free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

28/10/2019

The Trial of Ratko Mladic

MV5BNDA4ZTJhNjItMWM2Yy00ZTdmLTljMWYtNjI0MmM2MTQzYTVmXkEyXkFqcGdeQXVyNTk2OTQxOTY@._V1_SY1000_CR0,0,699,1000_AL_.jpgLe 22 novembre 2017, Ratko Mladic était condamné à la prison à perpétuité par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY). Institué le 25 mai 1993 par la résolution 827 du Conseil de sécurité de l'ONU, ce dernier avait pour charge de juger les personnes s'étant rendues coupables de violations graves du droit international humanitaire sur le territoire de l'ex-Yougoslavie, à partir du 1er janvier 1991 (1). Traqué durant 15 ans et arrêté en mai 2011 par la police serbe en Vojvodine (république autonome de Serbie), Mladic - surnommé "le boucher des Balkans" - fut la dernière personne jugée par le TPIY (2) et cette instance basée à La Haye (siège de la Cour pénal internationale) sera dissoute le 31 décembre 2017.

250px-Evstafiev-ratko-mladic-1993-w.jpgL'occasion était donc de revenir sur ce procès très médiatisé. Le documentaire explique comment l'accusation a procédé pour démontrer que Mladic - commandant de l'Armée de la République serbe de Bosnie-Herzégovine de 1992 à 1996) a commis des actes de génocide, nettoyage ethnique et crime contre l'humanité. Il sera finalement reconnu coupable de 10 chefs d'accusation sur 11 (1 de génocide, 5 de crime contre l'humanité et 4 de crime de guerres). Il est notamment responsable des tristement célèbres siège de Sarajevo (3) et massacre de Srebrenica (4).

Evstafiev-mladic-sarajevo1993w.jpgSans véritable analyse ni esprit critique, il a été question ici de démontrer la culpabilité de Mladic. Point de problème à ce niveau-là, les vidéos d'archive (scènes de guerre et déclarations officielles de Mladic notamment) sont convaincantes et indiquent que Ratko Mladic a en effet entrepris des crimes atroces. Toutefois, cela masque les nombreuses critiques pertinentes faites à l'encontre de ce tribunal et remettant à jour le problème de la justice internationale, ce qui nous amène à considérer ce documentaire comme propagandiste (justifier la bonne action de ce tribunal) et inutile... Quant aux critiques, nous pouvons les résumer aux points suivants : 

La légitimité

Pour quelles raisons une justice pénale internationale est appliquée à certains conflits (Ex-Yougoslavie, Rwanda) et pas à d'autres, très nombreux depuis la fin de la guerre froide ? (5) Force est de constater qu'aucun soldat américain n'a été jugé pour des crimes de guerre commis par l'armée américaine en Afghanistan et en Irak. La question de la légitimité met donc en exergue une justice internationale sélective et épargnant les pays occidentaux.

La crédibilité

En 2011, Ante Gotovina (un général croate) est condamné par le TPIY à 24 ans de prison pour crimes contre l'humanité à l'encontre des populations serbes. Faisant appel, il est acquitté en 2012. Poursuivi pour crimes de guerre durant la Guerre du Kosovo (1998-1999), Ramush Haradinaj (actuel premier ministre du Kosovo), chef paramilitaire est acquitté par le TPIY en novembre 2012, après que tous les témoins devant comparaître contre lui aient été assassinés (ou décédés dans des circonstances non élucidées). Ces deux cas ont écorné la crédibilité du TPIY.

La compétence

La question de la compétence du Conseil de sécurité de l'ONU à créer un tribunal international a été posée. Autorisé par le chapitre VII de la Charte de l'ONU à intervenir en cas de menace à la paix et à la sécurité internationales, le Conseil de sécurité peut d'après l'article 29 "créer des organes subsidiaires qu'il juge nécessaires à l'exercice de ses fonctions". Le TPIY devait donc être un organe du Conseil de sécurité alors qu'il est officiellement une juridiction indépendante...

L'indépendance

Cette indépendance théorique ne l'est justement pas dans les faits puisque le TPIY était financé par l'OTAN, ce qui soulève la question de la collusion entre ces deux instances et les pressions exercées par l'OTAN, organisation occidentale, au sein de laquelle, les Etats-Unis sont très influents.

En tout état de cause, ces quatre "problèmes" s'emboîtent et constituent un même problème général, celui de la sélectivité de la justice pénale internationale, non épargnée par la question des intérêts (raison d'Etat et autres) des grandes puissances. J. N

 

The Trial of Ratko Mladic (Robert Miller, Henry Singer, 2018, UK, 100 min)

 

(1) Soit les guerres de Yougoslavie (mars 1991-novembre 2001).

(2) Goran Hadzic (président de la République de Krajina durant la Guerre de Croatie - 1990-1995) fut arrêté après Mladic (juillet 2011) mais il fut libéré en 2015 pour raisons médicales et décéda en 2016.

(3) Le siège de la capitale bosniaque (1992-1995) fut effectué par les forces serbes de Bosnie dont le bombardement et les tirs de snipers menèrent au décès de 5000 civils.

(4) Ce massacre de 8000 hommes et adolescents bosniens dans cette ville musulmane de Bosnie fut perpétré par l'armée serbe de Bosnie, appuyée par les Scorpions, un groupe paramilitaire serbe, actif en Serbie et en Bosnie.

(5) De 1945 (Procès de Nuremberg) aux années 1990, la justice internationale est inexistante. Cela s'explique par la structure bipolaire du système international.

06/08/2019

Macédoine du Nord

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieAprès le Swaziland en 2018, c'est un autre Etat qui a récemment changé de nom. Le 12 février 2019, la Macédoine (capitale : Skopje), pays des Balkans coincé entre la Grèce, la Bulgarie, l'Albanie, la Serbie et le Kosovo (25.713 km² ; 3 millions d'habitants) devenait officiellement la "République de Macédoine du Nord". La raison? Un long contentieux avec la Grèce qui reprochait à cet Etat, né le 8 septembre 1991 de l'éclatement de la Yougoslavie, de s’approprier son héritage culturel par le biais de son nom et de son drapeau national. Après que la Grèce eut suspendu son commerce avec le nouvel Etat (1994), celui-ci modifiait le drapeau en 1995. Mais la question du nom n'était toujours pas réglée (l’appellation Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM) était validée par l'ONU en 1993) et la Grèce opposait son veto aussi bien à l'adhésion de la Macédoine à l'OTAN (candidate depuis 1999) qu'à son entrée à l'UE (candidate depuis 2004). Après l'Accord de Prespa (12 juin 2018), signé entre la Grèce et la Macédoine, cette dernière changeait donc de nom. Après validation des parlements des deux pays, l'accord entrait donc en vigueur en février 2019. Retour ici sur la problématique du drapeau et du nom du pays.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieEn août 1992, la Macédoine adopte un drapeau comprenant le "soleil de Vergina" (drapeau ci-contre). Découvert en 1977 à Aigéai (près de Vergina, au nord de la Grèce) par l'archéologue grec Manolis Andronikos dans une tombe royale macédonienne attribuée à Philippe II de Macédoine (382-336 avant J.C), ce symbole serait un emblème de la dynastie des Argéades qui régna sur le Royaume de Macédoine de -700 à -309 (cette interprétation ne fait toutefois pas l'unanimité). Le soleil de Vergina étant un symbole du Royaume de Macédoine (Vergina en fut la première capitale) qui fut à l'origine de l'expansion - sous Alexandre le Grand - de l’hellénisme en Asie (traversée de l'Hellespont puis victoire lors de la Bataille du Granique, en -334), l'Etat grec a contesté avec véhémence sa présence sur ce drapeau, le considérant comme faisant partie exclusivement de son héritage historique et culturel. La Grèce demandait également à ce que le nom Macédoine ne figure pas dans l’appellation officielle de la nouvelle république. Celle-ci était quand même admise à l'ONU le 8 avril 1993 et était reconnue par un nombre conséquent d'Etats dont les Etats-Unis, la Chine et la Russie.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgariePour appréhender le problème du nom Macédoine, il est nécessaire de faire un survol historique et géographique de cette dernière. La "première" Macédoine correspond aujourd'hui à la Macédoine grecque (carte ci-contre) - qui recouvre les régions administratives grecques de Macédoine orientale-et-Thrace (en partie), de Macédoine de l'Ouest, de Macédoine centrale, ainsi que la République monastique du Mont Athos (région à statut particulier) - au sud-ouest de la Bulgarie, au sud-est de l'Albanie, et au sud et sud-est de l'Etat actuel de Macédoine du Nord (carte ci-contre). La langue parlée sur ce territoire peuplé de tribus thraces est le macédonien ancien, langue hellénique mais non-grecque. C'est là qu'apparaît le Royaume de Macédoine (VIIe s. avant J.C). Dans sa guerre contre l'Empire perse, Philippe II de Macédoine (382-336 avant J.C) parvient à unifier en 357 toutes les tribus (Grecs, Illyriens, Béotiens notamment) des régions voisines et agrandit son royaume de la Thessalie, de l'Epire, et de la Thrace méridionale (-340).

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieDe même, la proportion dans ce royaume de l'actuelle Macédoine s'agrandit (carte ci-contre). Fils de Philippe II, Alexandre III de Macédoine, dit "le grand", poursuit son oeuvre et étend le royaume jusqu'en Asie. A sa mort, ses généraux se partagent son empire. La dynastie des Antigonides s'octroie la Macédoine qui, à ce moment-là comprend géographiquement ce qui correspond aujourd'hui à la Macédoine du Nord, à la Macédoine grecque, et à l'Oblast de Blagoevgrad (Bulgarie).

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieEn -168, dans le contexte de la Troisième guerre de Macédoine, les Antigonides sont battus par la République romaine. La Macédoine passe sous sa souveraineté puis devient officiellement une province romaine en -146 (carte ci-contre), comprenant les territoires cités précédemment (la portion bulgare est beaucoup plus petite) auxquels il faut ajouter une partie de l'Albanie ainsi qu'une extension ver le sud. La région passe ensuite sous domination byzantine puis ottomane. Après la fin de la Seconde guerre mondiale, la Macédoine slave (c'est-à-dire correspondant à la Macédoine du Nord actuelle) rejoint le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes qui devient en 1930 le Royaume de Yougoslavie.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieEn 1945, est fondée la République populaire fédérative de Yougoslavie, composée de 6 Républiques populaires dont celle de Macédoine. Celle-ci adopte un drapeau rouge sur lequel figure une étoile décentrée rouge et bordurée de jaune (drapeau ci-contre). C'est ainsi, qu'à peu de choses près, le Royaume antique de Macédoine correspond en grande partie à la Grèce actuelle. Celle-ci estime qu'elle seule peut revendiquer l'héritage hellénique et s'en sert pour mettre en avant une continuité historique entre Macédoine antique et Macédoine grecque actuelle. Mais cela ne clôt pas le débat pour autant. Est-ce suffisant pour réclamer qu'une région voisine faisant partie de ce royaume et qui se nomme Macédoine dans ses frontières actuelles depuis 1918 ne puisse revendiquer également l'héritage d'Alexandre le Grand ? Il n'est pas aisé de répondre car même l'origine du nom "Macédoine" a droit à des versions historiques divergentes. De même, la langue parlée et l'ethnie dominante du Royaume de Macédoine n'étant pas grecques, il est légitime, d'une certaine manière, que la Macédoine du Nord est droit à revendiquer cet héritage.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieConcernant le drapeau, celui-ci était donc modifié le 2 octobre 1995. Si la couleur rouge, symbolique de la région, fut préservée, le soleil de Vergina à 16 étoiles céda la place à un autre, non connoté, à 8 étoiles. Créé par l'architecte, graphiste et dessinateur Miroslav Grcev, le nouveau drapeau (proportions 1:2) divisa quelque temps la société macédonienne. Après un sondage montrant que 56.33% de la population était en faveur d'un nouveau drapeau, l'Assemblée nationale vota pour ce dernier par une majorité écrasante (110 pour, 2 abstentions, 4 contre).

Concernant l'Accord de Prespa, celui-ci entraîna en Grèce l'opposition des partis d'extrême-droite, d'extrême-gauche et du parti conservateur, Nouvelle Démocratie. La victoire de ce dernier aux élections législatives grecques du 7 juillet 2019 est considérée, selon certaines analyses, comme un vote sanction contre le premier ministre Alexis Tsipras et son parti de gauche, en raison - entre autres - de la signature de cet accord. Majoritairement nationaliste, la société grecque - non consultée - est farouchement opposée à la présence du nom "Macédoine" dans le nom officiel de l'Etat voisin. J. N

 

27/02/2007

Monténégro

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégroLe Monténégro (13.882 km²) est le dernier Etat indépendant. Il est issu de l'ex-Yougoslavie. L'indépendance fut votée à 55% par référendum le 21 mai 2006 (motivée par une adhésion plus rapide à l'UE et l'OTAN). Elle fut ratifiée par le Parlement le 3 juin et entra immédiatement en vigueur. Le drapeau porte les armoiries du pays, adoptées en 1993. Elles sont les mêmes que celles du roi Nicolas 1er de Monténégro (1841-1921), mais sans les initiales que celles-ci portaient sur le drapeau de la période de la Principauté du Monténégro (1852-1910, second drapeau). Celui-ci était rouge sans bordure dorée et portait en son centre la croix de Saint-Georges (le Saint-patron du Monténégro), posée sur l'aigle bicéphale.

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégroSymbole de puissance et de domination de l'Est, celui-ci apparaît pour la première fois chez les Hittites 2000 ans avant Jésus Christ. Cette civilisation migra d'Ukraine en Anatolie via les Balkans. On retrouvera ensuite ce symbole chez la dynastie grecque des Paléologue (Xème siècle) puis en Serbie (XIIe) avant qu'il ne se répande à l'ensemble des Balkans. Les anciens drapeaux portaient les trois couleurs slaves (bleu, blanc, rouge). Celui de la période du Royaume du Monténégro (1910-1918, troisième drapeau) avait maintenu l'aigle à deux têtes mais celui-ci disparut avec l'incorporation du Monténégro dans le Royaume des Serbes, Croates, et Slovènes.

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégroSous l'occupation nazie (1941-1945), l'Etat fantoche du Monténégro reprend son ancien drapeau (bande supérieure rouge alors que celle du drapeau Yougoslave est bleue). A la création de la République Fédérative Socialiste de Yougoslavie (RFSY) en 1945, il est intégré à celle-ci en tant que république autonome, et maintient son drapeau à trois bandes mais y est incluse l'étoile rouge, symbole du communisme. Lors du démantèlement de la RFSY (1991-1992), l'étoile rouge disparaît (1992-1993) puis la couleur bleue est éclaircie (1992-2004), avant que ne soit adopté le drapeau actuel (12 mars 2004). En tout état de cause, ces nombreux changements de drapeau illustrent parfaitement les incessants changements territoriaux que connurent les Balkans - région multiethnique et instable politiquement - tout au long du XXème siècle. J. N

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

     

Royaume des Serbes, Croates, et Slovènes (1918-1929) puis Royaume de Yougoslavie (1929-1945)

 

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

 

Etat indépendant du Monténégro (1941-1945), inféodé à l'Allemagne nazie

 

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

 

République socialiste du Monténégro (1945-1992)

 

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

 

République du Monténégro (1992-1993)