Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

24/06/2014

Coupe du monde : bilan Groupe D

6d3be.jpg(Angleterre, Costa-Rica, Uruguay, Italie)

Le Costa-Rica qualifié surprise dès le deuxième match, l'Italie et l'Uruguay se disputaient la deuxième place dans ce qui fut un match décevant. Plus mordants, les coéquipiers de Luis Suarez se sont imposés en fin de match. Pour la deuxième fois consécutive, l'Italie sort au premier tour. Après l'Espagne, deuxième coup de tonnerre. 

 

1262504-27241687-960-540.jpgDeux premiers matchs prolifiques

Le fameux groupe de la mort a tenu toutes ses promesses. Alors qu'on s'attendait à des matchs fermés, les deux premières rencontres avaient accouché de 7 buts. Alors que l'Uruguay, sûr de lui (un peu trop même) menait tranquillement à la mi-temps (penalty de Cavani) face à un Costa Rica considéré comme l'équipe la plus faible du groupe, les Ticos, survoltés après la pause (le discours du coach s'est apparemment avéré payant) inscrivaient deux buts coup sur coup dont une tête magnifique du défenseur Duarte dans un angle fermé. Déboussolée, l'Albiceleste encaissait un troisième but, inscrit par le remplaçant Urena.

Marchisio.jpgLa rencontre Angleterre - Italie fut d'un très haut niveau. Séduisante en première mi-temps, la Three Lions payait ses nombreuses occasions manquées et encaissait un but sur une frappe brillante de l'extérieur de la surface (Marchisio, 35e) mais revenait grâce à Sturridge, bien servi par Rooney (37e). Bien organisés, les Transalpins avaient la réussite de marquer rapidement après la pause. Profitant du marquage laxiste de Gary Cahill, Balotelli profitait d'un joli centre de Candreva pour marquer de la tête, de près (50e). Comme à l'accoutumée, l'Italie avait su préserver son avantage, d'autant plus que l'Angleterre s'était effondrée physiquement.

1262481-27241219-2560-1440.jpgSurprise costaricaine, déception italienne

Comme lors de l'Euro 2000 (la Roumanie et le Portugal s'extirpaient d'un groupe comprenant également l'Angleterre et l'Allemagne), les résultats de ce groupe ont faussé tous les pronostics. On annonçait l'Angleterre et l'Italie mais ce sont le Costa Rica et l'Uruguay qui ont validé leur billet pour les huitièmes. Ces deux équipes confirment une tendance de revanche des équipes latino sur le Vieux continent (le Chili a éliminé l'Espagne et le Mexique, la Croatie). Uruguay et Costa Rica ont en plus réussi la prouesse de ne perdre contre aucune des deux autres équipes citées. Après un sursaut d’orgueil contre l'Uruguay (3-1), les Ticos ont réussi le match parfait contre une Italie en panne d'idées (1-0). Comme un symbole, c'est le capitaine Bryan Ruiz qui inscrivait de la tête le seul but de la rencontre. Déjà qualifiés, ils ne leur restait plus qu'à gérer leur dernier match contre l'Angleterre (0-0) et se payer le luxe de finir premiers. Après deux défaites, l'Angleterre n'y était plus. Roy Hodgson avait donc fait tourner son équipe (9 changements), afin de donner du temps de jeu aux habituels remplaçants. Les Britanniques n'ont pas été particulièrement mauvais dans ce mondial mais leurs errements défensifs (Cahill, pourtant très bon avec Chelsea, est fautif sur 3 des 4 buts encaissés par son équipe) leur ont coûté cher face à des adversaires plus solides.

coupe du monde,coupe du monde 2014L'Italie, c'est une autre affaire. La Squadra Azzura nous a désormais habitué au pire comme au meilleur. Championne du monde en 2006, elle était éliminée dès le premier tour en 2010 avant de réaliser un Euro 2012 prometteur (défaite contre l'Espagne en finale). Le prétendu renouveau au niveau du jeu et des joueurs, opéré par Cesare Prandelli, n'y est apparemment plus. Après une victoire probante lors du premier match contre l'Angleterre, adversaire supposé être le plus difficile (victoire qui s'avère n'avoir été qu'un feu de paille), l'Italie était incapable de développer le moindre fond de jeu face au dynamisme d'un Costa Rica qui aura bluffé tout le monde.

coupe du monde,coupe du monde 2014Soirée cauchemar et effectif mal géré

Dans une finale que ne retiendront pas les annales (jeu hâché, occasions faibles), l'Italie devait au moins préserver le nul face à un Uruguay obligé de gagner. Progressivement, la soirée a tourné au cauchemar pour la bande à Buffon et Pirlo. Comme à l'accoutumée, Mario Balotelli faisait un non-match (son but face à l'Angleterre lui a probablement donné la grosse tête) et concédait également deux fautes stupides, la deuxième lui valant un carton jaune. Prandelli le remplaçait donc dès la mi-temps. Difficile d'ailleurs de comprendre le choix de l'avoir aligné d'entrée alors qu'il avait également été transparent contre l'Uruguay. L'Italie perdait ensuite Marchisio, expulsé pour une semelle volontaire sur le genou d'Arevalo (59e), et Verratti, sorti sur blessure (75e). Cette tournure du match galvanisait l'Uruguay qui, incapable de percer une défense regroupée, parvenait à porter l'estocade finale sur un corner. Comme contre le Barca en mai dernier avec son club l'Atletico de Madrid, l'excellent défenseur Godin délivrait les siens d'un coup de tête rageur (81e).

coupe du monde,coupe du monde 2014Pas verni, Prandelli avait déjà perdu juste avant le mondial Riccardo Montolivo (blessé), titulaire habituel dans l'entre-jeu, puis Mattia De Sciglio dont une blessure l'empêchait de participer aux deux premiers matchs. Comme les 23 ne comportaient que 7 défenseurs dont 1 seul arrière-gauche, le coach italien titularisa contre l'Angleterre Chiellini, gaucher mais défenseur central de formation. Trop lent, celui-ci fut replacé dans l'axe lors du second match et remplacé à gauche par Darmian, arrière droit de formation (Abate reprenant son poste à droite)... De retour contre l'Uruguay, De Sciglio évolua à gauche (et Darmian à droite) dans une défense à 5. Au total, l'Italie évolua dans trois schémas différents (deux 4-3-3 différents, et un 3-5-2), et 17 joueurs furent titularisés, pour 3 matchs joués... Cet état des faits souligne l'impossibilité de mettre en place un schéma tactique cohérent, et le retour à la case départ d'une équipe qui ne manque pourtant pas de joueurs talentueux. Mais comme on dit souvent, il ne suffit pas de bons joueurs pour faire une équipe. En tout état de cause, Cesare Prandelli a une grande part de responsabilité dans l'échec de la Squadra et vient même d'annoncer sa démission en conférence de presse...   J. N

 

Les matchs 

Uruguay - Costa-Rica 1-3 : Cavani (23e s.p) ; J. Campbell (54e), Duarte (57e), Urena (84e).

Angleterre - Italie 1-2 : Sturridge (37e) ; Marchisio (35e), Balotelli (50e).

Uruguay - Angleterre 2-1 : L. Suarez (35e, 85e) ; Rooney (75e).

Italie - Costa-Rica 0-1 : B. Ruiz (44e).

Italie - Uruguay 0-1 : Godin Leal (81e).

Costa-Rica - Angleterre 0-0

Classement 

1.Costa Rica 7 points (+3)

2.Uruguay 6 (0)

3.Italie 3 (-1)

4.Angleterre 1 (-2)

 

Chiffres

- Wayne Rooney a inscrit contre l'Uruguay son premier but en coupe du monde pour sa troisième participation (après 2006 et 2010).

- L'Angleterre est éliminée au premier tour pour la première fois depuis 1970. Elle n'était toutefois pas qualifiée en 1974, 1978, et 1994. 

- Après 1990 (première participation), le Costa Rica accède aux huitièmes de finale pour la deuxième fois de son histoire. Les Ticos avaient été éliminés au premier tour en 2002 et 2006.

- L'Italie est éliminée au premier tour pour la deuxième fois consécutive.

Coupe du monde : bilan Groupe A

1265028-27292179-2560-1440.jpg(Brésil, Croatie, Cameroun, Mexique)

Sans surprise, le Brésil s'est imposé lors de son 3ème match contre un Cameroun franchement nul (voir plus bas) durant cette coupe du monde et déjà éliminé (4-1). Dans ce qui constituait la finale du groupe, le Mexique, qualifié en cas de match nul, s'est largement imposé face à la Croatie qu'il a fait exploser en fin de match (3-1).

 

5f8bce90-fb20-11e3-bde8-0dbf4fbf6d42_451113764.jpgAttendue après deux matchs décevants (1 nul, une victoire étriquée), la seleçao a répondu présent en corrigeant un Cameroun prétendument revanchard mais très vite retombé dans ses travers (4-1). Après un premier match gagné facilement, ou plutôt grâce à l'arbitre qui lui accordait un penalty imaginaire (transformé par Neymar) et un but entaché d'une faute brésilienne préalable (victoire 3-1 contre une équipe croate qui méritait bien plus), le Brésil, critiqué pour le manque de fluidité de son jeu collectif, rectifiait le tir lors du second match contre le Mexique. Mais si le jeu était là, les buts ne furent pas au rendez-vous. La faute au gardien mexicain Guillermo Ochoa, auteur d'une prestation extraordinaire et dégoûtant les attaquants adverses (0-0).

img-neymar-ameliore-l-ordinaire-du-bresil-1403561073_x300_articles-185727.jpgNeymar, encore lui

Afin d'assurer la première place du groupe (et d'éviter les Pays-Bas en huitièmes), les hommes de Felipe Scolari se devaient donc de l'emporter. Il s'agissait aussi de rassurer son public. C'est chose faite grâce à son homme providentiel Neymar, auteur de ses 3ème et 4ème but. Très critiqué, l'attaquant Fred, muet lors de des deux premiers matchs, a également marqué, en position de hors-jeu... Après Brésil - Croatie, on avait pensé à un possible rééquilibrage au niveau de l'arbitrage mais il n'en a rien été. Déjà contre le Mexique, le capitaine Thiago Silva aurait dû être expulsé pour un tacle avec les deux pieds décollés mais il ne reçut qu'un carton jaune. Nul doute que cela changera probablement à partir du second tour. Cela ne change rien par contre à cette victoire incontestable, accentuée par le 4ème but inscrit par le remplaçant Fernandinho (84e).

4e2640c0-fb1d-11e3-adfa-53a56338bbbb_451112744_10.jpgOn retiendra donc que le Brésil a assuré l'essentiel lors de ce premier tour, finissant premier de son groupe, sans avoir perdu. Mais on note surtout qu'il a pu une nouvelle fois compter sur son génie Neymar. Auteur d'une saison mi-figue mi-raisin avec le FC Barcelone, le virevoltant attaquant a fait taire les critiques. Sa classe (2 doublés) et son mental solide (4 buts de sang-froid) ont élevé le niveau de son équipe qui devra faire encore mieux au niveau collectif. Fonctionnant parfaitement lors de la Coupe des confédérations 2013 (que le Brésil remporta face à l'Espagne), le 4-2-1-3 mis en place par Scolari semble assez chaotique pour le moment (la plupart des équipes évoluent en 4-3-3 défensif), surtout lorsqu'on note les prestations moyennes d'un Paulinho qu'on attend à un meilleur niveau. Si la défense demeure solide somme toute, les maillons faibles de l'équipe s’appellent Fred et Hulk. Les huitièmes permettront d'en savoir plus sur le niveau réel de cette équipe.

bee4f100-fb2a-11e3-9b4b-8d0fb8177fe2_451114374_10.jpgCroatie - Mexique

Volée lors du premier match (jouer contre l'organisateur n'est jamais un avantage), la Croatie s'était relancée pour la deuxième place en écrasant le Cameroun (4-0). Il fallait donc battre le Mexique, également tombeur des camerounais (1-0) et solide contre le Brésil (0-0). La finale du groupe a tourné finalement à l'avantage de la Tri. Un nul lui suffisait (4 points contre 3 pour son adversaire) mais elle préféra le panache. Dans un match très physique (les Croates ont finis à 10), l'entrée de Javier Hernandez a fait basculer les débats. Souvent remplaçant à Manchester United, l'ailier gauche a dynamisé l'attaque de son équipe qui en a inscrit trois en dix minutes (72e, 75e, 82e). La réduction du score par l'excellent Perisic (87e) était anecdotique. Après 2002 et 2006 (elle fut absente en 2010), la Croatie chute de nouveau au premier tour. Malchanceuse, elle tombe souvent dans des groupes difficiles. En 2006, elle se retrouvait déjà avec le Brésil (0-1). En 2002, son groupe comprenait l'Italie, l'Equateur, et... le Mexique. S'imposant contre l'Italie (2-1), elle s'inclinait contre les deux autres. Les équipes latino-américaines ne lui réussissent décidément pas.

 

téléchargement (1).jpgLe Cameroun en pleine déconfiture

Les années se suivent et se ressemblent pour les Lions indomptables. Depuis l'épopée de 1990 (le Cameroun fut la première équipe africaine à accéder aux quarts de finale), les petits frères de Roger Milla n'ont jamais passé le premier tour. Ils ont terminé derniers de leur poule en 1994, 1998, et 2010 (le Cameroun n'était pas qualifié en 2006), et 3èmes en 2002. 2014 ne dérogea pas à la règle. Comme souvent, l'atmosphère dans le vestiaire ne fut pas au beau fixe. Il y a quelques mois, la star capricieuse Samuel Etoo' affirmait publiquement que ses coéquipiers ne lui passaient pas le ballon. L'ancienne gloire de Barcelone avait de même affirmé à plusieurs reprises vouloir arrêter la sélection avant de revenir... Comme souvent également, les joueurs entrèrent en conflit avec leur fédération, concernant les primes du mondial, refusant dans un premier temps de s'envoler au Brésil....

2afe9e80-fb1d-11e3-a7e4-0d647a0fec99_451111752_10.jpgMédiocres lors de leur premier match contre un Mexique bien en jambes (défaite 1-0), les coéquipiers de Stéphane M'Bia ont littéralement explosé contre la Croatie (4-0). Après l'ouverture du score d'Olic (11e), dans une défense aux abois, c'est toute une spirale négative qui s'était mise en route : carton rouge stupide pour Song (45e), coupable d'un coup volontaire dans le dos de Mandzukic (...), boulette monumentale du gardien Itandje sur le 2ème but, marquage laxiste sur le troisième (toujours Mandzukic, de la tête sur corner), couverture de M'bia qui prend tout son temps sur le 4ème. Et pour couronner le tout, un coup de tête du défenseur Assou-Ekotto à son coéquipier Moukandjo en fin de match (voir plus haut)... Cette image qui fit le tour des écrans résume à elle seule l'état d'esprit de cette équipe pourtant talentueuse... Comme contre la Croatie, les joueurs de Volker Finke avaient débuté avec de bonnes intentions offensives face au Brésil mais l'égalisation de Matip (26e) dans une défense apathique n'était en fait qu'un feu de paille. Retombant très vite dans ses travers, la défense camerounaise en encaissait trois par la suite. Elle rentre à la maison avec 0 points et 9 buts encaissés.

J. N

 

Les matchs 

Brésil - Croatie 3-1 : Neymar (29e, 71e s.p), Oscar (90e+1) ; Marcelo (11e c.s.c).

Mexique - Cameroun 1-0 : Peralta (61e).

Brésil - Mexique 0-0

Cameroun - Croatie 0-4 : Olic (11e), Perisic (48e), Mandzukic (61e, 73e).

Cameroun - Brésil 1-4 : Matip (26e) ; Neymar (16e, 35e), Fred (49e), Fernandinho (84e).

Croatie - Mexique 1-3 : Perisic (87e) ; Marquez (72e), Guardado (75e), J. Hernandez (82e).

Classement 

1.Brésil 7 points (+5)

2.Mexique 5 (+3)

3.Croatie 3 (-4)

4.Cameroun 0 (-8)

 

Chiffres

- Le Cameroun est la première équipe depuis la Suisse dans les années 50 à perdre 7 matchs de coupe du monde d'affilée (2002, 2006, 2014). Le record est détenu par le Mexique qui s'inclina 9 fois entre 1930 et 1958.

- Le Mexique atteint les 8èmes de finale pour la 6ème fois consécutive.

- 12 ans après son but marqué contre l'Italie lors du premier tour de la Coupe du monde 2002 (victoire 2-1), le croate Ivica Olic inscrit son second face au Cameroun (4-0).

- L'emblématique capitaine de la sélection mexicaine, Rafael Marquez (35 ans, 121 capes), fait son entrée (comme Cahill et David Villa hier) dans le cercle des joueurs ayant marqué lors de 3 coupes du monde. Inscrivant le premier but de son équipe face à la Croatie, il avait également marqué en 2010, lors du match d'ouverture contre l'Afrique du Sud (1-1), et en 2006 contre l'Argentine en 8èmes (1-2 a.p).

- La Croatie est éliminée au premier tour pour la troisième fois consécutive (2002, 2006, 2014). Pour sa première coupe du monde en 1998, elle avait terminé 3ème.

- Déjà auteur de 4 buts en 3 matchs, l'attaquant brésilien Neymar a de grandes chances de terminer meilleur buteur de la compétition.

23/06/2014

Coupe du monde : bilan Groupe B

coupe du monde 2014,espagne,cameroun(Espagne, Chili, Australie, Pays-Bas)

Après l'élimination de l'Espagne et de l'Australie, toutes deux défaites lors de leurs deux premiers matchs, l'unique enjeu du troisième match était l'attribution de la première place du groupe, jouée entre les Pays-Bas et le Chili. Très solide collectivement (victoire 2-0) contre une Espagne abasourdie par sa défaite contre les Pays-Bas (1-5), le Chili s'est cette fois-ci cassé les dents contre des Pays-Bas rugueux et disciplinés (0-2). Vaillante contre le Chili (1-3), intéressante contre les Pays-Bas (2-3), l'Australie, privée de son buteur Tim Cahill (suspendu) a montré ses limites face à l'Espagne (0-3) dans un match sans enjeu. Si l'élimination espagnole est synonyme de cataclysme, la Roja termine toutefois sur une bonne note.

coupe du monde 2014,espagne,camerounEspagne : fin de cycle

C'est bien connu, le football, comme tout autre phénomène, est cyclique. Championne du monde en titre et double championne d'Europe (2008, 2012) la Roja a fini par chuter. C'est plus l'ampleur des défaites (1-5 contre l'Espagne ; 0-2 contre le Chili) que l'échec en soi, qui étonne.

Nombreuses raisons expliquent probablement l'échec espagnol. Parmi celles-ci, un style de jeu désormais stéréotypé et donc prévisible, et un appui sur les mêmes joueurs depuis le sacre européen de 2008 n'y sont pas étrangers. Selon un adage familier, "on ne change pas une équipe qui gagne". Le problème est que, d'une part, toute équipe finit par perdre, et que d'autre part, il est impossible de modifier celle-ci entre deux compétitions lorsqu'on sait qu'il faut plusieurs années pour bâtir un collectif solide. La déroute ne pouvait qu'être innatendue. On reprochera quand même à l'entraîneur Vicente del Bosque d'avoir emmené dans son 23 des joueurs qui n'avaient plus vraiment leur place. Pourquoi avoir sélectionné les vieillissants David Villa et Fernando Torres, peu fringants cette saison avec leurs clubs respectifs, alors que des joueurs comme Llorente (Juventus) et Negredo (Manchester City) avaient leur place ? Le pire est que le coach espagnol, privilégiant le milieu de terrain, n'a emmené que 4 attaquants (pour 9 milieux de terrains) dont Diego Costa. Néo-international (comment l'intégrer dans un collectif huilé depuis 2008 ?), et blessé avant la compétition, le futur ex-joueur de l'Atletico Madrid a quand même été titularisé lors des deux premiers matchs. Résultat : une prestation fantomatique.

coupe du monde 2014,espagne,camerounLa longue saison des joueurs de Barcelone et du Real Madrid (ossature de la sélection espagnole) explique certainement la fatigue accumulée. Mais les joueurs espagnols ne sont pas les seuls dans ce cas de figure... Enfin, comment oublier le cas Casillas ? Le portier du Real Madrid, star adulée, est certes brillant mais n'est plus titulaire en club depuis deux saisons. Résultat : une boulette monumentale contre l'Espagne (but de Van Persie), et une erreur fatale sur le deuxième but chilien.

En tout état de cause, l'Espagne se penche désormais sur la reconstruction de son équipe. Dans cette perspective, vont certainement arrêter (ou être écartés) : Xavi, Villa, Torres, Xavi Alonso, Casillas, Piqué...etc. Place à Koke, Alcantara et compagnie.

coupe du monde 2014,espagne,camerounPas une première

L'Espagne n'est pas le premier champion en titre à sortir d'entrée. En 1950 (au Brésil), l'Italie, double championne du monde (1934, 1938) est éliminée au premier tour. Mais son élimination fut loin d'être cataclysmique puisque lors de cette édition, le premier tour comprenait 4 groupes, le premier de chaque groupe rejoignant une poule finale de 4 équipes (l'Uruguay devança le Brésil). L'Italie termina 2ème de son groupe derrière la Suède. Qui plus est, ces deux équipes ainsi que le Paraguay (3ème) ne jouèrent que 2 rencontres, l'Inde ayant finalement déclaré forfait.

En 1966, le Brésil de Pelé quitta également l'épreuve dès le premier tour, après deux défaites contre le Portugal d'Eusebio (1-3) et la Hongrie (1-3), et une victoire contre la Bulgarie (2-0). On se souvient bien entendu du fiasco français de 2002. Egalement championne d'Europe en titre, la France s'incline d'entrée contre le Sénégal (0-1) qui jouait sa première coupe du monde. Après un nul contre l'Uruguay (0-0) et une nouvelle défaite face au Danemark (0-2), elle quittait la compétition en terminant dernière de son groupe et sans avoir marqué le moindre but malgré la présence du meilleur buteur de Série A (Trézéguet), de Premier League (Henry), et de Ligue 1 (Djibril Cissé)... Là encore, le sélectionneur de l'époque (Roger Lemerre) avait tablé sur l'ossature 1998-2000, qui pourtant était en fin de cycle. La présence de certains joueurs (Djorkaeff, Boghossian, Dugarry) était franchement incompréhensible...

Plus récemment, l'Italie (championne en 2006) fut éliminée en 2010 au premier tour, terminant dernière de son groupe derrière... le Paraguay, la Slovaquie, et la Nouvelle-Zélande...

coupe du monde 2014,espagne,camerounLes Oranje de retour

Après une Coupe du monde 2010 brillante, ponctuée toutefois par une défaite contre l'Espagne lors d'une finale "minable" (les Bataves ont récolté 8 cartons jaunes et un rouge), les Pays-Bas, arrivés en fin de cycle, ont complètement raté l'Euro 2012 (3 défaites lors du premier tour). Depuis, l'équipe a été renouvelée (exit les vieux). Après, comme souvent, des éliminatoires réussis, l'équipe entraînée par l'expérimenté Louis Van Gaal attaquait cette coupe du monde sans savoir réellement où elle en était. La correction infligée à l'Espagne (5-1), en guise de revanche, lors du premier match, a montré que l'ajout de jeunes joueurs talentueux (Blind, Maupay, De Vrij...) et le maintien de certains joueurs d'expérience (De Jong, Sneijder, Van Persie, Robben) fonctionne parfaitement pour le moment. Après une confirmation lors du second match contre une équipe australienne accrocheuse (3-2), Robben et compagnie devaient préserver leur première place face au Chili, afin d'éviter le Brésil en huitièmes de finale. Sans Van Persie (suspendu pour deux cartons jaunes reçus lors des deux premiers matchs), les Oranje ont contenu en première mi-temps un Chili obligé de marquer, avant d'attaquer à leur tour en seconde et d’assommer leur adversaire en fin de match. Leroy Fer, étrangement délaissé dans la surface, marquait de la tête sur un centre de Janmaat (77e) avant que le jeune Memphis Maupay (20 ans), déjà buteur contre l'Australie, ne tue le match dans les arrêts de jeu, suite à un contre éclair et un caviar de Robben (encore lui). Fébrile contre l'Australie, la jeune défense hollandaise a tenu le choc cette fois-ci. Quant à Van Gaal, son expérience et son excellent coaching (deux joueurs entrants ont marqué) lui ont permis de remporter la bataille tactique contre le coach chilien Jorge Sampaoli. Il faudra désormais compter avec ces Pays-Bas new look.

Quant au Chili, il demeure une énigme. Solides  contre l'Australie mais bousculés, les coéquipiers de la star Arturo Vidal, avaient dominé l'Espagne sans réellement forcer leur talent, avant de se montrer totalement inefficace face aux Pays-Bas. On en saura probablement plus en huitièmes. A priori, le Chili tombera sur le Brésil, une équipe qui ne lui réussit pas. Au même stade de la compétition, en 1998, Ronaldo et compagnie n'avaient fait qu'une bouchée de la bande à Zamorano (4-1). Rebelote en 2010 avec une victoire sans appel de la selecao (3-0).    J. N

Les matchs  

Espagne - Pays-Bas 1-5 : Xavi Alonso (27e s.p) ; van Persie (44e, 72e), Robben (53e, 80e), De Vrij (64e).

Chili - Australie 3- 1 : A. Sanchez (12e), Valdivia (14e), Beauséjour (90e+2) ; Cahill (35e).

Australie - Pays-Bas 2-3 : Cahill (21e), Jedinak (54e s.p) ; Robben (20e), van Persie (58e), Depay (68e).

Espagne - Chili 0-2 : Vargas (20e), Aranguiz (43e).

Australie - Espagne 0-3 : Villa (36e), Torres (69e), Mata (82e).

Pays-Bas - Chili 2-0 : Fer (77e), Depay (90e+2).

Classement 

1.Pays-Bas 9 points (+7)

2.Chili 6 (+1)

3.Espagne 3 (-3)

4.Australie 0 (-6)

 

Chiffres 

- L'attaquant du PSV Eindhoven Memphis Maupay est le plus jeune buteur des Pays-Bas en Coupe du monde, à 20 ans et 4 mois, après avoir inscrit contre l'Australie le but victorieux de son équipe (3-2). Il en marquera même un second contre le Chili. Toutes compétitions confondues, le record est détenu par Jan van Breda Kolff qui avait marqué en 1911 en match amical contre la Belgique à l'âge de 17 ans. 

- L'Espagne a subi contre les Pays-Bas (1-5) sa plus lourde défaite en compétition officielle depuis la Coupe du monde 1950 (Brésil - Espagne 6-1).

- L'attaquant australien Tim Cahill, inscrivant 2 buts lors de cette coupe du monde (contre le Chili et les Pays-Bas), entre dans le cercle des joueurs ayant marqué lors de 3 Coupes du monde (2 en 2006 et 1 en 2010). Idem pour David Villa qui pour son dernier match en sélection marque contre l'Australie. Il en avait marqué 3 en 2006 et 5 en 2010. Rappelons qu'à ce jour, seuls le brésilien Pelé (58, 62, 66, 70) et les allemands Seeler (58, 62, 66, 70) et Klose (2002, 2006, 2010, 2014) ont marqué lors de 4 coupes du monde.

04/06/2014

Mondial 2014 : les 23 et les absents

150px-WC-2014-Brasil.svg.pngAlors que la liste des 23 sélectionnés pour la Coupe du monde vient d'être publiée le 2 juin (date butoir fixée par la FIFA), notre mise au point sur les listes de 30 ou de 23+7 de quelques sélections (dont les favoris habituels et quelques outsiders), et sur les principaux absents et surprises.

En dehors des sélections ci-dessous, deux absences notoires sont à noter. Respectivement buteur prolifique de Porto, Atletico Madrid, et Monaco, Radamel Falcao, blessé en janvier au ligument antérieur du genou droit, n'est pas remis à 100% et manquera beaucoup à la Colombie (le buteur du FC Séville, Bacca, aura la lourde tâche de la suppléer). Dans une moindre mesure, le recordman en sélection américaine, Landon Donovan (32 ans, 156 capes, 57 buts), présent lors des 3 dernières coupes du monde, n'a pas été retenu par Jürgen Klinsmann. Le sélectionneur allemand ne l'a pas jugé "assez bon".

Quant au jeu d'identifier les stars non qualifiées avec leur sélection nationale, les absences de Zlatan Ibrahimovic (la Suède fut éliminée en barrages par le Portugal) et de Gareth Bale (difficile de voir le Pays de Galles qualifié pour une coupe du monde) sont les plus notoires. Signalons également Robert Lewandowski (Pologne), David Alaba (Autriche), Branislav Ivanovic (Serbie), Aron Ramsey (Pays de Galles), Arda Turan (Turquie), Stevan Jovetic (Monténégro)...etc

 

100px-Football_Brésil_federation.svg.pngBrésil (liste de 23+7)

On regrettera dans les 23 de Luiz Felipe Scolari l'absence de Filipe Luis, l'excellent arrière gauche et champion d'Espagne avec l'Atletico. Lui ont été préférés l'expérimenté Maxwell (quoique 7 sélections nationales seulement...), détonant cette saison avec le PSG, et le madrilène Marcelo, plus rapide et offensif, et traditionnellement numéro 1 à ce poste en sélection nationale. Également réserviste, Lucas a affirmé qu'il méritait de figurer dans les 23. Toutefois, son irrégularité avec le PSG (même si sa 2ème saison fut bien plus probante que la première) justifie sa non-présence. Postulant également à une place au minimum dans les 30, son coéquipier à Paris, Marquinhos, n'est pas réserviste. Et malgré une très bonne saison (toujours avec le PSG), Alex Costa n'est pas sélectionné non plus. Il faut reconnaître qu'il y a du beau monde en défense centrale (Thiago Silva, Dante, David Luiz).

Auteur d'une très bonne saison avec le Bayern Munich, Rafinha est barré par deux monstres au poste d'arrière-droit : Daniel Alves et Maicon. En chute depuis un long laps de temps déjà, les anciens génies Kaka et Robinho payent la saison ratée de leur club, l'AC Milan, et leurs performances intermittentes...

En renouveau sous la houlette de Scolari version 2, le groupe brésilien ne compte que 4 rescapés du dernier mondial (Silva, Alves, Maicon, et le gardien Julio Cesar). Brillant lors de la Coupe des confédération 2013 (victoire 3-0 contre l'Espagne en finale), la seleçao comprend 16 joueurs des 23 de l'été passé dans les 23 actuels et 3 dans les réservistes (Filipe Luis, Lucas, Cavalieri). Ces 3 joueurs et les 4 autres joueurs absents des 30 actuels (Jean, Jadson, Fernando, Rever) ont été numériquement remplacés par Ramires, Fernandinho, Willian, Victor, des deux revenants Maicon et Maxwell, et du défenseur de Naples, Henrique. Celui-ci constitue la surprise du 23 brésilien. Inconnu il y a peu de temps encore, il fut transféré de Palmeiras à Naples lors du mercato d'hiver et a  été titulaire 10 fois lors des 14 derniers matchs officiels de son équipe (pour 15 matchs au total). Sa polyvalence (il peut évoluer à trois postes) explique vraisemblablement sa présence inattendue.

Gardiens : Julio Cesar (Toronto), Jefferson (Botafogo), Victor (Atletico Mineiro).

Défenseurs : Dante (Bayern Munich), Marcelo (Real Madrid), Maxwell (PSG), Thiago Silva (PSG), David Luiz (Chelsea), Daniel Alves (FC Barcelone), Maicon (Inter Milan), Henrique (Napoli).

Milieux : Ramires (Chelsea), Oscar (Chelsea), Paulinho (Tottenham), Willian (Chelsea), Luiz Gustavo (Wolfsburg), Fernandinho (Manchester City), Hernanes (Inter Milan).

Attaquants : Fred (Fluminense), Hulk (Zenith Saint-Pétersbourg), Neymar (FC Barcelone), Jô (Athletico Mineiro), Bernard (Shakhtar Donetsk).

Réservistes : Lucas Le