free website counter html
free website counter html

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

10/08/2019

Pays autorisant le mariage homosexuel

pologne,serbie,lettonie,lituanie,monténégro,bulgarie,afrique du sud,groenland,iles féroé,massachussets,irlande du nord,costa rica,pérou,suisse,république tchèque,cuba,chili,népal,panama,venezuela,mariage homosexuel,france,royaume-uni,norvège,suède,islande,finlande,pays-bas,belgique,espagne,portugal,argentine,mexique,mexico,canada,etats-unis,luxembourg,autriche,allemagne,taïwan,brésil,querétaro,loi fédérale,mariage gay,danemarkUne tendance qui s'accélère?

Par rapport à août 2013, le nombre d'Etats autorisant le mariage homosexuel passe de 15 à 27, soit une augmentation de 80%. Si le pourcentage de ces pays par rapport aux 193 membres de l'ONU demeure faible (13.9%), il est toutefois en augmentation puisqu'en août 2010, ils n'étaient que 10. En comptant Taïwan (qui n'est pas membre de l'ONU, en raison du litige avec la Chine), cela fait 28 pays, soit une augmentation de 86.67% par rapport à 2013. Si ces chiffres sont élevés en raison du nombre de départ qui est faible, il convient de considérer que la tendance se poursuit, l'évolution entre 2010 et 2019 étant de 180%. Il y a 20 ans seulement, aucun pays n'autorisait le mariage gay.

pologne,serbie,lettonie,lituanie,monténégro,bulgarie,afrique du sud,groenland,iles féroé,massachussets,irlande du nord,costa rica,pérou,suisse,république tchèque,cuba,chili,népal,panama,venezuela,mariage homosexuel,france,royaume-uni,norvège,suède,islande,finlande,pays-bas,belgique,espagne,portugal,argentine,mexique,mexico,canada,etats-unis,luxembourg,autriche,allemagne,taïwan,brésil,querétaro,loi fédérale,mariage gay,danemarkDe même, ce fait devrait survenir prochainement en Irlande du Nord, et est à l'étude au Costa Rica, au Pérou, en Suisse, République Tchèque, Cuba, Chili, Népal, Panama et Venezuela. Sur ces 28 Etats adoptant déjà le mariage gay, 2 ne l'appliquent pas encore sur l'ensemble de leur territoire. Au Mexique, il est autorisé dans le District fédéral de Mexico, dans l'intégralité de 18 Etats (sur 32) et dans certaines municipalités de l'Etat de Querétaro. D'autres Etats fédéraux (Etats-Unis, Brésil, Canada) l'ont également adopté progressivement (par Etat) avant que la loi ne devienne fédérale. C'est l'Etat du Massachusetts (17 mai 2004) qui ouvrit la voie aux Etats-Unis. Au Royaume-Uni, manque donc à l'appel l'Irlande du Nord (application aux autres nations ainsi qu'à la plupart des Territoires britanniques d'Outre-Mer). Le Brésil adopta la loi dans certains Etats à partir de janvier 2012 puis celle-ci devint fédérale en mai 2013. Au Danemark (2012), le Groenland (avril 2016) et les Iles Féroé (juillet 2017) - provinces autonomes - rejoignirent la tendance quelques années plus tard.

pologne,serbie,lettonie,lituanie,monténégro,bulgarie,afrique du sud,groenland,iles féroé,massachussets,irlande du nord,costa rica,pérou,suisse,république tchèque,cuba,chili,népal,panama,venezuela,mariage homosexuel,france,royaume-uni,norvège,suède,islande,finlande,pays-bas,belgique,espagne,portugal,argentine,mexique,mexico,canada,etats-unis,luxembourg,autriche,allemagne,taïwan,brésil,querétaro,loi fédérale,mariage gay,danemarkAttention toutefois à l'appréciation de ces chiffres car s'il y a en effet une évolution nette ces dernières années, force est de constater que le phénomène touche essentiellement des pays occidentaux qui représentent 71.4% du total. Parmi ceux-là, 57.1% sont en Europe où la situation est assez disparate. Si 11 Etats autorisent une forme d'union civile, 18 autres n'en reconnaissent aucune, dont 6 interdisent explicitement le mariage homosexuel dans leurs textes constitutionnels (Bulgarie, Lettonie, Lituanie, Monténégro, Pologne et Serbie). Si le phénomène devrait s'amplifier en Amérique Latine (21.4% du total actuel), il ne devrait pas par contre évoluer sur le continent asiatique, représenté uniquement par Taïwan. Difficile de l'imaginer par exemple au Moyen-Orient où ultra-conservatisme et homophobie sont des phénomènes socialement ancrés et évoluant très lentement (peine de mort pour l'homosexualité en Iran, en Arabie Saoudite et au Yémen). Même constat pour le continent africain où l'Afrique du Sud fait figure d'intrus et où l'homosexualité constitue encore un crime dans de nombreux Etats (et passible de la prison à vie ou de la peine de mort dans certains).

Enfin, à une époque où conservatisme, intolérance et comportements rétrogrades reviennent en force (ou se maintiennent vaille que vaille) dans nombreuses parties du monde, nous pouvons estimer que 28 Etats c'est déjà pas mal.

J. N

 

Pays autorisant le mariage homosexuel (par ordre chronologique)

- Pays-Bas (avril 2001)

- Belgique (juin 2003)

- Espagne (juillet 2005)

- Canada (juillet 2005)

- Afrique du Sud (novembre 2006)

- Norvège (janvier 2009)

- Suède (avril 2009)

- Mexique (mars 2010-2019)

- Portugal (mai 2010)

- Islande (juin 2010)

- Argentine (juillet 2010)

- Danemark (juin 2012)

- Brésil (mai 2013)

- France (mai 2013)

- Uruguay (août 2013)

- Nouvelle-Zélande (août 2013)

- Royaume-Uni (mars 2014)

- Luxembourg (janvier 2015)

- Etats-Unis (juin 2015)

- Irlande (novembre 2015)

- Colombie (avril 2016)

- Finlande (mars 2017)

- Malte (septembre 2017)

- Allemagne (octobre 2017)

- Australie (décembre 2017)

- Autriche (janvier 2019)

- Taïwan (mai 2019)

- Equateur (juillet 2019)

 

06/08/2019

Macédoine du Nord

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieAprès le Swaziland en 2018, c'est un autre Etat qui a récemment changé de nom. Le 12 février 2019, la Macédoine (capitale : Skopje), pays des Balkans coincé entre la Grèce, la Bulgarie, l'Albanie, la Serbie et le Kosovo (25.713 km² ; 3 millions d'habitants) devenait officiellement la "République de Macédoine du Nord". La raison? Un long contentieux avec la Grèce qui reprochait à cet Etat, né le 8 septembre 1991 de l'éclatement de la Yougoslavie, de s’approprier son héritage culturel par le biais de son nom et de son drapeau national. Après que la Grèce eut suspendu son commerce avec le nouvel Etat (1994), celui-ci modifiait le drapeau en 1995. Mais la question du nom n'était toujours pas réglée (l’appellation Ancienne République Yougoslave de Macédoine (ARYM) était validée par l'ONU en 1993) et la Grèce opposait son veto aussi bien à l'adhésion de la Macédoine à l'OTAN (candidate depuis 1999) qu'à son entrée à l'UE (candidate depuis 2004). Après l'Accord de Prespa (12 juin 2018), signé entre la Grèce et la Macédoine, cette dernière changeait donc de nom. Après validation des parlements des deux pays, l'accord entrait donc en vigueur en février 2019. Retour ici sur la problématique du drapeau et du nom du pays.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieEn août 1992, la Macédoine adopte un drapeau comprenant le "soleil de Vergina" (drapeau ci-contre). Découvert en 1977 à Aigéai (près de Vergina, au nord de la Grèce) par l'archéologue grec Manolis Andronikos dans une tombe royale macédonienne attribuée à Philippe II de Macédoine (382-336 avant J.C), ce symbole serait un emblème de la dynastie des Argéades qui régna sur le Royaume de Macédoine de -700 à -309 (cette interprétation ne fait toutefois pas l'unanimité). Le soleil de Vergina étant un symbole du Royaume de Macédoine (Vergina en fut la première capitale) qui fut à l'origine de l'expansion - sous Alexandre le Grand - de l’hellénisme en Asie (traversée de l'Hellespont puis victoire lors de la Bataille du Granique, en -334), l'Etat grec a contesté avec véhémence sa présence sur ce drapeau, le considérant comme faisant partie exclusivement de son héritage historique et culturel. La Grèce demandait également à ce que le nom Macédoine ne figure pas dans l’appellation officielle de la nouvelle république. Celle-ci était quand même admise à l'ONU le 8 avril 1993 et était reconnue par un nombre conséquent d'Etats dont les Etats-Unis, la Chine et la Russie.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgariePour appréhender le problème du nom Macédoine, il est nécessaire de faire un survol historique et géographique de cette dernière. La "première" Macédoine correspond aujourd'hui à la Macédoine grecque (carte ci-contre) - qui recouvre les régions administratives grecques de Macédoine orientale-et-Thrace (en partie), de Macédoine de l'Ouest, de Macédoine centrale, ainsi que la République monastique du Mont Athos (région à statut particulier) - au sud-ouest de la Bulgarie, au sud-est de l'Albanie, et au sud et sud-est de l'Etat actuel de Macédoine du Nord (carte ci-contre). La langue parlée sur ce territoire peuplé de tribus thraces est le macédonien ancien, langue hellénique mais non-grecque. C'est là qu'apparaît le Royaume de Macédoine (VIIe s. avant J.C). Dans sa guerre contre l'Empire perse, Philippe II de Macédoine (382-336 avant J.C) parvient à unifier en 357 toutes les tribus (Grecs, Illyriens, Béotiens notamment) des régions voisines et agrandit son royaume de la Thessalie, de l'Epire, et de la Thrace méridionale (-340).

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieDe même, la proportion dans ce royaume de l'actuelle Macédoine s'agrandit (carte ci-contre). Fils de Philippe II, Alexandre III de Macédoine, dit "le grand", poursuit son oeuvre et étend le royaume jusqu'en Asie. A sa mort, ses généraux se partagent son empire. La dynastie des Antigonides s'octroie la Macédoine qui, à ce moment-là comprend géographiquement ce qui correspond aujourd'hui à la Macédoine du Nord, à la Macédoine grecque, et à l'Oblast de Blagoevgrad (Bulgarie).

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieEn -168, dans le contexte de la Troisième guerre de Macédoine, les Antigonides sont battus par la République romaine. La Macédoine passe sous sa souveraineté puis devient officiellement une province romaine en -146 (carte ci-contre), comprenant les territoires cités précédemment (la portion bulgare est beaucoup plus petite) auxquels il faut ajouter une partie de l'Albanie ainsi qu'une extension ver le sud. La région passe ensuite sous domination byzantine puis ottomane. Après la fin de la Seconde guerre mondiale, la Macédoine slave (c'est-à-dire correspondant à la Macédoine du Nord actuelle) rejoint le Royaume des Serbes, des Croates et des Slovènes qui devient en 1930 le Royaume de Yougoslavie.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieEn 1945, est fondée la République populaire fédérative de Yougoslavie, composée de 6 Républiques populaires dont celle de Macédoine. Celle-ci adopte un drapeau rouge sur lequel figure une étoile décentrée rouge et bordurée de jaune (drapeau ci-contre). C'est ainsi, qu'à peu de choses près, le Royaume antique de Macédoine correspond en grande partie à la Grèce actuelle. Celle-ci estime qu'elle seule peut revendiquer l'héritage hellénique et s'en sert pour mettre en avant une continuité historique entre Macédoine antique et Macédoine grecque actuelle. Mais cela ne clôt pas le débat pour autant. Est-ce suffisant pour réclamer qu'une région voisine faisant partie de ce royaume et qui se nomme Macédoine dans ses frontières actuelles depuis 1918 ne puisse revendiquer également l'héritage d'Alexandre le Grand ? Il n'est pas aisé de répondre car même l'origine du nom "Macédoine" a droit à des versions historiques divergentes. De même, la langue parlée et l'ethnie dominante du Royaume de Macédoine n'étant pas grecques, il est légitime, d'une certaine manière, que la Macédoine du Nord est droit à revendiquer cet héritage.

grèce,yougoslavie,macédoine,macédoine du nord,balkans,soleil de vergina,ex-yougoslavie,accord de prespa,miroslav grcev,argéades,philippe ii,philippe ii de macédoine,alexandre le grand,aigéai,manolis andronikos,ancienne république yougoslave de macédoine,macédoine antique,macédoine historique,albanie,bulgarieConcernant le drapeau, celui-ci était donc modifié le 2 octobre 1995. Si la couleur rouge, symbolique de la région, fut préservée, le soleil de Vergina à 16 étoiles céda la place à un autre, non connoté, à 8 étoiles. Créé par l'architecte, graphiste et dessinateur Miroslav Grcev, le nouveau drapeau (proportions 1:2) divisa quelque temps la société macédonienne. Après un sondage montrant que 56.33% de la population était en faveur d'un nouveau drapeau, l'Assemblée nationale vota pour ce dernier par une majorité écrasante (110 pour, 2 abstentions, 4 contre).

Concernant l'Accord de Prespa, celui-ci entraîna en Grèce l'opposition des partis d'extrême-droite, d'extrême-gauche et du parti conservateur, Nouvelle Démocratie. La victoire de ce dernier aux élections législatives grecques du 7 juillet 2019 est considérée, selon certaines analyses, comme un vote sanction contre le premier ministre Alexis Tsipras et son parti de gauche, en raison - entre autres - de la signature de cet accord. Majoritairement nationaliste, la société grecque - non consultée - est farouchement opposée à la présence du nom "Macédoine" dans le nom officiel de l'Etat voisin. J. N

 

04/11/2012

Indice de la liberté de la presse 2011-2012

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presse

Par rapport au dernier classement (2010), la liste des pays par Indice de liberté de presse, émise par Reporters sans frontières, n'a pas beaucoup évolué concernant le haut du classement pour 2011-2012. La dernière fois, 6 pays partageaient la première place (Finlande, Islande, Norvège, Pays-Bas, Suède, Suisse), parmi lesquels demeurent premiers ex-aequo la Finlande et la Norvège. Suivent troisièmes ex-aequo l'Estonie (qui gagne 6 places) et les Pays-Bas. L'Autriche est 5ème.

En bas de classement, les mêmes Etats sont toujours les trois bonnets d'âne, le Turkménistan (177e, le pays le plus isolationiste au monde), la Corée du Nord (178e, le "dernier Etat totalitaire" selon l'académicien Pascal Boniface), et l'Erythrée (179e). A noter que le classement 2010 comptait 178 Etats alors que celui-ci en comprend 179.

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presse2011 : année charnière ?

Printemps arabe oblige, le classement évolue sensiblement au niveau des Etats arabes. Mais ces évolutions sont très contrastées. Si la Tunisie gagne 30 places (134e), l'Egypte en perd 39 (166e), alors que le Bahreïn, où le soulèvement populaire chiite a accouché d'une souris, perde 29 places (173e). Le Yémen, où la violence persiste entre fidèles à Ali Saleh et opposants, stage à la 171ème place (170ème en 2010). Idem bien entendu pour la Syrie de Bachar el Assad qui perd 6 places (176e) alors que le débordement de la crise syrienne au Liban fait perd à ce petit Etat 15 places (93e).

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presseL'Europe aussi

Les atteintes à la liberté de presse ne concernent pas uniquement le monde arabe et l'Orient. Le Belarus, seul régime autocratique d'Europe, perd 14 places (148), alors que la Turquie, qui a pourtant engagé des réformes démocratiques au début des années 2000, perd 10 places en raisons d'arrestations de grande ampleur de journalistes présumément liés soit au procès contre les militaires (Ergenekon, Balyoz) soit à la rébellion kurde. Si les pays scandinaves conservent leur bon comportement, des pays comme la Grèce (70e), la Bulgarie (80e), et l'Italie (61e), n'évoluent toujours pas en la matière. La France affiche quelques progès en gagnant 6 places (38e).

indice de liberté de presse 2011-2012,reporters sans frontières,indice de liberté de presseDémocraties / régimes durs

Fort logiquement, les régimes autoritaires stagnent également. La Chine (174e ; - 3 places) et l'Iran (175e) se suivent alors que l'Ouganda du président Museveni affiche la plus grande regression (139e ; - 53 places). Toutefois, les régimes "démocratiques" peuvent également etre touchés. Les Etats-Unis perdent 27 places (47e) en raison des arrestations de journalistes couvrant le mouvement de contestation Occupy Wall Street alors que le Brésil en perd 41 (99e) en raison d'une insécurité élevée. Le Chili perd également 47 places (80e) en raison des atteintes à la liberté d'informer dans le cadre des manifestations estudiantines.

Meilleure progression

C'est un des pays les plus pauvres au monde, le Niger, qui affiche la plus progression, en gagnant 75 places et en se positionnant à une probante 29ème place. L'Afrique possède d'ailleurs deux Etats dans les 20 premiers du classement, le Cap-Vert (9e) et la Namibie (20e). Enfin, un autre Etat africain, le Sud-Soudan, est 111ème, ce qui est pas mal pour un pays indépendant depuis un an et demi. J. N

Classement complet

http://fr.rsf.org/spip.php?page=classement&id_rubrique=1043

Classement 2010

http://fr.rsf.org/press-freedom-index-2010,1034.html

15/08/2011

Villes chères - Villes bon marché

trip advisorTrip Advisor a publié il y a quelque temps une liste des villes les plus chères et les moins chères "pour les touristes". Le site de guide de voyages a prsi en compte 4 critères pour établir cette liste, ils sont les suivants : 

- Coût d'une nuit dans un hôtel 4 étoiles

- Coût d'une course en taxi sur environ 8 kms

- Coût d'une grande pizza au fromage dans une chaîne internationale

- Prix d'un dry martini classique dans un hôtel 5 étoiles

 

Considérant que Trip Advisor n'est pas le site de voyageurs le plus fiable, il convient de prendre la liste avec des pincettes. Etonnant par exemple de ne pas retrouver Oslo dans les villes les plus chères, sachant qu'elle est la ville européenne la plus chère. Pas trace non plus de Copenhague, réputée très chère également, de villes italiennes (Milan ?), de Genève... Par ailleurs, on ne retrouve Tokyo qu'en 7ème position. Etonnant aussi de retrouver Dubaï dans les villes les moins chères. Mais c'est surtout les critères choisis par Trip Advisor qui portent à reflexion. Ok pour le taxi mais la majorité des touristes ne séjournent pas en hôtel 4 étoiles et ne mangent pas nécessairement de "grande pizza". Enfin, les listes : 

Villes les plus chères

1. Stockholm (Suède)

2. Amsterdam (Pays-Bas)

3. Kiev (Ukraine)

4. Moscou (Russie)

5. Rio de Janeiro (Brésil)

6. New-York (USA)

7. Tokyo (Japon)

8. Londres (UK)

9. Zurich (Suisse)

10. Paris (France)

 

Villes les moins chères

 

1. Bangkok (Thaïlande)

2. Pékin (Chine)

3. Charm el-Cheikh (Egypte)

4. Kuala Lumpur (Malaisie)

5. Sofia (Bulgarie)

6. Budapest (Hongrie)

7. Auckland (Nouvelle-Zélande)

8. Marrakech (Maroc)

9. Varsovie (Pologne)

10. Dubaï (EAU)  

 

L'article sur Ria Novosti : 

http://fr.rian.ru/infographie/20110802/190340311.html