Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/10/2013

Marseille - PSG 1-2

ligue 1,om-psg,marseille,paris-saint-germain,psgParis humilie l'OM

Pour ce qui a été un clasico décevant lors de cette 9ème journée de Ligue 1, le Paris-Saint-Germain s'impose au Vélodrome (2-1), après avoir pourtant été réduit à 10 et mené au score. Les joueurs de Laurent Blanc renvoient les marseillais à leurs études.

Jihad Naoufal et Maroun Khair

Alors que nous nous attendions à un grand match entre un PSG galactique - champion en titre, second au classement et auteur d'une démonstration collective mercredi dernier en Champions League (3-0 contre Benfica) - et une équipe marseillaise en reconquête (recrutement ambitieux et troisième place au classement derrière Monaco et Paris), nous n'avons finalement pas eu grand chose à se mettre sous la dent.

ligue 1,om-psg,marseille,paris-saint-germain,psgLa faute à deux équipes qui ont joué trop bas et qui furent incapables d'élever leur niveau de jeu, entâché de nombreux déchêts techniques. Ajoutons à cela un arbitrage de M. Turpin plus que limite - ce qui a eu pour résultat d'accroître la nervosité des vingt-deux acteurs - ce qui allait parachever un sommet fort décevant.

 

ligue 1,om-psg,marseille,paris-saint-germain,psgIl fallait attendre la demi-heure de jeu pour le premier tournant du match. Fauché dans la surface par Thiago Motta, Valbuena obtenait un penalty justifié. Ce qui l'était moins par contre était l'expulsion de l'italien qui aurait mérité un carton jaune, sans plus. L'ouverture du score d'André Ayew (1-0, 34e) allait en fait endormir les marseillais et regaillardir des parisiens qui au lieu de chercher à limiter la casse (remplacement d'un attaquant, Lavezzi, par un milieu défensif, Rabiot, pour pallier la sortie de Motta) continuaient à attaquer et étaient récompensés juste avant la pause. Sur un centre de Van der Wiel, Mandanda manquait sa sortie et permettait au défenseur Maxwell d'égaliser de la tête (1-1, 45e).

ligue 1,om-psg,marseille,paris-saint-germain,psgA un moment aussi crucial de la rencontre, la psychologie s'était définitivement inversée. En deuxième mi-temps, le PSG continuait à tenir le ballon face à des olympiens apathiques. Suite à une nouvelle sortie manquée de Mandanda, André Ayew effectuait une faute stupide dans la surface sur Marquinhos. Le penalty était transformé par Ibrahimovic. (1-2, 66e). Menant au score, Paris n'avait qu'à continuer à garder le ballon et lorsqu'on court après le score contre une équipe au mental en acier, c'est souvent mission impossible.

ligue 1,om-psg,marseille,paris-saint-germain,psgCe qu'il faut retenir au final, c'est qu'il était demandé à Marseille d'avoir du coeur face à une équipe largement supérieure sur le papier et qui n'a plus perdu en Ligue 1 depuis le 2 mars 2013 (1-0 à Reims), soit 20 matchs d'affilée. Or du coeur et du jeu, les marseillais n'en ont pas montré, les parisiens si. En s'imposant à 10 contre 11 contre Marseille et qui plus est au Vélodrome, ces derniers envoient un signal très fort à la Ligue 1 : ils sont toujours le patron et plus que jamais candidats à leur propre succession.

ligue 1,om-psg,marseille,paris-saint-germain,psgA Marseille, nombreuses choses seront à revoir concernant l'équipe alignée. Pourquoi continuer à aligner en pointe Jordan Ayew, toujours insipide ? Et pourquoi continuer à placer à droite un Dimitri Payet toujours aussi innofensif alors que son poste de prédilection est le flanc droit ? Mais plus important encore, sera de revoir le mental d'une équipe qui n'a été capable cette saison de battre que les équipes de bas tableau (hormis Saint-Etienne, Evian, Lorient, Valenciennes...) et qui a manqué tous ses grands rendez-vous, soit 2 défaites à domicile face aux cadors de la Ligue 1 (Monaco, PSG), et deux défaites en Champions League (Arsenal, Dortmund).

Au niveau des confrontations entre les deux équipes, Paris poursuit sa domination. Depuis la large victoire de l'OM au Vélodrome le 27 novembre 2011 (3-0), le PSG s'est imposé 5 fois toutes compétitions confondues (pour 1 match nul).

Buts : A. Ayew (34e s.p) pour Marseille ; Maxwell (37e), Ibrahimovic (66e s.p) pour Paris.

Avertissements : Fanni (40e), Payet (56e), Romao (80e) pour Marseille ; Verratti (32e), Ibrahimovic (76e), Cavani (82e), Maxwell (90e) pour Paris.

Expulsion : Thiago Motta (31e) pour Paris.

Marseille : Mandanda (cap) - Fanni, N'koulou, Mendes, B. Mendy - Romao, Imbula (Thauvin, 81e)- Valbuena - Payet (Khlifa, 70e), J. Ayew (Gignac, 67e), A. Ayew.

PSG : Sirigu - Van der Wiel, Alex Costa, Marquinhos - Maxwell - Verratti, Thiago Motta, Matuidi - Cavani (Lucas Moura, 82e), Ibrahimovic (cap) (Z. Camara, 76e), Lavezzi (Rabiot, 37e).

Bilan historique entre les deux clubs (toute compétitions confondues)

Marseille : 33 victoires (106 buts marqués)

PSG : 32 victoires (104 buts marqués)

+ 18 matchs nuls

 

9ème journée de Ligue 1

Vendredi 4 septembre

Bastia - Lorient 4-1

Samedi 5 septembre

Monaco - Saint-Etienne 2-1

Lille - Ajaccio 3-0

Nantes - Evian 3-0

Toulouse - Nice 1-0

Guingamp - Rennes 2-0

Valenciennes - Reims 1-1

Dimanche 6 septembre

Montpellier - Lyon 5-1

Bordeaux - Sochaux 4-1

Marseille - PSG 1-2

 

Classement

1.Monaco 21 (+11)

2.PSG 21 (+9)

3.Lille 17

4.Marseille 17

5.Nantes 16

6.Nice 14

7.Saint-Etienne 13

8.Montpellier 12

9.Reims 12

10.Bastia 12

11.Rennes 12

12.Toulouse 12

13.Guingamp 11

14.Lyon 11

15.Bordeaux 10

16.Evian 9

17.Ajaccio 7

18.Lorient 7

19.Sochaux 5

20.Valenciennes 4

04/06/2013

Abécédaire de la Ligue 1 - 2012/2013

abécédaire ligue 1 2012-2013Après 2011 et 2012, voici notre troisième abécédaire (qui fut difficile à mettre en place) d'une Ligue 1 marquée par le triomphe éclatant du Paris-Saint-Germain. Thématiques, joueurs, équipes, stats. Tout ce qu'il faut retenir d'une saison passionante.


Par Jihad Naoufal et Maroun Khair


A comme Attaque parisienne, la meilleure du championnat. Avec 69 buts inscrits, le club de la capitale fait légèrement moins bien que la saison passée (75).

comme moyenne de Buts, en hausse par rapport à 2011-2012 (2,52) et 2010-2011 (2,34). Elle atteint cette saison 2,57 buts/match. En progression donc mais toujours plus faible que la Bundesliga (2,93), la Liga (2,85), la Premier League (2,8), et la Série A (2,64).

C comme Carton réalisé par Valenciennes contre Lorient (6-1, 9ème journée). Le club nordiste est la seule formation à avoir inscrit 6 buts lors d'une rencontre cette saison.

D comme Défense parisienne, la meilleure de la saison (23 buts encaissés).

E comme Equipe-type de la saison votée lors de la cérémonie des Trophées UNFP. Elle est la suivante : Sirigu (PSG) - Jallet (PSG), N’koulou (Marseille), Thiago Silva (PSG), Maxwell (PSG) - Valbuena (Marseille), Verratti (PSG), Matuidi (PSG), Payet (Lille) - Ibrahimovic (PSG), Aubameyang (Saint-Etienne).

F comme manque de Finition du côté de Marseille. L’OM s’est imposé 12 fois 1-0 et n’a marqué 3 buts qu’à deux reprises. Cela ne l’a pas empêché toutefois de finir second.

G comme Gardiens de but. Mandanda (Marseille), Ruffier (Saint-Etienne), Thuram (Troyes), Penneteau (Valenciennes), et Carrasso (Bordeaux) ont joué l'intégralité des 38 matchs de Ligue 1.

H comme Houleuse la 90ème minute des rencontres Bastia-Ajaccio (27e, 1-0), Lorient – Marseille (34e, 0-1) et Evian-PSG (34e, 0-1), synonyme de début de bagarre entre joueurs. Au final : 5 cartons rouges à Bastia, 2 à Lorient, 2 à Paris.

I comme Zlatan Ibrahimovic (PSG), meilleur buteur du championnat et élu meilleur joueur de la saison. L’attaquant suédois est le premier a marqué 30 buts depuis Jean-Pierre Papin (1989-1990).

J comme Jeu dur exercé par Rennes, équipe qui a reçu le plus de cartons rouges (10).

K comme Saber Khlifa dont le but contre Nice (36ème journée, 4-0) a été désigné lors des Trophées UNFP comme le plus beau de la saison. L’attaquant tunisien d’Evian a inscrit 13 buts en 25 matchs.

L comme Mickael Landreau, le gardien de but bastiais, joueur en activité qui totalise le plus grand nombre de matchs de Ligue 1 (587).

M comme Montpellier, grande déception de la saison. Le champion sortant n’a jamais été capable de défendre son titre. Orphelins de Giroud, meilleur buteur la saison passée (et parti à Arsenal) puis de Yanga-Mbiwa (parti au mercato d’hiver), apprenant que leur entraîneur René Girard ne sera pas conservé la saison prochaine, les Pailladins terminent le championnat en roue libre et finissent à une décevante 9ème place.

N comme N’koulou. Le défenseur de l'Olympique de Marseille est le joueur de champ qui a le plus joué cette saison (3403 minutes).

O comme Olympique de Marseille. Malgré un budget réduit à l'intersaison et un effectif limité, le club phocéen revient au sommet. Décevants l'an passé (10èmes au classement), les joueurs d’Elie Baup (intronisé cette saison) terminent 2èmes du classement et se qualifient directement pour la Champions League.

P comme 12 Passes décisives réussies par Mathieu Valbuena (Marseille) et Dimitri Payet (Lille), les deux meilleurs de la saison en la matière.

Q comme Qatar Sports Investments, le fonds d'investissement qui rachetait le PSG en mai 2011et qui après 2 ans réussit son pari. Paris remporte son premier titre de champion depuis 1994.

R comme Relégation de Brest, Troyes, et Nancy. Ils seront remplacés par Monaco (champion de Ligue 2), Nantes, et Guingamp.

S comme Salvatore Sirigu, le gardien italien du PSG. Très bon l’an passé, il a été brillant cette saison. Battant le record d’invincibilité de Bernard Lama (avec 948 minutes sans encaisser de but), il a grandement participé au sacre de son équipe.

T comme Transition permanente en tête de la Ligue 1. Paris est le 5ème champion en 5 ans  depuis les 7 titres de Lyon (2002-2008). Il faut également souligner 11 champions sur les 21 dernières saisons.

U comme Ultras parisiens qui en marge de la fête organisée le 13 mai au Trocadéro (sacre du PSG), ont décidé de tout gâcher. Affrontements avec forces de l’ordre (30 blessés), jets de fumigènes… Certains ne changent pas.

V comme Valenciennes-Lorient (4-4, 10ème journée), seule rencontre où deux équipes ont marqué chacune quatre buts.

W comme Daniel Wass, joueur le plus polyvalent de la Ligue 1. Le défenseur danois d’Evian a évolué à 4 postes différents (arrière gauche, arrière droit, ailier droit, ailier gauche). Il totalise 34 matchs (29 l’an passé).

X comme XXL la saison du PSG champion. Meilleure attaque, meilleure défense, meilleur buteur, meilleure joueur du championnat, meilleure différence de buts, plus grand nombre de victoires, plus petit nombre de défaites... Des stats exceptionnelles et un titre largement mérité.

Y comme Y a-t-il désormais une hiérarchie en Ligue 1 ? (pour reprendre notre question posée en 2011 (1). Un PSG disposant d’énormes moyens financiers et hégémonique cette année semble indiquer qu’il est le seul boss désormais. Les poursuivants (Marseille, Lyon, Saint-Etienne et les autres), irréguliers, n’ont jamais tenu la cadence. Reste à savoir si Marseille et Lyon, qui ont promis un meilleur recrutement la saison prochaine, et Monaco, promu en Ligue 1 et affichant de grosses ambitions (témoin les recrutements des stars Falcao, Moutinho, et James Rodriguez), parviendront à ramener la domination à quatre équipes.

Z comme Zéro buts encaissés par le PSG durant 23 matchs de Ligue 1, soit plus de la moitié de la saison. Record.


Classement Ligue 1 - 2012-2013

1.PSG 83 points - champion

2.Marseille 71 - champions league

3.Lyon 67 - tour préliminaire champions league

4.Nice 64 - europa league

5.Saint-Etienne 63 - europa league

6.Lille 62

7.Bordeaux 55 - europa league

8.Lorient 53

9.Montpellier 52

10.Toulouse 51

11.Valenciennes 48

12.Bastia 47

13.Rennes 46

14.Reims 43

15.Sochaux 41

16.Evian TG 40

17.Ajaccio 40

18.Nancy 38 - relégué

19.Troyes 37 - relégué

20.Brest 29 - relégué

(1) Voir notre abécédaire 2010-2011 dans le lien suivant : 

http://eklektik.hautetfort.com/archive/2011/05/14/abecedaire-de-la-ligue-1.html

02/06/2011

Abécédaire de la Ligue 1

abécédaire de la Ligue 1,ligue 1 2010-2011,lyon,bordeaux,lille,sochaux,monaco,lorient,nancy,kombouaré,puel,moussa sow,marvin martin,adama coulibaly,gourcuff,gignac,valbuena,hazard,jean fernandez,montpellier,spahic,arles-avignon,deschamps,ulrich ramé,lens,wallemme,wendel,marseille,psg,mandanda,gervinho,ideye,marvin martin,girard,correa,rennes,rudy garcia,rami,sakho,gameiro,A défaut de commentaire - faute de temps - sur la 38ème et dernière journée de Ligue 1 (2010-2011), voici l'abécédaire de la saison, par lequel nous avons tenté (non sans mal puisqu'il n'est pas évident de valider certaines lettres de l'alphabet) de refléter l'essentiel de la saison.   J.

 

 

A comme  Attaque lilloise, la meilleure du championnat, avec 68 buts inscrits, 6 unités de plus que Marseille.

B comme Bordeaux, la grosse déception de la saison. Champion en 2009 (+ une coupe de la Ligue), le club ne confirme plus rien depuis. Incapable de défendre son titre l'an passé et même de se qualifier pour la Champions League, il aura multiplié cette saison les performances en dents de scie, marquées par un historique 0-4 encaissé à domicile contre Sochaux lors de la 34ème journée, suscitant la démission de l'entraîneur médiocre qu'est Jean Tigana. Les Girondins terminent finalement à une peu glorieuse 7ème place. En 2009, nous affirmions que l'équipe ne valait pas grand chose sans Gourcuff et Chamakh. Confirmation cette saison...

C comme Cataclysme à Monaco qui descend en Ligue 2 après 34 ans passés dans l'élite. Champion de France à 7 reprises, l'équipe du Rocher multiplie les performances médiocres et la mauvaise gestion de club depuis le départ de Didier Deschamps en 2005. Et pour cause : 6 entraîneurs en 6 ans, 3 présidents depuis 2004, recrutements qui ne riment à rien (Kallon, Koller, Piquionne, Simic, Vieri, Di Viao, Gudjohnsen, Mbokani, M. Diarra, Feindouno...), incapacité la saison passée à garder ses joueurs phares (Nenê, Perez, Modesto).... Et une question qui se pose : pourquoi le directeur général Marc Keller est resté en place depuis 2006 ?

C bis comme Cartons enregistrés par Lille. 4-1 (Lens), 5-2 (Caen), 6-3 (Lorient) et 5-0 (Arles-Avignon). Des scores de futur champion.

C bis comme Adama Coulibaly. Le défenseur d'Auxerre est le seul joueur de champ à avoir disputé l'intégralité de la saison, 38 matchs, soit 3420 minutes.

D comme Défense rennaise, la meilleure de la saison avec 35 buts encaissés, un score pas vraiment terrible puisqu'il avoisine une moyenne d'un but encaissé par match.

E comme Equipe-type de la saison votée lors de la cérémonie des Trophées UNFP. Elle est la suivante : Mandanda (Marseille) - Reveillère (Lyon), Rami (Lille), Sakho (PSG), Taïwo (Marseille) - M'Vila (Rennes), Hazard (Lille), Nenê (PSG) - Gervinho (Lille), Sow (Lille), Gameiro (Lorient).

F comme Jean Fernandez, entraîneur d'Auxerre, qui a cette saison atteint la barre des 500 matchs passés sur le banc (lors de la 9ème journée).

G comme Garcia, élu meilleur entraîneur de Ligue 1. Le coach lillois réussit un doublé historique ligue1 - Coupe de France. 

G bis comme la paire Gourcuff - Gignac qui représente les 2 gros flops de la saison. Débarqué à Lyon en août, le grand artisan du sacre de Bordeaux en 2009 n'aura jamais réussi à s'imposer (20 titularisations, 3 buts) dans une équipe de Lyon au bord de l'implosion. A Marseille, Gignac avait la lourde tâche de faire oublier Mamadou Niang. Incroyablement maladroit devant le but (hormis quelques éclairs de génie), il n'inscrit que 8 buts en 30 matchs disputés. C'est faible pour un joueur qui en a tout de même marqué 24 avec Toulouse en 2008-2009.

H : comme Eden Hazard, élu meilleur joueur de Ligue 1. Et dire que le milieu lillois n'est pas titulaire en équipe nationale de Belgique...

I comme Invincibilité de Lille et Lyon durant 13 matchs de suite. Les meilleures séries de la saison.

I bis comme Insipide la fin de saison de Rennes. 2èmes après la 26ème journée (et 5 victoires consécutives), les Bretons ont tout perdu depuis. Ils se seront inclinés 7 fois lors des 12 dernières journées, pour 7 points de pris et se font chiper la 5ème place (synonyme d'accession directe à la Ligue Europa) par Sochaux). Du vrai gachis.

J comme Jeu dur exercé tout au long de la saison par Montpellier, équipe qui aura reçu le plus de cartons rouges (9). A contrario, Auxerre et Brest n'en ont reçu aucun.

K comme Antoine Kombouaré, probablement l'entraîneur le plus insupportable de Ligue 1. Critique acerbe de l'arbitrage (on lui donne raison), l'entraîneur du PSG aura passé toute la saison à contester les décisions du corps arbitral et les résultats des rencontres dont le score n'était pas en faveur de son équipe. Régulièrement suspendu de banc de touche, il partage ce fait avec Rémy Girard (Montpellier) et Pablo Correa (Nancy), tout aussi inbuvables...

L comme Lille, champion de Ligue 1, après 57 ans de disette. Meilleure attaque, meilleure équipe à l'extérieur comme à domicile, meilleur buteur (Sow), meilleur joueur de la saison (Hazard), meilleur entraîneur (Garcia). Qui dit mieux ?

M comme Marvin Martin, meilleur passeur de la saison avec 17 passes décisives. Le jeune milieu créatif de Sochaux vient d'être appelé en équipe de France.

N comme Nullissime la saison d'Arles-Avignon, qui termine dernier du classement avec seulement 20 points... Double promu l'été dernier (National - Ligue 1), le club recrute à l'été 2010 pas moins de 20 joueurs dont 12 repartiront lors du mercato d'hiver... Un président démis de ses fonctions en juin 2010, un entraîneur viré (Michel Estevan) puis reconfirmé (par le nouveau présdent) pour ensuite être viré en octobre 2010, c'est peut-être un peu trop pour espérer survivre en Ligue 1.

N bis comme Niang, pas Mamadou, l'ex-star de l'OM mais M'Baye Niang, l'attaquant de Caen. Plus jeune buteur de Ligue 1 (il n'a que 16 ans), il marque lors des 34ème, 35ème et 38ème journées. Caen termine avec 7 matchs consécutifs sans défaite, se maintenant en Ligue 1. Sa jeune perle n'y est pas pour rien.

O comme Olympique Lyonnais qui aura connu une saison fort mouvementée et qui n'accroche le Tour préliminaire de la Champions League que lors de l'ultime journée. Championne de France 7 fois de suite (la dernière fois en 2008), l'équipe du président Aulas, éprouve grand mal depuis à élever son niveau de jeu... Flop au niveau des recrues (Gourcuff, Briand), défense en péril (Cris se fait vieux, Lovren évolue en mode alternatif et Cissokho n'est pas Abidal), blessures en cascade, méforme des cadres (Toulalan), attaque en mal d'inspiration (Lisandro fait figure d'exception), un entraîneur (Puel) décrié par les supporters et qui ne sera pas préservé la saison prochaine... Symptomes du mal lyonnais, une défaite historique à domicile contre Saint-Etienne et un cinglant 4-0 encaissé à Auxerre après une victoire contre Marseille. Bref, il faudra revoir tout ça la saison prochaine pour ne pas finir comme Bordeaux.

P comme Pelouse synthétique inaugurée cette saison par les clubs de Lorient et Nancy, une première au niveau professionnel.

Q comme Quatorze années passées par Ulrich Ramé à Bordeaux qu'il quitte à l'issue de cette saison.

R comme Reléguation de Monaco, Arles-Avignon et Lens. Une catastrophe pour Monaco qui figurait dans l'élite depuis 34 ans...

S comme Moussa Sow, meilleur buteur de Ligue 1 (25 buts) et grand artisan du sacre lillois. Laissé libre par Rennes la saison passée, il marque 3 buts contre son ancienne équipe (3-2) lors de la dernière journée...

S bis comme Spahic, suspendu cette saison pour un total de 14 matchs... Révélation de la saison 2009-2010, le défenseur de Montpellier a perdu son football cette année. Lors de la 17ème journée, à Brest (0-0), il écopait de 4 matchs de suspension pour un coup de coude sur Nolan Roux. Récidive lors de la 28ème journée contre Lens (1-4) et un nouveau coup de coude assené à Jemaa, pour une suspension de 7 matchs... Le bosnien ne jouera pas en Ligue 1 la saison prochaine.

S bis comme Sochaux. L'équipe surprise du championnat, pas loin de la reléguation l'an passé, accroche une 5ème place, synonyme de Ligue Europa. Le jeune Martin a réussi 17 passes décisives et le duo d'attaque Maïga - Ideye, 15 buts chacun. Pas mal du tout.

T comme Trois entraîneurs remerciés cette saison. Michel Estevan (Arles-Avignon), Guy Lacombe (Monaco) et Jean-Guy Wallemme (Lens) coincident avec la descente en Ligue 2 des trois clubs mentionnés.

T bis comme le Trident offensif lillois Gervinho - Sow - Hazard qui totalise 47 buts et 22 passes décisives.

U comme Ultime journée du championnat, lors de laquelle pas moins de 31 buts ont été inscrits, soit plus de 3 par match. Dans un championnat de France marqué par la pauvreté du jeu offensif (2,2 buts de moyenne de buts chaque saison), on aimerait voir plus de matchs prolifiques en buts. Il est grand temps que ces équipes se détachent de leur frilosité et améliorent leur finition devant le but...

V comme Valbuena. Annoncé chaque saison sur le départ, il avait réussi à convaincre Deschamps de le conserver à l'orée de la saison 2009-2010. Bien lui en aura pris, Marseille finissant champion. Cette saison, le lutin de l'OM a confirmé son talent et ses absences sur blessure (il n'aura disputé que 26 matchs en tant que titulaire) se seront fait sentir. Il termine la saison avec 1 but et deux passes décisives et est de nouveau convoqué en équipe de France.

W comme Wendel qui marque pour Bordeaux le but de la victoire contre Nancy (2-1, 13ème journée) de la main et sans que le ballon ait franchi la ligne de but. Incroyable mais vrai... Les nancéiens ont frôlé la descente en Ligue 2...

X comme Xénophobie, peu présente en Ligue 1 cette saison mais remise en évidence avec la polémique engendrée par les propos du sélectionneur de l'équipe de France, Laurent Blanc, au sujet des "quotas".

Y comme Y a-t-il une hiérarchie en Ligue 1 ? L'incapacité des cadors (Marseille, Lyon et les autres) à se défaire d'équipes plus faibles sur le papier ainsi que le classement final de la saison 2010-2011 remettent à l'odre du jour cette question, déja posée les saisons précédentes. Certaines équipes (Toulouse, Auxerre) terminent dans les 10 premiers alors qu'elles ont lutté pour le maintien jusqu'au bout. Par ailleurs, 14 points seulement séparent le 4ème (PSG) du 17ème Nice. 4 équipes seulement (Lille, Marseille, Lyon, Sochaux) ont atteint la barre des 60 buts marqués. Compte tenu des performances médiocres des clubs français en coupe d'Europe, force est de constater un nivellement par le bas du football français. Et cela a une répercussion direct sur l'équipe de France (L'Euro 2008 et la Coupe du monde 2010 en attestent).

Z comme zéro-zéro, un score que l'on aura souvent vu cette saison et qui souligne une nouvelle fois la frilosité des équipes de Ligue 1. On est bien loin des championnats d'Espagne ou d'Angleterre.

 

CLASSEMENT LIGUE 1 - 2010-2011

1.LILLE 76 points (+32) - champion

2.Marseille 68 (+23) - Champions League

3.Lyon 64 (+21) - Tour préliminaire Champions League

4.PSG 60 (+15) - Ligue Europa

5.Sochaux 58 (+17) - Ligue Europa

6.Rennes 56 (+3) - Tour préliminaire Ligue Europa

7.Bordeaux 51 (+1)

8.Toulouse 50 (+2)

9.Auxerre 49 (+4)

10.Saint-Etienne 49 (-1)

11.Lorient 49 (-2)

12.Valenciennes 48 (+4)

13.Nancy 48 (-5)

14.Montpellier 47 (-11)

15.Caen 45 (-5)

16.Brest 46 (-7)

17.Nice 46 (-15)

18.Monaco 44 (-2) - relégué

19.Lens 34 (-23) - relégué

20.Arles-Avignon 20 (-49) - relégué

28/04/2011

Ligue 1 - matchs en retard

ligue1,marseille,lille,lyon,montpellier,nice,jordan ayew,andré ayewMarseille prend les commandes

4 jours après avoir remporté la finale de la Coupe de la Ligue, Marseille s'est hissé à la première place du classement de Ligue 1 en dominant largement Nice (4-2). Dans le 2ème match en retard, Lyon s'est difficilement imposé contre Montpellier (3-2, but de Gourcuff à la 90ème).

 

ligue1,marseille,lille,lyon,montpellier,nice,jordan ayew,andré ayewAuteur comme souvent d'une première période laborieuse (due probablement à la fatigue engendrée par le match de samedi dernier), l'OM était tout heureux d'ouvrir le score par André Ayew suite à une erreur grossière d'Ospina (30e). Joueurs et combattifs malgré l'absence de nombreux blessés, les Niçois mettaient le doute dans la tête de leur adversaire en revenant juste avant la pause (Traoré, 42e). A la mi-temps, Marseille n'en menait pas large. Didier Deschamps décidait donc d'apporter un peu de tonus à son équipe en effectuant un double changement à la 58ème minute (Lucho et J. Ayew à la place d'Abriel et de Gignac). Coaching payant puisque dans la minute qui suivait, A. Ayew marquait un 2ème but sur un centre de son frère Jordan (59e). Les frères Ayew étaient désormais déchaînés. Sur un centre de Fanni renvoyé dans l'axe, Jordan Ayew contrôlait le cuir avant d'envoyer une frappe limpide dans la lucarne d'un Ospina impuissant (78e) avant qu'André ne réussisse le coup du chapeau en marquant de la tête sur un centre parfait de... Fanni (90e+1). Le meilleur joueur de champ marseillais de la saison gagnait le match à lui tout seul (ou avec son frère) et inscrivait au passage son 10ème but en championnat. Entretemps, Mandanda contribuait au succès des siens en repoussant un penalty de Bamogo (85e). Le 2ème but niçois (Civelli, 90e+3) était anecdotique. Si "tout n'a pas été parfait" aux dires de Deschamps, l'OM, frisant la correctionnelle par moments, a su néanmoins hausser son niveau de jeu au bon moment et inscrire 4 buts, ce qu'il n'avait réalisé qu'une seule fois cette saison, le 27 novembre dernier contre Montpellier (4-0). Lors de cette 15ème journée, Marseille avait été premier l'espace de quelques jours. Du coup, l'ex-leader lillois perd sa première place qu'il occupait depuis décembre.

 

ligue1,marseille,lille,lyon,montpellier,nice,jordan ayew,andré ayew,gourcuff,om,lisandro lopez,olympique de marseille,olympique lyonnais,mandanda,ospina,didier deschampsDans l'autre rencontre, Lyon s'est difficilement imposé contre une équipe montpelliéraine toujours aussi malchanceuse (2 poteaux). Les joueurs de Claude Puel ont été deux fois rejoints au score (Giroud et Camara ont répondu à Ederson et Lopez) avant que Gourcuff, entré à la 87ème minute de jeu, ne donne la victoire aux siens à la dernière minute (3-2). L'ancien joueur bordelais, critiqué pour ses mauvaises performances, peut souffler. Les lyonnais, à 4 points désormais de Lille, reviennent dans la course au titre.

Lors de la 33ème journée le week-end prochain, Lille devrait logiquement s'imposer (sauf accident) le samedi contre la lanterne rouge Arles-Avignon (et reprendre la tête du classement) avant que Marseille n'évolue une nouvelle fois à domicile le dimanche contre Auxerre, en lutte pour le maintien et champion des matchs nuls (17). Lyon se déplacera dimanche à Toulouse.

 

Résultats

Marseille - Nice 4-2

Lyon - Montpellier 3-2

 

Classement (32 matchs)

1. Marseille 61 points

2. Lille 60

3. Lyon 56

4. PSG 53

5. Rennes 51

6. Bordeaux 44

29/03/2011

OM - PSG

entrer des mots clefsLe 12 avril 2002, en fin de championnat 2001-2002, Marseille s'imposait au Vélodrome contre le PSG (1-0) de Luis Fernandez. A trois minutes de la fin, le défenseur belge Daniel van Buyten taclait le ballon dans les filets. Sur la ligne de but, un certain Gabriel Heinze tentait en vain de dévier la balle... 9 ans plus tard, ce même Gabriel Heinze, évoluant pour Marseille, envoyait un coup-franc chirurgical dans la cage d'un Gregory Coupet impuissant. Pour l'anectode, le défenseur argentin avait marqué un coup-franc identique la saison passée lors d'un Marseille-Rennes (3-1) qui couronnait le club olympien (après 18 ans de disette), et avait déja marqué un but décisif contre son ancien club cette même saison 2009-2010 (1-0 pour Marseille au Vélodrome).

Retour donc sur les 10 dernières années des confrontations en ligue 1 entre les deux clubs ennemis, animosité largement entretenue par les médias, Canal+ en première ligne.

entrer des mots clefsLa victoire de l'OM en avril 2002 cloturait une domination marseillaise : 2 victoires lors de l'exercice 1999-2000 (un mémorable 4-1 au Vélodrome où même le défenseur Abardonado avait marqué), 1 victoire en 2001 et aucun but marqué par le PSG lors de la saison 2001-2002 (0-0 ; 0-1). Fin 2002, le brésilien Ronaldinho prenait son envol lors de sa 2ème saison à Paris et gagnait à lui seul les deux confrontations contre l'OM. 3-0 au Parc des Princes avec 2 buts à la clé (un coup-franc et un pénalty) et 3-0 au Vélodrome où il éclaboussa la rencontre de son talent, laminant la défense adverse (1 but, 1 passe décisive). Un ancien marseillais, Jérôme Leroy marquait 2 buts. A noter que l'actuel rennais, à l'instar de Xavier Gravelaine, a effectué l'aller-retour entre les deux clubs (PSG - Marseille - PSG)...

entrer des mots clefsLa saison 2003-2004 accentuait la suprématie parisienne. A Marseille, Paris s'imposait à la dernière minute (1-0) grâce à un Fabrice Fiorèse qui envoyait ensuite un crachat à destination du public marseillais. Ce même Fiorèse sera ensuite transféré à Marseille où il ne réussira jamais à s'imposer... Au match retour, le génial Pauleta donnait la victoire à Paris (2-1) grâce à un doublé et un lob génial sur Fabien Barthez. En novembre de la même année, Paris s'imposait à nouveau chez lui (2-1), grâce notamment à une demi-volée magnifique d'Edouard Cissé, qui évolue actuellement à... Marseille. Lors du match retour (2005), Marseille arrachait difficilement le match nul (1-1) lors d'une rencontre où l'éphémère recrue japonaise Koji Nakata marquait contre son camp d'une reprise de volée.

entrer des mots clefsL'hégémonie parisienne prendra fin le 16 octobre 2005 lorsque sur un corner de Samir Nasri, Lorik Cana, transfuge du PSG (encore un) marquera de la tête à 3 minutes de la fin (1-0). Au match retour, en raison d'un imbroglio entre les 2 clubs au sujet du nombre de places attribuées aux supporters marseillais, le président olympien Pap Diouf décide d'envoyer au Parc son équipe B. Résultat, un match insipide sans aucune occasion de but (0-0). La saison suivante, Ribery fait parler la poudre et Marseille humilie Paris au Parc (3-1) mais concède le nul au retour (1-1). Paris subira la domination olympienne jusqu'à la saison actuelle où il parvient à maitriser son sujet au Parc des Princes (2-1, buts d'Erding et de Hoarau) dans une rencontre où les Olympiens seront dépassés dans tous les secteurs de jeu. Il faut toutefois signaler qu'entre-temps, Paris bat l'OM en finale de Coupe de France 2006 (2-1) grâce à deux jolis buts de Bonaventure Kalou et Vikash Dhorasoo. Grosse désillusion pour l'OM, qui aura complètement manqué son rendez-vous.

entrer des mots clefsLa victoire de Paris à Marseille (4-2) en novembre 2008 ne fut qu'un feu de paille et ne refléta pas tout à fait la physionomie du match, hormis le réalisme parisien. En première mi-temps, Niang était fauché dans la surface par Zoumana Camara sans que l'arbitre ne bronche. A 2-1 pour Marseille, Luyindula égalisait alors que le défenseur brésilien de l'OM, Hilton, se faisait soigner sur la touche. A 2-2, Benoît Cheyrou envoyait une superbe reprise de volée sur le poteau. Une bourde de Mandanda (sur coup-franc de Rothen) donnait l'avantage en fin de match aux parisiens avant que Hoarau ne marque un 4ème but anecdotique. Marseille se venge au retour et s'impose à Paris (3-1) grâce à un Zenden étincellant et un nouveau but de Cana

 

entrer des mots clefsLa saison 2010-2011 parachève le règne marseillais, avec une victoire étriquée au Vélodrome (1-0, tête de Heinze sur coup-franc de Cheyrou) et une leçon de football au Parc des Princes (3-0, buts de Ben Arfa, Lucho Gonzalez et Cheyrou). En s'imposant en décembre dernier (2-1), Paris a donc stoppé l'hémoragie. Marseille a répondu le dimanche 20 mars sur le même score dans une rencontre où le club de la capitale aura presque fait jeu égal. Difficile donc de se prononcer sur une tendance actuelle. Les deux clubs se neutralisent.

entrer des mots clefsBilan en Ligue1 sur les 10 dernières saisons

2010-2011 : PSG - OM 2-1 ; OM - PSG 2-1

2009-2010 : OM - PSG 1-0 ; PSG - OM 0-3

2008-2009 : OM - PSG 2-4 ; PSG - OM 1-3

2007-2008 : PSG - OM 1-1 ; OM - PSG 2-1

2006-2007 : PSG - OM 1-3 ; OM - PSG 1-1

2005-2006 : OM - PSG 1-0 ; PSG - OM 0-0

2004-2005 : PSG - OM 2-1 ; OM - PSG 1-1

2003-2004 : OM - PSG 0-1 ; PSG - OM 2-1

2002-2003 : PSG - OM 3-0 ; OM - PSG 0-3

2001-2002 : PSG - OM 0-0 ; OM - PSG 1-0

 

entrer des mots clefsBilan historique toutes compétitions confondues

Marseille : 32 victoires (99 buts marqués)

PSG : 27 victoires (92 buts marqués)

+ 17 matchs nuls

 

 

entrer des mots clefsPalmarès de l'Olympique de Marseille

- 9 championnats de France

- 10 Coupes de France

- 1 Coupe de la Ligue

- 1 Ligue des Champions

- 1 Trophée des Champions

entrer des mots clefsPalmarès du Paris-Saint-Germain

- 2 championnats de France

- 8 Coupes de France

- 3 Coupes de la Ligue

- 1 Coupe des Coupes

- 2 Trophée des Champions

28/05/2008

Euro 2008 : liste des 23 appelés

1268404403.jpgDomenech l'a fait : Gomis retenu, Landreau écarté 

Comme pressenti dans notre note précédente, Batefimbi Gomis, auteur d'une performance fracassante mardi contre l'Equateur, a finalement été retenu par Raymond Domenech dans la liste des 23 pour l'Euro 2008. Il chipe donc la place de Djibril Cissé qui n'a plus joué de compétition majeure depuis la Coupe du monde 2002. Autre surprise, la sélection de Steve Mandanda, meilleur gardien de Ligue 1. La hiérarchie a donc été finalement bousculée au niveau des gardiens. Domenech a donc priviligié la forme du moment. Mandanda eclipse un Mickaël Landreau auteur d'une saison médiocre, à l'image de son club, le PSG. Après Chimbonda et Ribery en 2006, Domenech a concocté la surprise 2008.

En défense, Escudé et Mexès, blessés, ont naturellement été écartés. Si la blessure du premier (pubalgie) est confirmée, celle du second, blessé samedi dernier avec Rome en finale de Coupe d'Italie (victoire contre l'Inter), est considérée bénigne. Mais quand on sait que Domenech et Mexès n'ont jamais entretenu de bons rapports, on se dit que le sélectionneur n'a pas du hésiter. Dommage car les 2 bénéficiaires de ces forfaits, les lyonnais Boumsong et Squillaci, ne sont pas des assurances tout risque. Au poste de milieu récupérateur, il y avait de la place encore pour une doublure puisque Toulalan est indiscutable. C'est donc Lassana Diarra, auteur d'un très bon match contre l'Equateur, qui a été préféré à Alou Diarra et Mathieu Flamini. Il y avait également 1 nom à cocher pour compéter la liste des 4 milieux offensifs. Et c'est Nasri (exit Ben Arfa, auteur d'une prestation mitigée) qui accompagnera Ribery, Malouda et Govou.

La liste des 23 sélectionnés :

Gardiens : Grégory Coupet (Lyon), Sébastien Frey (Fiorentina), Steve Mandanda (Marseille).

Défenseurs : Eric Abidal (Barcelone), Lilian Thuram (Barcelone), Patrice Evra (Manchester United), Willy Sagnol (Bayern Munich), William Gallas (Arsenal), François Clerc (Lyon), Alain Boumsong (Lyon), Sébastien Squillaci (Lyon).

Milieux : Jérémy Toulalan (Lyon), Claude Makelele (Chelsea), Patrick Vieira (Inter Milan), Florent Malouda (Chelsea), Franck Ribery (Bayern Munich), Lassana Diarra (Portsmouth), Samir Nasri (Marseille), Sidney Govou (Lyon).

Attaquants : Thierry Henry (Barcelone), Karim Benzema (Lyon), Nicolas Anelka (Chelsea), Batefimbi Gomis (Saint-Etienne).