free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/11/2021

Histoire des Etrusques

jean-marc Irollo,civilisation étrusque,Rome,Rome Antique,Italie,Toscane,Ombrie,Latium,histoire des etrusques,etrurie,etrusques,italie,lombardie,toscaneNous étions tombés sur un article récent de Sciences et Avenir, affirmant que l'origine et l'héritage des Etrusques avait été décodé par la génétique. Cela nous a rappelé que cette civilisation avait suscité notre curiosité lorsque nous enseignions en classe de 6ème (l'ancien programme), en Histoire - la leçon sur la Rome antique. Et pour cause, autour de cette civilisation brillante, demeurent de nombreuses interrogations, notamment la langue, "isolat perdu, à l'instar du basque, au milieu du monde des idiomes indo-européens", et l'origine de ce peuple, établi au centre de l'Italie (essentiellement en Toscane, à l'ouest de l'Ombrie et au nord du Latium) depuis la fin de l'âge de Bronze (vers -900) jusqu'à -264, date d'une défaite finale contre les Romains et le début de l'unification progressive de l'Italie effectuée par ces derniers. Quant au mot Etrusque, nous l'avions découvert lorsque, gamin, nous lisions le tome 8 de la bande dessinée Alix, Le Tombeau étrusque...

etrurie,etrusques,italie,lombardie,toscane,jean-marc irollo,civilisation étrusque,rome,rome antique,ombrie,latium,histoire des etrusquesSi des désaccords persistent entre historiens (et archéologues) quant aux origines de cette civilisation où la place de la femme était beaucoup plus large que chez les autres peuples (Romains, Grecs), il n'en demeure pas moins que certains éléments (notamment l'art) permettent de cerner ses contours sociopolitiques. C'est ce que propose cet ouvrage synthétique, écrit par Jean-Marc Irollo (1956-2020), historien de l'art qui fut également directeur-adjoint des ressources humaines au Musée du Louvre. Six chapitres thématiques (société, religion, art...etc.) abordent de manière condensée ce peuple "énigmatique". Une excellente synthèse quand on désire mieux maîtriser une question historique et que l'on a pas le temps de lire un gros pavé. Efficace et instructif.

Quant à l'article que nous évoquions précédemment, il explique qu'une étude génomique récente a montré que "les populations étrusques de l'Italie centrale étaient bien d'origine autochtone et formaient un groupe génétique homogène". Sauf qu'une autre équipe de chercheurs mettait en avant, en 2017, une possible origine proche-orientale des Etrusques. Mystère toujours non-résolu. J. N.

Jean-Marc Irollo, Histoire des Etrusques. L'antique civilisation toscane VIIIe-Ier siècle av. J.-C., Perrin, Tempus, 2010 (2004), 212 p.

12/07/2021

EURO 2020 : LES STATS

italie,luke shaw,leonardo bonucci,finlande,macédoine du nord,havertz,pandev,angleterre,cristiano ronaldo,ronaldo,goran pandev,schick,patrick schick,pohjanpaloAprès la victoire de l'Italie (2ème sacre) contre l'Angleterre (première finale) en cette 16ème finale d'un Euro 2020 décalé d'un an, l'heure du bilan est arrivée. Stats, records, premières : l'essentiel à retenir.

 

- Le gardien italien Gianluigi Donnarumma, un des grands artisans de la victoire italienne (décisif notamment lors de deux séances de tirs aux buts) est élu meilleur joueur du tournoi.

- Le jeune milieu de terrain du FC Barcelone, Pedri (19 ans) remporte le trophée du meilleur jeune joueur.

- Auteur de 5 buts, Cristiano Ronaldo termine meilleur buteur. Le Tchèque Patrick Schick a réalisé la même performance mais ils sont été départagés par une passe décisive au crédit de Ronaldo.

- Ce même Ronaldo est désormais le meilleur buteur de la compétition, dépassant Michel Platini (9 buts inscrits à l'Euro 1984), avec 14 buts (2 en 2004, 1 en 2008, 3 en 2012, 3 en 2016 et 5 en 2020).

- Il est également le premier joueur à participer à 5 Euros (2004, 2008, 2012, 2016, 2020) mais également à inscrire au moins 1 but lors de 5 phases finales.

- L'Anglais Luke Shaw a inscrit lors de l'édition 2020 le but le plus rapide en finale, après 2 minutes.

- L'Italien Leonardo Bonucci, en 2020 également, est le plus vieux buteur en finale, à 34 ans et 71 jours, record de 1976 battu (30 ans).

- La finale de l'édition qui vient de se terminer est la seconde (après celle de 1976) à se terminer aux tirs aux buts.

- Face à la Turquie au premier tour, l'Italie a marqué pour la première fois trois buts (3-0) lors d'un match d'Euro.

- Pour sa première participation, la Finlande a remporté son premier match, face au Danemark (1-0, premier tour).

- Joel Pohjanpalo est le premier buteur finlandais dans une grande compétition (1-0 contre le Danemark).

- Pour sa première participation, la Macédoine du Nord a inscrit son premier but lors de son premier match (1-3 contre l'Autriche, premier tour).

- Son attaquant historique Goran Pandev est son premier buteur lors d'un Euro (et d'une grande compétition). A 37 ans et 322 jours, il est également devenu le 2ème plus vieux buteur de l'histoire de l'Euro, après l'autrichien Ivica Vastic (marquant lors de l'Euro 2008 à 38 ans et 257 jours).

- Le Polonais Kacper Kozlowski (Espagne-Pologne 1-1, premier tour) est devenu, à 17 ans et 246 jours, le plus jeune joueur de l'histoire de l'Euro à fouler le terrain. Il bat le record de l'anglais Jude Bellingham (17 ans et 349 jours), enregistré à ce même Euro (Angleterre-Croatie 1-1, premier tour).

- L'attaquant tchèque Patrick Schick a inscrit contre l'Ecosse au premier tour (2-0) le but le plus lointain à un Euro (50 mètres).

- Le Polonais Krychowiak a reçu le premier carton rouge (Pologne-Slovaquie 1-2) de cet Euro.

- En battant la Croatie (1-0) au premier tour, l'Angleterre brise une triste série, celle de ne s'être jamais imposé lors du premier match.

- A 22 ans et 8 jours, Kai Havertz devient le plus jeune joueur allemand à inscrire un but à l'Euro (Portugal-Allemagne 2-4 - premier tour).

- A 20 ans et 279 jours, le Gallois Ethan Ampadu est le plus jeune joueur expulsé à un Euro (Italie-Pays de Galles 1-0, premier tour).

- Le Danemark est la première équipe à passer le premier tour après avoir perdu ses deux premiers matchs.

- C'est également la première à inscrire 4 buts lors de deux rencontres consécutives (4-1 contre la Russie au premier tour ; 4-0 contre le Pays de Galles en 8èmes).

- L'Espagne a fait encore mieux. Elle devient la première équipe 5 buts lors de deux rencontres consécutives (5-0 contre la Slovaquie au premier tour ; 5-3 contre la Croatie en 8èmes).

- Joueur le plus jeune à avoir marqué pour la Croatie à l'Euro, à 22 ans et 273 jours, Luka Modric est devenu également (Croatie-Ecosse 3-1, premier tour), le plus vieux buteur des Vatreni, à 35 ans et 286 jours.

- Contre le Portugal (2-2, premier tour), la France est devenue la première équipe à encaisser 2 penalty dans un même match. Elle avait d'ailleurs failli le faire à l'Euro 2000, en quart contre l'Espagne (2-1). Mais après un penalty transformé par Mendietta, Raul avait manqué le sien à la dernière minute.

- Cet Euro bat le record absolu de buts contre son camp : 11. Du jamais vu également alors que les 15 précédentes éditions totalisaient ensemble 9... : 2 rencontres ont été marquées par deux csc (Portugal-Allemagne 2-4 ; Slovaquie-Espagne 0-5), et 3 gardiens ont marqué contre leur camp (le finlandais Hradecky, le slovaque Dubravka et le polonais Szczesny) alors qu'aucun ne l'avait fait durant les 15 éditions précédentes.

- Croatie - Espagne (3-5 ap) en 8èmes bat le record du nombre de buteurs pour une rencontre : 8 (dont un csc).

- En éliminant la France en 8èmes (3-3 ap - 5-4 tab), la Suisse accède aux quarts de finale d'une grande compétition pour la première fois depuis 1954.

- En battant l'Allemagne en 8èmes (2-0), l'Angleterre s'impose pour la première fois contre cet adversaire à Wembley (tous matchs confondus) depuis 1975.

EURO 2020 - Palmarès

euro,euro 2020,euro 2021,palmarès euro,france,allemagne,urss,italie,espagne,angleterre,grèce,portugal,danemark,tchécoslovaquie,pays-basEn gagnant son second Euro, après celui de 1968, l'Italie rejoint la France avec deux sacres (1984, 2000), derrière l'Allemagne (1972, 1980, 1996) et l'Espagne (1964, 2008, 2012), trois victoires chacune. Suivent avec une victoire le Portugal, la Grèce, le Danemark, les Pays-Bas, la Tchécoslovaquie et l'URSS, premier vainqueur de l'épreuve en 1960.

euro,euro 2020,euro 2021,palmarès euro,france,allemagne,urss,italie,espagne,angleterre,grèce,portugal,danemark,tchécoslovaquie,pays-basSi la finale 2020 a comporté un nouveau finaliste (l'Angleterre) depuis 2004 (Portugal et Grèce), l'édition n'a pas connu, toutefois, de nouveau vainqueur. Ce qui est certain par contre est que l'Euro est plus inclusif que la Coupe du monde. En 21 éditions, celle-ci n'a connu que 8 vainqueurs (Brésil, Allemagne, Italie, Argentine, Uruguay, France, Angleterre, Espagne) tandis que l'épreuve continentale connaît déjà 10 nations victorieuses en 16 éditions.

A titre de comparaison avec les autres coupes continentales, la beaucoup moins médiatisée et populaire Coupe d'Asie des nations est proche (9 vainqueurs en 17 éditions ; compétition créée en 1956). Il ne peut y avoir par contre de comparaison avec la Coupe d'Afrique des nations (14/33 ; 1957), la Gold Cup (Amérique du nord, centrale et Caraïbe ; 7/25 ; 1963) et la Copa America (8/45 ; 1916) car ces compétitions se déroulent généralement tous les 2 ans. La dernière citée, plus vieille compétition de football au monde, ne comprend que 10 nations (sont régulièrement invitées une ou deux nations d'autres fédérations). Parmi celles-ci, seuls l'Equateur et le Venezuela n'ont pas encore gagné l'épreuve, remportée le 9 juillet dernier par l'Argentine. J N

 

2020 (Europe, disputé en 2021) : Italie - Angleterre 1-1 ap (3-2 tab)

2016 (France) : France - Portugal 0-1 ap

2012 (Ukraine/Pologne) : Espagne - Italie 4-0

2008 (Suisse/Autriche) : Allemagne - Espagne 0-1

2004 (Portugal) : Portugal - Grèce 0-1

2000 (Pays-Bas/Belgique) : France - Italie 2-1 ap (but en or)

1996 (Angleterre) : Allemagne - Tchéquie 2-1 ap (but en or)

1992 (Suède) : Allemagne - Danemark 0-2 

1988 (RFA) : Pays-Bas - URSS 2-0

1984 (France) : France - Espagne 2-0

1980 (Italie) : RFA - Belgique 2-1

1976 (Yougoslavie) : Tchécoslovaquie - RFA 2-2 ap (5-3 tab)

1972 (Belgique) : RFA - URSS 3-0

1968 (Italie) : Italie - Yougoslavie 2-0

1964 (Espagne) : Espagne - URSS 2-1

1960 (France) : URSS - Yougoslavie 2-1 ap

EURO 2020 - FINALE : Italie - Angleterre 1-1 ap (3-2 tab)

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieIT'S COMING TO ROME : LA NAZIONALE REMPORTE L'EURO

 

Au bout d'une finale haletante, l'Italie a remporté l'Euro 2020 face à l'Angleterre (1-1 ; 3-2 aux tirs aux buts). La squadra azzura s'adjuge son second Euro, après celui de 1968.

J N

 

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieIt's coming to Rome l'a finalement emporté sur It's coming home. Jouer sa finale à Wembley (une première depuis 1966) n'aura pas suffi à l'Angleterre, elle qui a joué 6 de ses 7 matchs dans son antre londonien. Ironie du sort, le seul match joué "à l'extérieur" (le quart de finale contre l'Ukraine), l'a été à.... Rome. On s'attendait à une finale intense et serrée entre la meilleure défense du tournoi (l'Angleterre n'avait encaissé qu'un seul but, sur coup-franc, contre le Danemark) et la meilleure attaque (12 buts et 6 buteurs chez les Italiens). On a été servi.

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieMême très rapidement puisque les Three Lions ouvraient le score dès la 2ème minute. C'est l'Italie qui été entrée tambour battant dans le match mais sur la remontée du ballon, l'arrière Trippier centrait pour Luke Shaw, son pendant côté gauche. Libre de tout marquage aux 6 mètres, il trompait Donnarumma d'une volée rasante au premier poteau. Buteur pour la première fois en sélection (16 capes), le joueur de Manchester United venait d'inscrire également le but le rapide en finale d'Euro (0-1, 2e).

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieSonnés par ce but précoce, les transalpins mettaient du temps à réagir, d'autant plus qu'ils étaient privés de ballon et subissaient face à la rapidité des ailiers anglais. A ce moment-là, on n'en donnait pas cher de la peau d'une Italie prise dans la nasse. Mais la solidité de ses vieux briscards en défense (la charnière Bonucci-Chiellini) lui permettait de tenir la baraque. Bizaremment, les Anglais ont laché le pressing vers la demi-heure de jeu mais incapables de passer une défense tout aussi hermétique, les Italiens tentaient de loin, sans réussite (Insigne, 28e, Chiesa, 35e, Verratti, 45e). Transformée dans le second acte, la Nazionale prenait le contrôle du match et comme souvent c'est Chiesa qui sonnait la charge. Ses percussions à gauche étaient à deux doigts de faire mouche (57e, 66e) tandis que sa frappe à ras de terre, à l'entrée de la surface, était superbement repoussée par Pickford (61e).

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieMais c'est un défenseur qui égalisait finalement. A la suite d'un corner dévié au second poteau par Cristante, Bonucci venait marquer à bout pourtant à la suite d'un cafouillage (1-1, 66e). A ce moment-là, la physionomie et la psychologie avaient complètement tourné. Affichant une possession de balle de 70%, l'Italie n'était pas loin de marquer un second but (73e, 75e). On s'étonnera d'ailleurs que le sélectionneur Gareth Southgate n'avait fait qu'un seul changement (Saka, 70e), un coaching qui a probablement participé de la défaite anglaise (voir ci-dessous).

Mieux dans les prolongations, l'Angleterre faisait jeu égal avec son adversaire. Les deux équipes auraient pu inscrire un second but, synonyme de k.o mais Pickford veillait au grain (103e, 107e) tandis que Donnarumma était suppléé par sa défense (108e, 110e). Direction le jeu cruel des tirs aux buts.

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieBien malin aurait été celui capable de dire qui allait remporter la séance fatidique. L'exercice ne réussit pas beaucoup aux deux équipes. A l'Euro, l'Italie a réussi 3 séances sur 5 (la demi-finale contre l'Espagne incluse). En Coupe du monde, avant la victoire contre la France en 2006, elle avait systématiquement échoué (1998, 1994, 1990). L'Angleterre fait encore moins bien puisqu'à l'Euro, elle n'avait réussi qu'une séance sur 4 (et 3 échecs en Coupe du monde ; 2006, 1998, 1990). La tendance semble donc avoir été confirmée à ce niveau, d'autant plus que l'Italie avait battu son adversaire à ce jeu-là à l'Euro 2012. Un adversaire qui lui réussit souvent (voir ci-dessous l'historique des confrontations entre les deux équipes).

Les choix de Southgate et les tirs aux buts

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieEn réussite dans ses choix tactiques jusqu'à cette finale (aucun but encaissé dans le jeu malgré les différents schémas et 5 victoires en 6 matchs), le sélectionneur anglais semble s'être emmélé les pinceaux au moment le plus crucial. Pourtant très bon dans son couloir droit, Trippier était remplacé à la 70e par le jeune Saka. Bien plus à son avantage lors des précédents matchs, le feu follet d'Arsenal s'est montré particulièrement brouillon et a été mangé tout cru par Chiellini. Remplaçant l'excellent mais émoussé Rice à un quart d'heure de la fin du temps réglementaire, Henderson a rendu une pâle copie. A la 120e, il était remplacé à son tour (!), Southgate ayant décider de faire rentrer des tireurs de penalty. Mais le remplaçant Rashford ratait le sien. Les autres malheureux tireurs sont Sancho (également entré à la 120e) et Saka, respectivement âgés de 21 et 19 ans (Rashford en a 23). Avec une inexpérience pareille à ce stade de la compétition, la pression a été trop forte. Cette finale s'est finalement joué à un détail près, celui de l'expérience des coachs. Roberto Mancini a déjà 20 ans d'expérience (6 clubs entraînés dans 4 championats en plus de la sélection nationale). En face, Gareth Southgate n'en a que 6...

finale euro 2020,euro 2021,euro 2020,euro,finale euro,italieQue tous les tireurs italiens (deux se sont ratés) soit âgés d'au moins 26 ans n'est pas anodin. Ce constat renvoie à une équipe italienne plus expérimentée. Une statistique édifiante souligne d'ailleurs cette caractéristique. Agés respectivement de 34 et 36, les défenseurs Bonucci et Chiellini totalisent à eux deux 221 sélections nationales (109 et 112) mais surtout, étaient tous deux titulaires lors de la finale de l'Euro 2012 (!), perdue par l'Italie.

L'expérience italienne couplée à une combativité de tous les instants a été la clé de la réussite lors de cette finale. Quant à l'Angleterre, elle possède actuellement une de ses générations les plus prometteuses. Si elle progresse davantage, elle sera plus expérimentée au Qatar fin 2022 et pourrait aller loin également.

Autour de la finale

Italie - Angleterre est la première finale d'un Euro, depuis 20 ans, où les deux finalistes inscrivent au moins un but. A l'Euro 2000, la France avait battu l'Italie 2-1 en prolongations (but en or). Sur 16 éditions, 7 se sont terminées de la sorte (43.7%). Elle est également la 6ème à aller en prolongations (37.5%) mais la 2ème seulement (après Tchécoslovaquie - RFA en 1976) à se décider aux tirs aux buts. Les buts ont également un sens. A 34 ans et 71 jours, Leonardo Bonucci  est le plus vieux buteur en finale, battant le record de l'Allemand Berd Hölzenbien (30 ans et 103 jours), établi en 1976.

Quant au but de Luke Shaw, marqué après 2 minutes, il est le plus rapide d'une finale de l'Euro. L'arrière-gauche inaugure par la même occasion deux premières étonnantes : il est le premier joueur non-espagnol de Premier League (après Fernando Torres, Juan Mata et David Silva) et le premier joueur de Manchester United à marquer en finale.

Enfin, l'Italie remporte sa 2ème finale après celle 1968. Elle s'était inclinée contre l'Espagne en 2012 et contre la France en 2000.

Italie / Angleterre

Si le bilan global entre les deux équipes est équilibré (10 victoires italiennes, 8 anglaises et 10 matchs nuls), celui des rencontres officielless est très largement en faveur de l'Italie. En 9 matchs  (voir ci-dessous), les Anglais ne se sont imposés qu'une seule fois, c'était le 16 novembre 1977 en éliminatoires de la Coupe du monde 1978. En compétition officielle, ils n'ont tout simplement jamais gagné (ou ne se sont jamais qualifiés après un match nul). Si la malédiction allemande a été vaincue, l'Italienne se poursuit.

- Euro 2020 (finale) : Italie - Angleterre 1-1 ap (3-2 tab)

- CM 2014 (premier tour) : Angleterre - Italie 1-2

- Euro 2012 (quart) : Angleterre - Italie 0-0 ap (2-4 tab)

- QUAL CM 1998 : Italie - Angleterre 0-0

- QUAL CM 1998 : Angleterre - Italie 0-1

- CM 1990 (match pour la 3ème place) : Italie - Angleterre 2-1

- Euro 1980 (premier tour) : Italie - Angleterre 1-0

- QUAL CM 1978 : Angleterre - Italie 2-0

- QUAL CM 1978 : Italie - Angleterre 2-0

.....................................................................................................................................

Buts : Bonucci (66e) pour l'Italie ; Shaw (2e) pour l'Angleterre.

Avertissements : Barella (47e), Bonucci (55e), Insigne (84e), Chiellini (90e), Jorginho (113e) pour l'Italie ; Maguire (106e) pour l'Angleterre.

Italie : Donnarumma - Di Lorenzo, Bonucci, Chiellini (cap.), Emerson (Florenzi, 118e) - Barella (Cristante, 54e), Jorginho, Verratti (Locatelli, 96e) - Chiesa (Bernardeschi, 86e), Immobile (Berardi, 55e), Insigne (Belotti, 91e).

Angleterre : Pickford - K. Walker (Sancho, 120e), Stones, Maguire - Trippier (Saka, 70e), Philips, Rice (Henderson, 74e) (Rashford, 120e), Shaw - Sterling, Mount (Grealish, 99e) - Kane (cap.).

07/07/2021

EURO 2020 - 1/2 : Espagne - Italie 1-1 ap (2-4 tab)

italie,espagne,espagne-italie,euro,euro 2020,euro 2021L'ITALIE EN FINALE APRES UN GROS COMBAT CONTRE L'ESPAGNE

 

Après avoir résisté à l'Espagne dans un match âpre, l'Italie s'est finalement imposée aux tirs aux buts et jouera la finale dimanche contre l'Angleterre ou le Danemark. Retour rapide sur ce beau match et cette rivalité entre latins.

J N

 

italie,espagne,espagne-italie,euro,euro 2020,euro 2021Il était dit que cette demi-finale très attendue entre deux équipes très techniques, qui défendent bien en général et qui sont capables de marquer à tout moment - soit très identiques au final (mais des schémas tactiques différents) - serait serrée, comme le sont souvent d'ailleurs les rencontres entre les deux (voir ci-dessous). Dans cette rencontre intense et rythmée, chaque équipe aura eu ses temps forts et le match nul paraît équitable même si l'Espagne a davantage dominé, notamment en fin de rencontre et durant la première prolongation. Mais en face c'est costaud à l'image d'un grand Bonucci, toujours aussi guerrier, qui a porté une équipe solidaire et vaillante jusqu'au bout. 

italie,espagne,espagne-italie,euro,euro 2020,euro 2021Car après son égalisation à la 80ème minute, l'Espagne prenait le dessus et se procurait les situations les plus chaudes. En vain. Comme contre la Belgique en quart de finale, la Nazionale a tenu et a encore prouvé que ses 32 matchs d'affilée sans défaite (désormais 33) et ses 2 buts seulement encaissés sur les 12 derniers ne devaient rien au hasard. Les 2 buts de cette rencontre sont emblématiques des deux équipes dans cet Euro et dans les deux sens. Exerçant une grosse possession de balle, l'Espagne encaisse des buts en contre. Ici, il fut initié par le gardien Donnarumma. En 3 passes, Federico Chiesa (élu homme du match) se plaçait en position idéale dans la surface et fusillait Simon d'une superbe frappe enroulée (0-1, 60e). Les Transalpins sont rapides mais peuvent aussi manquer de concentration comme ce fut le cas (redhibitoire) contre l'Autriche et la Belgique, et comme ce fut le cas ce soir. Réactive, la Roja transperçait plein axe et après un une-deux avec Olmo, Morata fixait Donnarumma de près (1-1, 80e).

C'est finalement aux tirs aux buts que l'Italie s'est montrée moins maladroite (malgré un raté de Locatelli). Héros du match coté espagnol, Morata condamnait les siens, sa tentative étant repoussée par le gardien italien tandis qu'Olmo avait précédemment envoyé son tir dans les tribunes. Pour un tir décisif, le 4ème homme italien, Jorginho, se permettait une sorte de panenka décentrée. Le sang-froid culotté. Favorite depuis un moment déjà, la Squadra Azzura venait d'assurer que ce sera très dur de la battre en finale.

Montée en puissance après un début d'Euro poussif, la Roja méritait peut-être mieux. En tous les cas, la performance de cette génération prometteuse face à une équipe d'un tel calibre, couplée à trois prolongations jouées, annonce peut-être un futur brillant.

La rivalité en question

italie,espagne,espagne-italie,euro,euro 2020,euro 2021Encore un classique du football européen. Avant la rencontre de ce soir, les deux équipes s'étaient déjà rencontré 37 fois, pour un bilan équilibré : 11 victoires chacunes et 15 nuls. Mais au niveau des matchs officiels, l'Italie domine. Dans le climat politique tendu des années 1930, les deux se sont croisés dans une double demi-finale (il n'y avait pas encore de tirs aux buts à l'époque et les matchs nuls devaient être rejoués) lors de la Coupe du monde 1934, se jouant dans l'Italie fasciste de Mussolini. Lors de la première rencontre (1-1), véritable match de quartier, 11 joueurs sortent blessés (7 espagnols dont le gardien, 2 italiens). L'acte 2 est remporté par la Nazionale (1-0), favorisée par l'arbitre dans un mondial qui est lui était promis et qu'elle gagnera.

italie,espagne,espagne-italie,euro,euro 2020,euro 2021Les deux ne se retrouveront plus avant les premiers tours de l'Euro 1980 (0-0) et de l'Euro 1988 (victoire italienne 1-0). Mais comme Patrick Battisston en 1982, c'est un incident qui fera naître une certaine animosité entre Espagnols et Italiens. En quart de finale du mondial 1994, la Roja domine la seconde mi-temps après avoir égalisé et est à deux doigts de marquer en fin de match mais Julio Salinas manque l'immanquable. En contre, la star Roberto Baggio libère les siens (1-2, 88e) et crucifie les autres. Dans les arrêts de jeu, le défenseur central Mauro Tassotti assène à Luis Enrique un coup de coude dans le nez. Ce dernier, en sang, réclame un penalty mais l'arbitre n'a rien vu. L'Italie l'emporte et Enrique termine le match en pleurs. Quant à Tassotti, il sera rattrapé par la patrouille. La FIFA ouvre une enquête et inflige 8 matchs de suspension au vétéran,(34 ans) qui ne jouera ni la demi ni la finale et ne reverra plus l'équipe nationale.

Le vent tourne pour les Espagnols durant les années 2000 et le renouveau mis en place par Luis Aragones (sélectionneur de 2004 à 2008). En quart de finale de l'Euro 2008, dominateurs, ils l'emportent finalement aux tirs aux buts (0-0 ap) puis s'offrent la victoire finale. La Squadra Azzura accompagne de plus près encore la victoire espagnole à l'Euro 2012 puisqu'après un nul au premier tour (1-1), elle se fait étriller en finale (0-4). Entretemps, la Roja a été sacrée championne du monde.

italie,espagne,espagne-italie,euro,euro 2020,euro 2021Elle remet ça un an plus tard en demi-finale de Coupe des confédérations, où elle l'emporte à nouveau aux tirs aux buts (0-0). Mais pas de victoire finale cette fois-ci, avec une lourde défaite contre le Brésil (0-3). En déclin en 2016, la Roja fait face en 8èmes de l'Euro à une Italie qui tente de se trouver un nouveau souffle après 10 ans de disette. Celle-ci neutralise son advsersaire et lui inflige une défaite sans appel (2-0). Buteur, le défenseur Chiellini et capitaine actuel, est le seul rescapé, avec Bonucci, de ce match. En face, Alba, Morata et Busquets y étaient également.

L'Italie sera éliminée en quarts par l'Allemagne aux tirs aux buts et le renouveau ne sera pas confirmé. Lors des éliminatoires de la Coupe du monde 2018, l'Italie termine seconde de son groupe derrière l'Espagne qui la défait chez elle (3-0), pour un nul en Italie (1-1). Les Italiens doivent passer par les barrages qu'ils perdent contre la Suède (0-1, 0-0). La Squadra rate une Coupe du monde pour la première fois depuis 1958. Force est de constater par conséquent que quel que soit l'enjeu, les matchs entre ces deux équipes sont souvent dramatiques.

italie,espagne,espagne-italie,euro,euro 2020,euro 2021Finalement, avec cette victoire italienne aux tirs aux buts, la nouvelle Italie remet les pendules à l'heure. Au niveau comptable, elle domine toujours le bilan officiel avec 4 victoires pour 2 défaites et 6 nuls. Mais dans les faits, celui-ci semble égal. L'Espagne a accompagné le sacre mondial de l'Italie en 1934 et cette dernière a accompagné la victoire espagnole à deux Euro (2008, 2012). La suite de la compétition actuelle donnera davantage de sens (ou pas) à la victoire italienne de ce soir.

 

Buts : Morata (80e) pour l'Espagne ; Chiesa (80e) pour l'Italie.

Avertissements : Busquets (51e) pour l'Espagne ; Toloi (97e), Bonucci (118e) pour l'Italie.

Espagne : Simon - Azpilicueta (Llorente, 85e), Laporte, Eric Garcia (Pau Torres, 109e), Alba - Koke (Rodrigo Hernandez, 70e), Busquets (cap.) (Alcantara, 106e), Pedri (Rodrigo Hernandez, 119e) - Oyarzabal, Olmo, Ferran Torres (Morata, 62e). 

Italie : Donnarumma - Di Lorenzo, Bonucci, Chiellini (cap.), Emerson (Toloi, 74e) - Barella (Locatelli, 85e), Jorginho, Verratti (Pessina, 73e) - Chiesa (Bernardeschi, 107e), Immobile (Berardi, 61e), Insigne (Belotti, 85e).