de l'inexpérience à ce niveau là et aura le malheur de jouer le retour à l'extérieur. Absents de toute compétition officielle depuis 2002 (3), les Irlandais ne lâcheront rien. Enfin, République Tchèque - Monténégro constitue l'énigme de ces barrages. Aucune des deux équipes n'a été franchement brillante en éliminatoires (4), les Monténégrins ayant toutefois ramené 2 nuls contre l'Angleterre. Entre une République Tchèque au bord de l'essouflement depuis plusieurs années et un Monténégro inexpérimenté, rien n'est sûr. Ce dernier aura l'avantage du terrain au retour.

Matchs aller (11 ou 12 novembre - retour le 15)

Turquie - Croatie

Estonie - Eire

République Tchèque - Monténégro

Bosnie - Portugal

 

 

(1) L'équipe du Monténégro voit le jour en 2006 après l'indépendance du nouvel Etat obtenue vis-à-vis de la Serbie-Monténégro (anciennement Yougoslavie).

(2) Un nul (4-4) contre Chypre à domicile.

(3) Ils sont éliminés en barrages de la Coupe du monde 2010 par la France (0-1, 1-1), avec la fameuse main de Thierry Henry.

(4) Il est vrai toutefois que les deux avaient fort à faire face à l'Espagne (Rép. Tchèque) et l'Angleterre.

14/02/2011

Cirkus Columbia

Circus-Columbia-Danis-Tanovic.jpgDébut années 90, Bosnie-Herzégovine. Divko Buntic (Miki Manojlovic) rentre dans sa ville natale après des années d'exil en Allemagne. Plein aux as, arrivé avec une future épouse de 30 ans sa cadette (elle a l'âge de son fils), il commence à mettre à la porte son ex-femme et son fils. Ses connexions avec les autorités (corrompues) locales lui facilitent la tâche. Dans le même temps, les premières frictions entre communautés ethniques (Musulmans, Serbes, et Croates) se font sentir, prémisses d'une future guerre civile. Invité pour présenter son dernier film au Festival du film international de Beyrouth, le réalisateur bosniaque Dannis Tanovic poursuit son exploration d'un thème qu'il lui tient à coeur, la guerre (1). Se focalisant cette fois-ci sur le point de vue des civils, il nous conte un récit touchant et qui porte à réflexion. La conclusion est toujours la même : la guerre, ça fait mal et c'est absurde...

Cirkus Columbia (Dannis Tanovis, Fr/Bos/Ang/Bel/Slo, 2010, 113 mins).   Avec Miki Manojlovic, Boris Ler, Mira Furlan, Jelena Stupljanin, Mario Knezovic, Milan Strljic, Svetislav Goncic.

- Audience Award - Sarajevo Film Festival 2010.

- Présenté - San Sebastian Film Festival 2010.

- Présenté - Beirut International Film Festival 2010.

 

(1) Hormis la parenthèse L'Enfer (2004), ce thème est traité dans No man's land (2001), Golden Globe et Oscar du meilleur film étranger, et dans Triage (2009).

29/09/2006

Après Sarajevo

medium_18668074.jpgRares sont les films qui traitent de l'après-guerre. Si le cinéma regorge de très bons films qui portent une refléxion sur la guerre elle-même (Vietnam, seconde guerre mondiale, Balkans...), on ne trouve pas par contre de nombreux long-métrages qui oeuvrent avec acuité à traiter ce thème compliqué. Si on remonte dans le temps, on se souvient de l'excellent Allemagne année zéro (1947) de Roberto Rossellini.

Grbavica ou "Sarajevo, mon amour" (titre français du film), s'attache donc à dépeindre une société en convalescence et en lente reconstruction psychologique (après la guerre de Bosnie, 1990-1996), à travers la relation d'une mère (Esma) et de sa fille (Sara). Comme la plupart de ses camarades, Sara n'a pas de père, mort au combat ("shahid"). Ce constat rappelle tragiquement que la société bosniaque a perdu beaucoup de ses hommes durant la guerre, le massacre de Srebrenica en 1996 a fait entre 8000 et 12000 victimes (hommes, enfants et vieillards), ce qui est considéré comme le plus grand massacre depuis le second conflit mondial.   La mère de Sara travaille dur pour subvenir à ses propres besoins et à ceux de sa fille : couture le jour, serveuse la nuit dans une discothèque, pension versée par une association caritative... Dans le Sarajevo d'après-guerre, difficile de sourire lorsque la crise économique sévit, l'hiver est rude... Les visages sont aigris, la solidarité n'est pas de mise et les rapports humains sont très loin d'être amicaux... Sans entrer dans le mélodrame, le récit est poignant et nous porte à refléchir : n'importe qui peut se retrouver dans ce type de situation.

Pour son premier long-métrage, Jasmilla Zbanic a obtenu la récompense suprême au Festival de Venise 2006 : le Lion d'or.

GRBAVICA  (Jasmilla Zbanic, Bosnie, 2006, 90 mins).   Avec Mirjana Karanovic (Esma), Luna Mijovic (Sara), Leon Pucev (Pelda), Kenan Catic (Samir), Jasna Ornela Berry (Sabina).