Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

19/03/2009

Equipe de France - liste des appelés

1072570879-selection-de-l-equipe-de-france-la-domenech-attitude-s.jpgRaymond Domenech, "le druide", a donné aujourd'hui sa liste des 23 joueurs appelés pour la double confrontation contre la Lituanie (28 mars - 1er avril) comptant pour les éliminatoires de la Coupe du monde 2010. La convocation de Gignac, attaquant de Toulouse et meilleur buteur actuel de ligue 1 (17 buts), est une vraie-fausse surprise. Vraie car Domenech affirmait il y a quelques semaines que le temps n'était pas au changements, vus les matchs cruciaux qui attendent les Bleus, fausse car on s'y attendait un peu, vu les prestations affichées par le joueur, auteur d'une saison brillante. En défense, Boumsong, Escudé et Abidal sont blessés et sont donc remplacés par Squillaci, Clichy et le lillois Adil Rami, appelé en sélection pour la seconde fois. De retour de blessure, François Clerc est considéré un peu juste. C'est donc Sagna et Fanni qui sont reconduits pour le poste d'arrière droit.

Dans l'entrejeu, le capitaine Patrick Viera sera encore une fois absent et sera remplacé Abou Diaby (Arsenal). Quant à Alou Diarra (Bordeaux), il a été préféré à Mathieu Flamini, qui ne joue pas beaucoup avec le Milan AC. Longtemps blessé, Vieira est revenu à la compétition en février mais peine à retrouver son meilleur niveau. Domenech a également décidé de faire confiance à Toulalan, pourtant en difficulté à Lyon. En attaque, les mêmes ont été pris, auxquels il faut donc ajouter Gignac, préféré à la perle du Paris-Saint-Germain, Guillaume Hoarau (deuxième meilleur buteur de Ligue1 avec 15 buts), lui aussi novice en équipe de France.

Gardiens : Steve Mandanda (Marseille), Hugo Lloris (Lyon), Cédric Carrasso (Toulouse).

Défenseurs : Gaël Clichy (Arsenal), Patrice Evra (Manchester United), Rod Fanni (Rennes), William Gallas (Arsenal), Philippe Mexes (AS Rome), Bakary Sagna (Arsenal), Sébastien Squillaci (FC Séville), Adil Rami (Lille).

Milieux : Abou Diaby (Arsenal), Alou Diarra (Bordeaux), Lassana Diarra (Real Madrid), Yohan Gourcuff (Bordeaux), Samir Nasri (Arsenal), Jérémy Toulalan (Lyon).

Attaquants : Nicolas Anelka (Chelsea), Franck Ribery (Bayern Munich), André-Pierre Gignac (Toulouse), Jimmy Briand (Rennes), Thierry Henry (Barcelone), Karim Benzema (Lyon).

12/02/2009

France - Argentine 0-2

domenech.jpgLorsque Maradona [censuré] Domenech

L'un est entraîneur depuis plus de 15 ans et sélectionneur de l'équipe de France depuis l'été 2004, l'autre n'a presque aucune expérience de coach et dirigeait son second match comme sélectionneur de l'équipe d'Argentine. C'est pourtant Diego Maradona - dont nombreux détracteurs soulignent l'inéxpérience à ce niveau - qui s'est payé Domenech hier au stade Vélodrome (2-0), rappelant à ses critiques que s'il était encore néophyte, il a ses idées et son énergie. Replaçant l'Argentine dans un 4-4-2 classique, avec Gago et Mascherano à la récupération (exit Cambiasso) et Maxi Rodriguez à droite, el pibe de oro a fait évoluer Messi et Agüero en pointe. Le premier a marqué en fin de match, le second fut passeur sur le 1er but de Gutierrez (41e). Notons que Agüero fut aligné en dépit de problèmes familiaux (sa compagne, la fille de Maradona, était hospitalisée) alors que les attaquants ne manquaient pas (Tevez, Denis). C'est dire que Maradona a ses convictions, faisant même débuter 2 nouveaux dans le couloir gauche, Gutierriez, l'ailier gauche de Newcastle, à la conduite de balle un peu particulière (d'où son surnom "le lévrier") et Papa à gauche de la défense alors que le rugueux Gabriel Heinze aurait pu évoluer à ce poste. Quand l'Argentine a le ballon, elle ne le lâche plus, surtout lorsqu'on sait que la balle colle aux pieds de Messi, qui en aura mis hier soir des joueurs dans le vent. Forte d'un collectif très rodé, l'Albiceste a surtout donné une leçon de réalisme au onze tricolore, marquant 2 fois sur ses rares occasions franches. En face, lorsque Ribery, Gourcuff et les autres tinrent le ballon, les occassions furent soit gâchées soit enrayées par le gardien adverse. Il y a 2 ans, l'Argentine s'était déja imposée en France (1-0, but de Saviola). C'était au Stade de France.

gago.jpgLa question qui se pose est évidemment la suivante : pourquoi Domenech est-il toujours à la tête des Bleus ? Le problème est qu'il ne servirait à rien de le virer en cours d'éliminatoires de la Coupe du monde 2010. Vu que la France est déja mal partie (1 victoire, 1 nul, 1 défaite) et qu'elle va encore affronter des adversaires coriaces, toujours en lice pour une qualification (Serbie, Roumanie, Lituanie, voire l'Autriche), chambouler la direction en cours de route serait peut-être fatal (à moins que cela ne soit bénéfique ? allez savoir). Domenech aurait du être remercié après un Euro 2008 nullissime. Mais Escalettes, voulant montrer à la clique des champions du monde 1998, "coupable" de faire du lobbying pour la nomination de Didier Deschamps comme sélectionneur national, a maintenu Domenech. Ce dernier devait obtenir au moins 5 points lors des 3 premiers matchs des éliminatoires. La France n'en obtint que 4 (victoire contre la Serbie, nul en Roumanie, défaite en Autriche) et Domenech est toujours en poste. C'est à se demander si la Fédération française de football est compétente...

Buts : Gutierrez (41e), Messi (83e) pour l'Argentine.

France : Mandanda - Sagna, Mexès, Gallas, Abidal - Toulalan, L. Diarra - Ribery, Gourcuff, Henry - Anelka (Benzema, 65e).

Argentine : Carrizo - J. Zanetti, Demichelis, Heinze, Papa - Maxi Rodriguez (Angeleri, 81e), Mascherano, Gago, Gutierrez - Messi, Agüero (Tevez, 81e).

 

Les autres matchs amicaux :

L'Espagne a logiquement dominé sur son sol une équipe anglaise décimée par les blessures (Defoe, Hargreaves, Rooney, Ferdinand, Gerrard...). L'inévitable David Villa (25 buts en 42 sélections) a ouvert le score après un service de Xavi Alonso (36e) puis Llorente, l'attaquant de l'Athletic Bilbao tuait le match sur un coup-franc de Xavi (82e).

Roumanie - Croatie 1-2 : Marica (22e) ; Rakitic (28e), Kranjcar (76e).

Autriche - Suède 0-2 : Elm (58e), Kallstrom (63e).

Allemagne - Norvège 0-1 : Grindheim (63e).

Portugal - Finlande 1-0 : C. Ronaldo (78e s.p).

Grèce - Danemark 1-1 : Gekas (61e) ; Borring (49e).

Serbie - Ukraine 0-1 : Nazarenko (16e).

 

18/06/2008

EURO 2008 : Groupe C

gallas.jpgL'Italie ok, la France out

On se souvient que le 09 juillet 2006, lors d'un débat sur Infosport entre spécialistes du ballon rond, un commentateur avait affirmé que l'après-Zidane serait très compliqué pour l'équipe de France, comme le fut l'après-Raymond Kopa et l'après-Platini. A ce commentaire, Lionel Charbonnier, présent sur le plateau, avait répondu "c'est très malheureux de parler comme ça". Eh bien, à l'heure où l'équipe de France vient d'être éliminée de l'Euro après 1 match nul et deux défaites, on réalise bien que cette personne (on ne se souvient plus qui c'était) a eu raison et que Charbonnier n'a jamais été un visionnaire. Car disons-le franchement, mis à part le France-Italie (3-1) de septembre 2006, les Tricolores n'ont jamais effectué une prestation probante depuis le départ à la retraite de Zidane. La fusion entre jeunes et vieux, voulue par Domenech, n'a pas fonctionné pour quelques raisons très simples. D'abord, 2 années est un laps de temps trop court. Ensuite, les jeunes (Benzema, Nasri et les autres) sont trop jeunes (20 ans) et les vieux sont trop vieux (Thuram, Makelele, voire Sagnol). On dit qu'une équipe se construit en 4 ans. Il fallait donc s'attendre à un échec des Bleus à l'Euro. Avec des joueurs talentueux (Flamini, Sagna, Clerc, L. Diarra, Benzema, Ben Arfa, Madanda) alliés à des valeurs sures (Evra, Henry, Ribéry, Toulalan), une équipe devrait par contre être prête pour le Mondial 2010, à condition bien sûr de passer la phase éliminatoire. 

fraaaaaaaaan.jpgA l'heure de faire le bilan de l'Euro, les médias s'attèlent à expliquer l'échec des Bleus. Pour notre part, nous ne partirons pas dans des détails exhaustifs. Disons que l'équipe de France a manqué cruellement d'un fond de jeu et qu'elle n'était tout simplement pas assez compétitive, en comparaison aux autres équipes (Espagne, Portugal, Pays-Bas). On notera également un coaching très défecteux de la part de Raymond Domenech. Exemples :

1.Associer Anelka à Benzema lors de Roumanie-France (0-0) alors que ces deux-là n'ont presque jamais joué ensemble en équipe de France.

2.Titulariser Abibal et Malouda alors que ces deux-là n'ont plus le même rendement depuis leur départ de Lyon l'an passé (à Barcelone et à Chelsea). Après Roumanie-France, Abidal a été écarté (mais re-aligné dans l'axe contre l'Italie !) mais Malouda était quand même titulaire lors de Pays-Bas-France (4-1).

3.Trimbaler Ribéry du flanc gauche au flanc droit lors des deux premiers matchs.

4.Faire entrer en jeu Nasri à la 10ème minute lors de France-Italie (en remplacement de Ribéry, blessé) pour le refaire sortir suite à l'expulsion de Abidal, à la 26ème minute (bravo pour la confiance).

5.Faire entrer en cours de jeu un joueur très inexpérimenté comme Batefimbi Gomis, qui n'aura rien apporté à l'équipe, en raison d'un jeu trop lent.

Bref, les raisons sont nombreuses et si l'on ajoute que lors de France-Italie (0-2), le destin n'a pas aidé les Bleus (blessure de Ribéry, expulsion de Abidal) et l'arbitre tchèque Lubos Michel a franchement été très mauvais (on espère qu'il n'arbitrera pas la finale de l'Euro), on voit bien que ce n'était pas leurs soirée hier ni leur Euro d'ailleurs.

L'élimination de l'équipe de France n'est pas une véritable surprise car dans ce groupe de la mort, il fallait bien qu'une équipe parmi les Pays-Bas, la France et l'Italie soit éliminée. Ce qui a étonné par contre est la manière mais aussi la gestion des matchs des Bleus.

pas bbaaa 1.jpgSacré Van Basten

Après un début catastrophique, l'Italie s'en sort bien. En battant la France, l'Italie accroche la seconde place grâce au revers de la Roumanie contre les Pays-Bas. Il faut dire qu'on s'attendait à une victoire roumaine en raison du turn-over annonçé par Van Basten (les Pays-Bas étaient premiers du groupe quelque soit le résultat du match). On pensait également à un arrangement tacite entre Hollandais et Roumains puisque les Pays-Bas peuvent recroiser en demi-finale le second du groupe. Eh bien il n'en fut rien. En dépit de 9 changements opérés (même le gardien Van der Sar n'a pas été titulatisé), Van Basten a bluffé tout le monde. Son équipe a joué le jeu (félicitations donc pour l'impeccable état d'esprit) face à une équipe roumaine trop prétentieuse (on se souvient de propos de certains joueurs avant Italie-Roumanie) et qui a du penser que la vie serait facile face à l'équipe B de la Hollande. Les Bataves l'emportent (2-0) et renvoient les Roumains à leurs études.

En quarts de finale, les Pays-Bas affronteront soit la Suède soit la Russie (ces deux-là s'affrontent ce soir) et l'Italie jouera l'Espagne. Privés de Gattuso et Pirlo, les Transalpins ne seront pas à la fête face à Fernando Torres et compagnie.

 

rital planet.jpgMARDI 17 JUIN :  

France - Italie 0-2 : Pirlo (26e s.p), De Rossi (62e).

Expulsion : Abidal (26e).

France : Coupet - Clerc, Gallas, Abidal, Evra - Toulalan, Makelele - Govou (Anelka, 66e), Benzema, Ribéry (Nasri, 10e, Boumsong, 26e) - Henry (cap.).

Italie : Buffon (cap.) - Zambrotta, Panucci, Chiellini, Grosso - Pirlo (Ambrosini, 55e), De Rossi - Gattuso (Aquilani, 83e), Perrotta (Camoranesi, 64e) - Toni, Cassano.

 

pays bas 3.jpgPays-Bas - Roumanie 2-0 : Huntelaar (54e), Van Persie (87e).

Pays-Bas : Stekelenburg -  Boulahrouz (Melchiot, 58e), Heitinga (cap.), Bouma, De Cler - De Zeeuw, Engelaar - Afellay, Van Persie, Robben (Kuyt, 62e) - Huntelaar (Vennegoor of Hesselink, 83e).

Roumanie : Lobont - Contra, Tamas, Ghionea, Rat - Codrea (Dica, 72e), Cocis, Chivu (cap.) - Nicolita, M. Niculae (D. Niculae, 60e), Mutu.

 

Classement : 1.Pays-Bas 9 (+8) ; 2.Italie 4 (-1) ; 3.Roumanie 2 (-2) ; 4.France 1 (-5).

28/05/2008

Euro 2008 : liste des 23 appelés

1268404403.jpgDomenech l'a fait : Gomis retenu, Landreau écarté 

Comme pressenti dans notre note précédente, Batefimbi Gomis, auteur d'une performance fracassante mardi contre l'Equateur, a finalement été retenu par Raymond Domenech dans la liste des 23 pour l'Euro 2008. Il chipe donc la place de Djibril Cissé qui n'a plus joué de compétition majeure depuis la Coupe du monde 2002. Autre surprise, la sélection de Steve Mandanda, meilleur gardien de Ligue 1. La hiérarchie a donc été finalement bousculée au niveau des gardiens. Domenech a donc priviligié la forme du moment. Mandanda eclipse un Mickaël Landreau auteur d'une saison médiocre, à l'image de son club, le PSG. Après Chimbonda et Ribery en 2006, Domenech a concocté la surprise 2008.

En défense, Escudé et Mexès, blessés, ont naturellement été écartés. Si la blessure du premier (pubalgie) est confirmée, celle du second, blessé samedi dernier avec Rome en finale de Coupe d'Italie (victoire contre l'Inter), est considérée bénigne. Mais quand on sait que Domenech et Mexès n'ont jamais entretenu de bons rapports, on se dit que le sélectionneur n'a pas du hésiter. Dommage car les 2 bénéficiaires de ces forfaits, les lyonnais Boumsong et Squillaci, ne sont pas des assurances tout risque. Au poste de milieu récupérateur, il y avait de la place encore pour une doublure puisque Toulalan est indiscutable. C'est donc Lassana Diarra, auteur d'un très bon match contre l'Equateur, qui a été préféré à Alou Diarra et Mathieu Flamini. Il y avait également 1 nom à cocher pour compéter la liste des 4 milieux offensifs. Et c'est Nasri (exit Ben Arfa, auteur d'une prestation mitigée) qui accompagnera Ribery, Malouda et Govou.

La liste des 23 sélectionnés :

Gardiens : Grégory Coupet (Lyon), Sébastien Frey (Fiorentina), Steve Mandanda (Marseille).

Défenseurs : Eric Abidal (Barcelone), Lilian Thuram (Barcelone), Patrice Evra (Manchester United), Willy Sagnol (Bayern Munich), William Gallas (Arsenal), François Clerc (Lyon), Alain Boumsong (Lyon), Sébastien Squillaci (Lyon).

Milieux : Jérémy Toulalan (Lyon), Claude Makelele (Chelsea), Patrick Vieira (Inter Milan), Florent Malouda (Chelsea), Franck Ribery (Bayern Munich), Lassana Diarra (Portsmouth), Samir Nasri (Marseille), Sidney Govou (Lyon).

Attaquants : Thierry Henry (Barcelone), Karim Benzema (Lyon), Nicolas Anelka (Chelsea), Batefimbi Gomis (Saint-Etienne).

France - Equateur 2-0

1151515656.jpgGomis au lieu de Cissé ? 

La France a entamé hier sa grosse préparation pour la phase finale de l'Euro 2008 qui débutera le 7 juin prochain. Au menu, 3 sélections sud-américaines dont l'Equateur hier (victoire 2-0), le Paraguay le 31 mai et la Colombie le 3 juin. Dans un match où on aura vu du bon et du moins bon, notamment une seconde mi-temps nettement meilleure que la première, c'est Batefimbi Gomis qui a marqué des points et 2 buts superbes pour sa première sélection. A se demander s'il n'aurait pas du être sélectionné plus tôt en équipe de France. Mais l'interrogation principale est la suivante : pourrait-il, à la surprise générale, être invité à l'Euro ? A la place par exemple d'un Djibril Cissé qui ne fut pas à son avantage ce soir ? Comme fut d'ailleurs ce dernier sélectionné pour la Coupe du monde 2002 sans avoir évolué précedemment en équipe de France ? Domenech a toutefois affirmé après la rencontre qu'"un jugement ne se fait pas sur 45 minutes"... Le suspense demeure. Au milieu, Lassana Diarra a également réalisé une très bonne prestation à la récupération (exit Flamini ?). On a également vu un très bon Samir Nasri à l'organisation du jeu, un Ben Arfa époustouflant par moments (des dribbles, une passe décisive, une superbe frappe) et décevant par d'autres (corners mal tirés, mauvais choix). Au niveau des gardiens, Frey et Mandanda se sont partagés les deux mi-temps et ont été très solides. Casse-tête : exit Landreau ou un des deux va partir ? Au sein de cette "équipe bis" qui a joué ce soir, certains se sont montrés, d'autres un peu moins. Et impossible de dire si cela sera décisif ou pas. Fin du suspense dans quelques heures. Les 30 pré-sélectionnés ne seront plus que 23.

Buts : Gomis (60e, 86e). 

France : Frey (Mandanda, 46e) - Sagnol (Clerc, 74e), Thuram, Escudé (Evra, 46e), Abidal - Nasri, L. Diarra, A. Diarra (Flamini, 46e), Ben Arfa (Malouda, 78e) - Cissé (Gomis, 46e), Anelka.

Equateur : Elizaga - De Jesus, Hurtado (cap.), Castro, Achilier - Valencia, Castillo, Ayovi, Saritama - Quiroz (Borja, 64e), Caicedo.

 

Autres matchs :

Allemagne - Biélorussie 2-2 : Klose (10e), Korytko (20e c.s.c) ; Bulyga (61e, 88e).

République Tchèque - Lituanie 2-0 : Koller (39e, 62e).

Monténégro - Kazakhstan 3-0 : Dalovic (15e, 45e), Drincic (21e).

Albanie - Pologne 0-1 : Zurawski (3e).

Autriche - Nigéria 1-1 : Kienast (12e) ; Uche (19e).