compteur eklektik : Archives

Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

« 2007-01 | Page d'accueil | 2007-03 »

27/02/2007

Monténégro

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégroLe Monténégro (13.882 km²) est le dernier Etat indépendant. Il est issu de l'ex-Yougoslavie. L'indépendance fut votée à 55% par référendum le 21 mai 2006 (motivée par une adhésion plus rapide à l'UE et l'OTAN). Elle fut ratifiée par le Parlement le 3 juin et entra immédiatement en vigueur. Le drapeau porte les armoiries du pays, adoptées en 1993. Elles sont les mêmes que celles du roi Nicolas 1er de Monténégro (1841-1921), mais sans les initiales que celles-ci portaient sur le drapeau de la période de la Principauté du Monténégro (1852-1910, second drapeau). Celui-ci était rouge sans bordure dorée et portait en son centre la croix de Saint-Georges (le Saint-patron du Monténégro), posée sur l'aigle bicéphale.

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégroSymbole de puissance et de domination de l'Est, celui-ci apparaît pour la première fois chez les Hittites 2000 ans avant Jésus Christ. Cette civilisation migra d'Ukraine en Anatolie via les Balkans. On retrouvera ensuite ce symbole chez la dynastie grecque des Paléologue (Xème siècle) puis en Serbie (XIIe) avant qu'il ne se répande à l'ensemble des Balkans. Les anciens drapeaux portaient les trois couleurs slaves (bleu, blanc, rouge). Celui de la période du Royaume du Monténégro (1910-1918, troisième drapeau) avait maintenu l'aigle à deux têtes mais celui-ci disparut avec l'incorporation du Monténégro dans le Royaume des Serbes, Croates, et Slovènes.

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégroSous l'occupation nazie (1941-1945), l'Etat fantoche du Monténégro reprend son ancien drapeau (bande supérieure rouge alors que celle du drapeau Yougoslave est bleue). A la création de la République Fédérative Socialiste de Yougoslavie (RFSY) en 1945, il est intégré à celle-ci en tant que république autonome, et maintient son drapeau à trois bandes mais y est incluse l'étoile rouge, symbole du communisme. Lors du démantèlement de la RFSY (1991-1992), l'étoile rouge disparaît (1992-1993) puis la couleur bleue est éclaircie (1992-2004), avant que ne soit adopté le drapeau actuel (12 mars 2004). En tout état de cause, ces nombreux changements de drapeau illustrent parfaitement les incessants changements territoriaux que connurent les Balkans - région multiethnique et instable politiquement - tout au long du XXème siècle. J. N

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

     

Royaume des Serbes, Croates, et Slovènes (1918-1929) puis Royaume de Yougoslavie (1929-1945)

 

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

 

Etat indépendant du Monténégro (1941-1945), inféodé à l'Allemagne nazie

 

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

 

République socialiste du Monténégro (1945-1992)

 

 

drapeau monténégro,yougoslavie,nicolas 1er,serbie,monténégro

 

République du Monténégro (1992-1993)

 

 

  

26/02/2007

La vie des autres

medium_18708574.2.jpgNous sommes au milieu des années 80. Wiesler, officier intraitable de la puissante Stasi (Service de renseignements de la RDA), est chargé par son supérieur de mettre sur écoute le dramaturge Georges Dreyman, soupçonné malgré son appartenance à l'élite intellectuelle communiste de ne pas adhérer aux idées du Parti. En soldat obéissant, Wiesler débute sa mission sans (se) poser des questions. Seulement, au fur et à mesure qu'il surveille la vie de Dreyman et de sa compagne Christa-Maria, il découvre que les ordres viennent du ministre de la culture, qui a également une liaison avec l'actrice et cherche par tous les moyens à éliminer Dreyman afin de se la garder pour lui seul. Dégoûté, Wiesler va dès lors protéger le couple au lieu de dénoncer les "sympathies occidentales" de Dreyman, devenant leur ange gardien. C'est ici qu'apparaît toute la substance du message. S'il protège le couple, Wiesler ne renie aucunement les idéaux auxquels il adhère. Bien au contraire. Découvrant toute la bassesse du ministre qui en ne recherchant que son propre intérêt, bafoue lui-même les valeurs du système qu'il représente, il décide de protéger des personnes qui n'ont rien fait de mal finalement, même si cela va le détruire. Il se sacrifie au nom de ce système, même s'il découvre toutes ses tares, en se révélant plus humain qu'on ne le pensait. Si l'excellent "Good by Lenin!" (2003) traitait de la période immédiate post-effondrement du mur de Berlin, ce film là traite d'une période non explorée jusqu'à maintenant, ce qui le rend d'autant plus crucial. Ces deux films se complètent parfaitement. La vie des autres fut très justement récompensé lors de la 79ème cérémonie des Oscars.

Das Leben der anderen (Florian Henckel von Donnersmarck, All, 2006, 135 mins).   Avec Ulrich Mühe, Sebastian Koch, Martina Gedeck, Ulrich Tukur, Thomas Thieme.

- Oscar du meilleur film de langue étrangère - 2007.

- Meilleur film, meilleur scénario, meilleur acteur - European Film Awards 2006.

- Prix Satyajit Ray - Festival de Londres 2006.

- Prix du public - Festival de Locarno 2006.

- Prix du public - Festival de Vancouver 2006.

- Meilleur film étranger - L.A Film Critics Association.

- Prix du public - Festival de Varsovie 2006.

- Prix du public - Festival de Pessac 2006.

Oscars 2007

medium_1535679119-26022007062623.jpgPalmarès de la 79ème cérémonie des Oscars :

Meilleur film : The departed (Martin Scorsese).

Meilleur réalisateur : Martin Scorsese.

Meilleur acteur : Forest Whitaker (The last king of Scotland).

Meilleur actrice : Helen Mirren (The Queen).

Meilleur acteur dans un second rôle : Alan Arkin (Little miss sunshine).

Meilleure actrice dans un second rôle : Jennifer Hudson (Dreamgirls).

Meilleur scénario original : Little miss sunshine.

Meilleur scénario adapté : The departed. 

Meilleur montage : The departed.

Meilleur documentaire : An Inconvienient Truth (Al Gore).

Meilleur direction artistique : Le labyrinthe de Pan (Guillermo del Toro).

Meilleure photographie : Le labyrinthe de Pan (Guillermo del Toro).

Meilleure musique : Babel (Alejandro Gonzalez Inarritu).

Meilleur montage sonore : Lettres d'Iwo Jima (Clint Eastwood).

Meilleur film en langue étrangère : La vie des autres (Florian Henckel  von Donnersmarck).

Meilleur film d'animation : Happy feet.

Meilleur maquillage : Le labyrinthe de Pan.

Meilleure chanson : Melissa Etheridge (An inconvienient truth).

Meilleur court-métrage documentaire : The blood of Yingzhou District.

Meilleur court-métrage d'animation : The danish poet.

Meilleur court-métrage : West Bank Story.

Meilleurs costumes : Milena Canonero (Marie-Antoinette).

Meilleurs effets spéciaux : Pirates des caraïbes.

25/02/2007

Césars 2007

medium_070224234202.mol21qra0_marina-hands--qui-a-remporte-le-cesar-de-la-meilleb.jpgPalmarès de la 32ème cérémonie des Césars :

Meilleur film : Lady Chatterley (Pascal Ferran).

Meilleure actrice : Marina Hands (Lady Chatterley).

Meilleure adaptation : Lady Chatterley.

Meilleur réalisateur : Guillaume Canet (Ne le dis à personne).

Meilleur acteur : François Cluzet (Ne le dis à personne).

Meilleur costume : Lady Chatterley.

Meilleur photographie : Lady Chatterley.

Meilleure musqiue : Ne le dis à personne.

Meilleur montage : Ne le dis à personne.

Meilleur scénario original : Indigènes (Rachid Bouchareb).

Meilleur acteur dans un rôle second : Kad Merad (Je vais bien, ne t'en fais pas).

Meilleur espoir féminin : Mélanie Laurent (Je vais bien, ne t'en fais pas).

Meilleur documentaire (1er César dans cette catégorie) : Dans la peau de Jacques Chirac (Karl Zéro).

César d'honneur : Jude Law, Marlène Jobert.

Désespoir

"Quand la situation est désespérée, un homme honnête ne peut que suivre ses idéaux."

         Andreï Sakharov

20/02/2007

The good german

4bbe9a382c125539ae3959d1da9bed55.jpgL'adaptation du roman de Joseph Kanon ("L'ami allemand", en français, disponible aux éditions Pocket) est forcément un hommage à Casablanca (Michael Curtiz, 1942) : caméra lente, gestuelle des acteurs, effets optiques... Tout est tellement bien copié qu'on croirait vraiment regarder Casablanca. C'en est presque une copie conforme et c'est un peu dommage. Nous sommes en Allemagne en 1945, la guerre vient à peine de s'achever. Le pays est occupé par les troupes américaines et russes qui se partagent le territoire, et la conférence de Potsdam pointe le nez. Le pays est ravagé, les gens survivent tant bien que mal, le marché noir bat son plein. Jake Geismer, envoyé sur place pour couvrir la conférence, découvre que son chauffeur, Tully, mène une liaison avec Lena, une juive allemande avec qui il eut lui-même une relation quelques années auparavant à Berlin. Tully, trafiquant d'alcool, est retrouvé mort dans le secteur russe. Les autorités semblent indifférentes. Geismer mène donc l'enquête en solo. Ce qui va le mêler indirectement à l'affaire Emile Brandt, un allemand activement recherché, mais surtout lui faire découvrir la vraie nature de Lena.

L'intrigue tient la route, sans toutefois être particulièrement intéressante. Film moyen. On retiendra surtout la performance d'une Cate Blanchett sublime, et à un degré moindre, celle d'un Tobey Maguire impeccable dans un rôle à contre-courant.

The good german (Steven Soderbergh, USA, 2006, 107 min).   Avec George Clooney, Cate Blanchett, Tobey Maguire, Beau Bridges, Tony Curran, Leland Orser, Ravil Isyanov, Christian Oliver.

- 1 nomination (Meilleure musique) - Oscars 2007.

- 1 nomination (Ours d'or) - Festival de Berlin 2007.

- 1 nomination (Meilleur compositeur - Thomas Newman) - Broadcast Film Critics Association Awards 2007.

16/02/2007

Blood diamond

medium_18711786.jpgBlood diamond s'inscrit dans cette nouvelle mode, hollywoodienne ou autre, qui tend à dénoncer d'une manière ou d'une autre, explicitement ou implicitement (et de près ou de loin), le désastre africain : misère économique, loi de la jungle, guerres civiles, impunité générale, magouilles occidentales, juntes militaires au pouvoir...). Après Lord of war (2005 : trafic d'armes), The constant gardener (2005 : industrie pharmaceutique), Hotel Rwanda (2005 : génocide rwandais), Shooting dogs (2005 : génocide rwandais), "Blood Diamond" s'attaque aux fameux diamants qui servent à financer la guerre dans l'Afrique des Grands Lacs. L'action se situe au Sierra Leone, où éclata la guerre en 1999. C'est à la fois un film d'action et un réquisitoire tendant à fustiger les nombreuses pratiques qui sévissent dans la poudrière africaine (mais ailleurs aussi) : blanchiment d'argent, cupidité des investisseurs étrangers, barbarie généralisée, règne de la terreur pratiqué par les barons locaux..etc.. Le dernier long-métrage d'Edward Zwick s'inscrit dans ce registre à la fois grand public et semi-documentaire (comme pour Lord of war et The constant gardener). Une formule qui semble bien fonctionner. Même si en gros, personne n'en a rien à cirer de ce qui se passe en Afrique (disons-le), il est important que des films en parlent, afin que l'on voit et enregistre toute l'horreur qui y sévit, très vite oubliée après être passée aux infos.

Au niveau des acteurs, on remarquera, dans la continuité de The departed, la performance fracassante de Leonardo Di Caprio, bien nerveux, qui prend de plus en plus de consistance. Djimon Hounsou (Amistad, 1997 ; Gladiator, 2000 ; The island, 2005) est tout aussi génial. Jennifer Connelly qu'on ne présente pas, toujours à son niveau.

Blood diamond (Edward Zwick, USA, 2006, 143 mins).    Avec Leonardo Di Caprio, Djimon Hounsou, Jenniffer Connelly, Kagiso Kuypers, Arnold Vosloo.

 - 5 nominations aux Oscars - 2007.

 - Nomination comme meilleur acteur - Leonardo Di Caprio - Golden Globe 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - National Board of Review 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - Festival de Washington 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - Women Film Critic Circle 2006.

 - Meilleur second rôle - Djimon Hounsou - Las Vegas Film Critics Circle.

Politics

"In politics, as in boxing, it is not the strongest who wins, but rather the fighter who manages to stay standing until the end of the fight."

       Grigori Iavlinski, in Corriere della Serra, 24 mars 2000.

16:00 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (3)

15/02/2007

Slo & Slo

medium_si_dp.gif2 drapeaux qui se ressemblent (attention à la confusion). Le premier est celui de la Slovénie (20.273 km², 2 millions d'habitants), issue de l'éclatement de la Yougoslavie en 1991 (indépendance proclamée le 25 juin 1991). Pays frontaliers : Autriche, Italie, Croatie, Hongrie. Adhésion à l'UE le 1er mai 2004 et à la zone Euro le 1er janvier 2007. Le drapeau : les 3 bandes représentent les couleurs panslaves. A gauche, l'écu représente les 3 pics d'une montagne (Triglav), traversés par deux lignes bleues ( les côtes et les rivières), les 3 étoiles jaunes représentent le duché de Celje, anciennment Celeia, une des cités antiques les plus importantes (nommée la seconde Troie) de la région, dans un ciel bleu (1991).

medium_sk_dp.2.gifLe second représente la Slovaquie (48.845 km², 5.415.000 habitants), issue de la division de la Tchécoslovaquie le 1er janvier 1993. Pays frontaliers : Ukraine, Pologne, République Tchèque, Hongrie, Autriche. Adhésion à l'OTAN le 29 mars 2004 et à l'UE le 1er mai 2004. Le drapeau : les trois couleurs panslaves, comme pour l'autre. A gauche : l'écu national (type néogothique) représente une croix patriarcale à double traverse plantée sur 3 monts (Tatra, Fatra et Matra), sur un champ de gueules (un émail héraldique rouge, d'où la couleur du fond). La croix à double traverse, appelée croix d'Anjou puis croix de Lorraine apparaît tout d'abord à Byzance au XIIIème siècle (elle représente un assemblage de reliques de la croix en bois noirci). Elle devient ensuite le symbole des ducs d'Anjou (devenus ensuite ducs de Lorraine) à partir de 1431. Il fut le premier emblême des rois de Hongrie et figure aujourd'hui sur les armes de ce pays et de celles de la Slovaquie. Le drapeau remonte à 1939.

14/02/2007

Humains

"Les humains sont comme des ampoules électriques : une fois que vous possédez la lumière, elle ne reste pas en vous, elle éclaire !"

               David Lynch

16:00 Publié dans Citation | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : david lynch